Universidade

Le Livre des places

Fabula - Mér, 20/06/2018 - 11:01
Le livre des places Hakan Günday, Cloé Korman, Mathieu Larnaudie, Pierre Ducrozet Collectif Date de parution : 04/04/2018 Editeur : Inculte/Dernière Marge ISBN : 979-10-95086-71-0 EAN : 9791095086710 Nb. de pages : 269 p. Depuis le début du 21ème siècle, dans de nombreuses villes du monde, les places se sont imposées comme les principaux foyers des élans de contestation populaire. En partant du motif de la place, au sens spatial et géographique du terme, mais aussi en tant que lieu de surgissement d'une hypothèse politique - la place comme événement -, ce volume dresse ainsi un panorama subjectif des luttes et des bouleversements en cours. Avec: François Beaune, Arno Bertina, Jérôme Bourdon, Anne Collongues, Leyla Dakhli, Pierre Ducrozet, Mathias Enard, Valérie Gérard, Elitza Gueorguieva, Hakan Gunday, Ayman Abdel Hafez, Maylis de Kerangal, Cloé Korman, Mathieu Larnaudie, Camille Louis, Oliver Rohe, Emmanuel Ruben, Irina Teodorescu, Camille de Toledo. * Place Taskim, Istanbul, Turquie / Parc Zuccotti, New York, USA / Puerta del Sol, Madrid, Espagne / Place Tahrir, Le Caire, Égypte / Boulevard Rothschild, Tel Aviv, Israël / Place du Gouvernement, Tunis, Tunisie / Place des Martyrs, Beyrouth, Liban / Place de la Victoire, Bucarest, Roumanie/ Place Syntagma, Athènes, Grèce/ Place Nezavisimost, Sofia, Bulgarie / Maïdan Nezalezhnosti, Kiev, Ukraine/ Le parc du Triangle, Kamazaki, Japon/ Place de la Révolution, Barcelone, Espagne/ Place de la République, Paris, France. "Elles ont donné leur nom aux événements qui s’y sont tenus et se sont confondus également avec les revendications qui s’y sont exprimées, déjà célèbres, ou nommées juste le temps des faits, comment définir ces places où se sont déroulés, dans de nombreuses villes du monde, les principaux élans de contestation populaire et de convergence des luttes des deux dernières décennies? Ce recueil collectif par la pluralité des formes et des voix qu’il rassemble: fiction, témoignage, reportage, récolte & transmission de la parole, analyse, fable… interroge le rapport aux corps, à la parole, aux modèles de représentations politiques émergentes ou avortées." — Charlotte Desmousseaux ( blog addict-culture.com) . * On peut lire sur diacritk.com un article de C. Marcandier sur cet ouvrage : "n Livre des places , donc. Soit, dans la lignée des essais collectifs Inculte, pluralité de voix en feuilleté pour évoquer un lieu politique et littéraire, un siècle En procès ou les matériaux du roman. Ici, les places comme lieu articulé et problématique, un foyer de revendications et contestations, le surgissement et l’expression d’une voix dissonante, en plein cœur de la cité, à la fois rassemblée et diffractée, dont ce volume se veut l’objet-livre métonymique. En ce sens, Le Livre des places est un panorama volontairement fragmenté du XXI e siècle en cours de (ré)écriture et (ré)invention, depuis une mosaïque d’événements pas si disparates tant s’y expriment une u-topie, la quête d’un espace collectif (social et politique) autre, à la configuration repensée. De textes en récits, la place apparaît comme le lieu même du politique, en tant qu’espace central de la cité, avec son étoilement d’avenues qui en partent, comme autant d’hypothèses, directions et possibles. De Tahrir à République, de Wall Street à la Puerta del Sol, des luttes convergent, s’inspirent (« Tahrir c’est ici » dira-t-on à Tel Aviv, boulevard Rothschild), se commentent, d’autres se dressent dans leur irréductible singularité, leur différence têtue. Comme l’écrit Pierre Ducrozet, « chaque ville secrète ses propres révoltes ». Ainsi des voix ici rassemblées, construisant cette place d’un Livre des places , articulant le singulier et le collectif, le convergeant et le disparate." Lire la suite…
Categorías: Universidade

Langage(s) et pouvoir(s). Formes de vie et formes de résistance (Paris)

Fabula - Mér, 20/06/2018 - 10:41
Langage(s) et pouvoir(s). Formes de vie et formes de résistance Colloque 19-20 novembre 2018 Sorbonne Université – Université Paris Nanterre Le paradigme Langage(s) et Pouvoir(s) propose d’emblée une réflexion sur la relation qui s’instaure entre les formes d’expression du corps, de la pensée, de la conscience humaine et le système normatif dans le contexte italien de la seconde moitié du XXème siècle. Hannah Arendt affirme dans La condition humaine (1958): «La puissance n’est actualisée que lorsque la parole et l’acte ne divorcent pas, lorsque les mots ne sont pas vides, ni les actes brutaux, lorsque les mots ne servent pas à voiler les intentions mais à révéler des réalités, lorsque les actes ne servent pas à violer et détruire mais à établir des relations et créer des réalités nouvelles». Le colloque vise à interroger cette question à partir d’une ouverture théorique qui se déploie en quatre panels. 1. Repenser, représenter et réformer les corps Dans une ère où l’emprise du pouvoir sur la vie biologique des corps est quasiment totale, comment peut-on encore imaginer une prise de distance critique, une résistance, voire une fuite vis-à-vis de ses pratiques de domination ? Cette question peut être envisagée à travers des pistes de réflexions telles que:Transpositions artistiques et poétiques de l’emprise du pouvoir sur les corps, ou des formes de domination qui s’instaurent entre les corps mêmes.Théorisation de la relation des corps au(x) pouvoir(s) politique(s): exploitation du «corps politique» ainsi que neutralisation du langage du pouvoir par la mise en place de stratégies de résistance.Conception de formes de vie antagonistes au biopouvoir: redéfinition de la communauté humaine, réappropriation du corps à travers l’expérience du seuil . 2. Langage et formes discursives entre littérature et industrie De «l’industrialisme illuminé» d’Adriano Olivetti à «l’industrialisation forcée» centrée sur un développement détaché du progrès, dont parlait Pasolini, sonder la relation entre littérature et industrie pose une série de questions qui dépassent la seule composante esthétique de l’œuvre. Si, comme l’affirme Fortini, «les formes, les modes, les temps de la production industrielle et ses rapports sont la forme même de la vie sociale, le contenant historique de tout notre contenu et pas simplement un aspect de la réalité», et si «les structures économiques – dans notre cas capitalistes et donc industrielles – sont ni plus ni moins que l’inconscient social», comment est-il possible, aujourd’hui, de développer un discours sur le lien entre littérature et industrie? La question peut être abordée tout en mettant en lumière le rapport entre :politique et industrie;université et industrie;édition et industrie. 3. Pouvoir et altérité: la langue et ses enjeux dans l’expérience coloniale Les propositions d’interventions devront approfondir le lien entre langage, formes de pouvoir et d’existence à travers l’analyse d’œuvres littéraires et/ou cinématographiques portant sur l’expérience coloniale italienne et son héritage. En tenant compte du cadre postcolonial, tant au niveau théorique que par de possibles rapprochements avec d’autres contextes et d’autres œuvres, les interventions privilégieront les axes de recherche suivants :Les rapports de force entre langue du colonisateur et langue du colonisé.La relation à une langue autre et imposée comme caractère déterminant de l’expérience du sujet colonial, et sa transposition potentielle à l’expérience migratoire.Les dynamiques de transformation, hybridation et réappropriation linguistiques et leur réécriture dans le corpus postcolonial.L’accès du sujet colonisé à la parole (ou son impossibilité) dans ses différentes mises en scène. 4. Résistances. Formes, pratiques, stratégies entre vie et littérature Ce panel déploie une réflexion sur la possibilité de repenser le rapport entre vie et art mis en pratique par la littérature italienne contemporaine à partir de quatre stratégies possibles de résistance.Résistance de l’œuvre: dispositifs textuels (contenu et forme de l’œuvre – œuvre ouverte, œuvre fragmentaire, autofiction) qui s’opposent à un système normatif à la fois idéologique, littéraire et stylistique.Résistance de l’auteur: éthique de l’existence (contamination entre la vie et l’œuvre, exposition de soi, pratiques de désubjectivation).Résistance du corps: métamorphoses, hybridations, fuites et fluctuations (le queer au-delà du queer).Résistance à la fin du monde: anthropocène, survie de l’espèce («emergenza di specie»), horizon écologique. * Merci d’envoyer vos propositions de communication (300 mots maximum, en français ou en italien) en indiquant le panel de référence et, éventuellement, une brève bibliographie, au plus tard le 31 août 2018 à l’adresse suivante: colloque.langagespouvoirs@gmail.com Chaque proposition sera examinée par le comité scientifique de manière anonyme. Notification d’acceptation ou de refus: 15 septembre. La version intégrale de l’appel à communication est disponible à la page suivante: https://langagesetpouvoirs.wordpress.com/ Comité scientifique : Andrea Agliozzo (Sorbonne Université), Riccardo Antoniani (Sorbonne Université), Elisa Attanasio (Sorbonne Université), Nicola Brarda (Sorbonne Université), Claudia Dell’Uomo d’Arme (Sorbonne Université), Alessandro Fiorillo (Scuola Normale Superiore di Pisa), Alexandra Khaghani (Sorbonne Université), Francesco Rizzo (Sorbonne Université), Graziano Tassi (Université Paris Nanterre), Amélie Aubert-Noël (Université Paris Nanterre). Organisation: Elisa Attanasio (Sorbonne Université), Claudia Dell’Uomo d’Arme (Sorbonne Université), Roberto Lapia (Université Paris Nanterre), Estelle Paint (Université Paris Nanterre). Colloque organisé par l’Équipe Littérature et Culture Italiennes (ELCI) de Sorbonne Université en collaboration avec le Centre de Recherches Italiennes (CRIX-EA 369) de l’Université Paris Nanterre. _______________ Langage(s) et pouvoir(s). Forme di vita e forme di resistenza. Il paradigma Langage(s) et Pouvoir(s) attiva una riflessione sul rapporto che si instaura tra le forme di espressione del corpo, del pensiero, della coscienza e il sistema normativo costituitosi nella società italiana della seconda metà del XX secolo. Hannah Arendt afferma nella Vita activa. La condizione umana (1958): «Il potere è realizzato solo dove parole e azioni si sostengono a vicenda, dove le parole non sono vuote e i gesti non sono brutali, dove le parole non sono usate per nascondere le intenzioni ma per rivelare realtà e i gesti non sono usati per violare e distruggere ma per stabilire relazioni e creare nuove realtà». Il nostro intento è quello di interrogare tale questione a partire da un’apertura teorica che si sviluppa in quattro panel. 1. Ri-pensare, rappresentare, ricostruire i corpi In un’epoca in cui la messa in atto del potere sulla vita biologica dei corpi è totalizzante, è ancora possibile adottare uno sguardo critico che permette una resistenza alle pratiche di dominio? Tale questione può essere percorsa attraverso le seguenti piste di riflessione:Declinazioni artistiche e poetiche dell’esercizio del potere sui corpi, forme di dominio che si instaurano tra i corpi stessi.Approcci teorici riguardo la relazione che si sviluppa tra corpo e potere politico: forme di assoggettamento e neutralizzazione del linguaggio del potere mediante strategie di resistenza.Elaborazione di forme-di-vita in antagonismo al biopotere: ridefinizione della comunità umana , riappropriazione del corpo attraverso l’esperienza del limite . 2. Linguaggio e forme discorsive tra letteratura e industria Dall’«industrialismo illuminato»di Adriano Olivetti all’«industrializzazione forzata»incentrata su uno sviluppo sciolto dal progresso di cui scrive Pasolini, indagare il legame tra letteratura e industriapone una serie di questioni che vanno al di là dell’immediata componente estetica dell’opera. Se, come scrive Fortini,«le forme, i modi, i tempi della produzione industriale e i suoi rapporti sono la forma stessa della vita sociale, il contenente storico di tutto il nostro contenuto e non semplicemente un aspetto della realtà»e se «le strutture economiche – nel nostro caso, capitalistiche e quindi industriali – sono né più né meno che l’inconscio sociale», in che termini è possibile condurre oggi un discorso su letteratura e industria? La questione potrà essere sviluppata partendo dal confronto tra:politica e industria;università e industria;editoria, industria e produzione culturale. 3. Potere e alterità: la lingua e le sue sfide nell’esperienza coloniale Le proposte d’intervento dovranno approfondire il legame tra linguaggio, forme di potere e di esistenza attraverso l’analisi di opere letterarie e/o cinematografiche riguardanti l’esperienza coloniale italiana e la sua eredità. Tenendo conto del quadro postcoloniale, sia a livello teorico, sia riguardo a dei possibili accostamenti con altri contesti e altre opere, gli interventi dovranno privilegiare i seguenti assi di ricerca:I rapporti di forza tra linguaggio del colonizzatore e linguaggio del colonizzato.La relazione ad una lingua altra, imposta, come elemento determinante dell’esperienza del soggetto coloniale, e la sua trasposizione potenziale all’esperienza migratoria.Le dinamiche di trasformazione, ibridazione e trasformazione linguistica e la loro riscrittura nel corpus postcoloniale.L’accesso (o l’impossibilità di accedere), da parte del soggetto colonizzato, alla parola nelle differenti opere. 4. Resistenze. Forme, pratiche, strategie. Questo panel apre una riflessione sulla possibilità di ripensare il rapporto tra vita e arte messo in pratica dalla letteratura italiana contemporanea a partire da quattro strategie possibili di resistenza.Resistenza dell’opera: dispositivi testuali (contenuto e forma dell’opera – opera aperta, opera-frammento, autofiction) che si oppongono a un sistema normativo ideologico, letterario e stilistico.Resistenza dell’autore: ethos dell’esistenza (contaminazione tra vita e opera, esposizione del sé, pratiche di de-soggetivazione).Resistenza del corpo: metamorfosi, fughe, trasformazioni (il queer oltre il queer).Resistenza alla fine del mondo: antropocene, “emergenza di specie”, orizzonte ecologico. Le proposte di comunicazione (300 parole, in francese o in italiano) saranno da inviare entro il 31 agosto 2018 all’indirizzo seguente: colloque.langagespouvoirs@gmail.com . Indicare il panel di riferimento ed eventualmente una breve bibliografia. Le proposte saranno valutate in forma anonima e le risposte saranno comunicate entro il 15 settembre. Una versione estesa del call for papers è consultabile sulla pagina web del convegno: https://langagesetpouvoirs.wordpress.com/ Comitato scientifico : Andrea Agliozzo (Sorbonne Université), Riccardo Antoniani (Sorbonne Université), Elisa Attanasio (Sorbonne Université), Nicola Brarda (Sorbonne Université), Claudia Dell’Uomo d’Arme (Sorbonne Université), Alessandro Fiorillo (Scuola Normale Superiore di Pisa), Alexandra Khaghani (Sorbonne Université), Francesco Rizzo (Sorbonne Université), Graziano Tassi (Université Paris Nanterre), Amélie Aubert-Noël (Université Paris Nanterre). Organizzazione: Elisa Attanasio (Sorbonne Université), Claudia Dell’Uomo d’Arme (Sorbonne Université), Roberto Lapia (Université Paris Nanterre), Estelle Paint (Université Paris Nanterre). Convegno organizzato dall’Équipe Littérature et Culture Italiennes (ELCI) di Sorbonne Université in collaborazione con il Centre de Recherches Italiennes (CRIX-EA 369) di Université Paris Nanterre.
Categorías: Universidade

B. Lambrecht, M. Somers (dir), Writing literary history. 1900-1950

Fabula - Mér, 20/06/2018 - 10:31
Writing literary history . 1900-1950, ed. Bram Lambrecht & Matthias Somers, Leuven, Peeters, 2018. Recognizing that (modern) literary history is currently one of the main sites of theoretical and methodological reflection in literary studies, this volume takes stock of recent scholarship and investigates how literary historical research has modified our understanding of writing between 1900 and 1950. Its approach is radically multiperspectivist. Each contribution is presented under the heading of a label – from ‘style’ and ‘anthology’ to ‘objects’ and ‘abstraction’ – which sums up the approach to writing literary history the essay in question advances or reconsiders. In addition, the book covers a highly variegated corpus, with texts, writers and literary phenomena from the lowbrow to the highbrow kind and from both major and minor cultural zones in the modernist period. This inclusive approach, both in methods and in case studies, is not only fully in line with the vision of the MDRN research lab, it also invites the reader to draw unforeseen parallels. Lire la table des matières et l'introduction de cet ouvrage …
Categorías: Universidade

Visages de femmes dans la littérature bourguignonne (XIV e -XVI e s.)

Fabula - Mér, 20/06/2018 - 09:11
«Visages de femmes dans la littérature bourguignonne (XIV e -XVI e siècles)» Dunkerque – Lille, 17-18octobre 2019 Organisateurs: Jean Devaux, Matthieu Marchal, Alexandra Velissariou Université du Littoral – Côte d’Opale, UR H.L.L.I., EA 4030 Université de Lille, UR ALITHILA, EA 1061 Les propositions de communication accompagnées d’un argumentaire d’une dizaine de lignes et d’un bref curriculum vitae sont à envoyer aux organisateurs avant le 20 juillet 2018. jean.devaux@univ-littoral.fr matthieu.marchal@univ-lille3.fr alexandra.velissariou@univ-littoral.fr Présentation du projet Située dans le prolongement du colloque «Les miroirs des dames au tournant du Moyen Âge et de la Renaissance», qui se tiendra les 13 et 14 décembre 2018 à l’Université du Littoral – Côte d’Opale (Boulogne-sur-Mer), cette manifestation scientifique proposera une réflexion sur l’image de la femme médiévale dans la production littéraire bourguignonne de la fin du Moyen Âge et de la première Renaissance. À l’instar des diverses rencontres internationales organisées à Dunkerque depuis 2005, elle visera de la sorte à éclairer sous un jour nouveau la vaste production littéraire élaborée sous l’impulsion des Grands Ducs de Bourgogne. Argumentaire Les recherches menées ces dernières années sur la représentation de la femme durant cette période ont permis, déjà, d’apprécier toute la richesse d’une telle thématique. Parallèlement aux études générales consacrées aux princesses et aux dames de cour ( Autour de Marguerite d’Écosse. Reines, princesses et dames du XV e siècle ; Das Frauenzimmer. Die Frau bei Hofe in Spätmittelalter und Früher Neuzeit ), nombre de travaux sont venus mettre en lumière plusieurs aspects spécifiques de la présence féminine relevant de l’histoire culturelle ou politique, tels le lectorat et le mécénat féminins ( Livres et lectures de femmes en Europe entre Moyen Âge et Renaissance ; Les femmes, la culture et les arts en Europe entre Moyen Âge et Renaissance ) ou le rôle joué par les femmes de pouvoir ( Femmes de pouvoir, femmes politiques durant les derniers siècles du Moyen Âge et au cours de la première Renaissance ). La société savante SIEFAR, Société Internationale pour l’Étude des Femmes de l’Ancien Régime, s’applique plus largement, depuis l’an 2000, à fédérer l’ensemble des initiatives destinées à mettre en lumière la présence des femmes dans la vie sociale, économique, politique, intellectuelle, scientifique et artistique des périodes précédant la Révolution française. L’image de la femme a pareillement fait l’objet d’importants travaux dans le domaine précis des études bourguignonnes ( Women at the Burgundian Court. Presence and influence , Le mécénat féminin en France et en Bourgogne, XV e -XVI e siècles. Nouvelles perspectives ). Force est toutefois de constater qu’aucun ouvrage de synthèse n’a porté jusqu’à ce jour sur la question spécifique de la place consacrée à la femme au sein même des textes littéraires bourguignons, qu’ils soient narratifs, didactiques, poétiques, dramatiques ou historiographiques. Tel sera le sujet du présent colloque, qui, conçu dans une perspective interdisciplinaire, aura pour ambition de croiser plusieurs types d’approches, littéraire, linguistique, historique, sociologique et artistique. Ainsi visera-t-on notamment, sur base de ce corpus, à situer la présence du féminin dans le cadre de la réflexion portant, plus généralement, sur les cultures de l’Autre. Comme l’ont démontré plusieurs travaux récents, consacrés, par exemple, au roman français du Moyen Âge tardif (R. Brown-Grant, French Romance of the Later Middle Ages. Gender, Morality, and Desire ), l’étude des relations entre hommes et femmes, menée dans la perspective des «gender studies», trouve dans cette période de l’histoire littéraire un vaste champ d’investigation. Axesde recherche 1. Portraits de femmes à la cour de Bourgogne L’on s’intéressera tout d’abord au regard porté par les écrivains du temps sur les figures féminines les plus marquantes de l’espace bourguignon, que l’on songe au rôle qu’elles purent jouer dans l’exercice du pouvoir ou à leur implication dans la vie religieuse et culturelle. Il conviendra par ailleurs d’envisager plus largement la place occupée par les femmes à la cour de Bourgogne. «La noblesse est-elle une affaire d’homme? ». La question posée par Éric Bousmar peut à coup sûr être éclairée par l’analyse approfondie de la littérature de cour, qu’il s’agisse des chroniques des fastes bourguignons, de la poésie ou des fictions romanesques. La présence féminine dans les récits de fêtes et de cérémonies curiales s’avère, par exemple, des plus révélatrices de la mentalité des contemporains. Dans les nombreux récits d’armes et d’amours bourguignons comme Ponthus et Sidoine ou Ciperis de Vignevaux , on pourra dégager le lien entre l’amour pré-marital et les prouesses chevaleresques et envisager ainsi le rôle des jeunes femmes dans les joutes, tournois et pas d’armes qui constituent des épisodes privilégiés. Il s’agira ainsi de dégager les réseaux symbolique, associatif ou emblématique mis en place par les romanciers et par les chroniqueurs pour décrire le corps ou les vêtements féminins, réseaux qui relèvent à la fois d’un idéal esthétique et d’un modèle social : il existe dans ces textes un certain nombre de clichés descriptifs dans l’art du portrait, au premier rang desquels on compte l’analogie avec les figures exemplaires du passé (comme Didon, la reine de Carthage, ou Hélène de Troie). Les romans bourguignons relaient par ailleurs dans l’univers légendaire la fonction sociale de la femme dans la génération et la perpétuation de la lignée, préoccupation dont on peut saisir l’importance à travers la figuration récurrente de personnages dans l’incapacité de procréer. L’exemple le plus célèbre est sans doute représenté par Le Roman de Gillion de Trazegnies qui s’ouvre sur un vibrant éloge de l’amour maternel prononcé par dame Marie, émue aux larmes devant le spectacle donné dans un bassin par une maman carpe et ses petits carpeaux. Sur ce modèle, nombre de récits fictionnels bourguignons mettent en exergue la menace inquiétante de la stérilité dans le couple, motif dont il conviendra de préciser la portée. Ces analyses pourront également être complétées par des études portant plus particulièrement sur l’affection des mères et leur rôle dans l’éducation des jeunes enfants. L’anthologie publiée en 2006 sous la direction de Danielle Régnier-Bohler ( Voix de femmes au Moyen Âge. Savoir, mystique, poésie, amour, sorcellerie. XII e -XV e siècle ) illustre à merveille les divers modes d’expression de la voix féminine, problématique qui sera bien sûr au cœur de ces rencontres. L’on songe par exemple à la figure essentielle de Marguerite d’Autriche, qu’elle s’exprime par le truchement de son poète attitré (Jean Lemaire de Belges, Les Regretz de la Dame infortunée ) ou fasse entendre sa voix propre dans telle ou telle composition: outre les poèmes insérés dans son Livre de chœur , la Complainte de Marguerite d’Autriche tend vers un «affranchissement de la voix féminine » où la mélancolie solitaire de la dame l’emporte sur les plaisirs du jeu courtois. Il conviendra de s’interroger, dans cette perspective, sur la place occupée par la tradition courtoise dans la culture des élites bourguignonnes. L’on sait le rôle moteur des ducs Valois dans la constitution et le développement de la cour amoureuse dite de Charles VI. Plusieurs des auteurs phares de la cour de Bourgogne s’inscrivent dans le droit fil de cette veine poétique (Michault Taillevent, Le congé d’amour , La bien allee , L’édifice de l’hôtel douloureux d’amour ; Olivier de la Marche, Nouvelles Prophéties ). Imprimé à Bruges par Colard Mansion, le recueil anonyme des Adevineaux amoureux (1479-1482) fait se succéder, sur un ton humoristique, les demandes et venditions en amour , transactions amoureuses où la courtoisie confine à la plus franche grivoiserie. 2. Vertus et idéal féminin L’un des principaux axes de recherches de nos rencontres portera sur l’idéal de vertu féminine émanant du creuset littéraire bourguignon. La poésie de circonstance du siècle de Bourgogne est vouée, pour une part, au panégyrique des princesses de la dynastie austro-bourguignonne, les vertus canoniques dont elles sont parées (Jean Molinet, Le Chappellet des dames ; Jean Lemaire de Belges, La Couronne margaritique ) allant de pair avec leur action en faveur du bien de paix (Jean Lemaire de Belges, La Concorde du genre humain ). Les célébrations de naissances princières (Jean Molinet, La Nativité Madame Lienor ) et, davantage encore, le genre de la plainte funèbre (Michault Taillevent, Lai sur la mort de Catherine de France ; Pierre Michault, Complainte sur la mort d’Ysabeau de Bourbon )témoignent de la place déterminante du modèle féminin dans la littérature de cour. De même, le genre didactique des «miroirs des dames» est largement représenté en milieu bourguignon (Martin le Franc, Le Champion des Dames ; Pierre Michault, Le proces d’honneur feminin ; Philippe Bouton, Le Miroir des Dames ). Les remontrances adressées aux femmes et à leurs conjoints ( Le Droit Actour des Dames ; Olivier de la Marche, Le Parement et triumphe des dames ; Le Purgatoire des mauvais maris ) comme l’évocation des caprices de Fortune (George Chastelain, Le Temple de Bocace ; Michele Riccio, Changement de fortune en toute prosperité ) offrent un tableau contrasté, qui gagnerait à être confronté au témoignage des chroniques contemporaines. La sainteté féminine occupe pareillement une place déterminante dans l’hagiographie bourguignonne: la Vie de sainte Katherine de Jean Miélot, désormais accessible dans l’édition critique de Maria Colombo, est commanditée par Philippe le Bon tandis que David Aubert réalise pour Marguerite d’York une copie du même texte. La protection octroyée à sainte Colette et à ses couvents par la duchesse Isabelle de Portugal va de pair avec la rédaction par Pierre de Vaux de la Vie de sainte Colette de Corbie , dont Marguerite d’York offre un exemplaire aux clarisses de Gand. L’adaptation par Jean Miélot des Miracles de Notre Dame témoigne de l’importance du culte marial, favorisée par l’intense activité des puys du Nord de la France et attestée, de même, en milieu curial (George Chastelain, Louenge à la tresglorieuse Vierge ; Lay de Nostre Dame de Boulogne ). 3. Facétie, grivoiserie et imaginaire romanesque Il conviendra, par ailleurs, de mieux appréhender l’image de la femme dans la littérature facétieuse et grivoise, qu’il s’agisse d’œuvres narratives, poétiques ou dramatiques. Commanditées par Philippe le Bon en personne, les Cent Nouvelles nouvelles , premier recueil original de récits brefs en prose et en langue française, renferment de nombreuses scènes comiques et gauloises où la ruse féminine constitue un leitmotiv. Nombreuses sont pareillement les allusions grivoises dans le recueil des Evangiles des Quenouilles , où un clerc vieillissant réunit, malgré lui, les propos des fileuses bourguignonnes dans le cadre de veillées hivernales, propos qui portent sur tous les aspects de la vie féminine et maritale, tout en rendant compte d’une sagesse populaire (cf. M. Jeay, Savoir faire. Une analyse des croyances des Evangiles des Quenouilles ). Dans le roman de Jehan de Saintré , la Dame des Belles Cousines constitue un exemple parfait de ruse et de duplicité féminine alors qu’elle s’applique à éduquer, à la fois d’un point de vue social et amoureux, le héros éponyme. Le théâtre profane constitue lui aussi un terrain de choix pour les études sur les femmes. Dans les sermons joyeux et les pronostications joyeuses, la femme est associée, une fois de plus, à la ruse et à la grivoiserie, surtout lorsque ces pièces sont destinées aux fêtes de mariages. Il sera opportun de se demander dans quelle mesure ces textes livrent une image, parfois exacerbée, de la femme et de ses artifices, et quelle part de misogynie s’y révèle. Composées par des hommes, ces œuvres constituent-elles une critique ou une apologie plaisante des femmes? On réfléchira en outre au devenir dans ces textes de types féminins comme la vieille sorcière (l’on songe ici à la perfide Gondrée de l’ Histoire de Gérard de Nevers ), la femme fée (que l’on retrouve en particulier dans Perceforest ), ou encore la princesse orientale (représentée par Clarmondine, la bien-aimée du héros éponyme dans le Cléomadès en prose). Dans cette perspective, il sera éclairant de mener des études sur tout ou partie du corpus des «mises en prose» en plein essor dans le milieu bourguignon: on recherchera ainsi les points de comparaison ou de divergence entre les textes sources et les remaniements en prose dans la figuration des modèles féminins. La critique littéraire a bien mis en évidence les relations de pouvoir déséquilibrées entre hommes et femmes dans le corpus fictionnel bourguignon. Elle s’est attachée plus spécifiquement à souligner les violences perpétrées à l’encontre de plusieurs héroïnes persécutées comme la belle Euryant de l’ Histoire de Gérard de Nevers , l’Orgueilleuse d’Amours de la prose de Blancandin , ou Joie, l’héroïne à la main coupée de la Manequine de Jean Wauquelin. Le présent colloque sera l’occasion d’examiner à nouveau frais plusieurs motifs éculés qui fleurissent dans le roman bourguignon –comme le mariage forcé (qui menace la chaste Florence, l’impératrice de Rome de la prose d’ Othovyen ), le viol (illustré par La Fille du Comte de Pontieu ), ou l’inceste (qui sert de moteur au récit de La Belle Hélène de Constantinople en prose de Wauquelin)– et qui permettent une idéalisation de la femme à travers des figures de saintes dans le siècle. Une autre piste de réflexion conduira à envisager la spécificité des sentiments et des émotions des héroïnes de roman et l’on s’interrogera sur les métamorphoses des personnages féminins au cours de leur vie de papier. Le corpus romanesque bourguignon met en scène des figures d’épouses très contrastées: à la femme adultère s’oppose la compagne fidèle, telle la comtesse d’Artois qui, dans le Roman du Comte d’Artois , parvient grâce à la ruse et au travestissement à retrouver grâce aux yeux de son mari. Le rôle de la femme dans les relations conjugales pourra ainsi faire l’objet de travaux plus ponctuels.
Categorías: Universidade

Psycholinguistique des figures de construction (Paris Sorbonne)

Fabula - Mér, 20/06/2018 - 07:36
Autour de la notion de figure de construction Journée d’étude organisée à la Sorbonne en novembre 2019 Rencontre entre psycholinguistes, neurolinguistes et sylisticiens Cette journée propose de réunir psycholinguistes, neurolinguistes et stylisticiens autour de la notion de figures de construction. Ces configurations remarquables qui touchent à la disposition des mots dans la phrase réunissent notamment les figures de répétition (comme l'anaphore) et les figures de disposition (comme l'anacoluthe). Alors que les autres types de figures ont fait l'objet de nombreux travaux en neuro- et psycholinguistique, les figures de construction ont été délaissées ; pourtant ces phénomènes, décrits en rhétorique et en linguistique énonciative, sont connexes à des configurations syntaxiques décrites en psycholinguistique. Appel à communications en français… Call for papers, english version… Date limite de soumission des résumés (500 mots, bibliographie comprise) : 1er décembre 2018 Déposer une proposition… Site web de l'événement : https://psychofigures.sciencesconf.org/ Conférencier invité Christophe Pallier (INSERM-CEA Cognitive Neuroimaging Unit - Neurospin) Comité scientifiqueCécile Barbet (Université de Genève, Suisse)Antoine Gautier (Sorbonne Université - Faculté des lettres – EA 4509 STIH, France)Fanny Meunier (Université de Nice Côte d’Azur, BCL, UMR 7320 - CNRS, France)Cyril Perret (Université de Poitiers, CeRCA UMR 7295 - CNRS – France)François Rigalleau (Université de Poitiers, CeRCA UMR 7295 - CNRS – France)Marie-Albane Watine (Université de Nice Côte d’Azur, BCL, UMR 7320 - CNRS, France) Comité d'organisationMarie-Albane Watine (Université de Nice Côte d’Azur, BCL, UMR 7320 - CNRS, France)Antoine Gautier (Sorbonne Université - Faculté des lettres – EA 4509 STIH, France) Organisation : Marie-Albane Watine et Antoine Gautier
Categorías: Universidade

What happens when ordinary people learn economics? | Aditya Chakrabortty

Guardian Unlimited: Education - Mér, 20/06/2018 - 06:00

In Manchester, groundbreaking economics courses are giving locals the means to challenge some of society’s received wisdom – for free.
• Listen to Aditya Chakrabortty talking about game-changing economic models on The Alternatives podcast

In a makeshift classroom, nine lay people are battling some of the greatest economists of all time – and they appear to be winning. Just watch what happens to David Ricardo, the 18th-century father of our free-trade system. In best BBC voice, one of the group reads out Ricardo’s words: “Economics studies how the produce of the Earth is distributed.”

Not good enough, says another, Brigitte Lechner. Shouldn’t economists study how to meet basic needs? “We all need a roof over our heads, we all need to survive.” Nor does the Earth belong solely to humans. Her judgment is brisk. “Ricardo was talking tosh.”

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Colum McCann, Lettres à un jeune auteur

Fabula - Mér, 20/06/2018 - 05:59
Lettres à un jeune auteur Colum McCann Jean-Luc Piningre (Traducteur) Date de parution : 16/05/2018 Editeur : Belfond ISBN : 978-2-7144-7603-6 EAN : 9782714476036 Nb. de pages : 168 p. "De l'audace devant la page blanche ! Ecris au-delà du désespoir. Chante. Chasse tes visions dans le noir. Partage ta rage. Résiste. Dénonce. De la vigueur, du coeur, de la persévérance ! Donne du poids à l'imaginaire. Commence par douter. Va où personne n'est allé. Compose une langue unique. Sublime l'ordinaire. Pas de panique. Révèle une vérité inconnue. Divertis également. Soulage la soif de sérieux et de joie. On peut te retirer bien des choses - même la vie -, mais pas les récits que tu en fais. Pour toi, jeune auteur, ce mot donc, non dénué d'amour et de respect : écris !" Voir le site de l'éditeur… Colum McCann est l'auteur de deux recueils de nouvelles et de six romans, dont Les Saisons de la nuit, Et que le vaste monde poursuive sa course folle, National Book Award 2009 et Livre de l'année au palmarès Lire, et Transatlantic, tous parus chez Belfond et repris chez 10/18. Né à Dublin, il vit à New York avec sa femme et leurs trois enfants. * On peut lire sur en-attendant-nadeau.fr un article sur cet ouvrage : "Ce qui importe : langue et intrigue", par Liliane Kerjan. Les succès littéraires de Colum McCann l’autorisent pleinement à jouer les moniteurs d’écriture. Une quarantaine de textes libres, incisifs et pertinents, au fil d’une déclinaison suivie sur une année, offre ici un objet insolite. Si les Lettres à un jeune auteur s’inscrivent dans la dynamique du respect de l’apprenti et du partage professionnel, elles témoignent de la foi de l’écrivain McCann et brossent un portrait de l’artiste.
Categorías: Universidade

Exclusif. Le nouvel arrêté licence prendra effet au plus tard à la rentrée 2019 - Laura Taillandier, Educpros, 15 juin 2018

Sauvons l'université - Mér, 20/06/2018 - 05:46

Compensation des notes, contrat de réussite pédagogique, organisation des parcours adaptés... Le projet d'arrêté licence qu'Educpros s'est procuré détaille l'application concrète de la réforme de l'entrée à l'université. Il arrivera sur la table du Cneser en juillet mais la mise en oeuvre pourra se dérouler jusqu'à la rentrée 2019.

Une mise en œuvre "au plus tard le 1er septembre 2019". Le nouvel arrêté licence, tant attendu, qui tire les conséquences de la loi ORE ne prendra pas forcément effet dans toutes les universités à la rentrée 2018. Un calendrier lié à l'agenda marathon en cette année de mise en place de la réforme entre les débats parlementaires sur la loi et la mise en route de Parcoursup, le tout bousculé par la mobilisation dans les universités.

Cet agenda pose une question : quels éléments de la réforme seront finalement en place dès septembre ? Quid des contrats de réussite pédagogique, des licences à la carte ou encore des directeurs d'études et de la nouvelle compensation ? Autant de changements annoncés en grande pompe par le ministère de l'Enseignement supérieur qui attendraient un an de plus.

Les 1.500 heures restent

Selon le projet de texte dont Educpros a eu copie, l'ensemble du parcours de formation de licence correspond, selon les normes en vigueur au niveau européen, à une charge de travail pour l'étudiant comprise entre 4.500 et 5.400 heures. La formation de licence représente des activités de formation diversifiées correspondant pour l'étudiant au minimum à l'équivalent de 1.500 heures d'enseignement et d'encadrement pédagogique.

La référence aux 1.500 heures est donc conservée. Toutefois, le projet d'arrêté précise que "ces activités peuvent notamment comprendre et articuler : des enseignements en présentiel (dont des cours magistraux, travaux dirigés, travaux pratiques), des enseignements à distance et des enseignements mobilisant les outils numériques, des séquences d'observation ou de mises en situation professionnelle, des projets individuels ou collectifs qui favorisent la mise en perspective, sur un même objet d'étude, de plusieurs disciplines et compétences".

De plus, ces références horaires et le déploiement des diverses activités de formation sont déclinés et adaptés en fonction, d'une part, des objectifs et des formations concernées et, d'autre part, des modalités pédagogiques et des rythmes de formation mis en œuvre afin de tenir compte de personnalisation des parcours, de la diversité des profils et des objectifs poursuivis par les étudiants.

Des parcours "différenciés"

Selon ce projet de texte, les établissements pourront organiser des parcours différenciés et faciliter ainsi la personnalisation des parcours, tout en garantissant, sous le contrôle de l'équipe de formation, l'acquisition des connaissances et compétences communes requises pour l'obtention de la mention de licence et garantes de la qualité du diplôme national. Les formations ainsi que les unités d'enseignement qui les composent peuvent présenter, à des degrés divers, une dimension plus professionnalisante en vue de permettre aux étudiants qui le souhaitent de s'insérer après la licence tout en préservant les possibilités de poursuite ou de reprise d'études.

Sur un plan pédagogique, les parcours de licence sont organisés en semestres, en blocs de connaissances et de compétences et en unités d'enseignement, afin de séquencer les apprentissages. "La définition de blocs de connaissances et de compétences renforce la cohérence et la lisibilité des parcours au regard des objectifs visés et facilite l'insertion professionnelle."

Pour permettre à l'étudiant de construire progressivement son projet personnel, l'offre de formation comprend les dispositifs nécessaires de remédiation et de remise à niveau. Elle permet aux étudiants de se spécialiser progressivement et de choisir leurs mentions et leurs parcours aussi bien en début de licence qu'au terme d'un ou plusieurs semestres, peut être organisée sous la forme de portails pluridisciplinaires, de majeures-mineures… "Afin de tenir compte des objectifs d'apprentissage et des rythmes de formation spécifiques inscrits, pour chaque étudiant, dans son contrat de réussite pédagogique, le nombre de crédits à acquérir chaque semestre par l'étudiant peut être personnalisé, de même que la durée totale nécessaire à l‘acquisition de la totalité des 180 crédits."

Pour lire la suite

Categorías: Universidade

A. Le Brun, Ce qui n'a pas de prix. Beauté, laideur et politique

Fabula - Mér, 20/06/2018 - 05:36
Ce qui n'a pas de prix - Beauté, laideur et politique Annie Le Brun Date de parution : 16/05/2018 Editeur : Stock Collection : Les essais ISBN : 978-2-234-08598-5 EAN : 9782234085985 Nb. de pages : 176 p. C'est la guerre, une guerre qui se déroule sur tous les fronts et qui s'intensifie depuis qu'elle est désormais menée contre tout ce dont il paraissait impossible d'extraire de la valeur. S'ensuit un nouvel enlaidissement du monde. Car, avant même le rêve ou la passion, le premier ennemi aura été la beauté vive, celle dont chacun a connu les pouvoirs d'éblouissement et qui, pas plus que l'éclair, ne se laisse assujettir. Y aura considérablement aidé la collusion de la finance et d'un certain art contemporain, à l'origine d'une entreprise de neutralisation visant à installer une domination sans réplique. Et comme, dans le même temps, la marchandisation de tout recours à une esthétisation généralisée pour camoufler le fonctionnement catastrophique d'un monde allant à sa perte, il est évident que beauté et laideur constituent un enjeu politique. Jusqu'à quand consentirons-nous à ne pas voir combien la violence de l'argent travaille à liquider notre nuit sensible, pour nous faire oublier l'essentiel, la quête éperdue de ce qui n'a pas de prix ? Lire un extrait… Voir le site de l'éditeur… * On peut lire sur en-attendant-nadeau.fr un article sur cet ouvrage : "L’art contemporain contre la beauté", par Alain Joubert . De nos jours, beauté et laideur constituent-elles un enjeu politique? C’est autour de cette question fondamentale qu’Annie Le Brun va développer l’argumentation de son livre, Ce qui n’a pas de prix. Mais d’ailleurs, qu’est-ce qu’un «enjeu politique» en ces temps où tout est livré à la financiarisation absolue, jusques et y compris tout «ce dont il paraissait impossible d’extraire de la valeur», je veux dire de la valeur excessive, abusive, artificielle, celle qui s’appuie sur la perversion de ce marché, spécialement forgé pour la circonstance.
Categorías: Universidade

Matt Hancock: schools across the UK should ban mobile phones

Guardian Unlimited: Education - Mér, 20/06/2018 - 00:06

The culture secretary who heads up the digital brief says tech makes parenting harder

The culture secretary has called on more schools to ban mobile phones.

Matt Hancock said he admired those headteachers who did not allow their use during the school day and linked social media use with the problem of bullying among young children.

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

La abrumadora condena de la Asamblea General de Naciones Unidas a las exacciones de Israel en Gaza: breves apuntes

Paquidermo - Mar, 19/06/2018 - 22:12

El pasado 13 de junio, fue convocada una reunión urgente de la Asamblea General de Naciones Unidas, a solicitud de Argelia y de Turquía, para examinar la dramática situación que se vive en Gaza, con una violencia que enluta a más de un centenar de familias palestinas desde el pasado 14 de mayo (véase carta oficial de ambos Estados del 8 de junio). A los miles de heridos provocados por la respuesta desproporcional e indiscriminada de las fuerzas militares de Israel ante las manifestaciones en Gaza , y que suman ya más más de 13.000 (según datos aportados en esta nota de prensa de EuropaPress), hay que añadir un mortífero saldo de 124 muertes, al 9 de junio del 2018 (véase nota de France24).

El calificativo de “crímenes de guerra” usado por una ONG norteamericana como Human Rights Watch el mismo 13 de junio viene ahora a interpelar a las entidades a cargo de la aplicación del derecho penal internacional y a quienes siguen justificando el uso de la fuerza por parte de Israel (véase comunicado oficial del 13 de junio del 2018).

Como se recordará, el pasado 1ero de junio, un veto de Estados Unidos impidió al Consejo de Seguridad de Naciones Unidas adoptar una resolución presentada por Kuwait con relación a la urgente necesidad de proteger a los civiles palestinos y sus vidas. Este proyecto de resolución se discutió ante el recrudecimiento de la violencia, el cual se originó a partir del pasado 14 de mayo, y el uso de la fuerza por parte de las fuerzas israelíes contra civiles palestinos, incluyendo a mujeres y a menores de edad, a médicos y a periodistas.

Breve puesta en contexto

Cabe precisar que Israel y Estados Unidos escogieron el 14 de mayo, día de la proclama de independencia de Israel y víspera de la conmemoración de la Nakba para Palestina, para inaugurar oficialmente la sede diplomática norteamericana en Jerusalén, un hecho condenado por varios integrantes de la comunidad internacional, incluyendo a la Organización de la Conferencia Islámica que preside Turquía (véase declaración oficial del 15/5/2018). La declaración de Francia (véase texto) refleja la desaprobación generalizada a esta decisión norteamericana que la comunidad internacional no debiera de pasar por alto, y que ningún Presidente de Estados Unidos se había atrevido a materializar, por más solicitudes recibidas por parte de Israel.

Remitimos a nuestros estimables lectores a nuestras reflexiones publicadas en MiddleEastMonitor, bajo el título “The US Embassy move to Jerusalem: the need for a response from the international community”. Entre algunas opciones, se sugiere que Estados que aún no han reconocido a Palestina como Estado lo hagan: en el caso de España, se trata de una asignatura pendiente desde noviembre del 2014, mes en el que el pleno del Congreso de España adoptó una resolución mediante la cual “instaba” al Poder Ejecutivo a reconocer a Palestina como Estado, con 319 votos a favor, una abstención y dos votos en contra.

 

 

Nótese que el contundente voto obtenido este 13 de junio en el seno de la Asamblea General de Naciones Unidas refleja el profundo y cada vez mayor repudio a las exacciones israelíes y a los intentos de justificarlas por parte de Israel. La reciente suspensión, el pasado 5 de junio, de un partido de fútbol entre las selecciones de Israel y de Argentina previsto en Jerusalén para este 9 de junio, y la anterior cancelación de un concierto de la popular cantante Shakira oriunda de Colombia en Israel (29 de mayo), evidencian este repudio que se manifiesta desde la sociedad civil (movimiento BDS de Boicot, Desinversiones y Sanciones contra la colonización y la ocupación ilegal israelí).

El voto de la resolución en breve

Materializado el traslado de la embajada norteamericana a Jerusalén el 14 de mayo, las manifestaciones en Palestina no tardaron, así como la violenta respuesta israelí, con un saldo de 59 muertes palestinas acaecidas el mismo 15 de mayo.

La resolución votada este 13 de junio (véase texto final reproducido al final de esta nota y disponible en este enlace) es muy similar a la vetada por Estados Unidos el pasado 1ero de junio en el Consejo de Seguridad. Después de la parte de considerandos, incluye 17 párrafos operativos, cuyos tres primeros se leen de la siguiente manera:

1. Pide a todas las partes que respeten plenamente el derecho internacional de los derechos humanos y el derecho internacional humanitario, en particular en lo que respecta a la protección de la población civil, y reitera la necesidad de adoptar medidas apropiadas para velar por la seguridad y el bienestar de los civiles y asegurar su protección, así como para garantizar que se rindan cuentas por todas las violaciones;

2. Deplora el uso excesivo, desproporcionado e indiscriminado de la fuerza por las fuerzas israelíes contra los civiles palestinos en el Territorio Palestino Ocupado, incluida Jerusalén Oriental, y especialmente en la Franja de Gaza, en particular el uso de munición real contra manifestantes civiles, incluidos niños, así como personal médico y periodistas, y expresa su grave preocupación por la pérdida de vidas inocentes;

3. Exige que Israel, la Potencia ocupante, se abstenga de llevar a cabo esas acciones y cumpla plenamente las obligaciones y responsabilidades jurídicas que le incumben en virtud del Cuarto Convenio de Ginebra relativo a la Protección debida a las Personas Civiles en Tiempo de Guerra, de 12 de agosto de 1949”

El detalle del voto

Puesta a votación después de un intento de Estados Unidos de enmendar el texto con una condena expresa a Hamas, que no recogió votos suficientes, la resolución titulada “Protección de la población civil palestina” obtuvo a su favor 120 votos, y tan solo 8 Estados votaron en contra (Australia, Estados Unidos, Israel, Islas Marshall, Micronesia, Nauru, Islas Salomon y Togo).

Posiblemente, debido a las presiones de diversa índole recibidas por parte de Estados Unidos y de Israel, fueron 45 Estados los que optaron por abstenerse, entre los cuales Argentina, Canadá y México.

De manera a completar el panorama, hay que precisar también que 20 Estados optaron por el “No Show (ausencia física del delegado al momento de registrarse el voto): en el caso del hemisferio americano, se registra a Haití y a Dominica (Commonwealth de).

En América Latina, votaron a favor de esta resolución los siguientes Estados: Brasil, Bolivia, Chile, Costa Rica, Colombia, Cuba, Ecuador, El Salvador, Nicaragua, Uruguay y Venezuela. Por alguna razón que sería extremadamente oportuno conocer en algunos casos: se abstuvieron Argentina, Guatemala, Honduras, México, Panamá, Paraguay, así como República Dominicana.

Con relación a la Unión Europea (UE), de sus 28 Estados miembros, votaron a favor de esta resolución 11 Estados, a saber: Bélgica, Eslovenia, Estonia, España, Finlandia, Francia, Grecia, Luxemburgo, Malta, Portugal, así como Suecia.

A modo de conclusión: el descrédito de Israel y de su incondicional aliado

El mayoritario apoyo recibido pese a los intentos de Israel y de Estados Unidos de frenarlo constituyen un nuevo episodio en el que claramente la diplomacia de Palestina sale victoriosa.

Cabe precisar que el frustrado intento de Estados Unidos de presentar un texto condenando expresamente a Hamas ya se había presentado en el Consejo de Seguridad de Naciones Unidas, el pasado 1ero de junio, dando lugar a una inédita situación en los anales de Naciones Unidas: de quince votos posibles, el texto norteamericano obtuvo un solo voto a favor (Estados Unidos).

Es posiblemente la primera vez desde 1945 que Estados Unidos exhibe ante los demás integrantes del Consejo de Seguridad una soledad tan pronunciada, la cual evidencia la total pérdida de credibilidad de la diplomacia norteamericana.

 

Texto de la resolución adoptada este 13 de junio del 2018 por la Asamblea General de Naciones Unidas, titulada “Protección de la población civil palestina”

Medidas ilegales israelíes en la Jerusalén Oriental Ocupada y el resto del Territorio Palestino Ocupado

Argelia, Turquía y Estado de Palestina: proyecto de resolución

 

Protección de la población civil palestina

La Asamblea General,

Recordando sus resoluciones pertinentes relativas a la cuestión de Palestina,

Recordando también sus resoluciones pertinentes sobre la protección de los civiles, en particular la resolución 71/144, de 13 de diciembre de 2016, sobre la situación de los Protocolos adicionales a los Convenios de Ginebra de 1949 relativos a la Protección de las Víctimas de los Conflictos Armados, la resolución 72/131, de 11 de diciembre de 2017, relativa a la seguridad del personal de asistencia humanitaria y protección del personal de las Naciones Unidas, y la resolución 72/175, de 19 de diciembre de 2017, relativa a la seguridad de los periodistas y la cuestión de la impunidad,

Recordando además los informes pertinentes del Secretario General, incluido el más reciente, de 14 de mayo de 2018, sobre la protección de los civiles en los conflictos armados,

Recordando todas las resoluciones pertinentes del Consejo de Seguridad, entre otras, las resoluciones 242 (1967), de 22 de noviembre de 1967, 338 (1973), de 22 de octubre de 1973, 605 (1987), de 22 de diciembre de 1987, 904 (1994), de 18 de marzo de 1994, 1397 (2002), de 12 de marzo de 2002, 1515 (2003) de 19 de noviembre de 2003, 1544 (2004), de 19 de mayo de 2004, 1850 (2008), de 16 de diciembre de 2008, 1860 (2009), de 8 de enero de 2009, y 2334 (2016), de 23 de diciembre de 2016,

Recordando también la declaración de la Presidencia del Consejo de Seguridad de 28 de julio de 2014,

Teniendo presente la carta de fecha 21 de octubre de 2015 dirigida al Presidente del Consejo de Seguridad por el Secretario General

Recordando las resoluciones del Consejo de Seguridad sobre la protección de los civiles en los conflictos armados, en particular las relativas a los niños y los conflictos armados, entre otras, sus resoluciones 1894 (2009), de 11 de noviembre de 2009, y 2225 (2015), de 18 de junio de 2015, así como las declaraciones pertinentes de su Presidencia, y las resoluciones sobre la protección del personal médico y de asistencia humanitaria y de los periodistas, los profesionales de los medios de comunicación y el personal asociado en los conflictos armados, entre otras, las resoluciones 2222 (2015), de 27 de mayo de 2015, y 2286 (2016), de 3 de mayo de 2016, así como las demás resoluciones y declaraciones de la Presidencia pertinentes,

Reafirmando la obligación de respetar y velar por que se respete el derecho internacional humanitario en todas las circunstancias, de conformidad con el artículo 1 de los Convenios de Ginebra, de 12 de agosto de 1949 ,

Expresando su grave preocupación por la intensificación de la violencia y las tensiones y por el deterioro de la situación en el Territorio Palestino Ocupado, incluida Jerusalén Oriental, en particular desde el 30 de marzo de 2018, así como su profunda alarma por la pérdida de vidas de civiles y el elevado número de bajas de civiles palestinos, en particular en la Franja de Gaza, incluidas muertes de niños, c ausadas por las fuerzas israelíes,

Condenando todos los actos de violencia contra civiles, incluidos los actos de terror, así como todos los actos de provocación, incitación y destrucción,

Reafirmando el derecho a la reunión y protesta pacíficas y la libertad de expresión y de asociación,

Poniendo de relieve la necesidad de aplicar medidas de rendición de cuentas, y destacando a este respecto la importancia de velar por que se realicen investigaciones independientes y transparentes que sean conformes a las normas internacionales,

Alarmado por el empeoramiento de la grave crisis humanitaria en la Franja de Gaza, y destacando la necesidad de lograr una solución duradera de esta crisis que sea conforme al derecho internacional,

Destacando que los conflictos armados tienen un efecto particular sobre las mujeres y los niños, incluso en cuanto refugiados y desplazados, así como sobre otros civiles que pueden ser vulnerables por motivos específicos, entre ellos las personas con discapacidad y las personas de edad, y destacando la necesidad de que el Consejo de Seguridad y los Estados Miembros fortalezcan más la protección de los civiles,

Recordando que solo se puede alcanzar una solución duradera del conflicto israelo-palestino por medios pacíficos, de conformidad con el derecho internacional y las resoluciones pertinentes de las Naciones Unidas, así como mediante negociaciones creíbles y directas,

Destacando que la Franja de Gaza constituye una parte integral del territorio palestino ocupado en 1967,

Reafirmando el derecho de todos los Estados de la región a vivir en paz dentro de fronteras seguras y reconocidas internacionalmente,

1. Pide a todas las partes que respeten plenamente el derecho internacional de los derechos humanos y el derecho internacional humanitario, en particular en lo que respecta a la protección de la población civil, y reitera la necesidad de adoptar medidas apropiadas para velar por la seguridad y el bienestar de los civiles y asegurar su protección, así como para garantizar que se rindan cuentas por todas las violaciones;

2. Deplora el uso excesivo, desproporcionado e indiscriminado de la fuerza por las fuerzas israelíes contra los civiles palestinos en el Territorio Palestino Ocupado, incluida Jerusalén Oriental, y especialmente en la Franja de Gaza, en particular el uso de munición real contra manifestantes civiles, incluidos niños, así como personal médico y periodistas, y expresa su grave preocupación por la pérdida de vidas inocentes;

3. Exige que Israel, la Potencia ocupante, se abstenga de llevar a cabo esas acciones y cumpla plenamente las obligaciones y responsabilidades jurídicas que le incumben en virtud del Cuarto Convenio de Ginebra relativo a la Protección debida a las Personas Civiles en Tiempo de Guerra, de 12 de agosto de 1949;

4. Deplora todas las acciones que pudieran provocar actos violentos y poner en riesgo la vida de civiles y exhorta a todos los agentes a que velen por que las protestas se desarrollen de manera pacífica;

5. Deplora también el lanzamiento desde la Franja de Gaza de cohetes dirigidos contra zonas civiles israelíes;

6. Pide que se adopten medidas urgentemente para velar por que se establezca inmediatamente un alto el fuego duradero que se respete plenamente;

7. Pide también a todas las partes que actúen con la máxima moderación y calma y destaca la necesidad de que se adopten inmediatamente las medidas significativas necesarias para estabilizar la situación e invertir las tendencias negativas sobre el terreno;

8. Destaca la necesidad de responder a las situaciones de conflicto armado en que los civiles sean objeto de ataques o se obstaculice deliberadamente la asistencia humanitaria a ellos destinada, incluso considerando la posibilidad de adoptar las medidas apropiadas que puedan tomarse de conformidad con la Carta de las Naciones Unidas;

9. Pide que se examinen medidas para garantizar la seguridad y la protección de la población civil palestina en el Territorio Palestino Ocupado, en particular en la Franja de Gaza;

10. Pide también que se adopten medidas inmediatas para poner fin al cierre y las restricciones impuestos por Israel a la entrada y salida de la Franja de Gaza y a los desplazamientos en esa zona, en particular la apertura continua de los puntos de paso de la Franja de Gaza para que se permita la circulación de la ayuda humanitaria, los bienes comerciales y las personas, de conformidad con el derecho internacional, incluido en lo que respecta a las legítimas necesidades de seguridad;

11. Exige que todas las partes cooperen con el personal médico y de asistencia humanitaria para permitir y facilitar el acceso sin trabas a la población civil, y pide el cese de todas las formas de violencia e intimidación dirigidas contra el personal médico y de asistencia humanitaria;

12. Insta a que se preste asistencia humanitaria inmediatamente y sin obstáculos a la población civil palestina de la Franja de Gaza, teniendo presentes las necesidades fundamentales de atención médica, alimentos, agua y combustible, e insta a que se preste más apoyo al Organismo de Obras Públicas y Socorro de las Naciones Unidas para los Refugiados de Palestina en el Cercano Oriente, en reconocimiento de la función esencial que desempeña, junto con otros organismos de las Naciones Unidas y organizaciones humanitarias, en la provisión de asistencia humanitaria y de emergencia, especialmente en la Franja de Gaza;

13. Alienta a que se adopten medidas tangibles en pro de la reconciliación entre los palestinos, en particular en apoyo de los esfuerzos de mediación realizados por Egipto, así como medidas concretas para reunir la Franja de Gaza y la Ribera Occidental bajo el legítimo Gobierno palestino y velar por su funcionamiento efectivo en la Franja de Gaza;

14. Acoge con beneplácito la colaboración del Secretario General y el Coordinador Especial de las Naciones Unidas para el Proceso de Paz del Oriente Medio y Representante Personal del Secretario General ante la Organización de Liberación de Palestina y la Autoridad Palestina para prestar asistencia, en cooperación con los asociados pertinentes, en los esfuerzos para distender la situación inmediatamente y hacer frente a las necesidades urgentes en materia de infraestructuras, asistencia humanitaria y desarrollo económico, en particular mediante la ejecución de proyectos aprobados por el Comité Especial de Enlace para la Coordinación de la Asistencia Internacional a los Palestinos, e insta a que se refuerce esa colaboración;

15. Solicita al Secretario General que examine la situación actual y presente un informe por escrito lo antes posible, como máximo en un plazo de 60 días a partir de la aprobación de esta resolución, que contenga, entre otras cosas, sus propuestas sobre las maneras y los medios de garantizar la seguridad, la protección y el bienestar de la población civil palestina que vive bajo ocupación israelí y, en particular, recomendaciones sobre un mecanismo de protección internacional;

16. Pide que se redoblen los esfuerzos de manera urgente para crear las condiciones necesarias para iniciar negociaciones creíbles sobre todas las cuestion es relativas al estatuto definitivo a fin de poner fin sin demora a la ocupación israelí que comenzó en 1967 y lograr una paz amplia, justa y duradera basada en el ideal de una región en la que dos Estados democráticos —Israel y Palestina— vivan el uno al lado del otro en paz y con fronteras seguras y reconocidas, sobre la base de las resoluciones pertinentes de las Naciones Unidas, los principios de referencia de la Conferencia de Madrid, incluido el principio de territorio por paz, la Iniciativa de Paz Árabe y la hoja de ruta del Cuarteto, como se pide en la resolución 2334 (2016) del Consejo de Seguridad y demás resoluciones pertinentes;

17. Decide suspender temporalmente el décimo período extraordinario de sesiones de emergencia y autorizar al Presidente de la Asamblea General en su período de sesiones más reciente a que lo reanude cuando lo soliciten los Estados Miembros.

La entrada La abrumadora condena de la Asamblea General de Naciones Unidas a las exacciones de Israel en Gaza: breves apuntes se publicó primero en Revista Paquidermo.

C. Vigée, Le sentier du futur, qui mène à l’origine

Fabula - Mar, 19/06/2018 - 20:00
Claude Vigée, Le sentier du futur, qui mène à l’origine . Poèmes alsaciens. Édition bilingue Association des Amis de l'œuvre de Claude Vigée, collection "Cahier de Peut-être", 2018. EAN13 : 9782955702918. Dans le carde de la publication des poésies complètes de Claude Vigée, réédition des poèmes alsaciens de Claude Vigée, en complément de Jusqu'à l'aube future , Poèmes 1950-2015. Edition bilingue comprenant un inédit. Petit gars d’autrefois, un instant je te vois debout sur le rivage, au-delà du grand pont. Tu cours beaucoup trop vite, tu es déjà trop loin, nous voici séparés par mille années-lumière: non, tu ne reviendras plus jamais jusqu’à moi. Si tu peux, attends-moi encore un peu, là-bas, que je m’en aille un jour de ton côté! * Dü junger büe vun frihr ich sièh dich küm en awebléck àm ièfer dorde schtehn, éwwcr de lànge bruck. Jetz àwwer laufsch dü-mr viel ze witt, bésch schun e lièchtjoohr ewegg vun mièr, kummsch nièmols-meh ze uns zeruck. Ze wààrd doch, wenn de noch kànnsch, e béssel uff mich derdréwwe ! * Depuis six ans, je vois chaque matin le soleil se lever sur le mont Sion. Mes enfants le saluent en hébreu sans qu’il s’en étonne, ils courent sur les dunes d’Ascalon à la poursuite du serpent des vignes et du petit chacal de printemps. Toute vie, toute poésie, ne sont que remontée vers l’origine inexistante. L’averse de l’aube sur Jérusalem, aujourd’hui, est aussi proche, aussi insaisissable, que la pluie de campagne, jadis, en Alsace. Jamais je n’ai quitté ma patrie. Jamais je n’y parviendrai. * Schun sechs Johr lang sieh i jede Dâ uf’m Bäri Zion d’Sunn am Doode Meer ufgehn. Mini Kénder griesse éhri Pracht uf Hébréisch, uhni dass se sich ufs geréngscht dréwer wundere dät. Beidi Knäckes laufe is nooch zwésche de Sanddüne vun Ashkelon; sie verdrywe d’Géftschlang én de wélde Räbsteckle am Rand vum schümische Meer, odder verjâwe de klaine Friejohrsfuchs, wänn’r én de Métte vun de wisse Lorbeerhecke sin rotgääl Schwänzel stellt. Alles Läwe un Drywe ésch e Wallfahrt züem unbekannte Ort vum Aanfang, alles Dichte e langi Velodür durich ‘s Heiliche Land, bis züe dèm Ürsprung wo’s nirjeds gét. ‘s Liècht, wie hit morje éwer Jerusalem vum Hémmel nab streemt, ésch grad so nood un so unfassbar ass wie de Landrâje ém Elsass, zällemols ém Ried, am Änd vum Herbscht, währed de Kénderjohre. I hab noch niemols mini Haimet verlon. Niemols kumm i je bis anne. *
Categorías: Universidade

Exam board 'sorry' for audio mix-up in French and Spanish A-levels

Guardian Unlimited: Education - Mar, 19/06/2018 - 19:46

Students still have to apply for ‘special consideration’ to have mark adjusted, says Eduqas

An examination board has apologised to A-level students and their teachers after a mix-up in recordings made it difficult for candidates to answer questions in Spanish and French exams taken this month.

Related: Share your 2018 GCSE and A-level experiences

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Kinephanos , n° 8-1 : "Star Wars. Univers étendu, légende, canon? "I thought he was a myth!"

Fabula - Mar, 19/06/2018 - 19:18
Kinephanos.ca, n° 8-1 2018 EAN13 : ISSN1916985X. STAR WARS, Univers étendu, légende, canon? «I thought he was a myth!» STAR WARS, Expanded Universe, Legend, Canon? « I thought he was a myth! » Volume 8, numéro 1, juin 2018 / Volume 8, Issue 1, June 2018 Dirigé par / Edited by Marc Joly-Corcoran &Laurent Jullier https://www.kinephanos.ca/2018/star-wars-univers-etendu-legende-canon-i-thought-he-was-a-myth-star-wars-expanded-universe-legend-canon-i-thought-he-was-a-myth/ (English follows) À l’heure où l’empire Disney essaie de transformer la franchise Star Wars avec la recette Marvel en ouvrant les valves de la production sur plusieurs plateformes (comics, séries télé, jeux vidéo) – le flux de sorties régulières de longs-métrages et autres objets transmédiatiques ne semblant pas vouloir freiner – il est bon de s’interroger sur l’évolution qui, depuis plus de quarante ans désormais, affecte la plus fameuse galaxy far, far away de la fiction contemporaine. L’angle d’attaque de ce numéro de Kinephanos, pour ce faire, sera résolument contemporain, puisqu’il vise en premier lieu les films sortis après le rachat de la franchise par Walt Disney. Ce numéro offre sept articles provenant de chercheurs universitaires venant du Portugal, d’Italie, de Finlande, du Royaume-Uni et de la France! De quoi voir plus clair, nous l’espérons, dans cette inextricable constellation métatextuelle de références, de clins d’œil et de renvois à son propre passé qu’est devenue la saga Star Wars… ******************* In a context where the Disney empire seeks to transform the Star Wars franchise with the Marvel recipe, opening production valves on many platforms (comics, TV series, video games) – the flux of feature-length movies and transmedia objects seemingly unstoppable – it is fitting to question the evolution that the most famous contemporary fictional galaxy far, far away is undergoing at the moment. This Kinephanos issue will approach the phenomenon from a resolutely contemporary angle, since it targets first and foremost movies that were released after the Disney buyout. Our issue includes seven articles from scholars coming from Portugal, Italy, Finland, UK and France! We hope that these contributions can help us see more clearly in the Star Wars saga, an inextricable metatextual constellation of references, nods and allusions to the past (its own). ********************* Présentation:Sabres-lasers et Effet-Coccinelle (FR) Introduction: Lightsabers and Beetle-Effect (ENG) MARC JOLY-CORCORAN & LAURENT JULLIER Université de Montréal (Canada) & Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 (France) Peer-reviewed articles/ Articles avec comité de lecture Originalité et pérennité, le cas de Star WarsVII, Le Réveil de la Force, L’évaluation en mode sériel QUENTIN MAZEL Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 (France) A Bridge and a Reminder: The Force Awakens , Between Repetition and Expansion ANA CABRAL MARTINS University of Lisbon (Portugal) “Fan Girls Going Rogue” The Reception of The Force Awakens and Rogue One with Female Fans JESSICA AUSTIN Anglia Ruskin University (UK) L’après-mythe: Le ​ Réveil de la Force TOM CUISINIER-ROSSET L’École Normale Supérieure de Lyon (France) Go Rogue: A Case Study of an Official Fan Contest PEDRO MOURA University of Minho, Communication and Society Research Centre (Portugal) Re-playing Legends’ Worlds: Toying with Star Wars ’ Expanded Universe in Adult Play KATRIINA HELJAKKA University of Turku (Finland) Deathstarchitecture : the Space of Evil AMEDEO D’ADAMO Universita Cattolica, Milan (Italy)
Categorías: Universidade

Edgar Allan Poe, La Chute de la maison Usher et autres histoires.

Fabula - Mar, 19/06/2018 - 19:06
Référence bibliographique : Edgar Allan Poe, La Chute de la maison Usher et autres histoires. , Gallmeister, collection "Totem", 2018. EAN13 : 9782351786727. Edgar Allan Poe, La Chute de la maison Usher et autres histoires , dans une nouvelle traduction de Pierre Bondil et Johanne Le Ray . Publication: mai 2018, Paris. Editions Gallmeister, collection Totem. 11 euros. Evénement littéraire concernant l’œuvre d’Edgar Poe: parution du premier volume d’une nouvelle traduction, intégrale, de l’ensemble de ses «histoires», offrant un aperçu de la richesse de sa palette, du conte noir au récit satirique, et une vision rénovée de son oeuvre. Texte précédé d’une préface des traducteurs motivant la nécessité d’une retraduction et éclairant le rapport complexe de Baudelaire à Poe, accompagné d'un appareil de notes et complété d'une bibliographie des traductions existantes. Lien vers le site de l'éditeur. Lien vers un site proposant en accès libre la préface et les premières pages du texte .
Categorías: Universidade

Cahiers victoriens et édouardiens , n° 90: "De l’épistémocritique"

Fabula - Mar, 19/06/2018 - 19:06
Appel à contributions – numéro 90 des Cahiers victoriens et édouardiens : «De l’épistémocritique» Le numéro 90 des Cahiers victoriens et édouardiens ( http://journals.openedition.org/cve ) intitulé «De l’épistémocritique» sera publié à l’automne 2019. Il se veut à la fois un hommage à Annie Escuret, professeure à l’Université Paul Valéry – Montpellier 3 pendant de nombreuses années et directrice de cette revue de 1997 à 2013, ainsi qu’une suite au numéro 46 (octobre 1997) intitulé «H.G.Wells: Science et Fiction au XIXesiècle» qu’elle avait dirigé et brillamment présenté par une introduction au titre à la fois sobre et ambitieux «Science et Fiction». Dans cette riche et lumineuse introduction, elle observait que l’œuvre de Jane Austen marquait «le triomphe de l’épistémè newtonienne», et que celle de George Eliot, par son refus de l’aléatoire, prônait «un organicisme conservateur et réformiste». Elle notait l’approche paradoxale d’un Charles Dickens «dont les romans font plus de place à des savoirs périmés qu’au transformisme de Darwin». Enfin, elle abordait The Ordeal of Richard Feverel de George Meredith dont le narrateur fustige les ambitions de Sir Austin qui croit pouvoir agir sur la nature grâce à la science. Elle terminait sur les romans de Hardy qu’elle opposait à ceux de Wells. Les premiers subissaient l’influence de Darwin (mais pas de Spencer) puis celle d’August Weissmann et ses Essais sur l’hérédité dans une approche qui annonce les travaux et découvertes de Mendel, tandis que les seconds validaient les théories de l’évolutionnisme social et l’eugénisme inspiré de Francis Galton, ainsi que la théorie de l’entropie maximale et de la fin du monde par refroidissement du Soleil conformément aux vues de Thomson. Ces quelques exemples lui permettaient de mettre à profit ses lectures fructueuses de Michel Serres, Henri Atlan, Michel Foucault, Michel Pierssens, Ilya Prigogine et Isabelle Stengers, ainsi que celles des anglophones Gillian Beer ( Darwin’s Plots ), Sally Shuttleworth ( George Eliot and Nineteenth-Century Science ), George Levine ( Darwin and the Novelists ), Gerard Holston ( Thematic Origin of Scientific Thought: Kepler to Einstein ), et Peter Morton ( The Vital Science: Biology and the Literary Imagination ). Par l’entremise de ces chercheurs il s’agissait de cerner les rapports entre science et fiction, les rencontres entre œuvres et savoirs. Ces rapports et ces rencontres sont l’objet de la perspective épistémocritique qui consiste, devant un texte, à s’interroger sur les usages qu’il fait des savoirs au sens le plus large du terme. En effet, plus qu’à tout autre période le XIXe siècle eut deux passions, la science et la littérature, et offrit deux âges d’or: le rayonnement de plus en plus important d’un grand nombre de sciences et de savoirs ainsi que l’hégémonie du roman réaliste et naturaliste. Les sciences sont certes multiples et le XIXe siècle a ajouté aux sciences reconnues quelques-uns des plus beaux fleurons des pseudo-sciences, telles que la physiognomonie de J.K. Lavater, la phrénologie de Franz Josef Gall, l’anthropologie criminelle de Cesare Lombroso, mais aussi la graphologie, la pathognomie, la craniologie, lesquelles furent souvent utilisées à des fins peu louables. Toutefois, ce siècle est aussi et surtout le théâtre de développements scientifiques bien plus sérieux, comme ceux de l’économie, la thermologie, la thermodynamique, la cosmologie, la géologie, la physique, la chimie, l’électricité, le magnétisme, la biologie, la psychologie, la sociologie, la médecine, les études sur l’hérédité, l’évolutionnisme, le déterminisme, l’eugénisme, la physiologie. Le XIXe siècle voit notamment l’avènement des sciences du vivant et c’est en cela que l’association science-littérature devient particulièrement féconde. La circulation des théories liées à ce domaine permet aux représentations culturelles du vivant de se diffuser et d’influencer la pensée historique, politique et sociale grâce à de simples analogies ou des déplacements métaphoriques, lesquels peuvent à leur tour subir une appropriation par la littérature au travers des personnages ou des mises en récit. Certaines analogies, comme celles de la greffe, de l’invention, du croisement entre espèces sont autant de figures scientifiques qui trouvent des représentations littéraires dans les œuvres des auteurs victoriens et édouardiens, à la fois témoins et acteurs de cette période féconde. Où en est l’épistémocritique dans le champ des études victoriennes et édouardiennnes aujourd’hui? C’est ce que ce volume des Cahiers victoriens et édouardiens se propose de diagnostiquer. Seront acceptées toutes les propositions répondant à ce champ très large qu’est l’épistémocritique, selon plusieurs perspectives possibles: les répercussions des découvertes scientifiques dans les œuvres littéraires, les analogies scientifiques prégnantes dans la littérature de l’époque (analogies structurelles, thématiques, stylistiques), l’adoption ou le rejet de telle ou telle approche scientifique au sein de la littérature et toute autre approche justifiant son rapport à l’épistémocritique. La liste des théoriciens figurant dans cet appel est loin d’être exhaustive ou d’autres approches plus récentes seront les bienvenues. Veuillez envoyer vos propositions d’articles à Luc Bouvard pour le 15 janvier 2019 au plus tard. luc.bouvard@univ-montp3.fr Votre article peut être en français ou en anglais. Veillez à respecter les consignes de rédaction que vous trouverez sur le site des CVE à l’adresse suivante. https://journals.openedition.org/cve/157 pour les articles en français. https://journals.openedition.org/cve/158 pour les articles en anglais.
Categorías: Universidade

Entretien avec Marielle Macé : "Les enjeux du nous"

Fabula - Mar, 19/06/2018 - 19:00
Entretien avec Marielle Macé : "Les enjeux du nous" Essayiste et directrice d’études à l’ EHESS (Ecole des hautes études en sciences sociales), Marielle Macé a donné à Marseille, à la Vieille Charité et à l’IMéRA (Institut méditerranéen de recherches avancées) au Palais Longchamp, une série de conférences, dont une partie a porté sur les styles de vie en Méditerranée, et l’autre partie sur le chantier de recherche et d’écriture qu’elle mène en ce moment, autour de l’usage du «nous». Une recherche sur le monde d’aujourd’hui et sur ce que dit la littérature du monde d’aujourd’hui. Elle a bien voulu répondre à nos questions sur WRZ …
Categorías: Universidade

The Guardian view on the Mackintosh fire: how to rebuild is Scotland’s choice | Editorial

Guardian Unlimited: Education - Mar, 19/06/2018 - 18:54

The Glasgow School of Art was a masterpiece, but promises to build a reproduction are premature

The gutting by fire of Glasgow School of Art’s Mackintosh building is a huge loss to Scotland and the world. The highly distinctive structure, completed in 1909, was Charles Rennie Mackintosh’s masterpiece. It is also the home of one of the UK’s most important art schools and a place beloved by students, many of whom have spoken in recent days of their shock and sadness. Neither the fact that the art school has a strongly Scottish identity, nor divisions between Scottish and UK politicians over Brexit, should obscure a shared sense of deep dismay.

That anger was also being expressed even before the fire was fully out is understandable, and right. A costly and painstaking £35m restoration was nearing completion, with timbers to match the originals sourced from a Massachusetts mill. An exhibition at Kelvingrove Museum, planned to coincide with the 150th anniversary of the architect’s birth, opened a few weeks ago. The refurbished Mackintosh-designed Willow Tea Rooms reopens in a fortnight; another tea room is one of the centrepieces of the new V&A in Dundee. Mackintosh was a one-off, his career a brilliant chapter in the story of Scottish and British art and design. Now the heart of Glasgow’s Mackintosh legacy has been ripped away.

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Rusia 2018 – apuntes 4

Paquidermo - Mar, 19/06/2018 - 18:24
Jornada 5

-La única serie que veo se transmite cada cuatro años. Son alrededor de 23 capítulos.

-Los primeros segundos del despertar de cada lunes son más asoladores que las horas oscuras del final del domingo anterior. Basta un paneo interior y exterior para darse cuenta de que exageramos otra vez, sacamos todo de proporción, cedimos al fatalismo y la autoconmiseración. La mañana del lunes no tiene tiempo para melodramas. Trinan unos pájaros genéricos, las cañerías traen la música bukowskiana de la ducha de los vecinos, hay que levantarse a abrir la puerta del patio para que salgan las mascotas a cagar, hay que preparar el desayuno de LaMenor, etc. Y además hay un Suecia – Corea del Sur.

-Hago café mientras suecos y coreanos juegan con mala letra, llenan al Excel de los cronistas con el mayor número de faltas hasta ahora, y nos dejan con un partido definido por la vía burocrática del VAR.

-Del Panamá – Bélgica pude ver el primer tiempo. Me voy a dar clase cuando los canaleros sostenían el marcador en cero. Apuré un recreo en el curso para espiar el marcador en redes y ya Mertens y Lukaku habían hecho el daño.

-Fuera del Mundial, la vida continúa. Con sordina, pero sigue. Unas llamadas por aquí, más clases que impartir por allá, disputas familiares, lucha de clases, materialismo dialéctico, lo normal.

-Antes del Inglaterra – Túnez, y por razones que tienen más relación con la entrada anterior pienso esto: no es lo mismo ser parte del problema (posición honrosa) que enemigo de la solución.

-Sobre la hora, Kane pateó la mesa y se llevó para Inglaterra un partido que iba a dividirse salomónicamente.

-Cofaleado y en modo aleatorio me meto en las cobijas rumiando esta frase: el trabajo dignifica al patrono.

-Enalapril 10 mg.

La entrada Rusia 2018 – apuntes 4 se publicó primero en Revista Paquidermo.

Cités , n° 74 : "W. Benjamin politique"

Fabula - Mar, 19/06/2018 - 17:56
Cités , n° 74, 2018 PUF — EAN : 9782130801924 — 192 p. Parutiondu numéro74 de la revue Cités dont le dossier principal porte sur :« Walter Benjamin politique ». Avec un entretien avecJürgen Habermas«Sur la politique et l’histoire» et unréexamen de l’affaire Céline : «Céline : l’écriture, le mensonge et la haine». SOMMAIRE Éditorial :Yves Charles Zarka , Benjamin ou le point d'interférence du théologique et du politique I – DOSSIER : Walter Benjamin politiqueJean-Marc Durand-Gasselin, PrésentationEnzo Traverso, Walter Benjamin et le « marxisme occidental »Jean-Marc Durand-Gasselin, Absolu littéraire et absolu politique chez Walter BenjaminMarc de Launay, Projet de violence perpétuelleClémens-Carl Härle, « ... dans une alliance avec le communisme » . Instantanés du politiquePatricia Lavelle, Histoire, politique et narration : Benjamin lecteur de KafkaMichael Löwy, Pessimisme révolutionnaire. Le marxisme romantique de Walter BenjaminMarc Berdet, Se souvenir des futurs perdus. Walter Benjamin et la mémoire politique chilienneGérard Raulet, L'instant et la fin. Sur l'anti-politique de Benjamin II – GRAND ENTRETIEN INÉDITJürgen Habermas, Sur la politique et l'histoire , propos recueillis par Jean-Marc Durand-Gasselin III – VIE INTELLECTUELLE : Céline : l'écriture, le mensonge et la haine ·Pierre-André Taguieff, Retour sur la dernière affaire Céline · Odile Roynette, La Grande Guerre, berceau de l'extrémisme célinien ·Emmanuel Debono, Sampaix contre Céline : une affaire oubliée ·Annick Duraffour, Céline dans la propagande antijuive IV – VIE POLITIQUEMathias Bernard, La reconstruction de la droite selon Laurent Wauquiez ou les risques de l'affirmation identitaire
Categorías: Universidade
Distribuir contido