Universidade

Programme des Agrégation de lettres 2018

Fabula - fai 3 horas 11 min
Concours externe de l’agrégation du second degré Section lettres modernes Programme de la session 2018 Littérature française - Chrétien de Troyes, Le Chevalier au lion , édition bilingue établie, traduite, présentée et annotée par Corinne Pierreville, Paris, Honoré Champion, collection « Champion Classiques du Moyen Âge ». - François Rabelais, Gargantua , édition Mireille Huchon, Paris, Gallimard, collection « Folio classique », n° 4535. - Jean Racine, Esther et Athalie , édition Georges Forestier, Paris, Gallimard, collection « Folio théâtre », n° 104 et 57. - André Chénier, « Le Jeu de Paume» et « Hymne », pp. XCIII à CXXIII ; « Poésies antiques », pp. 3 à 145 ; « Hymnes et odes » et « Dernières poésies », pp. 439 à 472, in Poésies , édition Louis Becq de Fouquières, Paris, Gallimard, collection « Poésie/Gallimard », n° 276. - Gustave Flaubert, L’Éducation sentimentale , édition Pierre-Marc de Biasi, Paris, Le Livre de Poche, collection « Les Classiques de Poche ». - Nicolas Bouvier, L’Usage du monde , Paris, La Découverte, collection « La Découverte Poche/Littérature et voyages », n° 402. Le programme des épreuves écrites d’étude grammaticale d’un texte français antérieur à 1500 et d’étude grammaticale d’un texte de langue française postérieur à 1500 se limite aux passages suivants : - Chrétien de Troyes, Le Chevalier au lion, édition bilingue établie, traduite, présentée et annotée par Corinne Pierreville, Paris, Champion, collection « Champion Classiques du Moyen Âge », du vers 1 au vers 2160. - François Rabelais, Gargantua, édition Mireille Huchon, Paris, Gallimard, collection « Folio classique », n° 4535, pp. 29 à 273, de la page de titre à la fin du chapitre XXVII. - Jean Racine, Athalie, édition Georges Forestier, Paris, Gallimard, collection « Folio théâtre », n° 57, en entier. - André Chénier, Poésies, édition Louis Becq de Fouquières, Paris, Gallimard, collection « Poésie/Gallimard », n° 276, « Poésies antiques », pp. 3 à 145. - Gustave Flaubert, L’Éducation sentimentale, édition Pierre-Marc de Biasi, Paris, Le Livre de Poche, collection « Les Classiques de Poche », de la p. 311 (Deuxième partie, chapitre IV) à la fin du roman. - Nicolas Bouvier, L’Usage du monde, Paris, La Découverte, collection « La Découverte Poche/Littérature et voyages », n° 402, pp. 113 à 275 (section « Le lion et le soleil »). Littérature générale et comparée Première question : « Formes de l’action poétique » - René Char, Fureur et mystère , Paris, Gallimard, collection « Poésie/Gallimard », n° 15. - Mahmoud Darwich, La Terre nous est étroite et autres poèmes , traduit de l’arabe par Elias Sanbar, Paris, Gallimard, collection « Poésie/Gallimard », n° 343. - Federico Garcia Lorca, Complaintes gitanes , traduit de l’espagnol par Line Amselem, Paris, Éditions Allia. Seconde question : « Expériences de l’histoire, poétiques de la mémoire » - Joseph Conrad, Au coeur des ténèbres , traduit de l’anglais par Jean Deubergue, Paris, Gallimard, collection « Folio bilingue », n° 60. - Antonio Lobo Antunes, Le Cul de Judas , traduit du portugais par Pierre Léglise-Costa, Paris, Éditions Métailié, collection « Suites ». - Claude Simon, L’Acacia , Paris, Les Éditions de Minuit, collection de poche « double », n° 26.
Categorías: Universidade

Mort de Serge Doubrovsky (1928-2017)

Fabula - fai 3 horas 17 min
Annoncée sur le site lemonde.fr par cet article de M. Contat : "Ecrivain, critique littéraire, grand professeur, inventeur du mot « autofiction », Serge Doubrovsky est mort, à Paris, dans la nuit du 22 au 23 mars, à l’âge de 88 ans. Il était né à Paris, en 1928, dans une famille juive, d’un père tailleur et d’une mère secrétaire. En 1943, ils échappent au génocide grâce à un policier du Vésinet, venu les avertir qu’il a ordre de les arrêter une heure plus tard – les Doubrovsky se cachent chez une cousine. Au sortir de la guerre, le jeune garçon reçoit le prix du concours général de philosophie. Elève de l’Ecole normale supérieure, il passe une agrégation d’anglais en 1949 puis soutient une thèse de doctorat en littérature française avant d’aller enseigner aux Etats-Unis, où il fera toute sa carrière. Nommé professeur à New York University en 1966, il prendra sa retraite en 2010. En 1966, trois ans après un fameux Corneille et la dialectique du héros (Gallimard, 1964), il publie Pourquoi la nouvelle critique ? (Mercure de France), se ralliant à la critique novatrice fondée sur la linguistique structurale et la psychanalyse pour aborder l’œuvre par ses fonctionnements formels et ses significations psychologiques. En publiant les actes d’un important colloque de Cerisy, Les Chemins actuels de la critique (1968), il propose pour son compte une critique fortement inspirée de l’existentialisme, alors même que l’influence de Sartre décline. Mais en 1969, il fait paraître La Dispersion (Mercure de France), qui raconte sous une forme romanesque non seulement une passion amoureuse avec une jeune Tchèque rencontrée à Paris alors même qu’il est marié et père de famille à New York, mais qui met ainsi en jeu sa vie entière, son histoire familiale, son mariage américain. Mesure-t-on le risque pris par un professeur de littérature en début de carrière, avec une fiction à caractère autobiographique ? Le risque grandit si le professeur livre sa vie intime, ses amours, ses pratiques sexuelles, du jamais vu dans l’université. Le livre, pourtant, est reçu sans scandale – peut-être parce qu’il ne se risque pas encore à une innovation formelle. Il en va autrement de Fils (Galilée, 1977). Cette fois, le risque est formel autant qu’existentiel. Le livre, pour lequel l’auteur propose le terme générique d’« autofiction », s’élabore en une écriture aventureuse, à la syntaxe brisée, jouant sur les mots de façon freudienne, sur les assonances, les répétitions, les motifs obsessionnels […]. Lire la suite sur le site lemonde.fr… * Le site en-attendant-nadeau.fr rend aussi hommage au critique et écrivain : "Un homme passe", par R.-Y. Roche .
Categorías: Universidade

Mythologies en terres d'islam (revue Nouvelle Mythologie Comparée )

Fabula - fai 3 horas 21 min
Nouvelle Mythologie Comparée, revue de mythologie comparée au comité de lecture international, lance pour son quatrième numéro un appel à texte pour sa section thématique («Thema») sur le thème «Mythologies en terres d'islam». Les textes envoyés devront comporter au moins un élément principal de comparaison appartenant à l'un des thèmes suivant: – une tradition mythologique ayant précédé l'islam sur son territoire actuel et qui n'est plus attestée que par des textes ou des vestiges archéologiques (ex : mythologies mésopotamienne, égyptienne, hittite, etc.); – des traditions mythologiques de minorités ethniques et/ou religieuses présentes au sein d'une population à majorité musulmane (ex : traditions animistes du Sahel, des chrétiens d'Orient, des Yezidis, des Kalash du Chitral, etc.); – des éléments de culture musulmane, érudits ou populaires, orthodoxes, hétérodoxes ou syncrétiques, ou bien provenant de cultures non-arabophones où le poids des traditions préislamiques est encore prégnant (Berbères, Ouïghours, Kurdes, Iraniens, etc.). Après acceptation par notre comité de lecture et d'éventuelles modifications demandées, les articles retenus répondant à ce thème seront publiés prioritairement. Les autres seront rassemblés dans la section «Varia» et seront publiés en fin d'année et de numéro, voire remis à une publication l'année suivante. La longueur des articles ne devra pas excéder une centaine de pages. La date limite de leur envoi sera le 1erjuin 2017 ( mythologie.comparee@gmail.com ). Le temps entre les demandes de corrections et le retour du manuscrit ne devra pas dépasser un mois. New Comparative Mythology, international peer-reviewed journal of comparative mythology, launches for its fourth issue a call for contributions for its thematic section ("Thema") on the theme "Mythologies in Islamic lands". Articles should contain at least one main element of comparison belonging to one of the following themes: – mythological tradition that preceded Islam in its current territory and is only attested by texts or archaeological remains (e.g. Mesopotamian, Egyptian, Hittite mythologies); – mythological traditions of ethnic and/or religious minorities within a predominantly Muslim population (e.g. Sahelian animist traditions, Eastern Christians, Yezidis, Kalash people of Chitral, etc.); – elements of Muslim culture (scholarly or popular, orthodox, heterodox or syncretic) or from non-Arabic-speaking cultures where the weight of pre-Islamic traditions is still prevalent (Berbers, Uyghurs, Kurds, Iranians, etc.). After acceptance by our reading committee and completion of any amendments requested, the selected manuscripts responding to this theme will be published as a priority. All other papers will be placed together in the "Varia" section to be published at the end of the year when the fourth issue is complete, or their publication will be postponed until the following year. Articles should not exceed one hundred pages. The deadline for submissions is 1st of June 2017 ( mythologie.comparee@gmail.com ). The time between correction requests and the return of the manuscript should not exceed one month.
Categorías: Universidade

Revue de presse du vendredi 24 mars 2017

Cahiers Pédagogiques - Ven, 24/03/2017 - 17:45

Pour cette dernière revue de la semaine vous aurez bien sûr droit à des infos autour de la présidentielle et sur le système, mais nous irons également ailleurs, et pour terminer quelques ressources.

Système

L'apprentissage jusqu'à 30 ans s'étend à 2 nouvelles régions. “Pour lutter contre le chômage des jeunes, sept régions expérimentent l'entrée en apprentissage jusqu'à 30 ans au lieu de 25 ans depuis le 1er janvier 2017. Désormais, 2 régions supplémentaires participent à ce test.”

Le Baromètre Unsa relève un « profond malaise » chez les enseignants. Mais tout de même La Croix relève que “La grande majorité des personnels de l'éducation rejette, en revanche, « l'école du tri et de l'orientation précoce » au profit d'une « conception plus humaniste », selon le baromètre. « Il apparaît cependant qu'il reste à construire du commun entre les partisans de la « refondation » (33 %) et ceux des savoirs fondamentaux (44 %). L'Unsa cherchera à rendre évidente la compatibilité de ces deux aspirations », conclut Laurent Escure.”

Éducation : ce que les profs veulent vraiment, d'après la lecture du baromètre de l'UNSA par Décider & entreprendre, la voix des entreprise. “On vérifiera donc une fois de plus la frilosité des personnels vis-à-vis des réformes de trop grande ampleur et la préférence générale, au sein de l'éducation et de sa communauté, vis-à-vis des pratiques managériales générales avec une faible part d'individualisation.
Le sondage interroge également les enseignants sur le financement des établissements privés. Majoritairement, les enseignants se prononcent en faveur d'un financement public sous condition.
Pour les entreprises, il est intéressant de noter que les enseignants du second degré considèrent que la préparation à la vie professionnelle passe après la préparation à la vie citoyenne
.”

Création d'une agrégation des "langues de France". Communiqué de presse de Najat Vallaud-Belkacem du 23/03/2017. “La création de cette agrégation constitue une avancée majeure dans la reconnaissance des langues régionales, telle que voulue par la loi de refondation de l'école. La ministre de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Najat Vallaud-Belkacem, souhaite ainsi soutenir le devenir et le développement des langues et cultures régionales françaises, en garantissant l'excellence de l'enseignement de ces langues.”

Sécurité : Le Snpden veut du personnel de sécurité dans les établissements. “"On ne fera pas l'économie du fait que la sécurité est un métier". Sondage à l'appui, Philippe Tournier, secrétaire général du Snpden, a fait un état des lieux de la sécurité des lycées le 23 mars suffisamment énergique pour être suivi immédiatement d'un communiqué ministériel. Si les établissements ont pris le risque au sérieux, pour le Snpden ils manquent de la culture sécuritaire pour se préparer aux différents risques et particulièrement au risque d'attentat. Le syndicat veut saisir l'occasion de la signature des contrats tripartites établissement - rectorat et collectivité locale pour faire entrer la culture de sécurité dans les établissements. Et il veut aussi régler une fois pour toute une question qui l'irrite fortement : celle de la sortie cigarette des lycéens.”

Après l'attentat terroriste, report des voyages scolaires français pour Londres.

Attaque de Londres. Najat Vallaud-Belkacem a rencontré les familles des lycéens.

Présidentielle

Trois candidats pour une éducation prioritaire. “La réforme de l'éducation prioritaire a-t-elle un avenir ? Echaudé par ses évolutions en dents de scie dans le passé, l'OZP, une association d'acteurs et de militants de l'éducation prioritaire, invite le 22 mars les candidats à l'élection présidentielle à présenter leur projet. Si les représentants des 3 candidats présents, Mélenchon, Hamon et Macron, veulent tous diminuer le nombre d'élèves par classe, leurs choix renvoient à des visions différentes de l'éducation prioritaire. Pas sur que l'OZP soit rassuré…

Bruno Devauchelle : Numérique : Ils en veulent tous, mais pour quoi faire ?Le numérique et l'école sont présents dans tous les projets présentés par les politiques qui ambitionnent le poste de président de la République. Malheureusement aucun texte, aucun débat, aucun propos ne montre une ligne de pensée différente, voir novatrice par rapport à l'institution actuelle. Les états-majors sont-ils en panne d'imagination ? Non ils sont, pour la plupart, incapables de penser autrement le monde de demain qu'en défendant celui d'aujourd'hui retouché à la marge. Et ce monde d'aujourd'hui marqué par le modèle de sélection négative, dont on sait qu'il ne répond pas aux besoins des citoyens et de la société, se trouve renforcé dans la plupart des programmes d'une manière ou d'une autre. On mettra une exception, qui même si elle semble modeste est significative, celle de la proposition de Philippe Meirieu publiée dans l'ouvrage diffusé par B.Hamon et Y.Jadot en lien avec Michel Wievorka. L'autre autonomie proposée ici semble aller dans le bon sens, même si on peut sentir la résistance jacobine récurrente (bien que souvent ambivalente du côté des acteurs) dans l'institution scolaire.”

Emmanuel Macron en marche avec l'éducation musicale à l'école ?Le mouvement En marche ! d'Emmanuel Macron a affirmé mercredi soir à Paris son intention de « convaincre tout le monde que l'éducation musicale est un préalable pour mieux appréhender l'acquisition des fondamentaux. »

Aller voir ailleurs

Il est bon parfois d'aller voir ailleurs, voir d'une autre point de vue.
Éducation école supérieure du professorat et de l'éducation. L'enseignement sous tous les angles partout dans le monde. “Allemagne, Italie, États-Unis, Angleterre, Grèce ou encore Luxembourg… Les étudiants de l'Espé de Sarreguemines ont l'occasion de faire des stages à l'étranger durant leur formation de professeur des écoles.”

Villeneuve-d'Ascq. L'enseignement professionnel joue la carte de l'ouverture européenne. “L'avenir est forcément international et le lycée professionnel Dinah-Derycke a pris le pli d'impliquer ses élèves dans des séjours en Angleterre, au Luxembourg et au Portugal. À découvrir ce samedi lors des portes ouvertes.”

Aller voir ailleurs, c'est bien, mais Olivier Rey rappelle qu'"En France, le respect des standards internationaux est devenu une obsession". “Internationalisation accrue de l'enseignement supérieur, gouvernance de plus en plus centralisée… Le 20 mars, l'Institut français de l'éducation a remis son rapport sur les transformations des universités, rédigé dans le cadre du plan SHS voulu par Thierry Mandon. Olivier Rey, qui a coécrit le texte avec Annie Feyfant, en livre les principaux enseignements.”

Ressources

INJEP : Adolescence et orientation ORIENTATION (L') SCOLAIRE ET PROFESSIONNELLE - n° 1, vol. 46, janvier-février-mars 2017 - 171 p. “Le présent numéro prolonge le numéro thématique précédent édité en 2004 ("Les adolescents dans la société aujourd'hui"). Il met en exergue et étudie comment la question de l'orientation à l'adolescence est liée à la construction du rapport à soi et à la société et de leur articulation.”

Cheminement d'élève et parcours avenir. Coordonné par Peggy Colcanap et Richard Étienne. Hors série numérique 45 des Cahiers pédagogiques.

Ce que l'intelligence artificielle peut apporter à l'éducation sur le blog de Sophie Blitman.

Et pour terminer une grande nouvelle ! Il y a enfin le Wi-Fi au ministère de l'enseignement supérieur. “Mieux vaut tard que jamais ! Thierry Mandon, secrétaire d'État à l'enseignement supérieur et à la recherche, s'est réjoui ce jeudi de l'arrivée d'une connection internet dans le bâtiment de son ministère. Le ministère de l'enseignement supérieur se trouve dans les anciens locaux de l'École polytechnique, situés dans le quartier de la Sorbonne au sommet de la Montagne Sainte Geneviève, dans le 5e arrondissement de Paris.”

Je vous souhaite un excellent week-end.

Bernard Desclaux

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

Enseigner les langues aujourd'hui
N° 534 - Enseigner les langues aujourd'hui
Dossier coordonné par Soizic Guérin-Cauet et Hélène Eveleigh
janvier 2017
Apprendre une langue étrangère, c'est à la fois une évidence pour tous et une difficulté pour chacun. Et les études internationales ne font que confirmer que les Français seraient mauvais en langues. Quelles sont les pratiques qui permettent à l'apprentissage des langues vivantes d'être bénéfique pour nos élèves ?

N° 533 - Créer et expérimenter en sciences et technologie

Dossier coordonné par Évelyne Chevigny et Roseline Ndiaye
décembre 2016
L'enseignement des sciences expérimentales s'est considérablement renouvelé. Ces changements ont visé à mettre l'élève au centre, en prenant en compte les travaux de la didactique ainsi que les réflexions sur le bagage intellectuel de base pour tout citoyen du XXIe siècle, au cœur d'une société basée sur les sciences et les technologies.

Categorías: Educación, Universidade

Behaviour is a national problem in schools in England, review finds

Guardian Unlimited: Education - Ven, 24/03/2017 - 17:15

Headteachers have ‘perverse incentives’ to hold back on poor conduct in their schools for better Ofsted ratings, government adviser says in his report

Schools have a national behaviour problem and there are “perverse incentives” for headteachers to paint their school in the best light, according to the government’s behaviour tsar.

Poor conduct remains a significant issue for many schools in England, and there needs to be better ways available to help tackle the problem, Tom Bennett, who advises the government on behaviour issues, said in a report.

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

La Tribune

Sauvons la recherche - Ven, 24/03/2017 - 17:10

23 mars 2017

4 mai 2016

23 mars 2016

23 novembre 2015

6 fevrier 2015

27 juin 2015

3 fevrier 2015

5 mai 2015

24 mars 2015

30 janvier 2015

21 janvier 2015

17 octobre 2014

15 mai 2014

6 mai 2014

8 avril 2014

13 janvier 2014

Voici un journaliste qui "ne manque pas d'air" ...!

4 décembre 2013

9 octobre 2013

3 septembre 2013

13 mai 2013

19 avril 2013

10 avril 2013

31 janvier 2013

21 décembre 2012

28 novembre 2012

2 novembre 2012

25 octobre 2012

12 octobre 2012

17 septembre 2012

13 aout 2012

13 juillet 2012

5 juillet 2012

  • Pourquoi les universités américaines dominent-elles les classements ? Qu'est-ce qui fait le succès des universités américaines, toujours premières au classement Shanghai Jiao-Tong des meilleurs établissements du monde ? Leurs anciens élèves, répond Shailendra Mehta, directeur académique de Duke Corporate Education et professeur à l'Indian Institute of Management.

25 avril

12 avril 2012

Extrait : L'accord signé entre le groupe pharmaceutique Roche, le Baylor Research Institute (BRI) de Dallas et le nouvel Institut de recherche sur les vaccins basé à l'hôpital Henri-Mondor de Créteil (photo) est un bon exemple de projet collaboratif international entre des acteurs industriels et académiques. (...)

11 mars 2012

ou comment faire pour obtenir le credit impots recherche

9 mars 2012

8 mars 2012

25 février 2012

20 février 2012

Tout sur le "tout nouveau Nestlé Institute of Health Sciences (NIHS) "

17 février 2012

9 février 2012

30 janvier 2012

23 janvier 2012

6 janvier 2012

18 décembre 2011

23 novembre 2011

21 novembre 2011

17 novembre 2011

9 novembre 2011

28 octobre 2011

20 octobre 2011

19 octobre 2011

18 octobre 2011

17 octobre 2011

Extrait : "Pour résoudre le problème des inégalités croissantes, il faut mener, d'après l'ancien prix Nobel d'économie, une politique de long terme sur l'éducation. "

6 octobre 2011

30 septembre 2011

26 septembre 2011

23 septembre 2011

22 septembre 2011

21 septembre 2011

29 aout 2011

27 aout 2011

19 aout 2011

16 aout 2011

7 aout 2011

3 aout 2011

22 juillet 2011

20 juillet 2011

16 juillet 2011

15 juillet 2011

29 juin 2011

20 juin 2011

15 juin 2011

25 mai 2011

23 mai 2011

18 mai 2011

17 mai 2011

16 mai 2011

12 mai 2011

10 mai 2011

18 avril 2011

16 avril 2011

15 avril 2011

1 avril 2011

25 mars 2011

22 mars 2011

18 mars 2011

13 mars 2011

9 mars 2011

4 mars 2011

4 mars 2011

28 février 2011

9 février 2011

3 février 2011

22 janvier 2011

20 janvier 2011

17 janvier 2011

11 janvier 2011

9 janvier 2011

6 janvier 2011

3 janvier 2011

16 décembre 2010

14 décembre 2010

9 décembre 2010

7 décembre 2010

1 décembre 2010

26 novembre 2010

17 novembre 2010

15 octobre

14 octobre 2010

27 Avril 2010

25 mars 2010

17 Mars 2010

15 février 2010

17 décembre 2009

28 octobre 2009

13 mai 2009

13 mars 2009

11 mars 2009

27 février 2009

5 février 2009

5 janvier 2009

31 décembre 2008

Categorías: Universidade

Motion du CA de l'université de Poitiers sur le suivi de carrière - 24 mars 2017

Sauvons l'université - Ven, 24/03/2017 - 15:57

Le CA de l'université de Poitiers a pris acte des décisions des différentes sections du CNU et décidé de ne pas utiliser les avis remis à l'enseignant-chercheur ou l'établissement, pour toute question relative aux carrières et aux affectations. Veuillez ouvrir le document joint pour plus de détails.

Categorías: Universidade

Segregated schools persist because parents maintain the divide | Lola Okolosie

Guardian Unlimited: Education - Ven, 24/03/2017 - 13:30
Integration is presented as an obligation for others, mainly Muslims. No wonder many parents choose not to send their children to ethnically mixed schools

In the wake of Wednesday’s horrific terrorist attack, the prevailing sentiment is that we defeat such hatred by emphasising our unity. It is a heartening response to such a catastrophe, but how do we realise such cohesion when so many communities are divided along race, class and religious lines?

That people from different backgrounds are leading “parallel lives” has been a recurring concern for successive governments. This may not be the term used by authors of a new report on segregation in schools in England, but it is, nevertheless, what comes to mind as we read their stark findings. More than a quarter of primary schools are ethnically segregated with the figure jumping to a depressing 40% when we look to secondary schools. When it comes to class, the report, carried out by iCoCo Foundation, SchoolDash and The Challenge, finds that nearly a third of all primary schools are segregated along socio-economic lines.

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Read all about it! How to get students discussing current affairs

Guardian Unlimited: Education - Ven, 24/03/2017 - 12:45

An online platform is connecting children with each other and experts to learn about the news. So how can its principles to used to help foster debate?

If you find the current news agenda head-spinning, imagine how young people feel. I work for a charity teaching the critical thinking skills needed to navigate the news, and recent events have put some big political issues at the forefront of students’ minds. The Brexit result left many young people feeling let down, and the outcome of the US election sent out further shock waves.

Now, the term “fake news” is rattling around and political opinions are becoming increasingly polarised. Just this week the Organisation for Economic Co-operation and Development (OECD) recommended schools teach children how to spot fact from fiction. But with young people spending more time online, how do we provide a space where pupils can discuss the big issues, without fear (or fake news) getting in the way?

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Lecture : une question de méthode ?

Cahiers Pédagogiques - Ven, 24/03/2017 - 09:48
« Les élèves, au sortir du cours préparatoire, ne savent plus lire. C'est la faute de la méthode globale. »

Ces affirmations souvent entendues allient la déploration sur le déclin de l'école et la condamnation des manières de faire des enseignants d'aujourd'hui. Qu'en est-il au-delà des impressions subjectives de chacun ? Car, à partir d'un point de vue partiel, tout le monde, parent, enseignant, chercheur dans une spécialité pointue, a une opinion tranchée, à défaut d'être fondée, sur ce qu'on devrait faire ou pas en classe pour enseigner la lecture. Mieux vaudrait aller voir ce que nous disent les enquêtes et les synthèses de recherche.

Déjà en 1959 !

Il faut dans toute période difficile trouver un bouc émissaire. La Méthode Globale est aujourd'hui responsable de tous les maux dont souffre l'École.
Si les enfants lisent moins bien qu'autrefois, c'est la faute à la Méthode Globale.
S'ils manquent d'attention et de concentration dans leurs devoirs, s'ils font trop de fautes dans leurs dictées ou dans leurs lettres, c'est évidemment la méthode globale qui en est la cause.
La discipline elle-même, et donc la marche générale des établissements, en sont affectés. Qu'on revienne donc à la bonne règle préalable du B-A BA et aux exercices méthodiques ; qu'on enseigne les b bases avant d'aborder le tout, et l'éducation refleurira. L'État sera sauvé.

Célestin Freinet « la Méthode Globale, cette galeuse ! », supplément à la revue l'Éducateur (n° 19 du 30 juin 1959).

Tout d'abord, le niveau des élèves en lecture baisse-t-il ? Difficile de comparer les performances sur une longue durée, car les attentes ont bien changé depuis un siècle. Il ne suffit plus aujourd'hui de déchiffrer et de comprendre un texte simple pour pouvoir s'insérer dans la vie sociale et professionnelle. Les ambitions sont plus grandes, les textes, les documents, les situations de lecture sont multiples et complexes, notamment lorsqu'il s'agit de lire pour apprendre. En revanche, les points de comparaison existent si on remonte à une vingtaine d'années, grâce aux évaluations organisées en France par la DEPP et aux évaluations internationales (PIRLS au CM1, PISA pour les élèves de 15 ans). On y constate des scores médiocres des élèves français et leur légère baisse au fil des années.

En fait, ces résultats cachent un contraste entre les meilleurs élèves, très performants, et les moins bons, qui font baisser le score moyen. C'est là le point inquiétant : notre enseignement de la lecture n'est pas inefficace pour tous les élèves, mais pour les élèves les plus faibles, qui sont aussi, très souvent, les plus défavorisés socialement. Le système français se révèle parmi les plus inégalitaires des pays de l'OCDE. Pour bien poser la question de l'efficacité respective des différentes manières d'enseigner la lecture, il faut surtout s'interroger sur leur efficacité pour les élèves le plus en difficulté.

Renoncer aux « méthodes »

Pour cela, renonçons d'emblée à parler des méthodes de lecture. Elles sont définies de manière trop peu rigoureuse pour qu'on sache vraiment de quoi on parle. Autant de définitions par exemple de la méthode globale que de personnes qui en parlent ! En outre, à supposer qu'on réussisse à s'entendre sur les mots et à réserver, par exemple, le terme de méthode globale pour désigner une approche « idéovisuelle » qui fait l'économie d'un enseignement systématique des correspondances entre les sons de la langue orale et les lettres, on oublierait toute une série de facteurs : le rythme de l'étude des correspondances entre sons et lettres, la nature des textes qui sont utilisés comme supports pour lire, l'articulation entre écriture et lecture, la place d'un enseignement grammatical, l'enseignement du vocabulaire, la pratique régulière de la lecture et la fréquentation des écrits, la manière de grouper les élèves, le climat scolaire, les interventions pour aider les élèves à clarifier les fonctions et le fonctionnement de l'écrit ou encore l'enseignement des stratégies pour lire… Tout cela compte aussi.

Alors, que sait-on vraiment des pratiques dans les classes françaises (dans toutes les dimensions de ce qui est nécessaire dans l'enseignement de la lecture) et que sait-on sur « ce qui marche » au début de l'apprentissage de la lecture, au-delà des idées reçues ?

Les sons et les lettres

Dans un rapport publié en 2006, l'Inspection générale de l'Éducation nationale soulignait que, dans l'immense majorité des classes, les enseignants font travailler systématiquement sur le code. Les manques constatés concernent l'enseignement de l'écriture et celui de la compréhension. Plus récemment, une enquête, conduite par un collectif de chercheurs coordonné par Roland Goigoux sur un échantillon national de 131 classes observées pendant trois semaines au cours de l'année 2013-2014, est venue confirmer et préciser ces constats. Dans toutes les classes observées, le maitre enseigne systématiquement le code, c'est-à-dire les correspondances entre les sons et les lettres. La croyance que les maitres de CP auraient recours à des pratiques « globales », au sens où on ferait reconnaitre les mots sans passer par le B-A : BA, est donc une légende.

Cette étude, qui intégrait des évaluations des performances des élèves en début et en fin de CP, puis en fin de CE1, donne également des informations sur les composantes des pratiques enseignantes qui permettent le mieux aux lecteurs débutants de progresser, et en particulier aux plus faibles d'entre eux.

La riche littérature de recherche antérieure sur la question, mais qui concernait rarement le contexte francophone, avait déjà montré qu'un enseignement systématique du code est favorable à l'apprentissage de la lecture, mais sans pouvoir départager deux manières de le faire : partir des lettres pour aller vers le mot et la phrase, approche traditionnellement qualifiée de « syllabique », ou bien partir des mots pour les comparer et les décomposer en lettres.

L'effet du temps

La recherche de Roland Goigoux et ses collègues confirme ces résultats. Elle met aussi en évidence d'autres facteurs qui expliquent les progrès des élèves. Ainsi l'allongement du temps alloué globalement au lire-écrire a peu d'effet, mais le temps alloué à l'étude de la langue a un effet positif et l'allongement de la durée de travail effectif avec l'enseignant a un effet positif sur les élèves les plus faibles. Autre résultat, le tempo d'introduction des correspondances entre sons et lettres [1] n'est pas indifférent : un tempo lent (moins de huit correspondances étudiées sur les neuf premières semaines de l'année) pénalise les performances de tous les élèves ; le tempo qui semble le plus efficace pour les élèves les plus faibles est d'environ quatorze correspondances sur neuf semaines (1,5 par semaine). Signalons encore, parmi d'autres résultats, un effet du temps passé sur les tâches orales d'élucidation du sens sur les performances en compréhension de texte, ou l'influence positive du temps passé à des tâches de dictée sur l'écriture, avec un plafond à quarante minutes par semaine.

Améliorer la qualité de l'enseignement de la lecture ne saurait passer par des mots d'ordre simplistes et stéréotypés. C'est en tenant compte des différents facteurs de réussite d'une pédagogie, et de la complexité des interactions entre ces facteurs, que les enseignants se forment et trouvent chaque jour les leviers nécessaires pour agir. Ce que montre aussi cette enquête, c'est qu'il y a plusieurs manières d'amener les élèves à réussir les apprentissages visés. Et en fin de compte, l'engagement des enseignants dans leur travail et dans la recherche de solutions aux questions qu'ils se posent, leur refus du fatalisme, sont les meilleurs gages de leur efficacité.

Jacques Crinon
Professeur en Sciences de l'éducation à l'Université Paris-Est Créteil, membre du comité de rédaction des Cahiers pédagogiques

A lire également :

Comment soutenir le développement de compétences en lecture ?
Par Corinne Brisbart, à propos de la conférence de consensus autour de la lecture, organisée par le CNESCO et l'IFE en mars 2016.

Lecture : et si on s'intéressait aux pratiques réelles ?
Par Jean-Michel Zakhartchouk

« Devenir lecteur, c'est aussi devenir capable de parler de ce qu'on a lu. »
Interview de Jacques Crinon, coordonnateur du dossier du n° 516 des Cahiers pédagogiques, « Devenir lecteur »

L'école et la lecture obligatoire. Histoire et paradoxe des pratiques d'enseignement de la lecture
Recension du livre d'Anne-Marie Chartier, Retz, 2007.

[1] Ou, pour adopter une terminologie plus rigoureuse, entre phonèmes et graphèmes.

Ce qu'en dit Roland Goigoux

Nous ne proposons pas d'innovation dont nous chercherions à montrer la supériorité, nous nous efforçons seulement d'identifier les pratiques qui s'avèrent les plus efficaces et les plus équitables. Nous faisons l'hypothèse que celles-ci présentent des caractéristiques communes qui ne coïncident pas avec les typologies archaïques (“mixte” versus “syllabique”) et que plusieurs configurations de variables didactiques peuvent aboutir à des apprentissages similaires. En effet, si aucune étude comparative des “méthodes” de lecture n'a permis d'établir la supériorité de tel dispositif sur tel autre, ce n'est pas parce que toutes les pratiques se valent mais parce que la variable “ méthode”, trop grossière et mal définie, n'est pas une variable pertinente pour une telle recherche.
Pour comprendre ce qui différencie véritablement les choix pédagogiques opérés par les maîtres et leur effet sur les apprentissages des élèves, il est nécessaire de substituer à cette approche en termes de “ méthode” une analyse reposant sur l'examen simultané d'une pluralité d'indicateurs et de dépasser les déclarations de principes pour entrer dans le détail des pratiques concrètes.

Le Monde, 31.12.2013 « Apprentissage de la lecture : opposer méthode syllabique et méthode globale est archaïque »

Categorías: Educación, Universidade

EducPros

Sauvons la recherche - Ven, 24/03/2017 - 09:45

23 mars 2017

22 mars 2017

15 mars 2017

3 mars 2017

2 mars 2017

1 mars 2017

22 février 2017

21 février 2017

31 janvier 2017

30 janvier 2017

26 janvier 2017

25 janvier 2017

20 janvier 2017

12 janvier 2017

3 janvier 2017

26 décembre 2016

8 décembre 2016

7 décembre 2016

17 novembre 2016

10 novembre 2016

9 novembre 2016

7 novembre 2016

26 octobre 2016

21 octobre 2016

17 octobre 2016

13 octobre 2016

11 octobre 2016

29 septembre 2016

Jean-Pierre Sauvage, chercheur strasbourgeois et prix Nobel de chimie

29 septembre 2016

28 septembre 2016

27 septembre 2016

26 septembre 2016

23 septembre 2016

22 septembre 2016

6 septembre 2016

31 août 2016

30 août 2016

26 août 2016

25 août 2016

21 juillet 2016

20 juillet 2016

8 juillet 2016

7 juillet 2016

6 juillet 2016

5 juillet 2016

30 juin 2016

29 juin 2016

28 juin 2016

24 juin 2016

23 juin 2016

20 juin 2016

16 juin 2016

14 juin 2016

6 juin 2016

25 mai 2016

24 mai 2016

23 mai 2016

20 mai 2016

19 mai 2016

18 mai 2016

4 mai 2016

3 mai 2016

29 avril 2016

27 avril 2016

25 avril 2016

13 avril 2016

8 avril 2016

7 avril 2016

6 avril 2016

24 mars 2016

22 mars 2016

17 mars 2016

15 mars 2016

14 mars 2016

9 mars 2016

3 mars 2016

26 février 2016

25 février 2016

25 février 2016

24 février 2016

23 février 2016

19 février 2016

18 février 2016

17 février 2016

11 février 2016

4 février 2016

2 février 2016

28 janvier 2016

24 janvier 2016

19 janvier 2016

18 janvier 2016

17 janvier 2016

14 janvier 2016

12 janvier 2016

11 janvier 2016

8 janvier 2016

6 janvier 2016

20 décembre 2015

12 décembre 2015

7 décembre 2015

24 novembre 2015

23 novembre 2015

17 novembre 2015

16 novembre 2015

6 novembre 2015

5 novembre 2015

3 novembre 2015

30 octobre 2015

28 octobre 2015

7 octobre 2015

2 octobre 2015

1 octobre 2015

30 septembre 2015

29 septembre 2015

28 septembre 2015

21 septembre 2015

16 septembre 2015

14 septembre 2015

6 septembre 2015

2 septembre 2015

25 août 2015

10 juillet 2015

26 juin 2015

25 juin 2015

8 juin 2015

5 juin 2015

1 juin 2015

3 mai 2015

28 avril 2015

24 avril 2015

23 avril 2015

22 avril 2015

19 avril 2015

16 avril 2015

14 avril 2015

1 avril 2015

7 avril 2015

3 avril 2015

1 avril 2015

31 mars 2015

29 mars 2015

20 mars 2015

19 mars 2015

18 mars 2015

12 mars 2015

9 mars 2015

5 mars 2015

4 mars 2015

2 mars 2015

23 février 2015

22 février 2015

19 février 2015

15 février 2015

15 février 2015

5 février 2015

4 février 2015

4 février 2015

2 février 2015

29 janvier 2015

27 janvier 2015

22 janvier 2015

21 janvier 2015

19 janvier 2015

16 janvier 2015

6 janvier 2015

9 janvier 2015

5 janvier 2015

19 décembre 2014

14 décembre 2014

11 décembre 2014

29 novembre 2014

27 novembre 2014

26 novembre 2014

23 novembre 2014

19 novembre 2014

14 novembre 2014

8 novembre 2014

1 novembre 2014

24 octobre 2014

22 octobre 2014

20 octobre 2014

16 octobre 2014

14 octobre 2014

9 octobre 2014

7 octobre 2014

22 septembre 2014

4 septembre 2014

4 octobre 2014

2 octobre 2014

1 octobre 2014

28 septembre 2014

26 septembre 2014

25 septembre 2014

19 septembre 2014

18 septembre 2014

9 septembre 2014

7 septembre 2014

28 aout 2014

26 aout 2014

15 aout 2014

22 juillet 2014

21 juillet 2014

3 juillet 2014

2 juillet 2014

22 juin 2014

30 juin 2014

24 juin 2014

18 juin 2014

11 juin 2014

3 juin 2014

23 mai 2014

21 mai 2014

16 mai 2014

-*Les résultats du baromètre EducPros 2014

9 avril 2014

6 avril 2014

2 avril 2014

2 avril 2014

28 mars 2014

21 mars 2014

17 mars 2014

13 mars 2014

6 mars 2014

2 mars 2014

1 mars 2014

12 février 2014

9 février 2014

7 février 2014

6 février 2014

Categorías: Universidade

I sell degrees – but don't tell students they might be worthless

Guardian Unlimited: Education - Ven, 24/03/2017 - 08:00

At open days I pitch my university to young people, even though fewer graduate jobs and high tuition fees means their qualifications may not pay off

Although I love a lot of things about my job as a lecturer in the social sciences at a mid-ranked post-92 university, there is one aspect that really troubles me – I often feel like a reluctant salesperson.

Potential students come to open days, or we go out to schools, and we have to court them. At one level, this is fine. They’re entitled to choose what and where they study, and we want students who want to be here. I’m genuinely committed to my topic, which I believe comes across in my teaching and open day talks, and the degree we have is established, cohesive, and well taught.

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Le Monde Diplomatique

Sauvons la recherche - Ven, 24/03/2017 - 07:30

22 mars 2017

juillet 2013

février 2017

octobre 2016

juillet 2016

mai 2016

10 mars 2016

19 février 2016

décembre 2015

4 novembre 2015

juillet 2015

29 juin 2015

mai 2015

avril 2015

avril 2015

27 mars 2015

mars 2015

février 2015

6 février 2015

février 2015

12 janvier 2015

mai 2014

novembre 2014

13 novembre 2014

décembre 2012

septembre 2012

février 2012

15 juin 2012

decembre 2011

mai 2012

février 2012

octobre 2011

juillet 2011

avril 2011

mars 2011

juin 2010

1 decembre 2010

8 mai 2009

Categorías: Universidade

100,000 more children missed school for family holiday last year, figures show

Guardian Unlimited: Education - Ven, 24/03/2017 - 07:00

Government data reveals sharp rise in unauthorised leave during term-time in England

There has been a sharp rise in the number of children missing school in England because of unauthorised family holidays, according to the latest government figures.

While overall pupil absence rates have remained stable and are at a historic low, figures published by the Department for Education reveal that an additional 100,000 children missed school for an unauthorised family holiday in 2015/16 compared with the previous year.

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Cahiers de mémoire, Kigali, 2014 (F. Prudhomme, éd.)

Fabula - Ven, 24/03/2017 - 06:36
Cahiers de mémoire, Kigali, 2014 dir. Florence Prudhomme trad. Louis Munyaburanga Basengo, Charles Kalinda, Leiny Munyakazi Classiques Garnier — Collection : Littérature, histoire, politique n° 30 ISBN 978-2-406-06708-5 — EAN 9782406067085 297 pages - Livre broché - 22 € Les Cahiers de mémoire sont des récits du génocide, mais la remémoration s’étend en amont et en aval et suit un rythme ternaire : avant, pendant, après. Le fil conducteur, l’épicentre, demeure le génocide. Se rejoignent la nomination des disparus et le récit énonciatif et mémoriel de celles et ceux qui ont péri. Table des matières…
Categorías: Universidade

"Varia" de la revue Quaderna

Fabula - Ven, 24/03/2017 - 06:31
La rubrique « Varia » de la revue électronique annuelle à comité de lecture Quaderna (qui prépare actuellement son quatrième numéro) publie des articles hors-thème dans le domaine des études anglophones, germanophones, hispanophones et italophones (linguistique, littérature, civilisation). Les articles sont soumis à deux évaluations en double aveugle. Longueur suggérée : entre 3 500 et 5 000 mots (entre 20 000 et 30 000 signes). Pour le moment, la rubrique « Varia » a surtout accueilli des articles dans les domaines anglophone et hispanophone : des contributions germanophones et italophones seraient donc particulièrement bienvenues. Idem pour la linguistique, actuellement peu représentée. Les articles sont à envoyer à varia@quaderna.org.
Categorías: Universidade

Le corps en faillite: expériences et représentations du handicap dans la littérature et les arts (Lyon & Saint-Étienne)

Fabula - Ven, 24/03/2017 - 06:30
(english version below) Le corps en faillite: expériences et représentations du handicap dans la littérature et les arts 20 et 21 octobre 2017 Colloque international interdisciplinaire Université Jean Monnet, Saint-Etienne (CELEC) & Université Jean Moulin – Lyon 3 (IETT) Ce colloque sera consacré à l’expérience et à la représentation du handicap dans la littérature et les arts. Que l’on pense au membre paralysé ou amputé, à la déficience visuelle ou mentale, à l’estropié de guerre ou à l’accidenté de la route, on ne peut que souligner la profonde fascination qu’a suscité le corps en faillite dans la sphère artistique comme dans l’imaginaire populaire. Hors-norme et littéralement extra ordinaire, il paraît cependant résister tant à la représentation qu’à l’interprétation, les enjeux qu’il a pu soulever ayant souvent été limités par une vision qui l’a réduit à une version diminuée du «corps normal». Par ailleurs, puisque l’idéal du «corps sain dans un esprit sain» a longtemps prévalu, le corps handicapé a souvent été présenté comme le symptôme d’une faute morale ou la manifestation physique d’un mal ontologique, approche qui l’a cantonné à une lecture métaphorique ou allégorique. Ce n’est qu’au milieu des années 1980 que l’attention critique nouvelle suscitée par la question du handicap en renouvelle les enjeux, alors que les disability studies se constituent en Amérique du Nord comme champ disciplinaire à part entière. En France, ce n’est que très récemment que la question a commencé à soulever un intérêt critique. Au croisement des notions de gender , race et class , ce champ d’étude a activement contribué à enrichir un dialogue interdisciplinaire autour de la question de l’identité. Cette visibilité nouvelle a permis de repenser l’approche du handicap, en cessant de l’envisager sous l’angle de la déficience et de la carence. Les disability studies ont en effet replacé le sujet handicapé au cœur de la réflexion et l’ont débarrassé des stigmates qui ont longtemps pesé sur lui, notamment en réarticulant le rapport entre le normal et le pathologique. Ce travail a permis de mettre au jour un autre rapport au monde et à soi, d’identifier les stratégies par lesquelles celui-ci transcende les limites que son corps lui impose, tant dans la vie quotidienne que dans la pratique artistique. C’est dans cette perspective que nous nous proposons d’interroger les figures du corps handicapé dans les productions littéraires, cinématographiques, culturelles et artistiques, dans le monde anglo-saxon et au-delà. Tout d’abord, le handicap est une expérience qui implique bien souvent la construction d’un récit et nous souhaitons prêter une attention toute particulière aux formes narratives qu’il adopte et adapte. Le handicap suscite inévitablement un récit: le membre manquant, le corps paralysé ou l’altération cognitive impliquent le besoin de rendre compte de ce qui en est à l’origine. Ce récit, constamment remodelé au fil du temps et au gré des contextes, permet à l’individu de se libérer des discours institutionnels et du langage médical ainsi que de se (re)construire grâce à la force génératrice du récit qu’il produit. Il dépasse ainsi l’expérience traumatique et se réapproprie une identité qu’il a lui-même façonnée. Le handicap a ainsi contribué à redéfinir les genres et les formes narratives, du comique au tragique. Se pose alors un double questionnement sur les fonctions diégétiques du sujet handicapéet les stratégies narratives à l’œuvre dans ces récits. La représentation du handicap opère en effet une réarticulation du rapport à l’espace (limite / immobilité / confinement) et au temps (durée, ressassement, projection), du rapport à soi (acceptation, négation) et à l’autre (dépendance, perception), du rapport au langage et à la création. Par ailleurs, l’expérience du handicap induit souvent un renouvellement des pratiques artistiques qui exploite toutes les possibilités créatrices qu’offrent le geste maladroit, la parole qui achoppeet le corps vulnérable. On ne peut donc limiter le handicap aux stratégies de compensation et de réparation visant à combler les défaillances qu’il implique. La prothèse, par exemple, ne relève pas d’une simple substitution ou d’une imitation (de l’organe défaillant ou du membre manquant), mais d’une association entre corps et technologie qui déterritorialise la sphère de l’humain et en améliore les performances. Ce qui ne peut se faire ou se dire trouve ainsi des canaux d’expression détournés et donne naissance à des formes et des pratiques inédites. Si une poétique du handicap ne peut se satisfaire d’une simple célébration des dysfonctionnements, des déficiences et des défaillances du corps humain, peut-elle se soustraire à l’opposition binaire entre manque et excès, impuissance et surpuissance? De la même façon, comment échapper à la double impasse de l’exhibition ou de l’invisibilité, de la répulsion ou de la sublimation, de la stigmatisation et de l’idéalisation ? Puisque le corps handicapé ne se conforme pas aux codes esthétiques, dans quelle mesure, artistes, cinéastes et écrivains réarticulent-ils notre rapport au beau et au laid? Se pose alors la question des affects et du malaise que suscite le corps handicapé. Il s’avère alors crucial d’analyser le bouleversement qu’il opère dans l’expérience sensible, les affects singuliers qu’il met en jeu et la différence irréductible qu’il représente. L’expérience cognitive générée par le handicap ouvre à toute une série d’expériences esthétiques inédites et le pouvoir de la fiction se retrouve au service d’une construction identitaire bâtie sur une autre relation au temps, à l’espace et au corps. Le repérage de ces formes et des possibilités qu’elles offrent participe à la compréhension et à la transformation des représentations collectives du handicap. Nous sollicitons notamment des propositions sur les axes suivants: - corps handicapé et technologie - handicap moteur / psychique et les limitations de la perception - le handicap et ses ressorts tragiques / comiques - récits du handicap et (re)construction de l’identité - le personnage handicapé comme héros / personnage secondaire - le handicap au cœur de la pratique artistique - les handicaps et les arts corporels / visuels - la réception des disability studies en France et ses questionnements liés à la terminologie - la relation handicapé / valide - vieillesse et handicap - handicap, genre et sexualités Les propositions de communication (300 mots) sont à envoyer à Pierre-Antoine Pellerin ( pierre-antoine.pellerin@univ-lyon3.fr ) et Sophie Chapuis ( sophie.chapuis@univ-st-etienne.fr ) avant le 15 mai 2017. Bibliographie sélective Couser, Thomas G. and Thomas Griffith, Signifying Bodies: Disability in Contemporary Life Writing , Ann Arbor: University of Michigan Press, 2009. Davis, Lennard J., Bending over Backwards: Disability, Dismodernism and Other Difficult Positions , New York: New York University Press, 2002. Eco, Umberto (dir.), Histoire de la laideur, Flammarion, 2007. Garland-Thompson, Rosemarie, Extraordinary Bodies, Figuring Physical Disability in American Culture and Literature , New York: Columbia University Press, 1997. Hall, Alice, Literature and Disability , London: Routledge, 2016. Mitchell, David T., and Sharon L. Snyder . Narrative Prosthesis: Disability and the Dependencies of Discourses , Ann Arbor: University of Michigan Press, 2000. Sandhal, Carrie and Philip Auslander (ed.), Bodies in Commotion, Disability and Performance , Ann Arbor: University of Michigan Press, 2005. * The experience and representation of the disabled body in literature and the arts 20 – 21 October 2017 A two-day interdisciplinary conference Université Jean Monnet, Saint-Etienne (CELEC) & Université Jean Moulin – Lyon 3 (IETT) This international conference will explore the experience and representation of disability in literature and the arts. Whether we think of paralyzed or amputated limbs, visual or mental impairments, war cripples or traffic accident victims, the disabled body has always been an object of fascination in the arts and in the popular imagination. Since it is outside the norm and literally extra ordinary, it seems to resist both representation and interpretation. Consequently, what is stake in the disabled body has often been ignored, for it has been perceived as a diminished or dysfunctional version of the “normal body”. Besides, since the ideal of a “sound mind in a sound body” has long prevailed, the disabled body has often been presented as a symptom of a moral wrong or the physical manifestation of an ontological failure, an approach which has confined it to a metaphorical or allegorical reading. It is only with the emergence of disability studies as an autonomous disciplinary field in the 1980s, essentially in North America, that the question experienced a renewed interest. In France, it has gained momentum only recently. Intersecting with notions of gender, race and class, disability studies became fully engaged in an interdisciplinary dialogue on identity. This newly acquired visibility has led artists and critics to change our perception of the impaired body as they stopped considering it only in terms of deficiency, incapacity or lack. Disability studies have indeed put the disabled body at the center and helped it discard the stigma it had long been bearing. The relationship between normalcy and pathology was thus radically challenged as some other ways of relating to the world and the self were exposed. Focus has particularly been put on the enabling strategies allowing the disabled subject to transcend the limitations imposed by his/her afflicted body, whether in daily life or artistic practice. In that perspective, the conference invites contributors to reflect on this recent shift and welcomes papers that explore the disabled body in literary productions, movies and the arts. First, disability is an experience which is intimately connected to storytelling and the narrative forms it adopts and adapts should be carefully examined. Disability demands a story: a missing limb, a paralyzed body or a cognitive impairment must be accounted for. This implies the repeated production of a narrative that is constantly refashioned over one’s life and depends upon context. Reciprocally, the self is reshaped by the performative potential of the narrative and liberated from clinical or institutionalized discourses. Through its repetition, the narrative produced allows the disabled subject to go beyond the experience of trauma and forge his/her own identity. The experience and representation of disability have initiated a new reflection on genres (from comedy to tragedy) and narrative forms. Consequently, the narrative role of disabled characters must be examined as well as the strategies and structures at stake in such literary productions. Indeed, disability poses a challenge to space (limits, immobility, confinement), time (duration, repetition, projection), the self (acceptation, rejection) and others (dependence, perception), as well as language and the creative process. Besides, the experience of disability implies a renewal of artistic practices that explore the potentialities of hesitant gestures, faltering speech and vulnerable bodies Disability is not only inducing a wide range of strategies that are meant to address the failures of the disabled body. Prosthesis, for instance, may not just be considered as some substitution/imitation of the missing limb or organ: the use of technology can lead to fruitful cognitive adaptation, unexpected deterritorializing of the human body and enhanced performance. The disabled body can thus channel unprecedented practices and forms of expression. If a poetics of disability cannot merely feed on the dysfunctions and failures of the impaired body, can it escape the persistent dialectics of lack and excess, powerlessness and superpower? Similarly, can it offer any alternative to the binary opposition between exhibition and concealment, repulsion and sublimation, stigmatization and idealization? Since the disabled body does not conform to aesthetic canons, how do poets, artists, photographers, filmmakers and novelists who work with/on disability transform aesthetic codes and reconfigure notions like beauty and ugliness, attraction and repulsion? We wish to pay particular attention to the disruptive potential of disability, the singular affects it implies, and the irreducible difference that disability represents. The cognitive potentials of disability inaugurate a whole series of uncharted aesthetic experiences and the power of fiction helps the construction of an identity that is often built on a different relationship to time, space and the body. Mapping those forms and potentialities may prove crucial in understanding and transforming collective representations of disability. We welcome papers focused on any region or period and will privilege contributions addressing the following topics: - the disabled body and technology - motor / mental disability and the limitations of perception - disability and tragedy / comedy - narratives of disability and (re)construction of identity - the disabled character as a hero or minor character - disability and artistic practices - disability in body arts / visual arts - the reception of disability studies and the question of terminology - the relationship between the abled body and the disabled body - disability and old age - disability and sexual/gender/queer identities 300-word abstracts should be sent to Pierre-Antoine Pellerin (pierre-antoine.pellerin@univ-lyon3.fr) and Sophie Chapuis (sophie.chapuis@univ-st-etienne.fr) by May 15 th , 2017.
Categorías: Universidade
Distribuir contido