Universidade

Le Nouvel Obs

Sauvons la recherche - Lun, 26/06/2017 - 13:45

25 juin 2017

16 juin 2017

1 avril 2017

4 mars 2017

5 janvier 2017

21 aout 2016

27 juin 2016

15 juin 2016

31 mars 2016

18 mars 2016

16 mars 2016

13 février 2016

12 février 2016

5 janvier 2016

27 décembre 2015

29 novembre 2015

5 octobre 2015

2 septembre 2015

10 juillet 2015

5 mai 2015

19 mars 2015

14 mars 2015

9 mars 2015

7 février 2015

19 novembre 2014

15 octobre 2014

8 septembre 2014

18 aout 2014

13 aout 2014

16 juillet 2014

29 juin 2014

19 juin 2014

15 mai 2014

5 mai 2014

3 mars 2014

3 février 2014

18 novembre 2013

6 novembre 2013

2 novembre 2013

31 octobre 2013

19 octobre 2013

18 septembre 2013

17 septembre 2013

14 septembre 2013

11 septembre 2013

28 aout 2013

15 mai 2013

7 mai 2013

2 mai 2013

EXTRAIT : A découvrir également, en ce moment sur le site du Nouvel Observateur :
INFO OBS. Gallois bientôt ministre ? L'ancien patron d'EADS et auteur du rapport sur la compétitivité a le profil pour entrer au gouvernement. Ce n'est pas une rumeur. Ayrault y est très favorable. Hollande hésite. Les explications de François Bazin.

9 avril 2013

19 mars 2013

11 mars 2013

5 mars 2013

21 février 2013

23 février 2013

6 février 2013

8 janvier 2013

2 janvier 2013

27 novembre 2012

26 novembre 2012

25 novembre 2012

22 novembre 2012

23 novembre 2012

20 novembre 2012

19 novembre 2012

15 novembre 2012

7 novembre 2012

31 octobre 2012

22 octobre 2012

19 octobre 2012

16 octobre 2012

11 octobre 2012

8 octobre 2012

2 octobre 2012

28 septembre 2012

27 septembre 2012

21 septembre 2012

20 septembre 2012

18 septembre 2012

27 aout 2012

22 aout 2012

25 mai 2012

21 mai 2012

24 mai 2012

17 mai 2012

9 mai 2012

15 avril 2012

6 avril 2012

8 mars 2012

29 février 2012

28 février 2012

4 février 2012

23 janvier 2012

22 janvier 2012

13 décembre 2011

9 novembre 2011

19 octobre 2011

27 septembre 2011

22 septembre 2011

8 septembre 2011

5 septembre 2011

31 aout 2011

16 aout 2011

10 aout 2011

1 aout 2011

9 juillet 2011

14 juin 2011

8 juin 2011

7 juin 2011

3 juin 2011

29 mai 2011

24 mai 2011

23 mai 2011

21 mai 2011

14 mai 2011

27 avril 2011

22 avril 2011

6 avril 2011

2 avril 2011

22 janvier 2011

19 janvier 2011

4 Janvier 2011

21 décembre 2010

19 décembre 2010

17 décembre 2010

8 décembre 2010
POUR UNE SUCCESS STORY DES UNIVERSITÉS FRANÇAISES

6 décembre 2010
Grèce : affrontements entre police et jeunes pour l'anniversaire de la mort d'un adolescent

4 décembre 2010
Madrid casse la grève surprise des aiguilleurs espagnols

10 novembre 2010
Qui peut dire si le chef de l'Etat est "un citoyen comme les autres" ?

13 octobre 2010
Retraites : la grève se poursuit jeudi dans certains secteurs.

18 mai 2010
Le CNRS devra verser 70 millions d'euros à l'UE

15 février 2010

16 mai 2009

15 mai 2009

12 mai 2009

11 mai 2009

7 mai 2009

6 mai 2009

22 avril 2009

1er avril 2009

28 mars 2009

27 mars 2009

24 mars 2009

18 mars 2009

13 mars 2009

11 mars 2009

10 mars 2009

9 mars 2009

6 mars 2009

26 février 2009

16 février 2009

9 février 2009

3 février 2009

Categorías: Universidade

Flaubert, Salammbô et le Cabinet des médailles

Fabula - Lun, 26/06/2017 - 13:22
Référence bibliographique : Flaubert, Salammbô et le Cabinet des médailles, 2017. Le carnet de recherche l'Antiquité à la BnF vient de publier un billet sur " Flaubert, Salammbô et le Cabinet des médailles " par Florence CODINE et Julien OLIVIER, à lire sur http://antiquitebnf.hypotheses.org/761#more-761 Qui peut participer à ce carnet et comment ? Les contributions sont ouvertes à tous après contact avec le comité éditorial ( blogantiquite[AT]bnf.fr ) : chercheur venant étudier un fonds, auteur d’une étude sur une collection, chercheur associé, partenaire. N’hésitez pas à nous signaler vos publications mentionnant nos collections, nous relaierons l’information dans la mesure du possible !
Categorías: Universidade

Politis

Sauvons la recherche - Lun, 26/06/2017 - 11:52

21 juin 2017

5 juin 2017

1 février 2017

Il faut espérer que Benoît Hamon, qui s'est montré audacieux durant la campagne, saura poursuivre sur le chemin de l'audace et faire le choix résolu de la vraie gauche et de l'écologie.

1 décembre 2016

13 septembre 2016

20 septembre 2016

8 juillet 2016

2 juillet 2016

2 juin 2016

22 avril 2016

15 mars 2016

3 mars 2016

29 février 2016

25 février 2016

19 février 2016

5 février 2016

29 novembre 2015

13 mai 2015

30 mars 2015

20 novembre 2014

26 juin 2014

21 janvier 2014

16 janvier 2014

20 juin 2013

23 mai 2013

24 avril 2013

22 novembre 2012

27 septembre 2012

14 septembre 2012

13 septembre 2012

7 septembre 2012

12 avril 2012

28 mars 2012

21 mars 2012

1 mars 2012

23 février 2012

22 février 2012

3 février 2012

23 janvier 2012

20 janvier 2012

EXTRAITS : (...) « La Polynésie, à travers les essais nucléaires réalisés sur son sol, a donné à la France la possibilité de faire partie des grandes nations. Mais nous le payons très cher, car aujourd'hui nous le portons dans notre chair et notre terre », a d'ailleurs déclaré mardi 17 janvier au Sénat le pasteur Taaroanui Maraea, président de l'Eglise protestante Maohi, dans une conférence de presse décidément peu laïque : celle-ci avait débuté par une prière de John Taroanui Doom, membre du Bureau de l'association Moruroa e Tatou, opposant historique aux essais nucléaires, fait inédit au Sénat.

À cette occasion, Richard Ariihau Tuheiava soulignait les principaux volets du texte : La rétrocession des deux atolls par l'État à la Polynésie. Des dispositifs de protection couvrant les populations voisines. La création d'une grande commission nationale de suivi des conséquences environnementales des essais nucléaires. À ce jour, on trouve en Polynésie plusieurs kilos à plusieurs tonnes de dépôts de plutonium près des anciennes zones de tir. (...)

9 janvier 2012

20 décembre 2011

14 décembre 2011

9 décembre 2011

8 décembre 2011

9 novembre 2011

8 septembre 2011

1 septembre 2011

30 mai 2011

28 avril 2011

22 avril 2011

19 avril 2011

7 avril 2011

9 decembre 2010

16 Octobre 2010

29 octobre 2009

Categorías: Universidade

Le Monde

Sauvons la recherche - Lun, 26/06/2017 - 10:05

22 juin 2017

20 juin 2017

15 juin 2017

9 juin 2017

8 juin 2017

7 juin 2017

5 juin 2017

30 mai 2017

5 juin 2017

2 juin 2017

1 juin 2017

31 mai 2017

29 mai 2017

8 mai 2017

4 mai 2017

3 mai 2017

30 avril 2017

28 avril 2017

26 avril 2017

25 avril 2017

18 avril 2017

11 avril 2017

3 avril 2017

30 mars 2017

29 mars 2017

21 mars 2017

20 mars 2017

19 mars 2017

17 mars 2017

14 mars 2017

12 mars 2017

8 mars 2017

7 mars 2017

6 mars 2017

3 mars 2017

28 février 2017

2 mars 2017

28 février 2017

27 février 2017

22 février 2017

11 février 2017

23 février 2017

15 novembre 2005

1 février 2017

27 janvier 2017

24 janvier 2017

31 janvier 2017

29 janvier 2017

28 janvier 2017

27 janvier 2017

26 janvier 2017

24 janvier 2017

23 janvier 2017

Jean-Paul Demoule Institut Universitaire de France & Université de Paris I Professeur émérite de protohistoire européenne Ancien président de l'Inrap website : http://www.jeanpauldemoule.com

voir aussi : Une tribune de 2013 sur le même thème, du professeur d'archéologie Matthieu Poux : « Les archéologues en guerre »

17 janvier 2017

8 janvier 2017

8 décembre 2016

3 décembre 2016

2 décembre 2016

24 novembre 2016

3 décembre 2016

1 décembre 2016

29 novembre 2016

15 novembre 2016

21 novembre 2016

19 novembre 2016

14 novembre 2016

13 novembre 2016

12 novembre 2016

8 novembre 2016

11 novembre 2016

10 novembre 2016

3 novembre 2016

27 octobre 2016

25 octobre 2016

17 octobre 2016

13 octobre 2016

3 octobre 2016

8 octobre 2016

6 octobre 2016

5 octobre 2016

4 octobre 2016

3 octobre 2016

29 septembre 2016

28 septembre 2016

21 septembre 2016

20 septembre 2016

20 septembre 2016

19 septembre 2016

19 septembre 2016

17 septembre 2016

17 septembre 2016

16 septembre 2016

15 septembre 2016

13 septembre 2016

14 septembre 2016

12 septembre 2016

8 septembre 2016

6 septembre 2016

5 septembre 2016

30 août 2016

21 août 2016

20 août 2016

31 juillet 2016

5 aout 2016

31 juillet 2016

28 juillet 2016

27 juillet 2016

18 juillet 2016

16 juillet 2016

5 juillet 2016

13 juillet 2016

9 juillet 2016

11 juillet 2016

10 juillet 2016

9 juillet 2016

7 juillet 2016

6 juillet 2016

6 juillet 2016

30 juin 2016

29 juin 2016

28 juin 2016

24 juin 2016

21 juin 2016

19 juin 2016

19 juin 2016

17juin 2016

18 juin 2016

15 juin 2016

14 juin 2016

12 juin 2016

10 juin 2016

7 juin 2016

5 juin 2016

4 juin 2016

3 juin 2016

2 juin 2016

30 mai 2016

31 mai 2016

30 mai 2016

28 mai 2016

25 mai 2016

27 mai 2016

26 mai 2016

25 mai 2016

24 mai 2016

11 mai 2016

23 mai 2016

20 mai 2016

19 mai 2016

17 mai 2016

13 mai 2016

10 mai 2016

9 mai 2016

3 mai 2016

7 mai 2016

3 mai 2016

2 mai 2016

30 avril 2016

29 avril 2016

20 avril 2016

29 avril 2016

27 avril 2016

24 avril 2016

14 avril 2016

12 avril 2016

11 avril 2016

7 avril 2016

5 avril 2016

4 avril 2016

2 avril 2016

31 mars 2016

29 mars 2016

25 mars 2016

24 mars 2016

18 mars 2016

15 mars 2016

14 mars 2016

10 mars 2016

9 mars 2016

8 mars 2016

7 mars 2016

5 mars 2016

3 mars 2016

29 février 2016

25 février 2016

24 février 2016

23 février 2016

20 février 2016

19 février 2016

16 février 2016

11 février 2016

10 février 2016

9 février 2016

4 février 2016

3 février 2016

2 février 2016

30 janvier 2016

29 janvier 2016

28 janvier 2016

26 janvier 2016

24 janvier 2016

25 janvier 2016

24 janvier 2016

23 janvier 2016

22 janvier 2016

20 janvier 2016

19 janvier 2016

21 janvier 2016

20 janvier 2016

18 janvier 2016

15 janvier 2016

14 janvier 2016

12 janvier 2016

7 janvier 2016

6 janvier 2016

5 janvier 2016

31 décembre 2015

29 décembre 2015

23 décembre 2015

21 décembre 2015

16 décembre 2015

21 décembre 2015

17 décembre 2015

14 décembre 2015

13 décembre 2015

12 décembre 2015

10 décembre 2015

9 décembre 2015

7 décembre 2015

3 décembre 2015

28 novembre 2015

3 décembre 2015

2 décembre 2015

1 décembre 2015

27 novembre 2015

26 novembre 2015

24 novembre 2015

22 novembre 2015

21 novembre 2015

19 novembre 2015

9 novembre 2015

5 novembre 2015

2 novembre 2015

9 novembre 2015

3 novembre 2015

22 octobre 2015

2 octobre 2015

28 septembre 2015

19 septembre 2015

16 septembre 2015

20 septembre 2015

19 septembre 2015

18 septembre 2015

15 septembre 2015

14 septembre 2015

11 septembre 2015

22 juillet 2015

20 juillet 2015

7 mai 2015

6 juillet 2015

2 juillet 2015

1 juillet 2015

30 juin 2015

29 juin 2015

25 juin 2015

24 juin 2015

22 juin 2015

2 juin 2015

13 mai 2015

23 mai 2015

20 mai 2015

14 mai 2015

5 mai 2015

28 avril 2015

27 avril 2015

26 avril 2015

25 avril 2015

24 avril 2015

23 avril 2015

14 avril 2015

17 avril 2015

15 avril 2015

14 avril 2015

13 avril 2015

6 avril 2015

4 avril 2015

6 avril 2015

4 avril 2015

2 avril 2015

31 mars 2015

30 mars 2015

30 mars 2015

  • Noire semaine pour l'expertise
  • Radio France ou le grand gâchis EXTRAITS : Aujourd'hui ce n'est pas la radio publique qui coûte cher mais la restauration du bâtiment qui l'abrite. S'il y a bien un budget que les directions successives ont alimenté sans compter, et qui assombrit à lui seul les perspectives de la Maison ronde : c'est bien celui de sa réhabilitation. (...) Ce budget a explosé, d'un devis initial de 176 millions d'euros, l'estimation culmine aujourd'hui à 584 millions d'euros. Comment justifier les efforts demandés aux rédactions et à tous dans cette maison face à cette gabegie et l'absence de bon sens ?"
  • Radio France : « Ils jouent avec votre radio, notre avenir »

26 mars 2015

28 mars 2015

27 mars 2015

« Eviter un désert culturel à Béziers » ... et ailleurs en France ! AK

26 mars 2015

25 mars 2015

24 mars 2015

25 mars 2015

24 mars 2015

21 mars 2015

20 mars 2015

15 mars 2015

10 mars 2015

9 mars 2015

6 mars 2015

4 mars 2015

3 mars 2015

2 mars 2015

4 mars 2015

27 février 2015

26 février 2015

24 février 2015

23 février 2015

19 février 2015

17 février 2015

14 février 2015

12 fevrier 2015

6 fevrier 2015

4 fevrier 2015

2 fevrier 2015

1 février 2015

31 janvier 2015

30 janvier 2015

29 janvier 2015

21 janvier 2015

20 janvier 2015

23 janvier 2015

20 janvier 2015

19 janvier 2015

19 janvier 2015

15 janvier 2015

16 janvier 2015

14 janvier 2015

13 janvier 2015

13 janvier 2015

10 janvier 2015

8 janvier 2015

7 janvier 2015

6 janvier 2015

11 décembre 2014

4 décembre 2014

2 décembre 2014

27 novembre 2014

25 novembre 2014

24 novembre 2014

23 novembre 2014

21 novembre 2014

20 novembre 2014

20 novembre 2014

17 novembre 2014

19 novembre 2014

18 novembre 2014

17 novembre 2014

10 novembre 2014

09 novembre 2014

12 novembre 2014

14 novembre 2014

13 novembre 2014

10 novembre 2014

17 octobre 2014

14 octobre 2014

13 octobre 2014

13 octobre 2014

11 octobre 2014

10 octobre 2014

9 octobre 2014

9 octobre 2014

6 octobre 2014

6 octobre 2014

29 septembre 2014

2 octobre 2014

1 octobre 2014

29 septembre 2014

19 septembre 2014

16 septembre 2014

13 septembre 2014

6 septembre 2014

5 septembre 2014

4 septembre 2014

3 septembre 2014

1 septembre 2014

22 aout 2014

26 aout 2014

25 aout 2014

17 aout 2014

15 aout 2014

3 aout 2014

15 juillet 2014

7 juillet 2014

3 juillet 2014

1 juillet 2014

27 juin 2014

26 juin 2014

24 juin 2014

  • Il faut investir rapidement dans la recherche et l'innovation Du côté de la science, ça ne va pas. En dix ans, la part du produit intérieur brut (PIB) investi en recherche et développement (R&D) est passée de 2,2 % à 3 % en Allemagne et a stagné à 2,3 % chez nous. Cela correspond à un différentiel, chaque année, d'environ 16 milliards d'euros. Ne pas comprendre que cela a des effets sur notre compétitivité économique et se focaliser sur les seuls coûts salariaux comme explication de notre décrochage, c'est afficher l'ambition d'exporter des tee-shirts et d'importer des machines-outils. On rêverait d'un autre futur.

Sous le prétexte des classements internationaux, notre politique scientifique et universitaire s'est engagée dans la construction de mastodontes, équivalents des caparaçons d'Azincourt - en 1415, la cavalerie française subit une lourde défaite face aux Anglais en partie due au fait que ses chevaux, trop lourdement protégés, s'enfonçaient dans le terrain boueux - . De par le monde, les étudiants utilisent Internet pour identifier les universités et laboratoires qu'ils désirent rejoindre.(...)

Tribunepublié dans le supplément " Science & médecine " par Alain Prochiantz, chercheur en neurobiologie et professeur au Collège de France. Depuis 2003, il est membre de l'Académie des sciences.

21 juin 2014

17 juin 2014

14 juin 2014

28 mai 2014

9 juin 2014

4 juin 2014

26 mai 2014

3 juin 2014

29 mai 2014

28 mai 2014

22 mai 2014

23 mai 2014

21 mai 2014

20 mai 2014

15 mai 2014

14 mai 2014

13 mai 2014

13 mai 2014

10 mai 2014

6 mai 2014

5 mai 2014

30 avril 2014

29 avril 2014

28 avril 2014

25 avril 2014

17 avril 2014

16 avril 2014

7 avril 2014

8 avril 2014

2 avril 2014

1 avril 2014

Vos grands-parents avaient-ils aussi du temps pour leur famille ?

Oui. En juillet 1898, ils découvrent le polonium. Ils savent qu'il y a un deuxième élément à découvrir mais ils partent en vacances jusqu'en octobre. Ce serait impensable aujourd'hui. Pendant ce temps-là, Marie remplit ses carnets d'annotations sur les progrès de sa fille, comme elle le faisait pour ses carnets de découvertes. Je sais quel jour ma mère a eu sa première dent, sa deuxième ou sa troisième.

26 mars 2014

24 mars 2014

01 mars 2014

17 février 2014

7 février 2014

4 février 2014

28 janvier 2014

27 janvier 2014

23 janvier 2014

18 janvier 2014

16 janvier 2014

13 janvier 2014

Categorías: Universidade

Approches du geste chirurgical (XX e -XXI e s.): histoire, littérature, philosophie, arts visuels (Paris)

Fabula - Lun, 26/06/2017 - 10:02
Approches du geste chirurgical (20 e -21 e siècles): histoire, littérature, philosophie, arts visuels La diffusion à la fin du 19 e siècle de la révolution des trois A (Anesthésie, Antisepsie, Asepsie) ouvre pour la chirurgie une période conquérante, et bouleverse en profondeur la manière dont se conçoit l’opération chirurgicale. Cette évolution rapide de la technique chirurgicale, avec le perfectionnement de ses outils et l’apparition du bloc chirurgical moderne (à partir de 1900), marque l’avènement d’une véritable «frénésieopératoire [1] », à l’issue de laquelle, en 1928, Jean-Louis Faure pourra écrire: «Tout ce qu’il était anatomiquement possible de faire sur le corps de l’homme vivant a été fait. […] Il n’y a plus rien à tenter [2] .» Pourtant de nouvelles perspectives émergent après la Seconde Guerre mondiale, avec la réparation et le remplacement d’organes [3] . Le perfectionnement de la technique chirurgicale s’accompagne d’une évolution en profondeur du geste chirurgical lui-même. À partir de la fin du 19 e siècle, ce siècle où, selon Philippe Hubinois, il se serait accompli plus de progrès chirurgicaux que dans les vingt siècles précédents [4] , les «pères coupe-toujours» dénoncés par Octave Mirbeau [5] cèdent la place à des chirurgiens qui sollicitent moins le poignet, symbole d’un passage en force, que les doigts [6] , pour une opération le plus en douceur possible, économe du sang du patient. Il faut « se soumettre (…) à plus d’impersonnalité», recommande Henri Mondor, en prenant des «gants de pureté» qui permettent de dépouiller le style chirurgical des «arabesques, des effets, des embarras [7] ». C’est la chirurgie américaine, avec William Halsted, qui adopta à la fin du 19 e siècle l’usage systématique des gants de caoutchouc [8] . René Leriche le rencontre à Baltimore en 1913 et loue le minimalisme de ses interventions qui blessent le corps le moins possible [9] . Le chirurgien se glisse «entre la vie et la vie [10] » (Valéry) et devient capable «au besoin[de] ralentir la vitesse de ses mains [11] », voire de céder sa place « pour pouvoir mieux observer [12] », et faire naître des «association[s] inédite[s] d’idées [13] ». Le tempo chirurgical d’un opérateur capable de ralentir et d’accélérer, en fonction d’un programme chirurgical qui se met en place à la fin du 19 e siècle [14] , ouvre la voie à une conception musicale du geste chirurgical, qui rappelle le rêve de Thierry de Martel, rapporté par Paul Morand, d’une «fugue spécialement adaptée aux opérations, qui permettrait de faire coïncider la dernière suture avec la dernière note [15] ». Le faux style du chirurgien amoureux de ses propres mains, dénoncé par Jean-Louis Faure [16] dans L’Âme du chirurgien , est récusé comme preuve d’un «maniérisme inconvenant [17] ». À cette «coquetterie de jongleur ou d’escrimeur» s’oppose l’«élégance sobre, nette», qui seule a droit «au nom de style [18] » pour Henri Mondor et René Leriche. L’évolution de la chirurgie depuis la fin du 19 e siècle a donc imposé une «meilleure alliance de la tête et des mains [19] ». Pariant sur une intelligence des «mains oculaires [20] », le chirurgien qui «pousse les mots à la lueur de ses doigts [21] », comme l’écrit Lorand Gaspar, refuse l’image de pur technicien qui s’attache encore à sa profession. Devenue «discipline de la connaissance [22] » de l’homme et du vivant, la chirurgie a de plus en plus soif de dialogue: avec les autres scientifiques, en particulier les biologistes, mais également avec des interlocuteurs qui lui renvoient un miroir d’elle-même – comme la philosophie, les arts visuels, la littérature – et lui permettent de faire émerger une véritable pensée de son art. Pourquoi les chirurgiens, s’interroge Paul Valéry en 1938, lorsqu’à l’invitation d’Henri Mondor il prononce un discours au congrès de chirurgie, éprouvent-ils le besoin d’inviter un «profane [23] » au cœur de leurs débats? Ils semblent l’inciter à une «biopsie [24] », et qu’à son tour il entreprenne d’«ouvrir [25] » le chirurgien… De même, lorsque René Leriche, suivi récemment par Philippe Hubinois, intitule un ouvrage Philosophie de la chirurgie , c’est à un dialogue avec d’autres philosophes et penseurs qu’il invite, comme l’a bien compris Georges Canguilhem [26] , dont Michel Foucault souligne l’importance «décisive» pour «tous ceux qui, à partir de points de vue si différents, ont essayé de repenser la question du sujet [27] ». Enfin, de nos jours, la culture populaire télévisuelle s’empare du geste chirurgical qui intéresse notamment Steven Soderbergh dans la série The Knick (2014-2015). Le réalisateur revisite la période cruciale de la chirurgie américaine du début du 20 e siècle. Le «geste chirurgical» sera donc le point focal de cette journée d’étude interdisciplinaire. Nous nous donnons pour objectif d’approfondir la connaissance de ce geste et de son évolution depuis la fin du 19 e siècle jusqu’aux bouleversements techniques les plus récents – chirurgie «mini-invasive» et chirurgie télévisuelle – pour mettre la main du chirurgien et son maniement des outils chirurgicaux en dialogue avec ceux qui ont cherché à la voir à l’œuvre et à la donner à voir, ouvrant la voie à une poétique de la chirurgie, une philosophie, une chorégraphie… Les propositions envoyées devront donc envisager le dialogue entre la chirurgie et ses autres , que ce soit en France ou ailleurs, précisément à partir de la question gestuelle, pour la soumettre aux interrogations venues d’autres champs disciplinaires. Cette journée d’étude est donc ouverte aux propositions venues de disciplines telles que l’histoire de la chirurgie, la littérature, la philosophie et les arts visuels. Les propositions de contribution (titre et résumé de 15 à 20 lignes, accompagnés d’une bio-bibliographie d’une demi-page) sont à envoyer, pour le 1er octobre 2017 au plus tard, simultanément à Thomas Augais ( thomas.augais@unifr.ch ) et Julien Knebusch ( julien.knebusch@unifr.ch ). RESPONSABLES Thomas Augais, Julien Knebusch, Jérôme Van Wijland URL DE RÉFÉRENCE http://www.unifr.ch/mh/fr/research/janv-2018 [1] Philippe Hubinois, Petite philosophie de la chirurgie , Paris, Michalon, coll. «Encre marine», 2006, p.68. [2] Ibid. , p.69. [3] Ibid. , p.71. [4] Ibid. , p.68. [5] Octave Mirbeau, «Les pères Coupe-Toujours», Le Journal , dixième année, n° 3363, dimanche 15 décembre 1901, p. 1. [6] René Leriche, La Philosophie de la chirurgie , Paris, Flammarion, 1951, p. 205. [7] Henri Mondor, Hommes de qualité , Paris, Gallimard, 1939, p.18. [8] Michel Germain, L’Épopée des gants chirurgicaux , Paris, L’Harmattan, 2012, p.43-46. [9] René Leriche, Souvenirs de ma vie morte , Paris, Seuil, 1956, p. 84. [10] Paul Valéry, «Discours aux chirurgiens» [1938]dans Œuvres , t. I, éd. Jean Hytier, Paris, Gallimard, coll. «Bibliothèque de la Pléiade», 1957, p. 912. [11] René Leriche, La Philosophie de la chirurgie , op. cit. , p. 71. [12] Ibid. [13] René Leriche, «De la méthode de la recherche en chirurgie», Discours d’ouverture du 42 e congrès français de chirurgie le 9 octobre 1933 , Paris, Masson, 1933, p.30. [14] Voir René Leriche, Souvenirs de ma vie morte , op. cit. , p. 72: «Chaque temps est bien marqué». [15] Paul Morand, «D’Artagnan in White: The French Surgeon, Thierry de Martel », Vogue , 15 oct. 1953, p. 115. [16] Jean-Louis Faure, L’Âme du chirurgien: essais, discours, souvenirs , Paris, Les Arts et le Livre, 1928. [17] Henri Mondor, René Leriche. Chirurgien , Paris, Ventadour, 1956, p. 83. [18] Ibid . [19] Jean-Paul Binet, Les Vies multiples de Henri Mondor , Paris, Masson, 1993, p. 21. Sur l’évolution de la chirurgie notamment allemande et nord-américaine, voir Thomas Schlich, « “The Days of Brilliancy are Past“: Skill, Styles, and the Changing Rules of Surgical Performance, ca. 1820-1900 », Medical History , 2015, vol. 59 (3), p.379-403. [20] Jean Riolan, Manuel anatomique et pathologique, ou Abrégé de toute l'anatomie et des usages que l'on en peut tirer pour... la guérison des maladies , Nouvelle édition corrigée & augmentée de la 6 e partie, sur les mémoires et livres imprimez de l'autheur, traduction française de François Sauvin, À Paris, chez Gaspar Meturas, 1661 [1ère éd. 1653], fol. ẽ1v. [21] Lorand Gaspar, Feuilles d’observation , Paris, Gallimard, 1986, p. 42. [22] René Leriche, La Chirurgie, discipline de la connaissance , Nice, La Diane française, 1949. [23] Paul Valéry, «Discours aux chirurgiens», op. cit. , p. 909. [24] Ibid. , p.915. [25] Ibid . [26] Georges Canguilhem, «La pensée de René Leriche», La Revue philosophique de la France et de l’Étranger , t. 146, 1956, p. 313-317. [27] Michel Foucault, «La vie: l’expérience et la science» [1985], Dits et écrits, II. 1976-1988 , Paris, Gallimard, coll. «Quarto», 2001, p.1595.
Categorías: Universidade

EducPros

Sauvons la recherche - Lun, 26/06/2017 - 08:45

19 juin 2017

7 juin 2017

6 juin 2017

2 juin 2017

6 avril 2017

5 avril 2017

31 mars 2017

30 mars 2017

31 mars 2017

28 mars 2017

23 mars 2017

22 mars 2017

15 mars 2017

3 mars 2017

2 mars 2017

1 mars 2017

22 février 2017

21 février 2017

31 janvier 2017

30 janvier 2017

26 janvier 2017

25 janvier 2017

20 janvier 2017

12 janvier 2017

3 janvier 2017

26 décembre 2016

8 décembre 2016

7 décembre 2016

17 novembre 2016

10 novembre 2016

9 novembre 2016

7 novembre 2016

26 octobre 2016

21 octobre 2016

17 octobre 2016

13 octobre 2016

11 octobre 2016

29 septembre 2016

Jean-Pierre Sauvage, chercheur strasbourgeois et prix Nobel de chimie

29 septembre 2016

28 septembre 2016

27 septembre 2016

26 septembre 2016

23 septembre 2016

22 septembre 2016

6 septembre 2016

31 août 2016

30 août 2016

26 août 2016

25 août 2016

21 juillet 2016

20 juillet 2016

8 juillet 2016

7 juillet 2016

6 juillet 2016

5 juillet 2016

30 juin 2016

29 juin 2016

28 juin 2016

24 juin 2016

23 juin 2016

20 juin 2016

16 juin 2016

14 juin 2016

6 juin 2016

25 mai 2016

24 mai 2016

23 mai 2016

20 mai 2016

19 mai 2016

18 mai 2016

4 mai 2016

3 mai 2016

29 avril 2016

27 avril 2016

25 avril 2016

13 avril 2016

8 avril 2016

7 avril 2016

6 avril 2016

24 mars 2016

22 mars 2016

17 mars 2016

15 mars 2016

14 mars 2016

9 mars 2016

3 mars 2016

26 février 2016

25 février 2016

25 février 2016

24 février 2016

23 février 2016

19 février 2016

18 février 2016

17 février 2016

11 février 2016

4 février 2016

2 février 2016

28 janvier 2016

24 janvier 2016

19 janvier 2016

18 janvier 2016

17 janvier 2016

14 janvier 2016

12 janvier 2016

11 janvier 2016

8 janvier 2016

6 janvier 2016

20 décembre 2015

12 décembre 2015

7 décembre 2015

24 novembre 2015

23 novembre 2015

17 novembre 2015

16 novembre 2015

6 novembre 2015

5 novembre 2015

3 novembre 2015

30 octobre 2015

28 octobre 2015

7 octobre 2015

2 octobre 2015

1 octobre 2015

30 septembre 2015

29 septembre 2015

28 septembre 2015

21 septembre 2015

16 septembre 2015

14 septembre 2015

6 septembre 2015

2 septembre 2015

25 août 2015

10 juillet 2015

26 juin 2015

25 juin 2015

8 juin 2015

5 juin 2015

1 juin 2015

3 mai 2015

28 avril 2015

24 avril 2015

23 avril 2015

22 avril 2015

19 avril 2015

16 avril 2015

14 avril 2015

1 avril 2015

7 avril 2015

3 avril 2015

1 avril 2015

31 mars 2015

29 mars 2015

20 mars 2015

19 mars 2015

18 mars 2015

12 mars 2015

9 mars 2015

5 mars 2015

4 mars 2015

2 mars 2015

23 février 2015

22 février 2015

19 février 2015

15 février 2015

15 février 2015

5 février 2015

4 février 2015

4 février 2015

2 février 2015

29 janvier 2015

27 janvier 2015

22 janvier 2015

21 janvier 2015

19 janvier 2015

16 janvier 2015

6 janvier 2015

9 janvier 2015

5 janvier 2015

19 décembre 2014

14 décembre 2014

11 décembre 2014

29 novembre 2014

27 novembre 2014

26 novembre 2014

23 novembre 2014

19 novembre 2014

14 novembre 2014

8 novembre 2014

1 novembre 2014

24 octobre 2014

22 octobre 2014

20 octobre 2014

16 octobre 2014

14 octobre 2014

9 octobre 2014

7 octobre 2014

22 septembre 2014

4 septembre 2014

4 octobre 2014

2 octobre 2014

1 octobre 2014

28 septembre 2014

26 septembre 2014

25 septembre 2014

19 septembre 2014

18 septembre 2014

9 septembre 2014

7 septembre 2014

28 aout 2014

26 aout 2014

15 aout 2014

22 juillet 2014

21 juillet 2014

3 juillet 2014

2 juillet 2014

22 juin 2014

30 juin 2014

24 juin 2014

18 juin 2014

11 juin 2014

3 juin 2014

23 mai 2014

21 mai 2014

16 mai 2014

-*Les résultats du baromètre EducPros 2014

9 avril 2014

6 avril 2014

2 avril 2014

2 avril 2014

28 mars 2014

21 mars 2014

17 mars 2014

13 mars 2014

6 mars 2014

2 mars 2014

1 mars 2014

12 février 2014

9 février 2014

7 février 2014

6 février 2014

Categorías: Universidade

'It was a revelation': why I did a degree in fundraising | Brogan Rehill

Guardian Unlimited: Education - Lun, 26/06/2017 - 08:03

Scandals have eroded trust in charities, so I hope my BA in charity development is one step towards making the whole sector much more professional

I am just about to graduate from the very first undergraduate degree in fundraising, set up at the University of Chichester in 2014, after the Institute of Fundraising highlighted that there was not a single one in the UK or US.

The last two years in fundraising have been difficult. There have been a series of scandals – the collapse of Kids Company, then Olive Cooke – and it has eroded public trust in charities. The Institute of Fundraising was stripped of its responsibility for setting professional standards and the regulator closed down.

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Bossuet, Élévations sur les mystères, Méditations et autres textes

Fabula - Dom, 25/06/2017 - 20:47
ÉLÉVATIONS SUR LES MYSTÈRES, MÉDITATIONS ET AUTRES TEXTES Jacques-Bénigne BOSSUET Édition établie, présentée et préfacée par Renaud Silly o.p. Ses contemporains virent en Bossuet (1627-1704) une figure tout droit sortie des temps héroïques de l'Église, capable de conjuguer action politique, direction spirituelle, développement de la pensée et culture des arts et lettres. Si le XVIIIe siècle put se sentir écrasé par son autorité et sa stature tant morale que spirituelle, le XIXe puisa chez lui une certaine idée de la grandeur française, dont il demeure une des incarnations les plus emblématiques. Ce volume rassemble des oeuvres majeures, indisponibles depuis le XIXe siècle, de celui qui fut non seulement un grand écrivain, mais aussi un homme de grande influence auprès du pouvoir monarchique. Les Élévations sur les mystères et les Méditations sur l'Évangile manifestent une sensibilité frémissante. Dans ce commentaire de la Bible qui sollicite à chaque page le coeur et l'intelligence, l'érudition est d'autant mieux présente qu'elle reste imperceptible, entièrement coulée dans la maturité d'un vieil homme au sommet de son art. Le Carême de Saint-Germain témoigne du génie oratoire de Bossuet à travers un cycle complet de sermons prononcés devant la cour de Louis XIV . L'éloquence sacrée y revêt une signification politique évidente. Le souci de rappeler aux rois leurs devoirs se lit encore dans les Lettres à Louis XIV et les Sentences pour Mgr le Dauphin, destinées à Monseigneur dont Bossuet était le précepteur. L'Exposition de la doctrine catholique illustre la manière originale dont il s'adressa aux protestants, précurseur en cela d'un dialogue religieux fondé sur la connaissance mutuelle. Enfin, les Poésies, composées à la fin de sa vie, laissent apparaître un Bossuet intime, très différent de l'éclat coutumier de sa phrase et de ses concepts. Renaud Silly est dominicain et chercheur à l'École archéologique et biblique de Jérusalem.
Categorías: Universidade

Le Grand Siècle déshabillé. Anthologie érotique du XVIIe s. (éd. J.-P. Goujon, coll. Bouquins)

Fabula - Dom, 25/06/2017 - 20:44
LE GRAND SIÈCLE DÉSHABILLÉ Anthologie érotique du XVIIe siècle éd. Jean-Paul GOUJON Robert Laffont, coll. Bouquins Parution : 11 Mai 2017 Nombre de pages : 1152 Prix : 30,00 € ISBN : 2-221-14444-9 Loin d'être une époque solennelle et froide, le Grand Siècle se révèle, d'un bout à l'autre, comme ardemment érotique. Sans doute moins connu que le libertinage du siècle suivant, cet érotisme prend des formes multiples, parfois surprenantes, en s'affirmant comme une sorte d'antidote à tous les pouvoirs, moraux, politiques et religieux. La veine populaire s'exprime de façon explosive et hilarante dans les facéties, les « chansons folâtres », les « contes à rire », puis, sous la Fronde, les violentes mazarinades, tandis que les « chansons de cour » brocardent sans pitié les amours des courtisans. On voit à cette même époque surgir les premiers grands textes érotiques de notre littérature : les Confessions de Bouchard, L'École des filles , Le Bordel des Muses de Le Petit. Les écrits d'ecclésiastiques montrent que l'Église elle-même n'échappe pas à ces hantises. Objets de scandale, le saphisme et l'homosexualité masculine sont présents aussi bien dans l'oeuvre des poètes que dans les anecdotes relatées par les chroniqueurs ou les rapports de police. Certaines obsessions, en particulier la scatologie, sont perçues et exaltées comme autant d'hérésies. Les multiples amours de Louis XIV témoignent que ce souverain, loin d'être une exception, exprimait parfaitement les goûts de son siècle tout enivré d'amour et de sensualité. Nombre de textes ici rassemblés sont peu connus, sinon ignorés, et certains n'avaient même jamais été réédités. Ils sortent ainsi du purgatoire sans rien perdre de leur verve trouble et sulfureuse. * Jean-Paul Goujon est l'auteur d'une Anthologie de la poésie érotique française (Fayard, 2004), on lui doit par ailleurs l'édition dans « Bouquins » de L' ?uvre érotique de Pierre Louÿs (plus de 8 000 exemplaires vendus). Il est l'auteur de diverses biographies dont celles de Léon-Paul Fargue (Gallimard, 1997, Grand Prix de Biographie de l'Académie française) et de Pierre Louÿs (Fayard, 2002, Prix Goncourt de Biographie).
Categorías: Universidade

Music is at the very heart of one East End school | Letters

Guardian Unlimited: Education - Dom, 25/06/2017 - 18:45

Gallions primary school has successfully integrated music into the curriculum to help teach pupils life skills, imagination and perseverance, writes Sheila Hancock

Stephen Moss (Why not put music at the heart of education?, 19 June) argues that music education should not be limited to private schools and children of “thrusting middle-class parents”. He holds up Finland as an example. At Gallions primary school in Beckton, music is at the heart of the school. It is in a socially and economically deprived corner of east London, but the school is joyous and alive. Gallions is not a specialist music school but has successfully integrated music into the curriculum, both as a subject in its own right and as a medium through which to teach other subjects. For instance, singing supports the development of language, which is crucial, especially for our youngest pupils and the 67% of Gallions pupils for whom English is not their first language. Using number songs has proven a brilliant way to teach maths in the younger year groups.

Every child at Gallions learns an instrument – violin, viola, cello or double bass – free of charge, and many pupils take advantage of the opportunity to take an instrument home with them to practice. The school’s choirs and orchestras are simply outstanding. Pupils have gone on to win places in the National Children’s Orchestra, London Symphony Orchestra’s young talent schemes and other incredible opportunities. Learning a musical instrument is challenging, it demands fine motor skills and coordination. It develops children’s listening, thinking skills, imagination and perseverance. It brings out the very best in the children as they work collaboratively with their peers and teachers.

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Bloc-Notes de la semaine du 19 au 25 Juin 2017

Cahiers Pédagogiques - Dom, 25/06/2017 - 18:45

.

Le mois de juin c'est un peu le mois du ministre de l'éducation. Avec le marronnier du bac, on l'invite partout et souvent il en profite pour évoquer d'autres sujets. Cette année, avec le changement de gouvernement, le rythme des annonces s'est encore accéléré. Attention ça chauffe, on ne peut plus suivre ! Entre la rentrée en musique, la distribution des fables de La Fontaine et les casiers pour les portables, il y a de quoi faire. Sans compter les autres dossiers qui se poursuivent : les rythmes, les CP à 12 élèves, le collège... A tel point qu'on en arriverait presque à oublier le Bac avec ses bugs et ses couacs...

.
.
.
En musique
« Je vous l'annonce, on fera la rentrée en musique dans un maximum d'endroits dès cette année, en mobilisant les élèves de l'année précédente ou des orchestres extérieurs. » Dans une interview accordée début juin au quotidien Le Parisien le ministre de l'Éducation nationale avait annoncé sa volonté de développer l'enseignement de la musique dans les collèges.
Malgré cette annonce du début du mois de juin, la circulaire allant dans ce sens et qui a été envoyée aux Recteurs et aux inspecteurs le 20 juin a d'abord été prise pour un faux lorsqu'elle a commencé à circuler sur les réseaux sociaux. Pourtant elle est bien réelle. Il s'agit de s'appuyer sur les chorales et autres orchestres pour accueillir en musique les nouveaux élèves afin de « marquer de manière positive le début de l'année dans les écoles, les collèges et les lycées. ».
Beaucoup d'acteurs de l'école se sont étonnés qu'une telle proposition arrive le 20 juin alors que les lycées n'ont plus d'élèves, comme aussi beaucoup de collèges et que seules les écoles primaires travaillent encore. Comment dans ces condition préparer efficacement une telle opération ?
Et si on prenait, malgré tout, cette rentrée en musique au sérieux ? c'est ce que propose Mara Goyet dans son blog du Monde. A bien des égards pour des pédagogues convaincus, on peut penser que ce serait une bonne idée. L'enjeu c'est de travailler sur le climat scolaire et le sentiment d'appartenance à une collectivité. Des projets comme ceux là peuvent y aider. Les rituels d'entrée que beaucoup d'entre nous pratiquent à l'échelle de leur classe, peuvent être élargis au niveau d'un établissement. Accueillir les nouveaux, partager un projet commun avec une dimension culturelle, travailler sur le sensible et l'artistique, on peut trouver des aspects positifs à cette" proposition"...
Sauf que ce n'est pas présenté comme une "proposition" mais que ça ressemble furieusement à une injonction ministérielle...! Ce qui a fait penser à un canular lorsque la lettre a circulé c'est que celle ci apparaissait tellement en contradiction avec les premières déclarations du ministre. Celui-ci parlait à l'époque d'en finir avec la verticalité, de laisser l'initiative aux établissements et aux équipes. Il déclarait qu'il n'y aurait pas de "réforme Blanquer" et qu'il en était fier... De même, il clamait son attachement aux expérimentations et à l'évaluation. Mais très vite les défauts de la gouvernance "à la française" qui fonctionne sur le fantasme qu'il suffit de dire pour faire et que ce qui est décidé en haut redescend impeccablement jusqu'au plus petit échelon (même le 20 juin !) a repris le dessus. On s'est aussi très vite empressé de "détricoter" les dispositifs précédents au nom d'une "autonomie" mal pensée et qui oublie la dimension du temps de l'appropriation et du travail collectif.
Finalement, cette "rentrée en musique" n'était pas un canular et aurait pu même être une bonne idée. En revanche ce qui est de plus en plus un canular, c'est de croire qu'on peut continuer à gouverner l'éducation nationale ainsi...
.
.
Un livre mais pas de téléphone
On est passé de Ctrl-Z à Ctrl-C & Ctrl-V...
Jean-Michel Blanquer fait maintenant du copier-coller.
Le Ministre a annoncé sur France 2 nous dit Le Parisien que les 150 000 élèves de CM2 allaient recevoir un exemplaire des Fables de la Fontaine. « C'est une incitation à la lecture. Avec la ministre de la Culture, on veut beaucoup travailler sur la question du livre. La lecture, c'est fondamental », a expliqué Jean-Michel Blanquer..
La distribution des fables de La Fontaine est en fait le retour de l'opération "Un livre pour les vacances", initiée en 2010 par Luc Chatel (et son Dgesco de l'époque, un certain JM Blanquer). On peut même faire un petit exercice en comparant le dispositif de 2017 avec la présentation de la circulaire de 2017 avec la description de l'opération de 2010 .
Des livres, mais pas de portable...
Les téléphones portables seront-ils interdits au collège, comme le candidat Emmanuel Macron s'y était engagé pendant la campagne présidentielle ? « Tout ce qui a été dit doit être accompli », a répondu, vendredi 23 juin, le ministre de l'Education nationale dans une interview sur France 2 . « Il y a un problème, il faut le regarder en face » a-t-il estimé, jugeant qu'il fallait « prendre des mesures pratiques ». « Par exemple, a-t-il expliqué, en Conseil des ministres, il y a un casier. On y met son téléphone portable, et ensuite, on rentre en Conseil des ministres, de sorte qu'on n'est pas interrompu. Ce qui est possible en Conseil des ministres doit être possible en classe. ».
.
.
Le mois de Blanquer
De toutes façons, le mois de juin c'est un peu le mois du ministre de l'Éducation. Il y a donc un effet de projecteur et Jean-Michel Blanquer se saisit de cette attention des médias à son encontre. Cela peut aussi donner le sentiment d'une sur-activité avec ces nouvelles déclarations alors que les autres dossiers se poursuivent.
Mais avant d'évoquer ces dossiers en cours, arrêtons nous sur le dernier portrait en date du Ministre. Celui-ci est en Une du Point avec ce titre « Blanquer : l'homme qui veut arrêter les bêtises » Et le magazine, précise qu'il « rompt avec le pédagogisme qui a démoli l'école ». Dans ce portrait très élogieux du magazine (où le nouveau ministre a tenu une chronique pendant ces dernières années) , on trouvera un paragraphe qui ne manquera pas d'être commenté au regard des mesures précédentes (et futures ?) : « « Désengoncer ». Pour lui et pour l'école, Jean-Michel Blanquer a un idéal : une conception du pouvoir fondée sur le « pouvoir faire », selon son expression. Aux recteurs d'académie qu'il a accueillis au ministère peu de temps après s'y être installé, il a donné le ton : « Plus je vous donnerai de pouvoir, plus j'en aurai ! » Les esprits taquins ne manqueront pas de déceler dans cette formule une tentation hégémonique typiquement macronienne, les plus tendres y verront au contraire le souhait de « libérer les énergies ». « Il faut "désengoncer" pour créer, il faut que les professeurs n'aient pas le sentiment que l'école est une chape de plomb », scande pour sa part Blanquer. Le ministre se désole également de constater que « les élèves de France sont parmi ceux qui ont le moins confiance en eux-mêmes », ce qu'il considère comme une « sorte de thermomètre de la situation générale ». Quels moyens pour y remédier ? Un « cercle vertueux » fondé sur une confiance en cascade : « Ce que j'essaie d'enclencher, c'est que l'institution ait confiance en ses recteurs, ses inspecteurs, ses professeurs, et que les professeurs fassent confiance à l'institution, les chefs d'établissement à leurs professeurs, et qu'au bout de la chaîne les élèves aient confiance en eux-mêmes. Cela irradie la question du pouvoir. Cela commence par le cabinet, vous devez être une équipe respectueuse, que chacun soit humble, poli avec ceux avec qui il travaille. Je crois beaucoup à l'exemplarité, la façon d'être de la tête a un impact sur tout le reste. Et tout se conjugue dans les différents aspects, y compris pédagogiques : c'est-à-dire que mon objectif n'est pas de régler tout ce qui va se passer, comme du temps de Jules Ferry, quand tout le monde faisait la même dictée à la même heure, mais que tout le monde maîtrise l'orthographe. Mon but est que les chemins soient trouvés par le génie de chacun dans l'ensemble du système. » Bref, « créer l'école de la confiance pour une société de confiance, c'est la clé du bonheur » ! Cela commencera dès la rentrée prochaine. Convaincu que la musique joue un rôle majeur dans l'épanouissement intime mais aussi collectif, Blanquer, main dans la main avec la ministre de la Culture, Françoise Nyssen, a sollicité les orchestres et les chorales pour une rentrée des classes en musique. Quant à la forme que doit prendre son propre pouvoir de ministre ? « Je crois à quelque chose de profond derrière l'idée de "en même temps" : dignifier la fonction tout en étant capable de contact et de simplicité. » Décidément macronien. ».
Après ce dossier du Point, le Ministre pourra aussi mettre à son crédit ( ?) les déclarations d'Alain Finkielkraut qui se réjouissait sur France Inter le 22 juin : « Parmi les bonnes surprises, la nomination de JM Blanquer à l'éducation nationale ».

Venons en maintenant aux dossiers en cours. On peut s'aider d'une dépêche AFP qui recense les principaux changements à la rentrée : CP à 12, réforme de la réforme du collège, semaine de quatre jours... Tout cela ne se passe pas sans heurts et difficultés.
Rappelons d'abord que l'arrêté sur le Collège est paru au Bulletin Officiel de l'Éducation Nationale . Mais les établissements risquent d'avoir du mal à ajuster leurs répartitions horaires et d'être confrontés à d'âpres négociations entre les différentes disciplines.
Aurélie Collas dans dans Le Monde rappelle que le passage à 12 élèves pour les classes de CP se fait à marche forcée et au détriment des « maîtres + ». Selon cet article, l'application, dès la rentrée, de cette promesse de campagne du candidat Macron tourne au casse-tête.
Quant aux rythmes scolaires, le décret n'est toujours pas paru alors que la rentrée approche et que des informations contradictoires jettent le trouble dans les communes. Sur le fond du débat, je signale deux textes. D'abord une interview de Claire Leconte dans La Montagne où la chronobiologiste plaide pour une semaine de six jours d'école. Et puis, un argumentaire très rigoureux d'un parent d'élève contre la semaine de quatre jours à lire dans Les Cahiers Pédagogiques
.
.
Bac, bugs et couacs
Depuis le début de cette session, pas un jour ne passe sans qu'une alerte soit lancée sur les réseaux sociaux, avant d'être confirmée… ou pas. Alerte à la « fuite », alerte aux sujets de secours, alerte aux questions qui s'échangent – et parfois même se monnaient – sur Twitter, alerte à la distribution de copies hasardeuse ou retardée, alerte à la question jugée inattendue ou mal posée… Le pire étant ce qui est arrivé aux élèves de STMG qui ont été obligés de repasser l'épreuve d'Espagnol LV1 car le sujet avait déjà été donné à la session de septembre 2016
Plusieurs articles, dans Le Monde ou sur BFMtv reviennent sur ces couacs à répétition. Sont-ils plus nombreux ? La direction générale de l'enseignement scolaire (Dgesco) a dénombré le recours à six sujets de secours pour les trois baccalauréats – général, technologique et professionnel – en 2017, contre onze durant la session 2016. Concernant les rectificatifs réalisés en cours d'épreuve par l'inspection générale – suite à une incompréhension ou à l'inexactitude d'un intitulé –, ce sont quinze ajustements qui ont dû avoir lieu, contre vingt-trois en 2016.

Mais en dehors de ces couacs, le débat se poursuit sur l'épreuve elle même. On pourra lire dans L'Obs un article qui tente de faire le point sur les arguments en faveur d'une évolution du bac. Pour les proviseurs du SNPDEN, qui donnaient une conférence de presse cette semaine, « le bac ne sert à rien » peut-on lire dans Les Échos . Le principal syndicat des chefs d'établissement réclame à sa place deux évaluations, dont un examen d'entrée dans le supérieur.

Le Figaro pose aussi la question de l'utilité du Brevet. On peut faire remarquer à cette occasion qu'il serait alors utile d'éviter les empilements dont l'éducation nationale a le secret. Il faudrait aussi qu'on s'interroge si ce qu'on évalue au DNB (le petit nom du brevet) est vraiment ce qu'il faut savoir à 15 ans. De ce point de vue, il existe un outil, qui s'appelle le Socle, mais curieusement, il n'est utilisé, pour le moment, que pour obliger les profs de collège à remplir des formulaires interminables (que personne ne lira). A quand un DNB qui serve vraiment à évaluer le Socle ?
.
.
Butinages
Finissons avec quelques conseils de lectures glanées au fil de la semaine.

Olivier Maulini dans Les Cahiers Pédagogiques propose une réflexion sur l'autonomie des établissements ; Sonne-t-elle le glas de l'unité nationale, ou au contraire celui d'une égalité de façade enfin démasquée ? Libère-t-elle d'un carcan archaïque, ou en organise-t-elle plutôt un autre, habilement managé, plus contraignant parce que plus rusé ? Olivier Maulini suit cette piste dans la situation française actuelle, à la fois conditionnée par son héritage jacobin et soumise au devoir de participation contemporain.

Ne vous laissez pas abuser par le titre survendu de cet article du Huffington Post qui parle de « cours d'attention » proposés à la rentrée... En fait, il s'agit d'un dispositif qui n'est pas obligatoire et dont le contenu est intéressant.
Ce programme s'appelle Atole pour "Attentif à l'école". Il a été mis en place par Jean-Philippe Lachaux, chercheur en neurosciences de l'attention au Centre de recherche de Lyon. « On amène d'abord les enfants à comprendre comment leur attention fonctionne de l'intérieur, explique le scientifique au HuffPost. C'est un phénomène biologique soumis à des lois. On leur apprend à reconnaître ce qui les distrait et à réagir pour se concentrer à nouveau. « Il faut concevoir Atole comme un nouvel outil dans la palette pédagogique du professeur, précise le chercheur. Pour que chacun ressente à quel point c'est agréable de n'avoir qu'une chose à faire, sans se poser de question. ».

Finissons avec une nouvelle très inquiétante. On vient d'apprendre que la théorie de l'évolution ne serait plus enseignée dans le secondaire en Turquie. Dernièrement, le vice-premier ministre Numan Kurtulmus avait jugé que les travaux de Darwin étaient « vieux et mauvais » et qu'il n'était pas indispensable de les enseigner. C'est aujourd'hui le chef du comité sur les programmes scolaires au sein du ministère de l'Éducation turc qui considère la théorie comme "controversée et trop compliquée". Dès 2019, le darwinisme quittera donc les manuels du secondaire (collège et lycée) et ne sera abordé que dans l'enseignement supérieur. Le progrès est en marche...

Bonne Lecture...

Philippe Watrelot


Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 3.0 France.

Categorías: Educación, Universidade

Registres , n°20, «Photographier l'acteur »(dir. A. Rykner) et «Les Nouveaux matériaux du théâtre »(dir. J. Danan et C. Naugrette)

Fabula - Dom, 25/06/2017 - 11:57
Registres , n°20, «Photographier l'acteur »(dir. A. Rykner) et «Les Nouveaux matériaux du théâtre »(dir. J. Danan et C. Naugrette),2017, 162 p. Cette nouvelle livraison de la revue Registres comporte un dossier principal, consacré à la photographie d’acteur, des origines du medium au début du XXe siècle en France. Il est accompagné d’un riche cahier iconographique. Ce dossier aborde un aspect souvent oublié du théâtre et des arts du spectacle, à savoir la photographie, qui plus est sous un angle particulier, celui du portrait d’acteur. Ce questionnement permet aux différents textes qui composent le dossier de problématiser de façon particulièrement intéressante et nouvelle le thème photographique, tout en le mettant en relation avec d’autres problématiques, concernant l’image et la peinture, l’acteur bien sûr, dans une mise en perspective historique. Le second dossier, quant à lui, constitue le premier volet d’un questionnement destiné à se poursuivre dans la publication d‘un ouvrage en préparation, à propos des nouveaux matériaux du théâtre. Pour aborder ce thème, la parole est donnée aux artistes, qui apportent ainsi toute la richesse de leur pratique et de leur réflexion dramaturgique. Enfin, dans la rubrique « Regards » figure un texte consacré aux archives du théâtre et au fonds Mesguich, tandis que le numéro se clôt sur des notes de lectures consacrées aux principaux ouvrages récemment parus dans le champ des études théâtrales. PHOTOGRAPHIER L’ACTEUR.DES ORIGINES DU MEDIUM AU DÉBUT DU XX e SIÈCLE EN FRANCE Dossier sous la direction d’Arnaud Rykner Arnaud Rykner, Redécouvrir la photographie d’acteur Cyrielle Dodet, À l’œil nu. Les photographies d’acteurs dans les fonds de la Bn F et de la Théâtrothèque Gaston Baty Anne Pellois, Album, catalogue, encyclopédie : fonctions documentaires et ctionnelles des photographies de Mounet-Sully Romain Piana, Réjane et les « tuniques pareilles à des vêtements de déesse » : l’artiste parisienne en déshabillé Arnaud Rykner, Portrait du clown en artiste. Iconologie footitstique Julien Botella, Loïe Fuller photographiée par Harry C. Ellis (1910). De l’image d’art à l’ imago naturalis Cahier photographique LES NOUVEAUX MATÉRIAUX DU THÉÂTRE. PAROLES D’ARTISTES Dossier sous la direction de Joseph Danan et Catherine Naugrette Ludovic Lagarde, Inventer ensemble, Entretien avec Marjorie Bertin et Marie Vandenbussche-Cont Mikaël Serre, Après The Rise of Glory, Entretien avec Raphaëlle Jolivet Pignon Ingrid von Wantoch Rekowski , Donner un corps à la musique, Entretien avec Marcus Borja Marta Ljubkova, Créer un monde nouveau, Entretien avec Maria- Clara Ferrer et Caroline Masini (traduction de l’anglais au français par Marcus Borja) Yann Leysen, Ouvrir des possibles, Entretien avec Ian Fénelon Sanja Mitrovic, Des histoires vraies, Entretien avec Aziyadé Baudouin-Talec REGARDS Stella Spriet, L’archive de théâtre : Le fonds Daniel Mesguich NOTES DE LECTURE
Categorías: Universidade

Revue d'Histoire du Théâtre , n°273, L'Éclairage au théâtre (dir.S. Chaouche et J.-Y. Vialleton)

Fabula - Dom, 25/06/2017 - 11:44
Revue d'Histoire du Théâtre , n°273, L'Éclairage au théâtre , dir.Sabine Chaouche et Jean-Yves Vialleton, 2017,144 p. ISBN : 9791094971079 ISSN (imprimé) : 1291-2530 ISSN (en ligne) : 2550-8148 Version numérique : 12 euros Version papier : 15 euros Le rôle essentiel de la création lumière dans les arts du spectacle d’aujourd’hui appelait laRevue d’Histoire du Théâtreà consacrer un dossier à l’éclairage. C’est ce que fait ce premier numéro de 2017, qui a non seulementpour but d’offrir au lecteur une synthèse sur l’histoire de l’éclairage au théâtre du XVIIesiècle jusqu’à l’époque la plus contemporaine, mais aussi une histoire de la pensée de l’éclairage au théâtre. Les textes, réunis par Sabine Chaouche et Jean-Yves Vialleton, montrent en effet que la question de l'éclairage au théâtre ne se réduit pas à l’histoire des techniques à laquelle est évidemment liée, mais qu’elle doit être comprise dans ses enjeux socio-économiques et esthétiques. Bien plus, elle fait prendre conscienceque la lumière et l’obscurité, le diurne et le nocturne sont peut-être au cœur même de l’imaginaire du théâtre. Un article varia présenté par Maëline Le Lay retrace l’histoire et les enjeux contemporains du théâtre au Congo, depuis l’ère coloniale jusqu’aux années 2010. DOSSIERIntroduction | L’éclairage au théâtre (XVIIe – XXIe siècles)Sabine Chaouche , Jean-Yves VialletonLumières du théâtre, lumières de la ville | L’éclairage aux XVIIe et XVIIIesièclesPauline Lemaigre-GaffierLes grandes nouveautés de l’âge industriel (finXVIIIe –débutXXesiècles)Patrice GuérinL’éclairage électrique et son évolution au XXesiècleJean GervaisNaissance du contrôle à distance et de l’automatisation des luminairesOlivier Balagna« Peindre avec la lumière »: la naissance d’une esthétique au tournant des XVIIIe et XIXesièclesCristina GrazioliL’opéra en 1822: Aladin… ou le lampiste merveilleuxNoémie CourtèsLa plongée du spectateur dans le noirChristine RichierEsthétiques de l’éclairageVéronique PerruchonÉclairer l’interprète en scèneAriane MartinezVARIAUn théâtre belgo-congolais ?Maëline Le Lay
Categorías: Universidade

M. & C. Schopp, Dumas fils ou l'anti-Œdipe

Fabula - Dom, 25/06/2017 - 11:39
Dumas fils ou l'anti-Oedipe PRIX GONCOURT DE LA BIOGRAPHIE Marianne Schopp, Claude Schopp Date de parution : 11/05/2017 Editeur : Phébus (Editions) Collection : Littérature française ISBN : 978-2-7529-1119-3 EAN : 9782752911193 Nb. de pages : 325 p. Personne n'ignore La Dame aux camélias, histoire tragique d'une courtisane abandonnée, qui inspira à Verdi La Traviata. Mais qui connaît son auteur, Alexandre Dumas fils ? Ce fut pourtant le plus célèbre dramaturge de son temps, aussi illustre alors que son père, le créateur des Trois Mousquetaires. Tout le poussait à détester ce père : sa naissance d'enfant naturel, leurs rivalités d'écrivains, leurs caractères différents.... Mais l'enfant rebelle dans sa jeunesse se révéla être un anti-Oedipe : protecteur de celui qui l'avait mis au monde, ce "grand enfant qu'il eut tout petit". A partir de correspondances inédites, Marianne et Claude Schopp nous offrent la première biographie d'Alexandre Dumas fils. Un véritable roman, riche en rebondissements pour raconter une personnalité complexe, tour à tour défenseur des filles perdues et pourfendeur de la dissolution des moeurs. L'une des incarnations les plus significatives de la France artiste et bourgeoise du second Empire et des débuts de la troisième République. Claude Schopp est l'un des plus grands spécialistes d'Alexandre Dumas. On lui doit de nombreuses éditions critiques et la découverte d'oeuvres inconnues du romancier. C'est notamment à lui que l'on doit d'avoir sorti de l'oubli Le Chevalier de Sainte-Hermine. Il est le responsable des Cahiers Dumas. En compagnie de son épouse, il nous offre aujourd'hui une biographie d'Alexandre Dumas fils.
Categorías: Universidade

Revue d'Histoire du Théâtre , n°274, Le Jeu de l'acteur de mélodrame. Origines, pratiques et devenirs (dir. R. Martin)

Fabula - Dom, 25/06/2017 - 11:26
Revue d'Histoire du Théâtre , n°274 , Le Jeu de l’acteur de mélodrame.Origines, pratiques et devenirs , dir. Roxane Martin, 2017, 160 p. ISBN : 9791094971086 ISSN (imprimé) : 1291-2530 ISSN (en ligne) : 2550-8148 Version papier : 15 euros Le Jeu de l'acteur de mélodrame Regard horrifié, tête échevelée, geste menaçant : voici à peu près tout ce que l’historiographie a retenu du jeu de l’acteur de mélodrame. Souvent moqué, ce jeu semble même avoir disparu avec le XIXe siècle, une fois que l’émotion avait trouvé, au théâtre, de nouvelles formes d’expression. Comment comprendre, dans cette perspective, que Louis Jouvet ait appelé de ses vœux la création d’une classe de mélodrame au sein du Conservatoire en 1939-40 ? que Charles Dullin ait intégré dans ses Souvenirs un chapitre intitulé « À l’école du mélodrame » ? que Jacques Lecoq ait incorporé la pratique du jeu mélodramatique dans sa pédagogie théâtrale en 1974 ? C’est pour trouver des éléments de réponse que la Revue d’Histoire du Théâtre présente, pour son 2e numéro de l’année 2017, un dossier consacré au jeu de l’acteur de mélodrame. Les textes, réunis par Roxane Martin, questionnent les origines, les pratiques et les devenirs du jeu mélodramatique depuis les pantomimes du XVIIIe siècle jusqu’au cinéma naissant, interrogent la portée sociale et politique du geste meurtrier en scène, mettent au jour les éléments d’une gestique percutante, capable par son réalisme de sidérer le spectateur. Un article varia de Jeanyves Guérin, consacré aux lectures politiques d’En attendant Godot parait également dans ce numéro. Sommaire Dossier «Le jeu de l’acteur de mélodrame.Origines, pratiques et devenirs » Introduction Roxane Martin TRACES Les hyperdidascalies des pantomimes comme traces du jeu mélodramatique (1792-1804) Sylviane Robardey-Eppstein Le succès du genre pantomime à Paris au début du XIXesiècle. Circulation des pratiques à l’Opéra et sur les scènes du Boulevard Emmanuelle Delattre-Destemberg JEU ET RÉFORME(S) DU JEU Interpréter le geste assassin sur le Boulevard du Crime. Représentations de trois figures homicides (1820-1830) Noémi Carrique Bouffon et terrible L’acteur shakespearien, du « jeu anglais » au mélodrame romantique français Catherine Treilhou-Balaudé Vers une réforme du jeu mélodramatique. L’apport de Frédérick Lemaître Marion Lemaire LE JEU PAR DELÀ LES GENRES Entre jeu romantique et jeu mélodramatique. Marie Dorval au miroir de ses modèles Julia Gros de Gasquet et Florence Filippi « Mélingue est toujours Mélingue ». Tautologie de l’acteur (mélo)dramatique Olivier Goetz Philibert Rouvière, ou le jeu aux frontières Marion Chénetier-Alev HÉRITAGES Des « bras en l’air » aux « mains dans les poches ». Transformations du jeu mélodramatique chez Firmin Gémier Nathalie Coutelet Héritage et transformation du jeu mélodramatique au cinéma Jean-Marc Leveratto « Rire de tout versus croire à tout ». L’enseignement du mélodrame à l’école Jacques Lecoq Didier Doumergue Varia Lectures politiques d’ En attendant Godot Jeanyves Guérin Recensions Actualités des Parutions Biographies
Categorías: Universidade

C. Volpilhac-Auger, Montesquieu

Fabula - Dom, 25/06/2017 - 09:07
CATHERINE VOLPILHAC-AUGER Montesquieu Collection Folio biographies (n°140), Gallimard Parution : 25-05-2017 — 336 p. — ISBN : 9782070467723 «Tout m’intéresse, tout m’étonne.» Une inlassable curiosité, le goût du paradoxe et de la surprise, de la moquerie parfois, le souci de saisir «le tout ensemble» sans jamais négliger la nuance, la certitude que la philosophie – gage de liberté – doit être utile à l'humanité, ont donné à la vie de Montesquieu (1689-1755) l’élan d’un continuel renouvellement. S’écartant de la voie toute tracée qui s'offrait à lui, celle d’un notable respecté, il a fait scandale avec des Lettres persanes, choqué les prudes avec le licencieux Temple de Gnide, ébranlé les fondements de l’histoire avec ses Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence, fondé les démocraties modernes avec L’Esprit des lois. Mais surtout, en faisant entendre la raison du cœur, il a ouvert un autre chemin : celui des Lumières. Feuilleter le livre…
Categorías: Universidade

The Bulletin of the Polytechnic Institute of Iasi, Socio-Humanistic Sciences Section

Fabula - Dom, 25/06/2017 - 09:03
Appel à contribution Buletinul Institutului Politehnic din Iasi sectia Stiinte Socio-Umane (Le Bulletin Bulletin de l'Institute Polytechnique de Iasi, la Section des Sciences Sociales et Humanistes) est une publication trimestrielle de l'Université Technique "Gheorghe Asachi" de Iasi; Roumanie,qui reflète les préoccupations des universitaires de la Roumanie et d'ailleurs dans les domaines suivants: linguistique et littérature (linguistique appliquée, études littéraires, ladidactique des langues étrangères, études de traduction); sciences sociales (les sciences de l'éducation, psychologie, philosophie, communication). Le Bulletin est indexé dans CEEOL et il paraît en format électronique et imprimé aux éditions de l'Université Technique "Gheorghe Asachi" de Iasi. Nous vous invitons d'envoyer vos articles (environ 6-12 pages) en anglais, français ou allemand sans aucune taxe de publication jusqu' au 1 septembre 2017 pour les numéros de cette année-ci sur l'adresse nicoleta.iftimie@tuiasi.ro. Les articles seront rédigés selon un template indiqué par nous, en vue d'une rédaction standardisée. Pour le template envoyez un courriel sur l'adresse donée au-dessus ou liez à http://www.dppd.tuiasi.ro/index.php?page=1084. Les articles seront évalués par notre comité scientifique et les réponses vous parviendront jusqu'au 30 septembre 2017 . Le Bulletin avec les articles acceptés sera envoyé aux auteurs en format électronique: Nicoleta-Mariana IFTIMIE Editeur-en-chef de la Section des Sciences Sociales et Humanistes Bulletin de l'Institut Polytechnique de Iasi * Call for Papers Buletinul Institutului Politehnic din Iasi sectia Stiinte Socio-Umane (The Bulletin of the Polytechnic Institute of Iasi, Socio-Humanistic Sciences Section) is a quarterly journal published by "Gheorghe Asachi" University of Iasi, Romania, which reflects the preoccupations of Romanian and foreign academics in the following fields: language and literature (applied linguistics, literary studies, foreign language learning/teaching, translation studies); social sciences (education, psychology, philosophy, communication studies). The journal is covered in CEEOL database and is issued both in printed and electronic format by the publishing house of "Gheorghe Aschi" Technical University of Iasi. We invite you to send articles (6 to12 pages in length) in English, French or German, without paying any publication fee by 1 September 2017 for the 2017 issues to the e-mail address nicoleta.iftimie@tuiasi.ro. The articles will be written according to a template with guidelines. For the template you are kindly asked to send an e-mail to the address above or to follow the link http://www.dppd.tuiasi.ro/index.php?page=1084. The articles will be peer reviewed by our scientific board and notifications of acceptance will be sent by 30 September 2017 . The journalwith the articles that have been accepted for publication will be sent to the authors in electronic format. Nicoleta-Mariana IFTIMIE Editor-in-chief of the Socio-HumanisticSciences Section The Bulletin of the Polytechnic Institute of Iasi
Categorías: Universidade

Obsolescence Programmée : Textes, Théorie, Technologie / Planned Obsolescence: Texts, Theory, Technology

Fabula - Dom, 25/06/2017 - 09:02
[Pour le français, voir plus bas.] Call for papers [Book] Planned Obsolescence: Texts, Theory, Technology Chips blocking printers after a certain number of copies, smartphones getting more and more fragile, batteries suddenly losing their autonomy, food assigned an arbitrary expiration date, and many more: the media regularly report on the artificially limited lifespan of consumable goods. This mechanism, called “planned obsolescence,” dates back at least as far as Bernard London’s 1932 provocative text: “Ending the Depression Through Planned Obsolescence.” Throughout the twentieth and particularly during the twenty-first century, planned obsolescence as a business strategy has gradually gained a negative connotation and has become a symbol of overconsumption (Latouche 2012). This publication does not intend to focus on the economic, social or environmental aspects of planned obsolescence; these are widely discussed in the literature of these fields, which is already extensive and continually growing (Swan 1972, Bulow 1986, Waldman 1993, Iizuka 2007, Fitzpatrick 2008). Instead, we would like to explore its implications regarding artistic, literary and theoretical productions. The international conference Planned Obsolescence: Text, Theory, Technology took place at the University of Liège (Belgium) on December 8th and 9th, 2016. The variety of contributions at the conference showed that planned obsolescence can be a useful tool for theoretical thinking on numerous topics in disciplines as diverse as media studies, literary history, art history, philosophy, architecture and game studies. The conference has laid a sound foundation for the development of planned obsolescence as a theoretical tool. We would like to encourage further discussions by editing a collective volume on the subject. The question of planned obsolescence, as the artificial shortening of the lifespan of a (cultural) product, an object or an idea, is particularly relevant in our times of cultural, social, and technological acceleration. Most discussions of obsolescence in the humanities, however, remain general and do not tackle the topic of planned obsolescence. Our goal is to fill in this gap and address planned obsolescence as an analytical tool to study artistic and literary works, the genres to which they belong and the theoretical discourses related to them. We are interested in the many facets of planned obsolescence (representational, formal, theoretical, mediational, etc.) and wonder about the fruitfulness of turning planned obsolescence into a theoretical concept. The concept of planned obsolescence in economics and marketing implies intentionality. Could talking about planned obsolescence in a broader sense, as predictable but not intentional, be helpful or perhaps even necessary for turning it into a useful theoretical concept for the humanities? Speculative fiction, for instance, produces a narrative that imagines a possible future, which implies the risk of failure to envision our actual future. Most anticipating narratives are therefore doomed to be obsolete as soon as they get old enough to be proven wrong. Can we analyse speculative fiction as intrinsically threatened by planned obsolescence? We welcome contributions which deal with the subject of intention in relation to planned obsolescence. Science fiction is full of narratives that reaffirm, question, alter or erase the “expiration date” of mankind (see Andrew Niccol’s 2011 movie In Time). These concerns echo Günther Anders’s idea of an “Obsolescence of Mankind” (Die Antiquiertheit des Menschen, 1956) and raise the question of the posthuman, theorized, for instance, by Ray Kurzweil’s controversial “law of accelerating returns”. According to Kurzweil (2005), this law would lead to the so-called “Singularity”, “a future period during which the pace of technological change will be so rapid, its impact so deep, that human life will be irreversibly transformed”. This technological acceleration has led to massive environmental changes and made humans the most powerful influencers on global ecology, marking a new geological era known as the Anthropocene. We welcome papers addressing the depiction of the limited lifespan of our planet (e.g. ecocriticism) and its inhabitants (e.g. posthumanism). We aim to test the potential for planned obsolescence to become an analytical tool and thereby go beyond the study of its representation. Some literary and artistic works may produce a discourse on planned obsolescence through their form. This is particularly obvious in animated digital literature, where the text changes during the reading, turning itself into a polymorphic, ephemeral work, such as Johannes Auer’s “Kill the Poem” (1993), a poem that dies under the gaze of its reader. Mathias Rollot (2016) argues that the notion of obsolescence is radically different from the notion of destruction. For Rollot, obsolescence implies a change of meaning rather than a physical change (2016: 17). Whether a clear distinction between these terms is viable through different disciplines and whether it is truly beneficial remains to be investigated. It could be argued that even objects struck by planned obsolescence are not destructed but become waste, which is, precisely, very difficult to destroy. Digital literature, in general, depending mainly on its hardware, is likely to be the object of planned obsolescence, as N. Katherine Hayles has noted (2007). The hypertext “The Bubble Bath” (2005) by Susanne Berkenheger, with its links eventually dying, is a striking example of this phenomenon. Hayles’s remarks can easily be extended to digital art. As Isabelle Arvers (2007) points out, curating and preserving digital works always implies protecting digital formats from their planned obsolescence. Video games also illustrate the issues related to form (here, hardware) and planned obsolescence: the consoles and their corresponding games are doomed to become obsolete. Some of the older technologies can resurrect thanks to emulators on more recent technologies, but the gaming experience is forever altered. Obsolescence and innovation are regarded as “twinned processes of technological change” (Burges 2016). Planned obsolescence as a theoretical tool could, therefore, help scholars consider the current cultural context, governed by the expectation of the new and the celebration of innovation. Does every work of art, literature and criticism contain the seeds of its own decay? Ideas and theories are subject to fashion just as any consumable goods. Could the concept of planned obsolescence shed light on transitions within literary theory? Planned obsolescence could turn out to provide an explanation to the obsession for theory that characterizes contemporary literary and cultural studies: as soon as a theory is out there its detractors announce its replacement, with the habit of adding to it the prefix “post” (post-structuralism, post-humanism, postmodernism and even post-postmodernism). Finally, until recently the perspective of technological progress prevailed in media history. This implied a linear progression where new media superseded old media because they offered a better level of immediacy, “remediating” to the inadequacy of old media (Bolter & Grusin 1999), thereby rendering them obsolete. Recent trends in media studies, such as media archaeology, question this teleological view and emphasise a non-linear conception of media history (Zielinkski 2006, Parikka 2012). Henry Jenkins (2008) holds a similar view and argues that only delivery technologies become obsolete, while old media never die and coexist with new media. How do these new ways of understanding media history invite us to rethink the idea of planned obsolescence, a key concept for the technology industry since it is often regarded as a necessary condition for technological innovation (Fishman et al. 1993)? Addressing planned obsolescence as a concept to analyse artistic, literary and theoretical productions might seem bold. We therefore welcome papers that support as well as question, or even contradict, our hypotheses. The topics mentioned above should be considered as inspiration and proposals may either focus on one of these or develop any other relevant topic. Please send your abstract proposal (max. 500 words, in English or in French) and a short biography by August 15, 2017 to planned.obsolescence.conf@gmail.com . * Version française : Appel à contributions [Livre] Obsolescence Programmée : Textes, Théorie, Technologie Des imprimantes qui s’arrêtent de fonctionner au bout d’un nombre donné de copies, des smartphones étonnamment toujours plus fragiles, des batteries électriques dont l’autonomie passe subitement à zéro minute, des aliments fournis avec une date de péremption arbitraire : les médias regorgent d’affaires ayant trait à la réduction artificielle de la durée de vie des biens de consommation. Ce mécanisme, nommé “obsolescence programmée”, remonte au moins à 1932, date d’un texte provocateur de Bernard London : “Ending the Depression through Planned Obsolescence”. Au cours du vingtième et particulièrement du vingt-et-unième siècle, l'obsolescence programmée s’est chargée d’une connotation négative et est devenue un symbole de la surconsommation (Latouche 2012). Notre publication ne souhaite justement pas se concentrer sur les aspects économiques, sociaux ou environnementaux de l’obsolescence programmée, car ceux-ci sont largement débattus dans la recherche de ces domaines, qui est déjà importante et en constante augmentation (Swan 1972, Bulow 1986, Waldman 1993, Iizuka 2007, Fitzpatrick 2008). Nous souhaitons en revanche explorer les implications du concept dans l’analyse de productions artistiques, littéraires et théoriques. La conférence internationale “Obsolescence Programmée : Textes, Théorie, Technologie” s’est déroulée les 8 et 9 décembre 2016 à l’Université de Liège (Belgique). La diversité des contributions à cette occasion a montré que l’obsolescence programmée peut être un outil fructueux pour penser et théoriser de nombreux objets dans des disciplines aussi différentes que l’étude des médias, l’histoire de la littérature, la philosophie et les game studies. Cette conférence a jeté les bases de la réflexion, mais des recherches supplémentaires sont nécessaires pour développer le plein potentiel de l’obsolescence programmée en tant qu’outil théorique viable. C’est la raison pour laquelle nous souhaitons encourager ces discussions par l’édition d’un volume collectif sur le sujet. La question de l’obsolescence programmée, en tant que limitation artificielle de la durée de vie d’un produit (culturel), d’un objet ou d’une idée, est particulièrement pertinente en cette époque d’accélération sociale, culturelle et technologique dans laquelle nous vivons. La plupart des discussions de l’obsolescence au sein des sciences humaines restent cependant générales, et ne se préoccupent pas précisément de l’obsolescence programmée. Notre but est de combler cette lacune et d’envisager l’obsolescence programmée comme un outil analytique pour étudier des oeuvres artistiques et littéraires, les genres auxquels elles appartiennent, ainsi que les discours théoriques qui les accompagnent. Nous nous intéressons aux nombreuses facettes de l’obsolescence programmée (représentationnelles, formelles, théoriques, médiatiques, etc.) et souhaitons interroger la productivité de l’obsolescence programmée lorsqu’elle est transformée en concept théorique. La notion d’obsolescence programmée en marketing et en économie implique l’idée d'intentionnalité. Serait-il cependant utile, voire nécessaire, d’élargir la notion d’obsolescence programmée, dans le sens de prévisible mais non intentionnel afin de pouvoir en faire un concept théorique utile pour les humanités ? La littérature d’anticipation, par exemple, développe un récit qui imagine un futur possible, ce qui implique nécessairement le risque d’échec dans la prévision du futur effectif. La plupart des récits d’anticipation sont dès lors condamnés à devenir obsolètes aussitôt qu’ils sont assez datés pour être confondus comme inadéquats dans leurs prédictions. Peut-on parler d’obsolescence programmée dans ce contexte ? Les contributions qui abordent la question de l'intentionnalité en relation à l'obsolescence programmée sont les bienvenues. La science-fiction est riche de récits qui réaffirment, contestent, modifient ou suppriment la “date d’expiration” de l’humanité (v. le film Time Out d’Andrew Niccol, 2011). Ces problématiques rappellent l’idée de Günther Anders d’une “obsolescence de l’Homme” (Die Antiquiertheit des Menschen, 1956) et posent la question du posthumain, théorisée, par exemple, dans la très controversée “Law of accelerating returns”. Selon Kurzweil (2005), cette loi conduirait à ce qu’il appelle la “Singularité”, “une période du futur durant laquelle le tempo du changement technologique sera si rapide, son impact si profond, que la vie humaine sera irrémédiablement transformée” (nous traduisons). De plus, l’accélération technologique a conduit à des changements environnementaux massifs et a fait des humains les agents les plus influents de l’écologie globale, marquant de ce fait le début d’une ère géologique nouvelle, nommée l’Anthropocène. Nous encourageons les soumissions d’articles se consacrant à des problématiques liées à de la durée de vie limitée de notre planète (p. ex. écocritique) et de ses habitants (p. ex. posthumanisme). Nous aimerions tester le potentiel de l’obsolescence programmée en tant qu’outil d’analyse et, pour cela, dépasser l’étude de sa représentation. Certaines oeuvres peuvent créer un discours sur l’obsolescence programmée par leur simple forme. Ceci est particulièrement visible dans la littérature numérique animée, dans laquelle le texte change au cours de la lecture, devenant une oeuvre polymorphe, éphémère, comme “Kill the Poem” de Johannes Auer (1993), un poème qui meurt sous le regard de son lecteur. Mathias Rollot (2016) soutient que la notion de l’obsolescence est radicalement différente de la notion de destruction. Pour Rollot, l’obsolescence implique un changement de signification plutôt qu’un changement physique (2016 : 17). Il reste toutefois à déterminer si une distinction claire entre ces termes est tenable à travers différentes disciplines, et si elle offre un réel apport. L’on pourrait même postuler que les objets touchés par l’obsolescence programmée ne sont pas détruits, mais deviennent des déchets, qui sont justement très difficiles à détruire. La littérature numérique, de façon générale, et puisqu’elle dépend fortement de son support, est susceptible d’être la victime d’obsolescence programmée, comme l’a noté N. Katherine Hayles (2007). L’hypertexte “The Bubble Bath” (2005), de Susanne Berkenheger, et ses liens qui finissent par disparaître, est un exemple criant de ce phénomène. Les remarques de Hayles peuvent aisément être étendues à l’art numérique. Comme le remarque Isabelle Arvers (2007), l’exposition et la préservation d’oeuvres digitales supposent toujours de protéger les formats digitaux contre l’obsolescence. Les jeux vidéo illustrent également les problèmes liés à la forme (ici, le hardware) et à l’obsolescence programmée : les consoles et les jeux qui y sont liés sont condamnés à devenir obsolètes. Certaines technologies anciennes peuvent ressusciter grâce à des émulateurs les portant sur des supports plus récents, mais l’expérience de jeu en demeure changée pour toujours. Obsolescence et innovation sont considérées comme “des processus jumeaux de changement technologique” (Burges 2016, nous traduisons). Le concept de l’obsolescence programmée comme outil théorique pourrait, dès lors, aider les chercheurs à envisager le contexte culturel actuel, gouverné par l’attente de la nouveauté et la célébration de l’innovation. Chaque oeuvre d’art, de littérature ou de théorie contient-elle les germes de sa propre déliquescence ? Les idées et les théories sont soumises aux lois de la mode, tout comme les biens de consommation. L’obsolescence programmée pourrait-elle se révéler être une explication à l’obsession de la théorie qui caractérise les études littéraires et culturelles contemporaines? Aussitôt qu’une nouvelle théorie voit le jour, ses détracteurs annoncent son remplacement, y ajoutant de coutume le préfixe “post” (post-structuralisme, post-humanisme, postmoderne et même post-postmoderne). Enfin, jusqu’à récemment, l’idée de progrès technologique prévalait dans l’histoire des médias. Cela impliquait une progression linéaire, par laquelle le nouveau média supplantait l’ancien parce qu’il possédait un meilleur niveau d’immédiateté, “remédiant” à l’inadéquation du média préalable (Bolter et Grusin 1999), et de ce fait le rendant obsolète. Des développements récents en études de la médiation, comme l’archéologie des médias, remettent en question cette vue téléologique et proposent une conception non linéaire de l’histoire des médias (Zielinkski 2006, Parikka 2012). Henry Jenkins (2008) est partisan d’une vision similaire et affirme que seules les techniques de transmission deviennent obsolètes, alors que les anciens médias ne meurent jamais, mais coexistent avec les nouveaux. Comment ces nouvelles façons de concevoir l’histoire des médias nous invitent-elles à repenser l’idée d’obsolescence programmée, un concept-clé de l’industrie technologique, en tant qu’il est souvent perçu comme une condition nécessaire de l’innovation technologique (Fishman et al. 1993) ? Aborder l’obsolescence programmée en tant que concept pour analyser des productions artistiques, littéraires et théoriques peut sembler audacieux, c’est pourquoi nous encourageons de façon égale les contributions qui soutiennent, mais aussi questionnent, ou même contredisent nos hypothèses. Les sujets mentionnés ci-dessus doivent être compris comme une inspiration, et les propositions peuvent se concentrer sur l’un de ceux-ci, mais aussi s’atteler à développer tout autre sujet en rapport avec la problématique. Nous vous prions d’envoyer votre proposition sous forme d’abstract (maximum 500 mots, en anglais ou français) ainsi qu’une courte biographie pour le 15 août 2017 à planned.obsolescence.conf@gmail.com . * References / Bibliographie Anders, Gunther. L’obsolescence de l’homme. Paris: Ivrea, 2002 [1956]. Auer, Johannes. Kill the Poem, 1997, Web. Behdad, Ali. Belated Travelers: Orientalism in the Age of Colonial Dissolution. Durham: Duke University Press, 1994. Berkenheger, Susanne. The Bubble Bath, 2005, Web. Benjamin, Walter. “Das Kunstwerk im Zeitalter seiner technischen Reproduzierbarkeit”, Web. Bootz, Philippe. « Les Basiques : La littérature numérique. » Leonardo/Olats, Dec. 2006. Web. Bolter, J. David, and Richard A. Grusin. Remediation: Understanding New Media. Cambridge : MIT Press, 1999. Burges, Joel. “Obsolescence/Innovation.” Time: A Vocabulary of the Present. New York: NYU Press, 2016. Collins, Jim. Bring on the Books for Everybody: How Literary Culture Became Popular Culture. Durham : Duke University Press, 2010. Compagnon, Antoine. Le démon de la théorie. Paris: Seuil, 1998. Fishman, Arthur et al. “Planned Obsolescence as an Engine of Technological Progress”. The Journal of Industrial Economics 41. 4 (Dec., 1993): pp. 361-370. Fitzpatrick, Kathleen. The Anxiety of Obsolescence : The American Novel in the Age of Television. Nashville : Vanderbilt University Press, 2006. Fitzpatrick, Kathleen. Planned Obsolescence : Publishing, Technology, and the Future of the Academy. New York : NYU Press, 2011. Hayles, N. Katherine. Electronic literature: new horizons for the literary. University of Notre Dame Press, 2008. Hayles, N. Katherine. “Electronic Literature: What is it?” The Electronic Literature Organization, v.1.0, 2007 (Jan), Web. Iizuka, Toshiaki. “An Empirical Analysis of Planned Obsolescence”. Journals of Economics and Management Strategy 16.1 (Spring 2007): pp. 191–226 Jenkins, Henry. Convergence Culture: Where Old and New Media Collide. New York : NYU Press, 2008. Joyce, Michael. Afternoon, a Story, 1990. Latouche, Serge. Bon pour la casse: Les déraisons de l’obsolescence programmée. Paris : Les liens qui libèrent, 2012. London, Bernard. “Ending the Depression through Planned Obsolescence.” 1932. Web. Parikka, Jussi : What is Media Archaeology? Cambridge / Malden : Polity Press, 2012. Rabaté, Jean-Michel. The Future of Theory. John Wiley & Sons, 2008. Rabaté, Jean-Michel. Crimes of the Future: Theory and Its Global Reproduction. Bloomsbury Publishing USA, 2014. Rollot, Mathias. L’Obsolescence: ouvrir l’impossible. Geneva: MétisPresses, 2016. Viart, Dominique and Laurent (dir.) Fins de la littérature: Esthétiques et discours de la fin. Paris: Armand Colin, 2012. Waldman, Michael. “A new perspective on planned obsolescence”. The Quarterly Journal of Economics, 1993, vol. 108, no 1, p. 273-283. Zielinkski, Siegfried: Deep Time of the Media : Toward an Archaeology of Hearing and Seeing by Technical Means, Cambridge / London : MIT Press, 2006.
Categorías: Universidade

Are you in with the in crowd? | Mitch Prinstein

Guardian Unlimited: Education - Dom, 25/06/2017 - 06:00

The way we deal with popularity at school stays with us for life. But, asks Mitch Prinstein, is it our true self?

At an early point in childhood, we all worked out how popular we really were. Either we knew we were admired and began to worry about maintaining our special influence over others, or we recognised that others were more popular than us and began to seek more attention.

Our positions in the social hierarchy seemed so important back then, and for good reason: popularity is the most valuable and easily accessible currency available to youth. But there’s something about our popularity in youth that seems to remain a part of who we are.

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Theresa May begins Britain's withdrawal from the EU – cartoon

Guardian Unlimited: Education - Dom, 25/06/2017 - 00:05

Chris Riddell on the start of Brexit negotiations, one year on from the referendum

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade
Distribuir contido