Universidade

Carlos Fuentes: una insolencia conmemorativa

Paquidermo - Mér, 26/04/2017 - 16:04

En un reciente artículo publicado en Babelia, Christopher Domínguez Michael conmemora los cincuenta años de la publicación de Tres tristes tigres (Guillermo Cabrera Infante), Cien años de soledad (García Márquez) y Cambio de piel (Carlos Fuentes). Si se lee el artículo, al menos en mi caso, resulta fácil coincidir con el articulista en que Cabrera Infante es, de los tres, el más vivo; a pesar de que resulta fácil también discrepar en sus razones para justificar esa permanencia del cubano o sus observaciones sobre la novela misma como algo que Cabrera Infante nunca pudo superar, pero eso es algo que no viene al caso, pues aquí, en esta breve insolencia, se hablará de Fuentes (y tal vez un par de veces de García Márquez), cuyo “audaz cosmopolitismo” parece no haberlo salvado de la herrumbre del tiempo. Esta nota debería ser el relato de una lectura y de una decisión: la lectura del escritor mexicano y la decisión de abandonarlo.

Entonces uno se inicia a los diecisiete años (hace nada) con una novela considerada clásica, sea lo que sea que esto signifique: La región más transparente. No es en realidad un inicio en el sentido de levantarse de la nada, en el sentido en que podría decirse nacer o despertar a la literatura, por decirlo de algún modo, sino simplemente un inicio a la quimera histórica del boom latinoamericano. Leí gran parte de la novela en un viaje a la playa con amigos ya difusos a estas alturas que no entendían por qué alguien que, en principio, continuaba haciendo estudios de biología, llevaba un libro de pasta dura y con más de quinientas páginas a la playa. Ese viaje, por alguna razón, es un fantasma que me persigue y que nunca ha podido transformarse en literatura, que es lo que siempre he intentado. Se quedan pedazos, escribo pedazos de él, dispersos, pero nunca el viaje. Parece ser que la imposibilidad para contar experiencias que nos gusta recordar es algo, digamos, imborrable. Hay otras posibilidades bastante absurdas: quemar posibles relatos futuros (siempre se cree que de un viajecito o de un paseo es posible sacar relatos) o simplemente invocar, a medida que uno cuenta, una nostalgia inútil. Pero en este caso, ese viaje, ese libro, ese autor, son necesarios. Necesarios en el sentido de que tal vez el hecho de tener ese libro, de ese autor, en ese viaje que recuerdo de forma tan recurrente, contribuyó a formar más que una sólida razón para seguir leyéndolo, un cierto fantasma de empatía con ese estilo, ese libro, ese autor.

Discutir canon, dice Beatriz Sarlo, es entrar en polémica, es colocar una tabla de valores y empezar a tirar hacia una figura para oponerse a otra. Solo es válido ese canon del eterno antagonismo. Me mueve a escribir este breve texto el hecho de que, en el canon personal, en esa biblioteca oculta en donde uno va colocando sus mejores experiencias de lectura, ocurren resquebrajamientos que, a menudo, son bastante saludables: este texto es, entonces, la crónica de cómo dejé que Carlos Fuentes (y con él la ficción del boom, la metáfora del boom) se cayera a pedazos en beneficio mío.

La región más transparente se me apareció como una construcción literaria monstruosa, imposible para mí de comprender en un momento en el que solo tenía atrás dos libros de Borges (leídos idiotamente) y las lecturas lejanas del colegio, de las que recordaba lo mismo que hoy recuerdo, por ejemplo, de libros tan efímeros como El extranjero o Siddharta. La fragmentación, el lirismo de Fuentes que abre la novela y ese aparente surrealismo que de pronto aparecía a cada vuelta de página, la carga melodramática de muchas escenas (hipostasiada en el final de Norma Larragoiti, tan cercano al de una villana de telenovela) y el simbolismo de sus personajes prehispánicos que en aquel momento me resultaba entrañable y provocador, no hicieron más que mostrarme (y se me antoja que esto es lo más provechoso de aquella lectura) las posibilidades más extremas del género novelístico.

Pero esa novela y sus excesos eran una buena fotografía, una buena imitación bastante llana de los procedimientos narrativos que habían comenzado Joyce o Virginia Woolf, o incluso un autor tan desatendido hoy como John Dos Passos en su Manhattan Transfer: la primera novela de Fuentes es nuestro Manhattan Transfer, como ya se sabe porque la crítica lo ha dicho hasta el hartazgo. Pero había tanto en aquella novela, había tanta cosa incomprensible, tanto exceso, que decidí escribir una novela como esa. La bendita idiotez de los inicios, que nos mete de lleno como Adán en el Paraíso, me empujó a pensar de qué forma podía mezclarse San José con aquella ciudad de México que ya en su sola descripción, y en los años cincuenta, sesenta, se perfilaba como algo que San José, tan cuadrada y provinciana, nunca iba a ser. Incorporar habla popular, pringar un lirismo renco y soso con mierda, puta, culo, picha o cosas como verdá, usté, pal’carajo, etc; o imaginar una forma de conectar todo lo prehispánico con el presente urbano (¡oh, San José!) que ya más bien desde mucho antes, desde el año en que nací (1993) había sido explotado por las novelas de Fernando Contreras de una forma tan ingenua que fue digna de pasar a la historia. En fin: mi historia con Carlos Fuentes, que es la historia de mi relación con el boom, es la historia de una intoxicación. La especialidad de Fuentes o García Márquez parece ser esa: la intoxicación a niveles que hacen peligrar la salud pública. Para ejemplo, dos víctimas de ambos: Isabel Allende que se dejó preñar por García Márquez o, en un contexto local, la primera novela de Jorge Méndez Limbrick, Noche sonámbula, cuyo olvido plenamente justificado parece hacer eco de la frase lapidaria de Carlos Cortés (en La gran novela perdida) al referirse a ella y decir que no es más que una Terra Nostra de bolsillo.

Algo que también había en La región más transparente y tal vez en gran parte de la obra de Fuentes era la división que va en contra de su propia creencia en que la novela es un arte de la ambigüedad, me refiero a la maniquea oposición entre buenos y malos que casi siempre encuentra su complemento en la oposición pobres y ricos: bueno es lo pobre, malo es lo rico. Emir Rodríguez Monegal notó esto tempranamente (véase El mundo mágico de Carlos Fuentes) y señaló que esas oposiciones ingenuas eran una de las taras más significativas en la narrativa de Fuentes. Falla que atribuyó, de manera simplista, a la “inmadurez” del autor en aquellos años pero que, nosotros, con toda la distancia que impone la muerte, podemos decir que no era cosa de inmadurez.

Defendí a Carlos Fuentes de mi propia desconfianza. Cuando leí Todas las familias felices y creí estar leyendo los guiones de las peores telenovelas mexicanas, cuando traté de leer ese bodrio que es Cristóbal Nonato, cuando intenté llevar a buen término La voluntad y la fortuna y renuncié por salud, en el momento en que descubrí un realismo mágico podrido en Los años con Laura Díaz, el instante de terror en que me di cuenta de que Federico en su balcón no era el gran testamento literario que anunciaba Sergio Ramírez sino las cenizas de una escritura muerta, de todo eso defendí a Carlos Fuentes, irguiéndolo (para mí y para algunos conocidos) en figura insoslayable de la literatura en español (cosa que es y seguirá siendo), pensando que sus cenas con los Clinton y su texto contra Bush o sus desmedidos elogios al mesías Obama podían salvarlo de esa desconfianza. Pero, por suerte, nada pudo pararla. Así como nada pudo disipar mi desinterés hacia la obra de García Márquez (admitamos que leí Cien años de soledad y soporté sus efectismos y me divertí con ella y que leí esa denostación a Kawabata que es Memorias de mis putas tristes) o, admitámoslo también, como nada ha podido hasta ahora disipar el aburrimiento que me embarga cuando intento leer (porque sé que debo hacerlo, porque todo el mundo la lee, porque es de lo mejor) 2666.

Hasta hace unos meses había en mi biblioteca quince libros de Carlos Fuentes, pues hasta tal punto llegó la intoxicación que compraba todo lo que tuviera su nombre estampado. La novela que escribí imitándolo de forma mecánica existe, para mi desgracia, impresa (para gloria de la salud pública jamás hecha libro) y guardada en un rincón de mi cuarto en donde me espera cada cierto tiempo para recordar qué es lo que NO debo hacer cuando pretendo hacer algo que pueda ser literatura. Ese texto es, por decirlo así, el recuerdo de mi experiencia con el boom, de mi lectura de Carlos Fuentes. De los quince libros quedan cinco, cinco libros que considero, una vez aceptado el derrumbamiento de Fuentes dentro de mi pequeño canon, una vez que puedo observarlo con todas sus fisuras y su pequeñez temblorosa a la hora de escribir ciertos pasajes, que podría volver a leer en algún momento de mi vida: La muerte de Artemio Cruz, Gringo Viejo, Terra Nostra, Cambio de piel, y, como dice Domínguez Michael, por cierto respeto o pudor historiográfico, La región más transparente.

«Mi nombre es Ixca Cienfuegos. Nací y vivo en México D.F. Esto no es grave. En México no hay tragedia: todo se vuelve afrenta». Tal vez sea este uno de los arranques novelísticos más famosos de la lengua española (después del Quijote y Cien años de soledad). Para el 2008, cuando la Real Academia Española saca su edición conmemorativa de la novela, Fuentes publica una de sus creaciones más deplorables: La voluntad y la fortuna, en cuya contratapa leemos: «En México no hay tragedia: todo se vuelve telenovela». Y ese fue el final de la carrera literaria de Fuentes: una telenovela, libros que bien pueden representarse en un culebrón televisivo, recursos gastados, una mediocridad sin límites. Algunos escritores marginales al boom como José Donoso o Manuel Puig, supieron incorporar drama a sus novelas y a sus vidas y dieron, así, una literatura que no se seca como sí lo hace la de esos peces gordos (incluyamos a Cortázar y al marqués Vargas Llosa) que ocuparon el centro del escenario.

José Donoso sigue siendo, para mi gusto, el escritor más atormentado por la metáfora del boom: un hombre con un talento literario inmenso que se reprime en todos los ámbitos de su vida para intentar formar parte de ese cuarteto de estrellas, de esos cuatro patriarcas que no podían asistir al espectáculo de tener una loca entre ellos. El obsceno pájaro de la noche es una separación de las grandes novelas clásicas del boom, tal como lo describe Diamela Eltit: «Antagonismos de clase, deseos, dependencias, servidumbres, intercambios, permitían ver los poderes que portaban los cuerpos y cómo hablaban en esos cuerpos sus culturas, sus saberes y sus deseos. A diferencia de un grupo de novelas de su tiempo, este libro no se planteaba la tarea de gestación de macroespacio fundacional latinoamericano, sino, más bien, su tarea era inversa: desconstruir las estructuras sociales, develar secretos, unir mito y reflexión, estetizar las pasiones». Y para ello recurre, creo yo, a un imaginario fundado en la literatura fantástica inglesa; El obsceno pájaro de la noche no es (como dijo en algún momento un escritor local que lee tan mal como escribe) el intento fallido de Donoso por hacer realismo mágico, pues Donoso, creo yo, escribió siempre en clave puramente fantástica, sin darle mucha importancia al realismo (excepción hecha de novelas como La desesperanza). Fuentes no tuvo la suerte de contar con esa faceta oculta tan oscura y llena de pulsaciones como la de Donoso, o al menos ni él ni sus colegas más afamados quisieron darle lugar: él, Vargas Llosa, el mismo García Márquez, son una especie de souvenir literario, la única pieza literaria que hay en el viejo Nuevo Mundo para algunos trasnochados. Dramática, tal vez demasiado larga, la ficción del boom, mi lectura de Fuentes, solo alcanza para insolencias de este tipo.

L'Université Fudan (Shanghaï) recrute un lecteur / une lectrice invité(e) au sein de son département d'études françaises

Fabula - Mér, 26/04/2017 - 14:13
复旦大学 Université Fudan, Shanghai, Chine Le Département d’études françaises de l’Université Fudan, institution de renommée internationale, recrute: UNE LECTRICE / UN LECTEUR INVITE(E) pour l’année universitaire 2017-2018. Le contrat débutera le 1 er septembre 2017 et prendra fin le 31 juillet 2018. La lectrice, le lecteur aura la charge de quatre à cinq cours par semaine (soit 8 à 10 heures effectives d’enseignement, environ). Il enseignera la langue et la civilisation françaises. Par ailleurs, il pourra effectuer des missions ponctuelles de soutien au corps professoral et d’encadrement des étudiants. Il pourra être appelé à participer à des jurys d’examen ou de concours, et diriger des mémoires de licence. Pour voir sa candidature prise en considération, tout candidat devra:Avoir le français pour langue maternelle;Etre titulaire d’un diplôme de Master (Bac +5, Professionnel ou de Recherche) au moins ;Faire état d’au moins deux ans d’expérience dans l’enseignement. Les candidats possédant une connaissance de base du chinois (niveau HSK2 et au-delà) seront valorisées. La connaissance préalable du chinois n’est toutefois pas un critère essentiel de recrutement: l’enseignement se fera en effet uniquement en français. Les profils de formation recherchés sont les suivants:Langue et littérature françaises;Français Langue Etrangère (FLE);Toute discipline des sciences humaines et sociales, pour peu que la spécialité du candidat lui permette d’avoir un haut niveau de connaissance de la civilisation française et qu’il soit en mesure de l’enseigner à des étudiants de premier ou de deuxième cycle. Tout candidat doit adresser, dans les plus brefs délais à Madame le Professeur YUAN Li, directrice du Département d’études françaises, par courrier électronique et au format pdf: un curriculum vitae détaillé et à jour, une lettre de candidature, ainsi qu’une copie du diplôme le plus élevé. Personne à contacter: Madame le Professeur YUAN Li, Directrice du Département d’études françaises yuanli@fudan.edu.cn
Categorías: Universidade

Divisive NUS president Malia Bouattia defeated in election

Guardian Unlimited: Education - Mér, 26/04/2017 - 14:00

Shakira Martin takes 56% of vote to unseat Bouattia, who has been accused of anti-semitism in her one-year term

The controversial president of the National Union of Students has been comfortably defeated at election by a candidate who called for a new NUS.

In a three-way race, the union’s vice-president for further education, Shakira Martin, unexpectedly beat Malia Bouattia. Bouattia became the first black Muslim woman to hold the office last year, but her term has been dogged by allegations of anti-semitism, which she strongly denies.

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

How are the cuts affecting your school? Share your experiences | Sarah Marsh

Guardian Unlimited: Education - Mér, 26/04/2017 - 12:21

We want to hear how the slashing of education funding is hitting schools. Tell us your stories, for Frances Ryan’s Hardworking Britain column

In Frances Ryan’s Hardworking Britain column each week, she focuses on stories of individuals who are affected by the government’s austerity agenda.

The National Union of Teachers has approved industrial action over the school funding crisis in England, after delegates at its annual conference were told of children at one school who spent two weeks wearing hats and coats in their classroom this winter because of budget pressures.

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

"Pachet : une année de littérature(s)", par F. Lefebvre : "Avril : Sur les traces de Malaparte" (remue.net)

Fabula - Mér, 26/04/2017 - 10:06
Référence bibliographique : "Pachet : une année de littérature(s)", par F. Lefebvre : "Avril : Sur les traces de Malaparte" (remue.net), remue.net, 2017. "Avril : Sur les traces de Malaparte", remue.net, 2017. Quatrième livraison de la chronique "Pachet : une année de littérature(s)" : "Avril : Sur les traces de Malaparte" Frédéric Lefebvre rend hommage à l’œuvre littéraire et critique de Pierre Pachet dans cette chronique mensuelle qu’il a intitulée «Pachet, une année de littérature(s)». De janvier à décembre 2017, chaque mois il traversera et développera un thème qui relie l’écrivain à son œuvre et à l’histoire de sa vie en relisant aussi bien les ouvrages qu’il a publiés que les articles écrits pour des journaux et des revues, littéraires en particulier. À lire en ligne sur remue.net…
Categorías: Universidade

Cash-strapped schools could buy cheaper photocopiers, says minister

Guardian Unlimited: Education - Mér, 26/04/2017 - 08:40

Nick Gibb said in letter to Labour MP that schools facing budget shortfalls could also switch energy suppliers

Labour MPs have criticised a Department for Education letter that suggests schools could make up their budget shortfalls by purchasing cheaper photocopiers or switching energy suppliers.

In a letter to the Labour MP John Cryer, who wrote to raise concerns about the funding shortfall for schools in his constituency, the schools minister, Nick Gibb, said the government recognised schools “are facing increasing cost pressures” and was advising schools about how to save money.

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

MPs condemn free schools policy as incoherent and wasteful

Guardian Unlimited: Education - Mér, 26/04/2017 - 00:01

Report says DfE must use funding more cost-effectively and notes 60% of schools are more than 40 years old and in disrepair

The government’s funding of its free schools programme has been denounced as “incoherent and too often poor value for money” in a hard-hitting report by a cross-party committee of senior MPs.

The report by the public accounts committee accuses the Department for Education of spending “over the odds” on unsuitable sites and building free schools in areas where extra places are not always needed.

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Private schools do nothing to improve social mobility | Letters

Guardian Unlimited: Education - Mar, 25/04/2017 - 19:55

While I was pleased to see that the headmistress of my old school, James Allen’s Girls’ School in Dulwich, reads the Guardian (Letters, 25 April), I agree with Tim Lott (Opinion, 22 April) that private schools should be abolished. When I attended Jags in the 1950s it was grant maintained and at least half the pupils post-11 were paid for by the local authority, including me. The remaining half who did not reach the academic standards demanded by the 11-plus and who had often attended the private junior sector (as I did) continued to pay fees. There was some genuine social mobility with many girls going on to successful careers.

The situation is now very different. Girls at Jags have an excellent and highly privileged education and are among the elite 7% who make up the very small but extremely powerful private sector in this country. I would remind the head that approximately 50% of students at Oxbridge come from that 7%.

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Plastic-eating bugs? It’s a great story – but there’s a sting in the tail | Philip Ball

Guardian Unlimited: Education - Mar, 25/04/2017 - 19:41
Breeding wax moth caterpillars to devour our waste sounds good. But they would attack bee colonies too, and ultimately put crops at risk

Caterpillars that can munch up plastic bags have just been identified, fuelling excited speculation that this could one day eliminate global pollution from plastic waste. The chance discovery, initially made by a scientist and amateur beekeeper whose plastic bag had been eaten through by the moth caterpillars, was reported this week by researchers at Cambridge University and the Spanish National Research Council.

Related: Plastic-eating worms could help wage war on waste

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

J. Resal, P. Allorant, La demeure de l'ambition. L'ascension d'une famille bourgeoise vue à travers les lettres de femmes (1814-1914)

Fabula - Mar, 25/04/2017 - 19:21
La demeure de l’ambition L’ascension d’une famille bourgeoise vue à travers les lettres des femmes (1814-1914) Correspondance établie et présentée par Jacques Resal et Pierre Allorant préface de Geneviève Haroche-Bouzinac Limoges, PULIM, 445 pages / ISBN 978-2-84287-749-1-9 / 26 € Si le mode de vie des failles bourgeoises a su attirer l’attention des historiens, l’originalité consiste ici à saisir l’ascension d’une lignée de médecins et d’ingénieurs du Morvan au XIXe siècle. À partir d’un corpus exceptionnel de lettres de femmes, un miroir est tendu à l’ambition de ces femmes qui portent l’ambition scolaire, intellectuelle et professionnelle de leurs époux, fils et frères, tout en assumant la gestion de la demeure. Contribution à l’histoire de la conjugalité, de la maternité et de la sororité, ce recueil de correspondance intime exprime les sentiments de ces femmes, leurs frustrations, leurs déceptions, leurs peines, mais aussi leurs affections et leurs loisirs, leurs plaisirs et leurs jours en Bourgogne, de Louis XVIII à Clemenceau. - Préface – Portrait de groupe - Présentation – Une saga épistolaire vue du côté des femmes - Généalogie des Ballard-Berthot-Resal - Repères chronologiques (1814-1914) – I. Ursule ou l’amour médecin – II. Louise ou l’émancipation par procuration – III. Gabrielle, Polytechnique oblige – IV. Julie et les siens. La Belle Époque à Bordeaux * Cet ouvrage est disponible:à la boutique des PULIM 39C, rue Camille Guérin 87031 Limoges cedex Tel. :05 55 01 95 35 - Fax : 05 55 43 56 29 - email: pulim@unilim.fren librairieauprès de notre diffuseur: FMSH-Diffusion 18-20, rue Robert Schuman- 94220 Charenton-Le-Pont Tél : 01.53 48 56 30 - Fax : 01.53 48 20 95 - email: cid@msh-paris.fren ligne http://www.lcdpu.fr http://www.pulim.unilim.fr
Categorías: Universidade

Place de la Sorbonne , Revue internationale de poésie de Paris-Sorbonne, n° 7

Fabula - Mar, 25/04/2017 - 19:15
Référence bibliographique : Place de la Sorbonne, Revue internationale de poésie de Paris-Sorbonne, Presses de l'Université Paris-Sorbonne (PUPS), 2017. EAN13 : 9791023105650. Le septième numéro de Place de la Sorbonne , revue internationale de poésie, paraîtra le mercredi 17 mai 2017 à l'occasion d'une soirée de lancement qui aura lieu à 19h00 à la Maison de la Poésie à Paris. Des lectures de poèmes seront ponctuées d'improvisations au piano de Karol Beffa. La revue, éditéeaux Presses de l'Université Paris-Sorbonne (PUPS) , est proposée au prix de 15€. ÉDITORIAL Une nouvelle revue de poésie contemporaine a vule jour en 2011, Place de la Sorbonne ( PLS ). Revue de la création poétique vivante , c’est également la revue de Paris-Sorbonne et de l’ESPE de Paris. Un parrainage aussi prestigieux lui fait obligation de se placer d’emblée à un niveau convenable d’exigence. Portant les couleurs de la Sorbonne, PLS ne saurait être l’expression d’un seul courant de la poésie actuelle, encore moins d’une chapelle, et voilà donc sa première particularité : une revue qui s’attache à offrir aux lecteurs ce qu’il y a de meilleur parmi les diverses esthétiques et les différentes sensibilités représentées sur la scène poétique contemporaine. Elle a aussi une vocation internationale . D’abord parce que chaque livraison présente des textes de poètes étrangers, dans leur langue originale et en traduction, et ces poètes sont du monde entier ; mais la revue cherche également à toucher des lecteurs bien au-delà des frontières françaises. Or justement, le trait le plus original de PLS estsa dimension universitaire . Elle propose donc, non seulement un panorama de la poésie vivante, mais aussi un éclairage sur cette poésie. Elle voudrait être en effet un outil de découverte et de travail entre les mains de celles et de ceux étudiants, enseignants, dans l’Hexagone et partout ailleurs qui sont appelés à lire, étudier et faire découvrir à leur tour la poésie d’aujourd’hui dans sa grande diversité et son extrême vitalité. Tel est le cadre de plusieurs des rubriques que le lecteur retrouvera au fil des livraisons. Place de la Sorbonne paraît annuellement au printemps. Nous nous efforcerons d’en faire une revue incontournable de la création poétique sans frontières. Laurent Fourcaut Rédacteur en chef LE NUMÉRO 7 Olivier Barbarant, l’ «Invité» , dont l’œuvre vient d’entrer dans la collection «Poésie» de Gallimard, propose en deux volets, réflexion et poèmes, un «État des lieux» dans lequel il défend et illustre une conception du poème étroitement articulé sur le réel du quotidien et relevant le défi que ce réel lance au langage. L’entretien, lui, s’engage, pour la seconde fois, avec un éditeur de poésie: Djamel Meskache, fondateur et animateur des éditions Tarabuste, narre son aventure et dit la passion qui nourrit son métier. Dans «Vis-à-vis» , Catherine Fromilhague commente des poèmes de Paul de Roux. Disparu en 2016, il fait également l’objet d’un hommage de la même dans «De l’autre côté du miroir» . Dans «Échos» , Christian Doumet, essayiste, poète et universitaire, montre comment la poésie digne de ce nom a une véritable portée politique, en ce qu’elle secoue, par son travail propre sur la langue, l’asservissement aux «langages d’uniformité», à l’aliénant sens commun. Outre Paul de Roux, «De l’autre côté du miroir» salue la mémoire de plusieurs poètes récemment disparus: l’Américain David Antin, salué par Jacques Demarcq, Ludovic Janvier et la poète belge Liliane Wouters, par Pierre Maubé. Sur Yves Bonnefoy, poète éminent et grande figure intellectuelle de ce temps, Patrick Née, un des meilleurs spécialistes de son œuvre, livre une remarquable synthèse. «Contrepoints» donne à voir des monotypes de Claudine Griffoul, commentés par elle-même. On lira également dans cette section des poèmes de Katia-Sofia Hakim, accompagnés d’estampes de Hugues Absil. La rubrique «Langues du monde» est marquée, à compter de ce numéro, par une innovation dont l’intérêt ne devrait pas échapper au lecteur: un dossier consacré à la poésie d’une langue donnée. Ce dossier, composé par Bernard Banoun et Aurélie Maurin, permet de découvrir six poètes germanophones européens; il est complété par des textes de quatre jeunes poètes allemandes. La poésie de langue française accueille des esthétiques très variées, et toutes les générations, où se côtoient le vétéran de la poésie sonore Julien Blaine et Alexandre Bonnet-Terrile (il a dix-huit ans), mais aussi Dominique Quélen, Bruno Fern ou Jean Renaud.
Categorías: Universidade

Témoigner. Entre histoire et mémoire , n° 124 : "La musique dans les camps"

Fabula - Mar, 25/04/2017 - 19:10
Témoigner entre Histoire et Mémoire , n° 124: « La musique dans les camps », Revue pluridisciplinaire de la Fondation Auschwitz, n°124/ avril 2017 Éditions du Centre d’Études et de Documentation Mémoire d’Auschwitz asbl (Bruxelles), 214p. ISBN: 978 2 930953 00 7 Prix: 18, 00 € SOMMAIRE: Chroniques Quand la maison d’Izieu accueillait des enfants belges…, Baudouin Massart Remember : Memento mori, victimes et bourreaux, Gorik de Henau Requiem pour un massacre d’Elem Klimov :Le film de guerre russe « oublié », Brecht Capiau War dogs : Des chiens fous dans l’instabilité géopolitique, Gorik de Henau Corps en ré-volution : Entretien avec Mokhallad Rasem , Marieke Breyne & Sofie de Smet Portraits d’artistes en aphasies :Yohanan Zaraï et Rosemarie Georgi , Daniel Weyssow Portfolio THE EVIDENCE ROOM ENTRETIEN Amos Gitai , Gorik de Henau Dossier La musique a fait partie intégrante de l'univers concentrationnaire nazi et autre. Quel genre de musique était composée et exécutée, et quel en était le rôle exact dans les camps ? Facteur de survie et de résistance pour les détenus, une façon pour eux d'exprimer leur espérance et leur humanité - ou, au contraire, instrument d'oppression exploité par les bourreaux ? Quelle est la fonction de la musique dans le travail de mémoire suivant l'expérience de violence et de souffrances extrêmes ? Ce dossier propose de parcourir ces problématiques. Présentation,Klaas Coulembier Music in Concentration Camps 1933-1945 ,Guido Fackler La musique dans les centres de mise à mort de L’Aktion Reinhardt ,Bruno Giner Les orchestres dans le système concentrationnaire nazi :fonctions et réception ,Amaury du Closel Music in Japanese AmericanConcentration Camps ,Minako Waseda Entretien avec Hélios Azoulay ,Daniel Weyssow Livret + CD Sauvée des cendres Varia Les femmes déportées de France par mesure de répression : Nouvelles perspectives ,Pierre-Emmanuel Dufayel Les camps d’internement juifs dans la France de la zone libre (1940-1942) ,André-Louis Sanguin « Le dernier des Mosaïcans » : Philippe Ancel et le testament graphique des Juifs de l’Europe de l’Est , Kathleen Gyssels Site mémorieI Trois églises grecques en Afrique centrale : Lieux de mémoire russes ,Vladimir Ronin L’enclos des fusillés de Noville (Bastogne) ,Baudouin Massart Laboratoire mémoriel Carnet de voyage : Sur les traces des crimes des Khmers rouges : Découverte et description de « lieux » de mémoire cambodgiens , Mélanie Moreas
Categorías: Universidade

University chief appeals for EU help to fight Hungarian clampdown

Guardian Unlimited: Education - Mar, 25/04/2017 - 17:33

Rector of Central European University hopeful EU will launch infringement proceedings against Orbán government

The head of a leading university threatened with closure in Hungary has made an emotional plea for help from the EU and accused the country’s rightwing, authoritarian prime minister, Viktor Orbán, of effectively putting a gun to his head.

Michael Ignatieff, rector of the US-linked Central European University (CEU), said he was “cautiously optimistic” that the EU would launch infringement proceedings against the Hungarian government for its “outrageous” attack on academic freedoms.

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Vacataire d'expression, communication, culture en DUT Techniques de Commercialisation (Créteil)

Fabula - Mar, 25/04/2017 - 15:21
Le Département Techniques de Commercialisation de l'IUT DE CRÉTEIL-VITRY, au sein de l'Université Paris-Est Créteil Val de Marne cherche un vacataire pour des TD d'expression, communication, culture , principalement en 2e année de DUT Techniques de commercialisation. Contenu de l'enseignement : Communication écrite et orale en situation professionnelle. Rédaction :correction grammaticale et orthographe, formulation, vocabulaire... Ecrits professionnels : compte-rendu, rapport... Communication : adaptation au destinataire, à la situation d'énonciation... Travaux individuels oude groupes (TD), préparation à la soutenance et au rapport de stage. Profil recherché : Professeur de français en BTS, de lycée ou de collège en activité. Etudiants en Lettres, 3èmecycle de l’enseignement supérieur,moins de 28 ans. Volume horaire : Entre 50 et 70h à répartir sur l'année 2017 - 2018. Etre disponible une journée ou au moins une demi journée dans la semaine. NB : deux enseignants permanents de Lettres pourront encadrer les débuts du vacataire. Dossier : Envoyer CV et lettre de motivation en pdf à :aymeric.le-delliou@u-pec.fr dès que possible et au plus tard le 25 mai. Date limite : 25mai2017
Categorías: Universidade

Revue de presse du mardi 25 avril 2017

Cahiers Pédagogiques - Mar, 25/04/2017 - 15:13

Une actualité éducative encore largement éclipsée par les préoccupations électorales ce mardi. Il sera donc exclusivement question des présidentielles, et nous terminerons par des ressources.

Présidentielles

L'attention médiatique se porte désormais logiquement sur les deux candidats qui restent en lice. Le Figaro et VousNousIls se livrent à un comparatif des programmes éducatifs de Marine Le Pen. Le Figaro fait plutôt unsurvol des deux programmes :« En attendant cette échéance, voici un rapide retour sur les aspects des programmes des finalistes touchant aux questions d'éducation, d'enseignement supérieur et de jeunesse. Des thèmes qui n'ont d'ailleurs pas été très médiatisés jusqu'ici. » VousNousIls fait une comparaison bien plus détaillée : « Avec 23,86% et 21,43% au premier tour de l'élection présidentielle, Emmanuel Macron et Marine Le Pen s'affronteront le 7 mai. L'occasion de redécouvrir leurs programmes pour l'éducation et l'enseignement supérieur. »
Le Café pédagogique rend compte d'un article de blog de l'ancien recteur Pierre-Yves Duwoye : « "Maintenant à la retraite de l'Education nationale, je peux dire ce que je pense". Pierre-Yves Duwoye ne se prive pas. Il publie le 25 avril sur son blog de nouvelles analyses portant sur l'organisation territoriale de l'Ecole et la mixité sociale à l'Ecole. Pas ds réflexions creuses : ce sont des propositions concrètes qu'amène PY Duwoye, de l'ordre de celles qu'un ministre pourrait mettre en oeuvre pour apporter des réponses à la question des inégalités en éducation. Une pensée sur l'Ecole qui interroge aussi fortement les politiques suivies sous le quinquennat... »
Economie Matin déplore que la question de l'emploi et de la formation professionnelle n'aient pas été au cœur du débat présidentiel : « Un autre point réside dans l'inadéquation entre la formation des jeunes et le marché du travail. Il est dommage de voir le sujet de l'apprentissage si peu évoqué. Le modèle d'apprentissage allemand est à ce niveau intéressant. En France, le collège est « académique ». En Allemagne, les différentes voies - et notamment l'apprentissage -, ne sont pas « défavorisées ». Certains grands patrons en sont d'ailleurs issus. On constate aussi le niveau d'engagement des entreprises dans l'enseignement et dans les filières professionnelles. »

Ressources

Le Café pédagogique rend compte d'un numéro de la revue Administration & Education : « "Peu d'acteurs refusent le fait que les parents aient un rôle à jouer à l'Ecole. Sur ce point il y a un consensus. Le débat porte plutôt sur les formes de participation." En 2013, à l'occasion de la publication d'un numéro de la Revue de Sèvres sur l'Ecole et les parents, Xavier Pons résumait ainsi la question de la place des parents dans l'Ecole. Quatre ans et un quinquennat plus tard la coéducation est officiellement décrétée. Or c'est pourtant le titre "Parents gêneurs ou acteurs" que la revue Administration & Education emprunte pour traiter la même question. Comme le disent Claude Bisson-Vaivre et Martine Kherroubi, qui ont co dirigé ce numéro, "le regard que les acteurs de l'école et les parents se portent réciproquement ne traduit pas le passage espéré d'une logique conflictuelle à une logique de confiance partagée". Mais ce numéro fait beaucoup plus que dénoncer l'asymétrie de la relation école-parents. Il en cisèle contour en multipliant les interventions des chercheurs. Au vu dela richesse des contributions, on comprend alors que les parents sont "les fantômes" de la formation initiale des enseignants cela n'a rien à voir avec la rareté des travaux de recherche et beaucoup avec la tradition scolaire... »
Ensuite, l'UNESCO publie un nouveau guide "sur l'enseignement de l'Holocauste et la prévention des génocides"
Et à ce sujet, François Hollande a jugé utile, selon Le Monde d'instaurer dans tous les établissements scolaire une semaine d'étude des génocides, qui sont pourtant déjà au programme : « Le président François Hollande a annoncé, lundi 24 avril, l'instauration chaque année dans les établissements scolaires « d'une semaine de la recherche sur les génocides, les crimes contre l'humanité et les crimes de masse ».
Il s'agit de permettre aux élèves « de réfléchir sur les violences extrêmes, à travers notamment l'exemple du génocide arménien. C'est la raison pour laquelle cette semaine débutera tous les ans le 24 avril, le jour anniversaire du génocide arménien pour l'installer dans la République », a précisé lundi le chef de l'Etat, qui a fait cette annonce à l'occasion du 102e anniversaire du génocide de 1915 qui a fait, selon les historiens, 1,5 million de morts en Anatolie. »

Aurélie Gascon (sur une récolte de Bernard Desclaux)

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 536 - Éduquer aux médias et à l'information

Dossier coordonné par Émilie Kochert
mars 2017

Nous sommes inondés d'informations. L'actualité a remplacé l'information dans une culture du buzz où souvent on ne prend pas le temps de vérifier. Est-il simple de déceler le vrai du faux ou de sélectionner l'information dans le divertissement ? Éduquer aux médias et à l'information relève des missions des enseignants.

N° 533 - Créer et expérimenter en sciences et technologie

Dossier coordonné par Évelyne Chevigny et Roseline Ndiaye
décembre 2016
L'enseignement des sciences expérimentales s'est considérablement renouvelé. Ces changements ont visé à mettre l'élève au centre, en prenant en compte les travaux de la didactique ainsi que les réflexions sur le bagage intellectuel de base pour tout citoyen du XXIe siècle, au cœur d'une société basée sur les sciences et les technologies.

Categorías: Educación, Universidade

J. Fruoco, A. Rando Martin, A. Laimé, Imaginaire sériel : les mécanismes sériels à l'œuvre dans l'acte créatif

Fabula - Mar, 25/04/2017 - 14:37
Imaginaire sériel: Les mécanismes sériels à l’œuvre dans l’acte créatif Ouvrage dirigé par Jonathan Fruoco, Andréa Rando Martin et Arnaud Laimé UGA Editions — Collection: Ateliers de l’imaginaire ISBN : 978-2-37747-000-6 ISSN: 1277 7749 Prix : 21 € Le succès d’un service comme Netflix qui propose un flux continu de films et de séries télévisées sur internet montre un engouement de plus en plus important pour les œuvres en séries. La question de savoir pourquoi notre esprit réagit si bien à une suite de films, une série télévisée ou à des romans en plusieurs volumes se pose alors. Qu’est-ce qui rend ces récits fragmentés si attractifs? Pourquoi la division d’une histoire en épisodes fascine tant? L’objectif de ce livre est dès lors simple et offre quelques réponses à ces questions en tentant de comprendre l’impact de la sérialité sur l’imaginaire. L’ouvrage Imaginaire sériel propose donc de revenir sur les mécanismes de réception d’une œuvre sérielle, sur l’importance de leur matérialité mais aussi sur le rôle de la répétition et de la temporalité. Quel que soit votre médium de consommation préféré, ce livre vous accompagnera sur le chemin de la sérialité en suivant les pas de Charles Dickens, Michel Butor et de nombreux autres artistes œuvrant aussi bien dans le monde de la bande dessinée que du dessin animé, de la danse, de la peinture ou de la télévision. Table des matières Introduction Les mécanismes de la réception Fiction sous perfusion : Dickens et la sérialisation Mesures de l'envoutement : série, répétition et dédoublement Matérialité et médium La sérialité de l'oeuvre de Michel Butor Quand le feuilleton s'enraye : intégrales tronquées et séries interrompues Emprunt, appropriation et transposition dans le processus pictural de la série Clins d’œil, clichés et répétitions Les puissances de l’imaginaire sériel : série, confidence et résistance dans l’oeuvre de Jacques Abeille / Léo Barthe Éternel retour : échos, reflets, réitérations dans Les Mondes engloutis Arabesques narratives et textes-phénix : le voyage-feuilleton et son antidote Répétition et infini : la question du temps dans les séries télévisées L’intelligence en échec : temporalité, circularité et figuration du renseignement dans la série Rubicon Du temps réel au temps imaginaire dans la série Once Upon a Time « Living in Harmony? » The Prisoner et l’expérience hors du genre Références bibliographiques * Pour commander cet ouvrage:chez votre libraire auprès de FMSH-diffusion, 18-20, rue Robert Schuman, 94220 Charenton-le-PontDirectement en ligne sur le site : http://www.lcdpu.fr/ou auprès de UGA Éditions: https://www.uga-editions.com/
Categorías: Universidade

Arzanà , n° 18 : "Langages du corps"

Fabula - Mar, 25/04/2017 - 14:32
Publication en ligne du numéro 18 de la revue Arzanà Auteurs (éds.) : Philippe GUERIN, Marina GAGLIANO Éditeur : Presses Sorbonne Nouvelle Parution 2016 EAN13 : 978287854767-2 Numéro accessible sur revues.org : https://arzana.revues.org/ La version numérique peut être commandée sur le site des PSN (11,40€) : http://psn.univ-paris3.fr/ouvrage/18-langages-du-corps Comment parle-t-on du corps au Moyen Âge, comment (se) le représente-t-on, selon les différents points de vue sous lesquels on l’envisage ? Comment se fait-il modèle pour appréhender par le biais métaphorique d’autres réalités humaines ? Mais aussi, quelles sont ses manifestations propres, comment “s’exprime-t-il” lui-même ? Les articles ici réunis envisagent la question sous ces différentes facettes, dessinant par là quelques traits d’une anthropologie médiévale prenant en compte cette dimension constitutive de notre humanité. Et, quoique très loin d’épuiser la matière, ils permettent de saisir que le corps, élément essentiel du composé humain, n’a jamais peut-être été aussi “éloquent” et omniprésent que pendant les siècles que l’on a coutume de considérer comme ceux du “mépris chrétien du corps”. Sommaire Avant-propos , Philippe Guérin Jacopone da Todi, corps et âme , Estelle Zunino Réécritures et représentations de la mort de saint Paul ermite en Italie (XIIIe-XVe siècles): un cadavre en prière ? , Sophie Dutheillet de Lamothe La guérison du corps malade dans les miracles post mortem de Margherita Colonna , Federica Voci «Forsennata latrò sì come cane» (Enfer 30, 20) : Hécube et le langage corporel des passions, Anna Fontes Baratto «Carnea non ferrea sum»: le corps féminin dans le De mulieribus claris,Claudia Zudini Giovane e fresco. Le corps désirant dans le Décaméron, Anne Robin Le corps obscur. Le corps au quotidien dans l’écriture privée, Florence, XIVe-XVe siècles , Michelle Schuller «Corps civique », «corps de la République » dans les Protesti de Stefano Porcari Donatella Bisconti La voie rhétorique vers le corps: narratio, descriptio, gestus et transumptio dans la Rota Veneris de Boncompagno da Signa, Philippe Guérin
Categorías: Universidade

Fears Israeli ambassador's visit to Soas may spark unrest

Guardian Unlimited: Education - Mar, 25/04/2017 - 11:04

Some university staff and students say invitation to Mark Regev is provocative and urge director to stop meeting

Students and academics at Soas University of London have said a visit by the Israeli ambassador Mark Regev this week could lead to serious tension and substantial distress on the campus.

Related: One hundred years of Soas - in pictures

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Voter contre le Front national, une nécessité républicaine

Cahiers Pédagogiques - Mar, 25/04/2017 - 10:59

Bien sûr, il y a de multiples raisons de vouloir opposer à Marine Le Pen le 7 mai un barrage républicain. Elles sont largement exposées ailleurs, mais c'est dans son champ d'action propre que le CRAP-Cahiers pédagogiques tient à dénoncer les conceptions qu'a le Front national du système éducatif.

Dans sa vision de l'école, Le Pen bafoue en tous points la devise républicaine.

Le Pen bafoue le principe de Liberté : il faut mettre au pas les supposés dissidents vis-à-vis, par exemple, des méthodes de lecture obligatoires et de la pensée officielle quant à l'enseignement de l'Histoire, et imposer un autoritarisme excluant et archaïque au sein des classes.

Le Pen bafoue le principe d'Égalité : il serait mis fin à toutes les conquêtes démocratiques visant à unifier le parcours scolaire obligatoire au profit de la sélection précoce, de l'élitisme et de l'abandon total de l'idée de « donner plus à ceux qui ont moins ».

Le Pen bafoue le principe de Fraternité : rien de plus étranger à l'extrême-droite que les idées de coopération, d'entraide et de travail collectif. Dans ce contexte, un véritable hold-up sémantique transforme la laïcité, principe organisateur du vivre-ensemble, en machine de guerre contre une religion.

L'école rêvée par le FN, soutenue par quelques idéologues, ne peut qu'être rejetée par tout enseignant soucieux de construire une école plus juste et plus ouverte sur l'avenir.

C'est une raison de plus pour que le 7 mai, quels que soient les avis qu'on peut avoir sur le candidat qui lui sera opposé ou sur son programme, aucune voix ne manque afin que Le Pen non seulement ne soit pas élue, mais qu'elle fasse le plus petit score possible.

Le CRAP-Cahiers pédagogiques
25 avril 2017

Categorías: Educación, Universidade

Contrat doctoral Université de Bourgogne-Franche-Comté : sur Marcel Arland

Fabula - Mar, 25/04/2017 - 10:59
Projet de thèse de l’UR ELLIADD ED LECLA 2017 Intitulé du projet : Étude génétique de l’œuvre de nouvelliste de Marcel Arland Encadrant HDR : Yvon Houssais Co-encadrant ou co-directeur : Description du projet : Contexte et problématique Alors que la critique voit en Marcel Arland un maître de la nouvelle, au même titre que Marcel Aymé ou Paul Morand, il est aujourd’hui oublié par le grand public. Pourtant il a obtenu le prix Goncourt en 1929 pour L’Ordre et il est également l’auteur d’une dizaine de recueils de nouvelles, unanimement salués par la critique de l’époque et novateurs à plus d’un titre, notamment dans la conception du recueil en tant qu’ensemble organisé. Arland fut également une figure majeure de la vie intellectuelle du vingtième siècle par le rôle joué au sein de la Nouvelle Revue Française où il est entré en 1923 et qu’il a dirigé à partir de 1966. Malgré la place fondamentale que son œuvre occupe dans l’histoire de la nouvelle du vingtième siècle, l’œuvre d’Arland n’a fait l’objet jusqu’à présent que d’une seule étude d’ensemble [1] . Quelques thèses lui ont été consacrées, quelques études dont l’ouvrage remarquable de Jean Duvignaud [2] , quelques colloques [3] . Par ailleurs, les travaux de René Godenne [4] ont contribué à associer durablement le nom de Marcel Arland à une nouvelle forme: la nouvelle-instant. Les recueils de nouvelles d’Arland n’ont donc donné lieu à aucune étude génétique. Or, la Bibliothèque Jacques-Doucet possède un fonds d’archives extrêmement riche qui permettrait de retracer l’histoire des textes, des premiers brouillons jusqu’aux versions finales. Les archives comportent les brouillons de la plupart des œuvres d’Arland, qu’il s’agisse des essais autobiographiques, des ouvrages de critique littéraire, des romans et des nouvelles. Ce fonds n’a été que très partiellement inventorié. Les feuillets sont sommairement regroupés en pochettes à l’intérieur des cartons sans classement générique ou chronologique. D’autre part, le Centre Jacques-Petit possède les archives numérisées de deux grands recueils de nouvelles: Les Vivants (1937) et Il faut de tout pour faire un monde (1947). La totalité des avant-textes des nouvelles composant ces recueils est donc disponible. Objet de la thèse Le doctorant aura donc à effectuer un inventaire et un classement précis des archives disponibles, soit à la Bibliothèque Jacques-Doucet, soit au Centre-Jacques-Petit à l’Université de Franche-Comté pour les deux œuvres mentionnées plus haut. Vu l’ampleur de la tâche, la thèse pourra porter uniquement sur les deux recueils de nouvelles mentionnés plus haut. Il s’agira donc de reconstituer les différents états de chacune des nouvelles qui composent le recueil ainsi que l’évolution de son organisation (Arland attachant beaucoup d’importance à l’ordre et la place des nouvelles). Ce premier travail permettra de mener ensuite une étude génétique afin d’analyser toutes les étapes de conception des œuvres. Une première lecture des archives montre en effet un énorme travail de réécriture pour certaines nouvelles; «Florence», dans Les Vivants , a été ainsi réécrite à de multiples reprises. D’autre part, Arland a republié des textes, parus d’abord isolément avec l’étiquette «Roman» pour les intégrer dans des recueils de nouvelles par la suite; il en va ainsi d’ Édith , publiée d’abord à part puis intégrée au recueil La Grâce . Il conviendra donc de reconstituer cette «circulation» des textes et des œuvres. Méthodologie En ce qui concerne, la critique génétique, l’ouvrage de référence demeure Logiques du brouillon de Daniel Ferrer (Paris, Seuil, coll Poétique, 2011). Rappelons que la critique génétique, officiellement pratiquée depuis 1974 dans le cadre d’un laboratoire constitué à présent en Unité mixte de recherche CNRS située à l’ENS et rassemblant de nombreuses équipes, s’est intéressée aux avant-textes des grands romanciers: Flaubert (avec les travaux fondateurs de Raymonde Debray-Genette), Zola, Proust, Joyce, Sartre. Si chaque œuvre implique son propre protocole de recherche, dans le cas d’Arland la thèse devra apporter la plus grande attention aux différents état du texte, en identifiant très précisément la nouvelle à laquelle appartient le feuillet et surtout en tentant une reconstitution chronologique qui, pour l’instant n’existe pas. D’autre part, il s’agira d’interpréter les réécritures pour aboutir à une vision dynamique de la poétique arlandienne. Cette analyse devra également porter attention à la spécificité de l’écriture nouvellistique: comment Arland procède-t-il? Ecrit-il beaucoup pour condenser, resserrer ensuite, conformément à l’esthétique de la nouvelle? La logique du récit subit-elle des modifications conséquentes en cours de réécriture? Le doctorant tirera profit pour cette analyse de l’excellente synthèse de Michel Viegnes: L’Œuvre au bref (Genève, La Baconnière, 2014). Apports de la thèse La thèse s’inscrira ainsi dans une perspective originale, dans la mesure où aucune étude génétique d’envergure n’a été consacrée à un ou plusieurs recueils de nouvelles. Elle est tout à fait propre à faire avancer la recherche théorique sur l’écriture nouvellistique en général et sur Marcel Arland en particulier; elle permettra notamment d’avoir une vision plus précise de ses stratégies d’écriture et de réécriture, ce qui apportera également un éclairage plus large sur la nouvelle du vingtième siècle. Enfin, le doctorant sera amené à travailler en collaboration à la fois avec la Bibliothèque Jacques-Doucet et la MSHE de l’Université de Franche-Comté, ce qui engendrera une synergie positive entre ces deux pôles. Le doctorant pourra ainsi se familiariser aux traitements de l’archive et aborder les questions de numérisation. L’apport concernant le fonds d’archives Arland sera considérable et pourra ouvrir la voie à d’autres travaux du même genre portant sur les essais intimes ou l’œuvre romanesque. Délai : 15 mai Pré-requis : bonne connaissance de la littérature du vingtième siècle Modalités : les candidats peuvent contacter directement yvon.houssais@gmail.com , une sélection des dossiers sera effectuée par l'école doctorale, le candidat retenu sera auditionné à Besançon début juin. Présentation du porteur de projet Nom du porteur de projet : Yvon Houssais Affectation et axes de recherche : Université de Bourgogne Franche-Comté, Laboratoire ELLIADD, pôle Arts et lettres. Spécialiste de la nouvelle, il a consacré tout d’abord ses travaux à Stendhal et à la nouvelle historique du dix-neuvième siècle. Par la suite, sa réflexion s’est étendue à la nouvelle contemporaine, qu’il s’agisse de sa place dans le champ littéraire telle que la donnent à voir les revues ou de son esthétique. Il s’est ainsi intéressé à de nombreux auteurs de l’entre-deux-guerres, dont Marcel Arland, à qui il vient de consacrer un essai. Il s’intéresse aussi à la littérature de jeunesse et plus spécialement au roman historique dans la littérature contemporaine. Il est l’auteur notamment de: La Nouvelle dans le premier vingtième siècle , numéro spécial co-dirigé par Bruno Curatolo et Yvon Houssais, Revue d’Histoire littéraire de la France , juin 2009, Nouvelles sans récit. Une crise de la narration dans la fiction brève (1900-1939), Bruno Curatolo et Yvon Houssais, Revue des Sciences Humaines , n°312/octobre-décembre 2013, Marcel Arland, lecteur, éditeur, écrivain , Bruno Curatolo, Yvon Houssais, Dijon, Éditions Universitaires de Dijon, 2015, Arland nouvelliste Une poétique du recueil , Yvon Houssais, Dijon, Éditions Universitaires de Dijon, 2016. [1] Yvon Houssais, Arland nouvelliste, une poétique du recueil , Dijon, Éditions Universitaires de Dijon, 2016. [2] Jean Duvignaud, Arland , Paris, Gallimard, 1962. [3] Alluin Bernard et Baudelle Yves (dir.), Marcel Arland ou la grâce d'écrire , op. cit ., Didier Jean-Jacques (dir.), Marcel Arland nouvelliste , Actes du colloque de Bruxelles (5 mars 1989), Glons, Le Marronnier, 1990. [4] Une synthèse de ces travaux a été publiée sous le titre «Arland nouvelliste» dans Marcel Arland ou la grâce d’écrire , op. cit. , p. 113-121.
Categorías: Universidade
Distribuir contido