Universidade

Culture au quai et écoles

Cahiers Pédagogiques - Xov, 03/09/2015 - 09:25
Rendez-vous le week-end des samedi 26 et dimanche 27 septembre

de 11h à 19h, sur le quai de Loire au Bassin de la Villette, Paris 19e

Culture au quai vous propose d'organiser votre année de sorties en rassemblant pour vous des centaines de théâtres, musées, châteaux et salles de concert de Paris, d'Île-de-France et d'ailleurs. De village en village, vous découvrez leurs programmes et achetez vos places en bénéficiant de bons plans. Et pour vous aider à faire vos choix, des bandes-annonces de 30 minutes s'enchainent pendant tout le week-end et vous proposent des extraits de spectacles, one-man-show, concerts, rencontres, ateliers pour enfants…

Rendez-vous incontournable des amateurs de sorties culturelles, venez découvrir en un week-end toute la saison culturelle à venir de façon vivante, conviviale et gratuite.

Télécharger le programme

Gratuit sur inscription depuis le site

Categorías: Educación, Universidade

La Licorne , n° 116 : Cinéma, littérature : projections

Fabula - Xov, 03/09/2015 - 08:49
Le volume collectif Cinéma, littérature: projections , numéro 116 de la revue La Licorne , vient de paraître en septembre 2015 aux PUR sous la direction de Marie Martin (18 euros, EAN13 = 9782753541870). Il ne s’agit plus ici de ce que le cinéma fait à la littérature, ou inversement, mais de ce que l’imaginaire polysémique de la projection suscite d’allers et de retours entre les deux disciplines, y compris dans les éventuelles dérives «projectives» du geste interprétatif, du moment qu’il entraîne un véritable gain heuristique dans la réception des œuvres (lecture et spectature) et travaille au croisement de l’optique et du psychique. La projection cinématographique est en effet, d’abord, un dispositif optique. Un faisceau lumineux transporte en l’agrandissant, parfois en l’anamorphosant, une image sur un écran: image passée, qu’il actualise; image fugace, dont il déploie l’évanescence; image photogramme, qu’il met en mouvement et expose à la dissemblance. Or la participation émotionnelle que suscite l’optique n’est pas sans rapport avec le dispositif psychique du même nom, qui consiste cette fois à imputer à un autre un complexe refoulé dans l’inconscient afin de le voir en l’extériorisant et en le déniant comme sien. Le cinéma s’avère alors surface où s’inscrivent les traumas individuels et collectifs, auxquels la projection donne forme assimilable selon le modèle de la figurabilité inconsciente. Les deux versants de la projection ont donc en commun d’être des mécanismes qui mettent en jeu un travail de déformation autant destiné à faire voir qu’à opacifier et faire écran . À partir de ces prémisses se dessinent les contours d’un nouveau chantier interdisciplinaire dont cette publication collective espère déployer l’extension maximale et donner les premières clés de compréhension: généalogie théorique de l’hypothèse projective au carrefour de la littérature et du cinéma; distinctions entre emploi facile d’une métaphore et critères scientifiques de sa pertinence comme opérateur intermédiatique; études de cas et essais de corpus où abondent les surimpressions audiovisuelles d’images et de textes; fictions qui, à partir d’un écran, font affleurer le refoulé, dans une dialectique toujours relancée de figure et d’irreprésentable, d’écriture et de projection. Sommaire : Introduction: «La projection comme opérateur intermédiatique : positions et propositions» par Marie Martin (Université de Poitiers) I. Mises en perspectives: histoire et théories«La projection filmique comme illusion et phénomène hypnotique. Réflexions à partir de L’Eve future d’Auguste Villiers de l’Isle-Adam»: Emmanuel Plasseraud (Université de Bordeaux Montaigne)«Projection: métaphore, figure, dispositif»: Véronique Campan (Université de Poitiers)«“La nouvelle de la douleur”: Sur Césarée de Marguerite Duras»: Olivier Cheval (Université Lyon 2)«Le décor-écran : l’exemple des fictions du décor dévoilées à l’intermonde»: Marie-Laure Guétin (Université de Poitiers)II. Pratiques contemporaines«Littérature contemporaine et scénario: les dynamiques intersémiotiques d’une forme projective»: Fabien Gris (Université de Paris 4)« Mon Cas (1986) de Manoel de Oliveira: texte projeté, textes en mouvement»: Guillaume Bourgois(Université de Grenoble)«L’écriture et la projection. Louis-René des Forêts, Pierre Alferi, Christine Montalbetti» : Marie Martin (Université de Poitiers)«“L’histoire fut suspendue mais se poursuit ailleurs” : recyclage des films, projection des phrases chez Pierre Alferi» : Paul Échinard-Garin (Université de Paris 3)III. Anamorphoses: réécritures, adaptations, projections créatrices«Du cinéma à la littérature, et retour: figures de la projection traumatique»: Marie Martin (Université de Poitiers)«Adaptations secrètes. À propos de Claude Chabrol et de Georges Simenon»: Francis Vanoye (Université de Paris Ouest Nanterre La Défense)«Échange de regards: Schnitzler, Kubrick et Kieslowski»: Gaspard Delon (Université de Paris 7)
Categorías: Universidade

¿Ladramos?

Paquidermo - Xov, 03/09/2015 - 07:12

:: Catalina Murillo ::

A mí me gustaría poder sostener un pacífico diálogo de inspiración socrática con el perro de mis vecinos. Preguntarle qué le pasa, qué atormenta su alma perruna, por qué ladra día y noche sin tregua, sin importarle la hora que es, ni tampoco si nos quita la paz a todos los humanos y otros animales que habitan el barrio. Ladra desesperado por cualquier motivo o probablemente sin él, aunque ladra como anunciando que ya viene el lobo o más bien el fin de los tiempos… Ladra sin tregua ni horario ni límite municipal de decibelios. Ladra enloquecido, atormentado, como “pidiendo eutanasia”, que decía por ahí un chistoso.

Pero no hay manera, o al menos yo no la conozco, de hacer entrar en razón a un perro. Qué fácil sería si pudiera explicarle que vivimos todos juntos y bastante revueltos, que sus ladridos entran como agujas en los tímpanos de los demás, que interrumpir el sueño de una persona es de las cosas más violentas que hay… Pero en fin, entenderse hablando con un perro es una proeza limitada a santos cristianos cuyos poderes me superan. Es imposible razonar con un perro, punto. Así que nadie debería frustrarse por no conseguirlo.

Lo frustrante, en cambio, en este país de paz, es que sostener ese diálogo pacífico de inspiración socrática con los humanos dueños del perro es también casi imposible. Vaya usted (aunque sea con la mejor disposición) a comentar con su vecino este problema de convivencia, y me cuenta cómo le va. Tal vez le vaya bien. Cada vez que me entero de que en una comunidad se logró, ¡al menos!, tocar el tema, lo considero un éxito.

He hecho un sondeo a pie de facebook, y al menos la mitad de la gente sufre o ha sufrido esto de tener un perro ladrando como una alarma encendida toda la noche. De esa mitad que sufre, solo un 10% ha hecho algo al respecto… o al menos algo que pueda confesar. Sucede que por esa imposibilidad de llamar pacíficamente a la puerta del vecino para hablar del problema, la gente se va encachimbando (como en el chiste aquel de ¿sabe qué?, métase la gata en el culo) y las largas noches en blanco por los ladridos del perro se ven animadas de fantasías en las que unas albóndigas rellenas de racumín caen misteriosamente al otro lado de la tapia. Al parecer esto forma parte de esta idiosincrasia nuestra, donde el precio de la paz y la felicidad es una guerra venenosa y solapada.

Del 10% que ha tomado cartas en el asunto y lo puede confesar en público, casi la totalidad lo hizo ¡preocupada por el animal! Han leído bien. El dato es sorprendente y revelador. Son los comandos de “pet lovers” los que se movilizan por un perro que ladra histérico toda la noche, porque para ellos es como escuchar el llanto de un bebé o una criatura indefensa. Un animal que ladra así no puede estar bien, algo le pasa, probablemente lleva una vida solitaria y miserable, sin los goces de un perro doméstico ni los de un perro callejero.

Esta manera de considerar el asunto le da un buen giro a la cosa. Como dice Edgar Mora, alcalde de Curridabat: los animales domésticos también son nuestros conciudadanos. No es una entelequia, es así de facto, pero siempre hace falta que alguien lo recuerde. Son los amantes de los perros quienes más se preocupan porque estos no sean una molestia, un incordio a sus vecinos. Por otro lado, la gente que de entrada dice “no me gustan los perros”, no se da cuenta de que a estas alturas la frase suena tan absurda como alguien que quisiera un barrio libre de niños o viejos.

—————-

* Créditos de la imagen destacada: Elke Vogelsang

 

Wars stops 13m children going to school in Middle East and north Africa, UN says

Guardian Unlimited: Education - Xov, 03/09/2015 - 02:45

UNICEF report finds teachers too terrified to go to work, and schools are often attacked or used as shelter for refugees or bases for fighters

Conflicts across the Middle East and North Africa are preventing more than 13m children from attending school, leaving their hopes and futures shattered, the United Nations children’s fund said in a report issued on Thursday.

The UNICEF report, Education Under Fire, looked at the impact of violence on schoolchildren in nine territories, including Syria, Iraq, Yemen and Libya, where a generation is growing up outside the education system.

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

#UBC admin crisis erodes into legitimacy crisis #caut #highered #bced #ubcnews

Workplace - Xov, 03/09/2015 - 02:39

The crisis of administration at the University of British Columbia that began with the sudden resignation of President Arvind Gupta on 7 August has quickly eroded into a legitimacy crisis. Both CUPE and the Faculty Association of UBC are publicly questioning the legitimacy of a swath of administrators and what CUPE representatives referred to as the group of “unelected” officials on the Board of Governors.

Similarly, faculty members are questioning the legitimacy of middle managers appointed at the whim of the Deans. This has resulted in a bloat of assistant and associate deans that have little if any claim to legitimacy. Hence, UBC’s middle managers can do little more than cling to the authority of their title and entitlement.

A crisis of legitimacy forms as questions begin to focus on the legitimate nature of authority and limits to governance within institutions.

Since 7 August, the University has itself been limited to speculation on the President’s resignation.

Categorías: Universidade

#UBC FA holds admin & BoG to account for President Gupta’s resignation #bced #ubcnews #highered #caut

Workplace - Xov, 03/09/2015 - 02:16

September 1, 2015

Dear Ms. Laberge [Acting Chair, UBC Board of Governors]:

The events surrounding the 7 August 2015 resignation of Professor Arvind Gupta as President of the University of British Columbia continue to be of paramount concern to the Faculty Association as well as the University and to the public at large. We therefore wish to respond to the Board’s letter to Mark MacLean dated 14 August 2015. The Board’s letter simply reasserts that the mutually entered into confidentiality agreement between the University and Professor Gupta be respected and that further details regarding his resignation not be released.

However, any terms attached to Professor Gupta’s resignation may be reconsidered by the two parties who entered into such an agreement. Thus, it is fully within the powers of the Board of Governors to initiate a negotiation with Professor Gupta to agree to rescind the non-disclosure agreement to allow for greater transparency as to how we came to the point of a failed presidency.

We therefore call upon the Board of Governors to approach Professor Gupta to renegotiate the terms of his resignation agreement so that both the University and Professor Gupta are able to speak fully to the reasons for his resignation. Given the events that have transpired since Professor Gupta’s resignation, and the incessant stream of rumour and innuendo that continues to swirl around the University, we do not believe that the maintenance of a mutually agreed to non-disclosure agreement around Professor Gupta’s resignation is in the best interests of the University, of Professor Gupta, or of the public.

If this agreement was put in place to protect Professor Gupta, then speculation and the public dissection of his presidency in the media have removed any intended sense of privacy. Indeed, for example, it is apparent from the 26 August Globe and Mail article by Simona Chiose and Frances Bula that a number of individuals working in the administration have been speaking anonymously to the media in a manner that is disparaging to Professor Gupta, which surely is not the intent of a non-disclosure agreement. As a result, the public is left with incomplete and unverifiable information and innuendo in the place of the truth.

Beyond the lack of a proper assessment of Professor Gupta’s performance during his year as president, we are also missing an accounting of the Board of Governors’ actions during the period in question. Much has been made of the resignations of Vice-Presidents, for example, and dissatisfaction in senior administration with these resignations has been posited as one reason for Professor Gupta’s resignation. But these resignations were accepted by the Board of Governors, so how did the Board work with Professor Gupta to conclude that these leadership changes were in the best interests of the University? We also note that there were resignations from other senior administrators early in the terms of Presidents Piper and Toope, and these never merited comment. It has always been the case that a President can put his or her own team in place, so what was different for President Gupta?

We are also greatly concerned that continued secrecy about the circumstances of Professor Gupta’s departure will make it difficult – if not impossible – for the University to conduct a search for a new president, and to ensure that the unfortunate events of this summer will not recur.

Certainly the damage caused to the University’s reputation will increase the difficulty of finding suitable candidates. Furthermore, the stream of innuendo and rumour and media attention that envelop the actions of the Board in managing the relationship with Professor Gupta will likely make qualified candidates for the presidency (or for any of the currently vacant positions in senior administration) reluctant to accept an appointment at UBC.

We therefore invite the Board to share with us, and with the University as a whole, how they envision conducting a search for a new President without disclosing the circumstances that led to the resignation of Professor Gupta.

We are currently without a permanent President, without a permanent Provost and VP Academic, and without a Vice-President for Communications. Our VP Finance has been in the position for less than 4 months, and the VP Research & International is coming to the end of his term. Meanwhile we have a major public relations crisis unfolding, complete with rumors of back-stabbing, malfeasance, conflicts of interest, and manipulation, as well as an ongoing independent inquiry into actions of senior University officials.

It is not reasonable to move forward in a positive way until all rumours of administrative failure are dispelled, and all the facts placed on the table. The reality of the present situation is that governance structures at UBC have broken down, and it is not credible to maintain that Professor Gupta’s resignation is simply a personnel matter that can remain shrouded in secrecy. The University’s reputation is seriously compromised, and further secrecy and obfuscation will compound the damage.

In conclusion, we refer you to the words of our interim President, Dr. Martha Piper, in her introductory message to the University community: “Consider the people and influences that enabled UBC to earn recognition as one of the top 40 research universities in the world. We have built this success on a century of effort, on the brilliance of people like the Nobel Prize winning Dr. Michael Smith, like geographer Derek Gregory, and like zoologist and biodiversity researcher Sally Otto….. The people who judge universities … count alumni and faculty winning Nobel Prizes. They look for the number of articles published, especially in prestigious journals like Nature and Science. They ask how our graduates perform and they notice that UBC produces seven of every 10 B.C. Rhodes Scholars.”

The point we take from Dr. Piper’s words is that the University is only as good as its faculty, staff, and students, and that UBC is bigger than the Board, and bigger than Professor Gupta. We urge the Board of Governors in the strongest possible terms to work with Professor Gupta to negotiate terms permitting all parties to speak freely about the events that have affected us all collectively.

Sincerely,
UBCFA

Categorías: Universidade

Axe throwing, sword forging – but no sacrificing – at Norway's Viking school

Guardian Unlimited: Education - Xov, 03/09/2015 - 00:29

College says it has been overwhelmed by applications after introducing a one-year course in traditional skills

We’ve had the TV shows, we’re getting the theme park and now the Viking invasion is extending to higher education in Norway.

Students at Seljord Folkehøgskule, a college 90 miles west of Oslo, are embarking on a new programme to learn traditional Viking skills such as sword forging, jewellery making and roof thatching, as well as the essential art of axe-throwing.

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

New core maths exam course to include skills such as dividing bills

Guardian Unlimited: Education - Xov, 03/09/2015 - 00:01

Working out who pays for what at a restaurant is among the practical skills to be taught in new post-GCSE qualifications that also include core English

How to divide a restaurant bill between friends is among the practical skills to be taught in the government’s new core maths examination, aimed at filling the gap in qualifications for pupils staying on at school in England past the age of 16.

The new courses, intended for students who have passed GCSEs but who do not intend to take higher-level maths at A-level, will teach pupils how to calculate interest rates and understand statistics, as well as the fraught process of figuring out how much those who didn’t have any wine should contribute.

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Middle East and North Africa unrest has destroyed young dreams, says Unicef

Guardian Unlimited: Education - Xov, 03/09/2015 - 00:00

Education in nine states across region disrupted by violence and political upheaval, affecting schooling of almost 14 million children, claims agency

Enduring conflicts and political upheaval across the Middle East and North Africa are stopping almost 14 million children from going to school and shattering “the hopes and dreams” of a generation, according to a new report from the UN children’s agency, Unicef.

The study says the education systems in nine states – Syria, Iraq, Yemen, Libya, the Palestinian territories, Sudan, Jordan, Lebanon and Turkey – are now either directly or indirectly affected by violence.

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Mediapart

Sauvons la recherche - Mér, 02/09/2015 - 23:00

3 septembre 2015

31 août 2015

26 août 2015

23 juillet 2015

21 juillet 2015

19 juillet 2015

13 juillet 2015

14 juillet 2015

2 juillet 2015

7 juillet 2015

30 juin 2015

23 juin 2015

23 juin 2015

22 juin 2015

17 juin 2015

15 juin 2015

10 juin 2015

8 juin 2015

29 mai 2015

29 mai 2015

24 mai 2015

13 mai 2015

23 mai 2015

18 mai 2015

15 mai 2015

5 mai 2015

1 mai 2015

30 avril 2015

26 avril 2015

20 avril 2015

18 avril 2015

16 avril 2015

8 avril 2015

7 avril 2015

5 avril 2015

4 avril 2015

2 avril 2015

30 mars 2015

29 mars 2015

28 mars 2015

26 mars 2015

24 mars 2015

23 mars 2015

20 mars 2015

19 mars 2015

12 mars 2015

8 mars 2015

7 mars 2015

3 mars 2015

19 février 2015

18 février 2015

17 février 2015

20 février 2015

12 février 2015

9 février 2015

6 février 2015

5 février 2015

30 janvier 2015

16 janvier 2015

15 janvier 2015

14 janvier 2015

11 janvier 2015

9 janvier 2015

21 décembre 2014

19 décembre 2014

14 décembre 2014

12 décembre 2014

5 décembre 2014

28 novembre 2014

25 novembre 2014

23 novembre 2014

20 novembre 2014

18 novembre 2014

20 novembre 2014

18 novembre 2014

14 novembre 2014

11 novembre 2014

10 novembre 2014

6 novembre 2014

29 octobre 2014

17 octobre 2014

16 octobre 2014

15 octobre 2014

12 octobre 2014

9 octobre 2014

3 octobre 2014

2 octobre 2014

1 octobre 2014

1 octobre 2014

27 septembre 2014

26 septembre 2014

20 septembre 2014

14 septembre 2014

27 aout 2014

16 juillet 2014

4 juillet 2014

29 juin 2014

20 juin 2014

17 juin 2014

16 juin 2014

11 juin 2014

22 avril 2014

8 juin 2014

7 juin 2014

28 mai 2014

23 mai 2014

22 mai 2014

20 mai 2014

19 mai 2014

16 mai 2014

28 avril 2014

10 avril 2014

8 avril 2014

5 avril 2014

2 avril 2014

5 février 2014

25 mars 2014

18 mars 2014

2 mars 2014

6 février 2014

5 février 2014

2 février 2014

30 janvier 2014

29 janvier 2014

25 janvier 2014

16 janvier 2014

25 décembre 2013

25 novembre 2013

9 novembre 2013

10 novembre 2013

7 novembre 2013

5 novembre 2013

4 novembre 2013

23 octobre 2013

7 octobre 2013

1 octobre 2013

5 octobre 2013

2 octobre 2013

23 septembre 2013

19 septembre 2013

9 septembre 2013

13 aout 2013

A lire aussi ici

29 juillet 2013

19 juillet 2013

5 juillet 2013

27 juin 2013

18 juin 2013

5 juin 2013

28 mai 2013

27 mai 2013

23 mai 2013

21 mai 2013

20 mai 2013

17 mai 2013

16 mai 2013

29 avril 2013

21 avril 2013

5 avril 2013

17 mars 2013

6 mars 2013

17 février 2013

15 février 2013

13 février 2013

10 février 2013

11 février 2013

31 janvier 2013

2 fevrier 2013

10 janvier 2013

20 décembre 2012

18 décembre 2012

10 décembre 2012

30 novembre 2012

29 novembre 2012

28 novembre 2012

19 novembre 2012

14 novembre 2012

12 novembre 2012

6 novembre 2012

28 octobre 2012

27 octobre 2012

EXTRAIT À chaque fois, les blouses blanches ont donné à entendre leur version de la Marseillaise : « la Sanofienne ». La chanson dit : « Allons chercheurs de Sanofi/ Contre nous il y a Zerouhni/ Son credo c'est restructurer/ Entendez-vous dans vos couloirs/ La voix des patrons mercenaires/ Ils ferment tous nos laboratoires/ Pour mieux remplir les poches des actionnaires. »

25 octobre 2012

13 octobre 2012

8 octobre 2012

7 octobre 2012

30 septembre 2012

26 septembre 2012

22 septembre 2012

16 septembre 2012

31 aout 2012

20 aout 2012

14 aout 2012

10 juin2012

31 mai 2012

28 mai 2012

26 mai 2012

25 mai 2012

23 mai 2012

22 mai 2012

17 mai 2012

16 mai 2012

EXTRAITS : * Ministre de l'enseignement supérieur : Geneviève Fioraso Cette députée grenobloise de 57 ans, soutien de Bertrand Delanoë au dernier congrès du PS, adjointe au maire de Grenoble, Michel Destot, en charge de l'enseignement supérieur et de la recherche notamment, a fait parler d'elle en 2007 en barrant la route de l'Assemblée au corrompu Alain Carignon, qui tentait son retour en politique. C'est surtout une technicienne reconnue, membre de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques, mais aussi du conseil d'administration de l'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs. Chaque année, depuis 2009, elle s'est vu désigner rapporteuse pour avis des budgets Industrie, énergie, développement durable et recherche technologique.

Sur le terrain, à Grenoble, elle pilote, comme PDG, la plateforme de valorisation industrielle du campus Minatec, dédié aux nano et microtechnologies. Jadis professeur en ZEP, elle a aussi participé au lancement d'une start-up du CEA (le Commissariat à l'énergie atomique), avant d'être chargée à France Télécom, comme cadre marketing, des marchés émergents dans les secteurs du social et de la santé. Sa mission au gouvernement : réformer la loi LRU sur l'autonomie des universités, dont Nicolas Sarkozy était si fier, pour garantir une « autonomie réelle », « avec des moyens et une gouvernance plus collégiale ».

27 avril 2012

EXTRAITS : Les nominations dans la haute fonction publique ou les organismes publics vont bon train ces jours-ci. A la veille d'un vraisemblable changement de majorité, (...) Le cas de Campus France, l'organisme chargé de faire la promotion de l'enseignement supérieur français à l'étranger, est à cet égard édifiant. (...) Mais le plus ubuesque est sans aucun doute la nomination au sein du Conseil d'administration d'Elodie Degiovanni. Inconnue du grand public, cette directrice du séjour et du travail au ministère de l'intérieur est celle-là même qui a rédigé la fameuse circulaire Guéant qui restreignait l'accès à l'emploi des étudiants étrangers. (...)

11 mai 2012

09 mai 2012

08 mai 2012

05 mai 2012

04 mai 2012

04 mai 2012

EXTRAITS : Les deux policiers voient la même logique à l'œuvre dans le reste de la fonction publique , où travaillent leurs compagnes, l'une dans l'enseignement, l'autre à l'hôpital. « Ce n'est pas propre aux policiers, dit Jérôme. Dans tous ces services, il faut remettre de l'humain et oublier un peu les chiffres. »

01 mai 2012

25 avril 2012

20 avril 2012

20 avril 2012

19 avril 2012

15 avril 2012

13 avril 2012

12 avril 2012

9 avril 2012

8 avril 2012

6 avril 2012

5 avril 2012

4 avril 2012

3 avril 2012

2 avril 2012

29 mars 2012

Extrait : L'État asphyxie les uns ; la banque ou l'assurance financent les autres... Oui, tout se cumule, en bout de course pour que les recherches libérales sur des thématiques proches de la finance ou de l'industrie soient beaucoup plus nombreuses que les recherches sur des thématiques plus citoyennes.

27 mars 2012

25 mars 2012

22 mars 2012

16 mars 2012

14 mars 2012

12 mars 2012

9 mars 2012

Extraits : (...) L'historien Zeev Sternhell, dans sa célèbre trilogie sur La France,(...) a disséqué cette révolution conservatrice dont notre pays fut le laboratoire intellectuel, avec des figures talentueuses et complexes comme Maurice Barrès ou Charles Maurras. Face à l'esprit des Lumières, elle affirmait, résume-t-il, « une autre modernité, fondée sur le culte de tout ce qui distingue et sépare les hommes – l'histoire, la culture, la langue –, une culture qui refuse à la raison aussi bien la capacité que le droit de façonner la vie des hommes ». (...) « On ne construit pas des rapports de force seul devant son téléviseur le soir des élections, mais en affirmant qu'occuper le vote est déjà un bon prélude pour occuper le terrain » : nous pourrions aisément faire nôtres les réflexions du collectif de la revue Vacarme, résumées d'un fougueux Occupons le vote ! (...)

9 mars 2012

6 mars 2012

4 mars 2012

2 mars 2012

28 février 2012

28 février 2012

26 février 2012

25 février 2012

24 février 2012

21 février 2012

19 février 2012

15 février 2012

Alors que la session parlementaire est sur le point de se clore, l'Assemblée nationale a donc adopté mercredi 15 février, en urgence, la proposition de loi Grosperrin sur la formation des enseignants. Présentée comme une simple « réponse technique » à l'annulation fin novembre par le Conseil d'Etat de l'arrêté relatif à la masterisation, la proposition de loi vient en réalité sauver in extremis une réforme aujourd'hui unanimement décriée pour avoir réduit à néant la formation des profs.(...)

13 février 2012

10 février 2012

8 février 2012

6 février 2012

4 février 2012

30 janvier 2012

22 janvier 2012

19 janvier 2012

19 janvier 2012

18 janvier 2012

4 janvier 2012

12 janvier 2012

EXTRAITS : (...) Je veux raconter ici l'histoire de mon frère Adlène HICHEUR, le prétendu « physicien d'al Qaida », qui est en détention provisoire depuis 824 jours. Je la raconte ici dans sa totalité car seuls quelques mots (souvent ceux qui n'étaient pas les plus significatifs) ont été repris dans quelques articles de presse évoquant la situation d'Adlène. Bien que livrant un récit très factuel, j'utilise parfois des expressions personnelles qui me permettent de me « vider » un peu de mon amertume. Je compte donc sur la compréhension du lecteur !... (...)

11 janvier 2012

31 décembre 2011

26 décembre 2011

18 décembre 2011

EXTRAITS : (...) Pourtant les chiffres sont terribles. Plus de 64 700 de nos concitoyens sont parqués tant bien que mal dans 57 268 places. 80 % des délinquants incarcérés, le sont pour de courtes peines de moins d'un an et essentiellement pour des délits attentatoires aux biens mais pas aux personnes. La proportion de crimes n'est que de 0,4 % du million de faits délictueux enregistrés chaque année en France. Le nombre de suicides en prison à doublé en 20 ans. Il présente un taux de suicides (« sursuicidité ») cinq à six fois supérieur à celui de la moyenne nationale. En milieu carcéral, il est l'un des plus élevés d'Europe. (...) (...) La seule réponse concrète pour l'instant réside en les programmes de construction d'établissements pénitentiaires selon les modalités du partenariat public privé (PPP) avec le groupe Eiffage, notamment. Et l'exploitation sans vergogne par des intérêts privés d'une main d'œuvre taillable et corvéable à merci. (...)

17 décembre 2011

EXTRAITS : L'externalisation des services publics, appelée aussi "gestion déléguée", est le transfert de compétence du public au privé. Mais cela ne se fait pas n'importe comment. Le secteur privé récupère les activités du secteur public qui sont rentables et laisse au secteur public tout ce qui ne rapporte pas ou trop peu. Par exemple, sur le secteur hospitalier, l'accueil et le traitement des dossiers des patients incombent à l'hôpital public et les actes médicaux facturés sont transférés aux hôpitaux privés (cliniques). Dans un sens, le public n'a que des coûts et le privé que des recettes.(...)

18 décembre 2011

16 décembre 2011

15 décembre 2011

14 décembre 2011

EXTRAITS : « Je n'ai jamais compris pourquoi le code des marchés publics ne s'imposait pas à Sciences-Po », commente un ancien cadre dirigeant. Le statut de Sciences-Po est ambigu : l'IEP est un grand établissement, comme l'université de Dauphine, ce qui lui permet de rémunérer à sa guise ses salariés et de monter ses droits d'inscription. Mais la FNSP qui le finance est régie par le droit privé. Dans le doute, c'est la lecture juridique la plus favorable au moindre contrôle qui a été choisie. Poser toutes ces questions au prestigieux Institut d'études politiques de Paris est mal vu. Mais les particularités de la gouvernance maison (voir ici notre enquête) réservent d'autres surprises. Quand on laisse un message à l'un des principaux syndicats de salariés, c'est... la direction de la communication de l'IEP qui rappelle. (...)

13 décembre 2011

12 décembre 2011

10 décembre 2011

9 décembre 2011

6 décembre 2011

4 décembre 2011

25 novembre 2011

22 novembre 2011

21 novembre 2011

Bernard Paillard, directeur de recherche émérite au CNRS, présente « le climat particulier » de cette bourgade bretonne, à la fois sujet d'étude des sciences humaines et organisatrice des rencontres régionales CNRS « Sciences et Citoyens » de Plozévet.

19 novembre 2011

18 novembre 2011

17 novembre 2011

16 novembre 2011

14 novembre 2011

11 novembre 2011

8 novembre 2011

9 novembre 2011

5 novembre 2011

4 novembre 2011

31 octobre 2011

26 octobre 2011

22 octobre 2011

21 octobre 2011

17 octobre 2011

12 octobre 2011

8 octobre 2011

7 octobre 2011

1 octobre 2011

30 septembre 2011

26 septembre 2011

22 septembre 2011

21 septembre 2011

20 septembre 2011

vidéo accessible dans l'article À l'occasion de la parution du Manifeste pour une santé égalitaire et solidaire, signé par plus d'une centaine de personnalités en vue de l'élection présidentielle, entretien vidéo avec le professeur de diabétologie André Grimaldi, convaincu que la privatisation du système de soin n'est pas une fatalité.

19 septembre 2011

9 septembre 2011

8 septembre 2011

2 septembre 2011

24 aout 2011

26 aout 2011

24 aout 2011

16 aout 2011

12 aout 2011

11 aout 2011

10 aout 2011

9 aout 2011

25 juillet 2011

22 juillet 2011

20 juillet 2011

15 juillet 2011

11 juillet 2011

30 juin 2011

23 juin 2011

22 juin 2011

15 juin 2011

15 juin 2011

14 juin 2011

13 juin 2011

11 juin 2011

9 juin 2011

8 juin 2011

6 juin 2011

31 mai 2011

30 mai 2011

29 mai 2011

28 mai 2011

25 mai 2011

24 mai 2011

18 mai 2011

16 mai 2011

14 mai 2011

10 mai 2011

9 mai 2011

6 mai 2011

4 mai 2011

3 mai 2011

2 mai 2011

26 avril 2011

23 avril 2011

21 avril 2011

20 avril 2011

19 avril 2011

17 avril 2011

12 avril 2011

10 avril 2011

6 avril 2011

29 mars 2011

28 mars 2011

25 mars 2011

23 mars 2011

23 mars 2011

22 mars 2011

17 mars 2011

15 mars 2011

9 mars 2011

8 mars 2011

2 mars 2011

28 février 2011

25 février 2011

27 février 2011

25 février 2011

16 février 2011

21 février 2011

17 février 2011

10 février 2011

7 février 2011

1 février 2011

2 février 2011

29 janvier 2011

21 janvier 2011

18 Janvier 2011

18 Janvier 2011

14 Janvier 2011

12 Janvier 2011

13 Janvier 2011

11 Janvier 2011

7 Janvier 2011

6 Janvier 2011

5 Janvier 2011

4 Janvier 2011

3 Janvier 2011

1 Janvier 2011

31 décembre 2010

26 décembre 2010

28 décembre 2010

20 décembre 2010

19 décembre 2010

15 décembre 2010

9 décembre 2010

6 decembre 2010

27 novembre 2010

12 novembre 2010

5 novembre 2010
Université : les ratés de l'autonomie (2/3)

4 novembre 2010
Université : les ratés de l'autonomie (1) (abonnés Médiapart)

3 novembre 2010
Le passage aux Responsabilités et compétences élargies ou comment mettre les universités en déficit

12 octobre 2010
Retraite : la joint-venture des frères Sarkozy contre les régimes par répartition.

15 octobre 2010
Un élève blessé par un tir de flashballLycées, squats : la poudrière Montreuil

15 octobre 2010
Loi sur les retraites et rapport Attali : jusqu'où ira la casse sociale ?

6 Octobre 2010
L'APPEL DE BOBIGNY " un appel à la Nation et aux responsables politiques républicains pour faire de l'éducation la priorité des politiques publiques autour de 5 objectifs prioritaires définis en commun et de 18 propositions communes". Ce texte sera rendu public lors d'une conférence de presse qui se tiendra à Paris le mardi 19 octobre.

31 juillet 2010
Jacques Bouveresse refuse la Légion d'honneur pour ne pas se « retrouver en bien mauvaise compagnie »

27 juillet 2010
La multinationale et l'université : conflit de chantier

6 juillet 2010
500 chercheurs sacrifiés : parce qu'elle le vaut bien ?

28 juin 2010
Faut-il abroger la loi sur l'autonomie des universités ?

22 juin 2010
Chercher ou obéir, il faut choisir !

18 juin 2010
L'ANR, Agence nationale contre la recherche

16 juin 2010
« J'ai honte que Claude Allègre soit considéré comme un de mes collègues »

9 juin 2010
Prime d'excellence scientifique au CNRS et ailleurs

8 juin 2010
Crise de la culture

10 mai 2010
Chercher sans finaliser, c'est fondamental

7 décembre 2009
Pour un manifeste des sciences humaines et sociales

13 octobre 2009
Sciences-Po : bienvenue à la Cour du roi Richard !

25 mai 2009
Recherche : consultation de Yves Laszlo, directeur laboratoire

10 mai 2009
Évaluation

7 mai 2009
La contre-réforme universitaire

6 mai 2009
Les étudiants du campus lettres de l'université Nancy2 vote contre la propositoin de reprise des cours

16 avril 2009
L'Union pour une Université Moderne et Performante invite Valérie Pécresse

1er avril 2009
Université : le point de non retour

17 mars 2009
Manoeuvres autour du CAPES et de l'agrégation

11 mars 2009
Universités et laboratoires : une situation catastrophique, par Bertrand Monthubert

10 mars 2009
Pour des Etats généraux de l'enseignement supérieur et de la recherche
La Sorbonne envahit Paris

23 février 2009
Recherche : Sarkozy a raison !

20 janvier 2009

-Enseignement supérieur et recherche : se défendre et proposer
Categorías: Universidade

Universities cramming as they top up student numbers | Letters

Guardian Unlimited: Education - Mér, 02/09/2015 - 18:44

Peter Scott could have gone further in his comparison of Cambridge over Coketown (Education, 1 September) by retailing what is now happening in what has been called “the great university scramble” for clearing.

As I write in my new book, Deceiving a Generation (forthcoming from Radical Read next month), “all but two universities are in a frantic competition to cram in as many students as possible since their funding depends upon it! In other words, to poach applicants from one another, creaming off those who thought they were heading for more ‘middling’ universities but can now use the post-results ‘clearing’ to trade up – ‘trade down’ from the universities’ point of view!”

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Freshers fleeced and cooks confounded | Letters

Guardian Unlimited: Education - Mér, 02/09/2015 - 18:42

Polly Toynbee has written a vivid account of the crisis facing the NHS and social services (The long read, 2 September). However, it is marred by the use of the term “bed-blockers”. They are no more bed-blockers than prisoners are cell-blockers. The system has trapped them just as surely as judges have trapped those in jail.
Geoff Barr
Exeter, Devon

• I worked in Ethiopia as a VSO volunteer for a year in a school and college. I experienced first hand the sheer pleasure, joy and fun that students felt when they received a book. These were just story books sent from Ireland, they had never seen anything like them. The illustrations, the colour, the feel, the pop ups all added to this enjoyment and amazement. So please, Books for Africa (Letters, 29 August), keep doing what you are doing and ignore those who don’t know what they are talking about.
Gemma Hensey
Westport, Ireland

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Girl, 12, achieves maximum Mensa IQ test score

Guardian Unlimited: Education - Mér, 02/09/2015 - 18:39

Lydia Sebastian from Essex has joined the 1% of all entrants to attain the highest mark in the Cattell III B paper

Think you’ve got what it takes? Take the British Mensa quiz below

A 12-year-old schoolgirl has achieved the maximum score possible in a Mensa IQ test, a feat achieved by only 1% of those who sit the society’s entry paper.

Lydia Sebastian completed the Cattell III B paper supervised by Mensa, the society for people with high IQs, with minutes to spare at the sitting at Birkbeck College, London.

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

NUS fights back against government's 'chilling' counter-radicalisation strategy

Guardian Unlimited: Education - Mér, 02/09/2015 - 18:04

Student body urges boycott of policy it says curtails freedom of expression and could increase Islamophobia on campuses

The National Union of Students is calling for a boycott of the government’s counter-radicalisation strategy to monitor students and has launched a national tour in five cities to oppose it.

The Students not Suspects tour – which will take in London, Birmingham, Manchester, Glasgow and Swansea – is backed by the University and College Union (UCU), the largest trade union for lecturers and academics in further and higher education.

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Brought to heel: school sends 56 pupils home for wearing wrong shoes

Guardian Unlimited: Education - Mér, 02/09/2015 - 17:02

Headteacher of Djanogly City Academy in Nottingham defends teachers’ actions after pupils breach uniform policy, including wearing flip-flops

More than 50 pupils were sent home from a Nottingham school on the first day of term after turning up in inappropriate footwear – including flip-flops.

The headteacher of Djanogly City Academy defended teachers’ actions and said being properly dressed was an important life lesson for children.

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Dear incoming freshmen: don't fear failure. It may lead you to success

Guardian Unlimited: Education - Mér, 02/09/2015 - 16:23

We all mess up in ways big and small. But those missteps don’t have to mean the end. In fact they can often mean a beginning – just not the one you had planned

My first year of college was an utter failure. Literally – I flunked out.

I spent my freshman year at Tulane University culture-shocked and out-of-place, desperate to leave. I didn’t know anyone else who was on scholarship, I was taken aback by the virulent racism and sexism on campus, and I had an emotionally abusive boyfriend to boot. Among other things, when we broke up he had one of his frat brothers tape a used condom to my door under the word “whore” scrawled on my dry erase board. I stopped going to class shortly after.

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Un projet ambitieux, une réussite totale !

Cahiers Pédagogiques - Mér, 02/09/2015 - 16:10

Chaque année, le CNES, centre national d'études spatiales, lance un concours destiné de tous les établissements français. « Parabole » : ce projet propose aux lycéens et à leurs professeurs d'imaginer des expériences à réaliser en apesanteur. Stéphane Beringue, enseignant de maths et sciences physiques au lycée professionnel Freyssinet de Verdun, s'est jeté par-dessus bord et il a bien fait : ses élèves de 1re Bac Pro maintenance des véhicules automobiles ont été sélectionnés par le CNES. Et ensemble, ils ont proposé aux Cahiers pédagogiques de raconter leur année d'exception, qui va les amener la tête dans les nuages en mai à Mérignac. Après une série de 3 articles rédigés par les élèves, voici le bilan du professeur.

En apprenant le 30 septembre 2014 que mon projet était retenu par le CNES, je me suis tout de suite imaginé flotter dans les airs, comme dans une super production Hollywoodienne !

Huit mois plus tard, je réalisais un vol parabolique de 3h au dessus de l'Atlantique dont près de 15 min en apesanteur ! Le rêve de tout scientifique et de tout pédagogue... Car pour ceux qui ont oublié leurs cours de sciences, il faut savoir qu'on peut simuler beaucoup de choses sur Terre, mais impossible d'annuler la gravité sur un laps de temps aussi long !

Réaliser un tel projet se révéla être une expérience fantastique à plusieurs égards car à l'heure du lancement tant controversé des EPI en collège, une telle aventure est exactement la synthèse de toutes les innovations pédagogiques actuelles, à savoir :

  • réussir à susciter ambition scolaire et curiosité chez les élèves ;
  • côtoyer le monde de la recherche et de l'aéronautique ;
  • acquérir des données pédagogiquement extraordinaires ;
  • développer des compétences transverses.

Bien entendu, ce travail réalisé tout au long de l'année scolaire se poursuivra encore en classe de Terminale et servira de tremplin à certains pour leur parcours Post Bac.

La genèse

Un des faits qui m' a le plus marqué lors de la conception du projet était l'accueil que me réservaient mes différents interlocuteurs ! Que cela soit pour une demande de partenariat, une aide technique ou matérielle, ou un simple renseignement dans un magasin, je constatais à chaque fois le même enthousiasme à pouvoir être associé à un tel projet.

Je pense à postériori que cela provient de la notoriété du partenaire principal, le CNES, et du rêve que suscite le monde spatial. En me rendant il y a peu sur mon lieu de vacances dans une boutique spécialisée en informatique (avec une pomme !), le gérant a absolument voulu que je lui montre une vidéo du vol, et l'a passée à tous les clients présents sur écran géant !

Des portes se sont ouvertes

Et tout au long de cette année, diverses portes se sont ouvertes sur simple présentation de ce projet : le musée des Arts et Métiers et le Palais de la Découverte à Paris, des médias, des services rectoraux. J'ai même été reçu par le Recteur de mon Académie qui a félicité mon engagement au service de l'Éducation Nationale !

Et c'est pour l'enseignant que je suis un premier bénéfice de cette expérience : la constitution d'un carnet d'adresse qui permet de concevoir des expériences sans avoir à "bricoler" dans son garage ! Car il ne faut pas se leurrer : réaliser des expériences scientifiques nécessitent un matériel souvent onéreux, donc des crédits que souvent les établissements n'ont pas les moyens ou la volonté de fournir, ou des contacts qui permettent le prêt ou le don de ce type de matériel. Et c'est bien là le cœur du problème des futurs projets au sein des établissements scolaires : l'accès des enseignants à ces réseaux de professionnels qui veulent dynamiser l'image de leurs produits ou partager des expériences pédagogiques innovantes.

Car me constituer ce réseau a constitué un véritable travail que j'ai pu certes partager avec mes élèves (rédactions de mail pour des demandes de partenariat, rédactions d'articles et exposés pour la presse locale) mais qui demande une implication très chronophage. D'où ma volonté de vouloir partager tous les fruits de ce projet, des résultats au carnet d'adresse : que tous les lecteurs de cet article n'hésitent pas à me contacter s'ils ont besoin d'aide pour la réalisation de leur propre projet.

Au bout de 4 mois, j'ai ainsi réussi à obtenir le prêt du matériel auprès de la société Jeulin, spécialiste en matériel scientifique et pédagogique, obtenu de l'aide technique auprès de professionnels de la vidéo et fait réaliser des articles par mes élèves dans les Cahiers Pédagogiques ! Et au bout d'un an, le prêt s'est transformé en don et l'académie a investi du matériel pour m'aider à exploiter les données obtenues...

L'impact sur les élèves

Sélectionner une dizaine d'élèves parmi une classe de Première Bac Pro me semblait une tâche aisée au premier abord. Malheureusement, ce ne fut pas aussi simple ! En effet, les contraintes étaient déjà nombreuses : des élèves sérieux et motivés, aux connaissances scientifiques établies, quelques majeurs pour réaliser le vol...
Certains volontaires du début ont préféré renoncer à quelques semaines du but, soit par crainte d'être confronté à la nouveauté, soit par complexe vis à vis du monde scientifique que nous allions côtoyer... Une autre explication pourrait être le financement de ce projet : assuré à 90% par le CNES (le reste à la charge de mon établissement), pour un budget d'environ 30000€, les participants n'ont rien eu à débourser pour un séjour de 5 jours à Bordeaux. La gratuité n'est pas malheureusement forcément synonyme de sérieux et d'assiduité.

Quelques exemples marquants me reviennent ainsi en mémoire : en cherchant des remplaçants quelques semaines avant le vol, un élève a refusé de venir car un départ le dimanche le priverait de sa partie de pêche hebdomadaire, un autre avait peur d'une attaque terroriste sur l'aéroport de Mérignac ! Et malheureusement, deux élèves nous ont fait faux bond le jour du départ, privant deux éventuels remplaçants d'une expérience unique...

Huit élèves très motivés du LP Freyssinet accompagnés de deux enseignants, Hervé Demoisson en EPS et moi même, sommes donc partis du 17 au 21 mai 2015 pour réaliser un projet extraordinaire : découvrir un monde complètement différent et réaliser des expériences scientifiques dans des conditions extraterrestres !

D'abord des complexes

Ce groupe ainsi constitué a d'abord souffert d'un complexe d'infériorité par rapport aux autres élèves présents ou aux personnes rencontrées. J'ai ainsi pu me rendre compte combien un élève de Bac Pro se sentait déclassé par rapport à un élève de Terminale S, alors que ce dernier n'y connaît souvent rien en mécanique automobile par exemple ! La hiérarchie des compétences est déjà prégnante à l'école, alors qu'elles sont seulement différentes et ne devraient pas refléter une catégorisation professionnelle ou sociale. Voilà peut être une piste de réflexion à étudier sur la place de l'Éducation nationale dans une société libérale et compétitive.

Ainsi, en début de séjour, mes élèves ne pensaient pas avoir leur place dans une telle expérience. Et c'est là que le professionnalisme du CNES, par le biais de Jean-Michel Martinuzzi, responsable du pôle Jeune dans cette noble institution a été efficient : grâce à son travail et à quelques aides de ma part, ils ont réussi à présenter les expériences réalisées en amphithéâtre devant un parterre de scientifiques de renom ! Chose inimaginable quelques jours auparavant !

Une fois cette première épreuve accomplie, les briefings suivants les ont vu intervenir avec un aplomb surprenant pour des jeunes en formation, et les félicitations d'éminentes personnalités comme Jean-François Clervoy, astronaute français responsable de Novespace, ou Herve Stevenin, entraîneur des astronautes européens, ont bien aidé.

Aisance et pertinence

Une fois leurs appréhensions disparues, ils ont pu profiter pleinement des différentes visites de sites industriels ou technologiques organisées par le CNES. J'ai ainsi apprécié le fait que mes élèves questionnent avec aisance et pertinence des techniciens de maintenance aéronautique, des pilotes, le responsable de l'entraînement des astronautes européens, ou différents directeurs de recherche rencontrés lors du séjour.

Et c'est là je pense la grande satisfaction de ce projet : avoir donné à mes élèves une telle estime et confiance en soi qu'ils en arrivent à dialoguer librement avec ces personnes. Et qu'au regard de leurs parcours, le rêve de travailler dans un environnement si fantastique n'est pas impossible !

Car si la poursuite d'études après un Bac Pro est souvent non envisagée - ce type de formation ayant pour but l'entrée dans la vie active après la Terminale - de telles rencontres ont motivées tous les participants.

A la fin de cette année scolaire, un élève s'est déjà renseigné pour intégrer un BTS en maintenance aéronautique, et les autres envisagent tous de poursuivre après leur Bac Pro. Charge à l'équipe d'enseignement de cette année d'entretenir cette motivation et de les pousser vers l'excellence.

Expérimentation en apesanteur à bord de l'Airbus A310 0g
Utilisation des résultats

Pouvoir utiliser en classe des résultats bien réels obtenus dans des circonstances extraordinaires est une incroyable opportunité, d'où la nécessité de créer des séquences de cours innovantes et dynamiques. Je m'attelle à cette tâche depuis notre retour en concevant des outils intégrant les résultats acquis à bord de l'avion.

Les quasi 800 mesures de pression obtenues me permettent de concevoir des séquences interactives incluant des extraits de vidéo de vol et des applications avec un tableur en statistiques.

Les différentes trajectoires obtenues avec l'expérience de balistique donnent la possibilité d'envisager de façon dynamique le passage de la fonction linéaire à la fonction du second degré en mathématiques, et vu le nombre important de lancers, une étude statistique des résultats sera aussi effectuée pour permettre de retrouver la valeur de la gravité.

Mur de partage

Les possibilités et les manières d'utiliser de telles données sont donc très variées. C'est pourquoi, grâce aux deux partenaires principaux, à savoir l'entreprise Jeulin pour le matériel et l'Académie Nancy-Metz pour le soutien technique, je prépare actuellement un mur de partage pédagogique où seront présenté le projet, les résultats ainsi que les implications pédagogiques.

Ainsi, chaque enseignant pourra soit se servir des séquences de cours produites, soit utiliser les résultats bruts des expériences pour concevoir lui-même ses propres séances. Charge à lui de les redéposer ensuite sur le mur pour que son travail soit aussi mis en partage. Je travaille actuellement avec Pascal Faure, Délégué académique au numérique et Claude Nass, Conseiller académique en recherche-développement, innovation et expérimentation pour concevoir un tel outil participatif et innovant, avec une diffusion la plus large possible.

Dans l'optique d'une expansion de la pédagogie du projet dans les écoles, je désire montrer une façon d'exploiter des données et de les partager. Et à l'heure où cette pratique va devoir devenir omniprésente en classe, développer des projets ambitieux et innovants, en partenariat avec des acteurs extérieurs me semble le meilleur moyen de faire apprécier cette pratique pédagogique à tous les acteurs de l'Éducation Nationale, élèves et enseignants compris.

Stéphane Béringue
Professeur des maths-sciences au LP Freyssinet de Verdun

Lire les épisodes précédents :
Premier épisode
Deuxième épisode
Troisième épisode

Categorías: Educación, Universidade

Circulations juridiques et pratiques artistiques, intellectuelles et culturelles en Europe au Moyen Âge (XIIIe – XVe s.). Medieval Europe in Motion 3

Fabula - Mér, 02/09/2015 - 15:44
Circulations juridiques et pratiques artistiques, intellectuelles et culturelles en Europe au Moyen Âge (XIIIe – XVe siècle) Colloque international - Lisbonne, 25-27 février 2016 Appel à contributions Le colloque international Medieval Europe in Motion 3 poursuit la série de rencontres scientifiques inaugurée en 2013 par l’Institut d’Études Médiévales (IEM) de l’Université Nouvelle de Lisbonne sur la thématique des mobilités artistiques et culturelles en Europe au Moyen Âge (https://sites.google.com/site/medievaleuropeinmotion2013/home). L’objectif principal de ce nouveau colloque, en continuité thématique avec les deux éditions précédentes, est d’analyser les phénomènes de circulation et de mobilité des élites lettrées (clercs, universitaires, praticiens), des enlumineurs, des manuscrits, des textes, des modèles artistiques et des idées liés à la pratique du droit dans le territoire européen avec une attention particulière pour les contrées méridionales (péninsule Ibérique, France du Midi et Italie). Seront également analysées la manière dont ces phénomènes de mobilité ont interagi avec les processus de systématisation de l’enseignement et la pratique du droit, ainsi que la représentation visuelle de l’exercice du droit dans les enluminures des manuscrits. Il ne s’agit pas d’un sujet complètement inédit dans le contexte des études d’histoire de la culture, de l’art et de l’économie, car plusieurs rencontres concernant des problématiques proches ont été organisées depuis quelques années. Il demeure que toutes ces thématiques n’ont pas souvent été mises en relation. Le colloque se propose de mener une analyse globale des aspects liés aux mobilités culturelles et juridiques pour donner un état de la question, susciter de nouvelles perspectives de recherche, et avancer ainsi dans l’étude et la connaissance de ces problématiques. Pour cela, on abordera en premier lieu l’analyse du phénomène de la mobilité universitaire liée à l’enseignement du droit dans les différentes régions de l’Europe : comment cela se passait-il ? Qui voyageait ? Où les voyageurs se déplaçaient-ils et quelles étaient les villes les plus touchées par ce phénomène ? En second lieu, le colloque vise à montrer comment ce phénomène de mobilité a également eu une incidence sur la confection des manuscrits juridiques enluminés et comment leur circulation et celle des enlumineurs ont influencé, stimulé, ainsi que modifié les processus de production et de création iconographique et stylistique dans les régions géographiques concernées. Pour ce qui est du rôle des commanditaires, particuliers ou institutionnels (les commandes institutionnelles passaient souvent par le truchement d'individus, les cardinaux pour la Curie pontificale, les docteurs pour les universités, les podestats ou les juristes à leur service pour les villes et les communes), on se posera les questions suivantes : qui sont les commanditaires des manuscrits juridiques enluminés et pourquoi les possèdent-ils ? Quelles motivations sociales, politiques et économiques peuvent justifier leur commande ? Dans le domaine de l’illustration des manuscrits juridiques, on se demandera quels sont les modèles iconographiques utilisés pour représenter visuellement l’exercice de la justice ou la manière d’enseigner dans les manuscrits de droit enluminés. Quels sont les contextes culturels dans lesquels ces manuscrits sont produits ? De quelle manière la production de manuscrits juridiques, en particulier dans l’aire géographique considérée (France méridionale, péninsule Ibérique, Italie), a-t-elle été influencée par la présence d’enlumineurs étrangers ? Dans le domaine de la codicologie, on analysera les aspects matériels de ces manuscrits juridiques pour voir comment ils influencent aussi la technique de production, ainsi que les caractères physiques de l’objet-livre. Enfin, on cherchera à étudier ces phénomènes de mobilité et de circulation, non pas de façon isolée, mais en les intégrant dans leurs contextes sociaux, politiques, culturels et économiques. Dans cette perspective, les propositions de communication (20 minutes) pourront s’organiser en plusieurs axes : - La peregrinatio academica dans le contexte de la culture juridique - Les modalités de l’enseignement et de la pratique du droit en Europe (XIIIe-XVe siècle) - Les contextes sociaux, économiques, culturels et artistiques liés à la pratique du droit. - La production de livres manuscrits juridiques (enluminés ou non) : les contextes économiques et culturels de production ; le livre juridique en relation avec d’autres types de manuscrits enluminés ; la place du livre juridique dans le contexte de la production artistique médiévale ; l’institution des studia et les manuscrits juridiques enluminés ; les peciae et les manuscrits enluminés ; les manuscrits juridiques enluminés sur le Continent et en Angleterre ; la transition du manuscrit juridique enluminé au livre imprimé. - Le support concret que peuvent représenter les manuscrits juridiques dans la construction d'un ordre juridique et l’affermissement de la pratique judiciaire, une dimension performative et effective du livre juridique qui peut conditionner, tout à la fois, sa production, sa circulation, sa possession et ses usages. - Les personnes, les idées ainsi que les objets liés à la pratique du droit et à sa circulation dans l’Europe médiévale (XIIIe – XVe siècle). Les propositions de communications (en français, anglais, espagnol, portugais ou italien), accompagnées d’un bref CV (1 page maximum), sont à envoyer au contact ci-dessous avant le 30 octobre 2015 : memconference2016@gmail.com. Le Comité scientifique prendra en considération l’importance des propositions en relation avec le thème du colloque et adressera sa réponse à partir du 15 novembre 2015. Inscription avec communication : 50 euros Comité d’organisation : Coordinateur : Maria Alessandra Bilotta (IEM-FCSH-UNL – TEMPLA – LAMOP) Francisco José Díaz Marcilla (IEM-FCSH-UNL) Mário Sergio Farelo (IEM-FCSH-UNL) Secrétariat d’organisation : Anabel Moreno (Universidad de Girona – TEMPLA) Comité scientifique : Etienne Anheim (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines) Mario Ascheri (Università « Roma Tre ») François Avril (Bibliothèque nationale de France) Patrick Arabeyre (Ecole nationale des chartes) Maria Alessandra Bilotta (IEM – FCSH – UNL – TEMPLA - LAMOP) Martin Bertram (Deutsches Historisches Institut in Rom – Roma) Gerardo Boto Varela (Universitat de Girona – TEMPLA) Paolo Cherubini (Archivio Segreto Vaticano) Gaspar Coll Rosell (Universitat de Barcelona) Maria Helena da Cruz Coelho (Universidade de Coimbra) Fabrice Delivré (Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne/LAMOP) José Domingues (Universidade Lusíada) François Foronda (Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne/LAMOP) Robert Gibbs (University of Glasgow) Stéphane Gioanni (Ecole Française de Rome) Christian Heck (Université Charles De Gaulle – Lille 3) Susan L’Engle (Saint Louis University - Vatican Film Library) Peter Linehan (Cambridge University) Guy Lobrichon (Université d'Avignon et des Pays de Vaucluse) José Meirinhos (IF – Faculdade de Letras da Universidade do Porto) Maria Adelaide Miranda (IEM – FCSH – UNL) Aires Augusto Nascimento (Universidade de Lisboa) Ezio Ornato (CNRS - LAMOP) Kenneth Pennington (The Catholic University of America) Jacques Verger (Université Paris–Sorbonne)
Categorías: Universidade

Francofonia , n° 68 : "Nouveaux regards sur Dominique Rolin"

Fabula - Mér, 02/09/2015 - 15:13
Référence bibliographique : Francofonia , n° 68 : "Nouveaux regards sur Dominique Rolin", Olschki, 2015. Francofonia n.68 ,Primavera / Printemps2015 Nouveaux regards sur Dominique Rolin sous la dir. de Maria Chiara Gnocchi En 2012, quelques jours avant son 99e anniversaire, Dominique Rolin (Bruxelles 1913- Paris 2012) a disparu. Au fil d’un long parcours d’écriture qui a traversé tout le XXe siècle, elle a construit un univers qui s’est au fur et à mesure agrandi, déployé, complexifié, mais qui a pris en même temps une forme tendant à se refermer. Son œuvre forme un ensemble où tout se tient. Les rappels, d’un récit à l’autre, sont infinis. On a l’impression d’être devant une œuvre auto-suffisante, qui s’auto-génère (comme voudraient d’ailleurs le faire plusieurs narrateurs auxquels Rolin donne la parole) et s’auto-alimente. La fascination que suscite un tel monument provoque, chez le critique, une sorte d’intimidation. Par où commencer, comment s’y prendre ? Comment attaquer un bloc aussi compact ? Est-ce là la cause de la pénurie d’études sur la romancière ? C’est possible. Quelque cent ans après sa naissance, il reste encore beaucoup à dire sur Dominique Rolin. L’apport de Frans De Haes, son principal exégète, a été et reste fondamental, mais on ne regarde pas un monument d’un seul point de vue. Tout chef-d’œuvre mérite d’être observé sous différentes perspectives. Les temps sont mûrs pour qu’on se penche sur la production de la romancière avec d’autres regards, d’autant plus qu’on en connaît aujourd’hui les contours définitifs. D’où l’idée à la base de ce cahier : comment peut-on lire l’œuvre de Dominique Rolin maintenant qu’on en connaît les tenants et les aboutissants ? Comment l’aborder dans son ensemble et quelle place reconnaître, à présent, à tel ou tel récit ? Et surtout, comment s’y prendre ? C’est sur le « comment » que les contributeurs à ce volume ont été invités à se concentrer. Peut-on innover dans la connaissance de Dominique Rolin à partir de la méthodologie, ou en tout cas en multipliant les points de vue ? Indice / Sommaire Maria Chiara Gnocchi,Sortir de la séduction. Nouveaux regards sur Dominique Rolin Paul Aron, Cécile Vanderpelen-Diagre, « Notre grande ainée » : Dominique Rolin et Judith Cladel Juline Hombourger,Le travail du négatif dans Dulle Griet de Dominique Rolin Jean-François Plamondon,La nécessité déjouée comme possible vérité du moi rolinien Katia Michel,La féminité : issues de secours. Évolution de la question féminine dans deux romans de Dominique Rolin Maria Chiara Gnocchi,Dominique Rolin et la « nécessité » de William Faulkner Interviste e inediti/Interviews et inédits Jean-Luc Outers,L’instinct du bonheur. Dominique Rolin, le dernier entretien Dominique Rolin,Breughel l’Enragé(inédit) Les résumés de toutes les contributions sont disponibles à l'adresse http://www2.lingue.unibo.it/francofonia/68.html
Categorías: Universidade

Modernist Emotions (Paris Ouest Nanterre)

Fabula - Mér, 02/09/2015 - 15:01
MODERNIST EMOTIONS The second international conference of the French Society for Modernist Studies Société d’études modernistes (SEM) 22-24 June 2016 University Paris Ouest Nanterre France Keynote speakers: Laura MARCUS (New College, Oxford) Jean-Michel RABATÉ (University of Pennsylvania) Call for Papers: In continuation of the society’s inaugural conference on Modernist communities, we now propose to explore the debate over emotions in the Modernist era. Despite famous claims of impersonality and the suppression of the “I” from the literary work, beginning with Ezra Pound’s merciless editing of T.S. Eliot’s Waste Land , the transparency and objectivity of an emotion-free subject has remained an ever-receding horizon. Even Ezra Pound’s image is “an intellectual and emotional complex in an instant of time,” which combines the rush of “primary” conception and emotion with the impulse to create the new forms of a new aesthetics ( Blast 1914). Rationality and the irrational collide in the vortex, as emotions are in fact viewed in an ambivalent manner by Modernists, both as the sentimentalist rubbish assigned to a schematic revision of late Romanticism, thus to be eradicated, and as the very matter for the work of art, for aesthetic experimentation, and for the education of the public, in the context of an unnerving historical modernity. Emotions create webs of interaction, or conversely isolate the individual in the labyrinth of intimacy. Language emerges as the mode of expression of emotions, or as the very obstacle separating us from a fantasized experience of pure emotion. We hope to foster reflection and discussion that will go beyond the paradox of a passionately anti-emotional Modernism towards a reconsideration of the large extent to which Modernism attempts to channel, remotivate, and revalue the power of emotion. As the conference is organized by the French Society of Modernist Studies— Société d’Etudes Modernistes —, we seek to bring together scholars from all countries and hope to strengthen collaborations between French and international researchers. Possible paper topics may include, but are not limited to: Emotions across literary genres Emotions across the arts and the new media (music, dance, film, radio, etc.) Locating emotions: the spaces and places of emotions Historicizing emotions: the war and the post-war, historical shocks, new emotions The temporalities of emotion Emotions and the body Emotional disorders and apathy Emotions and the sciences Emotions across nations and cultures Emotions, high culture, and mass culture Emotions and gender Emotions, movement, and transportation The ethics of emotions Political emotions Modernism and the theories of affect Organizers: Hélène Aji ( helene.aji@u-paris10.fr ), Caroline Pollentier ( caroline.pollentier@hotmail.fr ), Naomi Toth ( ntoth@u-paris10.fr )Scientific committee: Hélène Aji (Université Paris Ouest Nanterre), Catherine Bernard (Université Paris Diderot), Nicholas Manning (Université Paris Sorbonne), Laura Marcus (New College, Oxford), Jean-Michel Rabaté (University of Pennsylvania), Caroline Pollentier (Université Paris Sorbonne nouvelle–Paris 3), Julie Taylor (Northumbria University), Naomi Toth(Université Paris Ouest Nanterre),Steven Yao (Hamilton College, New York). Papers will be delivered in English. Please submit abstracts of no more than 300 words and a short bio-bibliography to all three organisers by 15 November 2015 .
Categorías: Universidade
Distribuir contido