Universidade

n

Italia: Atenei in rivolta - fai 3 horas 31 min
n/d
Categorías: Universidade

Genealogies of sympathy in texts

Fabula - fai 3 horas 32 min
MLA, Austin Subject(s) matter: genealogies of sympathy in texts The painful current events involving the deaths of a number of African American people shookthe United States and triggered the hashtag #BlackLivesMatter. This recognition of the other’slife as worthy has a history that manifested itself in particular through texts. Whether written,visual or oral, these texts represent and express the systemic power relations at play in thecreation of selfhood and alterity. How is the subjectivity of the other represented, acknowledgedand regulated by the textual support? What are the textual techniques that are used to create orproduce empathy? Of special interest are texts that exemplify the identification between thereader and the fictive character’s hardship and suffering, through constructed barriers of gender,class, race and place. The presentations should not exceed 15 minutes.We encourage graduate students from all literary traditions to submit an abstract. Grad experiences: past, present, future We seek interventions for a roundtable on grad experiences. As the Association of AmericanColleges and Universities (AAC&U) celebrated its centennial in January 2015, the Chronicle ofHigher Education published a piece on a very significant event in the history of liberal educationtitled “The Day the Purpose of College Changed.” It took a speech by the newly electedRepublican governor Ronald Reagan questioning the usefulness of “intellectual curiosity” that hequalified as “luxury” to change the lives of students all over the US forever. “After February 28,1967, the main reason to go was to get a job.” As for graduate students, their experiences and theway they apprehend college education today are drastically different from the way they did in thepast. The challenges they face with the current state of the job market and budget cuts make thefuture even more uncertain. This panel will explore the future of graduate students in the jobmarket and investigate the value of “intellectual curiosity”. From hope that reforms will helpimprove the market to considering alt-ac jobs, what are the best and the most realistic options forcurrent graduate students? Possible topics include Alt-Ac careers, being a graduate student after retirement, considerationson the job market, Unions and Adjuncts… The Graduate Student Caucus, an affiliate organization of the MLA, invites proposals for papers to be presented at the 2016 MLA annual convention (Austin, TX, January 7-10, 2016). Please send abstracts of up to 250 words to gradstudentcaucus@gmail.com by February 25, 2015.
Categorías: Universidade

A. Reverseau, Le Sens de la vue.​Le regard photographique de la poésie moderniste

Fabula - fai 3 horas 56 min
AnneReverseau Le Sens de la vue.​Le regard photographique de la poésie moderniste Paris: PUPS, 2015 450 p. EAN 9782840509509 35 EUR Présentation de l'éditeur: En quoi la révolution photographique a-t-elle aussi touché les poètes? Procédant tantôt par analyses détaillées, tantôt par survol panoramique, Le Sens de la vue présente un vaste corpus pour retracer le cheminement tortueux des imaginaires de la photographie chez les poètes de l’époque moderniste. Les relations entre littérature et photographie entre 1900 et 1930 y sont présentées dans toute leur complexité: du plus concret – prise de vue, développement et tirage, collections, mise en scène de soi, insertions dans les publications – au plus abstrait – références variées et imaginaires de la photographie dans les textes poétiques. L’enquête montre une transformation, dans les premières décennies du siècle, du regard poétique et du rapport au visuel: la description se radicalise et évolue vers le modèle de la carte postale jouant sur des effets de vécu et de présence. Grâce à la photographie, les avant-gardes historiques et le modernisme apparaissent sous un jour nouveau. Des textes rares ou peu commentés d’Apollinaire, Mac Orlan, Fargue, Reverdy, Segalen, Roussel, Morand, Cendrars, Albert-Birot et Larbaud sont convoqués de concert avec de nombreuses revues et anthologies. Tout en donnant une place centrale dans la réflexion à une abondante iconographie, l’ouvrage revisite l’histoire littéraire et porte un nouveau regard sur les avant-gardes, en continuité avec une histoire poétique plus large. Par le biais de l’histoire de la photographie vernaculaire et du rapport privilégié qu’ont les poètes au visuel, cet ouvrage apporte une pierre importante à l’étude du modernisme poétique en France. SOMMAIRE Introduction 1. Le regard photographique(problèmes et hypothèses). 2. A. Une reconfiguration de l’histoire littéraire: la question du modernisme (remarques historiques) – B.Littérature/photographie: quels croisements? (remarques théoriques) – C. Littérature et photographie: texte/image ou visual studies ? (remarques méthodologiques). 3.Présentation des poètes, des textes et des revues Chapitre 1. Fabriquer, regarder et manipuler: pratiques et usages des poètes 1. Les poètes photographes : diversité des pratiques Quelques écrivains amateurs de photographie: Fargue, Mac Orlan, Albert-Birot, Segalen, Roussel. – Pratiques collectives et pratiques ludiques de la photographie 2. Les poètes et la photographie : usages de la photographie Les écrivains collectionneurs d’images photographiques: la photographie comme objet. – . La mise en scène de soi par la photographie: un usage singulier et collectif. – Publications de la photographie: usages iconographiques Chapitre 2. Penser et rêver: imaginaires de la photographie 1. La photographie, une certaine idée du réel Imaginaires de la preuve: indicialité photographique. – Imaginaires documentaires: statut, style et posture. – Imaginaires offensifs: la photographie comme cheval de Troie 2. La photographie, des imaginaires en tension Tensions temporelles. – La photographie entre l’ici et l’ailleurs. – La photographie entre la science et la magie. – Le surréalisme au cœur des tensions de la photographie Chapitre 3. Reconfigurer le visuel: effets photographiques 1. Radicalisation de la description L’heure de gloire de la poésie-images . – Poème carte postale : un dispositif descriptif? . – «La Vue» et la mimesis photographique 2. L’horizon déictique Au-delà de la représentation : de la mimesis à la deixis. – L’effet de vécu . – Posture de l’enregistreur 3. Une poésie du regard ? Dispositifs optiques. – Le «récit-vision». – Poèmes du regard Chapitre 4. Définir la modernité: un regard photographique 1. Photographie et esthétique des avant-gardes: de la modernité au modernisme La conscience d’une poésie en train de se faire. – Le modernisme vu par lui-même: trois exemples 2. Modèle photographique et modèle cinématographique dans l’esthétique moderniste La photographie comme modèle poétique. – Le brouillage des modèles poétiques. – Un regard documentaire unifié 3. Le modernisme poétique par la photographie même L’ancrage dans le présent. – L’intérêt pour le visible. – L’attention au medium Conclusion Le modernisme poétique, un réalisme indiciel? (conclusion historique) . – L’image, un incipit poétique? (conclusion théorique) . – La photographie à la croisée des chemins (conclusion méthodologique et ouverture vers le contemporain)
Categorías: Universidade

Reject Labour’s “feeble” £6k fees pledge – we need free education

No To 6K Fees: We Want Free Education!

Contact: 07989 235 178, 020 7679 7219, 07749263622, 07891714146
Today, the Labour Party has announced its flagship policy for education funding: a cut to tuition fees from £9,000 to £6,000, funded by cutting the tax credit of wealthy pensioners.

This move, though far from enough, is the result of years of pressure and protest. Since 2010, students have protested in unprecedented numbers, with localised days of action drawing in excess of 100,000 attendees, and national demonstrations against fees, cuts and privatisation continuing throughout the current government.

In November 2014, NCAFC led the organisation of a national demonstration for free education, which saw another 10,000 take to the streets and signalling a new generation of student activism. We have also seen an unprecedented number of student occupations and rise in campus radicalism as a rebuttal to draconian repression from universities.

Beth Redmond, a member of NCAFC’s national committee and a student at City and Islington College, said: “It is clear that the unpopularity of fees, and the willingness of students to mobilise in numbers, is having an effect. But as a policy, Labour’s announcement is feeble, and misses the point of everything that we and other student campaigners have said for the past few years.

“Dropping fees by £3,000 is a token gesture. In order to make education an accessible public service, we need it to be funded publicly – that means free education, and there is plenty of money to pay for it, but it’s in the hands of big businesses and the wealthy. We should be taking money from people on the basis of how much they’ve earnt, not on the basis of being slightly wealthier and older.”

Hattie Craig, Birmingham Defend Education and the NCAFC national committee, said: “Putting fees down to £6,000 will do nothing to reverse the rise of consumerism in education; it will do nothing to challenge the market, or end the inequality and exploitation that is wrecking the higher education sector; and it will do very little to change a system which leaves students with tens of thousands of pounds of debt. Labour claims it wants to introduce a graduate tax in the medium term, but that doesn’t really solve these issues either.”

“When the average student will pay back just about enough to make it seem that they had borrowed six thousand pounds a year for fees, it looks like Labour are stoppering the education funding black hole rather than holding the interests of students at heart. We will continue to fight for truly free education, and we are protesting at the home seat of Liam Byrne, Shadow HE Minister, on March 28.”

Categorías: Universidade

Call for schools to have a more active role in teaching character and morality

Guardian Unlimited: Education - fai 8 horas 16 min

Birmingham University study finds more than half of children surveyed failed to identify good judgments when responding to moral dilemmas

School-age children who attend church, do charity work or sing in choirs are likely to display more sophisticated moral judgments than their peers who play sport, according to a large-scale national survey conducted by Birmingham University.

The survey of 10,000 pupils aged 14 and 15 in secondary schools across the UK found that more than half failed to identify what researchers described as good judgments when responding to a series of moral dilemmas, leading researchers to call for schools to have a more active role in teaching character and morality.

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Exam culture hinders pupils' character development – weekly news review

Guardian Unlimited: Education - fai 8 horas 17 min

A new report raises concerns that teachers do not have the time or tools to teach moral values, Wales’ new curriculum and how classrooms affect learning

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

We’re losing the physical touch from our lives – and it’s changing us

Guardian Unlimited: Education - fai 9 horas 18 min
From credit cards to cameras, ‘tap and swipe’ technology is taking us further from the natural world. But we needn’t be Luddite Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Labour’s tuition fee pledge gets warm welcome from future students

Guardian Unlimited: Education - fai 14 horas 35 min

A-level pupils say party’s proposal to cut fees to £6,000 eases their fears over burden of debt

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Labour would cut top level of university tuition fees to £6,000

Guardian Unlimited: Education - fai 15 horas 16 min

Ed Miliband pledges to lower fees from £9,000 by curtailing pension tax reliefs if Labour is elected, arguing current system of student finance is broken

Ed Miliband is pledging to fund a planned cut in the maximum level of university tuition fees from £9,000 to £6,000 by potentially raising £2bn a year through the curtailing of pension tax reliefs if Labour comes to power.

Ending months of internal debate, Miliband and the shadow chancellor Ed Balls will say the current student finance system is broken, leaving graduates with an average £44,000 of crippling debt.

Related: What is the price of tuition fees? A generation’s potential and creativity | Zoe Williams

Related: The Guardian view on tuition fees: Labour may pay the price | Editorial

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Office for Fair Access Reveals Working Class Worst Off Under 9k Fees.

A report published by the Office for Fair Access (Offa), an independent public body that regulates the accessibility of higher education in the UK, recently revealed that only 3.2% of working-class youngsters are admitted into leading universities. The offspring of the richest individuals, on the other hand, are 6.8 times more likely to procure places at the most prestigious institutions and advance on to post-graduate study and into professional careers. With devastating cuts to education funding, £9,000 tuition fees and student debt at an all time high, it comes as no surprise that students from low income backgrounds are 2.5 times less likely to progress onto higher education at all in comparison to their privileged counterparts.

The director of Offa, Prof Les Ebdon, stated that “the biggest challenge for highly selective universities is to reduce the participation gap, the challenge for many other universities is to improve outcomes for students from disadvantaged backgrounds”. Top universities are therefore not only failing to enrol students from a wider socio-economic pool but also failing to support, retain and cultivate the potential of working class and BME students who arrive at their doors with high tariff points . Extensive research has demonstrated huge disparities between the attainment levels of students from high and low income backgrounds, with the latter more likely on average to struggle with the financial burden, receive lower grades or drop-out of university.

Black students in particular feel marginalised and “condemned to fail” in the institutional environment. According to the Department for Education and Skills, Black students are statistically far less likely to fulfil their learning potential , graduate with a 2:1 or first class degree and find equal employment opportunities after higher education than their white peers of equal ability. Likewise, although women tend to outperform men at university, they are under-represented in post-graduate study and alongside Black students, have significantly less earning levels after graduating than their white male colleagues.

National Campaign Against Fees and Cuts’ Black Rep, Sarah Dagha, said: “There are multiple factors that explain the Office for Fair Access’ findings and that contribute to the BME attainment gap. Tuition fees are unaffordable and degrees are full of hidden university costs. This creates an immediate financial barrier to higher education for students from poorer socio-economic backgrounds who are disproportionately Black and Ethnic minorities. Black students often feel isolated and alienated by Eurocentric curriculums that overlook the vast contributions of Black academics and silence Black perspectives. When the implicit racial bias inherent to non-anonymous marking systems and the institutional and personal racism faced by students on campus are also taken into account, it is unsurprising that Black students don’t perform as well as their white counterparts. As a Black woman studying Politics and Philosophy and hoping to progress to post-graduate study, I was shocked to find out that men dominate 71.2% of my chosen field, that there are zero Black Philosophy professors in the UK and that only 0.4% of the total number of Professors are actually Black. ”

Peter Brant, the head of policy at the Social Mobility and Child Poverty Commission, however, sparked outrage earlier this year when he suggested that some of these challenges could be tackled if poorer students learned to emulate middle-class culture before applying to university. This reductionist, Hyacinth Bucket approach to tackling the poverty gap in education was met by harsh criticism from other NCAFC members.

Minesh Parekh, Free University of Sheffield and NCAFC NC responded with:
“The notion that you should just fake it until you make it into the bourgeoisie would be laughable if it had not come from the supposed expert responsible for advising the current government on policies that have real-life dangerous implications for millions of people in the UK. The results of the latest Offa report on economic barriers to education show the devastating results that the Coalition government’s ideologically driven austerity cuts have had on young people. With Education Maintenance Allowance for FE college students slashed by 60 per cent and tuition fees raised so high, it is no wonder that only 3.2% of students from low income backgrounds have access to top institutions. This is unacceptable. Education should be free and accessible to all”

OFFA’s conclusions add to the mounting evidence that the Coalition government’s elitist and draconian austerity measures are failing UK students and will no doubt galvanise the growing student movement and its demand for free and fair education.

Categorías: Universidade

One Change competition: pick your winner

Guardian Unlimited: Education - Xov, 26/02/2015 - 18:18

Students told us about the one change they’ll be making this year – now we’re asking you to judge the entries and vote for your favourite photo

Vote for your favourite entry in our One Change Instagram competition: those who took part let us know what one change they want to make this year, using a photograph and a caption on Instagram.

Entrants were asked to upload a photo of themselves with an object illustrating the theme, and add a a caption of up to 100 words explaining their pledge. Their entry could be deeply serious or quite light-hearted, but it had to be original and thought-provoking.

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

A. Buchs & A. Lüthi (dir.), Présences de Pierre Chappuis

Fabula - Xov, 26/02/2015 - 17:44
Arnaud Buchs et ArianeLüthi (dir.) Présences de Pierre Chappuis Paris: Orizons, 2014 126 pages /15,5 x 24 cm ISBN : 9782336298801 12,00€ Présentation de l'éditeur: L’œuvre de Pierre Chappuis est exigeante, dense, et d’une remarquable cohérence. Elle est traversée par une double interrogation ; celle du monde tout d’abord, celle d’une altérité que le poète cherche à saisir dans toute sa profondeur. Mais ce questionnement du monde est inséparable d’une remise en cause inlassable du langage. L’écriture est ainsi, chez Pierre Chappuis, interrogation du monde tel qu’il se donne à nous dans la réalité du langage. L’écriture est ainsi, chez Pierre Chappuis, interrogation du monde tel qu’il se donne à nous dans la réalité du langage. Les études ici réunies visent précisément à mettre en lumière quelques-unes des formes exploitées par l’écrivain pour répondre au surgissement du monde. La poésie bien sûr, mais aussi la prose, la note, la correspondance seront tour à tour abordées, afin de restituer à l’écriture de Pierre Chappuis toute sa diversité : il s’agira de suivre une pensée sans jamais la figer dans sa dynamique. Ce volume, fruit d’une journée d’études organisée à Lausanne en 2013, est le premier du genre consacré à Pierre Chappuis. Docteur ès lettres de l’Université de Zurich, Ariane Lüthi enseigne le français à Bâle. Ses recherches actuelles portent sur les petites formes réflexives de Joubert à nos jours ainsi que sur la traduction littéraire et les correspondances des arts. Arnaud Buchs enseigne la langue et la littérature françaises à l’Université de Lausanne. Spécialiste de l’oeuvre d’Yves Bonnefoy et de Diderot, il a consacré de nombreuses études à la poésie contemporaine et à l’esthétique de la Modernité. Il a dirigé un numéro spécial consacré à Pierre Chappuis (RBLn° 3-4/2004).
Categorías: Universidade

Les religieuses et le livre: lecture, écriture et représentations / Women of the Book: Reading, Writing and Representing Women Religious (Vancouver)

Fabula - Xov, 26/02/2015 - 17:23
SCEDHS 2015 – Vancouver 14-17 octobre 2015 Appel à communications Les religieuses et le livre: lecture, écriture et représentations Cette session thématique se propose de réfléchir sur les liens multiples entre les religieuses et le livre dès la fin du XVII e siècle jusqu’au début du XIX e siècle (1660-1830). Qu’elles soient cloîtrées, missionnaires ou abbesses, les religieuses écrivent ; elles rédigent leurs mémoires, des traités multiples, entretiennent divers rapports épistolaires, et s’adressent aux différentes autorités. Lorsqu’elles proviennent d’une classe sociale aisée, les religieuses sont généralement lettrées et ont accès, par le fait même, à la bibliothèque du couvent. Ces liens que les religieuses entretiennent avec la lecture et l’écriture ne sont pas sans poser de questions. Malgré les règlements propres aux institutions religieuses et les nombreux décrets instaurés depuis le Concile de Trente (1545-1563), le couvent est perméable au monde extérieur. De ce fait, le livre s’avère être l’un des facteurs de corrosion et de porosité du mur séparant le cloître et le monde extérieur. Existe-t-il des conséquences à cette perméabilité quant aux possibilités de lecture et d’écriture des religieuses ? Que lisent-elles, qu’écrivent-elles et quelles en sont les modalités ? Enfin, dans un rapport aux œuvres de fiction, un imaginaire social est révélé par la mise en discours des religieuses. Objet d’écrits, la moniale devient protagoniste de romans, d’historiettes et de pièces de théâtre diffusant un message tantôt antimonacal, tantôt apologétique. Le but de cette session thématique est de tenter de saisir les différentes fonctions du livre à la fois dans l’univers de la religieuse à l’intérieur du cloître et dans celui créé/recréé au sujet des religieuses à l’extérieur des murs conventuels. Les contributions pourraient porter sur les thématiques suivantes: - Les religieuses-auteures et leurs lecteurs - L’écriture : une source d’autonomie et/ou de pouvoir pour les religieuses ? - La réception des écrits de religieuses - Les études de cas portant sur des figures de religieuses au travers d’écrits de fiction ou d’autobiographies - Les pratiques d’écriture et/ou de lecture chez les religieuses - Les religieuses lectrices: une menace ? - L’accès des religieuses à la culture - Les représentations iconographiques des religieuses - La circulation de livres clandestins dans les couvents - L’écriture comme forme de résistance Les communications pourront être issues de divers domaines comme la littérature, le cinéma, la philosophie, la religion, l’histoire, les études féminines et de genre etc. Veuillez s’il vous plaît envoyer votre proposition de communication (300 mots) à csecs@sfu.ca avant le 31 mars 2015 . Prière d’indiquer aussi le nom du panel: Les religieuses et le livre: lecture, écriture et représentations. *************************************************************************************** CSECS 2015 – Vancouver October 14-17,2015 Call for Papers Women of the Book: Reading, Writing and Representing Women Religious This panel aims to reflect on the various links between women religious and books, from the late 17 th century until the beginning of the 19 th century (1660-1830). Whether cloistered, missionaries or abbesses, women religious wrote; they composed their memoirs, diverse treaties, maintained various correspondences, and addressed the different authorities. Those raised in affluent families were generally literate and enjoyed access to the convent library. The deep connection between women of the Book and books themselves should not be left unexamined. Despite the rules of each religious institution and the numerous decrees imposed by the Council of Trent (1545-1563), the convent remains permeable to the outside world. Consequently, the book reveals itself to be one of the contributing factors in the porosity and metaphorical corrosion of the cloister walls. How does this permeability affect women’s possibilities regarding reading and writing? What do they read, what do they write and under what conditions? Finally, how are these cloistered women depicted in the fervent imagination of a society enthralled with fiction? Indeed, the subject of fictional musings, the nun now becomes the protagonist of novels, short stories and plays, delivering either messages against cenobites or apologetic ones. The purpose of this panel is to try to capture the different functions of the book, within both the cloistered world of women religious and the literary world, which dared to re-imagine them on the other side of conventual walls. Possible contribution topics include, but are not limited: - Women religious authors and their readers - Writing: a source of autonomy and/or power for women religious - The reception of the writings of women religious - Case studies on the figure of women religious in fiction and autobiographies - The practices of writing and/or reading of women religious - Women religious as readers: a threat? - Women religious’ access to culture - Iconographic representations of women religious - The clandestine circulation of books in convents - Writing as a form of resistance We welcome papers from areas such as literature, cinema, philosophy, religion, history, gender and women’s studies, etc. Please email your proposal (300 words) to csecs@sfu.ca before March 31 st , 2015 . Please clearly indicate the panel title: Women of the Book: Reading, Writing and Representing Women Religious.
Categorías: Universidade

Doletiana , n° 5-6 : "Traduction et Interartialité"

Fabula - Xov, 26/02/2015 - 17:20
Doletiana 5-6 Traduction et interartialité Le numéro double 5-6 de la revue Doletiana sera consacré à un questionnement portant sur les multiples interactions développées au fil du temps entre les arts, aussi bien traditionnels (architecture, musique, littérature, danse, peinture, sculpture), que plus récents (photographie, cinéma, télévision). Le processus de traduction , compris dans une acception large, en termes de passage d’un art à un autre, mais aussi comme médiation et reprise, sera au centre de ce questionnement. L’idée directrice de ce rapprochement conceptuel entre l’acte de traduire et l‘acte de transfert artial trouve son point de départ dans un mot-clé commun aux deux, plus spécifiquement la relation. Tout d’abord, on se souvient que, selon Ricœur (1997), la traduction suppose une relation entre deux partenaires: l’étranger (terme générique couvrant l’œuvre, l’auteur et sa langue), et le lecteur destinataire, par le biais du traducteur, c’est-à-dire celui qui transmet et qui «fait passer le message». Par analogie, on considère que tout transfert entre une œuvre d’art et une autre, relevant d’un même art ou bien d’un art différent, passe par la traduction . On retrouve la relation au centre de la définition de l’interartialité, terme générique désignant les relations entre les arts (Moser, 2007). Cette coïncidence terminologique nous incite à rapprocher les deux concepts afin de les faire travailler ensemble à partir d’analyses de productions artistiques variées : des tableaux mis en musique, des romans adaptés au cinéma, des sculptures transposées en littérature, des danses exprimées en peinture, des architectures devenues photographies, ainsi que des objets simultanés, tels que les robes-poèmes ou les poèmes-peints, parmi d’autres déclinaisons interartielles. De manière explicite ou implicite, directe ou (re)médiatisée, pouvant aller jusqu’à un vertige baroque d‘entrelacements entre plusieurs arts, ces traductions se manifestent depuis toujours et dans toutes les cultures. En réfléchissant sur ces phénomènes et pratiques translatifs au sein des arts, une série de questions s’imposent. Est-ce qu’une œuvre d’art - tableau, roman, opéra, etc. -, par sa nature, est traduisible dans une œuvre relevant d’un autre art ? Y a-t-il des résistances manifestées par un art devant sa traduction dans un autre art, par rapport à son devenir quelque chose d’autre, quelque chose de différant ? Comment un produit artistique est-il mis à l’épreuve dans le processus de transfert dans un autre art? Qu’est qu’on sauvegarde, qu’est-ce qu’on perd et qu’est-ce qu’on gagne dans le processus de translatio interartial ? Quelles «mutations de matière» (Eco, 2003) un art subit-il dans son passage à un autre art ? Quelles relations s’établissent entre des œuvres issues d’arts différents au moment où elles sont convoquées dans un même espace, de dialogue ou de confrontation ? Et, dans ce contexte, quels seraient le rôle et la «tâche» de l’auteur-traducteur ? En paraphrasant encore Ricœur, et en extrapolant au domaine artistique, on pourrait se demander s’il y a des arts plus hospitaliers que d’autres, qui manifestent généreusement ce «plaisir de recevoir chez soi» (1997), tel l'accueil d'une altérité, ou une “hospitalité du lointain”, si nous empruntons la formulation d’Antoine Berman(1985). Enfin, pourrait-on mettre en relation cette «hospitalité» avec le concept de l’œuvre d’art totale, qui hante plusieurs manifestations artiales, depuis le théâtre antique, en passant par l’opéra, jusqu’au cinéma et au-delà ? Voici quelques questions auxquelles les contributions à ce numéro de la revue Doletiana sont invitées à répondre. Traduction intersémiotique, interartialité, intermédialité, adaptation, transmutation, iconicité, ekphrasis , impureté, hybridité, tels sont quelques uns des concepts à explorer, à partir d’une réflexion d’ordre traductologique, dans des productions artistiques issues de toutes les cultures et sans limites spatio-temporelles. La diversité et l’originalité des approches sont fortement encouragées. Informations pratiques: Les articles (rédigés dans l’une des langues de Doletiana –français, anglais, catalan ou castillan– et présentés en format word) doivent être envoyés aux coordinateurs du numéro par courriel, en pièce jointe et sous présentation anonyme. Dans un autre fichier attaché, on indiquera: nom et prénom, qualité scientifique, affiliation de l’auteur(e), titre de l’article. L’article sera accompagné d’un résumé ne dépassant pas 200 mots, rédigé en anglais et dans la langue de l’article et suivi de 4-5 mots–clés dans les deux langues, ou seulement en anglais si c’est la langue de l’article. Calendrier :-Date limite de réception des articles proposés: 30 juin 2015. -Communication de l’acceptation des articles et, éventuellement, envoi des rapports d’évaluation-révision: novembre 2015. -Date limite de réception des articles corrigés: 31 janvier 2016. -Date approximative de parution en ligne du numéro: fin mars 2016. Coordination du numéro: - Núria d’Asprer (Universitat Autònoma de Barcelona): deasprer@gmail.com - Marina Vargau (Université de Montréal): marinavargau@yahoo.ca
Categorías: Universidade

J.-M. Klinkenberg, La langue dans la cité. Vivre et penser l’équité culturelle

Fabula - Xov, 26/02/2015 - 17:18
Référence bibliographique : Jean-Marie Klinkenberg La langue dans la cité Vivre et penser l’équité culturelle , Les Impressions Nouvelles, collection "Réflexions faites", 2015. EAN13 : 9782874492433. La langue ne serait-elle qu’un sujet propre à intéresser des esthètes désœuvrés, des puristes sourcilleux, ou d’aimables cruciverbistes? Non, car c’est à travers elle que nous appréhendons le monde et que nous nous intégrons à la collectivité. C’est à travers elle que le pouvoir se donne ou se refuse: dans un monde où communiquer est capital, régner sur elle représente un enjeu de taille. Et à l’ère du numérique, la langue est aussi un riche gisement économique. Ce nouveau livre de Jean-Marie Klinkenberg place nos langues –et spécialement le français– au cœur d'une réflexion sur les communications et les relations humaines dans le monde d'aujourd'hui. Il énonce avec brio et clarté les principes d’une politique linguistique visant la justice et l’équité, en proclamant que la langue est faite pour le citoyen, et non le citoyen pour la langue. *Membre du Groupe µ (auteur collectif de Rhétorique générale , 1970 et du Traité du signe visuel , 1992), Jean-Marie Klinkenberg a enseigné les sciences du langage à l’Université de Liège. Membre de l’Académie royale de Belgique, il préside le Conseil de la langue française et de la politique linguistique de son pays. Ses livres ont été traduits dans une vingtaine de langues. Il est notamment l’auteur de Précis de sémiotique générale (éd. du Seuil, 2000) et de Petites mythologies belges (Les Impressions Nouvelles, 2009).
Categorías: Universidade

Enseigner en primaire avec le numérique

Cahiers Pédagogiques - Xov, 26/02/2015 - 16:51

Photographie numérique instantanée, ce dossier montre les modifications des pratiques pédagogiques en classe. Avec un regard à la fois positif et critique, les auteurs nous parlent en effet de ce qu'ils font ou observent. On y découvre des hésitations, des enthousiasmes, sur fond de travail collectif et d'apprentissages adaptés.

Lire des extraits du hors-série

Avant-propos

La transformation d'une institution par Armelle Legars et Ostiane Mathon

Et le travail des adultes en est changé

Une souricette d'ordinateur par Anne-Cécile Maillot
Comment les enseignants stagiaires apprennent-ils à apprendre ? par David Lehéricey
La didactique des arts rénovée par le numérique par Virginie Ruppin
Interactif ou non ? par Gaëtan Temperman, Bruno De Lièvre et Joachim De Stercke
L'informatique est morte. Vive le numérique ! par Régis Forgione
Tsunami numérique : comment accompagner les enseignants ? par Michèle Drechsler
L'école numérique, tout de suite ? par Philippe Tassel

Diversifier et personnaliser

Des ceintures d'informaticien par Pierre Cieutat, Carole Gomez-Gauthié, Isabelle Razoux, Christelle Renoux, Cédric Serres
Un espace souple pour les moulins à paroles par Baptiste Jacomino
Pour différencier, j'inverse par Soledad Messiaen
La twictée, une dictée à l'heure numérique par Régis Forgione et Fabien Hobart
Envers et avec tout par Caroline Coudé
« L'ordinateur lui a permis d'entrer dans l'écriture et la lecture » par la maman d'une élève handicapée

Coopérer, travailler ensemble

Pour une culture de l'horizontalité par Philippe Roederer
Freinet dans tous ses états par Anne Andrist et Ghislain Dominé
Pour mieux lire par Alexandre Acou
La ruche de la diversité par Monique Royer
Les jeux sur tablette : quels apprentissages ? par Véronique Detroux et Olivier Magos
Qu'apprend-on avec un jeu sérieux ? par Lionel Le Piouff
Le chant des abeilles par Joëlle Lefort
Geek et pédagogue par Sylvain Connac

Un regard sur le dossier

Photographie numérique instantanée par Michel Guillou

Voir en ligne : Commander ce numéro Sur la librairie

Enseigner en primaire avec le numérique
Photographie numérique instantanée, ce dossier montre les modifications des pratiques pédagogiques en classe. Avec un regard à la fois positif et critique, les auteurs nous parlent en effet de ce qu'ils font ou observent. On y découvre des hésitations, des enthousiasmes, sur fond de travail collectif et d'apprentissages adaptés.

Categorías: Educación, Universidade

Enseigner en primaire avec le numérique

Cahiers Pédagogiques - Xov, 26/02/2015 - 16:50

Après « Enseigner en histoire-géographie avec le numérique » et avant « Enseigner les arts avec le numérique », voici, coordonné par Armelle Legars et Ostiane Mathon, et une relecture de Michel Guillou, « Enseigner en primaire avec le numérique ». Quelques extraits.

Avant-propos du dossier par Armelle Legars et Ostiane Mathon

« Quelle place le numérique occupe-t-il aujourd'hui dans les espaces d'apprentissage de nos écoles primaires ? Quels enjeux éducatifs et pédagogiques permet-il de requestionner ou de soulever ? Différents acteurs de l'école se sont emparés de ces questions dans ce dossier. Ils montrent quels freins et obstacles ils ont rencontrés, mais aussi ce que leur permet l'école numérique que ne leur permet pas l'école sans numérique : des apprentissages fondamentaux abordés autrement, des besoins pédagogiques auxquels répondent de nouvelles pratiques. »

L'école numérique, tout de suite ?, par Philippe Tassel

Faire entrer le numérique dans les classes ? Bien sûr ! Mais comment s'y prendre ?

Matériel
Et si on commençait par y faire entrer du matériel ? Car toutes les classes ne sont pas équipées, loin de là. Voici donc une proposition pragmatique, moins anodine qu'il n'y parait : « Dès aujourd'hui, équipons tout enseignant qui le demande d'un ordinateur (ou d'une tablette) connecté et d'un vidéoprojecteur. »

Pourquoi un ordinateur et un vidéoprojecteur ? D'abord, parce que les enseignants qui ont la chance d'en bénéficier ne peuvent plus s'en dispenser. Ensuite, parce qu'ils sont faciles à mettre en place et relativement peu onéreux. On peut donc les déployer rapidement. Enfin, parce qu'il s'agit d'un matériel passerelle entre l'école tout papier et l'école numérique. Il rend plus facile ce que l'on fait déjà sans ordinateur et conduit simplement aux activités propres au numérique.

La twictée, une dictée à l'heure numérique, par Régis Forgione et Fabien Hobart

Comme tout dispositif pédagogique, la twictée part d'un besoin : rappeler aux élèves que l'orthographe, l'écriture servent à communiquer avec d'autres, à l'heure des publications très larges sur internet et les réseaux. Le faire de façon motivante et structurée en articulant l'objectif et l'outil, c'est tout le pari de la twictée. On souhaite que les élèves y développent leur vigilance orthographique, leur capacité à réviser leurs écrits et se sentent sécurisés dans cet apprentissage à priori long et complexe. D'accord, mais concrètement, qu'est-ce que la twictée ? Et quels sont ses liens avec le numérique ?
Dans Twictée il y a dictée
La twictée est une dictée formative et négociée, collaborative et ritualisée. Tout commence par une dictée individuelle, traditionnelle, sur laquelle chacun peut apposer des « signes de doute » aux endroits où il hésite. Puis, par groupes, les élèves passent à une phase de commentaires sur l'orthographe, parfois appelée « dictée négociée ». Ils confrontent leurs versions, leurs questionnements : « Pourquoi telle terminaison ? », « Ah bon, tu as fait cet accord », « J'avais un doute sur ce mot, mais maintenant que je le vois écrit comme ça... ». Échanges passionnants à observer pour l'enseignant qui relance, pointe des pistes, favorise et valorise les échanges.

Pour une culture de l'horizontalité, par Philippe Roederer

Bien entendu, le numérique ne réinvente pas le travail d'équipe. Depuis longtemps, dans les établissements, dans les circonscriptions, inspecteurs, directeurs, chefs d'établissement organisent la réflexion collective. Mais la simplicité et l'instantanéité des outils et services qu'offre aujourd'hui le web 2.0 bousculent nos modes de fonctionnement encore centralisés et structurés autour de hiérarchies très verticales. Et le changement d'échelle, la taille du groupe et l'horizontalité des échanges facilitent la collaboration. Élèves, parents, enseignants, cadres peuvent, de manière permanente, se connecter, partager des contenus, débattre. Dans ce contexte, l'organisation de la mutualisation des ressources et des compétences est une question d'une importance fondamentale : elle place l'institution face aux défis posés par les problématiques d'hébergement, de compatibilité des plateformes, de niveau de sécurité des accès, de confidentialité des données. Aujourd'hui, la majorité des acteurs utilisent des services grand public et notamment les réseaux sociaux. Quotidiennement, des enseignants y partagent des nouvelles concernant l'école, des innovations glanées sur le web, des liens et des articles jugés pertinents, des réflexions, des citations, des questionnements. L'institution y est bien entendu présente par l'intermédiaire de ses cadres ou de ses comptes officiels. Elle y est interpelée, questionnée, bousculée, critiquée, mais également encouragée, félicitée. L'institution, pour sa part, s'y exprime et partage également ses ressources.

Photographie numérique instantanée, par Michel Guillou

De loin, mais à l'écoute de ce qui se passe, il ne m'avait pas semblé jusqu'ici que les Cahiers pédagogiques s'étaient résolument engagés sur ce chantier. Quand, aujourd'hui, les décideurs au plus haut sommet de l'État semblent prendre prétexte des expérimentations, des évaluations et des consultations successives pour remettre à demain les nécessaires décisions à prendre, quand le Conseil supérieur des programmes lui-même nous livre, aujourd'hui, une version du socle commun plus anachronique encore que les précédentes, ce dossier vient témoigner lui, au contraire, d'un engagement résolu pour mieux comprendre les mutations de l'école, avec l'observation critique des modifications des pratiques pédagogiques en classe.
La foi dans le partage
Alors, oui, bien sûr, il y a des maladresses, beaucoup, des hésitations encore, un peu trop parfois de cette fascination pour l'outillage qui aveugle et fait perdre le sens critique attendu, mais qui fait souvent accéder à l'essentiel, la réussite.
Ce dossier déborde du plaisir (c'est ce qui le rend passionnant à parcourir) de cette foi laïque surprenante et de cette conviction que les changements vont pouvoir accélérer et augmenter tout ce que l'école portait déjà de valeurs humaines et sociétales, de lien et de partage.

Voir en ligne : Commander ce numéro Sur la librairie

Enseigner en primaire avec le numérique
Photographie numérique instantanée, ce dossier montre les modifications des pratiques pédagogiques en classe. Avec un regard à la fois positif et critique, les auteurs nous parlent en effet de ce qu'ils font ou observent. On y découvre des hésitations, des enthousiasmes, sur fond de travail collectif et d'apprentissages adaptés.

Categorías: Educación, Universidade

La classe « à côté »

Cahiers Pédagogiques - Xov, 26/02/2015 - 16:11

Dans les supposées révolutions générées par le numérique dans l'univers de l'éducation, la classe inversée vient en tête de gondole. La tentation de l'ériger en symbole ou de la vouer aux gémonies s'exprime de ci de là sans visiter sa réalité, celle de pratiques diverses. Pascal Bihouée, professeur en physique-chimie au collège Sainte-Marie de Saint-Brieuc, a expérimenté la classe inversée, l'a fait évoluer en classe vivante tout court. Rencontre avec un enseignant pour qui la posture de prof est plus déterminante qu'une formule.

Au départ, il s'est dirigé vers la recherche, par curiosité. Puis, il a donné des cours en fac où le cours magistral n'était pas sa tasse de thé mais aussi au secondaire où, nous dit-il, « je m'amusais plus avec des “petits” qu'avec des étudiants ». Lorsqu'il est devenu enseignant à plein temps dans un collège, il s'est appuyé sur la formation en informatique suivie en complément de ses études en sciences pour créer un site internet.

C'était à l'orée des années 2000. Ses applications invitaient Gaston Lagaffe pour interpeller les élèves, les questionner, les guider dans les activités. C'était l'occasion aussi de revenir vers son goût du dessin, de la bande dessinée, et de commencer à se mettre en retrait, « à se placer à côté de l'élève ». Le droit à l'image se rappelle à lui et les autorisations sont trop difficiles à obtenir pour continuer à afficher la complicité des héros de BD. Le site reste en jachère tandis qu'il développe de nouveaux outils pour mettre en place des évaluations par compétences et des cartographies associées.

Le numérique évolue, plus simple à utiliser. Il crée une nouvelle plateforme en 2011 avec des ressources que les élèves peuvent consulter aussi chez eux. « J'ai entendu parler des flipped classrooms, je suis allé voir et je me suis aperçu que c'était ce que je mettais en place, une sorte d'enseignement hybride ». L'expérience voit le jour avec une classe de 3e à qui il annonce qu'il n'écrira plus au tableau, qu'ils travailleront en petits groupes à partir de ressources. Son initiative est repérée, en pleine vogue pour la classe inversée. « En septembre, je bricole mon initiative, en octobre, je passe à la télé ». Chercheur dans l'âme, Pascal Bihouée observe un nécessaire recul pour rire de cet engouement lié à une mode et regarder ce qu'il se passe dans sa classe, essayer, évaluer, faire évoluer.

L'année suivante, il améliore le système pour l'étendre. Il rencontre aussi des obstacles matériels. Pour travailler en petits groupes, les tables sont installées en ilots. A chaque heure de cours, il lui faut aménager la salle puis la remettre dans son ordre initial. Dans son labo, les paillasses étaient fixées au sol, il a scié les pieds pour plus de liberté dans l'agencement. Dans son collège, petit établissement privé, le public est hétérogène. Tous les élèves n'ont pas un ordinateur ni une connexion à la maison. Son initiative ne risque-t-elle pas de renforcer les inégalités ? Il laisse la possibilité de consulter les ressources sur des ordinateurs mis à disposition, mais sans contrainte, sans obligation.

A l'occasion d'une rencontre sur le numérique, une représentante de Microsoft lui propose le prêt d'une trentaine de tablettes. Il accepte, les met à disposition de l'ensemble de l'équipe pédagogique et en profite pour changer son organisation. Désormais, il ne demande plus aux élèves de consulter les ressources à la maison. Les tablettes, rassemblées par six ou huit dans un bac, sont alimentées au fur à mesure des besoins par des applications. Elles servent à plusieurs classes, gardent les traces écrites et s'enrichissent des productions des uns et des autres. Une expérience sur l'électricité sera prise en photos et racontée dans un compte rendu. La consultation d'une vidéo sera commentée. Les cahiers deviennent numériques et se partagent. « Je ne sais pas si je suis dans la classe inversée mais je suis un prof qui se balade à côté de ses élèves qui produisent. »

L'adhésion des élèves sur le principe est réelle. Dans sa traduction concrète, les réactions sont plus nuancées. Dans une classe de 27, on peut ne pas écouter, ne pas comprendre sans attirer l'attention. Là, la proximité peut déranger. Elle est pourtant intéressante pour voir la réalité du travail, répondre aux questions, expliquer ce qui n'a pas été compris. Au « je préférais avant, quand j'étais au fond de la classe. Maintenant, vous êtes toujours derrière mon dos, à discuter avec moi » qu'induit la mise en activité permanente, l'enseignant répond par l'idée qui motive l'expérience : « pouvoir raccrocher des élèves qui ont des difficultés et qui peuvent maintenant me solliciter. » Les élèves brillants sont parfois réticents à entrer dans la dimension coopérative et les échanges nécessaire pour le travail en petit groupe. Et puis, l'organisation de la classe, différente, avec la possibilité de se lever, d'aller questionner un autre élève, de parler sans autorisation, peut déranger en contraste avec ce qu'il se passe d'ordinaire dans une salle de cours. « Ils apprennent aussi à faire la part des choses, à savoir ce qu'ils peuvent faire ou non en fonction du cours. » C'est cela aussi qu'il regarde, évalue, la capacité à travailler ensemble, à coopérer, à savoir s'adapter à la situation. La validation des compétences se fait par badges. « Je réfléchis sur les évaluations, en France on passe trop de temps à évaluer, à calculer les moyennes ». Les activités, leur observation, leurs traces écrites sont autant de moyens de prendre en compte les progrès, les acquis.

Le collège Sainte-Marie est composé de deux sites avec chacun deux classes par niveau et une ULIS. Les origines sociales sont variées, les nationalités aussi avec certains parents allophones. « C'est un petit collège habitué à innover avec la nécessité d'adapter les cours pour intégrer tous les élèves, y compris ceux de la classe ULIS ». L'écho médiatique sur sa classe inversée a fait débat. Là aussi, dans la salle des profs, le principe était compris mais la mise en application paraissait difficile, supposée sujette à une maitrise des outils numériques. Un frein feint à un moment où l'informatique n'est plus réservée aux bidouilleurs ? Pour Pascal Bihouée, l'important n'est pas là. « On peut faire de la mauvaise classe inversée et du bon cours magistral. La question est plutôt celle de la posture de l'enseignant apte à favoriser la réussite des élèves ». Il partage avec ses collègues cette recherche d'une pédagogie adaptée à tous.

Pour la deuxième année, les conseils de classe s'exonèrent des notes. Les bulletins sont distribués avant, sans appréciation générale. Auparavant, les élèves se sont auto-évalués. Pendant le conseil, les enseignants partagent leur bilan, comparent leurs évaluations avec les auto-évaluations et préconisent des dispositifs pour favoriser des améliorations dans les domaines où les résultats sont faibles. Des demi journées sont organisées pour des projets pluridisciplinaires menés en co-animation où, par exemple, la classe inversée peut se multiplier ouvrant les espaces, les salles, les couloirs, le CDI pour que les élèves réalisent leur activité. « Ce jour là, on aurait cru une école finlandaise avec des petits groupes installés un peu partout ». Cette dynamique collective est précieuse aux yeux de Pascal Bihouée. « Il ne faut pas risquer de décalage entre deux ou trois qui vont trop vite et le reste de l'équipe ». Les initiatives se font jour dans l'intérêt des élèves. « On invente des trucs avec nos moyens. On se forme beaucoup nous-mêmes, on bricole et si l'expérience marche, on l'étend ». Avec ses trois cents collégiens, l'échelle de l'établissement semble idéale pour favoriser l'émulation et la recherche commune de solutions à des situations avant qu'elles ne deviennent des problèmes.

« Je me plais bien à côté des élèves », Pascal Bihouée, bricoleur pédagogique, énonce ainsi le plaisir à exercer son métier. Au fur et à mesure de sa progression, de ses inventions, il mesure les paramètres qui favorisent l'activité, la coopération, la réussite des élèves mais ceux aussi qui bloquent le déploiement des initiatives. Dans la première catégorie, on trouve la dimension collective, la dynamique d'établissement, dans la seconde les emplois du temps cloisonnés et l'aménagement des locaux. Classe inversée ou pas, l'enseignant emprunte une démarche de chercheur sur le chemin en constante construction de sa pratique professionnelle.

Monique Royer

Une séquence de co-animation racontée en vidéo :
https://www.youtube.com/watch?v=xTbmrh6Dj1I&feature=youtu.be

Sur la librairie

Les portraits de Monique Royer
Ils enseignent en classe d'accueil, au Liban, à des élèves handicapés. Ils utilisent un blog, de la couleur ou les volcans. Ils sont enseignants, chef d'établissement, journalistes. Ce sont dix-neuf portraits d'enseignants et d'acteurs de l'école que l'on découvre dans ce dossier

Categorías: Educación, Universidade

University awards: who is higher education's most inspiring leader?

Guardian Unlimited: Education - Xov, 26/02/2015 - 15:50

There are six nominees to choose from – cast your vote for the UK’s most deserving university leader

Just one category in the annual Guardian university awards is open to a public vote: the award for inspiring leader, sponsored by the Leadership Foundation. Here’s how it works:

The judges for the university awards put forward their nominations. From the full list, they were then asked to select their top five nominees to create this shortlist. This year there was a tie, so six candidates have gone through.

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade
Distribuir contido