Universidade

BBC's Ten Pieces extends classical music programme to teenagers

Guardian Unlimited: Education - Mér, 20/05/2015 - 09:01

Nationwide scheme will play Wagner and Verdi in secondary school halls and classrooms to encourage pupils to embrace classical music

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Bullied children more likely to suffer from adult obesity and heart attacks

Guardian Unlimited: Education - Mér, 20/05/2015 - 00:01

King’s College study finds victims of childhood school bullying grow up to face increased risk of obesity, cardiovascular disease and type 2 diabetes

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Girls like digital media while boys prefer print, finds study on reading habits

Guardian Unlimited: Education - Mér, 20/05/2015 - 00:01

National Literacy Trust report also says girls continue to outpace boys in their enthusiasm for reading for pleasure

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

UK heritage sites to receive £98m lottery cash boost

Guardian Unlimited: Education - Mér, 20/05/2015 - 00:01

Lovell telescope and Lincoln Cathedral among recipients of bumper handout to preserve Britain’s scientific and technological history

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Utah school sparks anger after yearbook omits special education students

Guardian Unlimited: Education - Mar, 19/05/2015 - 22:57

High school in Tooele shares building with job skills programme whose students are usually included, notes mother as district says no malice was meant

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Ch. Thomas, Pour Roland Barthes

Fabula - Mar, 19/05/2015 - 21:03
Pour Roland Barthes Chantal Thomas Date de parution : 21/05/2015 Editeur : Seuil ISBN : 978-2-02-128002-9 EAN : 9782021280029. Ce livre est un exercice d’admiration et de reconnaissance : j’ai eu la chance de rencontrer en Roland Barthes un écrivain totalement habité par le désir d’écrire et qui avait la particularité d’écrire pour faire sentir ce désir, pour en faire partager le romanesque. D’écrire et d’enseigner, car il s’est agi pour moi en ces pages de chercher à faire exister le talent de parole de Barthes, l’étrange sagesse portée par son enseignement (un mélange d’intelligence analytique et de distance zen). Et plus largement, mais d’une façon qui lui est liée, de transmettre un certain nombre de valeurs que chacun de ses livres, du Degré zéro de l’écriture à l’admirable Chambre claire, réaffirme : l’amour de la langue, la différence au lieu du conflit, le goût du présent, le désir. Des valeurs sous le signe de l’harmonie, mais qui recèlent, s’il le faut, une dureté, un pouvoir de résistance absolue à tout ce qui se situe du côté du stéréotype, de la répétition mécanique, de la violence. Ch. T.
Categorías: Universidade

Un año después: arribistas, moralistas y funámbulos

Paquidermo - Mar, 19/05/2015 - 20:07


Imagen: © Emmanuel Salé for openphoto.net

Las siguientes reflexiones no pretenden generar un balance pausado y objetivo sobre el primer año de la Administración Solís. Al contrario, se trata de algunas notas que buscan señalar a grandes rasgos algunos momentos importantes, protagonistas centrales y lógicas de presión de lo que han sido estos primeros 365 días a la luz de lo aparente.

En primer lugar, vale recalcar que este primer año ha ido construyéndose de manera fragmentaria. El discurso mediático sobre el Gobierno ha sido el discurso de la fragmentación y de la inoperancia. Ya lo hemos visto en otras administraciones. Sin embargo, lo que más llama la atención es la personificación del error y la disonancia. Si bien el Gobierno mismo es culpable de muchos de sus errores, es necesario observar cómo el discurso político en general y mediático en particular ha logrado crear una especie de consenso sobre las “figuras malditas” de la Administración. Es como si después de abril de 2014 hubiese habido una especie de tiempo de gloria para Luis Guillermo Solís. Este seguiría siendo una “persona de bien” para la mayor parte de la élite política y mediática del país. Sus yerros y desatinos corresponderían, sin embargo, a malas influencias infiltradas en el Gobierno.

Con el primer año de administración a cuestas, y después de los escándalos -reales o producidos- queda claro que la batería de guerra ha sido enfilada contra tres figuras específicas del Gobierno: Melvin Jiménez, Victor Hugo Morales Zapata y Mariano Figueres Olsen.

Todos sabemos hoy cómo terminó el Ministro de la Presidencia reducido a un artículo-retrato, de cachetes inflados y voluminosa figura. Texto pobre de talento que a la postre, hizo olvidar la idea generalizada entre las “opinólogas” más fervientes del dial: la salida de Melvin Jiménez significaba el fracaso de la “chusma”. Sentimiento que se confundía con la alegría de ver llegar a alguien con pedigree político, como Sergio Alfaro. La lógica de la sangre, la herencia, aquello que forma la política de altura, tan estimada en nuestro terruño de “labriegos sencillos”.

Con un objetivo menos, la cacería se concentró en Morales Zapata. Este ex-militante de MRP, sin título universitario, pero con una larga experiencia en política de terreno resulta también una amenaza clara para el establishment político. Con conocimiento empírico de iniciativas exitosas en el ámbito económico, con líneas claras de cambio a nivel bancario e institucional, este personaje resulta sumamente peligroso para sectores que han fundado su riqueza y poder en el manejo de ciertas instituciones claves y en lógicas económicas antagónicas a las propuestas por él. Pero la imagen de Zapata tiene poco que ver a nivel mediático con la “agenda propia” con que lo acusan. El discurso construido a su alrededor está enfilado a presentarlo como un ser poco fiable, pérfido y traidor. Y lo que es peor aún, un personaje con poder.

Resulta entonces interesante observar el enfrentamiento emblemático que se generó días antes del 1ro de mayo entre Ottón Solís y Victor Morales Zapata. Se pudo observar ahí la transformación prodigiosa de “Ottón el Necio” a “Ottón el Santo”.

Con su propuesta política basada en la ética y la transparencia, Ottón trató efectivamente de remontar la pendiente en la que se había sumergido la política costarricense a inicios del siglo XXI. Se convirtió entonces en la peor pesadilla de los grupos de poder que, por medios diversos y variados, lograron siempre obstaculizar su acceso a la presidencia.

Pero Ottón también fue culpable de su propia caída. Su forma de hacer política remitía a una concepción católica, moralista y patriarcal. Y esta concepción, ahora presente en la Asamblea, ha contribuido a minar paso a paso el Gobierno de su propio partido. Ottón se convirtió en el “tonto útil” para deslegitimar al presidente Solís y a su equipo de Gobierno.

En el “país de los milagros”, ¿quién mejor que un santo para salvarnos de la perdición? Ottón se convirtió entonces en ese santo. La transformación que vivió ante los medios fue impresionante. Antes, Ottón Solís era el “necio”, aquél que los comunicadores entrevistaban con pereza, adelantándose a sus siempre recurrentes ideas.

Pero en este Gobierno, Solís se convirtió en “el santo”.  Un ejemplo bastará para probarlo: la cobertura mediática del “enfrentamiento” entre Morales Zapata y Ottón Solís. En un programa de radio mañanero se invitaba a la gente a “opinar” sobre los calificativos usados contra el “pobre” de Ottón. Y al leer la lista interminable de comentarios a la noticia, numerosos eran aquellos que se rasgaban las vestiduras de no haber votado por él en ninguna de las tres ocasiones que se presentó a la presidencia.

Dos ideas sirven para articular esta oposición entre Victor Morales y Ottón Solís. La primera es una oposición de clase. Solís representa cierto imaginario nacional donde la extracción rural y la pertenencia a una familia terrateniente son esenciales. El arraigo a la tierra es fundamental, porque representa ubicación tanto social como espacial. Ottón es una especie de patriarca severo pero benigno. Un padre que golpea y corrige. Un padre al cual el hijo vuelve a acudir por ayuda y consejo. Un católico respetable que jamás estaría de acuerdo en “sacar a Dios de la Constitución”. En otras palabras, Ottón es un Liberación Nacional de mitología figuerista.

Al contrario, Morales Zapata es un hombre desarraigado. Marcado por la inmigración y el desplazamiento. Entre Costa Rica y Nicaragua, entre los barrios marginales de San José y la problemática y explosiva Zona Sur. Es, por su trabajo y militancia cooperativista, un hombre que amenaza la tenencia latifundista de la tierra. Por su afiliación partidaria, es todo lo que Liberación trató de borrar y su más constante pesadilla. Algo ajeno a la “identidad nacional”.

Aunque las realidades actuales y materiales de ambos los acerquen inevitablemente, son esas dos imágenes que se enfrentan.

La segunda idea tiene con la forma de hacer política. En un país con la historia institucional que tiene Costa Rica, la práctica política no puede de la noche a la mañana transformarse. Es de admirar la constancia y la coherencia de Ottón con su propuesta ética. Sin embargo, la misma está llena de trampas que se han manifestado en repetidas ocasiones. El deseo profundo de transformación institucional y práctica de la forma de hacer política en Costa Rica, se ha convertido en una verdadera “cacería de brujas”, marcada también por la hipocresía y el circo mediático.

Bien lo señaló Daniel Soley al referirse a la forma en que Ottón Solís pasaba de la sospecha a la calumnia. Una voluntad de redención y un esfuerzo de persecución que ya ha cobrado sus víctimas. Lo vivió en carne propia el mismo hermano de Solís, cuando con los votos del PAC se le pidió la renuncia a la Contraloría General de la República. Años después, se demostraría que todo el proceso estuvo viciado. En su afán por querer limpiar el escenario público, Ottón se ha transformado en un verdadero inquisidor, adoptando  incluso la temática neoliberal de ataques a los trabajadores en sus derechos tal y como como lo demostró con sus propuestas para llegar a la presidencia de la Asamblea.

Alejándose de lo que sería una visión más social-demócrata, Ottón se ha convertido en enemigo de la inversión pública y se ha aliado con los que defienden la lógica de la austeridad. Una buena demostración la dio en la Comisión de Asuntos Hacendarios.

Esta práctica -cuya justificación reside en la búsqueda de una pureza política inalcanzable-, terminó minando la primera fracción del PAC en el 2002. Es también una actitud a la que muchos culpan por la derrota de 2010 frente a Oscar Arias por 1% de los votos. Hoy, esta inflexible lógica amenaza con golpear consistentemente al Gobierno, sumando así a los errores que este mismo ha cometido y a su impericia en el manejo de numerosos temas.

¿Qué queda esperar? Con el cambio en la presidencia de la Asamblea, los roles de confrontación y de oposición mutan. Quizás ahora la atención mediática esté menos enfocada a la lucha entre miembros del PAC, entre supuestas “visiones” a lo interno de dicho partido. En enfrentamiento con el bloque opositor puede convertirse para los partidos miembros en un cuchillo de doble filo, pues la ciudadanía cansada de este primer año, superficialmente perdido, espera acción política y eficacia en la resolución de -al menos- algunos agudos problemas nacionales. Con el Congreso tomado por la oposición, la responsabilidad política es compartida. Y tal y como bien lo intuyó JMF, este nuevo panorama ensombrece la esperanza del PLN de volver al poder como el “único capaz de gobernar” en el 2018.

Revue de presse du jour J

Cahiers Pédagogiques - Mar, 19/05/2015 - 19:21

Il paraît qu'il y avait une grève aujourd'hui...

Grève : des chiffres et des lettres

Comme à chaque grève, nous avons droit dans les médias à la sempiternelle querelle des chiffres de participation. Le ton était donné ce matin sur France Inter qui annonçait à 7h (quand tous les établissements sont encore fermés) 80 % de grévistes. Rigueur journalistique...

Selon le ministère on comptait « ce matin 27,61 % d'enseignants grévistes dans les collèges publics et 6,75 % dans le privé. Le Snes, principal syndicat d'enseignants du second degré, comptait lui plus de 50 % des professeurs en grève, sur ceux censés travailler ce mardi matin à huit heures ». Le Figaro

« Comme à chaque grève, les estimations varient sensiblement entre le gouvernement et les syndicats. La différence entre ces deux chiffres s'explique par les méthodes de calcul utilisées de part et d'autre. Le SNES-FSU indique obtenir ce résultat « à partir d'un échantillon de 10 000 enseignants (...) en service aujourd'hui ». Alors que le taux de grève du ministère est établi sur la base du nombre de professeurs des collèges en grève rapporté au nombre total d'enseignants en collège. » Le Monde. D'autre part, sur France Info une responsable du SNES remettait en cause les chiffres du ministère parce qu'« il comptabilise comme non grévistes les collègues en voyage scolaire » (sic). Libé titre toutefois ce soir sur « une mobilisation juste passable »

Les lettres aussi peuvent fâcher. Sur Marianne.fr, Antoine Desjardins, professeur de Lettres, membre du collectif « Sauver les lettres » s'en prend à ses collègues qui défendent la réforme du collège. « Des "Charlots", c'est ainsi qu'il les baptise eux qui, selon lui, trouveraient "génial tout ce qui peut les décharger d'un enseignement pesant qui exige de la rigueur mais surtout du vrai travail et des lectures régulières. »

Un article tout en nuance sans aucun dénigrement du travail de collègues qu'il ne connaît pas et de pratiques qu'il ne maîtrise visiblement pas. « Je pense que la plupart des profs qui trouvent que la réforme du collège est très bien voire formidable sont ceux qui ne préparent plus (vraiment) aucun cours et ne corrigent plus (ou si peu) de copies. [...] Dès lors, ils sont prêts à toutes les géométries « pédagogiques », adorent l'interdisciplinarité, pour l'excellente raison qu'ils préfèrent clabauder ici et là plutôt que préparer un cours et surtout corriger des copies (des copies substantielles, pas des QCM ou des petites évaluations portant sur une micro-compétence dans une « séquence didactique »* marabout de ficelle). [...]. Au reste ils ne font déjà plus « cours », attendu que la dépense nerveuse et la tension y sont trop grandes : ils gribouillent des trucs sur un paper-board, allument un TNI (tableau numérique interactif), forment des « petits groupes » de réflexion et attendent tranquillement la fin sans trop mouiller la chemise.
Les élèves sont en « autonomie ». Ils construisent le cours. Le prof animateur est en stand-by et peut chercher sur Amazon les comparatifs de barbecues : il a un week-end à organiser. Il est frais à la fin du cours, comme un gardon. Il a toujours le sourire, même et surtout en réunion : c'est que sa ou son supérieur l'observe et on lui a dit qu'il était « dynamique ». [...] Bon, en fin de semaine ça ne ramène pas grand-chose à la maison... Ce n'est pas qu'il y ait les œuvres publiés dans la Pléiade d'Emile Zola ou de Claude Simon qui attendent sur la table de nuit, ni même, les Cahiers pédagogiques (un tel excès de masochisme ne pourrait s'emparer que d'un fondamentaliste fou, c'est-à-dire quelqu'un qui n'enseigne plus depuis longtemps)
. » On ne saurait conseiller à ce « collègue » (permettez-moi les guillemets) de lire au moins le dernier numéro des Cahiers, de s'inscrire à un stage de l'ICEM et de passer une semaine en immersion au collège Clisthène par simple honnêteté intellectuelle pour vérifier ses dires.

Plus constructif, La Croix a demandé à huit personnalités des idées concrètes pour une réforme en profondeur de tout le système éducatif. On y découvre des propositions fort différentes. Pour Anne Fraïsse, présidente de l'université Paul Valéry, à Montpellier : « Il faut repenser le bac professionnel ». Tandis que Laurence Parisot, ex-présidente du Medef, propose de : « Repérer les dons de chaque élève ».
Gabriel Cohn-Bendit, fondateur du lycée expérimental de Saint-Nazaire revient sur une idée qui lui est chère : « Des équipes de profs volontaires dans les collèges difficiles ». Quant à Peter Gumbel, journaliste et écrivain anglais qui propose de : « Faire évaluer les professeurs par leurs pairs et leurs élèves », il ne doit pas faire l'unanimité dans les salles des profs. Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco, éducateur spécialisé, insiste sur l'importance d' : « Encourager les élèves qui progressent ». Nathalie Kosciusko-Morizet, vice-présidente déléguée de l'UMP est très classique : « Mettre l'accent sur les maths et le français en 6e et 5e ». Philippe Delerm, écrivain, met en avant l'aspect humain : « Ménager une relation privilégiée entre l'enseignant et ses élèves ». Enfin, Gilles Attaf, PDG de Smuggler (confection de costumes), veut : « Instaurer des stages en entreprise pour les enseignants ».

"Une possible solution alternative à la manif à l'UMP" par JiMo
Sur le terrain

Plutôt que de donner la parole à des polémistes ou des élites, certains médias ont préféré se rendre dans les établissements pour écouter les salles des profs et les salles de classe.
Libé nous propose ainsi des reportages croisés à Marseille, Paris et Lille.
« Antoine, 36 ans, enseigne l'histoire-géo dans un collège de l'Est parisien : « Bien sûr, entre nous, on discute beaucoup de la réforme. La salle des profs est vraiment divisée : il y a les "pour", les "à fond contre", et les "mitigés", qui ne sont pas opposés sur le principe mais s'inquiètent du manque de moyens. » Il se range dans ce dernier groupe. « Je n'ai rien contre l'interdisciplinarité [faire un cours commun avec un prof d'une autre discipline, ndlr]. Mais cela nécessite du temps de concertation. Ce temps-là n'est prévu nulle part. » Antoine se souvient avec amertume des « itinéraires de découverte » - mis en œuvre en 2002 et qui allaient dans le sens de l'interdisciplinarité - « vite tombés à l'eau » faute de temps pour les construire. « Pour flinguer les EPI, ils ne peuvent pas mieux s'y prendre », poursuit-il. Sa collègue Florence, trente ans d'Éducation nationale derrière elle : « On alourdit notre charge de travail sans contrepartie. A chaque fois, c'est la même histoire, comment voulez-vous que ça tienne ? » Bien que déçue, elle ne fera pas grève mardi. « Je ne veux pas être assimilée à ceux de droite qui défendent le statu quo. » [...]
Dans ce collège de la banlieue de Lille, classé en réseau d'éducation prioritaire, les profs ont un peu de mal à comprendre « tout ce foin » à propos de la réforme. La disparition des classes bilangues ? « Pour moi, c'était un élitisme, on favorisait un petit nombre au détriment du grand nombre. Avec la réforme, il y aura autant d'heures d'anglais ou d'allemand, mais plus d'élèves en profiteront », note Frédéric, qui enseigne en Segpa (Section d'enseignement général et professionnel adapté).
Clara se sent cependant flattée : « Nous allons avoir une vraie liberté pédagogique. Le ministère fait confiance aux équipes. » Cette confiance est même inscrite dans le programme de façon officielle, apprécie Frédéric. « Je ne me souviens pas de la dernière fois où c'est arrivé. » Il trouve le signal fort et ne fera pas grève ce mardi, ni aucun des professeurs présents. Dans les collèges de REP, ils ont l'habitude des remises en cause et de la « culture du projet », nécessaires pour lutter contre le décrochage scolaire. L'un d'eux glisse, un brin perfide : « Nous, nous nous adapterons au changement. Mais la réforme va être plus difficile dans les collèges de centre-ville. »
»
France 3 pour son 19-20 s'est rendu quant à lui dans la salle de classe de professeurs des Clayes-sous-Bois (Yvelines)
Ils ont déjà testé certains des points de cette nouvelle réforme, notamment les cours interdisciplinaires. Les habitudes sont bousculées... positivement.

Changer les choses c'est difficile, dessin de JiMo

Après l'avalanche de textes et de prises de positions contre la réforme plus ou moins étayées du mois d'avril, mai tente le rééquilibrage avec la publication d'interviews, de tribunes et de textes favorables à la réforme. Aujourd'hui, c'est le Conseil national de l'innovation pour la réussite éducative (CNIRÉ) qui se prononce en faveur de la réforme, qu'il qualifie d'« innovante pour la réussite de tous les élèves ». Le CNIRÉ, où siègent aussi de nombreux enseignants de terrain. Dans ce texte, publié notamment sur le site des Cahiers pédagogiques, le CNIRÉ « constate que le projet de réforme du collège est favorable aux pratiques innovantes, au développement du travail d'équipes pluridisciplinaires, à l'ouverture de l'école aux parents et à l'instauration d'un climat de bienveillance et d'exigence. Ces avancées permettront de rendre l'école plus juste, et mieux à même de faire réussir les élèves, quelle que soit la diversité de leurs talents et de leurs milieux d'origine ».

Encore une revue de presse à plusieurs mains aujourd'hui et demain, c'est Bernard Desclaux qui sera aux manettes.

Laurent Fillion #JeSuisCharlot
Géraldine Duboz #JeSuisCharlotte

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

Croiser des disciplines, partager des savoirs
Revue n°521 - mai 2015
Les pratiques communes, croisées, mises en synergie et en résonance, aident-elles les élèves à entrer dans la complexité des savoirs scolaires et dans les différentes cultures à construire à l'école ? Ce dossier montre à travers différentes pratiques de dispositifs comment entrer dans l'interdisciplinarité sans sacrifier aucunement les disciplines.

Pratiquer les IDD, les TPE, les PPCP
Revue n° 413 - avril 2003
Un aperçu sur la mise en œuvre, en fin de compte très positive, des nouveaux dispositifs interdisciplinaires, surtout quand elle s'accompagne d'une organisation rigoureuse, professionnelle, et du dynamisme d'enseignants motivés par cette autre manière de travailler avec les élèves.

Accompagner, une idée neuve en éducation
Revue n° 393 - avril 2001
L'accompagnement est-elle une nouvelle forme d'apprentissage et de formation, ou bien une démarche spécifique visant à faire évoluer le métier d'enseignant et de formateur ?

Categorías: Educación, Universidade

E. Gavoille, M.-P. de Weerdt-Pilorge, P. Chardin (dir.), L'Autorité dans le monde des lettres aujourd'hui

Fabula - Mar, 19/05/2015 - 18:54
E. Gavoille, M.-P. de Weerdt-Pilorge, P. Chardin (dir.), L'Autorité dans le monde des lettres aujourd'hui Editions Kimé mai 2015, 275 pagesISBN: 978-284174710826 euros Présentation de l'éditeur Quelle relation l'auteur entretient-il avec l'idée d'autorité ou la réalité des autorités ? Il se donne souvent pour rôle d'analyser, voire de contester les formes et la légitimité du pouvoir, d'ébranler la confiance dans la tradition et les savois institués. Lui-même érigé en figure d'autorité, il affirme sa puissance critique ou créatrice, à moins qu'il ne soit un produit de l'oeuvre. Sur cette question des rapports entre auteur et autorité, le présent volume réunit quinze contributions de spécialistes de linguistique et d'histoire des idées, de littérature comparée, de littérature française du XVIIIe et des XXe-XXIe siècles. Partant d'une réflexion sur les notions d'auteur (Benveniste, Foucault), d'autorité (Diderot, Kojève et Arendt, Revault d'Allonnes) et langage autoritaire (Pontiggia), il montre comment certains auteurs démolissent des modèles littéraires (Nissard discréditant Sénèque), sapent le prestige de la science (Flaubert, Musil, Proust), font vaciller certitudes et valeurs établies (Kafka, Grass), dissèquent le discours médical sur le dépression (Fitzgerald et Styron). D'autres études s'attachent à l'autorité qui renvendique l'auteur (cas de l'abbé Prévost, des encyclopédistes, de Char) ou qui émane d'une oeuvre singulière (avec l'exemple contemporain de Minh Tran Huy). C'est enfin l'autoritédu texte même qui est considérée, qu'il s'impose par sa force ( La Couronne de la Montagne de Niégoch), ou qu'il soit suberti dans les jeux du pastiche et dans des fictions qui exhibent leur propre capacité d'illusion (Noguez, Buzzati).
Categorías: Universidade

Women's colleges should reinvent themselves as havens for trans women

Guardian Unlimited: Education - Mar, 19/05/2015 - 17:30

Trans women have great potential to provide insight into male privilege that can enrich women’s colleges

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Une réforme innovante pour la réussite de tous les élèves

Cahiers Pédagogiques - Mar, 19/05/2015 - 17:25

Le Conseil national de l'innovation pour la réussite éducative (CNIRÉ) se prononce en faveur de la réforme du collège. Ce texte s'appuie en grande partie sur les recommandations du premier rapport du conseil, remis à la ministre de l'Éducation nationale en novembre 2014.

Le CNIRÉ, structure consultative indépendante, installée par le ministre de l'Education nationale en avril 2013 pour dynamiser l'innovation dans l'école, a rendu son premier rapport en novembre 2014.

Pendant quinze mois les membres du CNIRÉ ont étudié les pratiques des enseignants, ont observé le fonctionnement de l'école, ils ont consulté à tous les niveaux de l'institution. La composition du conseil atteste de sa diversité : acteurs du monde associatif, représentants des ministères de l'agriculture, de la justice, de l'outre-mer, de l'intérieur, de la Jeunesse et des Sports, représentants des collectivités territoriales, cadres et professeurs de l'éducation nationale, chercheurs et représentants du monde économique.

Tous se sont efforcés de comprendre l'école de la République avant de formuler 25 propositions, pour un fonctionnement plus juste et plus efficace du système éducatif.

Aujourd'hui, le conseil constate que le projet de réforme du collège est favorable aux pratiques innovantes, au développement du travail d'équipes pluridisciplinaires, à l'ouverture de l'école aux parents et à l'instauration d'un climat de bienveillance et d'exigence. Ces avancées permettront de rendre l'école plus juste, et mieux à même de faire réussir les élèves, quelle que soit la diversité de leurs talents et de leurs milieux d'origine.

Trois points sont essentiels pour la réforme du collège

L'examen des pratiques de terrain a montré que les cloisonnements sont trop nombreux dans le fonctionnement des collèges. Il importe que les professeurs coopèrent davantage et disposent de temps pour se concerter. Cela permettra la réussite de la mise en place des enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI) et de l'accompagnement personnalisé.

Au sein d'un Conseil pédagogique renforcé, les membres de la communauté éducative du collège pourront définir les meilleures pratiques pour chaque collège, selon les spécificités de son public. Le collège unique ne saurait se satisfaire d'enseignements uniformes, alors que les publics sont aussi divers que la société française, les familles, les histoires, les lieux d'implantation.

1- Les EPI permettront de faire se rencontrer les disciplines et de les enrichir dans des projets porteurs de sens.
Les élèves ont besoin de comprendre ce qu'on leur enseigne ; l'excessive fragmentation des savoirs ruine le sens et finalement la motivation. Loin de porter atteinte aux disciplines, les EPI conduiront à les renforcer en redonnant le goût de l'approfondissement.

La complexité du réel ne peut se comprendre et s'analyser qu'à l'aide des problématiques disciplinaires, pour construire des connaissances solides et des compétences facilement mobilisables.

2- Les parents sont trop souvent éloignés de l'école.
De nombreux témoignages entendus dans les auditions du CNIRÉ, révèlent cet état de fait, en particulier dans les quartiers défavorisés. Aucun projet éducatif ne réussit sans l'adhésion des parents. Le Conseil a formulé de nombreuses propositions visant à renforcer la place des parents dans l'école. Le collège ne saurait être un lieu clos, même s'il importe qu'il reste toujours un lieu consacré aux savoirs, aux connaissances et aux compétences, que tout jeune doit maitriser en fin de troisième.

Les parents ne sauraient être extérieurs à la réussite de leurs enfants ; ils ne le souhaitent aucunement, mais le monde de l'école peut leur paraître complètement étranger en particulier quand leur propre parcours scolaire ne leur a pas laissé de bons souvenirs.

Accueillir les parents et leur donner la place qui est la leur pour la réussite de leurs enfants, est un gage de réussite et d'intégration de tous les élèves.

3- Le climat de bienveillance entre tous les membres de la communauté éducative, est nécessaire à l'instauration de conditions de travail sereines et propice à l'étude. La bienveillance est trop souvent associée au laxisme ; on ne saurait les confondre !

La bienveillance s'accompagne naturellement d'un esprit de justice. Elle est surtout une déclinaison de l'exigence : elle vise à faire progresser les élèves dans la confiance et le respect réciproque. Le renouveau du collège appelle cet esprit de bienveillance et d'exigence envers tous les élèves.

Renouveler les pratiques d'évaluation

Il demande aussi de faire confiance aux acteurs de l'école, aux enseignants, à l'encadrement, pour développer cet esprit positif d'une école de la réussite. La réussite des élèves passe donc par le renouvellement des pratiques d'évaluation.

Cette interrogation dépasse de loin l'expérience des classes sans notes, car l'enjeu véritable est d'instaurer des pratiques d'évaluation positive, comprises par les élèves et au service des apprentissages.

Les débats récents ont peut-être enrichi la réflexion, mais n'ont aucunement modifié les pratiques. Seules de nouvelles formations à l'évaluation, dans les écoles du professorat et de l'éducation (ESPÉ), et dans la formation continue des professeurs contribueront à faire de l'acte d'évaluation un acte pleinement éducatif au service de la construction des savoirs et de la confiance des élèves en eux-mêmes.
Plus généralement la réforme du collège réussira si l'on améliore notoirement l'accompagnement et la formation des professeurs. Les ESPÉ sont une formidable opportunité de mettre en place un véritable développement professionnel des professeurs, qu'il importera de mettre aussi en place dans la formation continue. Car la formation ne saurait se réduire à une année suivant la réussite du concours.

Le CNIRÉ a confiance dans la réforme du collège pour promouvoir l'esprit d'innovation, encourager les pratiques innovantes, leur mutualisation, leur diffusion afin que chacun puisse se les approprier dans le contexte qui est le sien.

L'école française en a besoin pour donner à chaque collégien les moyens de se construire un socle de connaissances, de compétences et de culture, permettant son épanouissement personnel et son intégration réussie dans la société.

Nous ne doutons pas que la réforme du collège va dans ce sens et que tous les acteurs de l'école participeront à la construction d'un collège « pour apprendre », pour vivre ensemble, et construire un monde riche des valeurs de la République.

Categorías: Educación, Universidade

La grève contre le projet de "réforme du collège" (I)

La Science au XXI Siècle - Mar, 19/05/2015 - 17:06

Le 19 mai 2015, un enseignant sur deux travaillant au collège est en grève d'après le Syndicat National des Enseignants de Second degré (SNES-FSU). La politique de marchandisation et de privatisation progressive de l'éducation, évoquée encore dans nos articles « Stratégie de Lisbonne, "gauche plurielle" : quinze ans après » (I) et (II), devait nécessairement conduire à ces tensions croissantes. En l'espèce, les organisations syndicales dénoncent « une réforme fondée sur l’autonomie des établissements et la multiplication des hiérarchies intermédiaires sous l’autorité du chef d’établissement ». Est-ce autre chose que l'extension au collège de la politique qui avait déjà inspiré, entre

Categorías: Universidade

Poverty in Nicaragua drives children out of school and into the workplace

Guardian Unlimited: Education - Mar, 19/05/2015 - 14:59

As the World Education Forum opens, Nicaragua, with its high figures for school dropout and child labour, offers an insight into the barriers to education

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

L’Evénement dans la littérature et les arts(Séminaire)

Fabula - Mar, 19/05/2015 - 14:54
L’Evénement dans la littérature et les arts Séminaire doctoral 2015-2016 En annonçant respectivement «le retour de l’événement [1] » et la «renaissance de l’événement [2] », les historiens Pierre Nora (dès 1974) et Pierre Dosse (plus récemment) proposaient de renouveler la démarche historiographique en rompant avec l’histoire immobile de l’Ecole des Annales qui avait signé la mort de l’événement. En littérature, de façon parallèle à l’École des Annales, le Nouveau Roman expérimentait une mise à mal du récit, ce qui dessine ainsi dans l’histoire culturelle une crise de l’événement. Le regain d’intérêt pour la notion d’événement, minorée ou disqualifiée par un structuralisme soucieux d’invariants et de constantes systémiques, s’explique aussi par l’accroissement de la place et du pouvoir des mass-médias dans des sociétés mondialisées où «l’événementiel» est un secteur professionnel en expansion et où tout, jusqu’au plus dérisoire «buzz», semble devoir faire événement. La notion d’événement, au carrefour des champs disciplinaires et des domaines de savoir, semble particulièrement féconde et stimulante ces dernières années au regard des nombreuses publications auxquelles elle a donné lieu. Nous tenterons, dans ce séminaire, de contribuer à cette réflexion. 1. Faire date Le séminaire, tirant parti de ces récents apports, voudrait interroger les modalités discursives qui consacrent une date comme point de démarcation, un point de rupture dans l’histoire littéraire et artistique. Qu’est-ce qui fait date, fait événement dans les arts et la littérature? Comment se constituent les ruptures de l’histoire littéraire et artistique? Ces interrogations, loin de sacraliser un moment ou d’essentialiser la notion même d’événement, visent à réévaluer les fondements des découpages temporels, à prendre conscience de la part de récit qui est au cœur de toute entreprise historiographique. Les manuels scolaires, les études universitaires écrivent des histoires de l’art et de la littérature scandées par une série de moments fondateurs, de crises et de tournants prenant place dans un récit dont il s’agit de mettre au jour les enjeux épistémologiques, idéologiques ou politiques. La réévaluation des événements qui font date engage par exemple à interroger les processus de canonisation, les classements, les hiérarchies ou les groupements générationnels qui s’appuient souvent sur un ou des événement(s). En cela, l’événement est à la fois ce qui advient en suspendant le temps, une date, un point de rupture, insaisissable dans son immédiateté, et ce qui devient, soit un processus qui ouvre à d’autres temporalités. Pour le dire avec l’historien Pierre Laborie, l’événement «n’est pas simplement ce qui advient mais ce qui advient à ce qui est advenu [3] ». 2. Médiatisation & spectacularisation de la vie littéraire et artistique Le(s) récit(s) de l’événement prenne(nt) corps au sein d’un régime médiatique qui met en scène et en spectacle la vie des œuvres et des artistes. Les parutions, les sorties cinématographiques, les premières théâtrales ou les vernissages deviennent un enjeu crucial dans l’élaboration de la visibilité [4] de l’œuvre, seule garantie de son existence. Les honneurs, les commémorations, les inaugurations de monuments sont autant d’exemples d’événements qui construisent une renommée, intègrent des figures au patrimoine national et à l’imaginaire collectif. La mise en spectacle va parfois jusqu’au véritable trucage : scandales et polémiques peuvent être déclenchés à dessein pour qu’une œuvre ou un artiste fasse la une. Nous interrogerons la place des différents agents de ces stratégies médiatiques (stratégies auctoriales, éditoriales…) et leurs influences dans l’élaboration de la valeur de l’œuvre. On pourra en outre se demander dans quelle mesure l’événement assure, confirme ou au contraire disqualifie la valeur d’une œuvre. 3. Poétiques de l’événement Comme l’écrit Didier Alexandre dans son Introduction à l’ouvrage collectif Que se passe-t-il?, «l’événement est de l’ordre de l’accompli : son temps verbal est celui du parfait», l’événement ne peut exister sans être raconté, sans l’élaboration d’un récit. Nous nous intéresserons dans ce séminaire aux genres qui fabriquent l’événement comme le reportage, la chronique, le témoignage etc… On pourra s’interroger sur les affinités de l’événement avec le genre théâtral, notamment parce qu’il s’écrit en recourant à des procédés de dramatisation, mais aussi parce que le lieu et le temps de la représentation semblent plus aptes à le susciter que la seule publication en librairie (il n’est pas fortuit que la bataille d’Hernani soit l’un des événements les plus emblématiques de la littérature française). Il convient alors de s’interroger sur les différentes écritures et mises en image de l’événement (réel ou fictionnel) : l’écrivain ou l’historien privilégie-t-il l’explication des causes qui situent l’événement dans une continuité? Insiste-t-il davantage sur l’événement comme pur avènement, pure naissance, qui privilégierait les formes de la discontinuité qui travaillent sur l’écho, la résonnance, le ressassement ? Nous pourrions aussi aborder l’événement à l’échelle individuelle (les rites de passage, mariage, anniversaire, etc.) qui brise le quotidien et la norme, entraîne la redéfinition du sujet, que l’événement collectif qui réélabore la communauté. Les autobiographies d’artistes et d’écrivains pourraient être un matériau fécond sur la question de l’événement individuel, qui met en récit le choc esthétique d’une rencontre ou d’une lecture et ses conséquences sur la démarche artistique du sujet. L’événement dans le cas traumatique est là encore moins ce qui est advenu que ce qui est construit ou tente d’être reconstruit a posteriori .Enfin, nous pourrions considérer le mouvement qui fait de l’événement un geste esthétique fort, notamment dans les démarches artistiques modernes et contemporaines (du ready-made de Marcel Duchamp à la performance). Il s’agit alors de se demander comment la mise en œuvre de l’événement reconfigure la notion d’œuvre elle-même, comment la conception de l’événement engage une nouvelle définition de l’œuvre et de la relation esthétique entre créateur et lecteur/spectateur. Ces pistes ne sont bien sûr pas exclusives, et pourraient inclure des réflexions sur l’événement manqué, ce qui échoue à faire événement. Les propositions de communication doivent être envoyées avant le 15 septembre 2015 aux adresses suivantes: marion_brun@ymail.com et cyrilbarde@yahoo.fr .Calendrier prévisionnel :Le séminaire a lieu, sauf exception, le premier samedi du mois, de 10h à 12h. Séances prévues:3 octobre, 7 novembre, 5 décembre 2015, 9 janvier, 6 février, 5 mars, 2 avril, 16 mai 2016. Bibliographie indicative OuvragesMarie-Laure Acquier et Philippe Merlo dir., La Relation de la littérature à l'événement, xix e-xxi e siècles , Paris, l'Harmattan, 2012.Didier Alexandre, Frédéric Madeleine, Sabrina Parent et Michèle Touret, dir., Que se passe-t-il? Événements, sciences humaines et littérature , Rennes, Presses universitaires de Rennes, «Interférences», 2004.Alain Badiou, L’Être et l’événement , Éditions du Seuil, 1988.Emmanuel Boisset et Philippe Corno dir., Que m'arrive-t-il ? littérature et événement, actes du Colloque Jeunes chercheurs Littérature et événement, organisé par le CELAM-Rennes2, les 4, 5 et 6 mars 2004 , Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2006.François Dosse, Renaissance de l’événement. Un défi pour l’historien : entre Sphinx et Phénix , Paris, PUF, 2010.Pierre Glaudes et Helmut Meter (dir.), Le Sens de l’événement dans la littérature des xix e et des xx e siècles , Peter Lang, 2008.Pascale Gotschel et Christophe Granger dir., «Faire l'événement», dans Sociétés et Représentations , n° 32, Paris, Publications de la Sorbonne, décembre 2011 .Jeanyves Guérin et Agnès Spiquel dir., Les Révolutions littéraires aux xix e et xx e siècles: "à la fin, tu es las de ce monde ancien" , Valenciennes : Presses universitaires de Valenciennes, 2006.Danielle Londei, Sophie Moirand, Sandrine Reboul-Touré et Licia Reggiani, dir., Dire l'événement : langage mémoire société , Paris, Presses Sorbonne nouvelle, 2013.Ignace Olazabal et Joseph J. Lévy, L’Evénement en anthropologie. Concepts et terrains , Presses de l’université de Laval, 2006.Claude Romano, L’Événement et le monde , Paris, PUF, 1999.Claude Romano, L’Événement et le temps , Paris, PUF, 2012.Corinne Saminadayar-Perrin dir., Qu’est-ce qu’un événement littéraire au xix e siècle? , Université de Saint Étienne, 2008. ArticlesAlban Bensa et Eric Fassin, « Les sciences sociales face à l’événement », Terrain [En ligne], 38 | mars 2002, mis en ligne le 19 janvier 2006, consulté le 27 avril 2015. URL : http://terrain.revues.org/1888 ; DOI : 10.4000/terrain.1888.Pierre Nora, “Le Retour de l’événement”, dans Le Goff J. & P. Nora, dir., Faire de l’histoire, vol. I : Nouveaux problèmes, Paris, Gallimard,1974, p. 210- 229.Isabelle Tournier « Événement historique, événement littéraire ? qu’est-ce qui fait date en littérature ? », Revue d’Histoire Littéraire de la France, 2002/ 5, «La Périodisation en histoire littéraire: siècles, générations, groupes, écoles», p. 750-1. ** [1] Pierre Nora, “Le Retour de l’événement”, dans Le Goff J. & P. Nora, dir., Faire de l’histoire, vol. I : Nouveaux problèmes, Paris, Gallimard,1974, p. 210- 229. [2] François Dosse, Renaissance de l’événement. Un défi pour l’historien : entre Sphinx et Phénix , Paris, PUF, 2010. [3] Pierre Laborie, «L’événement, c’est ce qui advient à ce qui est advenu…» , entretien donné à la revue Sociétés et Représentations , n°32, 2011, p. 167-181. [4] Nathalie Heinich, De la visibilité, excellence et singularité en régime médiatique , Paris, Éditions Gallimard, 2012.
Categorías: Universidade

C. Desclès, L'affaire Koltès. Retour sur les enjeux d'une controverse

Fabula - Mar, 19/05/2015 - 14:46
L'AFFAIRE KOLTÈS Retour sur les enjeux d'une controverse CYRIL DESCLÉS Préface de Michel Corvin L'Œil d'or. 13 € / 2015, 96 p., 13 x 21 cm - ISBN 978-2-913661-68-4 Au premier trimestre 2007, Muriel Mayette, nouvellement nommée à la direction de la Comédie- Française, y met en scène Le Retour au désert de Bernard-Marie Koltès. À l’issue de la série de représentations prévue, l’ayant droit de l’auteur dramatique refuse de renouveler le contrat d’exploitation de la pièce en raison d’un désaccord de fond sur la distribution, plus précisément sur le choix d’un comédien et de son origine ethnique. À la manière d’un enquêteur, Cyril Desclés revient dans L’Affaire Koltès sur la polémique suscitée par cette décision et la manière dont celle-ci a été relayée dans les médias. Et, par-delà le rappel et l’analyse des faits, en connaisseur éclairé de l’œuvre et de la pensée de Bernard-Marie Koltès, il engage une réflexion sur ce que signifie, en général et en particulier, l’acte de mettre en scène, sur la responsabilité qu’implique un tel acte, ainsi que sur les droits et devoirs des héritiers d’une œuvre. Né en 1976, metteur en scène et éclairagiste, Cyril Desclés dirige la Compagnie théâtrale l’embarcadère au sein de laquelle il a notamment mis en scène La Nuit juste avant les forêts de Koltès en 2012, mais aussi Un Rêve d’Alice d’après Lewis Carroll ou encore Beckett, Mallarmé, Laforgue. Auteur d’une thèse de doctorat portant sur Le langage dramatique de Bernard-Marie Koltès, préparée sous la direction de Denis Guénoun, il a également écrit de nombreux articles sur la dramaturgie koltésienne. *On peut lire sur l'Alamblog.com un billet sur cet ouvrage .
Categorías: Universidade

Science on stage: should playwrights respect history and truth?

Guardian Unlimited: Education - Mar, 19/05/2015 - 12:58

Critics of science plays cannot accept that playwrights are free to depict real historical events and people as they like

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Racist and anti-immigration views held by children revealed in schools study

Guardian Unlimited: Education - Mar, 19/05/2015 - 12:35

Survey of 6,000 schoolchildren finds many have a wildly distorted view of the number of immigrants in Britain, negative attitudes about Muslims, and pessimism about their own future opportunities

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Postdoctorat à l’Université d’Angers : projet « EcoLitt »

Fabula - Mar, 19/05/2015 - 11:59
L’université d’Angers recrute un.e postdoctorant.e pour travailler dans le cadre du projet régional EcoLitt (Ecologie et Littérature; ecolitt.univ-angers.fr) piloté par Anne-Rachel Hermetet, professeur de littérature comparée. Profil du/de la postdoctorant.e: Durant les neuf mois de sa mission, le/la postdoctorant.e devra accompagner le travail de recherches du groupe «EcoLitt» et participer activement à toutes les manifestations scientifiques prévues dans le projet. Il/elle aura plus particulièrement pour mission:de participer à l’élaboration de fiches de lecture et de vocabulaire, en vue de la constitution d’une base de données et, en particulier, d’établir une bibliographie de textes littéraires antérieurs à 1970 abordant de façon substantielle la question de l’environnement;de collaborer à l’édition de la journée d’études « Imaginaires de l’environnement dans la littérature et le cinéma asiatiques» tenue à Nantes le 10 avril 2015;de participer à l’organisation d’un colloque international (juin 2016);de présenter l’action «EcoLitt» lors de séminaires en France et à l’étranger;de prendre une part active dans les actions concernant la valorisation non académique du projet. Une thèse de littérature comparée sera particulièrement valorisée par les membres du comité de recrutement, mais le candidat pourra également être titulaire d’un doctorat de littérature française, germanique, hispanique ou de toute autre langue (corpus non anglophone à valoriser) qui entre dans le projet. Idéalement, le candidat aura déjà travaillé sur un ou des grands thèmes qui touchent à la question de la représentation de la nature ou de l’environnement dans la littérature, sur la question de l’espace, sur les éléments naturels et/ou pourra attester une connaissance du champ de l’écocritique. La thèse ne devra donc pas nécessairement porter sur les questions environnementales, mais le candidat devra souligner de quelle manière ses travaux pourront s’articuler avec le projet «EcoLitt». Parce que le projet «EcoLitt» cherche à identifier de nouveaux corpus (français et étrangers) dans le champ des relations entre écologie et littérature, il sera particulièrement apprécié que le/la candidat.e maîtrise une ou plusieurs langues étrangères, ce dont il/elle fera mention dans son CV. Le poste: Le/la postdoctorant.e sera recruté.e pour une durée de 9 mois, à plein temps, à partir du 1 er octobre 2015, à l’Université d’Angers (employeur) et jusqu’à la fin du mois de juin 2016. Les candidat.e.s devront avoir soutenu leur thèse. La rémunération mensuelle sera de 2694,83 euros (salaire brut). Dossier de candidature: Le dossier de candidature comprendra:une lettre de motivation dans laquelle le/la candidat.e présentera la façon dont il/elle pourra s’insérer dans le projet «EcoLitt» à travers un argumentaire précis montrant l’adéquation entre ses travaux et/ou son profil et le contrat postdoctoral décrit, et la manière dont il/elle pourra mettre en œuvre les tâches référencées;un CV détaillé;le rapport de thèse. Les dossiers complets sont à soumettre par voie électronique à anne-rachel.hermetet@univ-angers.fr , isabelle.trivisani@univ-angers.fr , nathalie.prince@univ-lemans.fr et blandine.charrier@univ-angers.fr pour le 20 juin au plus tard. Un exemplaire sur papier du dossier sera envoyé à l’adresse suivante: Blandine Charrier - Projet EcoLitt Maison des sciences humaines de l’Université d’Angers 5bis Boulevard Lavoisier 49045 Angers cedex 01 Contact: Vous voudrez bien vous mettre en relation avec Anne-Rachel Hermetet ( anne-rachel.hermetet@univ-angers.fr ) pour tout renseignement supplémentaire sur le profil du poste. Les candidat.e.s pourront être appelé.e.s à être auditionné.e.s début juillet 2015, à la MSH de l’Université d’Angers.
Categorías: Universidade
Distribuir contido