Universidade

Les naissances du cinéma numérique ( Sens Public )

Fabula - Xov, 21/09/2017 - 20:20
Les naissances du cinéma numérique Dossier de la revue Sens public sous la direction deThomas Carrier-Lafleur, Servanne Monjour, Élisabeth Routhier et Marcello Vitali-Rosati Il me dit que son livre s’appelait le livre de sable, parce que ni ce livre ni le sable n’ont de commencement ni de fin. —Jorge Luis Borges, «Le livre de sable» Qu’est-ce que le cinéma? Voilà une question qui, par nature, est intemporelle, car éternellement modulable, au gré du changement et de la nouveauté. En revanche, se demander ce qu’est le cinéma– et, comme entend le faire le présent dossier, ce qu’est le cinéma dit «numérique» – n’est pas non plus une réflexion qui consiste à faire la liste des nouveautés proprement techniques du média. Il serait néanmoins tout aussi téméraire de faire table rase des avancées technologiques au profit d’une pensée trop abstraite et, en cela, déconnectée du présent. De là, émerge la nécessité d’une position médiane, plus facile à exprimer qu’à adopter. Comme l’écrit Maurizio Ferraris [1] , ce qui dans notre contemporanéité numérique devient de plus en plus nécessaire de penser, c’est une ontologie de l’actualité – voire à travers l’actualité –, soit la «conscience que dans la mutation et dans l’altération se manifestent l’essence, la structure». Ce n’est donc qu’en effectuant le procès entre ce qui est concrètement nouveau et ce qui a semblé avoir toujours fait partie de l’imaginaire d’un média que l’on peut enfin s’interroger sur ce moment privilégié, mais historiquement et ontologiquement flou, que constitue sa naissance , son origine ou son commencement . Comme l’indique Michel Foucault, «[c]e qu’on trouve au commencement historique des choses, ce n’est pas l’identité encore préservée de leur origine– c’est la discorde des autres choses, c’est le disparate [2] ». On le sait, cette idée s’applique également aux recherches actuelles en études cinématographiques et médiatiques: raccourci langagier utile mais délicat, «cinéma» est plus que jamais le nom donné à une multiplicité non systématique de dispositifs, de supports, de discours et d’enjeux qui s’altèrent tout en se perpétuant. L’entrée du cinéma dans l’ère particulièrement métissée du numérique n’a donc fait que rendre plus sensible le chaos qui était déjà celui de son origine, redevable d’une autre épistémè. C’est pour cette raison, comme le notent André Gaudreault et Philippe Marion, qu’il faut «faire comprendre l’histoire du cinéma comme succession de commencements et de morts [3] ». Plutôt que de nous faire aveugler par l’effet premier de la nouveauté, à la remorque de laquelle sera toujours placée l’invention cinématographique, chaque nouvelle identité du cinéma doit être l’occasion d’interroger autrement sa nature, sa mort et sa (re)naissance. Dans le sillage de ces considérations, le présent dossier de Sens Public vise à éclairer un double questionnement. D’une part, quelles sont les naissances du cinéma rétroactivement provoquées par le numérique? D’autre part, et de façon complémentaire, en quoi la sphère cinématographique contemporaine représente-t-elle un observatoire privilégié pour rendre compte des naissances du numérique? Les articles recherchés peuvent aussi bien porter sur des réflexions historiques et philosophiques plus générales, que sur des études de cas plus spécifiques. Ouvertement transdisciplinaire, le dossier souhaite accueillir non seulement des spécialistes en études cinématographiques, mais tout chercheur qui désire éclaircir les notions de «numérique» et de «média». Avec un accent mis sur l’aspect transmédiatique de la réflexion encourue, les propositions pourront entre autres porter sur l’un ou l’autre des sujets suivants:- L’émergence de la notion de «cinéma numérique» dans l’actualité- Le numérique comme discours et comme imaginaire- Rétroinfluence du numérique sur l’ontologie des médias- Anticipation de l’esthétique numérique dans le cinéma analogique- L’esthétique du cinéma numérique- La place de l’animation dans l’histoire du cinéma- Évolution et mythes du cinéma en relief- La (re)naissance des autres arts dans le cinéma numérique- L’adaptation cinématographique d’œuvres littéraires dans le cinéma numérique- L’ontologie de la preuve à l’ère du numérique- Porosité des frontières entre les médias construits sur les images en mouvement- Actualité des études cinématographiques et des humanités numériques- La cinéphilie aujourd’hui- Numérique et esthétique «rétro» Accompagnées d’une courte bibliographie ainsi que d’une notice biobibliographique (150 mots), les propositions d’articles, d’environ 500 mots, devront être envoyées l’adresse redaction@sens-public.org avant le 15 décembre 2017 . Les articles seront ensuite à remettre sans faute pour le 15 juin 2018 . [1] . Âme et iPad , Montréal, Presses de l’Université de Montréal, coll. «Parcours numériques», 2014. [2] Michel Foucault, «Nietzsche, la généalogie, l’histoire», Dits et Écrits (1954-1988). II (1970-1975) , édition établie sous la direction de Daniel Defert et François Ewald, avec la collaboration de Jacques Lagrange, Paris, Gallimard, coll. «NRF», 1994, p.138. [3] . André Gaudreault et Philippe Marion, La Fin du cinéma? Un média en crise à l’ère du numérique , Paris, Armand Colin, coll. «Cinéma/Arts visuels», 2013, p.151.
Categorías: Universidade

Revue de presse du jeudi 21 septembre 2017

Cahiers Pédagogiques - Xov, 21/09/2017 - 18:08

Le MEDEF a lancé une belle polémique et ça réagit très fort, même le ministre ! Il sera également question du climat scolaire. Diverses infos et d'autres venues d'ailleurs complèteront cette revue à quatre mains, merci Géraldine.

MEDEF la polémique

"Si l'école faisait son travail, j'aurais du travail" : la blague nulle du Medef. “Si la communication sur les réseaux sociaux était un art, le Medef n'en serait pas l'une de ses plus grandes figures. Quotidiennement, sur Twitter, des "mots-dièse" -ou hashtags pour les amateurs d'anglicismes- fleurissent et sont repris par les utilisateurs. Plus ou moins dignes d'intérêt, ils constituent une bonne fenêtre pour tous ceux qui cherchent à gonfler leur popularité à moindre frais.”

"Si l'école faisait son travail, j'aurais un travail" : le slogan provocateur du Medef provoque la colère des enseignants. "Les enseignants ne décolèrent pas après l'émergence sur les réseaux sociaux d'un slogan mettant en cause l'Education nationale. Le syndicat patronal Medef, à l'origine de la phrase polémique, assume cette sortie provocatrice.”

Le Medef somme les enseignants de « faire leur travail ». “Le Medef voulait faire entendre sa voix dans les débats sur l'école. D'une certaine manière, c'est réussi. La campagne de communication de l'organisation patronale, lancée depuis le 9 septembre pour attirer l'attention du public sur ses propositions éducatives, a littéralement cloué sur leurs chaises les professeurs de la FSU, le principal syndicat de l'Education nationale.”

Mais c'est l'ensemble de la campagne du MEDEF pour l'éducation qui s'en prend à l'école et ses enseignants sur Eduquerformer.

La réaction de Philippe Watrelot. Le Medef a raison ! (et complètement tort…). "Oui, je sais ça peut surprendre, voire provoquer (et c'est fait pour…). Si le Medef a donc raison de distinguer les enseignants du système dans lequel ils évoluent, il a tort sur toute la ligne en voulant provoquer et agresser pour faire changer et en jouant l'opinion contre les enseignants. Un tel management (sans ménagement) est une impasse, on n'obtient pas le meilleur des gens en les insultant Le moindre patron devrait savoir ça… Les ministres aussi…"

Et la réaction du ministre sur twitter, je vous laisse la découvrir…

Climat scolaire

Violences scolaires : 442 incidents recensés chaque jour. “Près de la moitié des élèves sont témoins de violences au collège, selon une enquête qui paraît ce mercredi. Un fléau caché. Une estimation basse. « Le phénomène de la violence scolaire est sous estimé, et il l'est depuis toujours, recadre l'historien de l'éducation Claude Lelièvre. Une partie des incidents ne sont pas déclarés : certains établissements n'ont pas intérêt à dire qu'il y a des problèmes chez eux, et tous n'ont pas le même seuil de tolérance. »

Mais on a un autre son de cloche à Libération : En réseau d'éducation prioritaire, 9 jeunes sur 10 se sentent à l'aise au collège. "L'Afev publie une enquête consacrée à la perception par les collégiens de REP du climat scolaire. 90% d'entre eux se sentent bien dans leur établissement, même si près de la moitié a déjà été témoin de violences."

Bien être des élèves : Les relations scolaires restent un problème. “Que sait-on du bien être perçu par les élèves à l'école ? Qu'est ce qui l'influence ? Quelles conséquences a-t-il ? Un rapport de recherche du Cren (Etude BE-Scol 2, Université de Nantes) apporte un nouvel éclairage sur ces questions. Original, il s'agit d'une étude longitudinale qui suit sur plusieurs années un millier d'élèves du primaire et du collège, ainsi que des enseignants et personnels de direction, sur plusieurs années. Agnès Florin, co auteure du rapport avec Philippe Guimard, Fabien Bacro, Séverine Ferrière et Tiphaine Gaudon ville, fait le point sur les apports de cette recherche.”

Harcèlement scolaire : “on ne parle qu'aux harceleurs, et pas aux harcelés”. “La psychopraticienne Emmanuelle Piquet, représentante en France de la méthode de thérapie brève de l'École de Palo Alto, prône le "boomerang verbal" face au harcèlement. Une méthode consistant à apprendre comment tenir tête à son harceleur.”

Divers

L'école remplace internet par des pigeons voyageurs. “Dans le pays de Pontivy (Morbihan), trois écoles vont communiquer entre elles non par internet, mais par la voie des airs, avec des pigeons voyageurs. Les oiseaux seront chargés de transporter… une clé USB !

Pour les parents d'élèves, l'école peut mieux faire. C'est un échos au MEDEF ? “Selon un sondage Ipsos/Squla, dont La Croix dévoile les résultats, 95 % des parents d'élèves souhaitent voir l'école réformée, et ce, « en profondeur » pour 37 % d'entre eux. Cette étude semble valider le principe d'évaluations nationales, réintroduites en cette rentrée par le ministère de l'éducation.”

La fin des conseillers d'orientation. “Les psychologues de l'Education nationale ont fait aussi leur rentrée, avec une nouveauté cette année : le regroupement des métiers de psychologue scolaire (dans le 1er degré), de conseiller d'orientation-psychologue et de directeur de centre d'information et d'orientation (dans le second degré).” Dommage, la vidéo ne marche pas...

Humour : la photo de classe.

Collège. Affiner ses connaissances, travailler ses points faibles et développer des valeurs comme la solidarité et la bienveillance. "C'est le principe des classes Coopératives". Une vidéo-reportage avec Guillaume Caron.

La revalorisation PPCR bloquée dès 2018 annonce ID FO. “Alors que le ministre des comptes publics assurait avoir signé les décrets d'application de la revalorisation en application des accords PPCR, le cabinet de JM Blanquer a saisi l'occasion de la réunion d'un groupe de travail de personnels de direction pour annoncer le blocage du PPCR dès 2018. Selon ID FO, un syndicat de personnels de direction, toutes les mesures financières seront reportées dès 2018 de 6 à 18 mois.”

Collège : Les nouveaux indicateurs IVAC et la fermeture des collèges. "Le Ministère ne rejette pas l'idée de devoir fermer les établissements que l'on ne pourra pas réparer ". C'est, selon ID FO , ce que pourraient apporter la mise en place des nouveaux indicateurs des collèges qui résulteront de la nouvelle évaluation de 6ème."

Xavier Michel : "Les plus grands dons proviennent souvent d'alumni". “Si la culture du fundraising s'est développée au Royaume-Uni et dans les pays nordiques, la France a encore des marges de progression. Quelles leçons nos universités peuvent-elles tirer de l'expérience de leurs homologues européennes ? Éléments de réponse avec Xavier Michel, ancien directeur de l'École polytechnique aujourd'hui membre du conseil d'administration de CASE Europe, en amont de la conférence EducPros du 28 septembre.”

Ailleurs

L'école sous le joug des islamistes en Algérie . “Noria Benghebrit, la ministre de l'Éducation nationale, a encore tenté des réformes audacieuses, pour la rentrée. Mais la voilà de nouveau la cible d'une violente campagne de déstabilisation. Dès sa nomination, la ministre a tenté de redresser la barre pour remettre à flot une « école sinistrée » : réforme des programmes, modernisation des contenus, rigueur dans le recrutement des enseignants, réintroduction du français dans l'enseignement des matières scientifiques...
Assez pour réveiller la fronde. La presse national-islamiste lui reproche une connaissance approximative de la langue arabe, avant de l'accuser, suprême hérésie, d'être de « descendance juive »... Leur argument : son grand-oncle, Kaddour Benghebrit, recteur de la Grande mosquée de Paris pendant la Seconde Guerre mondiale, a sauvé des dizaines d'enfants juifs d'une mort certaine
.”

Au Mexique, la pénible fouille des décombres d'une école. “Une trentaine d'enfants ont été pris au piège dans leur école, lors du terrible tremblement de terre qui a fait plus de 200 morts mardi.”

Bernard Desclaux sur une récolte de Géraldine Duboz.

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 537 - Classes inversées

Dossier coordonné par Françoise Colsaët et Héloïse Dufour
mai 2017

La classe inversée, on en parle beaucoup, des partisans enthousiastes et des opposants décidés s'opposent. Est-ce une mode passagère, un gadget pédagogique, ou l'amorce d'un changement de fond ? Au-delà des définitions (trop) simples, ce dossier s'attache à mieux cerner ce qu'est la classe inversée.

N° 536 - Éduquer aux médias et à l'information

Dossier coordonné par Émilie Kochert
mars 2017

Nous sommes inondés d'informations. L'actualité a remplacé l'information dans une culture du buzz où souvent on ne prend pas le temps de vérifier. Est-il simple de déceler le vrai du faux ou de sélectionner l'information dans le divertissement ? Éduquer aux médias et à l'information relève des missions des enseignants.

Categorías: Educación, Universidade

Tech's push to teach coding isn't about kids' success – it's about cutting wages

Guardian Unlimited: Education - Xov, 21/09/2017 - 17:33

Today’s hi-tech wages threaten Silicon Valley’s bottom line. What better way to drive down coders’ pay than by investing in a new generation of cheap labor?

This month, millions of children returned to school. This year, an unprecedented number of them will learn to code.

Computer science courses for children have proliferated rapidly in the past few years. A 2016 Gallup report found that 40% of American schools now offer coding classes – up from only 25% a few years ago. New York, with the largest public school system in the country, has pledged to offer computer science to all 1.1 million students by 2025. Los Angeles, with the second largest, plans to do the same by 2020. And Chicago, the fourth largest, has gone further, promising to make computer science a high school graduation requirement by 2018.

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Vacations en "expression, communication, culture générale" à l'IUT de Sceaux

Fabula - Xov, 21/09/2017 - 15:25
Vacations en "expression, communication, culture générale" à l'IUT de Sceaux Conditions pour pouvoir être recruté: avoir déjà un emploi principal (professeur de lettres agrégé, certifié, consultant, auto-entrepreneur...) ou bien être inscrit en thèse. Une expérience d’enseignement est souhaitée et une expérience professionnelle en IUT serait appréciée. Rémunération: 40 € brut / heure
Categorías: Universidade

Changer les choses de l'intérieur

Cahiers Pédagogiques - Xov, 21/09/2017 - 13:11

Le métier de chef d'établissement est de ceux dont les représentations brouillent le rôle. Entre injonctions verticales et nécessité de mener au mieux un vaisseau animé par des personnes diverses, élèves, personnels, parents, vers le cap de la réussite scolaire, la fonction se vit dans un quotidien mouvant. Pascal Thomas, principal du collège Mont-Bar à Allègre en Haute-Loire, mise sur le collectif et les projets pour atteindre le cap en n'oubliant personne sur les rives.

Il se réfère à son passé « d'élève exécrable », aux belles rencontres faites avec des enseignants et une conseillère principale d'éducation, aux mains tendues et à la confiance qui l'ont empêché de tomber tout à fait dans le mauvais versant de l'adolescence. A sa sortie du collège, après sa deuxième troisième, il lance à sa CPE en guise de remerciement « je ferai le même métier que vous ». Des années après, à l'heure de sa titularisation dans cette fonction, il la retrouve comme tutrice. Auparavant, il aura travaillé en tant que maître auxiliaire, appréciant le métier mais fuyant les études et les concours. Pendant sept ans, il exerce ainsi son métier, changeant de poste lorsqu'un titulaire est nommé, quelle que soit la qualité du travail mené dans des contextes qui ne sont pas des plus faciles.

Et puis un inspecteur général qui faisait le tour des établissements sensibles le convainc qu'il faut franchir le pas de la titularisation pour pouvoir poursuivre, que le statut de maître auxiliaire ne peut être que provisoire. Son chef d'établissement le soutient, veille à l'aménagement de son emploi du temps pour préparer le concours qu'il réussit. Il occupe plusieurs postes de CPE pendant dix ans et c'est au contact d'une cheffe d'établissement, qu'il qualifie de « hors norme », que l'idée de devenir personnel de direction germe dans son esprit. L'envie d'aller plus loin, d'initier des projets, prend le dessus même si « l'aspect hiérarchique me posait problème, je n'étais pas à l'aise avec ça. J'avais du mal à rester dans le cadre. »

Il réussit le concours dès le premier tour sans trop y croire. Il est nommé adjoint dans un établissement en réseau associant un collège en réseau d'éducation prioritaire et le collège René-Cassin de Loos-en-Gohelle dont il prend la tête. « C'est un univers que je connaissais un peu. En tant que CPE, j'étais proche de tout ce qui est administratif mais je me suis rendu compte que j'avais pas mal à apprendre en pédagogie. » Il échange avec les enseignants, partage les questionnements et les projets. Il rencontre une équipe investie dans un établissement situé dans un environnement complexe. Il apprécie sa fonction, les initiatives qui se développent autour du socle, des compétences, du climat scolaire. Au bout de deux ans, le réseau cesse, il reste en faisant fonction de chef d'établissement à part entière grâce à l'intervention conjointe du principal du réseau et de la directrice académique adjointe. Il part ensuite pour un collège calaisien de centre ville dont il s'attache à améliorer l'image injustement dégradée pour augmenter le nombre d'élèves. Depuis la rentrée 2017, il est le principal du collège Mont-Bar à Allègre, un établissement en réseau avec deux autres EPLE, en milieu rural.

Cohérent dans l'atypique

Il regarde son parcours depuis son premier poste de maître auxiliaire comme un chemin cohérent, marqué par des lieux d'exercice particuliers, atypiques. Le premier était un lycée d'enseignement professionnel qu'un de ses collègues avait qualifié de « conte des mille et une nuits qui aurait mal tourné ». Il est passé ensuite dans un lycée pro en milieu rural, dans un collège coupé en deux par une route départementale, il a découvert les réseaux d'établissements à Loos-en-Gohelle. A Allègre, il retrouve des dimensions qu'il a déjà vécues, jusqu'au thème des établissements de moyenne montagne en réseau rural qui avait été proposé à l'écrit du concours au poste de chef d'établissement.

Au fil de ses expériences, il a forgé son approche et sa méthode, fait de la réussite des élèves le premier de ses objectifs et du travail collectif son vecteur de management. Son passé d'élève en difficulté et les mains tendues pour qu'il ne soit pas définitivement décrocheur ne sont pas étrangers à sa façon de vivre et de faire vivre son métier. « À l'école c'était difficile, à part de rares disciplines, quand le prof captait qu'il y avait un potentiel caché sous la surcouche de pitreries diverses. C'est pour cela que je suis très attaché à la bienveillance ». Il parle aussi de la motivation que cette bienveillance lui a donnée, de cette envie d'être ainsi à son tour, un personnel du système éducatif qui accompagne, s'attarde sur ceux qui ne se sentent pas à l'aise dans le modèle proposé jusqu'à le fuir. Il explique l'envie de devenir chef d'établissement pour « impulser, changer le regard des collègues, amener à changer le regard sur les élèves que l'on retrouve convoqués dans les bureaux ».

De l'humain avant toute chose

Ses méthodes de travail sont essentiellement basées sur le rapport humain, avec le même souci de la bienveillance envers les élèves comme avec les adultes. Il est « sur le pont du matin au soir », à la grille du collège pour dire bonjour aux collégiens, échanger avec les parents, avec les personnels, avec les chauffeurs de bus, répondre aux questions, régler simplement des problèmes. Il mise sur les projets construits en collectif, en donnant de la place à tous. « Pour moi le regard de l'agent de service est aussi important que celui du prof, du CPE, des assistants d'éducation, des parents, des élèves. »

Il se dit « viscéralement attaché au service public » et regarde comment montrer que son collège vaut largement les établissements privés qui l'entourent. Il sait que cela passe par de la communication, par un site Internet attractif, par de bonnes relations avec la presse, par une valorisation des initiatives, mais aussi par une disponibilité envers les parents d'élèves et les partenaires. Il raconte les deux divisions recréées à Calais au bout de quatre ans grâce à l'implication collective de l'équipe et aux réussites des projets menés qui se sont sues.

Là, c'est la réforme du collège qui avait été saisie avec la volonté de « la lire de façon positive plutôt que de bloquer sur ce qui était compliqué, lever les interrogations en les considérant comme des leviers pédagogiques dans l'intérêt des élèves ». De la réflexion collective était ressortie, par exemple, la création de groupes et d'accompagnement personnalisé pour renforcer l'apprentissage de l'anglais avec des élèves volontaires. Des enseignements pratiques interdisciplinaires ont aussi été mis en place comme sur la thématique du street art où français, anglais et arts plastiques avaient été mêlés. Le bilan des projets a été fortement positif, par la réussite du travail produit par les élèves mais aussi par le plaisir des enseignants à créer, animer les initiatives.

Changer les choses

« J'aime beaucoup le métier de chef d'établissement car il donne la possibilité de changer les choses de l'intérieur ou permettre de poursuivre dans de bonnes conditions. Des enseignants qui baissent les bras, il y en a un ou deux par établissement. Le plus souvent, les profs sont investis, motivés quand tu les soutiens, que tu permets de tenter. » Il a confiance dans les expérimentations, prône l'analyse des échecs et des réussites pour progresser.

Au collège Mont-Bar, il perçoit déjà tous les projets existants ou à naître, les expérimentations auxquelles l'équipe contribuera. Le premier travail concerne l'identité de chaque établissement et du réseau, pour la construire, l'enrichir en collectif. Le collège est identifié comme pilote en tant qu'école éloignée en réseau (EER) dans une opération inspirée d'une expérience québécoise d'utilisation du numérique pour réduire l'isolement. Il participe déjà à une expérimentation pour une orientation axée sur le respect du choix de la famille. Le nouveau principal aimerait explorer la liaison CM2-6e.

Et puis, il y a des initiatives installées comme les interventions en formation des jeunes sapeurs pompiers ou la classe foot après l'école. Avant les vacances de la Toussaint, comme dans chaque établissement qu'il a dirigé, il fera passer une enquête auprès des personnels et des élèves afin qu'ils citent cinq points positifs et cinq points à améliorer. « C'est une enquête qui permet d'améliorer les choses, même petites, pour changer le climat scolaire, voire commencer à construire un projet d'établissement. »

Engagement

Pascal Thomas définit son engagement dans l'éducation comme celui d'un « combat pour transformer l'école de l'intérieur, semer des petites graines, créer des petites oasis pédagogiques ». Il évalue son travail comme réussi lorsque dans son établissement, les élèves, les personnels, les parents se sentent bien, lorsque le climat scolaire est apaisé. Et lorsqu'il s'en va, son ambition est de « laisser une maison bien tenue, qui fonctionne avec des gens qui s'y sentent bien ».

Il voudrait simplement exercer son métier avec moins d'injonctions, moins de cadres contraignants, avec du temps et des moyens attribués suffisants pour développer et conforter les projets. Il aimerait plus de confiance quitte à utiliser des indicateurs et des outils de suivi plus poussés pour évaluer les initiatives et rendre compte. Lorsqu'il regarde l'avenir, c'est d'ailleurs vers des fonctions d'accompagnement et de conseil qu'il aimerait évoluer, en restant toujours au sein du système. Inspecteur ou proviseur vie scolaire peut-être, mais cela c'est pour plus tard, car aujourd'hui il vit à plein et avec plaisir le métier de chef d'établissement.

Monique Royer

Sur la librairie

Le pari du collectif
C'est une évidence, nous travaillons tous en équipe : dans l'établissement, autour d'une classe, pour un projet, sur un cas particulier d'élève… Hors du collectif, point de salut ! Est-ce si sûr ?

Voir le sommaire et les articles en ligne

Categorías: Educación, Universidade

Penser la langue en Afrique francophone aujourd’hui: Francographies et langues africaines (Maroua)

Fabula - Xov, 21/09/2017 - 12:25
Journée d'étude :Penser la langue en Afrique francophone aujourd’hui: Francographies et langues africaines La langue se conçoit comme un système –ensemble homogène d’éléments dont chacun est déterminé négativement ou différentiellement par l’ensemble des rapports qu’il entretient avec les autres éléments (Jacques Moeschler et Antoine Auchlin, 2009: 30). Les premiers postulats de sa théorisation ont préféré pour la science dont elle est l’objet, la conception de linguistique structurale, faisant ainsi référence à la linguistique interne. Celle-ci se préoccupe donc de tout ce qui peut infléchir sur le système et le changer, excluant l’influence pouvant découler des rapports entre la langue avec des faits – culturels, politiques, historiques –qui lui sont extérieurs. Outre la dimension systémique, la langue est aussi un phénomène social ayant un caractère dynamique quoique conservant une certaine stabilité en raison de ce qu’elle est manifeste dans la conscience des locuteurs comme référentiel essentiel de relation au monde. En Afrique, et dans l’espace francophone en particulier, l’avènement de la langue française s’est opéré dans un temps relativement court –près d’un siècle – et dans un contexte d’occupation particulièrement violent. Après les indépendances, de nombreuses variétés dialectales du français ont rapidement émergé en postcolonie, «sociétés récemment sorties de l’expérience que fut la colonisation, celle-ci devant être considérée comme une relation de violence par excellence» (Achille Mbembe, 2005:139-140). Ces dynamiques de la langue française ont donné naissance à diverses variations, – ces formes dérivées ont semblé s’autonomiser de par leurs «tendances phonétiques[…], morphologiques […] et lexicales» (Paul Zang Zang et Pierre Essengue, 2015: 44-45) –; situation qui révèle a priori que la langue française n’est qu’une trace laissée dans un environnement constitué de nombreuses langues fortement ancrées. A postériori , malgré l’effort pour le colonisateur de séparer les Africains d’avec leurs langues, leurs cultures et leurs traditions jugées rébarbatives, les besoins pour ces Africains de se situer dans un monde profondément déchiré par la différence ont favorisé l’émergence de graves conflits identitaires. Cette situation a abouti à la remise en question de la culture française comme une culture de l’universel, et à la nécessité d’un retour aux sources. Dans le même temps, il s’est développé une dynamisation des langues nationales/maternelles– introduction à l’école des langues et cultures nationales – et une certaine émergence des formes de plus en plus élaborées d’argots. Au Cameroun en particulier, le camfranglais est caractéristique de la floraison de ces parlers en milieu jeunes et de nombreux dictionnaires sont aujourd’hui disponibles même si l’on relève «l’absence de réflexion musclée sur les données des ressources linguistiques du terroir, [le] manque d’action d’envergure sur la réfection du corpus des langues moribondes et la confection des matériels didactiques» (Jean Paul Balga, 2017: 67). Ainsi, quel avenir est-il réservé à la langue française face à l’émergence des différentes variétés dialectales dans l’espace francophone? Quelle place occupe les langues nationales/maternelles dans l’espace francophoneaujourd’hui? Est-il pertinent de continuer à parler de «variétés du français», expression de la francitude – la francitude étant comprise littéralementcomme «des franco-identités ou francités» (Farida Adelkhah, 1998) – au sens où on l’entend lorsque l’on fait référence au breton ou au corse par exemple? D’aucuns considèrent la francophonie comme un outil idéologique qui perpétue «une ségrégation» (Mabanckou), alimentant les clivages du vieil axe paradigmatique dominant/dominé. Ambroise Kom (2000) analyse d’ailleurs le fait francophone comme une véritable malédiction, notamment en ce qui concerne les politiques culturelles en Afrique. Ces clivages sont rendus manifestes en littérature par l’opposition centre et périphérie et trahissent un mouvement de résistance et de dissidence vis-à-vis de la langue française. De plus en plus, on entend parler de francographie africaine. Pour Dassi (2008), il s’agit d’une écriture fortement influencée par la socio-culture. Fopa et Nankeu (2017) y voient l’ensemble des propositions esthétiques essentiellement contestataires, qui affirme une autonomie idéologique et une certaine distance critique à l’égard de ce que l’on nomme «littérature(s) francophone(s)» d’Afrique ou d’ailleurs, laissant «en avant-garde l’idée d’une diversité dépouillée de toute connotation politiste et hégémoniste. [Ils y voient également] une littérature «d’un monde» parmi«des mondes», qui ne se mesure ni ne s’épanouit qu’au gré des tensions autour et sur le sens» (12). La francographie peut-elle ou doit-elle être pensée comme une institution littéraire à même de rendre visible la diversité des cultures à l’intersection desquelles on pourrait renouveler la conception de l’universel ? En effet, la résurgence des «nationalismes ataviques» (Mbembe, 2016) en appelle à imaginer le monde comme un mélange de cultures composites dont les modèles de vie commune sont aujourd’hui dépassés, expliquant une sorte de peur du vivre ensemble . La francographie peut-elle objectivement être envisagée comme un lieu , ensemble de productions artistiques, où se trouvent révélées les structures esthétiques, thématiques, linguistiques, idéologiques et même poétiques d’une restructuration des systèmes de relation au mondedans l’espace francophone? Quel est au final l’état des lieux et quels sont les enjeux du développement des langues dans l’espace francophone aujourd’hui? De nombreux horizons critiques, théoriques et méthodologiques dans divers champs disciplinaires peuvent être explorés. Les axes thématiques non exhaustifs qui suivent pourront donner lieu à des réflexions: - Langues et cultures en Afrique francophone - Langues et identités - Langues et savoirs dans l’espace francophone africain - Parlers jeunes - Structures langagières en francographie africaine - Langues et nationalismes culturels - Francographie africaineet cultures du monde - Le signifié en francographie africaine - La question de la différence en francographie africaine - Figurations des rituels en francographie africaine - Mœurs et valeurs: Discours et contre-discours en francographie africaine - Grammaire et modes de représentation en francographie africaine Le résumé de la communication (300 mots) – cinq mots-clés compris –, doit être envoyé au plus tard le 15 octobre 2017 aux adresses suivantes: balgajean@yahoo.fr et fokuero@yahoo.fr . Il devra être accompagné d’une brève notice biobibliographique du contributeur, mentionnant l’institution d’attache. Notification sera faite aux contributeurs dont les propositions auront été retenues. Comité scientifique - Clément Dili Palaï, Université de Maroua - George Echu, Université de Yaoundé I - Dassi, Université de Yaoundé I - Edmond Biloa, Université de Dschang, - Augustin Emmanuel Ebongue, Université de Buea - Théophile Calaïna, Université de Ngaoundéré - François Guiyoba, Université de Yaoundé I - Parfait Diandue Bi Kakou, Université Félix Houphouët-Boigny, Côte-d’Ivoire - Marie-Gérard Noumsi, FALSH, Université de Yaoundé I - Gilbert Doho, Case Western Reserve University, OHIO, USA - Cheryl Toman, Case Western Reserve University, OHIO, USA - Raymond MbassiAteba, Université de Maroua - Alain Cyr Pangop, Université de Dschang - Jean Claude Abada Medjo, ENS, Université de Maroua Coordination Balga Jean Paul Fopa Kuete Roger Département de français FALSH-Université de Maroua
Categorías: Universidade

La Portraitomanie: Intermediality and the Portrait in 19 th -century France ( L’Esprit créateur )

Fabula - Xov, 21/09/2017 - 12:23
L’Esprit créateur , numéro 59,1 (mars 2019) sous la direction d’Érika Wicky et Kathrin Yacavone La Portraitomanie: Intermediality and the Portrait in 19 th -century France Qu’il s’agisse de peinture, de photographie, de caricature, de sculpture ou encore de littérature, de critique littéraire voire d’historiographie, c’est à raison que le dix-neuvième siècle français a été baptisé «le siècle du portrait» (Dufour, 1997). Publiés et exposés comme des images indépendantes lorsqu’il s’agit, par exemple, de peinture, ou bien constitués en séries ou en «galeries», notamment dans la presse, les portraits sont rarement totalement isolés. Au contraire, ils font souvent référence ou allusion, de façon plus en moins explicite, à d’autres portraits de la même personne, voire à d’autre portraits réalisés par le même portraitiste. Le développement de la presse quotidienne, de même que celui de la photographie constituent pour lui un terreau fertile, propice à l’épanouissement de célébrités éphémères et au bouleversement des hiérarchies sociales. Regroupant les figures qu’il avait élues parmi l’intelligentsia parisienne, le Panthéon Nadar (1854), par exemple, trouve son origine dans la caricature journalistique et devait être accompagné de récits biographiques. Or, il est l’exact contemporain de l’entrée de Nadar dans la profession de photographe, qui lui a donné l’occasion de faire des portraits photographiques de ces mêmes figures publiques. Pourtant l’historiographie n’a pas suffisamment rendu justice à ce phénomène complexe qui reste particulièrement négligé par les chercheurs anglo-saxons. Les perspectives disciplinaires ont souvent restreint l’étude du portrait à son expression dans un médium singulier (peinture, photographie, littérature, etc.) ou à un groupe particulier de sujets (écrivains, artistes, etc.). Ce numéro spécial propose d’étudier le phénomène du portrait en France en prêtant une attention toute particulière à sa transmédialité, c’est-à-dire à la manière dont le portrait circule d’un médium à un autre, ainsi qu’à son intermédialité, entendue comme la combinaison de différents traitements médiatiques du portrait. Alors que la définition du portrait, englobant d’emblée sa dimension visuelle et textuelle, présente une grande plasticité, il s’agira de voir comment les spécificités de chaque médium s’articulent au concept générique de portrait, lui conférant sans cesse de nouvelles significations, mais aussi de nouvelles fonctions sociales. À travers cette perspective trans- et intermédiale, ce numéro bilingue et interdisciplinaire explorera la question du portrait comme un élément d’une culture médiatique bien plus large, révélant dans quelle mesure la réflexion sur l’intermédialité a été initiée au XIX e siècle. Il mettra également en évidence comment les enjeux médiatiques travaillent les conceptions du portrait, redéfinissant constamment des notions telles que celles d’identité, de célébrité, d’expression ou de ressemblance, et déterminent la place accordée au visage et au corps dans la culture visuelle de l’époque. Parmi les aspects étudiés, les questions suivantes pourront, par exemple, être abordées:- La théorisation du portrait à travers des catégories endogènes: il s’agira d’étudier comment le devenir trans- et intermédial du portrait a été perçu et théorisé au XIX e siècle à une réflexion sur les critères d’évaluation du portrait (ressemblance, vérité, expression, identité, etc.)- Les savoirs du visage: Que cherchait-on à connaître à travers la prolifération de portraits au XIX e siècle? Quelles informations étaient attendues et comment étaient-elles affectées par les transferts médiatiques? Peut-on identifier des résurgences des présupposés de la physiognomonie dans ces attentes? En quoi les portraits de criminels ont revêtu un caractère paradigmatique dans la lecture des portraits?- Les modalités de reproduction du portrait: la prolifération du portrait reposait notamment sur sa reproductibilité. Il s’agira d’observer la forme particulière d’intermédialité que constitue la reproduction d’un portrait par la gravure ou la photogravure.- Le rôle spécifique de la presse dans cette circulation médiatique du portrait.- Les formats du portrait: la transposition du portrait d’un médium à l’autre implique une modification des formats susceptible d’affecter considérablement la lecture et la perception du portrait.- La hiérarchie des médiums: tout un système de valeur hiérarchise les différents médiums utilisés pour réaliser des portraits. On pourra, par exemple, considérer la façon dont le buste sculpté, qui figure au sommet de cette hiérarchie, est utilisé dans les portraits photographique ou dans la caricature.- Les agents du portraits: La circulation du portrait est aussi le fruit du travail d’artistes qui se sont fait une spécialité du portrait qu’ils pratiquent en convoquant différents médiums. Ainsi, certains photographes, comme Nadar ou Carjat, ont également été caricaturistes.- La redondance et le caractère sériel du portrait: Certains objets médiatiques se définissent par la combinaison de deux type de portraits, comme ces documents composés d’un portrait écrits et d’un portrait photographique. Il s’agira d’observer la façon dont ces deux types de portraits interagissent et se complètent, dans le sillage des travaux d’Adeline Wrona, par exemple. Les propositions de contribution (300-400 mots) accompagnées d’une courte bio-bibliographie doivent être adressées à Érika Wicky ( erika.wicky@ulg.ac.be ) et à Kathrin Yacavone ( Kathrin.Yacavone@nottingham.ac.uk ) avant le 24 novembre 2017 . Les articles (6000 mots max.) seront attendus le 30 avril 2018 . Bibliographie Charpy, Manuel, “La bourgeoisie en portrait: Albums familiaux de photographies des années 1860-1914”, Revue d’histoire du XIX e siècle , 34, 2007. Contexte , Le Portrait photographique d’écrivain, Jean-Pierre Bertrand, Pascal Durand and Martine Lavaud (eds.), 14, 2014. Dufour, Hélène, Portraits en phrases: Les recueils de portraits littéraires au XIX e siècle , Paris, PUF, 1997. L’Écrivain vu par la photographie: Formes, usages, enjeux , Actes du colloque de Cerisy, David Martens, Jean-Pierre Montier and Anne Reverseau (eds.), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017. Études françaises , La physiognomonie au XIX e siècle: Transpositions esthétiques et médiatiques, Valérie Stiénon and Érika Wicky (eds.), 49:3, 2013. Hamilton, Peter and Roger Hargreaves, The Beautiful and the Damned: the creation of identity in nineteenth-century Photography , Lund Humphries and The National Portrait Gallery, 2001. Havelange, Carl, “Une entrée dans la modernité: Portrait photographique et expérience de soi au XIX e siècle”, Photographie moderne / modernité photographique , Paris, Les Presses du réel, 2009. Interférences littéraires , Iconographies de l’écrivain, Nausicaa Dewez et David Martens (eds.), 2, 2009. McCauley, Elizabeth Anne, Industrial Madness: Commercial Photography in Paris 1848-1871, New Haven and London, Yale University Press, 1994. Romantisme , Le Portrait, Fabienne Bercegol (ed.), 176, 2017. Sagne, Jean. “Le portrait carte de visite”, Identités: de Disdéri au photomaton , Centre national de la photographie et Chêne, 1985. Wrona, Adeline, Face au portrait. De Sainte-Beuve à Facebook , Paris, Hermann, 2012.
Categorías: Universidade

P. Morantin, Lire Homère à la Renaissance. Philologie humaniste et tradition grecque

Fabula - Xov, 21/09/2017 - 10:50
Patrick MORANTIN Lire Homère à la Renaissance. Philologie humaniste et tradition grecque Genève, Librairie Droz, 2017 (coll. "Travaux d'Humanisme et Renaissance" ; 575) EAN13 : 9782600119115 407 pages ; 1016 pages avec les annexes (contenues dans le PDF vendu sur le site de la Librairie Droz) Livre broché : 98.00€ TTC ; PDF : 78.40€ TTC ; livre broché + PDF : 117.60€ TTC http://www.droz.org/france/fr/6499-9782600019118.html PRESENTATION de l'éditeur: A partir de l’examen des annotations apposées par les humanistes Vettor Fausto et Guillaume Budé sur leur exemplaire personnel de l’ editio princeps d’Homère, l’ouvrage s’attache à comprendre le mode de lecture et la démarche philologique des deux humanistes. Considérant qu’une certaine philosophie de l’histoire, marquée par l’idée de progrès et par l’historicisme, biaise notre compréhension du travail philologique des humanistes, la recherche se propose de sortir de toute démarche évolutionniste et de renverser la perspective historique en prenant pour point de comparaison la démarche de la philologie antique, en particulier celle des érudits de l’époque hellénistique : l’ empeiria (la « connaissance empirique ») alexandrine. L’étude montre ainsi que le travail philologique de Vettor Fausto et de Guillaume Budé participe de la redécouverte de la philologie antique, d’une lecture « grammaticale » qui conduit les deux humanistes à constituer, selon le modèle de l’ empeiria alexandrine et conformément aux composantes de la grammatike ,un livre personnel qui se rapproche de l’ ekdosis des érudits alexandrins. Une attention particulière est accordée au plurilinguisme latin-grec-vernaculaire, caractéristique de certains milieux humanistes, pour mieux comprendre le processus de réinvention de la tradition grecque. L’examen des annotations montrent en effet combien Vettor Fausto et Guillaume Budé s’insèrent dans une tradition grecque vivante : le commentaire n’est pas un savoir-objet que les deux humanistes notent scrupuleusement en instaurant une distanciation historique ; il s’agit d’un flux dans lequel ils s’insèrent, d’une tradition bel et bien vivante sur laquelle ils se greffent. L'ouvrage offre un nouveau regard sur la valeur de la philologie humaniste, grâce notamment à l'apport de la philosophie herméneutique. Il conclut que le modèle interprétatif sous-jacent à la critique de la philologie humaniste relève d’un paradigme qu’il convient de mettre en cause afin de pouvoir mieux comprendre la lecture et la réception d’un auteur tel qu’Homère à la Renaissance. Le corpus des annotations transcrites et analysées (un millier de notes), issues en grande partie du plus fameux manuscrit de l’ Iliade , le Venetus A, et d’une source inconnue qui lui est rivale, est proposé en annexe, dans le PDF vendu sur le site de la Librairie Droz. SOMMAIRE TABLE DES MATIÈRES ABRÉVIATIONS INTRODUCTION NOTES SUR LES TRANSCRIPTIONS DES ANNOTATIONS PREMIÈRE PARTIE VETTOR FAUSTO, ARCHITECTE NAVAL ET LECTEUR D’HOMÈRE : PHILOLOGIE, GRAMMAIRE ET PLURILINGUISME DANS LA VENISE DU DÉBUT DU XVIe SIÈCLE CHAPITRE PREMIER ΝΙΚΗΤΑΣ Ο ΦΑΥΣΤΟΣ, ÉRUDIT GREC OU HUMANISTE LATIN ? UN VÉNITIEN HELLÉNISÉ Vettor Fausto et l’usage de la langue grecque Les phénomènes de bilinguisme Les questions de prononciation et de ponctuation Ἰωάννης ὁ Λάσκαρις, ὁ κρὴς Μάρκος Μουσοῦρος, καὶ Νικήτας ὁ Φαῦστος L’hellénisation de l’humaniste REMARQUES SUR LE BILINGUISME LATIN-GREC DANS LE CERCLE D’ALDE MANUCE La « loi » de la Νεακαδημία : une facétie d’humanistes ? Signification culturelle des « statuts » de l’Académie aldine « ET SUM LATINUS ET FUI SEMPER » : L’HELLÉNISME COMME ACCOMPLISSEMENT DE LA LATINITÉ « Grande corespondentia con la lingua latina » Démétrios Chalcondyle et l’idéal du biculturalisme romain L’incidence de la prononciation grecque sur la prononciation du latin PARALLÈLE ENTRE LE PLURILINGUISME LATIN-GREC-VERNACULAIRE À VENISE AUX XVe ET XVIe SIÈCLES ET LE BILINGUISME LATIN-GREC DANS L’ANTIQUITÉ Remarques méthodologique Caractéristiques du bilinguisme dans l’Antiquité Méthodes d’appréciation du bilinguisme La colonie grecque de Venise et le caractère populaire de l’hellénisme vénitien « Greco volgare » et « greco literalis » : quelle langue grecque pouvaient parler les humanistes occidentaux comme Vettor Fausto ? CHAPITRE II LA REDÉCOUVERTE DE LA PHILOLOGIE ALEXANDRINE : VETTOR FAUSTO LECTEUR DU VENETUS A VETTOR FAUSTO ANNOTATEUR D’HOMÈRE Les sources. Les types d’annotations Les collations ÉDITIONS ANTIQUES ET PHILOLOGIE ALEXANDRINE Le Venetus A et la διόρθωσις d’Aristarque Les éditions antiques d’Homère Les signes critiques Les éléments de la critique littéraire des Anciens « TEXTUS RECEPTUS » ET COMMENTAIRE ANTIQUE : LE SENS CRITIQUE DE L’HUMANISTE « Textus receptus » ? Appropriation du commentaire antique et sens critique GRAMMAIRE ET PHILOLOGIE : VETTOR FAUSTO ET L’ΕΜΠΕΙΡΙΑ ALEXANDRINE La γραμματική selon Denys le Thrace : une définition authentiquement alexandrine Ἐμπειρία, τέχνη, ἐπιστήμη : la question du statut épistémologique de la grammaire La διόρθωσις comme composante de la γραμματική La diffusion du modèle quadripartite de la « grammaire » dans la tradition latine LECTIO, ENARRATIO, EMENDATIO, IUDICIUM : ΝΙΚΗΤΑΣ Ο ΦΑΥΣΤΟΣ GRAMMATICUS Vettor Fausto sur les traces de Varron Lectio , enarratio , emendatio , iudicium : le métier du grammaticus selon Vettor Fausto De Varron à Aristarque : le grammaticus entre tradition latine et tradition grecque LE « SANCTUAIRE DE LA VÉNÉRABLE ANTIQUITÉ » : L’ACCESSIBILITÉ DE LA BIBLIOTHÈQUE DU CARDINAL BESSARION DANS LES ANNÉES 1510-1518 Remarques sur la disposition matérielle de la bibliothèque du cardinal Bessarion Consultations et emprunts Le Venetus A quitte les forcieri du Palazzo Ducale SECONDE PARTIE DE L’ART DE LA CHASSE À L’OEUVRE ÉRUDITE : LA PHILOLOGIE DE GUILLAUME BUDÉ AUX PRISES AVEC HOMÈRE CHAPITRE III LES SOURCES CACHÉES DE L’HUMANISTE CHRISTOPHE DE LONGUEIL ET JANUS LASCARIS LECTEURS DE LA BIBLIOTHÈQUE DU CARDINAL BESSARION. Christophe de Longueil à Venise Les recherches de Janus Lascaris dans la « bibliothèque rivale de la bibliothèque d’Alexandrie » Un cercle humaniste autour de la bibliothèque du cardinal Bessarion GUILLAUME BUDÉ ET LE VENETUS A Les notes de Guillaume Budé qui semblent dérivées du Venetus A Les interrogations sur la source dérivée du Venetus A UNE SOURCE INCONNUE, RIVALE DU VENETUS A Les notes transmettant une athétèse inconnue de la tradition Les annotations qui semblent issues du Townleyanus ( Londiniensis Mus. Brit. Burney 86) et de l’ Athous Vatopedinus 592 Les notes qui semblent dérivées du Venetus A mais qui présentent des divergences LES CARACTÉRISTIQUES DE LA SOURCE INCONNUE Une des sources principales de Guillaume Budé Quelques indices sur la source inconnue Le cas des scholies à l’ Odyssée ENARRATORES ET SOURCES CACHÉES Homère et les recherches numismatiques de Budé Les talents d’or en l’honneur de Patrocle (Ψ 269) CHAPITRE IV PHILHOMERIA ET PHILOLOGIA : AUX SOURCES DE L’OEUVRE HUMANISTE DE GUILLAUME BUDÉ GUILLAUME BUDÉ ANNOTATEUR D’HOMÈRE Recensement des annotations du Princeton ExI 2681.1488Q Les types d’annotation Les sources Usages des sources Questions de datation LA NAISSANCE DE L’OEUVRE HUMANISTE DANS UN MILIEU PLURILINGUE Les phénomènes de bilinguisme latin-grec dans les notes de Guillaume Budé Autres témoignages sur le plurilinguisme et le pluriculturalisme de Guillaume Budé CHAPITRE V DE L’ANNOTATION À L’OEUVRE ÉRUDITE : HERMÉNEUTIQUE DE LA PHILOLOGIE DE GUILLAUME BUDÉ DÉFINIR LA «MÉTHODE PHILOLOGIQUE » DES HUMANISTES : UN PROBLÈME ÉPISTÉMOLOGIQUE Le problème méthodologique Le problème de l’« objet » étudié LA DÉMARCHE PHILOLOGIQUE DE GUILLAUME BUDÉ L’étude des mots et des choses : la lecture « philologique » De l’alternance de code linguistique à l’alternance de code culturel : philologie et bilinguisme La redécouverte de la philologie antique : la lecture « grammaticale » L’application du sens : la lecture allégorique L’aventure de la connaissance : la lecture « encyclopédique » Marginalia , excerpta , tituli , notabilia La réinvention de la tradition grecque Philologie humaniste et critique historique : la contradiction entre le domaine latin et le domaine grec De l’art de la chasse à l’oeuvre érudite : lecture allégorique du De philologia CONCLUSION BIBLIOGRAPHIE INDEX
Categorías: Universidade

M. Raynal-Zougari (dir.), Le rêve plastique des écrivains

Fabula - Xov, 21/09/2017 - 10:46
Le rêve plastique des écrivains Études réunies et présentéesparMireille Raynal-Zougari Rennes, PUR, coll."La Licorne", 2017 222 p. ISBN : 978-2-7535-5678-2 22,00 € Le rêve plastique des écrivains Ce volume prend le parti de dégager, tant dans le contenu que dans la forme des textes, ce qui stimule chez le lecteur une perception complexe et un imaginaire doué de plasticité. Ces propositions de définitions de la plasticité centrées sur la littérature participent d’une réflexion rendue cruciale dans un contexte plus général où l’utilisation fréquente du mot «plasticité» est avérée dans de nombreux domaines. Avec le soutien de l’université de Poitiers. Téléchargement : Introduction(Fichier pdf, 268 Ko) Table des matières(Fichier pdf, 191 Ko) Les auteurs(Fichier pdf, 58 Ko) 4e de couverture(Fichier pdf, 29 Ko)
Categorías: Universidade

L'éducation en France, une question uniquement nationale ?

Cahiers Pédagogiques - Xov, 21/09/2017 - 10:33

Le CUIP (Comité universitaire d'information pédagogique), le CIEP (Centre international d'études pédagogiques) et les Amis de Sèvres organisent une journée d'étude en hommage à Jean Auba sur le thème :

L'éducation en France, une question uniquement nationale ?

Le samedi 14 octobre 2017 de 9h30 à 18h au CIEP, 1 avenue Léon Journault, Sèvres (Hauts de Seine)

Trois thèmes seront proposés à la réflexion :
Les contenus d'enseignement et les apprentissages attendus de tous les élèves : quelles évolutions au cours des trente dernières années ? Quelle influence de modèles étrangers ou de réflexions internationales ?
L'évaluation des acquis des élèves, au regard de modèles retenus dans différents pays d'Europe ou de pays appartenant à d'autres continents ;
La différenciation pédagogique : cela conduira à questionner tant l'interprétation de la notion d'équité (exemple : conçue comme l'égalité des chances en France, comme l'idéal d'inclusion dans sa dimension d'égalité de réalisation sociale en Finlande) que les méthodes d'enseignement et les résultats qu'elles produisent.

Les intervenants :
Ariane Baye (Université de Liège, Belgique), Guy Berger (Université Paris VIII), Pierre-Philippe Bugnard (Université de Fribourg, Suisse), Éric Charbonnier (OCDE), Moussa Daff, (Université Cheikh Anta Diop, Sénégal), Jean-Paul Delahaye (inspecteur général honoraire de l'éducation nationale), Juan Carlos Gonzales Faraco (Université de Huelva, Espagne et Université d'Alabama, États-Unis), Alexandre Fontaine (Université de Lausanne, Suisse), Roger-François Gauthier (Conseil supérieur des programmes), Walo Hutmacher (Université de Genève, Suisse), Yves Lenoir (Université de Sherbrooke, Québec), Luisa Lombardi (Conseil supérieur des programmes), Martine Safra (présidente des Amis de Sèvres et du CUIP), Pierre-Henri Tavoillot (Université Paris-Sorbonne).

Télécharger le programme

Inscription en ligne avant le 6 octobre

Categorías: Educación, Universidade

H. White, L'Histoire s'écrit (traduit et présenté par P. Carrard)

Fabula - Xov, 21/09/2017 - 10:00
Hayden White L'Histoire s'écrit Traduit et présenté par PhilippeCarrard Éditions de la Sorbonne, coll. "Libres cours", 2017 328 pages Ean13:9791035100292 21€ Présentation de l'éditeur : Hayden White est, depuis plus de quarante ans, l'un des principaux théoriciens de l’histoire – certains diraient « philosophes ». Si son œuvre a été largement traduite, en polonais, en norvégien comme en japonais, elle ne l’a pas été en français, à l’exception de l’introduction à Metahistory , qui date de 1973. Le présent recueil, dont les textes ont été édités et traduits par Philippe Carrard, entend combler cette lacune en offrant un large échantillon de la production scientifique de Hayden White, des années 1960 à nos jours. Parcourant les principaux genres discursifs pratiqués par l’historien – l’essai, la recension, l’interview –, cette anthologie éclaire les positions iconoclastes et provocatrices de White vis-à-vis de l’histoire traditionnelle. La construction des faits, la mise en intrigue du matériau documentaire, les relations entre histoire et fiction, sont autant de champs de recherche dans lesquels il développe sa démarche critique. La variété des textes réunis ici, chacun précédé d’une courte notice rappelant le contexte de sa première publication, donne également un aperçu du cheminement de la pensée de Hayden White, qui explore des sujets tels que l’utopie, le passé « utilisable » (qu’il oppose au passé « historique »), ou les diverses représentations de la Shoah sous les formes du roman, du témoignage et de l’étude historique. L’introduction qui ouvre ce recueil rend compte des polémiques auxquelles elle a donné lieu, révélant ainsi l’importance de son œuvre dans l’histoire intellectuelle de la fin du XX e siècle. Sommaire : Introduction par Philippe Carrard Bibliographie PREMIÈRE PARTIE. ESSAIS Chapitre 1. Le fardeau de l'histoire Chapitre 2. Les fictions de la représentation factuelle Chapitre 3. Le problème du style dans la représentation réaliste : Marx et Flaubert Chapitre 4. Puralisme historique et pantextualisme Chapitre 5. La mise en intrigue historique et le problème de la vérité Chapitre 6. Récit historique et idéologie Chapitre 7. Postmodernisme et anxiétés textuelles Chapitre 8. Le réalisme figuré dans la littérature de témoignage Chapitre 9. Le futur de l’utopie en histoire Chapitre 10. Le passé utilisable SECONDE PARTIE. RÉPONSES, INTERVIEWS ET RECENSIONS Chapitre 11. Réponses aux quatre questions du professeur Chartier Chapitre 12. Interview : Une conversation avec Hayden White Chapitre 13. Recensions Recension de Michel Foucault, Surveiller et punir. Naissance de la prison Recension de Julia Kristeva, Desire in Language Recension de Paul Ricœur, History, Memory, Forgetting Glossaire
Categorías: Universidade

La bonne rentrée des Lettres et Sciences Humaines à l'université de Rouen - septembre 2017

Sauvons l'université - Xov, 21/09/2017 - 09:42

Rentrée très mouvementée en LSH à Rouen où 5500 étudiants sont sur le carreau sine die. Cela après les départements qui ferment, les UFR dont on prépare la liquidation… dans le contexte de la réunification de la grande Normandie de MM. Morin et Edouard Philippe. Beaucoup trop d'intérêts sont en jeu pour que l'UFR Lettres Histoire Philo Langues survive longtemps sans locaux… On lui a même pris un bâtiment qu'on a commencé à réhabiliter, en détruisant à la pelleteuse le porche de l'UFR, à 10 jours de la pré-rentrée des L1. Et les enseignants-chercheurs ? en Lettres Modernes, 10 départs en 3 ans, 1 renouvellement, 1 autre en cours.
Destin tragique d'une fac pluridisciplinaire dans les régions réunifiées ? M. le premier Ministre aime la littérature et la politique culturelle ? Il s'engage en faveur des bibliothèques ?

Le début des travaux à une semaine de la rentrée.

Mont-Saint-Aignan (76) : la rentrée des étudiants en histoire repoussée d'une semaine.

L'organisation du planning des salles de cours est un "casse-tête". Des locaux très vétustes sont en cours de démolition et le nombre définitif d'étudiants est resté longtemps incertain…

18 septembre. Rentrée retardée à l'université de Rouen : les étudiants demandent des explications :

La rentrée des étudiants en lettres et sciences humaines est reportée à lundi 25 septembre. Sous réserve. Les étudiants et enseignants ont manifesté aujourd'hui leur désarroi et leur colère…

Mais tout de même, la ministre, dans un moment visionnaire probablement, trouve que l'innovation à l'université de Rouen est un exemple

La ministre de l'Enseignement supérieur, en visite à l'Université de Rouen hier (juin 2017), a cité des innovations pouvant être généralisées…

Categorías: Universidade

Les apprentissages en coopération : une didactique est-elle possible ?

Cahiers Pédagogiques - Xov, 21/09/2017 - 09:40

La fédération nationale de l'Office central de la coopération à l'école (OCCE) organise son université d'automne sur le thème :

Les apprentissages en coopération : une didactique est-elle possible ?

Du 23 au 26 octobre 2017 à l'Espé de Gennevilliers

C'est sur le site de Gennevilliers de l'Éspé de l'académie de Versailles que se retrouveront, à l'invitation de l'Office central de la coopération à l'École, près de 300 acteurs de l'éducation intéressés par la question des apprentissages en coopération. Car si la notion de coopération est entrée récemment dans les textes institutionnels, pour autant faire vivre les apprentissages en coopération ne va pas de soi ! Face à eux, une vingtaine de spécialistes : enseignants, chercheurs, praticiens tenteront de répondre à la question de l'art d'enseigner en coopération et plus précisément d'interroger la possibilité d'élaborer une grammaire du jeu didactique entre professeurs et élèves pour que tous les élèves gagnent en savoirs.

Cette Université sera l'occasion de faire un point sur les finalités de la coopération scolaire, de mettre en relation didactique et pédagogie et de brasser des apports autour de trois questions centrales :
Que peuvent nous apprendre les didactiques disciplinaires pour envisager une didactique de la coopération ?
Quelle place pour l'enseignant dans les apprentissages en coopération ?
Que nous apprend la recherche sur le rapport au savoir des élèves ?
Des contributions visant à caractériser l'activité enseignante ouvriront des horizons de travail commun aux participants qui cherchent des réponses à des difficultés quotidiennes d'enseignement. Le dernier temps de l'université permettra la constitution de groupes de recherche-expérimentation sur les pratiques de classes coopératives dans les territoires.

La restitution des travaux est prévue en mai 2019.

Le laboratoire EMA (École, mutations, apprentissages) de Cergy-Pontoise et l'IFE (Institut français de l'éducation), centre Alain Savary, de Lyon accompagnent l'OCCE sur ce projet.

Contact presse : Véronique Baraize (06 19 15 40 65)

S'inscrire en ligne
Télécharger le pré programme
Télécharger un flyer

Partenariat :

Categorías: Educación, Universidade

Corps masculins : représentations littéraires et iconographiques de la nation (Nantes)

Fabula - Xov, 21/09/2017 - 08:58
Colloque international Corps masculins: représentations littéraires et iconographiques de la nation 19et 20avril 2018, Université de Nantes Depuis une dizaine d’années les études sur le genre et les masculinités gagnent de la place dans le paysage académique français grâce aux nouvelles approches théoriques d’analyse culturelle venues particulièrement des pays anglophones (Butler, Connell, etc.), et ce malgré l’opposition de plus en plus criante de certains groupes religieux et d’une partie de la société civile (La Manif pour Tous, Civitas, Sens commun) qui dénoncent une manipulation idéologique de la part des universitaires dans le but de défaire le genre organisant les modes de fonctionnement sociaux et les rapports de domination. Dans ce contexte de forte remise en cause des luttes pour l’égalité de genre et pour les droits des personnes LGBTIQ, il importe de continuer les réflexions engagées lors de la journée d’études «Masculinités hispaniques: déviances et résistances dans la littérature hispanophone contemporaine» (octobre 2016) à partir d’une nouvelle perspective d’analyse: les rapports étroits entre masculinité et nation. Déjà en 1983, l’œuvre de référence Imagined Communities , de Benedict Anderson, avait apporté un nouvel éclairage sur les modes de fonctionnement en communauté et le processus de formation de l’imaginaire lié à la nation. Les origines de la conscience nationale et les attributs qui lui ont été associés s’avèrent inséparables des caractérisations du corps masculin. En effet, la virilité a été utilisée de manière très productive dans les descriptions idéales de la nation et de ses représentants. Plus récemment, Tod W. Reeser (2010) a analysé que dans le discours de la nation et de la masculinité, ces caractérisations sont «imaginées, limitées et démarquées». Ce phénomène apparaît par exemple dans les représentations viriles de l’armée comme corps défensif de la nation ou, au contraire, dans les traits féminins ou efféminés attribués à l’ennemi. Selon ce spécialiste, «la masculinité peut aider à faire apparaître la nationalité comme naturelle». Ainsi, la naturalisation de la nation et celle du corps masculin s’insèrent au sein d’un seul et même processus discursif. Ces éléments de réflexion nous invitent à interroger l’articulation des représentations de la masculinité à celles de la nation dans la littérature et les arts visuels du xix e au xxi e siècles . Les aires culturelles à aborder ainsi que la langue des textes littéraires n’ont pas de limite. Cependant les communications doivent être proposées en français ou en anglais. Elles pourront se centrer sur un ou plusieurs des axes proposés ci-dessous, mais ils ne sont aucunement restrictifs: AxesLa virilité comme identité nationale genrée.Masculinités, discours belliqueux et représentations de l’armée.Discours colonialistes et féminisation de l’ennemi.Discours patriarcal et métaphorisation féminine de la nation.L’amitié masculine, les idéaux de fraternité et la nation.Hétéronormativité et imaginaire de la patrie.Représentations de l’acte sexuel, du viol et de la séduction dans les discours nationaux.Homophobie et discours national. Organisation: Sergio Coto-Rivel, MCF, Université de Nantes Cécile Fourrel de Frettes, MCF, Université Paris 13 Jennifer Houdiard, MCF, Université de Nantes Contacts: Sergio.coto-rivel@univ-nantes.fr Cecile.fourreldefrettes@univ-paris13.fr Jennifer.houdiard@univ-nantes.fr Date limite pour l’envoi des propositions: 10 janvier 2018 Langues des communications: français ou anglais Propositions de 500 mots maximum, brève biobibliographie Une publication sélective des articles issus des communications est envisagée dans la revue Itinéraires. Littérature, textes, cultures . https://itineraires.revues.org/ BibliographieBEASLEY, C., 2008, « Rethinking Hegemonic Masculinity in a Globalizing World » in Men and Masculinities , 11(1), pp. 86-103.BENVIDO, B. dir. (2009), Masculinites , Bruxelles, Sextant.BOURDIEU, P., 1998, La domination masculine , Paris, Éditions du Seuil.BUTLER, J., 2006, Défaire le genre , Paris, Éditions Amsterdam.CARRIGAN, T., CONNELL R.W. et Lee, J. (1985), « Toward a new sociology of masculinity » in Theory and Society , 14(5), pp. 551-604.CONNELL, R. W. et Messerschmidt, J.W. (2005), «Hegemonic Masculinity: Rethinking the Concept » in Gender & Society , 19(6), pp. 829-859.CONNELL, R. W., 2014, Masculinités. Enjeux sociaux de l’hégémonie , Paris, Éditions Amsterdam.CORBIN, A. (dir.), 2011, Histoire de la virilité 2. Le triomphe de la virilité. Le xix e siècle , Paris, Seuil.COURTINE, J-J. (dir.), 2011, Histoire de la virilité 3. La virilité en crise. Le xx e -xxi e siècles , Paris, Seuil.ERIBON, D., 2012, Réflexions sur la question gay , Paris, Flammarion.________________ 2010, De la subversion. Droit, norme et politique. Paris, Éditions Cartouche.FARGES, P., 2012, « Masculinités et masculinisme ? (1880-1920) » in Les carnets de recherche du CIERA [en ligne], http://ciera.hypotheses.org/322.FOUCAULT, M., 1976, Histoire de la sexualité I, La volonté de savoir , Paris, Gallimard.HOWSON, R., 2006, Challenging Hegemonic Masculinity , Londres, Routledge.KOSOFSKY SEDGWICK, E., 2008, Epistémologie du placard [1990], Paris, Éditions Amsterdam.MARTÍNEZ OLIVA, J., 2005, El desaliento del guerrero. Representaciones de la masculinidad en el arte de las décadas 80 y 90 , Murcia, CENDEAC.MEYER, M., 1994, The Politics and Poetics of Camp, New York, Routledge.MOSSE, G. L., 1997, L’image de l’homme. L’invention de la virilité moderne , Paris : Abbeville.REESER T. W., 2010, Masculinities in Theory , West Sussex, Wiley-Blackwell.REVENIN, R. (dir.), 2007, Hommes et masculinités de 1789 à nos jours. Contributions à l'histoire du genre et de la sexualité en France , Paris, Autrement, 2007.SEGARRA, M. et CARABÍ, À. (dirs.), 2000, Nuevas masculinidades , Barcelone, Icaria.SPIVAK, G., 2009, Les subalternes peuvent-elles parler ? Paris, Éditions Amsterdam.WELZER-LANG, D. (dir.), 2000, Nouvelles approches des hommes et du masculin , Toulouse, Presses Universitaires du Mirail.WITTIG, M., 2007, La pensée straight , Paris, Éditions Amsterdam.
Categorías: Universidade

Freshers' week: how tutors can help students cope

Guardian Unlimited: Education - Xov, 21/09/2017 - 07:30

Starting university can be an intimidating experience. But there are plenty of ways tutors can encourage students to tackle the challenge constructively

This week, nearly 420,000 young people will make one of the biggest transitions of their life: they will start university. For many, it won’t be easy. For some, it will be nightmarishly hard. In my research, I’ve interviewed many students who told me they found their early days at university challenging because they didn’t feel equipped to cope. As one student said: “Arriving at university has made me realise that I don’t feel I have the skills I need. It’s not like school where my teachers were there every step of the way and I was always told what to do next.”

Students need to develop new academic, social and independent living skills. For many, the struggle to balance the competing demands of study, work and personal commitments feels overwhelming and they report significant declines in their overall health and wellbeing. So what can tutors do to help students cope with the stress of the first few weeks of term?

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Primary school teachers 'not trained to deal with mental health issues'

Guardian Unlimited: Education - Xov, 21/09/2017 - 00:01

Over 50% of teachers tell survey they don’t have adequate training in what to do when a child has a mental health problem

More than half of primary school teachers say they do not feel adequately trained in supporting pupils with mental health problems, research suggests.

Just one in 10 “strongly agreed” with the statement that they felt they had the necessary training to feel confident about what action to take when a child was experiencing a mental health problem, compared with 54% who disagreed.

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

One in four kids in the developing world misses out on a bedtime story, says UN

Guardian Unlimited: Education - Xov, 21/09/2017 - 00:01

Unicef study identifies reading, singing and drawing as ‘missing links between survival and school’ that hinder development of 25% of two- to four-year-olds

A quarter of young children in developing countries miss out on playing, reading and singing with their parents, according to research by Unicef.

The UN children’s agency has warned in a report that the cognitive development of millions of under-fives is being undermined because parents are receiving neither the right guidance nor basic support, such as maternity leave.

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Proportion of students taking arts subjects falls to lowest level in decade

Guardian Unlimited: Education - Xov, 21/09/2017 - 00:00

Education Policy Institute says schools in England have cut number of pupils taking subjects such as dance and fine art after cuts and policy changes

The proportion of 15- and 16-year-olds in England studying arts subjects such as music and drama has fallen to the lowest level in a decade as a result of government policies and education cuts, figures show.

A report by the Education Policy Institute suggests schools have whittled down the number of pupils taking the likes of dance and fine art at key stage four, after reforms pushed pupils towards more traditional academic subjects such as geography and English.

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Girls as young as seven in UK boxed in by gender stereotyping

Guardian Unlimited: Education - Xov, 21/09/2017 - 00:00

Girlguiding poll finds more than half, aged 7-21, lacking confidence to speak freely, while society reinforces barriers to progress

Girls as young as seven feel they cannot say or do what they want because of gender stereotyping, according to a survey highlighting the impact of expectations of young females.

Related: Children are straitjacketed into gender roles in early adolescence, says study

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Deux livres sur la représentation de la conscience dans le récit. Essai de narrtologie comparée, parSylvie Patron ( Vox-Poetica )

Fabula - Mér, 20/09/2017 - 22:17
Vox-Poetica: DEUX LIVRES SUR LA REPRÉSENTATION DE LA CONSCIENCE DANS LE RÉCIT ESSAI DE NARRATOLOGIE COMPARÉE Par Sylvie Patron Université Paris Diderot Deux livres sur la représentation de la conscience dans le récit ont été publiés récemment aux États-Unis et aux Pays-Bas (dans une collection dédiée à la langue et à la littérature françaises). Leur lecture successive constitue une expérience intéressante, car les divergences sont nombreuses et soulèvent des questions importantes, concernant notamment les relations entre la narratologie ou la théorie narrative et l’histoire. Le présent essai a pour but d’approfondir cette expérience et de proposer une analyse comparative de ces deux ouvrages : The Emergence of Mind : Representations of Consciousness in Narrative Discourse in English , dirigé par David Herman (2011) et La Représentation de la vie psychique dans les récits factuels et fictionnels de l’époque classique , codirigé par Marc Hersant et Catherine Ramond (2015). L’origine géographique et culturelle des auteurs, les corpus sur lesquels ils travaillent, les approches analytiques et les références différentes sont autant d’éléments qui justifient l’intérêt d’une confrontation de la pensée de Herman et de ses collaborateurs avec celle de l’équipe de Hersant et Ramond. Cette confrontation me donnera également l’occasion de réfléchir sur les enjeux de ces deux pratiques de la narratologie ou de la théorie narrative. Lire la suite .
Categorías: Universidade
Distribuir contido