Universidade

20minutes

Sauvons la recherche - Sáb, 18/10/2014 - 09:31

17 octobre 2014

17 octobre 2014

8 octobre 2014

14 septembre 2014

15 juillet 2014

19 juin 2014

18 juin 2014

5 juin 2014

6 novembre 2013

4 octobre 2013

23 septembre 2013

9 septembre 2013

10 mai 2013

7 mai 2013

26 avril 2013

28 février 2013

14 février 2013

31 janvier 2013

22 janvier 2013

La ministre de l'Education peut perdre son doctorat

27 novembre 2012

22 novembre 2012

19 novembre 2012

11 novembre 2012

20 minutes online (pour la suisse)

12 novembre 2012

5 octobre 2012

13 septembre 2012

25 aout 2012

22 mai 2012

4 mai 2012

3 mai 2012

18 avril 2012

18 avril 2012

15 avril 2012

11 avril 2012

21 février 2012

20 février 2012

François Fillon a effectué lundi une visite sur le Plateau de Saclay au cours de laquelle il a vanté l'action menée en matière de recherche et de développement depuis le début du quinquennat.(...) Pour la réalisation du réseau Grand Paris Express, qui reliera les différents pôles franciliens, l'Etat et la région, dirigée par le socialiste Jean-Paul Huchon, ont abouti à un "projet partagé".(...) Le président de la région Ile-de-France a pourtant boudé le déplacement de M. Fillon, expliquant dans un communiqué qu'il "ne partage pas le projet de +Silicon Valley à la Française+ imposé depuis 2007 par le président sortant et son gouvernement (...) L'intersyndicale de l'université Paris-Sud a elle aussi mis en garde dans un communiqué contre un "dépeçage" des organismes de recherche au profit de "quelques uns", regroupés à Saclay.

15 février 2012

14 février 2012

2 février 2012

16 janvier 2012

19 décembre 2011

18 décembre 2011

12 décembre 2011

8 décembre 2011

24 novembre 2011

4 novembre 2011

14 octobre 2011

6 octobre 2011

23 septembre 2011

15 aout 2011

11 juillet 2011

UNIVERSITÉS - L'augmentation annoncée des frais d'inscription passe mal...

23 juin 2011

21 juin 2011

19 juin 2011

29 mai 2011

28 mai 2011

24 mai 2011

23 mai 2011

19 mai 2011

22 avril 2011

6 avril 2011

4 mars 2011

13 decembre 2010

25 novembre 2010

23 novembre 2010

Categorías: Universidade

France 2 / France 3

Sauvons la recherche - Sáb, 18/10/2014 - 08:00

17 octobre 2014

9 octobre 2014

25 septembre 2014

7 octobre 2014

5 octobre 2014

2 octobre 2014

14 septembre 2014

par France 3 Midi-Pyrénnées

19 juillet 2014

par Alpes France 3

14 mai 2013

22 février 2013

7 février 2013

par Alpes France 3

30 janvier 2013

par France 3 Pays de Loire

30 novembre 2012

par France 3 Limousin

26 novembre 2012

par France 3 Languedoc-roussillon

9 octobre 2012

par France 3 Nice

5 octobre 2012

11 juin 2012

22 mai 2012

par Midi-Pyrenees France 3

14 mai 2012

4 mai 2012

7 mars 2012

29 novembre 2011

Interview de Laurent Mucchielli sur France 3 - Languedoc Roussillon - Présentation du livre "L'invention de la violence. Des peurs, des chiffres, des faits" (Fayard, novembre 2011)

28 juillet 2008

Categorías: Universidade

Secret Teacher: I love teaching but its robbed me of the chance to find love

Guardian Unlimited: Education - Sáb, 18/10/2014 - 07:00

When I started in the profession, I knew there would be sacrifices for the greater good, but I never expected that I would die alone
More from The Secret Teacher

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Ayotzinapa, terror racista y clasista

Paquidermo - Sáb, 18/10/2014 - 00:03

Sobre los hechos de Iguala, Guerrero.

:: Carlos Fazio ::

Fue un crimen de Estado. Los hechos de Iguala, donde seis personas fueron asesinadas, tres de ellas estudiantes, hubo 20 lesionados −uno con muerte cerebral− y resultaron detenido-desaparecidos de manera forzosa 43 jóvenes de la Escuela Normal Rural Isidro Burgos de Ayotzinapa, configuran crímenes de lesa humanidad.

Los ataques sucesivos de la policía municipal y un grupo de civiles armados contra estudiantes, las ejecuciones extrajudiciales, la desaparición forzada tumultuaria y la tortura, desollamiento y muerte de Julio César Fuentes −a quien, con la modalidad propia de la guerra sucia le vaciaron la cuenca de los ojos y le arrancaron la piel de su rostro−, fue un acto de barbarie planificado, ordenado y ejecutado de manera deliberada. No se debió a la ausencia del Estado; tampoco fue un hecho aislado. Forma parte de la sistemática persecución, asedio y estigmatización clasista y racista de los tres niveles de gobierno (federal, estatal y municipal), hacia los estudiantes normalistas.

En ejercicio de sus funciones −o con motivo de ellas−, agentes estatales actuaron con total desprecio por los derechos humanos, violando el derecho a la vida de tres de sus víctimas y una fue antes torturada de manera salvaje. Asimismo, los 43 desaparecidos fueron detenidos con violencia física por agentes del Estado y trasladados en patrullas oficiales, seguido de la negativa a reconocer el acto y del ocultamiento de su paradero, lo que configura el delito de desaparición forzosa.

De acuerdo con el artículo 149 bis del Código Penal Federal, también podría configurarse el delito de genocidio, dado que se procedió a la destrucción parcial de un grupo nacional (los estudiantes de la Normal Rural de Ayotzinapa), quienes han sido sometidos a un hostigamiento sistemático, continuado y prolongado a través de los medios de difusión masiva, con la participación directa de funcionarios públicos en la planeación y perpetración de los hechos.

Al respecto, cabe recordar que el 12 de diciembre de 2011, dos estudiantes de esa Normal Rural fueron ejecutados de manera sumaria extrajudicial en la Autopista del Sol, en Chilpancingo, Guerrero; cuatro más resultaron heridos y 24 fueron sometidos a torturas y tratos crueles y degradantes por funcionarios policiales. Capturado en el lugar de los hechos, el estudiante Gerardo Torres fue aislado, incomunicado y trasladado a una casa abandonada en Zupango, donde lo desnudaron y torturaron. Después, con la intención de fabricar un culpable o chivo expiatorio, le sembraron un arma AK- 47 de las llamadas cuernos de chivo y lo obligaron a disparar y tocar los casquillos percutidos para impregnar sus manos de pólvora, con la intención de imputarle la muerte de sus dos compañeros.

Entonces de determinó que hubo un uso excesivo y desproporcionado de la fuerza coercitiva del Estado y de las armas de fuego −es decir, se actuó al margen de los protocolos antimotines y con armamento de alto poder−, con el objetivo de contener una manifestación pública. Dos agentes policiales sindicados como autores materiales de los homicidios están hoy en libertad.

A dos años y medio de aquellos hechos, existen evidencias testimoniales de que entre los policías, ministerios públicos y militares del estado de Guerrero existe un desprecio y odio criminal contra los estudiantes de Ayotzinapa. Y ahora como entonces, como tantas veces desde 1968 (cuando la matanza de Tlatelolco en la Plaza de las Tres Culturas), asistimos a una acción conjunta, coludida, de agentes del Estado y escuadrones de la muerte, cuya “misión” es desaparecer lo disfuncional al actual régimen de dominación.

Huelga decir que la figura de la desaparición forzada, como instrumento y modalidad represiva del poder instituido, no es un exceso de grupos fuera de control sino una tecnología represiva adoptada racional y centralizadamente, que entre otras funciones persigue la diseminación del terror.

Ante la gravedad de los hechos y el escrutinio mundial −el gobierno de Enrique Peña Nieto vive en la coyuntura una aguda crisis producto de las presiones a que está siendo sometido por la ONU, la OEA, el Departamento de Estado de Estados Unidos, la Comunidad Europea y distintas organizaciones humanitarias que demandan la aparición con vida de los 43 muchachos detenido-desaparecidos−, autoridades estatales y federales han venido posicionando mediáticamente la hipótesis del “crimen organizado y las fosas comunes”, coartada que de manera recurrente ha sido utilizada como estrategia de desgaste, disolución de evidencias y garantía de impunidad.

Se trata de una lógica perversa que, en el caso de Iguala, busca difuminar responsabilidades y encubrir complicidades oficiales, y juega con el dolor y la digna rabia de los familiares de las víctimas y sus compañeros. Como dicen las madres y los padres de los 43 desaparecidos, “las autoridades andan buscando muertos, cuando lo que queremos es encontrar a nuestros muchachos vivos”.

No es creíble que los hechos hayan respondido a una acción inconsulta de un grupo de efectivos policiales. Resulta en extremo sospechoso que desde un principio no se contemplara la cadena de mando en el marco del Operativo Guerrero Seguro donde participan diversas corporaciones de seguridad (Ejército, Marina, Policía Federal, Procuraduría General de la República), y que incluso se facilitaran las fugas del director de seguridad pública de Iguala, Francisco Salgado Valladares y de su jefe, el alcalde con licencia José Luis Abarca, de quien ahora todos dicen que “sabían” que estaba vinculado al grupo delincuencial Guerreros Unidos.

Dieciséis de los 22 policías municipales procesados dieron positivo en la prueba de rodizonato de sodio −es decir, dispararon sus armas− y podrían ser los autores materiales de los asesinatos. Falta saber quiénes son los responsables intelectuales y cuál fue el verdadero móvil de los hechos, incluidas las 43 detenciones-desapariciones forzadas.

Según consignó Vidulfo Rosales, abogado del Centro de Derechos Humanos de La Montaña Tlachinollan, las autoridades ministeriales no procedieron a realizar un interrogatorio profesional y exhaustivo que diera elementos para localizar con prontitud a los jóvenes detenido-desaparecidos. Agentes del Ministerio Público actuaron con negligencia e insensibilidad y podrían resultar cómplices en la acción de manipular evidencias y enturbiar y enredar los hechos. Amnistía Internacional calificó la investigación judicial como “caótica y hostil” hacia los familiares y compañeros de las víctimas. Hostilidad que ha sido extensiva a las peritas del equipo técnico de forenses argentinas, en quien familiares y estudiantes han depositado su confianza y ven como único mecanismo de certeza en el caso de una eventual aparición de restos.

Cabe reiterar que una vez más hubo un uso desproporcionado de la fuerza coercitiva del Estado. Y hay que insistir en la cadena de mando. Los hechos ocurrieron en presencia de las policías estatal y federal, y de los agentes del Centro de Investigación y Seguridad Nacional (Cisen, la policía política del régimen). Pero también de elementos del Batallón de Infantería Nro. 27, que depende de la 35 Zona Militar. En particular, del denominado Tercer Batallón, una unidad de fuerzas especiales a cargo, entre otras, de las tareas de inteligencia. Ambos batallones tienen sus cuarteles en Iguala. Además de que en ese estado existen Bases de Operación Mixtas (BOM), que suelen ser coordinadas por las fuerzas armadas (Ejército o Marina de Guerra).

Además, si como declaró públicamente el gobernador de Guerrero, Ángel Aguirre Rivero, había informado con anterioridad a los hechos del 26 y 27 de septiembre a la Secretaría de la Defensa Nacional, al Cisen y a la Procuraduría General de la República, de los presuntos nexos del edil de Iguala, José Luis Abarca, con el cártel de los Guerreros Unidos, se supone que la Subprocuraduría Especializada en Investigación Organizada (Seido) debía tener bajo la lupa ese municipio.

Entre las inconsistencias o lagunas del caso, es necesario decir que entre la primera y segunda balacera el Ejército dejó pasar tres horas. El por qué sigue siendo una incógnita. Como denunció el joven Omar García, representante del comité estudiantil de Ayotzinapa y quien estuvo esa noche en el lugar de los hechos, luego de ser agredidos a balazos por la policía municipal, “efectivos castrenses” sometieron a los normalistas. García narró que al hospital Cristina −adonde llevaron al estudiante Édgar Andrés Vargas herido con un balazo en la boca− “los soldados llegaron en minutos, cortando cartucho, insultando. Nos trataron con violencia y nos quitaron los celulares. Al médico de guardia le prohibieron que atendiera a Édgar”.

En Guerrero, el control territorial lo tiene el Ejército. Un Ejército que actúa bajo la lógica de la contrainsurgencia −es decir, del “enemigo interno”− y vive obsesionado con la presencia de la guerrilla (cuatro de las cuales, por cierto, se han manifestado a raíz de los trágicos hechos: EPR, FAR-LP, Milicias Populares y ERPI). Más allá de ello, y de los fines políticos mezquinos de los partidos políticos con vista a los comicios intermedios de 2015 y los presidenciales de 2018, resulta obvio que por acción u omisión, los mandos castrenses de la zona tienen responsabilidad en los hechos protagonizados por policías y paramilitares de Iguala, además de que quedó demostrada, una vez más, la delegación parcial del monopolio de la fuerza del Estado en un grupo paramilitar y/o delincuencial.

Existen indicios que sugieren el montaje de una gran provocación. Pudo tratarse de un crimen mayor para ocultar otro: la ejecución extrajudicial de 22 personas por el Ejército en Tlatlaya, estado de México, y el encubrimiento de los responsables. Desde 2006 las fuerzas armadas han venido exterminando “enemigos” en el marco de un Estado de excepción permanente de facto. Los hechos de Iguala confirman la regla: fue un crimen de Estado. La Secretaría de la Defensa Nacional mintió en el caso Tlatlaya; todas las autoridades pueden estar mintiendo ahora.

En ese contexto, y en el de una conflictividad en aumento −los sucesos del lunes 13, cuando resultaron incendiadas las sedes del gobierno y la legislatura estatales y de la alcaldía de Chilpancingo−, cabe enfatizar el sentir de los padres y los estudiantes de Ayotzinapa: búsqueda con vida de los 43 estudiantes detenidos-desaparecidos; castigo a los culpables, y apoyo a las normales rurales que quieren ser desaparecidas, también, por el gobierno federal en el marco de la contrarreforma educativa aprobada en 2013.

¡Vivos los llevaron, vivos los queremos! 

Mediapart

Sauvons la recherche - Ven, 17/10/2014 - 23:00

17 octobre 2014

17 octobre 2014

16 octobre 2014

15 octobre 2014

12 octobre 2014

9 octobre 2014

3 octobre 2014

2 octobre 2014

1 octobre 2014

1 octobre 2014

27 septembre 2014

26 septembre 2014

20 septembre 2014

14 septembre 2014

27 aout 2014

16 juillet 2014

4 juillet 2014

29 juin 2014

20 juin 2014

17 juin 2014

16 juin 2014

11 juin 2014

22 avril 2014

8 juin 2014

7 juin 2014

28 mai 2014

23 mai 2014

22 mai 2014

20 mai 2014

19 mai 2014

16 mai 2014

28 avril 2014

10 avril 2014

8 avril 2014

5 avril 2014

2 avril 2014

5 février 2014

25 mars 2014

18 mars 2014

2 mars 2014

6 février 2014

5 février 2014

2 février 2014

30 janvier 2014

29 janvier 2014

25 janvier 2014

16 janvier 2014

25 décembre 2013

25 novembre 2013

9 novembre 2013

10 novembre 2013

7 novembre 2013

5 novembre 2013

4 novembre 2013

23 octobre 2013

7 octobre 2013

1 octobre 2013

5 octobre 2013

2 octobre 2013

23 septembre 2013

19 septembre 2013

9 septembre 2013

13 aout 2013

A lire aussi ici

29 juillet 2013

19 juillet 2013

5 juillet 2013

27 juin 2013

18 juin 2013

5 juin 2013

28 mai 2013

27 mai 2013

23 mai 2013

21 mai 2013

20 mai 2013

17 mai 2013

16 mai 2013

29 avril 2013

21 avril 2013

5 avril 2013

17 mars 2013

6 mars 2013

17 février 2013

15 février 2013

13 février 2013

10 février 2013

11 février 2013

31 janvier 2013

2 fevrier 2013

10 janvier 2013

20 décembre 2012

18 décembre 2012

10 décembre 2012

30 novembre 2012

29 novembre 2012

28 novembre 2012

19 novembre 2012

14 novembre 2012

12 novembre 2012

6 novembre 2012

28 octobre 2012

27 octobre 2012

EXTRAIT À chaque fois, les blouses blanches ont donné à entendre leur version de la Marseillaise : « la Sanofienne ». La chanson dit : « Allons chercheurs de Sanofi/ Contre nous il y a Zerouhni/ Son credo c'est restructurer/ Entendez-vous dans vos couloirs/ La voix des patrons mercenaires/ Ils ferment tous nos laboratoires/ Pour mieux remplir les poches des actionnaires. »

25 octobre 2012

13 octobre 2012

8 octobre 2012

7 octobre 2012

30 septembre 2012

26 septembre 2012

22 septembre 2012

16 septembre 2012

31 aout 2012

20 aout 2012

14 aout 2012

10 juin2012

31 mai 2012

28 mai 2012

26 mai 2012

25 mai 2012

23 mai 2012

22 mai 2012

17 mai 2012

16 mai 2012

EXTRAITS : * Ministre de l'enseignement supérieur : Geneviève Fioraso Cette députée grenobloise de 57 ans, soutien de Bertrand Delanoë au dernier congrès du PS, adjointe au maire de Grenoble, Michel Destot, en charge de l'enseignement supérieur et de la recherche notamment, a fait parler d'elle en 2007 en barrant la route de l'Assemblée au corrompu Alain Carignon, qui tentait son retour en politique. C'est surtout une technicienne reconnue, membre de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques, mais aussi du conseil d'administration de l'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs. Chaque année, depuis 2009, elle s'est vu désigner rapporteuse pour avis des budgets Industrie, énergie, développement durable et recherche technologique.

Sur le terrain, à Grenoble, elle pilote, comme PDG, la plateforme de valorisation industrielle du campus Minatec, dédié aux nano et microtechnologies. Jadis professeur en ZEP, elle a aussi participé au lancement d'une start-up du CEA (le Commissariat à l'énergie atomique), avant d'être chargée à France Télécom, comme cadre marketing, des marchés émergents dans les secteurs du social et de la santé. Sa mission au gouvernement : réformer la loi LRU sur l'autonomie des universités, dont Nicolas Sarkozy était si fier, pour garantir une « autonomie réelle », « avec des moyens et une gouvernance plus collégiale ».

27 avril 2012

EXTRAITS : Les nominations dans la haute fonction publique ou les organismes publics vont bon train ces jours-ci. A la veille d'un vraisemblable changement de majorité, (...) Le cas de Campus France, l'organisme chargé de faire la promotion de l'enseignement supérieur français à l'étranger, est à cet égard édifiant. (...) Mais le plus ubuesque est sans aucun doute la nomination au sein du Conseil d'administration d'Elodie Degiovanni. Inconnue du grand public, cette directrice du séjour et du travail au ministère de l'intérieur est celle-là même qui a rédigé la fameuse circulaire Guéant qui restreignait l'accès à l'emploi des étudiants étrangers. (...)

11 mai 2012

09 mai 2012

08 mai 2012

05 mai 2012

04 mai 2012

04 mai 2012

EXTRAITS : Les deux policiers voient la même logique à l'œuvre dans le reste de la fonction publique , où travaillent leurs compagnes, l'une dans l'enseignement, l'autre à l'hôpital. « Ce n'est pas propre aux policiers, dit Jérôme. Dans tous ces services, il faut remettre de l'humain et oublier un peu les chiffres. »

01 mai 2012

25 avril 2012

20 avril 2012

20 avril 2012

19 avril 2012

15 avril 2012

13 avril 2012

12 avril 2012

9 avril 2012

8 avril 2012

6 avril 2012

5 avril 2012

4 avril 2012

3 avril 2012

2 avril 2012

29 mars 2012

Extrait : L'État asphyxie les uns ; la banque ou l'assurance financent les autres... Oui, tout se cumule, en bout de course pour que les recherches libérales sur des thématiques proches de la finance ou de l'industrie soient beaucoup plus nombreuses que les recherches sur des thématiques plus citoyennes.

27 mars 2012

25 mars 2012

22 mars 2012

16 mars 2012

14 mars 2012

12 mars 2012

9 mars 2012

Extraits : (...) L'historien Zeev Sternhell, dans sa célèbre trilogie sur La France,(...) a disséqué cette révolution conservatrice dont notre pays fut le laboratoire intellectuel, avec des figures talentueuses et complexes comme Maurice Barrès ou Charles Maurras. Face à l'esprit des Lumières, elle affirmait, résume-t-il, « une autre modernité, fondée sur le culte de tout ce qui distingue et sépare les hommes – l'histoire, la culture, la langue –, une culture qui refuse à la raison aussi bien la capacité que le droit de façonner la vie des hommes ». (...) « On ne construit pas des rapports de force seul devant son téléviseur le soir des élections, mais en affirmant qu'occuper le vote est déjà un bon prélude pour occuper le terrain » : nous pourrions aisément faire nôtres les réflexions du collectif de la revue Vacarme, résumées d'un fougueux Occupons le vote ! (...)

9 mars 2012

6 mars 2012

4 mars 2012

2 mars 2012

28 février 2012

28 février 2012

26 février 2012

25 février 2012

24 février 2012

21 février 2012

19 février 2012

15 février 2012

Alors que la session parlementaire est sur le point de se clore, l'Assemblée nationale a donc adopté mercredi 15 février, en urgence, la proposition de loi Grosperrin sur la formation des enseignants. Présentée comme une simple « réponse technique » à l'annulation fin novembre par le Conseil d'Etat de l'arrêté relatif à la masterisation, la proposition de loi vient en réalité sauver in extremis une réforme aujourd'hui unanimement décriée pour avoir réduit à néant la formation des profs.(...)

13 février 2012

10 février 2012

8 février 2012

6 février 2012

4 février 2012

30 janvier 2012

22 janvier 2012

19 janvier 2012

19 janvier 2012

18 janvier 2012

4 janvier 2012

12 janvier 2012

EXTRAITS : (...) Je veux raconter ici l'histoire de mon frère Adlène HICHEUR, le prétendu « physicien d'al Qaida », qui est en détention provisoire depuis 824 jours. Je la raconte ici dans sa totalité car seuls quelques mots (souvent ceux qui n'étaient pas les plus significatifs) ont été repris dans quelques articles de presse évoquant la situation d'Adlène. Bien que livrant un récit très factuel, j'utilise parfois des expressions personnelles qui me permettent de me « vider » un peu de mon amertume. Je compte donc sur la compréhension du lecteur !... (...)

11 janvier 2012

31 décembre 2011

26 décembre 2011

18 décembre 2011

EXTRAITS : (...) Pourtant les chiffres sont terribles. Plus de 64 700 de nos concitoyens sont parqués tant bien que mal dans 57 268 places. 80 % des délinquants incarcérés, le sont pour de courtes peines de moins d'un an et essentiellement pour des délits attentatoires aux biens mais pas aux personnes. La proportion de crimes n'est que de 0,4 % du million de faits délictueux enregistrés chaque année en France. Le nombre de suicides en prison à doublé en 20 ans. Il présente un taux de suicides (« sursuicidité ») cinq à six fois supérieur à celui de la moyenne nationale. En milieu carcéral, il est l'un des plus élevés d'Europe. (...) (...) La seule réponse concrète pour l'instant réside en les programmes de construction d'établissements pénitentiaires selon les modalités du partenariat public privé (PPP) avec le groupe Eiffage, notamment. Et l'exploitation sans vergogne par des intérêts privés d'une main d'œuvre taillable et corvéable à merci. (...)

17 décembre 2011

EXTRAITS : L'externalisation des services publics, appelée aussi "gestion déléguée", est le transfert de compétence du public au privé. Mais cela ne se fait pas n'importe comment. Le secteur privé récupère les activités du secteur public qui sont rentables et laisse au secteur public tout ce qui ne rapporte pas ou trop peu. Par exemple, sur le secteur hospitalier, l'accueil et le traitement des dossiers des patients incombent à l'hôpital public et les actes médicaux facturés sont transférés aux hôpitaux privés (cliniques). Dans un sens, le public n'a que des coûts et le privé que des recettes.(...)

18 décembre 2011

16 décembre 2011

15 décembre 2011

14 décembre 2011

EXTRAITS : « Je n'ai jamais compris pourquoi le code des marchés publics ne s'imposait pas à Sciences-Po », commente un ancien cadre dirigeant. Le statut de Sciences-Po est ambigu : l'IEP est un grand établissement, comme l'université de Dauphine, ce qui lui permet de rémunérer à sa guise ses salariés et de monter ses droits d'inscription. Mais la FNSP qui le finance est régie par le droit privé. Dans le doute, c'est la lecture juridique la plus favorable au moindre contrôle qui a été choisie. Poser toutes ces questions au prestigieux Institut d'études politiques de Paris est mal vu. Mais les particularités de la gouvernance maison (voir ici notre enquête) réservent d'autres surprises. Quand on laisse un message à l'un des principaux syndicats de salariés, c'est... la direction de la communication de l'IEP qui rappelle. (...)

13 décembre 2011

12 décembre 2011

10 décembre 2011

9 décembre 2011

6 décembre 2011

4 décembre 2011

25 novembre 2011

22 novembre 2011

21 novembre 2011

Bernard Paillard, directeur de recherche émérite au CNRS, présente « le climat particulier » de cette bourgade bretonne, à la fois sujet d'étude des sciences humaines et organisatrice des rencontres régionales CNRS « Sciences et Citoyens » de Plozévet.

19 novembre 2011

18 novembre 2011

17 novembre 2011

16 novembre 2011

14 novembre 2011

11 novembre 2011

8 novembre 2011

9 novembre 2011

5 novembre 2011

4 novembre 2011

31 octobre 2011

26 octobre 2011

22 octobre 2011

21 octobre 2011

17 octobre 2011

12 octobre 2011

8 octobre 2011

7 octobre 2011

1 octobre 2011

30 septembre 2011

26 septembre 2011

22 septembre 2011

21 septembre 2011

20 septembre 2011

vidéo accessible dans l'article À l'occasion de la parution du Manifeste pour une santé égalitaire et solidaire, signé par plus d'une centaine de personnalités en vue de l'élection présidentielle, entretien vidéo avec le professeur de diabétologie André Grimaldi, convaincu que la privatisation du système de soin n'est pas une fatalité.

19 septembre 2011

9 septembre 2011

8 septembre 2011

2 septembre 2011

24 aout 2011

26 aout 2011

24 aout 2011

16 aout 2011

12 aout 2011

11 aout 2011

10 aout 2011

9 aout 2011

25 juillet 2011

22 juillet 2011

20 juillet 2011

15 juillet 2011

11 juillet 2011

30 juin 2011

23 juin 2011

22 juin 2011

15 juin 2011

15 juin 2011

14 juin 2011

13 juin 2011

11 juin 2011

9 juin 2011

8 juin 2011

6 juin 2011

31 mai 2011

30 mai 2011

29 mai 2011

28 mai 2011

25 mai 2011

24 mai 2011

18 mai 2011

16 mai 2011

14 mai 2011

10 mai 2011

9 mai 2011

6 mai 2011

4 mai 2011

3 mai 2011

2 mai 2011

26 avril 2011

23 avril 2011

21 avril 2011

20 avril 2011

19 avril 2011

17 avril 2011

12 avril 2011

10 avril 2011

6 avril 2011

29 mars 2011

28 mars 2011

25 mars 2011

23 mars 2011

23 mars 2011

22 mars 2011

17 mars 2011

15 mars 2011

9 mars 2011

8 mars 2011

2 mars 2011

28 février 2011

25 février 2011

27 février 2011

25 février 2011

16 février 2011

21 février 2011

17 février 2011

10 février 2011

7 février 2011

1 février 2011

2 février 2011

29 janvier 2011

21 janvier 2011

18 Janvier 2011

18 Janvier 2011

14 Janvier 2011

12 Janvier 2011

13 Janvier 2011

11 Janvier 2011

7 Janvier 2011

6 Janvier 2011

5 Janvier 2011

4 Janvier 2011

3 Janvier 2011

1 Janvier 2011

31 décembre 2010

26 décembre 2010

28 décembre 2010

20 décembre 2010

19 décembre 2010

15 décembre 2010

9 décembre 2010

6 decembre 2010

27 novembre 2010

12 novembre 2010

5 novembre 2010
Université : les ratés de l'autonomie (2/3)

4 novembre 2010
Université : les ratés de l'autonomie (1) (abonnés Médiapart)

3 novembre 2010
Le passage aux Responsabilités et compétences élargies ou comment mettre les universités en déficit

12 octobre 2010
Retraite : la joint-venture des frères Sarkozy contre les régimes par répartition.

15 octobre 2010
Un élève blessé par un tir de flashballLycées, squats : la poudrière Montreuil

15 octobre 2010
Loi sur les retraites et rapport Attali : jusqu'où ira la casse sociale ?

6 Octobre 2010
L'APPEL DE BOBIGNY " un appel à la Nation et aux responsables politiques républicains pour faire de l'éducation la priorité des politiques publiques autour de 5 objectifs prioritaires définis en commun et de 18 propositions communes". Ce texte sera rendu public lors d'une conférence de presse qui se tiendra à Paris le mardi 19 octobre.

31 juillet 2010
Jacques Bouveresse refuse la Légion d'honneur pour ne pas se « retrouver en bien mauvaise compagnie »

27 juillet 2010
La multinationale et l'université : conflit de chantier

6 juillet 2010
500 chercheurs sacrifiés : parce qu'elle le vaut bien ?

28 juin 2010
Faut-il abroger la loi sur l'autonomie des universités ?

22 juin 2010
Chercher ou obéir, il faut choisir !

18 juin 2010
L'ANR, Agence nationale contre la recherche

16 juin 2010
« J'ai honte que Claude Allègre soit considéré comme un de mes collègues »

9 juin 2010
Prime d'excellence scientifique au CNRS et ailleurs

8 juin 2010
Crise de la culture

10 mai 2010
Chercher sans finaliser, c'est fondamental

7 décembre 2009
Pour un manifeste des sciences humaines et sociales

13 octobre 2009
Sciences-Po : bienvenue à la Cour du roi Richard !

25 mai 2009
Recherche : consultation de Yves Laszlo, directeur laboratoire

10 mai 2009
Évaluation

7 mai 2009
La contre-réforme universitaire

6 mai 2009
Les étudiants du campus lettres de l'université Nancy2 vote contre la propositoin de reprise des cours

16 avril 2009
L'Union pour une Université Moderne et Performante invite Valérie Pécresse

1er avril 2009
Université : le point de non retour

17 mars 2009
Manoeuvres autour du CAPES et de l'agrégation

11 mars 2009
Universités et laboratoires : une situation catastrophique, par Bertrand Monthubert

10 mars 2009
Pour des Etats généraux de l'enseignement supérieur et de la recherche
La Sorbonne envahit Paris

23 février 2009
Recherche : Sarkozy a raison !

20 janvier 2009

-Enseignement supérieur et recherche : se défendre et proposer
Categorías: Universidade

Narrations ( Cahiers ERTA n o 8)

Fabula - Ven, 17/10/2014 - 22:38
Narrations ( Cahiers ERTA n o 8)Narration picturale, narration publicitaire, narration télévisée, narration politique: dans le monde contemporain, on ne cesse d’utiliser la notion de narration dans tous les contextes possibles, jusqu’à oublier sa valeur de notion au profit de la narration en tant que simple mot ou bien association libre.Le huitième numéro des Cahiers ERTA n’aura pas pour but de revenir à ce bon vieux temps où la «narration» était réservée, ou presque, au seul domaine de la littérature, et analysée à l’aide des instruments narratologiques. Il s’agira plutôt de reconsidérer la narration littéraire à la lumière d’un nouveau statut de cette notion en sciences humaines. Pourront ainsi être abordés des sujets tels que:narration transmédiatiquenarration et affectnarration et traumanarration et corpsnarration à l’état naissantet d’autres, la littérature constituant toutefois toujours l’axe principal des études publiées.Calendrier:avant le 25 novembre 2014: adresser une proposition, d’une longueur maximum de 500 mots, à l’adresse suivante: ertafr@ug.edu.pl ,10 décembre2014: réponse du comité de rédaction,15 mars 2015: remise des articles respectant la feuille de style,15 mai 2015: décision du comité de lecture,novembre 2014: publication du numéro (version papier et électronique).Indépendamment de ses numéros thématiques, la revue accepte des articles divers dans sa rubrique «Varia».Site internet: http://cwf.ug.edu.pl/ojs/index.php/CE/index
Categorías: Universidade

L'Express

Sauvons la recherche - Ven, 17/10/2014 - 20:35

17 octobre 2014

19 septembre 2014

3 septembre 2014

16 mai 2014

20 septembre 2013

17 septembre 2013

6 aout 2013

16 mai 2013

18 avril 2013

20 mars 2013

21 février 2013

20 novembre 2012

22 octobre 2012

17 avril 2012

13 avril 2012

10 avril 2012

1 avril 2012

15 mars 2012

11 mars 2012

9 février 2012

21 décembre 2011

10 décembre 2011

9 décembre 2011

10 décembre 2011

6 décembre 2011

23 novembre 2011

18 novembre 2011

L'organisme public de recherche met à la disposition des PME une sélection de brevets, afin de soutenir leur activité commerciale. A un coût symbolique. Une obligation en échange : monter un programme de recherche avec le labo à l'origine de l'invention, le temps de l'adapter aux besoins de l'entreprise.

19 octobre 2011

5 octobre 2011

19 septembre 2011

12 septembre 2011

8 septembre 2011

31 aout 2011

  • "Il faut supprimer l'impôt sur les sociétés pour les TPE-PME" Extrait : "Dans cette étude, nous nous sommes polarisés sur les PME de 10 à 250 salariés. Premier constat : depuis 25 ans, on note une contribution décroissante des entreprises à l'emploi selon leur taille. Elle est élevée chez les TPE, forte chez les PME et négative dans les grandes entreprises. Deuxième constat : ce sont les PME qui paient le plus lourd impôt sur les sociétés et bénéficient le moins de crédit impôt recherche."

5 septembre 2011

31 aout 2011

10 aout 2011

12 juillet 2011

27 juin 2011

7 juin 2011

29 mai 2011

28 mai 2011

25 mai 2011

24 mai 2011

21 avril 2011

6 avril 2011

31 mars 2011

19 mars 2011

23 février 2011

2 février 2011

7 decembre 2010

30 novembre 2010

25 novembre 2010

8 Novembre 2010

13 Février 2010

23 octobre 2009

6 octobre 2009

24 juin 2009

23 juin 2009

11 juin 2009

4 juin 2009

3 juin 2009

27 mai 2009

26 mai 2009

22 mai 2009

20 mai 2009

18 mai 2009

15 mai 2009

14 mai 2009

13 mai 2009

12 mai 2009

11 mai 2009

7 mai 2009

29 avril 2009

28 avril 2009

23 avril 2009

22 avril 2009

20 avril 2009

16 avril 2009

15 avril 2009

10 avril 2009

9 avril 2009

8 avril 2009

7 avril 2009

6 avril 2009

3 avril 2009

2 avril 2009

1er avril 2009

27 mars 2009

26 mars 2009

25 mars 2009

24 mars 2009

20 mars 2009

18 mars 2009

12 mars 2009

11 mars 2009

7 mars 2009

5 mars 2009

3 mars 2009

27 février 2009

24 février 2009

19 février 2009

18 février 2009

11 février 2009

10 février 2009

22 janvier 2009

Categorías: Universidade

Cristobal Colón y la civilización occidental (segunda parte)

Paquidermo - Ven, 17/10/2014 - 19:18

 

:: Howard Zinn :: 

En el año 1531, Sepúlveda visitó su antigua universidad en España y se sintió ultrajado al ver que los estudiantes estaban protestando por la guerra española contra el Turco. Los estudiantes decían “toda guerra es contraria a la religión católica”.

Esto le hizo escribir una defensa filosófica del tratamiento español hacia los indios. Citó a Aristóteles, que en su Política escribió que algunas personas eran “esclavos por naturaleza”, que “debían ser acorralados como bestias salvajes para poder hacerlos volver al sistema de vida correcto”.

Las Casas respondió: “Mandemos Aristóteles a freír espárragos, porque tenemos en nuestro favor el mandamiento de Cristo. Amarás a tu prójimo como a ti mismo”.

La deshumanización del enemigo ha sido un aliado necesario en las guerras de conquista.

Es mas fácil explicar atrocidades si éstas se cometen contra infieles, o gente de raza inferior. Así se justificaron la esclavitud y la segregación racial en los Estados Unidos, y el imperialismo Europeo en Asia y Africa.

Los bombardeos de aldeas vietnamitas por los Estados Unidos, las misiones de búsqueda y destrucción, la masacre de My Lai, todo se hizo agradable a sus autores mediante la idea de que las víctimas no eran humanas. Eran “Gooks” (término despectivo con el que se designaba a los vietnamitas) o comunistas, y se lo merecían.

En la Guerra del Golfo, la deshumanización de los iraquíes consistió en no reconocer su existencia. No estábamos bombardeando a mujeres, niños, ni bombardeando o acribillando a jóvenes iraquíes en actos de vuelo y rendición. Estábamos actuando contra un monstruo tipo Hitler, Saddam Hussein, aunque la gente a la que estábamos matando fueran las víctimas iraquíes de este monstruo. Cuando se le preguntó al general Colin Powell acerca de las bajas iraquíes, dijo que “realmente no era algo en lo que estuviera terriblemente interesado”.

El pueblo americano fue conducido a aceptar la violencia de la guerra en Iraq porque los iraquíes se hicieron invisibles – porque los Estados Unidos sólo utilizaron “bombas inteligentes”. La mayoría de la prensa ignoró el numero de víctimas en Irak, ignoró el informe del equipo médico de Harvard que visitó Irak poco después de la guerra y encontró que decenas de miles de niños iraquíes estaban muriendo debido al bombardeo de los suministros de agua y las resultantes epidemias de enfermedades.

Las festividades de Colón se divulgan como celebraciones no sólo de sus proezas marítimas sino del “progreso”, de su llegada a las Bahamas (Guanahaní), como el comienzo de los muy alabados quinientos años de civilización occidental. Pero debemos revisar estos conceptos. Cuando se le preguntó en una ocasión a Gandhi qué pensaba sobre la civilización de occidente, respondió: “Es una buena idea”.

La idea no es negar los beneficios del “progreso” y la “civilización” – los avances en tecnología, conocimientos, ciencia, salud, educación y niveles de vida. Pero debemos hacernos una pregunta: progreso, sí, pero ¿a qué costo humano? ¿Debemos medir el progreso simplemente en las estadísticas del cambio tecnológico e industrial, sin tener en cuenta las consecuencias de tal “progreso” para los seres humanos? ¿Aceptaríamos la justificación Rusa del mandato de Stalin, incluyendo la gran cantidad de sufrimiento humano, basándose en que transformó a Rusia en un gran poder industrial?

Recuerdo que en mis clases de Historia americana, en la secundaria, cuando llegamos al periodo después de la Guerra Civil, en el corto intervalo entre esa guerra y la segunda guerra mundial, se llamó “época dorada” al periodo de la gran revolución industrial cuando Estados Unidos se convirtió en un gigante económico. Recuerdo qué emocionados estábamos al conocer el crecimiento dramático de las industrias del petróleo y el acero, la construcción de las grandes fortunas, el entrecruzamiento del país por el ferrocarril.

No se nos contó el coste humano de este gran proceso industrial. Cómo la enorme producción de algodón provenía del trabajo de esclavos negros, cómo la industria textil se construyó sobre el trabajo de jovencitas que entraban en los telares a los doce años y morían a los veinticinco; cómo los ferrocarriles fueron construidos por inmigrantes irlandeses y chinos a los que prácticamente se hacía trabajar hasta la muerte, bajo el calor del verano y el frío del invierno; cómo los trabajadores, inmigrantes y nativos, tuvieron que ir a la huelga y ganar el derecho de la jornada de ocho horas, cómo los hijos de la clase trabajadora en los barrios bajos de las ciudades tenían que beber agua contaminada y cómo morían prematuramente de malnutrición y enfermedad. Todo esto en nombre del “progreso”.

 

Y sí, es verdad que se han obtenido enormes beneficios de la industralización, las ciencias, la tecnología y la medicina. Pero hasta el momento, en estos 500 años de civilización occidental, de dominación del mundo por parte de occidente, la mayoría de esos beneficios han recaído en una parte muy pequeña de la raza humana. Ya que billones de personas en el Tercer Mundo aun se enfrentan al hambre, a la falta de vivienda, a la enfermedad, y a la muerte prematura de sus hijos.

¿Que la expedición de Colón marcó la transición de la incultura a la civilización? ¿Y las civilizaciones indias que habían sido construidas unos cientos de años antes de que llegara Colón?

Las Casas y otros se maravillaron con el espíritu de participación y generosidad que caracterizaba a las sociedades indias, los edificios comunales en los que vivían, sus sensibilidad estética, la igualdad entre hombres y mujeres.

Los colonos ingleses en Norte América se asombraron de la democracia de los Iroquíes – las tribus que ocupaban gran parte de Nueva York y Pennsylvania. El historiador americano Gary Nash describió la cultura iroquesa: “no hay leyes ni ordenanzas, alguaciles ni guardias, jueces o jurados, tribunales, o cárceles – el aparato de autoridad de las sociedades europeas – nada de eso se podía encontrar en los bosques del noreste antes de la llegada europea. Aun así estaban firmemente establecidos los limites aceptables de conducta. Aunque estaban orgullosos de ser individuos independientes, los iroquies tenían un estricto sentido del bien y del mal.”

En el transcurso de su expansión hacia el oeste, los Estados Unidos, la nueva nación, robaron las tierras de los indios, los mataron cuando se resistieron, destruyeron sus fuentes de comida y abrigo, los empujaron hacia secciones cada vez mas pequeñas del país, se dedicaron a la destrucción sistemática de la sociedad nativa. En los tiempos de la guerra de Halcón Negro, en los años de 1830 – una de las cientos de guerras contra los indios de Norte América, Lewis Cas, el gobernador del territorio de Michigan, se refirió a la toma de millones de acres de los indios como “el progreso de la civilización.” Dijo: “Un pueblo bárbaro no puede vivir en contacto con una comunidad civilizada”.

Ya sabemos cuan bárbaros eran esos indios cuando, en los años de 1880, el congreso preparó una legislación para parcelar las tierras comunales en las que aun vivían los indios, en pequeños minifundios, lo que hoy en día alguna gente admirativamente llamaría “privatización”.

El Senador Henry Dawes, artífice de esta legislación, “visitó la nación Cherokee y describió lo que encontró: “… no había una sola familia en toda la nación que no tuviera casa propia. No había ni un pobre en la nación, y la nación no debía ni un dólar… había construido sus propias escuelas y hospitales. Sin embargo su desapego hacia el sistema era aparente. Habían llegado todo lo lejos que pudieron, porque tenían las tierras en común…. no había ocupación que hiciera que tu casa fuera mejor que la de tus vecinos. No había egoísmo, lo que está en el escalón mas bajo de la civilización”.

Ese egoísmo que está en el escalón más bajo de la civilización está conectado con lo que empujó a Colón, y con lo que causa gran admiración hoy en día. También está vinculado a lo que dicen los dirigentes políticos americanos y los medios de comunicación, acerca de cómo Occidente le hizo un gran favor a la Unión Soviética y Europa del este, introduciendo el afán de lucro.

Por descontado, puede haber algunas veces en las cuales el incentivo de afán de lucro puede ser de ayuda en el desarrollo económico, pero tal incentivo, en la historia del “libre mercado” del oeste, ha tenido consecuencias espantosas. Ha llevado a través de los siglos de la “civilización occidental” a un imperialismo despiadado.

En la novela de Joseph Conrad escrita en 1890, El corazón de las tinieblas, después de pasar una temporada en el Congo superior, en Africa, describe el trabajo que hacían hombres negros encadenados para los hombres blancos cuyo único interés era el marfil. Escribe: “la palabra marfil, tañía en el aire, se susurraba, se suspiraba. Se podría pensar que le rezaban… arrancar el tesoro de las entrañas de la tierra era su anhelo, sin que les respaldara otro propósito moral que el que tienen los ladrones al allanar una propiedad”.

Este anhelo incontrolado por el afán de lucro ha conducido a un enorme sufrimiento humano, explotación, esclavitud, crueldad en el trabajo, condiciones laborales peligrosas, trabajo infantil, la destrucción de campos y bosques, el envenenamiento del aire que respiramos, del agua que bebemos, de nuestros alimentos.

En su biografía, el jefe Luther Oso Plantado, escribió: “Es cierto que el hombre blanco trajo grandes cambios, pero los frutos variados de su civilización, aunque muy exagerados e incitadores, son escalofriantes y mortales. Y si es parte de la civilización el mutilar, robar, y arruinar, entonces ¿qué es el progreso? Voy a aventurar que el hombre que se sienta en el piso de su tipi, meditando acerca de la vida y su significado, aceptando la hermandad de todas las criaturas y reconociendo una unidad en el universo de las cosas, tiene imbuido su ser con la verdadera esencia de la civilización.”

Las amenazas actuales al medio ambiente han hecho que científicos y otros académicos reconsideren el valor del “progreso”, tal y como ha sido definido hasta ahora. En diciembre de 1991 hubo una conferencia de 5 días en el MIT en los que cincuenta científicos e historiadores discutieron la idea del progreso en el pensamiento occidental. Lo que sigue, forma parte del informe de esa conferencia aparecida en el Boston Globe:

“En un mundo, donde los recursos están siendo dilapidados, y el entorno envenenado, dijeron ayer los participantes de una conferencia en el MIT, ya es hora de que la gente empieza a pensar en términos de sostenibilidad y estabilidad en vez de en crecimiento y progreso. Las discusiones entre académicos de economía, religión, medicina, historia y ciencias se caracterizaron por fuegos artificiales verbales y acalorados intercambios que a veces llegaron hasta los gritos”.

Uno de los participantes, el historiador Leo Marx, dijo que trabajar hacia una mayor coexistencia armónica con la naturaleza es en sí misma una clase de progreso, aunque diferente de la idea tradicional en que el hombre domina la naturaleza.

Así que mirar hacia el pasado, hacia Colón, de forma crítica es replantearse la cuestión del progreso, la civilización, nuestras relaciones con otros, nuestra relación con la naturaleza. Probablemente hayan oído muy a menudo, como yo, que es una equivocación tratar la historia de Colón como lo hacemos. Lo que nos dicen es: “están sacando a Colón fuera de contexto, mirándolo con los ojos del siglo XX. No deben superponer los valores de nuestra era a sucesos que tuvieron lugar hace 500 años, eso es antihistórico.

Este argumento me parece extraño. ¿Quiere eso decir que la crueldad, la explotación, la avaricia, la esclavitud, la violencia contra pueblos indefensos son valores característicos de los siglos quince y dieciséis? ¿Y que nosotros en el siglo XX estamos por encima de eso? ¿Es que no hay ciertos valores que son comunes a la época de Colón y a la nuestra? Prueba de ello es que tanto en su época como en la nuestra hubo y hay esclavizadores y explotadores; tanto en su época como en la nuestra hubo y hay quienes protestaron contra esto, en nombre de los derechos humanos.

Es muy alentador que, después del Quinto Centenario, haya una ola de protestas sin precedentes en todos los años de la celebración de Colón, a lo largo de los EEUU, y a través de las Américas. La mayoría de estas protestas están dirigidas por Indios, que están organizando conferencias y reuniones, y que se comprometen en actos de desobediencia civil y que están tratando de educar al público americano sobre lo que realmente pasó hace quinientos años. Esto nos dice mucho sobre los problemas de nuestro tiempo.

Hay una nueva generación de profesores en las escuelas, y la mayoría de ellos insiste en que se cuente la historia de Colón desde el punto de vista de los Americanos nativos. En el otoño de 1990, me llamó de Los Angeles un locutor de un programa de debates que quería discutir sobre Colón. En otra línea, también estaba una estudiante de secundaria de esa ciudad, llamada Blake Lindsey, que había insistido en que el Ayuntamiento de Los Angeles se opusiera a las celebraciones tradicionales del día de Colón. Ella les contó el genocidio cometido por los españoles contra los indios Arawak, y el ayuntamiento ni siquiera respondió.

Alguien llamó al programa presentándose como una mujer que había emigrado de Haití. Dijo: “esa chica tiene razón – ya no quedan indios- En nuestra ultima revuelta contra el gobierno el pueblo derribó la estatua de Colón y ahora está en el sótano del ayuntamiento de Port-au-Prince”. La que llamaba terminó diciendo: “¿Por qué no erigimos estatuas de los aborígenes?”

A pesar de los libros de texto aún vigentes, cada vez más profesores tienen dudas, más estudiantes tienen dudas… Bill Begelow informa sobre las reacciones de sus estudiantes después de que les hace leer información que contradice la historia tradicional. Un estudiante escribió: “En 1492 Colón surcó la mar oceánica… esa historia es tan completa como un queso de gruyere”. Otra escribió una critica de su libro de texto de Historia Americana al editor Allyn y Bacon, señalando que había demasiadas omisiones importantes en el texto. Dijo: “para hacer las cosas fáciles, sólo escogeré un tema. ¿Qué tal Colón?”

Otro estudiante: “Me parecía que los editores solo habían impreso una historia gloriosa que se suponía que nos haría sentir más patrióticos hacia nuestro país… querían hacernos ver nuestro país como algo grande y poderoso, y siempre del lado de la razón… nos han estado alimentando con mentiras”.

Cuando los estudiantes descubren que en la primera historia que aprenden –la historia de Colón – no se les ha estado contando toda la verdad, esto los conduce a un escepticismo muy saludable acerca de su educación histórica. Una de las estudiantes de Begelow, llamada Rebecca, escribió: “¿Qué importa realmente quien descubrió América?… Sólo el pensar que me han mentido toda la vida acerca de esto, y quien sabe acerca de qué mas, realmente me cabrea”.

Este nuevo pensamiento crítico en los colegios e universidades parece asustar a los que han glorificado lo que se ha llamado “Civilización occidental”. El Secretario de Educación de Reagan, William Bennet, en su “Informe sobre humanidades en la Educación Superior” habla acerca de la civilización occidental como “nuestra cultura común… sus más altas ideas y aspiraciones”.

Uno de los defensores más feroces de la civilización occidental es el filosofo Allan Bloom, que escribió El final de la mentalidad americana con un sentimiento de pánico con respecto a lo que los movimientos sociales de los sesenta habían hecho para cambiar la atmósfera educativa de las universidades estadounidenses. Estaba espantado con las manifestaciones de estudiantes de las que fue testigo en Cornell, que consideraba una terrible interferencia con la educación.

La idea de educación de Bloom era un pequeño grupo de estudiantes muy inteligentes, en una universidad de élite, estudiando a Platón y Aristóteles, y rechazando ser molestados en su contemplación por el ruido exterior causado por estudiantes manifestándose contra el racismo o protestando contra la guerra de Vietnam.

Mientras lo leía, me recordó a algunos colegas míos, de cuando enseñaba en una universidad para estudiantes de raza negra en Atlanta, Georgia, que movían su cabeza con desaprobación cuando nuestros estudiantes abandonaron sus clases de una sentada para ser arrestados en protesta en contra de la segregación racial. Decían que estos estudiantes estaban descuidando su educación. Al contrario, estos estudiantes aprendieron más en unas cuantas semanas de participación en lucha social de lo que podrían haber aprendido en un año de asistencia a clase.

¡Vaya entendimiento limitado y atrofiado de la educación! Se corresponde perfectamente con la visión de la historia que insiste en que la civilización occidental es el cenit del logro humano. Como escribió Bloom en su libro: ”sólo en las naciones occidentales, es decir, las que recibieron la influencia de la filosofía griega, hay alguna voluntad en dudar de la identificación del bien con las actitudes personales”. Bueno, si esta voluntad de poner en duda es el sello de la filosofía griega, entonces Bloom y sus compañeros, idólatras de la civilización occidental, no tienen ni idea de tal filosofía.

Si la civilización occidental es la cúspide del progreso humano, los EEUU son el mejor exponente de esta civilización. Aquí tenemos otra vez a Allan Bloom: “Este es el momento de EEUU en la historia mundial…. América nos cuenta una historia, el continuo, inevitable progreso de la libertad y la igualdad. De sus primeros colonizadores y de sus comienzos políticos en adelante, es indiscutible que la libertad y la igualdad son la esencia de la justicia para nosotros”. Sí, dile a los negros y a los americanos nativos, a los vagabundos, a los que no tienen Seguro de Enfermedad, y a todas las víctimas de la política exterior americana, que América “nos cuenta una historia de libertad e igualdad”.

La civilización occidental es muy compleja. Representa muchas cosas, algunas decentes, otras espantosas. Tendríamos que detenernos a pensar antes de ensalzarla sin criticas cuando advertimos que David Duke, un miembro del Ku Klux Klan de Louisiana, y ex Nazi, dice que lo malinterpretaron. “El fundamento más fuerte de mi pensamiento” le dijo a un periodista “es mi amor por la civilización occidental”.

Los que insistimos en considerar críticamente la historia de Colón, e igualmente todo aquello de nuestra historia tradicional, somos habitualmente acusados de insistir en la corrección política, en perjuicio de la libertad de expresión. A mí esto me parece raro. Es el guardián de las viejas historias, las historias ortodoxas, quien rechaza abrir el espectro de las ideas, exponerlas en libros nuevos, nuevos enfoques, nueva información, nuevas visiones de la historia. Los que reivindican creer en el “libre mercado” ya no creen en un libre mercado de ideas, creen en un libre mercado de bienes y servicios. En ambos casos, bienes materiales e ideas, quieren un mercado dominado por aquellos que siempre han detentado el poder y la riqueza. Les preocupa que si hay nuevas ideas en el mercado, la gente pueda empezar a reflexionar sobre los planes sociales que nos han causado tantos sufrimientos, tanta violencia, tantas guerras durante estos últimos quinientos años de “civilización”.

Por supuesto que ya nos pasaba eso antes de que Colón llegara a este hemisferio, pero los recursos eran insignificantes, la gente estaba aislada unos de otros, y las posibilidades eran muy limitadas. En los siglos recientes, sin embargo, el mundo se ha convertido en un lugar sorprendentemente pequeño, nuestras posibilidades de crear una sociedad decente se han incrementado enormemente, así que ya no existen excusas para el hambre, el analfabetismo, la violencia y el racismo.

Revisando nuestra historia, no sólo estamos mirando al pasado, sino al presente, y tratando de observarlo desde el punto de vista de aquellos que han sido excluidos de los beneficios de las llamadas civilizaciones. Lo que estamos intentando realizar es una cosa muy sencilla pero profundamente importante, mirar el mundo desde otros puntos de vista. Necesitamos hacerlo empezando este nuevo siglo, si queremos que este siglo sea diferente, si queremos que sea, no un siglo Americano, o un siglo occidental, o un siglo blanco o un siglo masculino, o el siglo de alguna nación o algún grupo, sino el siglo de la especie humana.

——————-

Traducción de Déborah Gil para el Centro de Estudios Miguel Enríquez, Chile.

FREE EDUCATION BLOC: march with us at the TUC demo

FACEBOOK EVENT HERE 

Since the introduction of fees students are having to work harder to fund their studies, from long nights in a bar before early morning lectures, to Saturdays and afternoons in a shop to make up for the destruction of EMA, the freezing of maintenance loans and sky-rocketing masters’ fees.

This does not stop in postgraduate education; postgrad teaching assistants are exploited on precarious, low wage contracts and stipends for research have been cut on real terms just as salaries have. Women and migrant workers bear the brunt of this, with a sexist gender pay gap and racist discrimination rife in the workplace.

There is vast wealth in our society, but we who produce it see very little of it.
We demand:
• Taxation of the rich to fund education and decent jobs for all.
•An equal living wage for every worker, regardless of age, including apprentices and interns.
We must:
•Join trade unions and agitate for uncompromising industrial action for better pay and conditions.
•Organise in our workplaces, communities and campuses.
Use protest and direct action to win free and funded education which is accessible to all.

Meet under the red Free Education Now banner, Blackfriars, 10.30.

Categorías: Universidade

Statement by Roza Salih, writer of the motion on ‘Iraqi/Kurdish solidarity’

This is a statement by Roza Salih, NUS Scotland International Students Officer, and the writer of the motion ‘Iraqi/Kurdish solidarity’ that was proposed to NUS national committee, and which passed at NUS Scotland executive. The motion passed by NUS Scotland is below. You can view the NUS NEC motion here.

The recent attacks on the NUS from right-wing extremists is disgusting and must be opposed, I will be happy to work Malia and the NUS Executive Council to promote the issue of ISIS brutally attacking Kurdistan – and I am happy that this will be coming to the next NUS NEC with broad support. But I feel the need to address some comments made about my motion and its supposed islamaphobia.

As Vice President of Diversity and Advocacy at the University of Strathclyde Students’ Association and NUS Scotland’s International Students Officer, I proposed a motion to stand in solidarity with the Kurdish people. Whilst I am happy to write a new motion, I am disappointed that many people have said that the motion was written by ‘some student who made a mistake’, and it has been suggested that we’ll be working with them to make the motion ‘less islamaphobic’.

As my job titles and record show, I work on liberation and it is my priority, nobody has shown me what specifically in the motion is islamaphobic, and I feel that it is unfair to tag that to my name. I come from a Kurdish Muslim background and the motion that was submitted was for NUS to speak out in defence of my people – as they are brutally murdered by agents of the “Islamic State”. What the Islamic State is doing is wrong, and I look forward to our national student movement coming together through the politics to support these people fighting for survival.

The Scottish Executive Committee Notes:
1.The on-going humanitarian crisis and sectarian polarisation in Iraq – which has resulted to thousands of Yazidi Kurds been massacred.

The Scottish Executive Committee Believes:
1.That Iraqi citizens have suffered for years under the sectarian dictatorship of Saddam Hussein and in the US/UK invasion and occupation of Iraq.
2.That rape and other forms of sexual violence are being used as weapons against Women in IS occupied areas against minorities to ethnically cleanse.

The Scottish Executive Committee Resolves:
1.To work with the International Students’ Campaign to support Iraqi students in the UK.
2.To campaign in solidarity with the Iraqi people and in particular support the hard-pressed student, workers’ and women’s organisations against all the competing nationalist and religious-right forces.
3.To support Iraqis trying to bridge the Sunni-Shia divide to fight for equality and democracy, including defence of the rights of the Christian and Yazidi-Kurd minorities.
4.To condemn the “IS” and support the Kurdish forces fighting against it, while expressing no confidence or trust in the US military intervention.
5.Encourage students to boycott anyone found to be funding ISIS or supplying them with goods, training, travel or soldiers.
6.To meet with Iraqi and Kurdish organisations, in Iraq and here in the United Kingdom, in order to build solidarity and to support refugees.
7.To issue a statement on this basis.

Categorías: Universidade

Poste de professeur/e en traduction

Fabula - Ven, 17/10/2014 - 18:43
Entrée en fonction : le 1er août 2015Clôture du concours: 14 mars 2015Le Département de langues, linguistique et traduction de l’Université Laval désire pourvoir un poste de professeure ou de professeur en traduction.fonctionsEnseignement de la traduction générale et spécialisée, aux trois cycles, de l’anglais vers le français ou du français à l’anglaisEncadrement d’étudiants aux cycles supérieurs et direction d’essais, de mémoires et de thèsesRecherche dans les domaines de la traduction, de la traductologie ou de la terminologieParticipation au fonctionnement des programmes de traduction et de terminologieParticipation aux activités départementales, facultaires et universitairescritères de sélectionDoctorat en traduction, en traductologie ou en terminologie, ou doctorat dans un domaine connexe (les doctorants dont la date de soutenance est déjà fixée sont également admissibles)Expérience de la recherche dans les domaines de la traduction, de la traductologie, de la terminologie ou dans une discipline connexePublications pertinentesExpérience de l’enseignement universitaireConnaissance du milieu professionnel de la traduction au CanadaUne compétence avérée en traduction dans une autre combinaison linguistique serait un atoutTraitement et conditions de travail selon la convention collective en vigueur.Valorisant la diversité, l’Université Laval invite toutes les personnes qualifiées à présenter leur candidature, en particulier les femmes, les membres de minorités visibles et ethniques, les autochtones et les personnes handicapées. La priorité sera toutefois accordée aux personnes ayant le statut de citoyen canadien ou de résident permanent.Les personnes intéressées sont priées d’envoyer leur lettre de présentation, accompagnée d'un curriculum vitæ ainsi que d'un document de deux à trois pages exposant leurs champs d'intérêt en recherche et en enseignement, et de faire parvenir trois lettres de recommandation confidentielles sous plis séparé,auplustardle14mars 2015, à 16 h, à l'attention de:Monsieur Michel De Waele, directeur par intérimDépartement de langues, linguistique et traductionFaculté des lettresPavillon Charles-De-Koninck1030, avenue des Sciences-HumainesUniversité LavalQuébec (Québec) G1V 0A6 CANADAdirecteur@lli.ulaval.caTéléphone: 418 656-3262Télécopieur: 418 656-2622Pour plus d’information sur le Département de langues, linguistique et traduction, consulter le site www.lli.ulaval.ca
Categorías: Universidade

After the Freeze: UC Privatization Since 2012

Remaking the University - Ven, 17/10/2014 - 17:35
by Amanda Armstrong, Rhetoric Department, UC Berkeley.  5th of 5 talks from The Operation of the Machine panel, UC Berkeley October 1, introduced by Prof. Colleen Lye.  Cross-posted from Reclaim UC
Photo: Outside the office of UC Berkeley's Vice Chancellor for Real Estate, October 1, 2014 
I’m going to be talking today about the operation of the UC machine then, versus its operation now. But notthen as in 1965. More like then as in 2009.
I still have vivid memories from fall 2009—a semester when students, workers, and professors built assemblies, walked out of classes, and took direct actions to challenge austerity measures being imposed by the newly-appointed UC President, Mark Yudof. These austerity measures included a 32% tuition increase, furloughs for faculty and staff, and layoffs of over 2,000 service workers across the UC system.
At one of the first walkout planning meetings I attended that fall, people were talking about something called the “Meister report,” which I later learned was named after its author, UC Santa Cruz Professor Bob Meister. The Report talked about how UC administrators were able to take out low-interest construction bonds because they essentially pledged to Moody’s and other rating agencies that they would raise student tuition if necessary to pay back the bonds.
The Meister Report challenged the official story of the 2009 tuition hikes, which claimed that the hikes were necessary given the state’s defunding of public education. The report suggested that, in hiking tuition so drastically, UC administrators weren’t only making up for state defunding – they were also showing bond rating agencies that they had the political will and capacity to deliver steep fee hikes if necessary. And they were protecting their ability to carry on with construction projects, even if this meant trimming funds for basic instruction and saddling students with more debt.
In this way, the Meister Report opened up questions about how and in whose interests UC administrators were managing the money they did have, and about why so many construction projects were moving forward even at a moment of financial crisis. 2009 was thus defined by the politicization both of UC real estate development and of rising student debt levels; it was also a period of significant political mobilization. Even so, we did not succeed in stopping the fee hikes, or otherwise reversing austerity on a large scale. There were some minor victories though: at Berkeley, some of the demands of those who occupied Wheeler Hall on November 20thwere realized. The University renewed its essentially no-cost lease to the Rochdale co-op, and a number of custodial workers who had been laid off were rehired.
The larger political victory came in 2011 and 2012. Facing another round of steep fee hikes, students linked their organizing against privatization to the larger occupy movement. We set up encampments on the campuses, and, after acts of police violence, held massive strikes at Berkeley and Davis. The movement broadened through the spring, with people in all sectors of education marching to the capitol building in Sacramento and occupying it, in order to build support for progressive taxation and for the refunding of public education and social services. Ultimately, a ballot initiative for progressive taxation passed and, with guarantees of more state funding, the regents agreed to freeze in-state tuition for at least four years.
Since the political victory of 2012, some things have changed. In the aftermath of the in-state tuition freeze, the priorities and practices of UC administrators have mutated somewhat, which, I want to suggest, presents an altered political context, and some ambiguities, for those of us interested in challenging University privatization. To begin to get a sense of this new terrain, we can look at recent bond rating reports and UC financial documents.
This year, two rating agencies, Moodys and Fitch, downgraded the UC’s bond rating. In explaining their decision, Moodys noted that, while “The university's debt doubled over the last eight years,…. Political and public scrutiny of the rising cost of higher education will constrain UC's ability to grow net tuition revenue.” They continued: “The university's relatively low cost compared to other market leading universities and expansive geographic draw of students help offset these pressures.” In other words, UC administrators aren’t politically able to raise enough tuition revenue to offset their debts, but at least they can make money on out-of-state tuition, and maybe sometime soon they’ll be able to raise in-state tuition as well.
These bond rating reports, in addition to vindicating Bob Meister’s analysis from 2009, help clarify and explain a couple strategies recently undertaken by UC administrators—strategies that are spelled out fairly explicitly in UC’s financial documentsFirst: In the absence of a political context conducive to across-the-board tuition hikes, administrators have nevertheless tried to increase tuition and fee revenues by admitting more out of state students and by increasing other costs students have to pay (including for housing and healthcare). And Second: In an attempt to decrease their debt levels, administrators have begun to aggressively promote the privatization of development. Instead of generally taking on debt to construct buildings themselves, they are now often working to rent out university-owned land to developers who are willing to build, and in some cases manage, dorms, labs, and other facilities.
In what follows, I will discuss these two administrative strategies, as well as some of their possible political implications.  
First, on UC administrators’ recent attempts to salvage tuition and fee income. This really varies by campus, and I’m going to focus mostly on Berkeley. Following the crisis of 2009, Berkeley administrators started actively recruiting out of state and international students, who paid more in tuition. In the last couple years, as the cost of out-of-state tuition has risen to almost three times that of in-state tuition, administrators continued to admit progressively more out-of-state students. Last year, a third of new admits came from outside of California.
Like other public universities, Berkeley has started “leveraging” student aid to compete to enroll higher-income, out-of-state students. The new Middle Class Access Plan, the cutoff for which was just raised to include those from families making up to $150,000, leverages relatively small grants in exchange for the higher return of out-of-state tuition revenues. Berkeley has also selectively increased housing costs since 2012, raising rents dramatically on the most desirable housing options, while keeping other rents relatively flat. This follows a period of dramatic rent hikes; between 2001 and 2011, room and board rates nearly doubled. Finally, as part of the restructuring of SHIP in 2013, Berkeley raised healthcare premiums by thirteen percent for undergraduates and twenty percent for graduate students—a cost increase that mostly falls on grad students in professional schools, whose tuition rates have also continued to increase.    
Thinking politically about this situation, it’s worth saying initially that a politics organized around the principles of racial justice, class equality, and affordable public education remain critical. Since 2009, the admission and enrollment rates of black students have declined even further than in the immediate aftermath of Proposition 209. Over this period, the class composition of the student body has also been shifting; there are relatively fewer low-income students but significantly more from the highest income brackets. Since 2001, the costs borne by all students have continued to rise, even for those receiving the maximum support from Pell Grants and the Blue and Gold plan. For these and other reasons, it’s critical that we continue to target the race and class exclusions that are only becoming more entrenched in the admissions process.
But I think we also should be thoughtful about how politically to address the fact that the bulk of new tuitionand fee revenues has been coming from out-of-state and international students, who now make up a greater percentage of the student body and have the potential to take on a greater role—as either protagonists or antagonists—of any student movement against privatization that might reemerge. Perhaps advocating for across the board rent and tuition reductions, including for out-of-state tuition, would be a generally compelling way to address affordability issues, which would push back as well against UC administrators’ post-2012 strategy for increasing tuition and fee revenues.            The second post-2012 administrative strategy concerns the privatization of development. In June 2012, right around the time the Regents announced that they would freeze in-state tuition if Proposition 30 passed, Berkeley housing administrators announced that, in order to limit their construction-related debt, they would begin seeking out private developers to build new dorms. This kind of privatization of dorm construction had been happening for some time at Irvine and Davis. And Berkeley had done something similar with the Blum Center, as well as in partnering with BP to fund the construction of the Energy Biosciences Institute building on Hearst and Oxford.
Just in the last couple of years though, the privatization of construction has significantly intensified across the UC system. The UC Office of the President recently posted on their website documents outlining the various partnerships, or rent agreements, the campuses are looking to make with private developers. At Berkeley, housing administrators announced that the Martinez commons would be the final dorm funded and built in-house, and they recently leased Bowles Hall to a private entity interested in redeveloping the building. They are working now on finding a developer interested in building and managing a new dorm on Ellsworth and Channing. The Berkeley rent stabilization board has expressed concern that such privately developed and managed dorms could further drive up student rents, especially when other privately-run dorms, such as the newly-constructed Metropolitan on Dana and Durant, charge rents higher than the cost of room and board. Construction workers’ unions have also raised concerns about the fact that, unlike building projects on campus, these development projects won’t be bound by state prevailing wage laws, and so could involve more dangerous and exploitative building practices.
UC Berkeley administrators have also been working to make arrangements with private firms for the development of portions of the Gill Tract, in Albany. So far, the efforts of Occupy the Farm have stalled this development, and have put on the agenda the conversion of the Gill tract into space for community-based farming, research, and education.
Berkeley administrators, including the newly appointed Vice Chancellor of real estate Robert Lalanne, are also working on coordinating a massive development project on 109 acres of land owned by the University in Richmond Bay. They are saying this project will involve private construction and management of some of the research facilities, and recently published an “Infrastructure Master Plan,” outlining ways for private companies to buy space and influence at the Richmond Bay campus. 
A coalition of labor and community groups has issued a number of demands around this development project including the payment of prevailing wages to construction workers, the promise that all service workers employed in the facilities will be represented by AFSCME, the opening up of space for community-based and community-driven research, that those profiting from the project help fund affordable housing in Richmond, and that formerly incarcerated people be hired for some of the construction and other work set to occur. These are demands that students and workers on campus can help amplify. And in general, I think it’s imperative that we respond to UC’s efforts to privatize construction by building relations of solidarity with local communities and making the case for a kind of public knowledge making.
I can imagine some ambiguities and difficulties that might accompany such a project, aside from just the myriad practical challenges of coalition building and of building power sufficient to interrupt administrative agendas. It might also be hard to know when to oppose new development outright and when to try and direct it to less damaging, more accessible and public-oriented ends. And there’s a question as well about federal research money, which is public in one sense but is often linked to military or other state interests. In a power-point presentation last spring, Robert Lalanne, the Vice Chancellor of real estate, noted that drone development and testing is part of the research agenda for Richmond Bay. Given the entailments of much federal research, how can we envision and struggle for a kind of public knowledge making that is resolutely anti-militarist?
Any renewed movement against university privatization will need to work through these ambiguities and difficulties. But if the last six years have shown us anything, it’s that concerted action on the part of students, workers, and instructors can fundamentally shift the operations of the university, and can block the worst effects of university privatization, if not reverse this process outright. So there is reason to try, and to hope.
Categorías: Universidade

L'Humanité

Sauvons la recherche - Ven, 17/10/2014 - 16:45

17 octobre 2014

1 octobre 2014

7 septembre 2014

30 juillet 2014

23 juin 2014

19 juin 2014

17 mars 2014

13 février 2014

5 janvier 2014

23 décembre 2013

22 décembre 2013

5 décembre 2013

15 novembre 2013

8 novembre 2013

5 novembre 2013

4 novembre 2013

13 septembre 2013

23 mai 2013
Rapport sur le métier d'enseignant : veut-on régler son compte à l'école ? (Jeunes communistes)

Enseignement supérieur : « Le texte ne répond pas aux questions fondamentales décidant de l'avenir » (PCF)

22 mai 2013
Projet de loi "Enseignement Supérieur et Recherche" : l'intervention de Marie-George Buffet

Fioraso adopte la loi du marché

Mercredi 22 mai : manifestations en France pour l'abandon de l'actuel projet de la loi Fioraso

Les enseignants chercheurs manifestent à Paris contre la loi Fioraso

Université : débats houleux en perspective sur la loi Fioraso

"Gérer les enseignants autrement" : l'intégralité du rapport de la Cour des comptes

Faites taire la Cour des Comptes ! (SNALC-FGAF)

10 mars 2013
Tribune : La gauche et l'éducation, par Jean Robelin

15 février 2013
Lundi 18 février à Paris : rassemblement contre la loi LRU 2.0

12 février 2013
Une concertation est indispensable pour déboucher sur une vraie loi

16 janvier 2013
Formation des profs « Le projet de Vincent Peillon est incohérent »

22 décembre 2012
Rythmes scolaires : Nous voulons une même école de la réussite pour tous ! (FCPE 94)

3 septembre 2012
La coordination des biologistes en colère interpelle le nouveau gouvernement

13 juillet 2012
Sanofi  : jeudi noir pour la recherche pharmaceutique

12 juin 2012
Enseignants-chercheurs : Abrogation du Décret Pécresse n° 2009-460

30 mai 2012
L'université dans l'œil de l'austérité

28 mai 2012
Le rapprochement Paris VIII- Nanterre pas PRES d'être acquis

14 mai 2012
Mediator : les victimes veulent un procès rapide

7 mai 2012
Amiante  : Sanofi jugé fautif

La justice a reconnu jeudi la «  faute inexcusable  » de l'industriel pharmaceutique pour avoir exposé à l'amiante un ancien salarié de l'usine de Vitry-sur-Seine. Mais c'est la Sécurité Sociale qui paiera la facture.

9 mai 2012
Choukri Ben Ayed, du Front de gauche : « Changer les rythmes scolaires, pas la priorité »

27 avril 2012
Jugés pour s'être opposés à la réforme des universités

26 avril 2012
Les étudiants chiliens ne s'en laissent pas compter

19 avril 2012
Droits d'entrée à l'université  : le Québec voit rouge

13 avril 2012
Non, la culture n'est pas un supplément d'âme !

Pour un service public femme-mère-enfant (Comité de défense Hôpital Santé publique 06)

21 mars 2012
IDEX, LRU c'est NON ! (Front de Gauche)

14 mars 2012
Jean-Louis Martinelli : 1000 emplois menacés dans le spectacle vivant

13 mars 2012
L'affaire Adlène Hicheur ou les graves dérives d'une politique ultra-sécuritaire (PCF)

6 mars 2012
Un appel aux candidats et aux citoyens

avoir donné aux universités leur autonomie, avoir fait, en faveur de l'enseignement supérieur et de la recherche, «  des efforts financiers sans précédent  », avoir engagé une politique de l'excellence...le gouvernement affiche l'enseignement comme secteur prioritaire, aucun poste d'ens ...

28 février 2012
Joliot et les fonts baptismaux du CNRS Quand la Recherche était une République. La recherche scientifique à la Libération, de Michel Blay.

Éditions Armand Colin/Comité pour l'histoire du CNRS, 2011,

EXTRAITS : Pour (Joliot), la recherche doit être indépendante, tant à l'égard du milieu politique que du monde industriel, ce qui ne signifie pas pour autant qu'elle doit être sans aucun rapport avec ce dernier. Elle doit être évidemment également performante, et pour cela demeurer libre, c'est-à dire non orientée par des impératifs à court terme.(...). Le contexte actuel (...) est très différent (...). Il n'en est pas moins possible d'aller chercher dans ces textes fondateurs matière à réflexion (...) pour réaliser un but qui lui reste d'actualité : faire exister en France une recherche démocratique et républicaine dans sont inspiration et féconde dans ses résultats.

24 février 2012
Bruno Chaudret « La recherche, ou la quête désintéressée du savoir »

24 février 2012
Le bilan des dégâts produits par les « réformes » imposées

Dépassements d'honoraires : « le résultat de la marchandisation de la santé » (PCF)

17 février 2012
Les 6 et 7 mars, au procès de Nantes, l'impunité ne doit pas faire jurisprudence

15 février 2012
Bilan de santé à l'Education : le Ministre choisit un organisme privé ! (FSU)

14 février 2012
Déclaration commune - Appel à la manifestation lors de la journée du 29 février (CFDT, CGT, FSU, SOLIDAIRES, UNSA)

10 février 2012
Les scientifiques simulent le climat du futur

8 février 2012
Institut Pasteur : appel à rassemblement le 9/02 à Montpellier (CFDT, CGT, FO)

3 février 2012
Le groupe socialiste se mobilise face à la menace d'expulsion d'un professeur étranger à Deuil La Barre (Val-d'Oise)

27 janvier 2012
Des idées pour nourrir un large débat citoyen qui s'attaque réellement aux causes des dysfonctionnements de l'école

20 janvier 2012
Pour défendre l'enseignement professionnel public, sous statut scolaire, l'intersyndicale appelle à mobilisation

6 janvier 2012
« La LRU, c'est d'abord un coup de force »

21 décembre 2011
Salaire minimum dans la Fonction publique : Déclaration unitaire au Ministre (Intersyndicale)

20 décembre 2011
Bibliothèque nationale de France : quel avenir pour Gallica ? (FSU)

Suppressions de postes : la curée continue ! (FCPE)

16 décembre 2011
A la découverte des petits lutins de Noël avec Génération Précaire

9 décembre 2011
Rassemblement ce lundi 12 décembre à 18h devant le collège Edouard Vaillant de Gennevilliers en solidarité avec un professeur menacé d'expulsion.

Plan Campus : la grande désillusion (PS)

6 décembre 2011
Rassemblement pour obtenir l'inscription du nom d'Ambroise Croizat sur le bâtiment de la Sécurité sociale, mercredi 7 décembre à Annecy

5 décembre 2011
Politique à haut risque pour l'école : nous aussi, on évalue ! (SNUipp-FSU)

4 décembre 2011
Universités : "Contre les retards de versements des bourses et le désengagement financier de l'Etat dans les CROUS !"

1 décembre 2011
Sanofi : 1455 suppressions de postes, mobilisation Européenne le 2 décembre (CGT)

25 novembre 2011
En condamnant la Région Rhône-Alpes, la justice donne enfin gain de cause aux membres du lycée Emmanuel Mounier de Grenoble

18 novembre 2011
Universités – IUT : Solidaires (FERC Sup CGT)

Salaires dans la Fonction publique : il y a urgence ! (FSU)

14 novembre 2011
Soutien aux étudiant-e-s serbes en lutte (communiqué)

10 novembre 2011
Précarité, pauvreté, mal-logement : l'urgence d'un salaire étudiant (SUD Étudiant)

Le 15/11 à Toulouse : Rencontre Université populaire / la Renaissance sur la "démondialisation"

7 novembre 2011
En France la scolarité est un droit ! (FSU)

3 novembre 2011
Mondor  : victoire définitive

29 octobre 2011
Hollande oppose son projet Éducation aux "75 milliards d'euros de cadeaux fiscaux" de Sarkozy

28 octobre 2011
Amiante : avec la réduction drastique de leurs indemnités, les victimes subissent une double peine ! (M. Demessine)

26 octobre 2011
La france défigurée. L'histoire prise en otage

16 octobre 2011
Compte rendu du des débats sur l'ESR à la fête de l'Huma (pdf et videos)

14 octobre 2011
La CGT attaque auprès du Conseil d'Etat la liste des métiers ouverte aux migrants (communiqué)

7 octobre 2011
Lyon : la répression policière entache une manifestation syndicale

4 octobre 2011
Le 4/10 à Créteil : Rassemblement pour le maintien de la chirurgie cardiaque à l'hôpital Mondor

30 septembre 2011
Les personnels du service logistique de l'Ecole normale supérieure (ENS) de Lyon en grève

29 septembre 2011
Budget 2012 : Copie à revoir pour l'école (SNUipp-FSU)

26 septembre 2011
LEducation : où manifester mardi en France ?

Les personnels hospitaliers poursuivent l'action (CGT 91)

24 septembre 2011
Demi-victoire pour Bastien Cazals, le prof désobéisseur

23 septembre 2011
La réussite scolaire pour tous L'école est la grande affaire des classes populaires

20 septembre 2011
Centre Hospitalier Sud Francilien : le syndrome financier (CGT)

11 septembre 2011
« Les émeutes mettent en lumière la pensée populaire »

8 septembre 2011
Crise : la FSU adresse un courrier aux parlementaires !

Villejuif (94) : Annulation d'une fermeture de classe : Bravo aux mobilisés ! (C. Cordillot, maire)

SOS PES en détresse : Appel des Professeur-e-s stagiaires de la Seine-Saint-Denis

6 septembre 2011
Sanofi fait le choix des actionnaires contre les salariés (CGT)

5 septembre 2011
Intéressement collectif dans la Fonction publique : des dispositions dangereuses ! (FSU)

2 septembre 2011
Intéressement des fonctionnaires (PS)

Le 2/09 à Paris : Rassemblement de protestation contre la répression du mouvement social à l'ENS

19 aout 2011
Anesthésiants en rupture de stock : chronique d'une mort annoncée ?

4 aout 2011
Les études de genre s'invitent au lycée : un pas en avant (SUD Etudiant)

2 aout 2011
Pour le maintien pérenne de la chirurgie cardiaque à Mondor : substituer des critères humains au choix de la rentabilité (PG)

27 juillet 2011
L'hôpital public rempart à l'exclusion (USAP CGT)

25 juillet 2011
Résorption de la précarité à l'Université de Strasbourg : des avancées décisives (SNESup-FSU)

28 juin 2011
Université : putsch de Valérie Pécresse contre le système national

24 juin 2011
EPR : la justice confirme le procès-verbal de l'Autorité de sûreté nucléaire

17 juin 2011
Le principe d'égalité bafoué dans les écoles de Saint Gratien (95) : plainte au tribunal

Lettre ouverte à M. Le Ministre de l'Education Nationale - Collège Gustave Monod (94)

7 juin 2011
Conflit des Archives nationales : un nouveau préavis de grève est déposé

8 juin 2011
Extraire la politique universitaire de la cupidité du marché

9 juin 2011
Les Indignés : et si on parlait du contenu ?

3 juin 2011
3 au 5 juin : Sixième université de Sauvons La Recherche à Villeurbanne

2 juin 2011
Les précaires de l'enseignement supérieur sortent de l'ombre

29 mai 2011
GRDF : le démantèlement du service public se poursuit (André Gerin)

28 mai 2011
Education nationale : une « foire aux remplaçants » pour seule politique de recrutement (PS)

26 mai 2011
L'alternance en master d'enseignement pousse à la précarité des futurs professeurs (Sud Étudiants)

22 mai 2011
À Paris, des profs recrutés en « job dating »

11 mai 2011
Le 12 mai à Paris : Tous et toutes dans la rue avec les étudiants infirmiers ! (communiqué)

5 mai 2011
Communiqué du Parti de Gauche 94 - Moratoire Mondor

3 mai 2011
Ministère bleu, Régions roses : étudiants affamés ! (communiqué de la FNESI)

1 mai 2011
Face au G8 des universités, toutes et tous à Dijon les 5, 6 et 7 mai !

28 avril 2011
Fonction publique : déclaration des organisations syndicales CGT, CFDT, Solidaires, FSU, CFTC, UNSA
Service Public d'Orientation et Pass' Contraception : les lycéens imposent leurs revendications !
Conseil Supérieur de l'Education (CSE) : l'UNL conforte sa place de première organisation lycéenne

26 avril 2011
Sang de cordon : non à la marchandisation du corps humain (PCF)
Le 4 mai à Paris : rassemblement intersyndical éducation 93 contre les suppressions de postes
le 5 mai à Paris : rassemblement pour le maintient de chirurgie cardiaque de l'Hôpital de Créteil

20 avril 2011
Politique salariale : il faut changer de cap ! (FSU)
La FCPE mobilise le 20 mai et lance une pétition

18 avril 2011
Prostitution étudiante : rapport parlementaire (communiqué de Sud étudiant)
Le 19 avril à Vaulx en Velin : Journée de mobilisation pour sauver les postes RASED

14 avril 2011
C'est pas très Normale, ces CDD à répétition  !

6 avril 2011
Chatel conseille de chercher les profs à… Pôle emploi !
Lutte ENS : banquet de solidarité ce jeudi 7 avril à Paris

5 avril 2011
Bruno Julliard ( PS) : L'autosatisfaction de Luc Châtel est hallucinante

1 avril 2011
PCF : Management contre Recherche : la RGPP et le désossage des Grands Organismes Publics de Recherche

23 mars 2011
Fac : les cabinets de conseil prospèrent

21 mars 2011
Pas résignés face aux suppressions de postes

17 mars 2011
Dénucléarisons aussi nos universités (communiqué de la fédération SUD Étudiant)

10 mars 2011
Répartition de la Dotation Horaire Globale : le vice président de la région PACA écrit à Luc Châtel

9 mars 2011
L'UNEF appelle à un débat national sur l'emploi des jeunes

28 février 2011
À travers l'université on attaque la société libre et démocratique

26 février 2011
Les violences de l'exil féminin

24 février 2011
L'excellence est agitée comme un leurre : elle mène à l'exclusion

22 février 2011
FNESI : La colère gronde chez les étudiants en soins infirmiers

21 janvier 2011
Assises du Grand Roissy : Déclaration commune des Présidents Région Ile-de-France et Conseils Généraux (95, 93, 77)

20 janvier 2011
Postes supprimés : un proviseur retraité renvoie ses palmes académiques

19 janvier 2011
Les syndicats de la fonction publique reprennent les négociations

11 janvier 2011
Front syndical contre la précarité dans le public
À l'IUFM de Créteil, des stages à peu de frais…

7 janvier 2011
Licencier chez Sanofi… simple comme un coup de fil  !

6 janvier 2011
Le Medef s'invite dans les facs

5 janvier 2011
La CGT n'ira pas aux voeux présidentiels

4 janvier 2011
Nouvelle grève contre les suppressions de postes chez Sanofi

7 décembre 2010
Oui aux Maisons de Santé de Proximité, oui à l'enseignement de la médecine générale, non à la consultation graduée. Le S.M.G communiqué

26 novembre 2010
Numérique à l'école, gare aux inégalités

25 novembre 2010
Pourquoi les jeunes se sont-ils mobilisés sur la question des retraites  ?

24 novembre 2010
Labex, Inex… Où va l'université ?

17 novembre 2010
Paris, rue d'Ulm, les invisibles de Normale Sup' sortent à la lumière

9 novembre 2010
Pas de retour à la normale rue d'Ulm

9 novembre 2010
Budget de l'enseignement supérieur : rêve ou poudre aux yeux ?

4 novembre 2010
Université et recherche  : la pénurie

3 novembre 2010
Moins d'étudiants, pas moins motivés

5 Octobre 2010
Bernard Rey «  On n'assimile pas un savoir-faire en visionnant une vidéo  »

5 Octobre 2010
Pour Luc Chatel, enseigner, c'est vraiment un jeu d'enfant Le ministère a mis en ligne des clips vidéo censés apprendre aux jeunes enseignants à « tenir leur classe ». Le degré zéro de la formation, fustige le Snes.

3 septembre 2010
Le grand emprunt pour les universités, miroir aux alouettes

23 juillet 2010
Grande-Bretagne  : un impôt pour plumer les diplômés

3 juin 2010
La « mastérisation » devant la justice
Étienne Boisserie « Une légalité douteuse »

22 avril 2010

25 mars 2010

18 février 2010

16 février 2010

12 février 2010

26 janvier

15 décembre

6 novembre 2009

29 octobre 2009

22 septembre 2009

22 juin 2009

11 juin 2009

10 juin 2009

9 juin 2009

4 juin 2009

30 mai 2009

27 mai 2009

20 mai 2009

19 mai 2009

2 mai 2009

30 avril 2009

29 avril 2009

28 avril 2009

25 avril 2009

23 avril 2009

18 avril 2009

17 avril 2009

15 avril 2009

10 avril 2009

9 avril 2009

8 avril 2009

7 avril 2009

6 avril 2009

3 avril 2009

2 avril 2009

30 mars 2009

27 mars 2009

26 mars 2009

25 mars 2009

24 mars 2009

21 mars 2009

19 mars 2009

18 mars 2009

17 mars 2009

16 mars 2009

14 mars 2009

13 mars 2009

12 mars 2009

11 mars 2009

10 mars 2009

9 mars 2009

6 mars 2009

5 mars 2009

4 mars 2009

2 mars 2009

25 février 2009

24 février 2009

21 février 2009

20 février 2009

19 février 2009

18 février 2009

17 février 2009

16 février 2009

14 février 2009

13 février 2009

12 février 2009

11 février 2009

10 février 2009

5 février 2009

4 février 2009

3 février 2009

31 janvier 2009

27 janvier 2009

23 janvier 2009

22 janvier 2009

21 janvier 2009

20 janvier 2009

17 janvier 2009

16 janvier 2009

13 janvier 2009

11 janvier 2009

7 janvier 2009

6 janvier 2009

Categorías: Universidade

Revue de presse du vendredi 17 octobre 2014

Cahiers Pédagogiques - Ven, 17/10/2014 - 16:42
Une nuit au collège

Ce pourrait être la suite du film, Une nuit au musée, sauf qu'il ne s'agit pas d'une fiction mais de l'incroyable et bien réelle mésaventure de cette jeune collégienne, prise au piège dans les toilettes de son propre établissement la nuit de jeudi à vendredi, à Comines, dans le nord de la France. La voix du Nord nous relate l'inédite affaire. « Tout a commencé jeudi après-midi. Ce jour-là, les élèves du collège participaient au cross de l'établissement scolaire. Vers 16 h 30, à l'issue des courses, une élève de sixième, âgée de 11 ans, a souhaité se changer et est passée aux toilettes. Problème : impossible ensuite de rouvrir la porte pour ressortir. La porte des toilettes avait en fait été refermée à clé par la personne chargée de femer l'établissement scolaire. » Sans téléphone portable, la jeune fille n'était pas en mesure de joindre l'extérieur. Il a fallu aux policiers, prévenus par la famille plusieurs heures de recherche avant de la retrouver vers une heure du matin, choquée, mais saine et sauve. « Pour Jean-Paul Guidecoq, principal du collège Philippe-de-Commynes, l'incident de cette nuit n'aurait jamais dû avoir lieu. « Nous sommes très mal à l'aise par rapport à ce qui s'est produit. Heureusement, l'élève se porte bien et c'est le plus important. Toutefois, il y a eu une faute professionnelle. C'est une évidence, quand on ferme une porte, on s'assure qu'il n'y a personne à l'intérieur. La personne qui a commis cette faute sera sanctionnée. » »

La bourse au mérite réaffirmée

Alors qu'en septembre dernier, la ministre de l'Education nationale défendait la suppression de la bourse au mérite, au motif selon elle que le dispositif était « moins efficace » pour « la réussite du plus grand nombre » qu'une augmentation du nombre de boursiers. » on apprend aujourd'hui que le Conseil d'Etat vient de s'opposer à cette mesure gouvernementale. Plusieurs journaux relaient l'information. Sylvain Mouillard, journaliste pour Libération titre ainsi son sujet « L'institution avait été saisie par une association, qui contestait la décision du gouvernement de supprimer ces aides réservées aux bacheliers mention très bien. » Dans l'Express Education, on explique le choix de la décision. « Le juge des référés a estimé qu'il y avait un doute sérieux sur la légalité de cette partie de la circulaire attaquée et que son exécution, privant des étudiants d'une part substantielle de leur ressources, créait une situation d'urgence", explique le Conseil d'Etat dans un communiqué. » Sur le site VousNousIls, on revient sur la polémique : « La sup­pres­sion de cette aide au mérite, des­ti­née aux meilleurs bache­liers et étudiants en licence béné­fi­ciaires d'une bourse sur cri­tères sociaux, avait en effet sus­cité une véri­table polé­mique. Une péti­tion lan­cée par l'association "Touche pas à ma bourse je la mérite" a récolté à ce jour plus de 11 400 signatures. »

Toujours pas payés

Nous voilà déjà aux congés de Toussaint et certains jeunes enseignants, nouvellement nommés en Seine-Saint-Denis, n'ont toujours pas reçu leurs premiers salaires. C'est ce qu'on apprend en lisant cet article de VousNousIls : « L'administration se dit débor­dée par l'afflux de nou­veaux ensei­gnants dans ce dépar­te­ment où seule­ment 5 per­sonnes gèrent 1500 dos­siers. » Un peu plus loin, un enseignant témoigne. « Je suis papa et je viens d'emménager, j'ai des frais impor­tants. J'ai dû deman­der un emprunt auprès de ma famille" raconte Romain, un ensei­gnant de 38 ans. "Même ceux qui ont fait leur dos­sier dans les temps n'ont pas été payés", indique Arnaud Montfort, de SUD Education. Le pro­blème vien­drait du rec­to­rat : "il n'y a pas assez de per­son­nel admi­nis­tra­tif pour faire face à l'augmentation du nombre d'enseignants. » Face à l'urgence de la situation, et en attendant que le service comptable du rectorat soit en mesure de payer, une solution est avancée, (tenez-vous bien) la distribution de bons alimentaires. Sans commentaire...

Wise, suite et analyse

A souligner dans l'actualité du jour, cette vive tribune de Philippe Meirieu pour le Café pédagogique où le chercheur en sciences de l'éducation exprime fort et sans détour vis-à-vis du WISE (forum mondial de l'innovation en éducation) tout à la fois son étonnement, sa surprise, son inquiétude et ses préoccupations : « Étonnement, d'abord, de voir des « experts en éducation » découvrir et présenter comme des affirmations révolutionnaires des lieux communs qui traînent dans la vulgate pédagogique depuis plus d'un siècle » Surprise aussi car comme le souligne l'auteur dans la foulée « justement, on a progressé depuis le Congrès de Calais ! Et, chez les chercheurs en éducation, on évite désormais, autant que possible, ces oppositions caricaturales. La transmission et l'accompagnement ne sont pas antinomiques, bien au contraire » Inquiétude réaffirmée du spécialiste en pédagogie face au risque d'une individualisation forcenée de l'enseignement. « Si c'est ainsi qu'on prétend mobiliser sur les savoirs les élèves décrochés, on fait fausse route : ce dont ces derniers ont besoin, c'est d'une rencontre exigeante avec des savoirs incarnés dans une démarche de projet… pas d'être réduits à des consommateurs astreints à l'absorption régulière de produits scolaires sur mesure ! » Enfin, et non des moindres, préoccupations au pluriel exprimées par un homme qui depuis toujours défend une certaine vision de l'éducation, centrée sur une transmission culturelle, incarnée, humaniste et émancipatrice de l'homme et de la société : « Le WISE, sous couvert d'expertise scientifique, développe, en réalité un vrai projet éducatif qui ne dit pas son nom : un projet où « l'innovation » est totémisée sans être interrogée sur les finalités qu'elle sert… un projet où, sous prétexte de développer les « compétences personnelles », on risque d'écarter de toute culture ceux qui auraient besoin de s'en nourrir pour se développer… un projet où l'individualisation prend le pas sur le collectif et où les « contenus sur mesure » prennent la place d'une possible « culture commune »… un projet qui se veut résolument « moderne » puisqu'il prétend identifier les « pratiques efficaces », mais sans jamais se demander précisément à quoi… un projet qui passe par pertes et profits la question centrale de toute pédagogie, l'articulation de la transmission et de l'émancipation. Bref, un projet qui renonce au caractère « instituant » de l'École pour l'enrôler dans une logique de service qui n'aura bientôt plus de « public » que le nom. » Et bien voilà qui est dit, un lecteur averti dans l'assemblée pour se risquer au débat ?

Pour ou contre une université sélective ?

C'est la question posée par l'article de Camille Stromboni dans le magazine en ligne EducPros « Faut-il une dose de sélection à l'entrée de l'université ? Les présidents de fac ont de nouveau mis un coup de boutoir pour défendre cette proposition début octobre 2014. À l'inverse, les deux universitaires à la tête de la StraNES (Stratégie nationale de l'enseignement supérieur) plaident pour le maintien de l'ouverture totale de l'université, à condition que les autres filières publiques prennent leurs responsabilités. » On trouvera soulevées, dans cet Interview croisée de Bertrand Monthubert et Sophie Béjean, un grand nombre de problématiques comme celle de l'orientation, du droit d'accès du futur bachelier à l'enseignement supérieur, des passerelles à imaginer pour permettre au bacheliers professionnels de réintégrer des études académiques classiques, de la nécessité d'assouplir la rigidité linéaire du système français. Des questions nombreuses et sans réponses magiques, c'est ainsi que termine l'article. « C'est pourquoi c'est un chantier qui doit être ouvert, la réponse ne peut être simpliste. » De son côté, Martin Andler, mathématicien, professeur à l'université Versailles-Saint-Quentin (UVSQ), et membre de Terra Nova Think Tank, une université plus sélective pourrait aider tous les étudiants à mieux réussir. C'est ce qu'il confie au Nouvel Observateur : « Une sélection progressiste n'élimine pas les candidats, mais elle laisse aux universités une importante liberté : celle de les retenir ou non, selon des critères qui leur sont propres. Chaque fac a besoin de tels ou tels profils, correspondant à ses formations, sa pédagogie, ses débouchés. Chaque étudiant a ses aspirations : il faut les laisser se choisir mutuellement. Aux bons bacheliers scientifiques, une fac pourrait, par exemple, proposer des bilicences sciences-philo ou sciences-chinois et un contact plus précoce avec la recherche. Parallèlement, elle proposerait quelque chose de plus professionnalisant, plus proche du terrain aux bacheliers pro qui le souhaitent. »

A lire aussi

Un article du Monde, par Mattea Battaglia « Je n'ai pas attendu le socle commun pour apprendre à mes élèves le respect »
Un sujet sur Europe1 « Vallaud-Belkacem veut modifier les aides aux écoles »

Et pour ce qui nous concerne, c'est ainsi que s'achève cette revue du vendredi, en vous souhaitant une bonne lecture et un excellent week-end !

Ostiane Mathon

Categorías: Educación, Universidade

Ofsted tells teachers what not to do in effort to dispel inspection myths

Guardian Unlimited: Education - Ven, 17/10/2014 - 16:36

Excessive planning and marking not required, Ofsted tells schools, as education secretary Nicky Morgan says move is aimed at reducing workload

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Campaign update: 17 October 2014

Reino Unido: University and College Union - Ven, 17/10/2014 - 16:14
In the news | USS dispute | FE pay England | Barnsley College strike | Britain Needs A Pay Rise: TUC demos | Black members' participation survey | Stamp out casual contracts day of action | Ofsted inspection framework consultation | Say no to the EUUS trade deal | New intellectual property advisory service | Events, updates and publications
Categorías: Universidade

La Tribune

Sauvons la recherche - Ven, 17/10/2014 - 16:10

17 octobre 2014

15 mai 2014

6 mai 2014

8 avril 2014

13 janvier 2014

Voici un journaliste qui "ne manque pas d'air" ...!

4 décembre 2013

9 octobre 2013

3 septembre 2013

13 mai 2013

19 avril 2013

10 avril 2013

31 janvier 2013

21 décembre 2012

28 novembre 2012

2 novembre 2012

25 octobre 2012

12 octobre 2012

17 septembre 2012

13 aout 2012

13 juillet 2012

5 juillet 2012

  • Pourquoi les universités américaines dominent-elles les classements ? Qu'est-ce qui fait le succès des universités américaines, toujours premières au classement Shanghai Jiao-Tong des meilleurs établissements du monde ? Leurs anciens élèves, répond Shailendra Mehta, directeur académique de Duke Corporate Education et professeur à l'Indian Institute of Management.

25 avril

12 avril 2012

Extrait : L'accord signé entre le groupe pharmaceutique Roche, le Baylor Research Institute (BRI) de Dallas et le nouvel Institut de recherche sur les vaccins basé à l'hôpital Henri-Mondor de Créteil (photo) est un bon exemple de projet collaboratif international entre des acteurs industriels et académiques. (...)

11 mars 2012

ou comment faire pour obtenir le credit impots recherche

9 mars 2012

8 mars 2012

25 février 2012

20 février 2012

Tout sur le "tout nouveau Nestlé Institute of Health Sciences (NIHS) "

17 février 2012

9 février 2012

30 janvier 2012

23 janvier 2012

6 janvier 2012

18 décembre 2011

23 novembre 2011

21 novembre 2011

17 novembre 2011

9 novembre 2011

28 octobre 2011

20 octobre 2011

19 octobre 2011

18 octobre 2011

17 octobre 2011

Extrait : "Pour résoudre le problème des inégalités croissantes, il faut mener, d'après l'ancien prix Nobel d'économie, une politique de long terme sur l'éducation. "

6 octobre 2011

30 septembre 2011

26 septembre 2011

23 septembre 2011

22 septembre 2011

21 septembre 2011

29 aout 2011

27 aout 2011

19 aout 2011

16 aout 2011

7 aout 2011

3 aout 2011

22 juillet 2011

20 juillet 2011

16 juillet 2011

15 juillet 2011

29 juin 2011

20 juin 2011

15 juin 2011

25 mai 2011

23 mai 2011

18 mai 2011

17 mai 2011

16 mai 2011

12 mai 2011

10 mai 2011

18 avril 2011

16 avril 2011

15 avril 2011

1 avril 2011

25 mars 2011

22 mars 2011

18 mars 2011

13 mars 2011

9 mars 2011

4 mars 2011

4 mars 2011

28 février 2011

9 février 2011

3 février 2011

22 janvier 2011

20 janvier 2011

17 janvier 2011

11 janvier 2011

9 janvier 2011

6 janvier 2011

3 janvier 2011

16 décembre 2010

14 décembre 2010

9 décembre 2010

7 décembre 2010

1 décembre 2010

26 novembre 2010

17 novembre 2010

15 octobre

14 octobre 2010

27 Avril 2010

25 mars 2010

17 Mars 2010

15 février 2010

17 décembre 2009

28 octobre 2009

13 mai 2009

13 mars 2009

11 mars 2009

27 février 2009

5 février 2009

5 janvier 2009

31 décembre 2008

Categorías: Universidade

Ofsted: what the new guidelines mean for teachers open thread

Guardian Unlimited: Education - Ven, 17/10/2014 - 16:01

Ofsted has published its latest observation guidelines. How will they affect you and your colleagues? share your views with us

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

J. Jurt, Naciones literarias : una sociología histórica del campo literario .

Fabula - Ven, 17/10/2014 - 15:28
Joseph Jurt, Naciones literarias : una sociología histórica del campo literarioCórdoba [Argentine] : Villa Maria, Eduvim, coll. "entreculturas", 2014.EAN 9789876990639.Présentation de l'éditeur :Ce recueil contient les études que voici (en traduction espagnole) : Champ littéraire et nation ; Flaubert : littérature et archéologie ; Champ littéraire et champ artistique en France (1880-1900) ; La réception transnationale de la littérature : la réception du naturalisme en Allemagne ainsi qu'un entretien avec l'auteur portant sur le projet intellectuel qui est à la base de ces études : littérature et sociologie : la découverte de Pierre Bourdieu.
Categorías: Universidade

Female students from Darfur arrested and beaten in Sudan, says HRW

Guardian Unlimited: Education - Ven, 17/10/2014 - 15:03

The detention of young Darfuri women studying in Khartoum has sparked outrage among activists who point to systematic discrimination

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade
Distribuir contido