Universidade

New panel to review HE funding: beware of the dangers!

Cross-posted from The Labour Campaign for Free Education.

By Liam McNulty

According to the Times Higher Education:

A sector-wide panel of experts is to look at ideas for reforming England’s university funding system after an influential thinktank said that trebling fees has saved the taxpayer less than £400 a year per student.

The panel is convened by Universities UK, the club of university vice-chancellors, which previously lobbied for higher tuition fees.

It will be chaired by UUK president Sir Christopher Snowden, vice-chancellor of the University of Surrey, who said he wanted to seek a “broad political consensus for a sustainable system of funding”.

Other members of the Student Funding Panel include six other university leaders, economist and principal of Hertford College, Oxford Will Hutton, and Emran Mian, director of the Social Market Foundation and the former civil servant who was lead author on the 2010 Browne Review [which recommended the trebling of tuition fees].

Although this is an admission that the current funding system is in crisis, we should be worried. The over-riding purpose of the panel is to reduce the cost of loans to the state, not to investigate a fairer or more rational funding system. Already there are hints that repayment rates should be increased:

According to the IFS report, if graduates were asked to pay 12 per cent of their income over £21,000, instead of the current 9 per cent, the loan write-off rate would fall from an estimated 43.3 per cent to 35.6 per cent. A 15 per cent deduction would lead to a write-off of 30.9 per cent – close to the 28 per cent default rate originally predicted by ministers.

Lowering the repayment threshold from £21,000 to £18,000 would also yield savings, but less dramatically, by lowering the write-off rate to 36.9 per cent.

According to the Guardian:

Sir Christopher Snowden, the president of Universities UK and Surrey vice-chancellor who will chair the panel, left open the possibility that the terms of student loan repayments could be changed to keep the current funding model sustainable.

The National Union of Students (NUS) will be asked to prepare a submission to the panel. The student movement should be demanding:

  • No increase in the repayment rate
  • No lowering of the repayment threshold
  • The abolition of student debt and the introduction of grants
  • Free education funded through taxing the rich
Categorías: Universidade

8 things you should know about NUS conference 2014 (and about NUS in general)

By Michael Chessum

NUS national conference 2014 took place between the 8th and the 10th April, and it witnessed a remarkable string of victories for the left, largely as a result of the weakness of the leadership and the fact that conference was far less dominated by sabbaticals than in previous years. Much has been made of the passing of free education, for the first time in over a decade, and the election of left wing candidates, but like all headlines this is only part of the story – and in order to understand and replicate the successes of the left it is necessary to delve into what happened in more detail.

One of the primary tasks of NCAFC is to provide a collective memory for activists. So here are 8 things – some about the conference, some about the past and future of NUS – that mainstream accounts often miss out.

1. The left is back in earnest, and it’s capable of winning VPs.

The leftwing of NUS has walked away from every conference I’ve ever been  to (i.e. since 2009) saying that it had won “victories” around certain issues. Usually this has related to minor points of policy (tenants unions in 2013, fighting the leadership on Liberation campaign autonomy in 2010). These victories are, by and large, totally hollow. Even in years when the policy swung far to the left (in 2012 we won a large amount of education policy and a national demo), the leadership of NUS held onto almost all of its seats in electoral terms, meaning that it could simply ignore what conference said and wait for a more rightwing year to overturn our policies.

What we achieved at this conference was of a different order, however. Free education was adopted, and a number of other policies were passed, directly in the teeth of the leadership who fought and fought but were simply overwhelmed.

You would have to go back over a decade to witness a conference which was this genuinely left wing. Speeches which in years gone by would have bombed – attacking the leadership rather than actually arguing about policy, openly saying that the NEC “should not be trusted” with remitted policy – seemed to hold a majority on conference floor. (One showdown  – a procedural debate between Dom Anderson, the popular dissident Labour Students Vice President, and Alan Borgars, a known leftwing activist whose speeches regularly attracted groaning at previous conferences –   resulted in an entire policy zone not being remitted to the NEC, by accident as the result of Borgars’s propaganda speech).

The most striking testament to this process was the election for Vice President Union Development and Vice President Society and Citizenship. Having been scheduled for the final slot (4.30pm on day two), these elections should have been a leadership walkover; generally, the longer conference goes on the more entrenched and isolated the leftwing minority becomes. Precisely the opposite happened at this conference: Piers Telemacque – an almost unknown lefty college President from Bradford – was elected on first round against both the NOLS- and NCAFC-backed candidates, simply on the basis of making a cracking speech. Almost as interesting was Hannah Webb, a much more notorious hard left candidate (running on the NCAFC ticket), who took 273 votes against an incumbent, breaking the recent records for leftwingers for both the number of votes (VPUD in 2013) and the proportion of the vote (VPHE in 2011) with 38%. She did so without any kind of campaign, as an avowedly and deliberately unwinnable candidate.

2. This isn’t a blip – it’s a trend. And it may well mark the beginning of a new era.   

The student movement – and NUS in particular – is prone to micro-climates. During the one which we have just been through, many years after the decline of Blairism in the Labour Party, the New Labour right has continued to dominate. At the height of this trend, NUS’s structures were subject to an attempt by the leadership to ‘end the cycle’ of left and right – i.e. by shutting down the left’s chances at conference permanently. This culminated in the governance review of 2007-9 – a measure which shrank conference, defunded the Block NEC members, centralised power in the Trustee Board and did many other things which made it harder for activists to get to, or have an impact at, conference.

Following this, much of the left (in particular in Education Not for Sale, NCAFC’s smaller predecessor) said that the left was out of NUS forever; many of us openly advocated disaffiliation. Those doom-ridden predictions now seem misplaced, although it is worth wondering what would have happened at conference 2014 if there had been 1200 delegates voting, rather than 700.

The governance review managed to slow down the rise of the left since 2010, but it did not ultimately stop it.

The sharp political victories in 2014 could never have been a flash in the pan: they come as the result of years of work. In 2012, the left scored its first victory with Vicki Baars elected a VPUD and a lot of leftwing policy being passed – the latter often with the support of Labour Students. The failure of the right in smashing the left –as it did successfully in 2013 – has put the ball in our court. By all rights, we should now be able to shift NUS’s centre of gravity dramatically to the left.

3. “The trots” are back on the NEC, along with a wealth of leftwing independents.

Block elections to the NEC always used to be the art of each faction (from the Tories to the SWP) making sure that it was represented, and then a few independents coming through as well. Now they are much more complicated and independent-dominated affairs. In recent years, it has not been uncommon for the SWP to be the only Trotskyist grouping on the NEC, with one or two independent NCAFC members thrown into the mix.

In 2014-15, however, every major leftwing tendency except the SWP will be represented on the NEC. The Socialist Party (Edmund Schluessel), the Alliance for Workers Liberty (Daniel Cooper), the Green Party (Clifford Flemming) and Socialist Action (Aaron Kiely) are all on the Block. Meanwhile, RS21 – the “good guys” who broke away from the SWP leadership – have their seat from the Postgraduate section (Sai Englert). Despite narrowly missing out on a further independent getting a Block seat (Deborah Hermanns lost out by 0.6 votes), NCAFC and the left in general both hold more NEC seats than ever before, including a number of full time officers.

4. Student Broad Left are back, and they may yet resurrect the SWP with them

SBL is the polar opposite of NCAFC in terms of NUS left factions. They are numerically very small, with an opaque internal structure, and are essentially run by Socialist Action, a group which thinks Assad should be defended and that the Chinese government is progressive, and whose members often deny that the group exists. However, they still manage to have significant influence inside the NUS bureaucracy, largely via the Black Students Campaign.

For many years, SBL looked like they might drop off the edge of a cliff, and following 2012-13 – in which their prominent members found themselves in various scandals, including a weird position on Assange and support for the SWP leadership – this looked likely. However, 2014 showed an SBL very much back in recovery. Kiely got a good vote in the presidential election and was re-elected to the NEC. And although SBL’s support for Piers Telemacque was always marginal and is now being somewhat opportunistically overstated, his victory did at least prove their propensity to back a winner.

During their darkest hours, SBL relied heavily on the SWP for factional assistance, and the SWP kept them alive on numerous occasions by slating with them and preferencing them – often against the will of their student members, many of whom openly expressed a preference for working with independent activists in NCAFC. SBL are still very friendly with the SWP leadership, all of whom were wearing Aaron’s t-shirts at conference.

In propping up SBL, the SWP was in part driven by a need to keep Socialist Action close; they work together in numerous other places, including in Unite Against Fascism (UAF). But they were also driven by something far more below-the-radar: a mutual insurance policy. Now that the SWP are going into abject retreat, SBL may well use their bureaucratic connections and muscle in years to come to rehabilitate them, just as the SWP used their strength in numbers to prop up SBL. This has in part already happened in the Student Assembly Against Austerity, whose meetings are always attended by SWP loyalists.

Time will tell if the SWP will ever recover inside the student movement. But if we can be certain about one thing in student politics it is that memories are short – and with a little help from Socialist Action, and a new layer of student recruits, those hoping for the end of the SWP may well be disappointed.

5. 2010 still matters in NUS.

It will soon be four years since the storming of Millbank. But the backdrop of 2010 was still absolutely formative at conference.

Mostly this is for the well-known (and more important) reasons of failure-to-lead, rise-of-NCAFC, collective-experience-of-mass-mobilisation-and-occupations, and radicalisation-in-schools. But 2010 has also had a particular impact on the NUS bureaucracy, which it is worth noting and remembering. When Aaron Porter was forced to step down in 2011 (making him one of a tiny handful of Presidents not to serve a second term), his hands were forced from the outside by radical students, who felt betrayed, and from the inside by Labour Students, who felt embarrassed.

What this process did was to divide the leadership. The Porter loyalists backed his hastily anointed successor – Shane Chowen, then VPFE – while Labour Students and the less rightwing leadership faction backed Liam Burns, the NUS Scotland President who comfortably beat Chowen. In office, Burns conciliated with the left and the left made advances – both in terms of policy, and in terms of building links with SUs outside of the normal structures, for instance during the 2011 NCAFC demonstration.

Arguably more significant was the fact that Porter’s resignation and Burns’s election disrupted the usual successorship for the presidency. This meant that in 2012, when Porter’s term would ordinarily have ended, two Vice Presidents (VPUD Ed Marsh and VPHE Usman Ali) defiantly ran against Burns, in effect both claiming that they were the rightful heir (it was after all their turn). Marsh and Ali were both comfortably defeated – although Ali formed a short-lived faction involving right-leaning independent sabbs, FOSIS and “quality geeks” – but the split in the leadership meant that the left was able to fatally undermine the business-as-usual of conference 2012. And without the wins in 2012, it is difficult to imagine 2014 happening.

The lesson here is: the left can win big if the leadership are divided – either at the conference in question, or indirectly as a result of previous fissures.

6. Gender balancing’s passing reflects a shift in the mood of NUS as much as it will create one, and NUS should be careful about how reserved places impact on political diversity.

Fair Representation is now written into the NUS Rules, and it will mean a gender balanced conference and a gender balanced NEC. The interesting thing to note is that, in NUS’s last ever non-balanced conference, conference 2014 delivered a perfectly gender-balanced set of election results anyway. Half of all FTOs (including the President) are women, as are 8 out of 15 Block members, and DPC and Trustee elections saw a better-than 50:50 split.

None of this invalidates the case for gender balancing (there is no guarantee whatsoever that the same thing would happen in 2015), but it does tell you something about how far Fair Representation has come as a result of the debate, as much as a result of the measures themselves. Fair Representation was defeated at conference 2013, perhaps partly as a result of the extremely rightwing nature of the conference in general, but this year it passed with little or no organised opposition and the support of all major factions of left and right. Those opposing have either been gradually and genuinely won around, or have been left isolated – and the atmosphere of debate has been good for women’s representation in and of itself.

There are two reservations about the debate and the implementation of the policy. The first one is political, and is one which NCAFC Women have already addressed: that to the extent that Fair Representation is merely reflective of a “women in leadership” agenda, the idea that having women in position of power is an answer or an end in itself is profoundly misplaced. Much more important are the ideas and the politics and practice of feminism – though this is of course aided by quotas.

The second note is procedural rather than political. Basically, it’s up to the Chief Returning Officer to implement the quota. If they choose a similar system to that of the FE reserved places (in which delegates effectively have two first preferences), this will have a severely negative impact on the political diversity of the Block election. This is because a gender quota would effectively create a Block of 2 in the FE places and a Block of 5 in the Open places – meaning that some candidates would need to get a full third of conference floor to give them their highest FE women’s preference. Much better would be to count the Block as it currently is and then simply relegate men and promote women until the quota is satisfied (this is how NCAFC does its Block election).

7. NOLS: down but never out

Labour Students had a bad conference: they lost their carefully nurtured higher education funding position (i.e. graduate tax) after over a decade; they came third in a VP election they should have won (Society and Citizenship); and they saw a large number of their own Labour clubs split off before and during conference. Only one of the 6 FTOs elected at conference was in NOLS – that has almost never happened before.

But the idea that this is the “end of NOLS” is very misplaced. They are still by far the most influential faction in NUS, and in the Block election did better than ever before, getting all three of their candidates onto the NEC. Most dramatic was Poppy Wilkinson’s success in topping the Block, proving that totally craven – and yet still unaccountably very vague – appeals for sympathy from conference can still get you almost a hundred rightwing votes. (Wilkinson gave a speech decrying the fact that students from her campus had turned up at conference and attempted, shock horror, to hold her to account for her role in attacking student protest instead of police violence at Birmingham, and her failure to support arrested and suspended students in the following months).

NOLS will be faced with a number of big challenges and decisions come 2015. The main one will be who to back or run for National President. Rachel Mattey – the current VPUD, and regarded as from the rightwing of the leadership – has been manoeuvring for it. Coming from a weak factional position, NOLS may be hard pushed to run Joe Vinson, their only VP, for the role, but they may decide to do so anyway. If they do, they will risk splitting the leadership’s votes and letting a credible left candidate in. If they don’t run Vinson, they will have to choose between backing Mattey – a move that would alienate their left wing and give oxygen to a growing right wing independent/clique faction, as well as potentially losing the election anyway – or backing a credible left wing candidate, a move that may hand power to the left and ruin the present NOLS leadership in the medium term.

8. The left has learned how to win at conference, and it has to digest these lessons. But winning at conference isn’t an inside job

There was a stark difference between the successes of various modes of intervention at conference 2014 – electorally and in terms of getting policy through. Traditionally, the left has given the vast majority of its policy speeches to just a few candidates whom it profiles for election. At conference 2014, however, there was a solid contrast between profiling and electoral success, as well as a clear preference from conference floor for new faces and non-candidates in policy debates. In the free education debate, the key speeches all came from speakers who weren’t running for FTO, and the speeches which really swayed conference (on strikes, 5:1 pay ratios, housing, cops off campus etc) were by and large irreverent, spontaneous and from ‘ordinary’ delegates.

Conversely, the big electoral successes of conference – Piers Telemacque, Kelly Rogers, Hannah Webb, and, in a different way, Megan Dunn – were all headlined by candidates who took few (if any) policy speeches. Successful candidates based their campaign on a good husting speech and networking, and very occasionally on some well-targeted motion profiling. Likewise, in the Block election, candidates who should – by the old measure of motion speeches – have stormed the election lost out to more independent candidates who made tuned-in speeches, and spent their time at conference canvassing individual delegates.

This said, it is vital that the left does not simply rely on new-fangled approaches. Conference 2014 was leftwing in part because of its composition – and you can bet that the leadership will not let that happen again. As NOLS and networks of sabbs organise right wing slates for delegate elections, the left must organise as well. And, as always, we must remember that NUS conference is about as far away from reality as it is possible to get: unlike the string of New Labour politicians to have come out of NUS, we do not regard either policy or elections as an end in themselves. The test for us must remain the strength of the student movement in the streets and on campuses – and our ability to force the hand of government and management.

More than that, winning things at NUS conference is rarely – if ever – the product of well-calculated hackery. We won in 2012 because we dominated the narrative around the higher education white paper and organised a demonstration when NUS wouldn’t; and we won in 2014 because we lead the campaign on #copsoffcampus, the right to dissent and solidarity with workers, and we dominated the narrative on what education should be for. The strength of the left in NUS derives from grassroots activism, and is only relevant in so far as it benefits real activism.

Categorías: Universidade

n

Italia: Atenei in rivolta - fai 2 horas 11 min
n/d
Categorías: Universidade

Headteachers' union to open ranks to middle tier of school leadership

Guardian Unlimited: Education - fai 10 horas 49 min
NAHT is launching a new offshoot to reach further into classrooms, to attract the next generation of school leaders Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Le recherche et l'enseignement supérieur : une "industrie" de "main d'oeuvre "

Sauvons l'université - fai 11 horas 38 min

Geneviève Fioraso « désespère Billancourt » Maryline Baumard - Le Monde - 23.04.2014 -

Lire sur le site du Monde

Elle n'a mis personne dans la rue. Le président François Hollande l'en a félicitée. Geneviève Fioraso a certes été rétrogradée du rang de ministre à celui de secrétaire d'Etat à l'enseignement supérieur et à la recherche, mais elle reste au gouvernement. Bravo, Mme Fioraso ? Quelque 10 000 universitaires crient plutôt haro sur ce maintien en fonctions et demandent dans une pétition qu'elle reparte vers ses chères études.

Que se passe-t-il donc ? Pour le Groupe Jean-Pierre Vernant, une des coordinations de mécontents de la politique de Mme Fioraso, « les enseignants-chercheurs sont au bord du désespoir. Ils ont beaucoup attendu de l'arrivée de la gauche au pouvoir en 2012, mais s'estiment aujourd'hui à peine mieux traités que sous la droite ». « En 2012, la communauté a espéré ; les Assises de l'enseignement supérieur organisées dans la foulée ont créé une attente. Puis tout s'est refermé, s'est verrouillé », regrette de son côté Laurent Bouvet, professeur à l'université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines et chercheur au centre de recherche Versailles Saint-Quentin institutions publiques. Il est un des rares à exprimer son mécontentement à visage découvert.

Quelque 11 % des 91 000 universitaires ont signé en quelques jours. C'est massif et dangereux du point de vue politique comme du point de vue économique. Dans une industrie de main-d'oeuvre comme le sont l'enseignement et la recherche, il est essentiel que le climat soit bon et que la confiance règne.

Le fait que Mme Fioraso ait « désespéré Billancourt », pour reprendre l'expression, est bien plus contre-productif, quoi qu'en pense le chef de l'Etat, que quelques manifestations de rue… Dans une économie de la connaissance, tirée par les labos et les amphis, il est contre-productif de gâcher le capital humain, ces enseignants-chercheurs qui créent la richesse actuelle du pays et construisent la France de demain.

Après la contestation de la loi d'autonomie des universités en 2009, on peut se demander si la secrétaire d'Etat qui contentera les enseignants-chercheurs est née… Et pourtant, parmi les contestataires 2014, certains ont réfléchi à ce que pourrait être une « véritable » politique de gauche de l'enseignement supérieur, à l'heure où l'argent public est rare et où la mondialisation de l'intelligence a ouvert les campus à la loi de la concurrence.

Le Groupe Jean-Pierre Vernant, essentiellement ancré en Ile-de-France, est né contre le regroupement des universités en région parisienne, estimant que le découpage étouffe les bonnes pratiques de coopération entre établissements. Le groupe s'insurge contre la création de l'étage supplémentaire qui vient contrôler les regroupements et va ôter aux universitaires le pouvoir de décider.

En cela, les « Vernant » rejoignent l'analyse de Patrick Hetzel, aujourd'hui député UMP et hier collaborateur de Valérie Pécresse, ex-ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche entre 2007 et 2011, qui qualifie cette mesure de « grave dérive liberticide »…

COUARDISE DES DÉCIDEURS

Outre ce sujet qui a été à l'origine de la création de leur regroupement, ces derniers estiment que la ministre se trompe de combat et manque de courage politique. « N'allez pas dire qu'on veut seulement plus de moyens. Ce serait faux. Il y a à nos yeux une multitude de mesures à prendre qui ne coûtent rien. Pourquoi ne contraint-on pas les entreprises bénéficiant du crédit d'impôt recherche à embaucher des doctorants par exemple… ? », se demande le groupe.

Selon Laurent Bouvet, « on peut reprocher à l'équipe au pouvoir de ne pas oser choisir entre deux modèles. Elle est restée sur le principe d'autonomie des établissements enclenché en 2007 mais bloque l'expression pleine de cette autonomie en laissant un contrôle bureaucratique sur toutes les décisions prises », regrette le chercheur. « On nous dit de participer à la course mondiale à l'excellence, mais on nous lie les mains… Si j'ajoute qu'ailleurs dans le monde les universités sélectionnent leurs étudiants, on comprend qu'on a non seulement les mains, mais aussi les pieds liés… »

Pour Laurent Bouvet, l'université française mourra de la couardise des décideurs à choisir clairement un modèle et à aller au bout de la logique qu'il sous-tend. « Une politique de gauche se doit de défendre les universités publiques et d'aller honnêtement et explicitement au bout des implications. Il faut arrêter avec le non-dit ! » Utopiste, M. Bouvet ? Pas vraiment…

« Je vous parlerais bien de mon modèle qui est l'écosystème créé sur la Côte ouest des Etats-Unis au XXe siècle. Mais comme on ne créera rien ex nihilo, aussi j'estime qu'il faut aujourd'hui aller au bout de cette autonomie en rendant les universités capables d'aller chercher leurs ressources et en les laissant ensuite les gérer comme elles l'entendent. Pour les enseignants, je préconise un accès progressif au métier, un peu sur le principe de la tenure aux Etats-Unis. Ce changement allant de pair avec une rémunération plus digne », pose le chercheur en sciences politiques.

L'avis n'est pas partagé par tous les anti-Fioraso, bien sûr, et n'a de toute façon aucune chance de se réaliser.

Reconduite pour avoir laissé les enseignants dans les amphis, on imagine mal comment Mme Fioraso oserait aujourd'hui se saisir des dossiers qu'elle n'a pas ouverts les deux premières années. De quoi désespérer un peu plus l'Université française… Mais laisser de marbre des élites politiques qui n'ont de toute façon jamais mis un orteil à l'université.

Categorías: Universidade

Tuition fees encourage British students to study abroad

Guardian Unlimited: Education - fai 11 horas 59 min
British Council survey finds that 37% of undergraduates and postgraduates are considering overseas study Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Number of pupils at independent schools surpasses pre-crash level

Guardian Unlimited: Education - fai 12 horas 7 min
Growth trend resumes after dip during downturn, with 511,928 pupils attending ISC-registered schools Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

University tuition fee rise may not save taxpayers any money, says thinktank

Guardian Unlimited: Education - fai 12 horas 7 min
Institute for Fiscal Studies says weak economy means graduates repaying far less of their student loans than forecast Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Undersea explorer Bob Ballard elected to the Academy of Arts and Sciences

Guardian Unlimited: Education - Mér, 23/04/2014 - 22:57

Oceanographer who discovered the wreck of the Titanic named to the new class of the Academy, alongside Al Pacino

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Revue de presse du mercredi 23 avril 2014

Cahiers Pédagogiques - Mér, 23/04/2014 - 19:07

Une actualité légère marquée par la fronde anti-rythmes scolaires menée par l'UMP et la gestion des postes au sein de l'éducation nationale. Nous terminerons par une note d'humour.

Rythmes : offensive de l'UMP

Les élus UMP du Rhône ont lancé une nouvelle offensive contre les rythmes scolaires. Les nouveaux élus "ont étrillé une réforme jugée « coûteuse pour les collectivités et les contribuables, et qui creuse les inégalités entre les territoires »". Ils demandent le retrait de la loi ou sa libre application. S'ils ne sont pas entendus, ils menacent le gouvernement de recours devant le Conseil d'Etat (Libération).
Dans 20minutes, ces maires dénoncent la réforme comme "une usine à gaz" coûteuse ( « La plupart d'entre nous sont dans l'incapacité financière d'appliquer une telle réforme »). Ces élus UMP vont très loin en parlant de prise d'otage : les journalistes revenus de Syrie et leurs familles apprécieront.
A Lyon, la formule la plus "simpliste" a été choisie, selon Phlippe Meirieu qui réagissait à cette position de l'UMP dans LyonCapitale. Il va même plus loin : "Il faut diminuer la journée de cours et augmenter le nombre de journées de cours. Il ne faut pas le faire sur une semaine, mais plus sur une année scolaire. […] Cela nécessite que la société s'organise pour que les familles puissent faire face à un certain nombre de problèmes concrets."

Le dessin de Fabien Crégut
Postes, démographie et économies

Sur Europe1, on peut lire que la progression démographique va absorber à elle seule les 60 000 postes créés par le gouvernement. "Le gouvernement doit revoir sa copie en mathématique. Le nombre d'élèves étant en hausse, il faut augmenter les recrutements de professeurs plus rapidement afin de décharger les classes."
Les nouveaux postes ne changeront donc rien aux situations difficiles. On remarque d'ailleurs une disparité géographique : les établissements ruraux en feront les frais.
Agnès Verdier-Molinié, directrice de l'IFRAP, interrogée par La Croix, semble avoir la solution pour économiser de l'argent à l'éducation nationale sans avoir à créer de postes. "Dans l'éducation, où 80 % des dépenses sont consacrées aux rémunérations, il faudra optimiser le temps d'enseignement en demandant aux agrégés d'enseigner non plus 15 mais 18 heures ou plus.". Je n'ose imaginer combien d'heures elle réclamerait aux certifiés, professeurs des écoles... Cette dame ose comparer la fonction publique à PSA ou Renault.

Théorie du complot

Terminons plus joyeusement avec ce billet sur le blog de Laurent Fillion qui réagit de façon humoristique à la vague de "croyances" en un complot des Illuminati.
Il dénonce un "vrai complot" :

  • "il existe un vrai complot. C'est celui des Pédagogistes pour détruire l'école.
  • Ils tentent de dominer le monde ?
  • Non, ils le dominent déjà ! Le monde de l'éducation ! Ils dominent l'OCDE, le ministère, plusieurs syndicats, des associations, les espe, les IPR …Et ainsi, ça fait des décennies qu'ils détruisent le savoir"
  • "Alors qu'est-ce qu'il t'a dit le prof ?
  • II a essayé de m'embrouiller avec une histoire de complot qui ne tient pas la route. Ça doit être un illuminati."

Géraldine Duboz.
Demain, c'est Ostiane Mathon qui sera de service.

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

Nos offres spéciales

Nos formules d'abonnements

Categorías: Educación, Universidade

Tried and tested: how schools can learn lessons from evidence-based research

Guardian Unlimited: Education - Mér, 23/04/2014 - 18:00
Whether sharing research with peers or turning one classroom into an ideas testbed, evidence-based teaching can transform education. From journal reading groups to in-house trials, we round up the advice from our recent live chat Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Why Scottish universities must remain neutral in the independence debate

Guardian Unlimited: Education - Mér, 23/04/2014 - 17:48
Five universities pulled out of the CBI after it backed the No campaign. The VC of Robert Gordon University considers the row Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Are drugs the answer to learning languages?

Guardian Unlimited: Education - Mér, 23/04/2014 - 16:32

Come along to our live debate for free on the evening of 10 July, London

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

N° 513 Quelle éducation laïque à la morale ?

Cahiers Pédagogiques - Mér, 23/04/2014 - 14:20

Le dernier dossier des Cahiers pédagogiques dessine les formes que pourront prendre bientôt l'éducation laïque à la morale. Les coordonnateur, Élisabeth Bussienne et Michel Tozzi, nous parlent de ce travail et de ce qu'ils amènent à découvrir.


Quelles ont été vos surprises en réalisant ce dossier ?

Élisabeth Bussienne : A quel point ça intéresse, si on en juge par le nombre de propositions d'articles que nous avons reçues (nous n'avons pas pu donner suite à toutes) ou les réactions des collègues à qui j'en parlais : l'enseignement laïque de la morale n'est donc pas perçu comme une nouvelle lubie ministérielle, mais bien comme quelque chose d'utile, même si les raisons de ce jugement ne sont pas les mêmes chez tous les collègues.

Michel Tozzi : La diversité des positions sur l'éducation laïque à la morale : il y a par exemple ceux qui pensent que ce n'est pas le rôle de l'école (Vincent Lorius soutenant le point de vue de Ruwen Ogien), ceux qui la tirent vers l'éducation à la citoyenneté (Jean-Pierre Obin), ceux qui insistent sur la raison, ceux qui insistent sur la sensibilité (Monique Desault).

Est-ce que les articles recueillis ont fait évoluer votre vision de ce que pourrait être l'éducation laïque à la morale ?

É. B. : Je pense que je sous-estimais la place que mérite la sensibilité dans une telle éducation. Surtout, les articles recueillis relancent ma réflexion sur la place de l'équipe, la coordination des diverses interventions (dans les disciplines ou plus liées à la vie dans l'établissement) en vue d'une complémentarité. Ce sera plus facile en primaire, mais dans le second degré, il faudra éviter la juxtaposition sans lien de ce qui peut se faire dans le cadre des disciplines « classiques », de la vie de classe, ou lors d'un horaire dédié à ce nouvel enseignement. Cela risque de ne pas être simple, d'autant plus qu'il y a diverses conceptions de ce que peut être « enseigner la morale ».

M. T. : J'ai pris conscience de deux choses : d'abord que si cette éducation peut se faire notamment dans le cadre d'un cours particulier au primaire, elle doit irriguer tout l'enseignement, que ce soit dans les différentes disciplines ou la vie scolaire. Ensuite que certaines pédagogies actives et responsabilisantes peuvent y contribuer davantage que d'autres plus impositives. Car les valeurs doivent d'abord se vivre, pour en éprouver le bien-fondé éthique, et ne pas se contenter de discours moralisateurs, souvent inefficaces, et parfois hypocrites.

Pourriez-vous nous choisir une phrase du dossier, pour vous marquante ?

É. B. : Je pense à ce qu'écrit Manuel Tonolo : « La moralisation commence là où le jugement moral ne s'exerce plus et renonce à une réflexion qui lui ferait percevoir la complexité du monde réel ». On y trouve bien ce que peut être la différence entre un enseignement « troisième république » de la moral tel qu'on l'imagine et qu'il sert à tort ou à raison de repoussoir dans l'imaginaire collectif, avec son objectif de normalisation des comportement, et ce qu'il peut être à notre époque, centré sur le jugement moral qui éclaire les choix d'un être libre dans une société pluraliste.

M. T. : « La capacité à se mettre à la place de l'autre et à éprouver ce qu'il ressent est un préalable au souci d'autrui » (Monique Desault). Cette phrase tempère mon approche française très intellectualiste de l'apprentissage moral par la délibération argumentative…

Michel Tozzi, vous allez bientôt signer un livre sur le sujet. Pouvez-vous nous en parler ?

Il s'intitulera « La morale, ça se discute ! » Tout un programme…
L'idée est que dans une société démocratique qui doit faire face au pluralisme des valeurs, chacun, tout en réglant sa conduite sociale sur des règles communes au vivre ensemble, doit inventer sa vie personnelle et collective, et donc développer son jugement moral pour définir, clarifier et hiérarchiser les valeurs qui lui permettront de s'orienter dans la vie.
L'ouvrage propose donc, pour des enfants de 8-12 ans, des situations concrètes de leur vie qui sont éthiquement problématiques, à partir desquelles ils sont amenés à discuter entre eux de leurs positions différentes, pour savoir que penser et que faire. On reconnaitra là mes options concernant le développement d'une réflexion philosophique avec les enfants et les adolescents.
L'ouvrage paraitra à la rentrée chez Albin Michel.

Sur la librairie

Quelle éducation laïque à la morale ?
Que s'agit-il d'enseigner, pour ce qui ne peut se réduire à une discipline scolaire ? Dans quel objectif, entre pacification des relations et formation du jugement moral ? Qui pour le faire, dans quel cadre ? Bien des questions, et ce dossier ose dès maintenant des réponses, dans la conviction que nous touchons là à un rôle fondamental de l'école.

Categorías: Educación, Universidade

Gilles Ménage , Dissertation sur les sonnets pour la belle matineuse (G. Peureux, éd.)

Fabula - Mér, 23/04/2014 - 13:48
Gilles Ménage, Dissertation sur les sonnets pour la belle matineuse Edition de Guillaume PeureuxParis : Hermann, coll. "Bibliothèque des littératures classiques", 2014EAN 9782705688608104 p. Prix 16EURPrix de souscription (15 €) proposé jusqu'au 22/05/2014, voir le site de l'éditeurPrésentation de l'éditeur : Cette dissertation composée en 1652 par l’un des meilleurs spécialistes de poésie au XVII e siècle en France se trouve au coeur de débats alors essentiels sur la traduction, l’écriture poétique, l’invention lyrique. Elle permet de saisir, à travers ce qu’elle révèle d’un mode de lecture particulièrement érudit, dans un renouvellement du commentaire malherbien, des manières de faire de la poésie, de la concevoir, au cœur du Grand Siècle et au moment où la poétique réglée des savants va céder le pas au goût éclairé des honnêtes gens.Sa situation historique dit son enjeu, en plein essor de la préciosité, au moment où s’élabore l’idéal galant, dans un contexte mêlé dont Ménage, helléniste distingué (il sera le Vadius des Femmes savantes ) mais reçu comme un oracle dans les salons et les cercles mondains les plus ennemis du pédantisme, incarne la complexité et la riche ambiguïté. Son propos éclaire d’un jour insolite et profond les soubassements, les visées et les défis secrets de la création littéraire à l’aube du classicisme français.Biographie de l'auteur : Guillaume Peureux est professeur à l’Université de Paris X-Nanterre. Il est spécialiste de l’histoire de la poésie française au XVII e siècle. Il travaille actuellement à un projet sur les pratiques du commentaire de poésie à cette époque.
Categorías: Universidade

La Renaissance à Rouen : l’essor artistique et culturel dans la Normandie des décennies 1480-1530

Fabula - Mér, 23/04/2014 - 13:43
La Renaissance à Rouen : l’essor artistique et culturel dans la Normandie des décennies 1480-1530CÉRÉdI , Université de Rouen, 18 et 19 juin 2015L'année 1515 est traditionnellement retenue pour symboliser l'essor de la Renaissance en France et marquer une rupture entre le règne de François I er , «roi-chevalier» victorieux à Marignan, prince bâtisseur et protecteur des Arts et des Lettres, et celui de Louis XII rejeté dans le Moyen Âge. Qu'en fut-il à Rouen, l'une des principales villes du royaume de France avec Paris et Lyon? Dans cette ville riche d'une imprimerie active depuis 1485, qui organise un concours de poésie palinodique réputé depuis 1486 [1] et a bénéficié de l'influence de la Renaissance italienne sous l'impulsion du cardinal Georges I er d'Amboise [2] dans les domaines de l'architecture (château de Gaillon, archevêché de Rouen, château de Vigny) [3] , de la peinture (on pense notamment aux œuvres d’Andrea Solario), de la sculpture et de l'enluminure [4] dès la première décennie du XVI e siècle, quelles ruptures et quelles continuités observe-t-on durant les débuts du règne de François I er ?Il sera utile pour répondre à cette question de prolonger les recherches sur la poésie palinodique à Rouen [5] , qui ont contribué à la réévaluation de la production des Grands Rhétoriqueurs [6] . Il faudra ainsi retracer le parcours d’auteurs importants, comme le rhétoricien Pierre Fabri, plus connu pour son Grant et vray art de pleine rhétorique publié à Rouen en 1521 que pour Le Defensore de la conception (1514), ou Jacques Le Lieur, notable, mécène et poète palinodique, plusieurs fois élu prince du Puy et auteur du célèbre Livre des Fontaines (1525), témoignage historique, architectural, technique et esthétique unique sur une ville de la Renaissance. La production littéraire autour du Puy d’auteurs moins renommés, notamment la poésie palinodique néo-latine, mérite elle aussi de plus amples investigations. L’édition rouennaise, encore peu étudiée pour ce qui concerne les premières décennies du XVI e siècle [7] , nécessite une attention toute particulière, afin de dégager ses spécificités techniques, ses domaines de prédilection et le rôle qu’elle a joué dans la pénétration de l’italianisme en Normandie: on pense notamment aux imprimeurs Pierre Regnault, Pierre Olivier ou Laurent Hostingue qui diffusent l'humanisme italien à Rouen, parfois en collaboration avec des imprimeurs-libraires de Paris et de Caen.Les milieux poétiques rouennais et les réseaux qui s’y sont formés au début de la Renaissance ne sauraient être pleinement mis en lumière sans une étude du rôle joué par les archevêques de Rouen, Georges I er d’Amboise mais aussi Georges II d'Amboise (1488-1550), resté jusqu’à présent dans l’ombre de son oncle, le cardinal-ministre de Louis XII, auquel il succède dans sa charge et dont il poursuit l’activité de mécénat, inaugurée auprès des humanistes italiens et français de Pavie dans les années 1500, parmi lesquels plusieurs poètes néo-latins, comme le Vénitien Bernardino Dardano et les Français Germain de Brie et Antoine Forestier, membres du cénacle qui s’est formé autour de lui et de son cousin Louis d’Amboise. Le rôle des Amboise ne se cantonne pas, on le sait, à la protection des poètes, et il sera utile d’éclairer les parcours et les relations qu’entretiennent les artistes de différentes disciplines, comme le miniaturiste Geoffroy Dumoustier, qui passe du service de Georges II d'Amboise à Gaillon à celui de François I er à Fontainebleau, ou encore le sculpteur Roulland le Roux qui réalise le tombeau des cardinaux d'Amboise. Enfin, l'analyse de l'entrée royale de François I er dans la ville en 1517 [8] , où apparaît une statue équestre sur le modèle italien, permettra de souligner le renouvellement des motifs traditionnels par rapport aux entrées de Charles VIII (1485) [9] et de Louis XII (1508) [10] dans la ville; elle pourra aussi être utilement mise en regard des entrées du roi à Rouen et à Caen en 1532.Le colloque, pluridisciplinaire, se propose ainsi d’accueillir des études sur la littérature française et néo-latine et sur le livre manuscrit et imprimé, tout en s'ouvrant aux recherches sur d'autres domaines artistiques (peinture, enluminure, architecture, sculpture...) et sur les entrées solennelles, pour mettre en évidence les spécificités de l’essor culturel qu’a connu Rouen dans les années 1480-1530.Le CÉRÉdI, équipe organisatrice, espère faire dialoguer fructueusement spécialistes de la littérature, historiens, historiens du livre et historiens de l’art dans ce colloque qui sera complété par des conférences destinées au public.ModalitésLes propositions de communication et/ou de conférence, comprenant un résumé d’une longueur d’environ 300 mots, une bibliographie succincte et une notice précisant l’appartenance institutionnelle et les domaines de recherche, seront adressées à l’équipe organisatrice avant le 30 juin 2014 . Les contributeurs retenus seront informés avant le 15 juillet.Organisation :Sandra Provini, Maître de conférences en littérature française du XVI e siècleCo-organisateurs: Xavier Bonnier, Maître de conférences en littérature française du XVI e siècleGérard Milhe Poutingon, Professeur en langue et stylistique françaises des XVI e et XVII e sièclesContacts: xavier.bonnier[at]univ-rouen.fr, gerard.milhepoutingon[at]univ-rouen.fr, sandra.provini[at]univ-rouen.fr (remplacer [at] par @)[1] Sur le Puy de l’Immaculée Conception, qui excède par son rayonnement les frontières de la Normandie et attire les poètes français les plus réputés (Guillaume Cretin, André de La Vigne, Jean Parmentier, Jean et Clément Marot...), voir Gérard Gros, Le Poète, la Vierge et le prince du Puy. Etude sur les Puys marials de la France du Nord du XIVe siècle à la Renaissance , Paris, 1992;Denis Hüe, La poésie palinodique à Rouen (1486-1550 ), Paris, Champion, 2002; Première poésie française de la Renaissance. Autour des Puys poétiques normands , Actes du Colloque international organisé par le Centre d’études et de Recherche éditer/Interpréter, 30 septembre-2 octobre 1999, réunis par Jean-Claude Arnould et Thierry Mantovani, Paris, Champion, 2003.[2] Georges d’Amboise a fait l’objet de deux colloques à l’occasion du 500 e anniversaire de sa mort en 2010, à Rouen ( Georges d’Amboise, l’homme et son œuvre , 8 et 9 octobre, organisé par Jean-Pierre Chaline, Élisabeth Lalou et Marc Vénard) et à Liège ( Georges Ier d’Amboise, une figure plurielle de la Renaissance , 2 et 3 décembre, organisé par Jonathan Dumont et Laure Fagnart). Les Actes du colloque de Liège ont été publiés aux PUR en 2013. Voir aussi Yves Bottineau-Fuchs, «Georges Ier d'Amboise et les artistes italiens», Les Italiens en Normandie, de l'étranger à l'immigré : Actes du colloque de Cerisy-la-Salle (8-11 octobre 1998 ), sous la direction de Mariella Colin et François Neveux, Cahier des Annales de Normandie n°29, 2000, p. 143-162; Gennaro Toscano, «Le cardinal Georges d’Amboise (1460-1510), collectionneur et bibliophile», Les cardinaux de la Renaissance et la modernité artistique , dir. F. Lemerle, Y. Pauwels, G. Toscano, Lille, 2009, p. 51-88.[3] Voir notamment Elisabeth Chirol, Un premier foyer de la Renaissance en France. Le château de Gaillon , Paris-Rouen, 1952; Flaminia Bardati, L’architettura francese di committenza cardinalizia nella prima metà del Cinquecento: i cardinali protagonisti delle guerre d’Italie , thèse de doctorat Rome/Tours, 2002; Marc H. Smith, «Rouen-Gaillon: témoignages italiens sur la Normandie de Georges d’Amboise», L’architecture de la Renaissance en Normandie. I : Regards sur les chantiers de la Renaissance , Actes du colloque de Cerisy-la-Salle (30 septembre–4 octobre 1998), dir. Bernard Beck, Pierre Bouet, Claire Étienne et Isabelle Lettéron, Caen, Éditions Charles Corlet/Presses universitaires de Caen, 2003, p. 41-58; Etienne Hamon, «Le cardinal Georges d’Amboise et ses architectes», L’Artiste et le clerc. La commande artistique des grands ecclésiastiques à la fin du Moyen Âge (XIVe-XVIe ), Paris, 2006, p. 329-348.[4] Voir Isabelle Delaunay, «Le manuscrit enluminé à Rouen au temps du cardinal Georges d'Amboise : l'œuvre de Robert Boyvin et de Jean Serpin», Annales de Normandie , 45e année, n°3, 1995, p. 211-244.[5] Voir la note 1 ci-dessus.[6] Cette réévaluation a été initiée par les travaux de Paul Zumthor, Le Masque et la Lumière. La poétique des Grands Rhétoriqueurs , Paris, Seuil, 1978; Claude Thiry, «Lecture du texte de ‘‘rhétoriqueur’’», Cahiers d’analyse textuelle , n° 20, Paris, Les Belles Lettres, 1978, p. 85-101; François Cornilliat, «Or ne mens». Couleurs de l’éloge et du blâme chez les «Grands Rhétoriqueurs» , Paris, Champion, 1994.[7] Voir le chapitre préliminaire de l’ouvrage de Jean-Dominique Mellot, intitulé «‘Miettes’ ou ‘créneau’? Le premier siècle de l’édition rouennaise (1485-fin du XVI e siècle)», L’édition rouennaise et ses marchés (vers 1600-vers 1730) , Paris, Ecole des Chartes, 1998, p. 27-36. Voir aussi Alain Girard, «Les incunables rouennais: imprimerie et culture au XVe siècle», Revue française d’histoire du livre , n° 53, oct.-déc. 1986, p. 463-525.[8] Voir Charles de Robillard, L’entrée de François I er , roi de France dans la ville de Rouen au mois d’août 1517: réimprimé d’après deux opuscules rarissimesde l’époque et précédée d’une introduction , Rouen, Henry Boissel, 1867.[9] Voir Charles de Robillard, Entrée de Charles VIII à Rouen en 1485: reproduction fac-similé d’un imprimé du temps, avec introduction et annexes , Rouen, LéonGy, 1902; Joël Blanchard, «Une entrée royale [Charles VIII à Rouen, 14 avr. 1485]», Le Temps de la réflexion , Gallimard, n° 5, 1984, p. 351-374.[10] Voir Pierre Le Verdier, L'entrée du roi Louis XII et de la reine à Rouen, 1508 , Rouen, Léon Gy, 1900.
Categorías: Universidade

C. Talon-Hugon, L'Art victime de l'esthétique

Fabula - Mér, 23/04/2014 - 13:05
Carole TALON-HUGON, L'Art victime de l'esthétiqueHermann, collection "Hermann philosophie", à paraître le 15 mai 2014EAN13 : 9782705688707148 p. - 21 €Prix de souscription (18 €) proposée jusqu'au 15/05/2014, voir le site de l'éditeurPrésentation de l'éditeur : Dans la langue courante comme dans les textes spécialisés, l’adjectif « esthétique » est aujourd’hui volontiers utilisé comme un parfait synonyme d’« artistique », comme si la valeur de l’art tenait tout entière dans la valeur esthétique. Tel est le paradigme esthétique de l’art qui s’est mis en place entre la Renaissance et le XVIII e siècle et a, depuis lors, vectorisé l’histoire des arts en Occident. Or cette assimilation est doublement réductrice : d’une part parce que l’expérience esthétique déborde largement la sphère de l’art, d’autre part parce que la dimension esthétique n’est qu’une des dimensions de l’art. Il s’agit ici de comprendre la généalogie de cette assimilation illicite, d’analyser ses conséquences à la fois dans la création artistique et dans la production théorique qui l’accompagne, et de montrer en quoi elle est à la fois fallacieuse et préjudiciable aux arts.Biographie de l'auteur : Carole Talon-Hugon est Professeur de philosophie à l’Université de Nice Sophia-Antipolis, présidente de la Société Française d’Esthétique et directrice de rédaction de la Nouvelle Revue d’Esthétique .
Categorías: Universidade

Students who gamble their loans away

Guardian Unlimited: Education - Mér, 23/04/2014 - 11:14
'I lost £8,000 in an hour,' says a student gambler. Why are students increasingly drawn to betting? Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

C. Dubeau, La lettre et la mère: roman familial et écriture de la passion chez Suzanne Necker et Germaine de Staël

Fabula - Mér, 23/04/2014 - 10:18
Catherine Dubeau, La lettre et la mère: roman familial et écriture de la passion chez Suzanne Necker et Germaine de StaëlQuébec/Paris : PU Laval /Hermann, Les collections de la République des Lettres, 2013.EAN 9782705687489 (Hermann) 45EUREAN 9782763799148 (PUL) 49$468 pagesPrésentation :Cet essai interroge ce qui, dans le lien mère-fille et dans la représentation qu’en donnent Suzanne Necker (1737-1794) et Germaine de Staël (1766-1817), dirige et travaille leur pratique de l’écriture. Il envisage chez l’une et l’autre auteure le lien ambivalent à la mère comme expérience fondatrice et structurante de la passion, constitutive des motifs littéraires de la colère indomptable, de l’amour contrarié et de la culpabilité mortifère. La lecture conjointe de leurs œuvres (essais, journaux, correspondances et, dans le cas de Germaine de Staël, fictions théâtrales et romanesques) dévoile une relation orageuse, marquée par la rivalité, la culpabilité, le remords, et dont l’expression apparaît indissociable des bouleversements sociopolitiques contemporains : Révolution, Terreur et Empire prêtent leurs emblèmes, tissant des réseaux analogiques entre les économies familiale et politique. Donner la vie et mettre à mort sont ici les faces antithétiques d’une même relation, par laquelle la lettre, tous genres confondus, oscille indéfiniment entre l’ aveu amoureux et la déclaration de guerre.Catherine Dubeau est professeure agrégée au département d'études françaises de l'Université de Waterloo (Ontario, Canada). Ses recherches portent sur les genres narratifs et intimes dans la France du XVIII e siècle, sur l'écriture du roman familial, sur la psychanalyse littéraire et la sociologie de la littérature. Elle prépare une édition critique des Mélanges (1798) et des Nouveaux mélanges (1801) de Suzanne Necker.Table des matièresIntroductionChapitre I - Le regard de Psyché Psychanalyse et littérature : quelle(s) alliance(s) possible(s) ?Du roman familial au fémininPREMIÈRE PARTIE - Suzanne NeckerÉcrire entre mère et monde : culpabilité et sociabilité dans les Mélanges et les Nouveaux mélangesChapitre II - Journal et culpabilité : vaincre l’ennemi intérieurDe l’examen de soi antique au journal intimeAux sources de l’écriture : deuil et culpabilitéJournal et comptes morauxSurveillance et introspection : du Spectator au Spectateur intérieurStoïcisme, calvinisme et passionsHumeur et colèreTourments et faillite de l’idéal : Ixion et ScyllaConclusionChapitre III - L’épreuve du salon ou le monde comme performanceAux sources de la politesseVertus et dérives de la sociabilitéMadame Necker : d’une intégration parisienneMondanité et religionL’art de la réception : règles et étiquetteEsprit et conversationLe corps mondainSalon et rivalité familiale : Suzanne Necker et Germaine de StaëlConclusionDEUXIÈME PARTIE - Suzanne Necker & Germaine NeckerLa mère, la jeune fille et la mort : le corps de la passionChapitre IV« C’est ainsi que l’on meurt et qu’on donne la vie » : les périls de la maternitéLumières et maternitéSuzanne Necker : la maternité désenchantée« …non pour lui donner le goût des lettres mais la faculté de l’attention »« Ce n’est rien… absolument rien à côté de ce que je voulais en faire »Germaine Necker : père, passion et écriture, du Journal au double portrait de Necker (1785)« …je me sens tout entière ébranlée, bouleversée à l’instant où je vous quitte »Hymen et fiction : Mirza, Adélaïde et PaulineConclusionChapitre VDe l’écriture comme duel : les Réflexions sur le divorce et De l’influence des passionsGenèse et destin des Réflexions sur le divorcePour une défense de l’indissolubilité du mariageD’un divorce à l’autre : mère contre filleDe l’influence des passions : écrire au chevet de la mèreLe moi passionné et la « scène judiciaire » de l’essai moralDe la famille comme école des passions« De l’amour » : point névralgique du traité des passionsLa mère, « objet perdu » du traité des passions ?ConclusionChapitre VIDe la morale maternelle à l’imagination staëlienne : la fiction salvatrice« Des ressources qu’on trouve en soi » : philosophie, étude, bienfaisancePitié, morale et passion : les voies de la fiction ou l’imagination secourable« Cet écrit qui, plus que tout autre, appartient à mon âme » : Zulma ou la lettre sauvageConclusionTROISIÈME PARTIE - Germaine de StaëlFictions et réminiscences maternelles : le corps de l’oeuvre Au bord du gouffreSophie ou les sentimens secrets : le prix du savoir, le coût du désirJane Gray : la grâce décapitéeDelphine : dette filiale et quittance romanesque De l’origine des inégalités : Matilde de Vernon et Delphine d’Albémar Du don et de la place Sophie de Vernon : le non de la mère Le temps des despotes : pouvoirs maternel, mondain et national Terreur(s) : les deux dénouements de DelphineAgar : de désirs en désertCorinne ou l’Italie : diviser pour régner, pérennité de l’empire maternel De Rome au Northumberland : l’amour maternel perdu Corinne et Oswald : de la gloire et de sa rançon Du gouvernement individuel et national des passions : l’écueil du despotisme De Venise au Northumberland : l’amour perdu La Passion de CorinneLa Sunamite : de l’emprise maternelle à la « génération des pères, génération protectrice »Sapho : la mort en mèreConclusionAnnexesChronologieBibliographieIndex
Categorías: Universidade
Distribuir contido