Universidade

The National Education Service as a Radical Vision for Free Education

This blog posts explores some of the radical potentials of demanding a National Education Service within the Labour Party and beyond. It is based on a talk given by a Warwick For Free Education (WFFE) activist to the Non-Aligned Leftist Forum society on ‘What is the left’s vision for education?’. It was originally published on the WFFE blog.

The National Education Service (NES) was a policy proposed by Jeremy Corbyn prior to his election as Labour Party leader. It is now, nominally, Labour’s flagship education policy. However, little has been written about it beyond a couple of articles by Corbyn. The recent National Campaign Against Fees and Cuts conference, hosted at Warwick by WFFE activists, further developed those ideas, making them both clearer and more radical.

So what is the NES all about? There is an explicit analogy to the NHS and welfare state – the NES is to be ‘cradle-to-grave’ and ‘free-at-the-point-of-use.’ It is also sold as providing skills and lifelong learning in order to allow workers to adapt to economic and technological change. This is framed as both a way to give workers ‘opportunities’ and a way of providing skilled workers to businesses in order to boost productivity. Taxation to pay for the NES is justified on this basis; according to Corbyn, companies should be willing to pay ‘slightly more in corporation tax’ because they recognise the ‘business case for investing in staff.’

The framing of the NES is a classically social democratic one: the state will deal with producing and reproducing human capital and social infrastructure which will benefit capital – in turn capital is expected to contribute to the costs of these policies. There is a tension here; education is described as a ‘collective good’ which provides working class people with ‘opportunities,’ yet the NES is also framed as an ‘investment’ designed to aid productivity and capital accumulation. Social democracy has been extensively criticised for its symbiotic relationship with capital; this relationship allows improvements for (some) workers to come at the expense of continued alienation and exploitation, and the exclusion of more marginalised groups from the settlement. Indeed, the NHS (which the NES is posed as analogous to), is a prime example – it has in large part relied on an imperialist ‘brain drain’ of healthcare professionals from the global south, and like all policies of the 1945 Labour government, was premised on the profits of the Empire. Thus, there is always a tension at work in radical anti-capitalists’ defences of social democratic policies and institutions. How can anti-capitalists defend policies which are explicitly designed to maintain the conditions for exploitation and accumulation?

We must always point to possibilities beyond what we are ‘defending.’

We can see this at work in the experiences of student activists. As activists, we ‘defend education,’ protect ‘public universities,’ and fight cuts to services. However, we have also found it necessary to point out major structural problems with universities as they exist now. This is why ‘free education’ has come to encompass much more than abolishing tuition fees. I would argue it has more often come to mean a set of critiques of the university; to call for ‘free, democratic, liberated, etc.’ education is to point out how the social democratic and neoliberal universities have systematically failed to meet those criteria. Campaigns like ‘Why Is My Curriculum White?’ have revealed curricula to be Eurocentric and calls for a liberated curriculum have shown how they regularly exclude the work and perspectives of people from the global south, women and non-binary people, people of colour, disabled people, and LGBT people. In practice such demands mean a very significant reorganisation of universities’ teaching, admissions criteria, hiring practices, etc. Other activists critique the university as a capitalist enterprise – one at the forefront of exploitative labour practices, landlordism, and the creation of lifelong debt. Free education activists have been at the forefront of labour struggles within universities and many are now helping organise rent strikes. I will return to these critiques of the university later and suggest how they relate to the NES.

National Education Service – some key concepts

Several important aspects of a National Education Service come out of Corbyn’s writing on the subject and subsequent discussions.

  • The Comprehensive University – this would mean ending the division between higher and further education institutions and the selective and exclusive nature of universities. This is similar to the principle of comprehensive schooling – the same education, for everyone, with no entry requirements. In practice this means abolishing universities as they currently exist. For example, Oxford University would merge with Oxford Brookes as well as local further education colleges; in their place would be a single institution open to, and democratically accountable to, the local community and students. It is clear how this would start to break down the elitist concentration of capital and resources in institutions like Russell Group universities.
  • Modular learning – based on the idea that you don’t have to be a student and study a particular degree course in order to learn about something. This becomes possible with the breakdown of HE/FE divisions to form the comprehensive university; anyone can study a module offered by any local teaching institution. In my opinion the implications of this for mass, working class education are massive, much more so than the entry of – some – working class people into universities. If, for example, you’re doing a course in plumbing or carpentry at an FE college in Coventry, why shouldn’t you be able to take a module in history, English literature, or sociology at the University of Warwick? Is there any good reason for this absolute division of mental and manual labour which says that a carpenter or plumber can’t also take an interest in history, poetry, or feminist theory?
  • Lifelong learning – strongly related to modular learning. A move away from the ‘student’ as something you are full-time for a few years – people should be able to access education as a significant part of their life, alongside other things, at any stage in their life. Importantly this should not just be framed as a way to ‘retrain’ workers in the face of ‘economic change’ but as a right to education as a transformative, creative, political, or even ‘just’ an enjoyable activity.
  • Ending ‘elite’ education – alongside the comprehensive university there would be a parallel process at the school level to provide a truly comprehensive education. This means no more grammar, free, academy, or private schools. Further, schools should not try to model themselves on the cultural and academic norms of (former) private and grammar schools.
  • Universal access and childcare – arguably one of the most laudable parts of Corbyn’s proposals for the NES is his focus on providing childcare as well as financial support for those wishing to study. As with many other activities, many women’s ability to access education is limited by childcare responsibilities. Patriarchal society imposes the burden of social reproductive labour mainly on women. Social reproduction is the labour of maintaining the household, raising children, supporting (male) workers – it is vital to the continuation of capitalism but generally not recognised or paid for as such, forcing women to take a ‘double shift’ of waged ‘productive’ labour alongside unwaged ‘reproductive’ labour. Free childcare is thus a vital feminist demand and the NES is an important framework in which to raise it.

Critiques of the university and of students as a ‘privileged’ group

It is important to begin this section with the caveat that students are by no means a universally privileged group and that universities can be sites of impoverishment and oppression for many of us. However, at an institutional level there are ways in which students are privileged over non-students. I was struck by this when I recently visited one of the main public libraries in Sheffield. The sociology section was one small shelving unit which was pretty small and contained mostly entry level or popular works (including Russell Brand’s ‘Revolution’!). We can compare this to our university library at Warwick which has more on any given aspect of sociology than the Sheffield library had on the subject as a whole; and that library is only serving around 25,000 people.

Security barriers in the library – the installation of similar barriers in Bologna was cause for a student occupation and clashes with the police

Universities must be understood as fulfilling a particular function in class society. They exist to produce knowledge necessary to the functioning of the state, capitalist corporations, cultural institutions, the military, etc. They also reproduce class divisions by producing the next generation of managers, administrators, and technicians of capitalism. Older elite universities like Oxford, Cambridge, and Durham have always been ruling class institutions and have accumulated huge pools of capital on that basis. For example embodied in their endowments or in grand old buildings. Newer elite universities like Warwick have forged their identities as ‘business universities;’ here the link to capitalist industry is explicit and, in many departments, includes direct corporate input into curriculums.

The University of Warwick has a long history of collaboration with local business elites, including historically monitoring of students’ and academics’ links with local worker struggle.

When coming across large accumulated pools of capital we should always ask where it came from and what social relations – indeed, violences – allowed it to be accumulated. Marx wrote in Volume 1 of Capital that ‘capital comes [into the world] dripping from head to foot, from every pore, with blood and dirt.’

Rhodes Must Fall In Oxford, for instance, highlights that libraries and even whole colleges at Oxford are literally built on the proceeds of slavery and colonialism. More broadly this is true of many ruling class institutions and of social democratic institutions which are largely funded by the accumulated profits of imperialism.

Universities largely began as elite institutions for the children of the ruling class. The picture has been complicated now by mass entry of working class young people into Higher Education – in many ways a genuine and important victory for the class. However, access to university is still stratified by race and class. More fundamentally the rollout of universities is based on an expansion of elite institutions to be more ‘inclusive’ – they are still selective and the ‘best’ universities are only looking for the most ‘bright’ and ‘talented’ working class youth to bring into a middle and upper class institutions. Working class experience of entry into university often reflects this, and graduate earnings map more closely to social class prior to university than to the fact of being a graduate. One study found that:

“Graduates from richer family backgrounds earn significantly more after graduation than their poorer counterparts, even after completing the same degrees from the same universities.”

This is where the idea of a comprehensive university comes in. It would be non-selective and not oriented purely to producing ‘employable’ graduates but to lifelong, flexible learning for all. It would effectively mean the abolition of the university as a distinct institution. Thus universities’ often state-of-the-art facilities and extensive academic libraries would be open to the community at large and control of universities’ capital would be democratised and shared with chronically underfunded FE courses.

No more highly securitised libraries and study spaces, no more key-card access! Access to academic libraries and online journals for everyone!

Working class education, the NES, and grassroots struggle

The NES, as I have conceptualised it here, is more than a policy proposal – it is a potential theoretical approach analogous to ‘free education’ which relates to many struggles, demands, and principles. As such I think it is important to think beyond the Labour Party and policy-makers so I’m going to highlight a few struggles which I think point towards the principles of the NES.

Students in Bologna have sought to put into practice the demands suggested above about free access to libraries and study spaces. When management sought to set up barriers to further enclose their library they physically removed them and reclaimed the space through occupying it. As our statement of solidarity with the students states:

“The occupation was an absolute success: the space was crowded and busy, and people were even seen studying in the corridors. Without notice, the Chancellor called the police a few hours after the occupation started, who immediately charged the people inside, destroying tables, chairs and other studying material. To resist, the students started a demonstration around the University which was also violently dispersed by the police forces. Nevertheless, assemblies continue to take place, and the fight will continue.”

In addition to expressing our solidarity with the fight against enclosure of study spaces and police presence on campuses the statement noted that:

“Warwick’s own first occupation was in the library in 1969 in solidarity with students at the LSE who were fighting against the installation of metal gates around their campus. These gates were designed to increase management control over the LSE and create a more exclusive gate-kept community. Warwick stood against such moves then, and we stand against them today.”

The borders between ‘university’ and ‘community’ are not fixed, and how porous they are is a matter of struggle as the examples of the Bologna and LSE occupations demonstrates.

As was already highlighted above, Rhodes Must Fall in Oxford can be seen as advancing a critique of the university. The campaign is seeking to get the statue of British colonialist and racist Cecil Rhodes removed from Oriel College. They have also points out other parts of Oxford built on the proceeds of colonialism – e.g. the Codrington Library, built using funds left in the will of a notorious slave trader. This campaign is important in advancing a critique of elite universities as they relate to capitalism, the ruling class, and colonialism; it is also telling that Oriel made the decision not to remove the statue after an incredibly wealthy individual threatened to cancel a £100m donation.

Such institutions really ought to be abolished and their control by wealthy individuals broken. Let’s expropriate racist multimillionaires and tear down their beloved statues.

In this context, I would argue, dissolving Oxford University into a city-wide comprehensive would be a profoundly radical expression of class and racial justice which no amount of greater ‘inclusion’ of working class students and students of colour into the uni could match. The occupation of an empty Wadham College building by student activists and its conversion into a homeless shelter is a good start!

Finally, if we see the NES as promising a right to free, universal, lifelong education then the labour movement has a vital part to play in realising this. The length of the working day has always been a central part of class struggle – our labour-power is a commodity which capitalists purchase and then use to produce value. What this means is that they want to get as much out of us as possible for as low wages as possible. If it was possible they would like to pay us barely enough to live on and to work 24 hours a day, 7 days a week. Of course, there are physical limits that prevent this, but the question of how much a worker needs to work in order to earn enough to live is also a question of the relative power of workers and bosses.

Bearing this in mind the labour movement can assert a right to lifelong intellectual development and education in a concrete rather than abstract sense – the right to sufficient free time to take courses alongside work, and of work that does not take so much out of us that we have no capacity to think, reflect, or read outside of work hours. Struggles over the working day, wages, and perhaps even a basic income can provide the material basis of this right.

Conclusion

“In communist society, where nobody has one exclusive sphere of activity but each can become accomplished in any branch he [sic] wishes, society regulates the general production and thus makes it possible for me to do one thing today and another tomorrow, to hunt in the morning, fish in the afternoon, rear cattle in the evening, criticise after dinner, just as I have a mind, without ever becoming hunter, fisherman, herdsman or critic.” – Karl Marx, The German Ideology

I want to end by highlighting the radical implications of a system based on lifelong modular learning rather than universities as 3-year degree factories.

In my mind it points to a post-capitalist society, one in which divisions of mental and manual labour are broken down, as are the class divisions which enforce this divide. A society which truly enables people to be well-rounded, free human beings. A National Education Service, in social democratic or radical form, will not give us that society – but it does point in the right direction. As student activists in California wrote in their Communique From An Absent Future:

“We demand not a free university but a free society. A free university in the midst of a capitalist society is like a reading room in a prison.”

I would argue that a creative rethinking of the institutions we take for granted in capitalist society, even superficially progressive ones, can help us fight for that free society.

Categorías: Universidade

Interfrancophonies . Revue des littératures et cultures d'expression française , n° 9

Fabula - Mar, 21/03/2017 - 16:22
Référence bibliographique : Interfrancophonies .Revue des littératures et cultures d'expression française, 2017. Intefrancophonies , revue des littératures et des cultures d'expression française, souhaite contribuer au développement des rapports culturels entre les pays francophones et les écrivains qui, à titre individuel, ont choisi le français comme langue d'écriture et de communication. Née de l'idée de Ruggero Campagnoli, en 2003, et dirigée par Anna Paola Soncini, Intefrancophonies espère – sans exclure une perspective comparatiste, et sans se référer à un quelconque « modèle », linguistique, politique ou économique, colonial ou postcolonial – contribuer à la définition et à l'illustration de l'identité, des problèmes et des interrogations de chacun. Grâce à une tradition solide de travail en commun et au renouvellement de son comité scientifique international, Intefrancophonies confirme avec sa Nouvelle série une mission déjà entamée il y a plus d’une décennie ; elle met ainsi à la disposition des chercheurs et des curieux, à travers son nouveau site et dans le respect des standard scientifiques internationaux, un organe de recherche fondamental qui se veut aussi un espace de dialogue. Intefrancophonies paraît deux fois par an avec un numéro thématique et un numéro Mélanges . Les articles proposés sont évalués en double blind peer review . * Pour le numéro Interfrancophonies n°9, 2017 – Mélanges , la Revue souhaite accueillir des contributions originales portant sur les littératures et les cultures d’expression française (plusieurs axes sont envisagés: littérature; civilisation/histoire; linguistique; didactique des langues; traduction). Les articles, rédigés en français, doivent tenir dans une longueur de 30.000/40.000 signes (espaces compris); pour toute information complémentaire, n’hésitez pas à consulter les Normes typographiques et le Code d’éthique de la revue sur www.interfrancophonies.org . CalendrierRéception des articles : 1 er juillet 2017Sélection des propositions par le Comité de Direction de la revue: 1 er aout 2017Transmission de corrections ou des recommandations aux auteurs: 1 er septembre 2017Retour définitif des textes revus et corrigés : 15 octobre2017Publication du numéro: décembre 2017 Les articles sont à envoyer à Fernando Funari ( fernando.funari@unibo.it ).
Categorías: Universidade

Should schools serve local food?

Guardian Unlimited: Education - Mar, 21/03/2017 - 16:03

Seasonal menus, bake-offs and an army of ‘Jamie Olivers’ are helping more UK schools offer locally sourced lunches. But what’s the secret to making the switch?

At a state school in Harrogate, Steve Ashburn is busy serving 950 lunches to hungry children – using ingredients sourced from local suppliers. The menu is impressive. Options include Easingwold pork escalopes, stuffed with leek and Wensleydale cheese, followed by Wakefield rhubarb possett for dessert.

As a foodie and proud Yorkshire man, Ashburn is a strong advocate for creating seasonal menus using quality ingredients, and putting as much business through local producers as he can.

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Genre/ Gender de la Souveraineté dans la pensée et la pratique politiques et esthétiques européennes (KU Leuven)

Fabula - Mar, 21/03/2017 - 15:05
Du 18 au 20 décembre 2017 s'organise à Leuven un colloque au sujet du "Genre/ Gender de la Souveraineté" dans la pensée et la pratique politiques et esthétiques européennes . Pour toute information pratique, voir http://thegenderofsovereignty.be . * Call for papers : The Gender of Sovereignty In European Politics and Aesthetics International Conference KU Leuven | 18-20 December 2017 The conference on the gender of sovereignty in European politics and aesthetics wants to bring together investigations that revisit issues of gender and sovereignty from a variety of disciplines. The historical scope of the conference ranges from the beginnings of modernity to the present. We invite papers that address imaginations of sovereignty in political and cultural discourse either through case-studies or in comprehensive analyses envisioning a modified history. Topics of interests include but are not restricted to: Women's sovereignty in politics, the arts and different media and performances: cases, modifications and ambivalences Metonymies of sovereignty (in civic life and cultural networks) Fantasies of female rule in intellectual or poetical discourse Gender, authority and literary and artistic genres Beyond the public eye: experiences and reflections of power in correspondence, diaries and memoirs History and historiography: from historicism to biopolitics Pathological scripts of female rule Bodies of female rule Pour soumettre une proposition…
Categorías: Universidade

J.-M. Hordé, L'Artiste et le Populiste (Quel peuple pour quel théâtre ?)

Fabula - Mar, 21/03/2017 - 13:03
L'Artiste et le Populiste (Quel peuple pour quel théâtre ?) Jean-Marie Hordé Les Solitaires intempestifs — ISBN : 978-2-84681-519-2 Date de parution : 12-03-2017 Nombre de pages : 80 pages Nous ne pouvons nous habituer à ce que le mensonge devienne la norme du discours politique. Une parole politique est un acte que l’action ne peut contredire sans dommages pour la démocratie. À cet égard, le lourd silence qui pèse sur la culture la défigure et laisse libre cours aux dérives populistes et démagogiques. L’opposition entre une culture populaire et une culture élitaire profite de ce silence, travestit la réalité et fait passer l’ignorance pour un constat d’évidence. Ce livre cherche à répondre au rire goguenard du populiste et à rétablir la question dans son étendue. L’expérience théâtrale est à cet égard exemplaire. Jean-Marie Hordé est directeur du théâtre de la Bastille (Paris) depuis 1989, il entame des études de lettres avant de bifurquer vers la philosophie. Il devient critique littéraire dans différents organes de presse, dont Le Quotidien de Paris et Les Nouvelles Littéraires. Il obtient le poste de conseiller attaché à la préfecture des Hauts-de-Seine en 1973 et, six ans plus tard, prend la direction du théâtre de Cergy-Pontoise, tout en participant au conseil national du Syndeac. En 2003, Jean-Marie Hordé publie La Mort dans l'âme aux Solitaires Intempestifs, avec qui il éditera également Un directeur de théâtre en 2008 et Le Démocratiseur en 2011. * Rencontre et débat : L'Artiste et le Populiste Théâtre de la Bastille le 28 mars 2017 Avec Jean-Marie Hordé (Directeur du Théâtre de la Bastille), Marie-José Malis (Directrice du Théâtre de la Commune à Aubervilliers), Thomas Bouvatier (Écrivain et Psychanalyste) et Marie-José Sirach (Chef de la rubrique culture à L'Humanité).
Categorías: Universidade

"L’ailleurs par temps de mondialisation" (revue Fixxion )

Fabula - Mar, 21/03/2017 - 12:58
FIXXION n° 16 . L’ailleurs par temps de mondialisation dirigé par Charles Forsdick, Anna-Louise Milne et Jean-Marc Moura L’ailleurs est une possibilité narrative dont les séductions demeurent intactes, même s’il s’est singulièrement rapproché en ce début de siècle placé sous le signe de la mondialisation. Entendu ici comme un espace géographiquement et historiquement situé –à la différence des mondes imaginaires, de la Garabagne à l’utopie ou à la science-fiction–, il constitue une scène où l’Autre devient accessible et où l'altérité est mesurée à partir d'un être-au-monde commun, d'une histoire partageable. Il permet ainsi une confrontation avec l’inconnu à laquelle peut être attribuée une salutaire qualité de dépaysement, parfois même une valeur initiatique, comme ce fut le cas pour J.M.G. Le Clézio avec les Indiens du Mexique ou, dans la direction inverse, pour Idriss dans La Goutte d’or de M. Tournier. Le temps est-il encore au récit de voyage ? Michel Butor (la série des Génie du lieu ) ou Nicolas Bouvier ( L’Usage du monde ) en ont renouvelé les cadres, mais l’arpentage du monde suit peut-être aujourd’hui d’autres voies, dans le sillage de Sylvain Tesson ( Dans les forêts de Sibérie ) , de Patrick Deville ( Kampuchéa ), d’Olivier Rolin ( Le météorologue ) ou de son frère Jean ( Peleliu ). Le roman du voyage, si le terme convient, permet de mettre en place une morale de l’action que les circonstances historiques de l’Europe permettent difficilement d’imaginer, et il garde aussi une importance critique, parce qu’il favorise une prise de conscience des clichés. Les modalités de la mise à distance sont alors multiples, allant de l’échange au rejet, du respect ambigu à la mesure de soi-même. Mais, dans sa version industrielle, celle du tourisme de masse, le voyage devient lui-même objet de satire, chez Michel Houellebecq évoquant le tourisme sexuel ( Plateforme ) ou chez Laurent Mauvignier dans Autour du monde . Les positions ne sont néanmoins pas toujours aussi tranchées, et le même Mauvignier peut avec Continuer attribuer au voyage une valeur éducative, voire rédemptrice. Ne reste-t-il, dans un monde voué à la spécialisation folklorique et au catalogue de la patrimonialisation, que des ailleurs de pacotille ? Ou au contraire la mondialisation induit-elle une nouvelle morale du regard? Où trouver cet ailleurs qui s’évanouit ? Dans un renversement significatif, c’est moins vers l’Ouest que se tourne une génération récente que vers une Russie à la fois littéraire et réelle. C’est sur les traces de grands écrivains d’autrefois, à l’instar de Dumas, Custine, Mme de Staël, Diderot et de tant d’autres, que vont (vers l’Est) Maylis de Kerangal ( Tangente vers l'est ), Sylvie Germain ( Le Monde sans vous ), Olivier Rolin ( Sibérie ), Dominique Fernandez (Transsibérien), Mathias Enard ( L'Alcool et la Nostalgie ), ou encore Danièle Sallenave (Sibir) . On peut encore y ajouter Cédric Gras (Vladivostok, Neiges et moussons), Eric Faye et Christian Garcin (En descendant les fleuves), la Québécoise Astrid Wendlandt (Au bord du monde), ou la Suissesse Aude Seigne (Chroniques de l'Occident nomade). Cet ailleurs peut être géographiquement proche de la France, comme dans le cas de ce qu’on nomme la “francophonie du Nord”, pour des auteurs tels le Belge Pierre Mertens, les Suisses Jacques Chessex et Aude Seigne ou les Québécois Réjean Ducharme et Astrid Wendlandt, avec l’itinéraire si particulier entre Québec, Orient et France d’un Wajdi Mouawad. Ou plus éloigné quand il s’agit de l’Afrique, qu’elle soit du Nord –on songe au Maghreb d’un Tahar Ben Jelloun, d’un Rachid Boudjedra, d’un Kamel Daoud ou d’un Kebir Ammi– ou subsaharienne. Aux grands auteurs post-coloniaux ont succédé des écrivains tels Gaël Faye, Alain Mabanckou, Leonora Miano ou Tierno Monénembo qui souvent évoquent leur relation à ce territoire français ressemblant pour eux à un ailleurs sans l’être vraiment. Ils le font parfois sur le mode humoristique (Abdourahman Waberi, Aux Etats-Unis d’Afrique ). On peut aussi songer aux ailleurs de l’océan Indien, évoqué dans les œuvres de Natacha Appanah, Ananda Devi ou Jean-Luc Raharimanana, ou de l’océan Pacifique, chez Chantal Spitz ou Déwé Gorodé. La question est moins de spatialiser les relations que de se demander ce que ce pivotement de point de vue apporte et comment il renouvelle les formes narratives. Les Caraïbes –que ce soit Haïti, notamment décrite par Dany Laferrière et Louis-Philippe Dalembert, ou les Antilles– sont propices à ce décalage du regard et des langues. Maryse Condé ( Hérémakhonon ) ou Simone Schwarz-Bart ( Ti Jean L’Horizon ) s’intéressent à la relation entre l’Afrique et l’archipel caribéen, qui peut d’ailleurs être envisagée dans le souvenir de la sinistre traversée transatlantique (Edouard Glissant, Sartorius ; Patrick Chamoiseau, L’Esclave vieil homme et le molosse ). On peut aussi, comme Glissant, tenter de penser la relation entre les différentes îles des Caraïbes, comme autant d’ailleurs les unes pour les autres, avant d’envisager une relation générale mettant en mouvement tous les ici et tous les ailleurs ( Tout-Monde et Traité du Tout-Monde ). Ce décentrement concerne évidemment les écrivains de langue française issus d’espaces non francophones. Vassilis Alexakis, François Cheng, Dai Sijie, Nancy Huston, Milan Kundera ou Andréï Makine, parmi bien d’autres auteurs, appartiennent au paysage littéraire français, tout en se réclamant d’un ailleurs originel qui confère à leur œuvre sa singularité et qui, en même temps, vient subtilement brouiller les frontières entre les cultures. Un ailleurs de quoi? L’ailleurs supposait un centre, dont il fallait s’arracher. Mais sur une terre globalisée, aux centres multiples et mobiles, comment continuer de penser cet envers ? Que se passe-t-il quand c’est de l’ailleurs que s’opère ce renversement ? Quels en sont les modes nouveaux de récit ? Il sera indispensable de faire une part importante aux écrivains qui écrivent en français sans être Français, parce qu’ils instaurent, à partir de leur culture, une relation particulière entre ici et ailleurs, une condition créatrice hybride où les termes de l’identité et du lieu se voient brouillés. Comment les auteurs construisent-ils ou déconstruisent-ils les relations entre un ici et un ailleurs ? Quels types de représentation en donnent-ils? Quels sont les formes, les buts, les effets de ces écritures contemporaines de l’ailleurs? On pourra éventuellement poser la question des médiations culturelles, sociales, idéologiques qui orientent le regard d’un écrivain, qui le précèdent et le déterminent, parfois à son insu, constituant un élément décisif pour la genèse d’une œuvre. Telles sont quelques-unes des questions que le prochain dossier de Fixxion voudrait poser, dans les limites de la production romanesque en langue française depuis les années 1980. On privilégiera les études problématiques plutôt que monographiques. Il s’agit moins de cartographier les lieux possibles d’un exotisme dépassé que se demander ce que la mondialisation produit comme figures – paradoxales, retournées, réactivées – de l’ailleurs. Suggestions bibliographiques: Amselle, J.L., Rétrovolutions. Essais sur les primitivismes contemporains , Paris, Stock, 2011 Appadurai, A., M odernity At Large: Cultural Dimensions of Globalization . Minneapolis, U. of Minnesota Press, 1996 Apter, E., The Translation Zone: A New Comparative Literature , Princeton U.P., 2006 Ascari, M., Literature of the Global Age: a Critical Study of Transcultural Narratives , Mc Farland Publ., 2011 Belleau, Jean-Philippe, Ethnophilie. L’amour des autres nations , Presses Universitaires de Rennes, 2015 Beniamino, M.: La Francophonie littéraire. Essai pour une théorie , Paris, L’Harmattan, 2000 Damrosch, D., World Literature in Theory , Wiley/Blackwell, 2013 Ette, O., ZwischenWelten Schreiben , Berlin, Kadmos, 2005 Gauvin, L., La Fabrique de la langue , Paris, Seuil, 2004 Hargreaves, A., Forsdick, C., Murphy, D. (éds): Transnational French Studies. Postcolonialism and Littérature-monde , Liverpool U.P., 2012 McDonald, C., Suleiman, S. (dir.), French Global. A New Approach to Literary History , Columbia U.P., 2010 Moretti, F., “Conjectures on World Literature”, New Left Review (Jan-Feb. 2000) Porra, V., Langue française, langue d’adoption. Une littérature “invitée” entre création, stratégies et contraintes (1946-2000) , Hildesheim-New York, Georg Olms Verlag, 2011 Provenzano, F., Historiographies périphériques. Enjeux et rhétorique de l’histoire littéraire en francophonie du Nord , Bruxelles, Académie Royale de Belgique, 2011 Sapiro, G. (dir.), Les Contradictions de la globalisation éditoriale , Paris, Editions du Nouveau Monde, 2009. Les propositions de contribution, environ 300 mots en français ou en anglais , sont à soumettre par le biais du site et à envoyer d’ici le 1 er juin 2017 à Charles Forsdick (c.forsdick@liverpool.ac.uk), Anna-Louise Milne ( anna-louise.milne@ulip.lon.ac.uk ); ou Jean-Marc Moura (jean-marc.moura@u-paris10.fr). Les articles définitifs seront à remettre avant le 1 er décembre 2017. ‘Elsewhere’ in the time of globalization edited by Charles Forsdick, Anna-Louise Milne and Jean-Marc Moura ‘Elsewhere’ remains a narrative possibility, a coordinate that is nowhere precise, even though globalization has spread its parameters and its perceptual apparatus ever more extensively across the planet. As a notion it designates a geographically and historically situated space, not an imaginary world. Its value is to establish a scene that is other to the one where we are, that is other to where our story is perhaps anchored. It is when elsewhere that we encounter the Other, away from our shared being-in-the-world. Sometimes elsewhere implies a change of scenery; sometimes we go elsewhere without any ostensible movement. This issue of Fixxion will explore ‘elsewhere’ through a series of approaches. We will measure the distance to ‘elsewhere’ against the sorts of peregrinations that have given rise to our contemporary concept of travel literature. While Michel Butor (the series Génie du lieu ) or Nicolas Bouvier ( L'usage du monde ) transformed this practice from its nineteenth-century origins, contemporary writers have again redirected its modes and its attentions towards new paths. We might think of Sylvain Tesson ( Dans les forêts de Sibérie ), Patrick Deville ( Kampuchéa ), Olivier Rolin ( Le météorologue ) or his brother Jean ( Peleliu ). Meanwhile, in its industrial version, that of mass tourism, the journey has become an object of satire with Michel Houellebecq evoking sexual tourism ( Plateforme ) or Laurent Mauvignier in Autour du monde . Here the quest for an elsewhere just seems to lead to narcissism and junk culture. Yet the positions are not always so clear-cut, and the same Mauvignier seems in Continuer to be closer to the sort of redemptive aspirations that have been traditionally associated with the formative experience of travel. So is there still an elsewhere to explore through the patient or laborious traversal of a corner of the globe? And have the ethical stakes in that patience, or that labour, changed? It seems perhaps particularly significant that for a number of contemporary writers of French the turn East, and particularly towards Russia, has been such a significant move. They follow, of course, in the footsteps of many illustrious predecessors, such as Diderot, Dumas, Custine and Madame de Stael, but our working hypothesis is that this great continental expanse between Europe and Asia offers the likes of Maylis de Kerangal ( Tangente vers l'est ), Sylvie Germain ( Le monde sans vous ), Olivier Rolin ( Sibérie ), Dominique Fernandez ( Transsibérien ), Mathias Enard ( L'alcool et la nostalgie ) and Danièle Sallenave ( Sibir ) a very different elsewhere today, inseparable from the forces of globalisation. To these authors we might add Cédric Gras ( Vladivostok , Neiges et moussons ), Eric Faye and Christian Garcin ( En descendant les fleuves ), as well as the Quebecer Astrid Wendlandt ( Au bord du monde ), and the Swiss Aude Seigne ( Chroniques de l'Occident nomade ). And we must also look to the other points of the compass, towards the writing in French on the African continent and as well as West, towards the Americas, with perhaps particular interest in authors who have moved through these spaces and hold within their writing their multiple inflections. We might think of the itinerary between Quebec, Orient and France of a Wajdi Mouawad. Or of North African and Sub-Saharan writers whose trajectories are both Northwards and Westwards, following the paths mapped out by colonial rule, now often supplemented and even circumvented by new pressures on global displacement. From Tahar Ben Jelloun, Rachid Boudjedra, to Kamel Daoud or Kebir Ammi, or Gaël Faye compared with Alain Mabanckou, Leonora Miano and Tierno Monénembo. Where does elsewhere exist or subsist in their writing? And what about in the works of Natacha Appanah, Ananda Devi or Jean-Luc Raharimanana, or those of Chantal Spitz or Déwé Gorodé. Our objective is less to spatialize relationships than it is to ask what happens to elsewhere when there is no obvious, or unquestioned centre from which to detach. How does generalised migration across the globe of things and people open up new spaces for elsewhere – for an ‘ailleurs’ – to take shape, to find form, in writing in French? And is the choice of French, by authors for whom the language is not a language ‘of birth’ or the only language of expression - Vassilis Alexakis, François Cheng, Dai Sijie, Nancy Huston, Milan Kundera or Andrei Makine – prompted by these possibilities for elsewhere? These are some of the questions that the next issue of Fixxion would like to ask of novel production in the French language since the 1980s. We intend to emphasize approaches that offer new ways of problematizing our conceptions of ‘elsewhere’ rather than monographic studies. It is less a matter of mapping the places where an outdated exoticism might linger than wondering what sort of paradoxes and possibilities remain ‘elsewhere’ and whether the first of those paradoxes might lie in the slippery slopes between adverbial and nominal forms, between process and substance, between how and where… Proposals for papers, about 300words in Frenchor in English , should be sent by 1 June 2017 to Charles Forsdick , Anna-Louise Milne and Jean-Marc Moura . Thefinal paperswill besubmitted on this site ( Submissions )by 1 December 2017 forevaluation by the committee of the Critical Review of Contemporary French Fixxion.
Categorías: Universidade

Poste d’enseignant-chercheur en littérature française à l’Université de Stuttgart

Fabula - Mar, 21/03/2017 - 12:56
L’Institut de littérature de l’Université de Stuttgart (Allemagne) recrutedès maintenant un enseignant-chercheur pour un poste de recherche et d’enseignement à temps complet d’une durée limitée de trois ans. Le poste est rattaché à la chaire «Littératures romanes I». Statut salarial: 1,0 EGr. 13 TV-L (voir conditions salariales dans les barèmes officiels ) Poste et missionactivités de recherches et publications en littérature françaiseélaboration de projets de recherche / dossiers de subventions auprès d’institutions non-universitaires;organisation des événements scientifiques de la chaire;enseignement et coordination pédagogique. La charge des heures d’enseignement est définie par les textes officiels en vigueur (HLehrVO).participation aux tâches administratives de la chaire. Profil recherchéMaster ou diplôme universitaire équivalent en Lettres Modernes (et/ou en Italien);doctorat en Lettres sur l’Ancien Régime;compétences linguistiques requises: très bonnes connaissances de la langue française, bon niveau d’anglais, très bonnes connaissances de la langue allemande;expertise solide sur l’Ancien Régime;expérience d’études et de recherche à l’étranger;ample expérience dans l’acquisition de fonds extérieurs à l’Université;liste de publications scientifiques correspondant à l’expérience professionnelle dans la recherche;expérience dans l’enseignement et compétences pédagogiques;expérience des colloques et conférences. L’université de Stuttgart désire augmenter la proportion de femmes dans les domaines de l’enseignement et de la recherche et encourage vivement celles-ci à poser leur candidature. Les candidatures des personnes handicapées, à qualification égale, seront examinées en priorité. Modalités de candidature: Le dossier de candidature devra comprendre:un CV;une liste complète des publications, des communications et des cours donnés;une esquisse du projet de recherche portant de préférence sur l’Ancien Régime – projet d’habilitation ou de monographie (5pages) Les candidatures devront être envoyées au plus tard le 30.4.2017 à Martina.Wentzel@ilw.uni-stuttgart.de
Categorías: Universidade

J.-M. Vercruysse (dir.), La résurrection de Lazare

Fabula - Mar, 21/03/2017 - 12:19
Jean-Marc Vercruysse (dir.) La résurrection de Lazare Artois Presses Université, "Graphè", 2017 ISBN: 9782848322742 18 EUR Présentation de l'éditeur: Dans le Nouveau Testament, Jean est le seul évangéliste à relater la résurrection de Lazare. Le dernier « signe » donné par Jésus met en scène la condition mortelle de l'homme. Cette katabase chrétienne possède une forte charge symbolique. S'il revient à la vie, Lazare n’en demeure pas moins mystérieux et suscite nombre d’interrogations. Son silence sur le séjour dans l’au-delà fait de l’épisode johannique un récit ouvert que la postérité ne manquera pas de questionner et d’interpréter. C’est moins le personnage lui-même que l’événement dont il est le bénéficiaire qui en a assuré la notoriété. Le vingt-sixième volume de la collection Graphè rassemble treize études. La longue péricope (Jn 11, 1-44) donne lieu à une riche analyse exégétique. Puis, dans une perspective diachronique et une démarche interdisciplinaire, sont abordées différentes relectures du miracle dans les mondes juif et chrétien, de l’époque patristique jusqu’à la littérature contemporaine (Zola, Genevoix, Barbusse, Dorgelès, Bataille, Giono, Ramuz, Borges, Marilynne Robinson…). Une étude sur les sarcophages paléochrétiens et une autre sur la peinture italienne de la Renaissance complètent ce panorama.
Categorías: Universidade

M. Bonazzi, C. Narjoux & I. Serça, La langue de Maylis de Kerangal

Fabula - Mar, 21/03/2017 - 12:12
Mathilde Bonazzi, Cécile Narjoux & Isabelle Serça (dir.) La langue de Maylis de Kerangal. "Étirer l'espace, allonger le temps" Editions Universitaires de Dijon, 2017 Pages : 228 p. Format : 15 x 23 cm Collection : Langages ISBN : 978-2-36441-209-5 Présentation de l'éditeur: Plébiscitée par le public et reconnue par la critique (de nombreux prix littéraires l’attestent), l’oeuvre de Maylis de Kerangal fait ici l’objet d’une étude globale inédite. Le volume interroge de multiples aspects de l’oeuvre, au-delà de l’approche stylistique, allant du politique au thématique mettant ainsi au jour la dimension sociologique et ethnologique de l’écriture de Maylis de Kerangal. Si les approches sont plurielles et ouvertes, et les contributions venues de différents horizons, l’ouvrage présente une forte cohérence : il dégage les aspects essentiels de l’écriture de l’auteure de Naissance d’un pont (2010) et Réparer les vivants (2013) ; il prend en compte l’évolution de son oeuvre dans le temps et articule subtilement les problématiques de langue aux thématiques de l’oeuvre. L’ouvrage propose de surcroît le regard même de l’auteure sur les analyses académiques de ses écrits.
Categorías: Universidade

E. Gavoille, F. Guillaumont (dir.), Conseiller, diriger par lettre

Fabula - Mar, 21/03/2017 - 12:08
Élisabeth Gavoille, François Guillaumont (dir.) Conseiller, diriger par lettre Presses Universitaires François-Rabelais, "Perspectives littéraires", 2017 ISBN: 9782869064249 542 p. Présentation de l'éditeur: La lettre, discours adressé à une personne ou à un ensemble de personnes, est souvent le lieu de suggestions, d’avertissements ou d’exhortations, quand l’épistolier écrit pour influer sur la pensée et le comportement de son correspondant, ou même assume le rôle de directeur de conscience. Cette fonction de l’écriture épistolaire – conseiller, diriger, prescrire – invite à examiner plus précisément la relation au destinataire, la figure d’autorité que construit la lettre pour inspirer confiance, les moyens déployés pour convaincre, l’adaptation à telle circonstance particulière, l’articulation entre perspective théorique et cas pratique. La lettre de conseil déborde d’autant mieux le cadre argumentatif de la délibération qu’elle sert parfois à conforter une opinion acquise (parénèse), recourt aux maximes et préceptes, aux exemples qui stimulent l’imitation, aux métaphores qui visent la sensibilité, avec une plasticité irréductible aux schémas rhétoriques. Tels sont les aspects étudiés à travers ces trente et une contributions qui, de l’Antiquité gréco-romaine au XXesiècle, explorent la signification et les enjeux du conseil par voie épistolaire, qu’il s’agisse d’avis politiques, de direction philosophique et spirituelle, d’éducation religieuse, de directives de spécialistes (philologie, médecine) ou de conseils personnels. SOMMAIRE : Avant-propos Introduction Chapitre I – Conseiller, faire agir et agir à distance La formule de conseil auctor sum dans la correspondance de Cicéron. Étude étymologique, pragmatique et sémantique Agir par lettres : le cas de Sidoine Apollinaire Mander : commander, recommander, se recommander. Pratiques vernaculaires de l’épître didactique ChapitreII – Conseils politiques Les Lettres de Phalaris ou les bons conseils du tyran Prudentia, prouidentia: prudence et prévoyance dans les lettres de conseil et de direction chez Cicéron Cicéron face aux conseils d’Atticus Les épîtres à César du Pseudo-Salluste : des conseils pour gouverner dans l’Antiquité tardive? Conseils et directives politiques de Loup de Ferrières au roi Charles le Chauve. Quelques remarques Le conseil dans les lettres de Pétrarque aux hommes d’action : entre les « nuages » des passions et le ciel serein Chapitre III – Sagesse et direction spirituelle Les lettres d’Épicure, entre exhortation et didactique La référence philosophique dans la poésie parénétique d’Horace : l’exemple d’Aristippe (Serm. II, 3 et Epist. I, 17) Pourquoi la sagesse est-elle une entreprise? Les conseils éthiques d’Horace et leurs implications culturelles Sénèque et le but de la lettre Claranus, Héraclès, Mucius Scaevola: paradigmes de persuasion dans la lettre 66 de Sénèque La force de l’exemple dans les Lettres à Lucilius Conseils et direction spirituelle dans la lettre de Porphyre à Marcella Marsile Ficin et la parénétique stoïcienne André Maurois mentor de la jeunesse Chapitre IV – Éducation et édification religieuses Grégoire de Nazianze, de la lettre à l’épître L’écriture épistolaire et les modalités du conseil chez Grégoire de Nysse Saint Jérôme et l’exhortation à Julien (lettre 118) Les lettres 107 et 128 de Jérôme : un programme d’éducation chrétienne des petites filles ? Les lettres 147 De uidendo Deo et 187 De praesentia Dei d’Augustin d’Hippone : entre exposé doctrinal et direction de conscience Psychagogie annéenne et direction tridentine : le modèle des Epîtres spirituelles de Jean d’Avila Chapitre V – Directives et prescriptions de spécialistes Enseignement et prescription chez quelques épistoliers byzantins De la consultation privée à l’expertise médicale par lettre au XVIe siècle Élaboration de l’ethos du médecin et finalité de l’épître dédicatoire en médecine aux XVIe et XVIIe siècles Chapitre VI – Conseils personnels Ars precatoria, ars precaria dans la dernière lettre d’Ovide à Fabia (Pontiques, III, 1) Juste Lipse professeur et pédagogue à Leyde (1578-1591) D’un sous-genre épistolaire à sa mise en oeuvre en contexte familier: l’exhortation Des remerciements aux lettres de conseils dans la correspondance de Mme Riccoboni.
Categorías: Universidade

L. Atran-Fresco, Les Cadiens au présent. Revendications d’une francophonie en Amérique du Nord

Fabula - Mar, 21/03/2017 - 12:03
Laura Atran-Fresco Les Cadiens au présent. Revendications d’une francophonie en Amérique du Nord Presses de l'Université Laval, "Langues officielles et sociétés", 2016 274 pages 32.95$ Présentation de l'éditeur. Ce livre a pour objet l’analyse des processus de revendication identitaire qui sont adoptés, dans l’actuel contexte de mondialisation croissante, par une population en situation minoritaire, en l’occurrence la population cadienne. Des processus qui consistent à affirmer sa légitimité, d’un point de vue tant exogène qu’endogène, dans un but d’ouverture et d’inscription dans le monde contemporain. Les trois processus identifiés sont étudiés aux chapitres II: intégration au monde francophone, principalement nord-américain; III: institutionnalisation; IV: conscientisation de la jeunesse.
Categorías: Universidade

B. Viard, La République insoumise. Réponse à Michel Houellebecq

Fabula - Mar, 21/03/2017 - 12:00
Bruno Viard La République insoumise. Réponse à Michel Houellebecq Editions Mimésis, "Littérature et critique", 2017 Pages: 210 ISBN: 978-88-6976-053-2 Date de parution: 2016 Prix : € 20,00 Présentation de l'éditeur: Le dernier roman de Michel Houellebecq représente une fraternité chrétienne et une fraternité républicaine si épuisées que la France n’aurait plus qu’à passer sous le joug de l’islam sans même subir le Djihad. Pour l’esprit républicain français, cette fiction politique est une provocation à faire un bilan de santé. Ce livre relève du genre de l’ampli - cation, une ampli cation critique des thèmes développés dans Soumission . Sous forme de dialogue entre un auteur et ses lecteurs et lectrices – plus ou moins rebelles –, l’humour se combine avec la pédagogie pour tenter de répondre à nouveau frais aux grandes questions de notre temps. Les principes républicains sont soumis à l’épreuve de la décolonisation, de mai 68, de la mondialisation. Bruno Viard est professeur de Littérature française à l’Université d’Aix-Marseille, organisateur du colloque L’Unité de l’oeuvre de Michel Houellebecq en 2013, auteur des Tiroirs de Michel Houellebecq (2014). Il est aussi l’auteur de plusieurs ouvrages sur les mouvements républicains et socialistes au XIXe siècle, en particulier sur Pierre Leroux.
Categorías: Universidade

Comment faire vivre les valeurs de la République à l'école ?

Cahiers Pédagogiques - Mar, 21/03/2017 - 11:52

Un après-midi d'échanges le 15 mars autour de deux publications et de pratiques diverses mais convergentes, entre débat théâtral, ateliers et projet d'établissement…

Riches échanges le 15 mars au lycée d'Alembert à Paris entre des intervenants de qualité, sans langue de bois et discours enflammés sur un sujet où le pathos peut être de mise ! La problématique : comment permettre une vraie appropriation des valeurs républicaines et former les futurs citoyens avait comme point de départ deux publications : le dossier des Cahiers « Former les futurs citoyens » et le livre de Jean-Michel Zakhartchouk, Quelle pédagogie pour transmettre les valeurs de la République ?, présentées au début de la séance.

Bernard Grosjean, directeur de la troupe Entrées de jeu a expliqué comment le dispositif du théâtre-forum permettait aux jeunes de s'exprimer et débattre sur des « questions vives » à partir des scénarios proposés, tels une contestation de cours sur la Shoah ou le refus d'aller à la piscine d'une jeune fille issue de l'immigration (voir notre article à ce sujet). Des jeunes nous remercient car ils trouvent ainsi de manière distanciée de parler de certains sujets qui les concernent.

Benoit Falaize, chercheur et professeur d'Histoire, a accepté une mission ministérielle sur la laïcité, qu'il décrit dans l'ouvrage de Jean-Michel Zakhartchouk. La question pertinente est bien : quelle pédagogie pour faire adhérer vraiment les élèves aux valeurs de la république ? Ce ne peut être l'injonction. Et il faut déjà que les adultes adhèrent : à une école ouverte, inclusive, ce qui n'est pas forcément le cas de tous !

Il s'agit bien de tenir la promesse républicaine. Liberté et égalité sont des principes constitutionnels, des droits. La fraternité est davantage un « devoir »
La République est laïque et sociale et si elle n'est pas sociale elle ne peut pas être laïque. Or, l'égalité sociale fait partie des points noirs de notre société. L'égalité formelle ne vaut pas grand chose si n'est pas portée par l'égalité sociale et par la lutte contre inégale distribution des richesses.

« A propos de la “Grande mobilisation pour les valeurs”, ce n'était pas de l'incantation, la ministre a bien fait son travail. C'est peut-être en période d'urgence qu'in peut faire avancer les choses »

Trois intervenants ont ensuite exposé leur pratique d'enseignante ou de chef d'établissement.

Marion Roche professeure de français en lycée à Aulnay décrit l'expérience qu'on peut retrouver dans le numéro 530 autour d'« ateliers politiques » permettant à des jeunes de BTS de mieux décoder l'actualité ; avec un important travail sur les « théories du complot ». Leurs principales sources d'information sont les réseaux sociaux, un peu BFM et la une du Parisien. Des élèves très rétifs au départ, se sentant peu concernés et peu à peu gagnés par l'envie d'échanger, en se percevant comme capables de le faire.
L'atelier a été monté à la demande de collègues démunis après les attentats et la minute de silence. Le statut de tiers facilite les choses, on ne note pas, les élèves qui ne sont pas les siens. Et il y a un autre enseignant dans la salle qui peut faire un retour.
Mais il est toujours difficile de faire bouger les manières d'appréhender la réalité dans le sens de la complexité !

Catherine Rossignol, professeure d'Histoire et EMC en collège à Meudon, travaille aussi à libérer la parole des élèves, alors même qu'elle était chagrinée qu'après Charlie, trop peu de ses collègues évoquaient ces questions vives avec leurs élèves. Elle a mis en place dans une classe des dispositifs de débat. « Il ne s'agit pas de parler de liberté, mais d'offrir un espace de parole libre, de parler d'égalité, mais de répartir la parole de manière équitable, de parler de fraternité, mais de s'écouter et de s'entraider. »
Les effets ont été bénéfiques pour la classe.

Pascal Thomas, principal à Calais a présenté tout un inventaire d'actions menées dans l'établissement et tous les leviers dont on peut se servir (notamment ceux mis en place dans le cadre de la réforme du collège, en particulier les « parcours », mais aussi le règlement intérieur).

« Quand on donne la parole aux élèves, il ne faut pas s'étonner s'ils mettent le doigt là où ça fait mal. »
Il évoque aussi, dans le contexte local difficile, combien des exemples peuvent être des « leçons de vie » comme c'est le cas avec ces deux élèves réfugiés afghans racontant aux autres leur périple et leur adaptation à la vie française et par ailleurs en plein progrès scolaire…

Deux conditions essentielles pour que tout cèle fonctionne : la bienveillance et l'exemplarité.

Pascal se veut optimiste, lui dont il a bien expliqué en ouverture que l'école de la République lui a apporté beaucoup et ce message il essaie de le transmettre aux enseignants de son collège malgré le discours mortifère souvent dominant.

Voir le sommaire du numéro.

Sur la librairie

Former les futurs citoyens
Mise en place du nouveau socle commun, de l'enseignement moral et civique : l'éducation à la citoyenneté, thème souvent abordé par les Cahiers pédagogiques, revient au cœur des préoccupations. De quelle éducation à la citoyenneté parle-t-on ? Comment ne plus la confondre avec une éducation au civisme et à la civilité ?

Quelle pédagogie pour transmettre les valeurs de la République ?
SLiberté, égalité, fraternité sont des valeurs qu'on voudrait universelles. Mais comment traduire dans les actes les intentions et les discours ? Comment les faire vivre dans notre école, depuis le plus jeune âge ?
Sans pédagogie, les valeurs de la République à l'école resteront des coquilles vides. C'est pourquoi cet ouvrage propose des pistes concrètes pour que ces valeurs s'incarnent vraiment dans des pratiques pédagogiques. Avec un objectif : être une réponse aux défis des temps présents, dont celui des endoctrinements, des théories complotistes ou de la méfiance envers les savoirs institués.
Pour cela, l'école doit être exemplaire, afin de former les futurs citoyens, dans le cadre d'une démocratie qui se doit d'être présente, sous des formes spécifiques, dans les établissements scolaires.

Categorías: Educación, Universidade

Good social workers are invaluable. So let’s give them proper support | David Brindle

Guardian Unlimited: Education - Mar, 21/03/2017 - 10:29

Research reveals that some think social workers are there to pop to the shops for you. It’s time to restore some prestige

About three in every 10 people in Britain think social workers help with household chores like cooking and cleaning, with personal care like washing and dressing, and with childcare. Two in 10 reckon they will nip to the shops for you. Asked to choose from a given list of professionals they consider important providers of mental health support, 69% of people identify psychiatrists and 65% GPs – but only 41% pick social workers.

Related: The secret life of a social worker: you just have to get used to letting people down | Anonymous

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Femmes-monde "Africaines" et la migration: Quand le féminin se conjugue avec la migration.

Fabula - Mar, 21/03/2017 - 09:50
Le Département de Langue et Littérature françaises FACULTE PLURIDISCIPLINAIRE/ NADOR UNIVERSITE MOHAMMED 1ER Organisera le 17- 18 Octobre 2017 un Colloque Internation sur: Femmes- monde "Africaines" et la migration: "Quand la migration se conjugue au féminin: Entre l'invisibilité et la supervisibilité." Argumentaire « Si la non-violence est la loi de l’Humanité, l’avenir appartient aux femmes . Qui peut faire appel au cœur des hommes avec plus d’efficacité que la femme. » Ghandi Nombreuses études ont été consacrées au phénomène de la migration : elles sont globales du point de vue socio-économique, ou bien elles portent sur des questions précises comme le regroupement familial, le logement, la santé, l’intégration etc. Quelques travaux ont été effectués sur la problématique familiale, les conséquences de la migration et sur les relations intrafamiliales. Cependant, une réflexion est née, il y a quelques années sur «la question des femmes», dans les pays dits d'accueil, à partir des difficultés rencontrées par celles-ci au détour de leur maternité, et à partir d'un questionnement propre aux institutions soucieuses de mieux les informer. Mais, on ne se préoccupe guère assez de leur véritable rendement, de leur place, de leur implication sociale et politique. Pourtant, sociologues, écrivaines, medecins, philosophes, politiciennes, journalistes, juristes, ... se sont engagées à un moment de leur vie pour transformer la société dans laquelle elles vivent, dans l'espoir de la rendre plus vivable, plus juste, plus équitable, plus libre. Et elles ont réussi! Elles ont connu le départ, l'exil, le dépaysement, l'arrivée dans des pays "noirs" ou "blancs", "hostiles" ou "amis" pour travailler et rêver de la belle promotion sociale. Elle ont découvert l'intolérance, l'indifférence, le mépris, le rejet, le déracinement, la précarité. Elles ont sauvé des vies en risquant la leur, ont désobéi à des lois injustes pour en faire adopter de meilleures ou ont manoeuvré avec patience et ruse pour faire adopter des lois fondamentales. Elles ont mobilisé des communautés opprimées ou influencé les détenteurs du pouvoir. Et surtout, elles ont utilisé leur plume avec intelligence et sagacité pour démontrer, alerter, convaincre, proposer. Elles ont senti "quel goût a le pain et le sel d'autrui, combien dur à descendre et à gravir est l'escalier d'autrui." Il leur a fallu s'adapter, changer de vie, de mentalité, apprendre d'autres codes sociaux, bâtir, comme le dit Goethe, "quelque chose de beau avec des pierres qui entravent le chemin". Les Femmes africaines qu'elles soient marocaines, algériennes, tunisiennes, maliennes, gabonaises, camerounaises, sénégalaises ou autres, sont de plus en plus nombreuses à émigrer à travers le monde en quête de leur autonomie. Même si les raisons économiques sont à la base de leur départ, le vouloir se réaliser était toujours proche. L'objectif de ce colloque sur les Femmes-monde "Africaines" et la migration: "Quand la migration se conjugue au féminin: Entre l'invisibilité et la supervisibilité" est double : Tout d'abord faire valoir à l'opinion publique d'ici et d'ailleurs la place de ces femmes africaines invisibles. Deuxièmement, fournir aux responsables nationaux - ou internationaux— et aux organisations de femmes qui s'occupent de la défense des droits de la femme — les éléments nécessaires à la mise en œuvre des programmes d'action visant à améliorer leurs conditions. Découvrons alors ces femmes africaines ordinaires devenues exceptionnellement Femmes–monde par leur engagement en faveur du bien commun et rendons-les supervisibles par rapport à leur nouvelle Afrique et au monde. Ce sont toutes ces considérations qui vont représenter les Axes du colloque en cours et qui se dérouleront comme suit : Axe 1 : La notion de Femmes-monde. Axe 2 : La Femme Africaine et la migration. Axe 3 : La migration au féminin à travers la littérature mondiale. Axe 4 : Les Femmes émigrées et l’Engagement Associatif. Axe 5 : La Femme émigrée africaine et le leadership politique. Axe 6 : La Femme émigrée face à l’homme et la société africains. Axe 7 : Les Femmes africaines et leur expérience d’Intégration au sein des pays d’accueil. Axe 8 : La migration féminine et Regards croisés. Axe 9: La Femme émigrée africaine et « l’à»venir. Comités du colloque o · Présidente du colloque : Najat ZERROUKI o Comité scientifique : Hassan Banhakeia, Alicia Rodriguez Nùñez, Najat Zerrouki, Abdellah Hammouti, Soumia Boutkhil, Ali Sabia, Saliha Hajji, Mehdi Kaddouri, Samira Hida, Abdellah Jarhnine, Sanae Yachou, Rachid Dziri, Karima Bouallal, Jamal El Fareh, Houssaein Farhad, Afaf Zaid, Younes EZ-Zouine, Abdelhafid Kaddouri, Mostafa Benabbas, Farid Lamrini, Ali Saddiki, AbouAdessalam El Idrissi, Bouchra Benbella, Abdellah Romli. o Comité d’organisation : Najat Zerrouki, Sanae Yachou, Saliha Hajji, Hassan Banhakeia, Houssaein Farhad, Abdelhafid Kaddouri, Mostafa Benabbas, Younes EZ-Zouine. Appel à communications * Soumission des propositions : - Les propositions de communications (entre 500 et 1000 mots, sans compter les références bibliographiques) doivent contenir un titre, un résumé (dans lequel seront mentionnés le problème posé, le corpus de l’étude et les principaux résultats obtenus ou attendus), 5 mots-clés et le numéro de l’axe choisi (voir l’argumentaire). - Les propositions de communications peuvent être écrites en français ou en espagnol ou en anglais ou en arabe, (avec une traduction du résumé en français pour les langues autres que le français). - Elles doivent être originales et en relation directe avec les axes proposés dans l’argumentaire. - Elles doivent être accompagnées d’un court CV académique. - Le fichier doit être en format Word (.doc) (Police : Times New Roman ; Taille : 12, marges 2.5 cm partout). - Les propositions doivent être conjointement envoyées à l’adresse suivante: najat.zerrouki@yahoo.fr femmesmondemigration@gmail.com * Publications des actes : - Les actes du colloque seront publiés dans une revue et/ou un ouvrage collectif. Calendrier : - 28 février : Diffusion de l’appel à communications.- 27 avril 2017: réception des propositions de communication.- 10 mai 2017: date limite d’envoi des notifications d'acceptation ou refus des résultats des évaluations du comité scientifique du colloque.- 10 juin 2017: date limite de réception des textes à expertiser pour les actes du colloque.- 20 juillet 2017: date limite de notification d'acceptation ou de refus des propositions de contribution aux actes du colloque et envoi des résultats des expertises des membres du comité scientifique de la publication.- 17- 18 octobre 2017 : la tenue du colloque.- Adresses de contact : najat.zerrouki@yahoo.fr femmesmondemigration@gmail.comFormulaire de participation Colloque International sur «Les Femmes-monde "Africaines" et la migration: "Quand la migration se conjugue au féminin: Entre l'invisibilité et la supervisibilité" organisé par le Département de Langue et Littérature françaises de la Faculté Pluridisciplinaire de Nador Université Mohammed 1ER le 17-18 Octobre 2017. (PRIERE DE REMPLIR LE FORMULAIRE EN TIMES NEW ROMAN 12 AVEC INTERLIGNE SIMPLE) Axe de recherche choisi : ...................................................... Titre de la communication ...................................................... Résumé (500 mots maximum): .......................................................................................... .......................................................................................... .......................................................................................... .......................................................................................... .......................................................................................... .......................................................................................... .......................................................................................... .......................................................................................... .......................................................................................... .......................................................................................... .......................................................................................... .................................................................. .......................................................................................... .......................................................................................... .......................................................................................... .......................................................................................... .......................................................................................... .......................................................................................... .................................... Mots clés : ........................................................................... Bibliographie (05 références maximum ) .......................................................................................... ........................................................................................... .......................................................................................... .......................................................................................... ..........................................................................................
Categorías: Universidade

Journée d’études sur Danielle Darrieux et sa réception médiatique (1931-2010) à la Cinémathèque de Toulouse

Fabula - Mar, 21/03/2017 - 09:49
Journée d’études sur Danielle Darrieux et sa réception médiatique (1931-2010) Pour célébrer le centenaire de Danielle Darrieux, la Cinémathèque de Toulouse et les organisatrices du colloque international «Danielle Darrieux, la traversée d’un siècle» qui aura lieu du 3 au 5 mai 2017 à Bordeaux, souhaitent organiser le 24 novembre 2017 à la Cinémathèque de Toulouse une journée d’études sur la réception médiatique de la grande actrice tout au long de sa carrière, en utilisant en particulier les collections de périodiques populaires de la Cinémathèque de Toulouse, sans équivalent en France. http://www.lacinemathequedetoulouse.com/collections/presentation Cette journée d’études coïncidera avec l’inauguration d’une rétrospective des films de Danielle Darrieux par la même institution. Les propositions pourront concerner aussi bien l’image de Danielle Darrieux dans les magazines spécialisés à telle ou telle époque de sa carrière, que l’évolution de cette image, que sa réception dans le courrier des lecteurs de ces magazines. On pourra également utiliser les fonds de l’Inathèque pour étudier la présence et les discours de et sur l’actrice à la télévision et à la radio. Enfin, l’étude de la réception de Darrieux pourra également concerner ses performances au théâtre, au music hall et à la télévision. Nous attendons les propositions sous forme de présentation (1500 signes maximum) accompagnée d’une courte bio-biblio, pour le 30 mai 2017 , adressée à: franck.loiret@lacinemathequedetoulouse.com gwenaelle.le-gras@u-bordeaux-montaigne.fr Genevieve.Sellier@u-bordeaux-montaigne.fr
Categorías: Universidade

Where did all the GCSE pupils go – and why has no one noticed?

Guardian Unlimited: Education - Mar, 21/03/2017 - 08:15
Some secondary schools have ‘lost’ up to 46% of their pupils without causing any alarm to Ofsted inspectors

When Ofsted inspectors published a report on Hewens College in Hillingdon, west London, in January 2016, they gave it a clean bill of health. Leadership and management were impressive, teachers had high expectations of their charges and the education provided overall was adjudged “good”. Any school would be proud of such a report.

However, one striking fact was not mentioned. The year group that had taken GCSEs the previous summer, and on whom much of the school’s latest achievement data was based, was only just over half the size it had been when these pupils joined the school in 2010.

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

'Hannah was petrified,' say parents of student who killed herself during rape inquiry

Guardian Unlimited: Education - Mar, 21/03/2017 - 08:00

Exclusive: Amanda and Paul Stubbs give first interview after prosecutors drop charges against daughter’s fellow student

“You are altogether beautiful, my darling; there is no flaw in you,” reads the inscription on the grave of Hannah Stubbs. It sits only feet from the home she shared with her parents. Her bedroom window is just visible through the trees.

Up to this point, Amanda Stubbs has admirably held her poise, but at the grave – out of sight of her four remaining children – she breaks down, her tears flowing freely. This is the place where she can grieve openly for the premature and senseless loss of a precious daughter.

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Future schools: core subjects only, parents pay for the rest | Laura McInerney

Guardian Unlimited: Education - Mar, 21/03/2017 - 08:00
It would perfectly suit Tory ideology for parents to pay for sport, music, extra reading … and for state schooling to be pared to the basics

Imagine a world where school as we know it – free to all, with a wide variety of subjects – has been stripped back to a basic entitlement. Each child gets only a few hours per day of teaching in the core subjects. If parents want extras, say sports or music lessons or more reading activities, those must be additionally purchased from the school, or from private companies.

It may sound like a dystopian future but many parents already supplement their child’s education and, with grammar schools about to return, there is the opportunity for a boom in private tutoring. An austerity government with weak opposition could see paring back education as a neat way to solve some of its woes.

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

May v Sturgeon: Scottish education swept up in political war of words

Guardian Unlimited: Education - Mar, 21/03/2017 - 07:45
Pupils in Scotland have fallen behind in science. Now the PM has attacked the country for its ‘neglect’ of schools. Is she right?

From James Watt’s steam engine to Dolly the sheep, Scotland is proud of its strong science tradition, so a recent fall in the international rankings of Scottish pupils in science is causing a degree of national soul-searching.

And as the political temperature rises, Scotland’s education performance is being used as ammunition against the SNP government. Theresa May accused Nicola Sturgeon of “neglect and mismanagement” of education when responding to the call for an independence referendum. The Scottish Conservative leader, Ruth Davidson, said at her party conference earlier this month that the SNP’s record on education was “an absolute disgrace” and “a mark of shame” and promised a “back to basics review” of Scotland’s Curriculum for Excellence (CfE). Questioned at Holyrood last week about May’s attack, Sturgeon said merely: “The education secretary and I work to raise standards and close the attainment gap in our schools every single day.”

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade
Distribuir contido