Universidade

Céline Masson, L'accent, traces de l'exil

Fabula - Lun, 08/02/2016 - 17:34
Céline Masson (dir.), L'accent, traces de l'exil Hermann, coll. Hors collection.Parution: le 12 février 2016. EAN13: 9782705691615 194 p. - 25 € Voir le livre sur le site de l'éditeur Présentation : La langue parlée par chacun porte les traces de ses origines, qui l’infléchissent nécessairement de sonorités lointaines, voire étrangères. Une trace dans la langue: tel est l’accent. Chaque langue possède un accent qui lui est propre, une saveur particulière, et lorsque celle-ci évolue en une nouvelle langue, l’accent se déplace en conservant le souvenir de la langue première. Ainsi, l’accent témoigne de la culture dont il est issu et dont il porte les traces comme des restes irréductibles .À partir de l’accent comme rythme essentiel de la langue et comme restes de transmission , nous examinerons ces traces de vie –ces « traces de culture »– dans les langues juives (ou judéo-langues), un ensemble de langues qui se sont développées dans des communautés juives du monde entier, en particulier en Europe, en Asie occidentale et en Afrique du Nord: Quelles ont été jusqu’ici les langues parlées par les Juifs dans leurs déplacements ? Comment ces langues nous habitent-elles aujourd’hui et quels accents en gardons-nous ? L'auteur : Céline Masson est psychanalyste et professeur à l'université de Picardie Jules Verne. Sommaire Ouverture p.5 par Céline Masson I. Le «je-ne-sais-quoi » et le « presque-rien » p.13 par Éric Ghozlan II. Avoir une mémoire, avoir un visage, avoir un nom,avoir un accent p.19 par Natalie Felzenszwalbe III. L’ accent , comme mémoire inconsciente p.23 par Gérard Haddad IV. « Vous ne seriez pas de “là-bas”, vous… » p.29 par Raphaël Draï V. L’accent de vérité: diction inconsciente,diaspora et schibboleth p.39 par Paul-Laurent Assoun VI. Accent et clinique de la langue p.57 par Thamy Ayouch VII. Shibbolet/sibbolet : l’accent dansl’interlinguistique juive p.79 par Cyril Aslanov VIII. La trace de l’hébreu dans les traductions juivesde la Bible en français p.93 par Francine Kaufmann IX. Langues juives : entre héritage et innovation p.107 par Alexander Beider X. Nostalgie des accents dans l’hébreu israëlien p.123 par Michèle Tauber XI. La pronociation révélatrice de l’identité p.135 par Bernard Vaisbrot XII. L’accent de A parlant la langue de B résulte du passagede B par le filtre de A (ses compétences linguistiques) p.149 par Haïm-Vidal Sephiha XIII. Mes tissages, langues chantées p.157 par Jacinta XIV. L’accent judéo-arabe dans la création artistiqueet littéraire Matrouz de Simon Elbaz, «Mchouga-Maboul ». Spectacle de théâtre-conte et musique p.163 par Simon Elbaz Épilogue. Dévisager la langue p.175 par Ghyslain Lévy *** Liste des contributeurs p.191
Categorías: Universidade

D. Jeffrey, A. Cardita, La fabrication des rites

Fabula - Lun, 08/02/2016 - 17:32
Denis Jeffrey, Ângelo Cardita (dir.), La fabrication des rites. Co-édition Hermann - Presses Universitaires de Laval, coll. "Sociologie au coin de la rue". Parution: le 12février 2016. EAN13: 9782705673673 270 p. - 28 € Voir le livre sur le site de l'éditeur Présentation : Cet ouvrage rassemble des travaux de tous les horizons disciplinaires sur les rites. Il propose de nouvelles clefs de lecture pour définir, décrire et comprendre les pratiques rituelles traditionnelles et contemporaines. En fait, plusieurs rites se sont transformés si rapidement au cours du dernier siècle qu’on a peine à les reconnaître. D’autres rites ont été abandonnés parce qu’ils n’étaient plus du tout en phase avec les modes de vie contemporains. Mais plusieurs nouveaux rites ont vu le jour avec la libération des mœurs et les nouveaux outils numériques. Nous en faisons ici état à travers diverses perspectives et à travers divers champs de recherche, mais toujours en relevant le défi novateur de l’interdisciplinarité. L'auteur : Denis Jeffrey est professeur titulaire à la Faculté des sciences de l’éducation de l’Université Laval. Ângelo Cardita est professeur adjoint à la Faculté de théologie et de sciences religieuses de l’Université Laval et titulaire de la Chaire de leadership en enseignement en théologie sacramentaire et liturgie. Sommaire Présentation des auteurs p. IX Faire honneur aux rites p.1 Denis Jeffrey et Ângelo Cardita 1. Distinguer le rite du non-rite p.9 Denis Jeffrey 2. L’indiscipline conceptuelle des rites : enjeux interprétatifsen thanatologie p.29 Marc-Antoine Berthod 3. Plaidoyer pour l’entrée de la théologie dans l’interdisciplinarité des rites :l’exemple de la « Prière du Seigneur » p.49 Ângelo Cardita 4. Les rites : la part des participants p.69 Olivier Bauer 5. La pensée, la connaissance et l’action rituelle des sages-femmestraditionnelles d’Haïti p.89 Obrillant Damus 6. Rites et conversion : performance narrative et ritualisationdu quotidien p.111 Géraldine Mossière 7. Rites religieux et rites scolaires dans les écoles juives à Montréal p.129 Sivane Hirsch 8. Observation ethnologique de Dasai à Saint-Jérôme : pratiques rituelleset significations plurielles au sein d’une familled’hindous népalo-bhoutanais p.143 Béatrice Halsouet 9. Ritualités queer et performativité du genre dans le néopaganismeà Montréal p.157 Martin Lepage 10. Autopsie des rites funéraires contemporains : une tendanceà la re-ritualisation p.179 Martine Roberge 11. La personnalisation numérique des nouveaux rituels funèbres p.195 Fiorenza Gamba 12. Écrire le deuil, c’est appeler à le faire : la performativité rituelledes textes littéraires relatifs à la mort p.213 Myriam Watthee-Delmotte 13. La vie après la carrière professionnellea-t-elle un sens ?Le passage ou le virage vers l’ailleurs p.227 Pierre-W. Boudreault Références p.237
Categorías: Universidade

A. Schnabel, On ne fera jamais de toi un pianiste

Fabula - Lun, 08/02/2016 - 17:31
Artur Schnabel, On ne fera jamais de toi un pianiste . Autobiographie et essais. Hermann, coll. "Hermann musique". Parution: le 12 février 2016. EAN13: 9782705691554 392 p. 35 € Voir le livre sur le site de l'éditeur Présentation : Doté d’un humour décapant, l’illustre pianiste américain d’origine autrichienne Artur Schnabel (1882-1951) ne fut pas seulement l’un des interprètes majeurs de Beethoven, Brahms ou Schubert ; il fut aussi un témoin attentif de son temps ainsi qu’un exceptionnel pédagogue. Toutes ces particularités se retrouvent dans le présent texte, rassemblant les douze conférences données par Schnabel à l’université de Chicago en 1945. Cette espèce d’autobiographie, dont la version française était attendue depuis des décennies, constitue un régal pour les mélomanes et les musiciens autant que pour les lecteurs fascinés par l’histoire contemporaine. Elle est aussi un document de premier ordre sur la vie culturelle en Europe centrale et aux États-Unis avant, pendant et après la Seconde Guerre mondiale. Introduction et traduction de Philippe Olivier Notes de Philippe Olivier et Werner Grünzweig Postface de Werner Grünzweig L'auteur : Artur Schnabel , l'un des grands pianistes germaniques de la première moitié du XX e siècle, est né en Autriche. Il s'est produit dans de nombreuses villes de l'Europe d'avant-guerre, avant d'être naturalisé américain. Il reste une référence dans le monde entier, notamment pour son interprétation de Schubert et de Beethoven. Sommaire Avertissement p.5 par Philippe Olivier et Werner Grünzweig Introduction. Un humaniste visionnaire p.7 par Philippe Olivier *** Chapitre premier p.51 Chapitre II p.71 Chapitre III p.97 Chapitre IV p.125 Chapitre V p.147 Chapitre VI p.175 Chapitre VII p.207 Chapitre VIII p.233 Chapitre IX p.257 Chapitre X p.277 Chapitre XI p.303 Chapitre XII p.329 *** Postface. Une actualitéangoissante p.355 par Werner Grünzweig Indications bibliographiques p.369 Index nominum p.371
Categorías: Universidade

J.-J. Gorog, Dire que non

Fabula - Lun, 08/02/2016 - 17:27
Jean-Jacques Gorog, Dire que non. Quelques remarques sur le transfert ,Hermann, coll. "Hermann psychanalyse". Parution:le 12 février 2016. EAN13: 9782705690854 190p. 30 € Voir le livre sur le site de l'éditeur Présentation : La croyance est toujours diverse et multiple, comme le souligne la riche polysémie du verbe croire. La langue offre ainsi bien des nuances sur le mode de croire, nuance que la psychanalyse tente de mettre en valeur. Dans sa pratique, le psychanalyste s’appuie pour cela sur ce que Lacan appelle le semblant et dont il fait un concept clé. Si l’analyste est un semblant, «semblant d’objet», cela ne signifie nullement que sa fonction s'en trouve réduite. Au contraire, la relation du psychanalyste à l'analysant, par le transfert, révèle son ampleur et son importance. Mais que serait ce semblant sans la possibilité offerte à l’analyste d’une réponse qui ne soit pas le silence absent? La négation est un autre outil que fournit la langue à l'analyste, et Lacan prend comme modèle d’un Œdipe moderne une autre trilogie, celle de Claudel, avec le «non» radical de Sygne de Coûfontaine, répondant d’une éthique contemporaine, d’un «ne pas céder sur son désir». «Dire que non», qui vaut autant pour le psychanalyste que pour beaucoup d'autres praticiens, revêt alors une dimension essentielle. L'auteur : Jean-Jacques Gorog est psychanalyste, psychiatre, analyste membre de l’École de psychanalyse des forums du champ lacanien, président du Collège clinique du Sud-Est. Sommaire I. Comment croire relie les hommes ? p.7 II. . Moi je le sais, mais Elle ? p.25 III. Le semblant commande p.47 IV. Le semblant souple comme un roseau p.67 V. Le discordantiel et le forclusif p.77 VI. Pourquoi cet accent mis sur Claudel ? p.95 VII. Le non de Sygne p.111 VIII. Refus et dénégation p.127 IX. Quelques remarques sur la leçon du 6 janvier 1972 àla chapelle de l’hôpital Sainte-Anne p.143 X. Le mur entre homme et femme p.165
Categorías: Universidade

How to teach ... Valentine’s Day

Guardian Unlimited: Education - Lun, 08/02/2016 - 16:00

From exploring the medieval roots of the celebration to love-laced language exercises – our lesson resources will help teachers turn Cupid into a learning opportunity

Yes, yes, we know that Valentine’s Day is rubbish. Any magic the annual love-in has is rooted in its power to turn vast piles of cash into glitter, red satin and heart-shaped paraphernalia. And yet when a school in Weston-super-Mare tried to ban Valentine’s Day cards, there was uproar. You need to face up to it: Valentine’s Day is probably going to happen in your school. So how can you ensure that Cupid’s arrows aren’t too much of a pain?

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

M. Dousse, Alexandre Dumas à Fribourg

Fabula - Lun, 08/02/2016 - 14:00
Michel Dousse, Alexandre Dumas à Fribourg Fribourg (Suisse) : Bibliothèque cantonale et universitaire, 2015. Plaquette publiée à l'occasion de l'exposition "Fribourg vu par les écrivains" (jusqu'au 27 février 2016) EAN9782940058334 Prix : 17.- EUROS Présentation de l'éditeur: Durant l’été 1832, le jeune Alexandre Dumas – il vient d’avoir 30 ans -, poussé par des raisons médicale (le choléra) et politique (une insurrection), quitte Paris et effectue « ce qu’un médecin ordonne lorsqu’il ne sait plus qu’ordonner : un voyage en Suisse. » Alexandre Dumas visite la Suisse de manière assez complète et ses Impressions de voyage: Suisse paraîtront progressivement entre 1833 et 1837, d’abord dans La Revue des Deux Mondes, puis en volumes. Le futur romancier n’a alors publié que quelques pièces de théâtre et des chroniques historiques; le récit de son voyage en Suisse va servir de «laboratoire de la prose narrative dumasienne». Au début du mois d’août 1832, Alexandre Dumas visite le champ de bataille de Morat, la ville de Fribourg et l’ermitage de la Madeleine, près de Guin. Quelles sont les curiosités touristiques décrites par l’écrivain voyageur? Sont-elles toujours visiblesaujourd’hui ? Quel regard jette l’écrivain sur le canton de Fribourg à l’époque romantique? Notre regard sur Fribourg a-t-il changé? Près de deux cents ans plus tard, Michel Dousse s’est lancé sur les traces d’Alexandre Dumas, en publiant le texte paru dans La Revue des Deux Mondes (1834), en parcourant le même itinéraire entre Morat et Fribourg, en comparant son récit de la bataille de Morat avec l’ Histoire des ducs de Bourgogne de Prosper de Barante (1825), en confrontant sa description de la ville de Fribourg au récit des autres voyageurs romantiques et aux guides de voyage de l’époque, en photographiant les curiosités décrites par l’écrivain en 1832.
Categorías: Universidade

Fribourg vu par les écrivains : anthologie illustrée (XVIIIe - XXIe siècles) (M. Dousse et Cl. Fedrigo, éd.)

Fabula - Lun, 08/02/2016 - 13:59
Fribourg vu par les écrivains : anthologie illustrée (XVIIIe - XXIe siècles) Édition établie par Michel Dousse et Claudio Fedrigo introd., notices et bibliographie par Michel Dousse ; portraits des écrivains et choix des ill. par Claudio Fedrigo Fribourg : Bibliothèque cantonale et universitaire ; Vevey : Ed. de l'Aire, 2015 EAN9782940537433 Prix : 39.- EUROS (+ frais de port) Présentation de l'éditeur : Quels sont les livres qui, à travers les siècles, ont décrit la ville et le canton de Fribourg ? Quels écrivains ont parlé de Fribourg ? Quels voyageurs ont passé par Fribourg ? Nous ont-ils laissé un récit de leur découverte ? Et les Fribourgeois, ont-ils évoqué leur pays ? Quelle image du pays fribourgeois s’en dégage-t-il ? Jusqu’au XVIIIe siècle, les voyageurs passent plutôt par Morat, pour découvrir l’ossuaire des Bourguignons, vestige de la fameuse bataille de Morat (1476). A la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècles, ils parcourent volontiers la Veveyse et la Gruyère pour admirer les paysages pastoraux situés au-dessus de Clarens et de Vevey, rendus célèbres par La Nouvelle Héloïse de Rousseau (1761). Au XIXe siècle, outre l’ermitage de la Madeleine, ce sont l’orgue d’Aloys Mooser (1834) et les ponts suspendus de Joseph Chaley (1834, 1840) qui attirent les voyageurs romantiques dans la capitale. Au XXe siècle, la Seconde Guerre mondiale et l’exil transforment Fribourg en un foyer culturel, où séjournent et passent bon nombre d’écrivains. À travers ces trois siècles, nombreux sont les auteurs qui ont décrit le canton de Fribourg, dans les genres littéraires les plus variés. On trouvera dans la nouvelle édition illustrée de cette anthologie une centaine d’extraits de leurs oeuvres, accompagnés de portraits, ainsi qu’une introduction et une bibliographie.
Categorías: Universidade

'Now is the time to step up': students urge others to register and vote

Guardian Unlimited: Education - Lun, 08/02/2016 - 12:35

Following news that changes to the electoral register will disenfranchise thousands of students, young people urge their peers to fight back

Students are warning their peers that they are in danger of losing their votes because of changes the government has made to how voters are registered. An estimated 800,000 people have dropped off the electoral register since the government introduced changes to the system – and students are at the biggest risk of being disenfranchised.

Under the new system, individual electoral registration (IER), universities cannot block register students in halls of residence. “The transition has resulted in a significant fall in the number of people on the electoral register in areas with a university,” says Gloria De Piero, the shadow minister for electoral registration.

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Infiltrations: nouvelles stratégies artistes dans la société liquide

Fabula - Lun, 08/02/2016 - 11:38
Appel à contribution pour ouvrage collectif «Infiltrations: nouvelles stratégies artistes dans la société liquide » Isabelle Barbéris et Aline Jaulin (eds) Editions Ôrizons, coll. «Comparaisons» dirigée par Florence Fix et Frédérique Toudoire-Surlapierre Parution: fin 2016/début 2017 Cet ouvrage aborde les nouvelles stratégies de la critique artiste au XXIème siècle et se situe dans la lignée des enjeux ouvert par Le Parasite au théâtre (Orizons, 2014, Isabelle Barbéris et Florence Fix eds), en envisageant le parasitage comme opération (au sens de Walter Benjamin: intervention directe sur le réel) plus que comme figure ou représentation. Malgré leur institutionnalisation et leur entrée au musée (Nikolaus Müller-Scholl) au début des années 2000, les gestes performatifs continuent d’infiltrer le réel, soit pour en réécrire et en déplacer (plus ou moins imperceptiblement) les codes, soit pour en modifier la perception, soit pour re-cartographier le sensible – ou tout cela à la fois. Ces stratégies étant la plupart du temps trop informelles et informes pour que la notion d’oeuvre soit opérante, elles entretiennent des liens étroits avec la notion de liminalité qui semble convenir à définir l’espace de ces jeux de renégociation des pratiques symboliques. Se donner les moyens de comprendre et de critiquer ces nouvelles démarches, celles d’un art qui n’entend plus «ordonner le chaos» (Castoriadis) mais qui cherche à infiltrer et déliter un réel déjà considéré par certains (Bauman, Haroche) comme «liquide» implique de se donner des outils repensés. Nous avançons deux concepts pour avoir prise sur ces zones inframinces de la création: l’art para-institutionnel , dont le geste d’ensemble correspond à une manière de réécrire le code institutionnel en se coulant dans ses protocoles; de rejouer les inscriptions normatives économiques, juridiques, bureaucratiques ou technocratiques à des fins de resubjectivation; l’«immédiation» qui correspond au moment où l’expérimentation sensible, à force de se couler dans l’empreinte des choses, se dilue complètement dans le flux du réel, à travers des démarches à la limite de la visibilité et de l’«efficacité» (Carole Talon-Hugon): quand l’infiltrationse subsitue à l’exposition ou à la représentation; quand, dans le processus de création, la subjectivation devient la clé du processus de création. Si le théâtre semble persister à re-présenter et réorganiser le monde en fonctionnant suivant un principe d’«interruption» (Duvignaud), la performance se situe au contraire dans une logique d’invasivité perceptive et d’augmentation de la liminalité. Cette instabilité épistémologique de la performance participe en cela plus au devenir des sociétés liquides que les arts dits de la représentation. La liquidité contribue-t-elle au délitement de l’organisation sociale? Dans quelles mesures peut-elle au contraire être une voie d’accès vers l’invention de nouvelles organicités? Les propositions de contribution seront étudiées suivant deux grandes ouvertures: -la question de la réécriture performative du code institutionnel (juridique, économique, administratif) comme l’illustrent les travaux des Gens d’Uterpan, de L’Amicale de production, de Yan Duyvendack, Tino Sehgal, Olive Martin et Patrick Bernier: quand l’art réécrit le code. -La question du devenir fluide et poreux de l’oeuvre d’art, soit sous un angle esthétique (prégnance du liquide, du marécageux, du fog, du flou...). Outre les arts vivants (théâtre, danse, performance, cirque, marionnette...) et les arts plastiques, d’autres approches sont vivement encouragées: -économie -muséographie -architecture et urbanisme -écologie -philosophie -intermédialité et media studies -carnets de création Les propositions de contribution d’environ 1000 signes sont à envoyer à Isabelle Barbéris et Aline Jaulin avant le 1 er mai 2016. Remise des textes définitifs au 1 er septembre 2016, et retours du comité de lecture à l’automne 2016. Contacts: Isa.barberis@gmail.com a.alinejaulin@gmail.com
Categorías: Universidade

Enfin les Cahiers pédagogiques parlent de la réforme de l'orthographe !

Cahiers Pédagogiques - Lun, 08/02/2016 - 11:27

Eh, dites donc, les Cahiers, vous ne dites rien, vous, de la réforme de l'orthographe ?
La quoi ?
La réforme de l'orthographe !
Bigre, il y a eu une nouvelle réforme ?
Oui ! Enfin non, celle de 90 !
Ah, celle de Ferdinand Buisson en 1890 ? Qu'est-ce que ça vient faire là ?
Mais non, celle de 1990 ! Celle du nénu f ar !
Je connaissais la révolution des œillets, mais pas la réforme du nénufar...
Mais regarde ! Nénu f ar ? Tu vois ? avec un F !
Et alors...
Comment ça « et alors » ? C'est incroyable ! J'en tombe assis sur mon sofa !
Ton sopha ?
Mon sofa !
Tu sais que pendant des siècles on l'a écrit « soffa » ou « sopha » ?
.....
Et tu peux me dire pourquoi en 2016 tu t'affoles sur des changements qui datent de 25 ans ?
Euh... parce que tout le monde en parle...
Eh ben voilà ! Alors si tu veux bien, on va trouver autre chose à faire de plus intéressant, d'accord ?

En fait, ils en avaient déjà parlé :
En 2011 : Des traditions à bousculer
Danielle Béchennec, Liliane Sprenger-Charolles

En 2009 : Fidélité ou dévotion à l'orthographe
Entretien avec François de Closets

En 2006 : Enseigner vraiment l'orthographe, une idée neuve ?
Par Hélène Eveleigh et Jacques Crinon

En 2005 : L'orthographe...
Par Pierre Madiot

Et même :
Les plus jolies fautes de français de nos grands écrivains
Recension de l'ouvrage d'Anne Boquel et Etienne Kern, Payot, 2015.

Sur la librairie

Orthographe N°440 -
Coordonné par Hélène Eveleigh et Jacques Crinon
février 2006

Certains s'alarment régulièrement de la baisse du niveau des élèves en orthographe ; d'autres dénoncent un instrument de sélection sociale qui n'aurait rien à voir avec la compétence à manier la langue écrite. Dans des débats où il est facile de verser dans l'excès et la caricature, ce dossier essaie d'apporter quelques clarifications sur les enjeux historiques et sociaux de l'orthographe, et s'interroge sur la réalité des compétences et des pratiques orthographiques.

Categorías: Educación, Universidade

Karin Slaughter: Libraries saved me, now they need rescuing

Guardian Unlimited: Education - Lun, 08/02/2016 - 10:30

Books provide access to a better way of life, and for many, libraries are the only way they can get to them. That is why I am campaigning to save them and you should, too

My father and his eight siblings grew up in the kind of poverty that Americans don’t like to talk about unless a natural disaster like Hurricane Katrina strikes, and then the conversation only lasts as long as the news cycle. His family squatted in shacks. The children scavenged for food. They put cardboard over empty windowpanes so the cold wouldn’t kill them.

Books did not exist here. When you grow up starving, you cannot point with pride to a book you’ve just spent six hours reading. Picking cotton, sewing flour bags into clothes — those were the skills my father grew up appreciating.

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

EducPros

Sauvons la recherche - Lun, 08/02/2016 - 09:45

4 février 2016

2 février 2016

28 janvier 2016

24 janvier 2016

19 janvier 2016

18 janvier 2016

17 janvier 2016

14 janvier 2016

12 janvier 2016

11 janvier 2016

8 janvier 2016

6 janvier 2016

20 décembre 2015

12 décembre 2015

7 décembre 2015

24 novembre 2015

23 novembre 2015

17 novembre 2015

16 novembre 2015

6 novembre 2015

5 novembre 2015

3 novembre 2015

30 octobre 2015

28 octobre 2015

7 octobre 2015

2 octobre 2015

1 octobre 2015

30 septembre 2015

29 septembre 2015

28 septembre 2015

21 septembre 2015

16 septembre 2015

14 septembre 2015

6 septembre 2015

2 septembre 2015

25 août 2015

10 juillet 2015

26 juin 2015

25 juin 2015

8 juin 2015

5 juin 2015

1 juin 2015

3 mai 2015

28 avril 2015

24 avril 2015

23 avril 2015

22 avril 2015

19 avril 2015

16 avril 2015

14 avril 2015

1 avril 2015

7 avril 2015

3 avril 2015

1 avril 2015

31 mars 2015

29 mars 2015

20 mars 2015

19 mars 2015

18 mars 2015

12 mars 2015

9 mars 2015

5 mars 2015

4 mars 2015

2 mars 2015

23 février 2015

22 février 2015

19 février 2015

15 février 2015

15 février 2015

5 février 2015

4 février 2015

4 février 2015

2 février 2015

29 janvier 2015

27 janvier 2015

22 janvier 2015

21 janvier 2015

19 janvier 2015

16 janvier 2015

6 janvier 2015

9 janvier 2015

5 janvier 2015

19 décembre 2014

14 décembre 2014

11 décembre 2014

29 novembre 2014

27 novembre 2014

26 novembre 2014

23 novembre 2014

19 novembre 2014

14 novembre 2014

8 novembre 2014

1 novembre 2014

24 octobre 2014

22 octobre 2014

20 octobre 2014

16 octobre 2014

14 octobre 2014

9 octobre 2014

7 octobre 2014

22 septembre 2014

4 septembre 2014

4 octobre 2014

2 octobre 2014

1 octobre 2014

28 septembre 2014

26 septembre 2014

25 septembre 2014

19 septembre 2014

18 septembre 2014

9 septembre 2014

7 septembre 2014

28 aout 2014

26 aout 2014

15 aout 2014

22 juillet 2014

21 juillet 2014

3 juillet 2014

2 juillet 2014

22 juin 2014

30 juin 2014

24 juin 2014

18 juin 2014

11 juin 2014

3 juin 2014

23 mai 2014

21 mai 2014

16 mai 2014

-*Les résultats du baromètre EducPros 2014

9 avril 2014

6 avril 2014

2 avril 2014

2 avril 2014

28 mars 2014

21 mars 2014

17 mars 2014

13 mars 2014

6 mars 2014

2 mars 2014

1 mars 2014

12 février 2014

9 février 2014

7 février 2014

6 février 2014

Categorías: Universidade

Romain Rolland musicologue et écrivain de l’intime

Fabula - Lun, 08/02/2016 - 09:34
Appel à contribution À l’occasion de la Commémoration nationale du 150 e anniversaire de la naissance de Romain Rolland (1866-1944) Romain Rolland musicologue et écrivain de l’intime 17 novembre 2016 – Paris, Bibliothèque nationale de France 18 novembre 2016 – Paris, Université Paris-Sorbonne 19 novembre 2016 – Vézelay, Cité de la Voix Colloque international organisé par l’Institut de recherche en Musicologie (IReMus – CNRS) - l’Association Romain Rolland - la Bibliothèque nationale de France - l’Université Paris-Sorbonne Président d’honneur: Bernard Duchatelet La musique occupe une place centrale et fondamentale dans la vie et l’œuvre de Romain Rolland qui, par ses écrits comme par son enseignement de l’histoire de la musique, a fortement contribué à inscrire la musicologie dans le champ des sciences humaines, établissant notamment avec une grande clarté épistémologique sa relation à l’histoire et à la sociologie. Sa passion pour la musique, reçue et cultivée depuis l’enfance, et ses études en histoire à l’École Normale, auprès de Paul Guiraud, de Gabriel Monod et de Paul Vidal de La Blache, le conduisent à soutenir en 1895 l’une des premières thèses de musicologie en Sorbonne, avec celles de Jules Combarieu et de Maurice Emmanuel. Il est appelé à enseigner l’histoire de l’art dans les lycées de Paris dès 1893, puis à l’École Normale à partir de 1895 – cours qui se poursuit en Sorbonne à partir de 1904 sous l’intitulé d’histoire de la musique – et à l’École des Hautes Études Sociales à compter de 1902. Critique musical, il signe à partir de 1899 de nombreux comptes rendus de presse (dans La Revue de Paris , la Revue d’art dramatique …). Écrivain, la musique est présente au cœur de son œuvre. Il lui consacre plusieurs articles et ouvrages, tout au long de sa vie, de ses premiers textes sur Lorenzo Perosi ou Richard Strauss aux derniers volumes des Grandes Époques créatrices de Beethoven. Par ses diverses activités, il occupe un rôle central dans l’histoire de la musicologie en France, au moment où, autour de 1900, la discipline connaît un essor institutionnel sans précédent: présente dans l’enseignement général, au Conservatoire de musique, au Collège de France, à l’Université, à l’ENS, à l’EHES, à l’Institut catholique, elle s’organise également par la création de nouvelles revues (Romain Rolland participe à la fondation de la Revue musicale en 1901), et la tenue de congrès (il est le secrétaire général du premier congrès international de musique tenu à Paris en 1900). Comment définir l’activité musicologique de Romain Rolland? Quels apports représente-t-elle pour la musicologie de son temps et celle d’aujourd’hui? Quelles méthodes met-elle en œuvre? Comment se situe-t-elle au regard de la musicologie du XIX e siècle et de celle de son temps, en France comme à l’étranger? Comment aborde-t-elle la question des musiques nationales, européennes et extra-européennes? Quels rapports entretient-elle avec les autres disciplines: histoire, esthétique, sociologie, psychologie? Quel rôle joue-t-elle dans la pensée sur l’art et l’action politique? Nous proposons également, au travers d’inédits principalement, d’étudier comment cette facette scientifique, encore peu connue, est étroitement liée à la vocation artistique de l’écrivain, et l’éclaire en retour. Soucieuse de saisir la signification vivante de l’œuvre musicale, l’approche de Romain Rolland, résolument psychologique, unit en effet érudition et intuition créatrice. Aussi interrogerons nous plus largement les liens qu’entretient ce domaine de la pensée de Romain Rolland avec d’autres, mieux connus, relatifs à son œuvre littéraire, théâtrale, artistique ou philosophique, et comment ils se manifestent dans ses activités d’épistolier ou d’intellectuel engagé. Une autre partie du colloque sera ainsi consacrée à l’écrivain de l’intime. En effet, tout au long de sa vie, Romain Rolland est revenu sur son autobiographie, la réécrivant au fil du temps pour la reconstruire en fonction de son évolution personnelle et intellectuelle lors de cette marche sur une «route en lacets qui monte», à la fois objet et sujet de l’œuvre. Dans cette écriture de soi, Journal et Correspondance constituent des lieux et des moments privilégiés. D’autres textes destinés à être publiés ( Mémoires et fragments du Journal, Voyage intérieur ), montrent comment s’effectue le passage de l’événement consigné dans un journal au souvenir rapporté dans les Mémoires, de la réminiscence de l’épisode vécu à la scène de l’œuvre de fiction. L’œuvre romanesque ( Jean-Christophe ) se construit ainsi«de destruction en réécriture et de réécriture en variations » (Agnès Franconnet). Enfin, des œuvres moins autobiographiques font état d’aveux proches de la confession, de l’examen de conscience public ou de bilans politiques personnels ( L’Esprit libre, préfaces de recueils d’articles). Ces écrits publiés du vivant de l’auteur consignent les points de vueet les confidences du mémorialiste, du diariste et de l’épistolier et révèlent la part qui, dans l’argumentation politique ou l’intention didactique, relève également de l’écriture de l’intime. Pour la proposition de thèmes, en fonction d’un classement par genres, nous pouvons distinguer: 1°) la correspondance – «[Les lettres] ne le distraient pas de lui-même. Elles l’aident à se mieux connaître» (J. Robichez). On peut envisager d’étudierla répétition et les variations dans la relation d’un même fait selon le destinataire; les non-dits sur la vie privée; les marques énonciatives de l’humeur désapprobatrice, de l’empathie, du double jeu... 2°) le Journal(ensemble de 15000 pages) – L’étude peut porter surla relation du sentiment et l’absence de l’évocation de la vie sentimentale; sur les pages d’introspection, sur «l’écriture fiévreuse» où la créativité est en rapport direct avec l’état de santé... 3°) les Mémoires – On peut s’interroger surle Journal œuvre d’actualité comme source des Mémoires, l’art de l’esquive dans le faux aveu, la construction d’une image légendaire pour la postérité ... Plus généralement on pourrait développer le thème selon lequel Romain Rolland est son propre autobiographe, par l’évocation de souvenirs précis, par le regard rétrospectif sur la vie passée,par la transposition dans l’œuvre. —— Soumission Les propositions d’environ 250 mots suivis d’une brève bio-bibliographie sont à envoyer pour le 15 avril 2016 à Hervé Audéon ( herve.audeon@cnrs.fr ) et à Roland Roudil ( r-roudil@orange.fr ), présidents du comité scientifique. Calendrier Les candidats retenus seront avisés en mai 2016. Publication Les actes du colloque donneront lieu à publication, prévue aux Éditions universitaires de Dijon en 2017.
Categorías: Universidade

Spot checks on pupils cause alarm

Guardian Unlimited: Education - Lun, 08/02/2016 - 09:00

Jeremy Hunt suggests parents make rash decisions

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Cameron wants diversity in universities? Sort out the school syllabus first

Guardian Unlimited: Education - Lun, 08/02/2016 - 08:00

The move away from creative subjects in schools makes a mockery of the prime minister’s plans to get more disadvantaged pupils into higher education

There were shades of the Laura Spence affair in David Cameron’s recent swipes about diversity at the University of Oxford. Back then, Gordon Brown’s intervention in the case of a state school pupil with 5 As rejected by Oxford ushered in a golden era of government policy to widen participation in higher education. No such luck this time. Government policy has started to reverse access to parts of the sector – almost certainly by mistake.

Related: Let's stop being defensive about the value of arts degrees

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Media studies: why does the subject get such a bad press?

Guardian Unlimited: Education - Lun, 08/02/2016 - 08:00

The 10th most popular course at A-level is having a revamp, with supporters hoping it will shake off its ‘soft option’ image

‘Last summer there was a moment when there were concerns that media studies might be deleted,” says David Buckingham, an expert on children and technology and professor at Loughborough University, who spent much of last year fighting for the subject’s future in English schools.

The moment passed: new specifications for media and film studies qualifications were published last week. But will the updated content, combined with our media-saturated lives, swing more support behind media education for 14 to 18-year-olds, and reverse a decline that has seen numbers taking media GCSE fall from a high of almost 70,000 in 2008 to 50,000 in 2014, while the number of students training to be media teachers on the only specialist PGCE is just 13?

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

M. Lebiez, Œdipe athée : Les hommes abandonnées des dieux

Fabula - Lun, 08/02/2016 - 06:38
Référence bibliographique : M. Lebiez, OEdipe athée : Les hommes abandonnées des dieux , L'Harmattan, collection "Ouverture philosophique", 2016. EAN13 : 9782343081526. Marc Lebiez, OEdipe athée : Les hommes abandonnées des dieux Paris : L'Harmattan, 2016. 224 p. EAN 9782343081526 22,50 EUR Présentation de l'éditeur : Chez Sophocle, la tragédie d'Œdipe tient au fait que les dieux l'ont abandonné. Telle fut aussi la plainte de Jésus mourant sur la croix. Après Hölderlin et les romantiques allemands, et jusqu'à Nietzsche et Heidegger, ce délaissement allait être perçu comme le tragique par excellence. D'autres allaient bâtir une théologie de la mort de Dieu. Si ce sentiment mène à la catastrophe que Wagner a mise en scène et que le XXe siècle a réalisée, est-il vraiment notre destin ? Sommes-nous condamnés à ressentir l'absence de Dieu comme un manque ? Marc Lebiez , agrégé de philosophie et helléniste, est haut fonctionnaire, collaborateur des Temps modernes , de Critique , de la Quinzaine littéraire . Dans ses travaux philosophiques, il s’efforce de comprendre le sens de la modernité à la lumière de la pensée antique.
Categorías: Universidade

#UBC Dean time to come #ubcclean #ubc100 #ubcnews #bced #ubcgss

Workplace - Dom, 07/02/2016 - 23:07

UBC Deans, what do you know and when did you know it? After six months and a crisis that’s growing, it is time to come clean.

The Freedom of Information disclosure indicates that you were unhappy with President Gupta. On 1 May, Gupta couldn’t tell: “Things seem to be going well with the Deans now (or at least I think so).

On 22 April, a week after the FAUBC claimed a mini-victory over scaling back and amending Policy #81 (“Use of Teaching Materials in UBC Credit Courses”), Gupta did the accountable thing by announcing that he was moving Dave Farrar from the post of Provost.

That Policy #81 process was painful; it nearly led to CAUT censure of UBC. Such a needless policy and cost but no one really shed tears over the exit of the Provost.

Except the Deans. The Deans took a tantrum. Why is that?

Montalbano said as much to Gupta: “The issue with the Dean’s in response to the Provost announcement was a catastrophic example that you are not either being informed in a timely manner or worse.”

Ok Deans, time to speak up and come clean. What happened?

At the U of S, when dean Robert Buckingham spoke out against the University, he lost his job but won integrity.

With integrity, he was rehired.

Time to come clean UBC Dean.

Categorías: Universidade

T. Villerbu, BD Western. Histoire d'un genre

Fabula - Dom, 07/02/2016 - 21:36
Tangi Villerbu, BD Western. Histoire d'un genre Paris : Karthala, 2016. 304 p. EAN 9782811114930 23,00 EUR Présentation de l'éditeur : La bande dessinée western d’expression française a une histoire séculaire qui est toujours entrée en dialogue avec celle de tous les autres medias créateurs et diffuseurs de récits de l’Ouest américain : la littérature populaire, le spectacle vivant, le cinéma… Elle participe aux définitions croisées, comme en miroirs, d’une identité américaine et de celle, collective et intime, des lecteurs francophones. « Lecteurs » plus que « lectrices » sans doute, car le genre western tire sa force de sa relation aux codes de la masculinité et de la féminité. Il s’adresse aux garçons pour leur donner des clés de compréhension de leur monde qui dépendent évidemment de nombreux facteurs extérieurs et qui évoluent donc fortement. A une première période d’Ouest contemporain et dont s’empare le burlesque succèdent deux temps que l’on pourrait croire à première vue antagoniques : dans la Guerre Froide c’est l’idéal familialiste qui est mis en valeur, le héros masculin défend un monde où les pères et maris pourraient tenir leur rôle « authentique », tandis que les années 68 voient des tentatives de subversion du genre, plus ou moins abouties, en reprenant comme naturellement les éléments de base du récit de l’Ouest (les Indiens, les bandits…). Une dernière phase s’est ouverte dans les années 1980 et demeure moins lisible : dans un paysage éditorial complexe, les reprises classiques côtoient les recompositions et les alternatives en tous genres. Tangi Villerbu , maître de conférences HDR en histoire contemporaine à l’Université de La Rochelle, est l’auteur de La Conquête de l’Ouest. Le récit français de la nation américaine au xixe siècle (2007) et de Les Missions du Minnesota. Catholicisme et colonisation dans l’Ouest américain, 1830-1860 (2014).
Categorías: Universidade

L. Cario et Ch. Régismanset, L'Exotisme : la littérature coloniale

Fabula - Dom, 07/02/2016 - 21:26
Louis Cario et Charles Régismanset, L'Exotisme : la littérature coloniale Présentation de Patrick Crowley avec la collaboration de Roger Little. Paris : L'Harmattan, 2016. 184 p. EAN 9782343085104 22,50 EUR Présentation de l'éditeur : Dans cet ouvrage, publié en 1911 et devenu introuvable, Cario et Régismanset souhaitent montrer comment le détail exotique - formé par "le souvenir vécu des pays lointains ou la vision imaginative des contrées exotiques" - a laissé sa trace dans la littérature de la métropole. Ce faisant, les auteurs posent la question de l'existence, ou non, du roman colonial français, cherchent à renouveler le roman français, et constatent l'importance d'un "exotisme nouveau". Promouvoir l'oeuvre coloniale est sans doute l'objectif principal de cet ouvrage. Au fond, L’Exotisme représente un texte clé pour ceux qui veulent comprendre cette notion, mais aussi le champ littéraire sous la IIIe République et le roman colonial, reconnu comme genre à part entière dans l’entre-deux-guerres. Patrick Crowley est maître de conférences au Département de Français à University College Cork (Irlande). Ses recherches portent sur la littérature d’expression française, la pensée contemporaine et les études postcoloniales. Il a publié des articles sur Assia Djebar, Eugène Fromentin, Patrick Chamoiseau, Édouard Glissant et Kateb Yacine ainsi que sur le philosophe Paul Ricœur.
Categorías: Universidade
Distribuir contido