Universidade

L'époque conradienne , vol. 40

Fabula - Mér, 15/11/2017 - 16:55
L’époque conradienne , vol. 40 The papers published in this volume were first given at a one-day international conference, held at the Université Jean Moulin-Lyon3 on December 12, 2014. It was hosted jointly by the Société Conradienne Française and the Institute for Transtextual and Transcultural Studies (I.E.T.T., a Lyon 3 research center) and was organized as a follow-up to the 2006 conference in Limoges entitled: “‘Feminity, a privilege – not feminism, an attitude’: the ‘feminine’ in Joseph Conrad’s fiction: from ideology to a poetics of heterogeneity”. Building on the ideas addressed during this conference, which included notions of stereotypes and the way in which Conradian fiction brings to light new gender representations and explores the link between patriarchy and imperialism, the Lyon conference invited participants to further investigate the relationship between the feminine, ideology, politics and aesthetics, examining the nature of the borders that separate or link these different territories, as well as the border between the masculine and the feminine. Sommaire Catherine Delesalle-Nancey, Terra Incognita: the feminine in Joseph Conrad’s works – Borders and boundaries ; Robert Hampson, Fiancées and Wives in Conrad’s Fiction ; Richard Ambrosini, Jewel to Lena: How and Why the female Protagonist Ended Up Stealing the (Tragic) Scene in Conrad’s Novels ; Padmini Mongia, Eating Out: Conrad, Food, and Gender ; Josiane Paccaud-Huguet, Marlow, Jewel, the Intended: Conrad’s “strange uneasy” romances ; Nathalie Martinière, Playing with gender stereotypes in Chance ; Claude Maisonnat, The Defeat of Feminine Desire in “Freya of the Seven Isles”: Courtly Love, Sublimation, Melancholy ; Annick Drösdal-Levillain, The Feminine in “The Tale”: a riddle, wrapped in a mystery, inside an enigma ; Catherine Delessale-Nancey, “Amy Foster, c’est moi”: Fostering the Child of Fiction in Conrad’s “Amy Foster” ; Nic Panagopoulos, Conrad’s Poetics: An Aristotelian Reading ofHeart of Darkness ; Joseph Conrad: The Secret Sharer and Other Stories John G. Peters ed.; Jeunesse (Youth) ; Conrad’s Footprints Lublin Conference – June 2016 ; The Study Tour in UkraineJune 24 - 29 2016. 170 pages ISBN : 978-2-84287-753-8 / 18 € http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100748820
Categorías: Universidade

La dimension oubliée des années 1968 : mobilisations politiques et culturelles des minorités nationales en Amérique du Nord, dynamiques partagées, héritages communs ? (Regina, Canada)

Fabula - Mér, 15/11/2017 - 16:49
La dimension oubliée des années 1968 : mobilisations politiques et culturelles des minorités nationales en Amérique du Nord - dynamiques partagées, héritages communs ? Colloque du Réseau de la recherche sur la francophonie canadienne du 1 er au 3 juin 2018 – Université de Régina La période allant de la fin des années 1960 au début des années 1980 est marquée par le militantisme intense et le changement culturel rapide. Tant la « nouvelle gauche » étudiante que la « deuxième vague » féministe ébranlent les certitudes des sociétés occidentales. Mais il est un aspect de ce mouvement de fond qui demeure mal compris: les revendications collectives des minorités nationales. Comme l’explique Will Kymlicka (1995) une minorité nationale est une collectivité dont la présence sur un territoire précède l’existence de l’État. Pour ces minorités nationales, les années 68 donnent naissance à de nouveaux mouvements politiques, qui mènent des luttes censées, soit assurer davantage d’autonomie (sans nécessairement aller jusqu’à l’indépendance politique) pour les collectivités qu’ils représentent, soit promouvoir une meilleure intégration économique de celles-ci, soit encore mettre fin à la discrimination à leur endroit. Le milieu universitaire n’est pas en reste, avec l’émergence d’un cadre de chercheurs qui se consacrent à l’étude de ces minorités nationales. C’est ainsi qu’au Canada, on voit se développer rapidement, mais en parallèle, tant les études acadiennes et franco-ontariennes que les études autochtones. Aux États-Unis, les revendications des Afro-Américains et des Chicanos contribuent à l'élan des études ethniques, et les recherches sur d'autres minorités nationales, dont les Cadiens, connaissent aussi un essor. Simultanément, l’on assiste aussi au renouvellement de la production artistique. Au sein de toutes ces collectivités, la littérature, la musique et le cinéma, entre autres, se transforment et deviennent des éléments clés du renouveau identitaire. Par ailleurs, que l’on pense aux politiques publiques actuelles, à nos institutions postsecondaires, ou à la scène culturelle contemporaine, le riche héritage de cette période se fait sentir jusqu’à nos jours. En nous penchant aussi sur l’héritage des années 68 pour les minorités nationales nord-américaines, nous cherchons à en identifier les éléments qui furent mobilisés ultérieurement, ainsi que ceux qui furent abandonnés. Pourtant, la vague nationale des années 68 n’a pas été étudiée en profondeur an Amérique du Nord. Nous n’apprécions pas suffisamment l’impact des tendances sociales, économiques, politiques et culturelles qui balayaient l’Occident dans les années 1970, sur les minorités nationales nord-américaines. Comment ces collectivités les ont-elles apprivoisées afin de les appliquer à leurs situations respectives? Par ailleurs, on a rarement comparé les expériences des minorités nationales, afin d’en identifier les convergences et les divergences. Les relations que ces collectivités auraient éventuellement tissées entre elles gagneraient aussi à être mieux connues. Les réalités des minorités nationales américaines sont certes différentes les unes des autres, tout en ayant, à certains moments, des points de rencontre. Le présent colloque cherche précisément à « décloisonner » l’expérience des Franco-Canadiens (que ce soit des Acadiens, des Québécois, ou des Canadiens français hors Québec) afin d’inscrire leur évolution dans l’histoire du monde occidental contemporain. À cette fin, nous accueillons favorablement des propositions traitant de toute minorité nationale au Canada et aux États-Unis, ainsi que des études comparatives. Voici certaines thématiques liées aux minorités nationales nord-américaines qui peuvent être abordées :partis et mouvements politiquesluttes indépendantistes ou autonomistesdéveloppement des structures de gouvernanceaccès à l’éducation, langue d’enseignement et gestion scolairepolitiques linguistiquesconstruction identitaireliens entre le mouvement national et autres mouvements sociaux (féminisme, marxisme-léninisme, environnementalisme, contreculture, etc.)tendances artistiques : littéraires, cinématographiques, musicales, etc.(ré)appropriation ou adaptations de la langue ou du « parler »la question raciale et le métissage culturelproduction intellectuellehéritage des années 68 & perspectives d’avenir pour les minorités nationales en Amériquereprésentations de ces années dans les médias artistiques et journalistiques Nous sollicitions une grande variété de participants : chercheurs universitaires qui se penchent sur les années 68 ou leur héritage; acteurs de la période; acteurs communautaires ou gouvernementaux actuels dont le travail est lié aux luttes de l’époque. Instructions pour le dépôt des propositions Les propositions doivent être envoyées à l’adresse echevaucherie@acufc.ca au plus tard le 8 janvier 2018. Les propositions doivent inclure:le type de proposition, soit: une communication, un atelier ou une table ronde. Les communications seront d’une durée de 15 minutes;les coordonnées de l’auteur.e: nom, prénom, fonction, établissement ou organisation et adresse électronique;une courte biographie de l’auteur.e;un résumé de la proposition – maximum 1500 caractères (espaces compris). Le Comité organisateur pourrait obtenir une ou plusieurs subventions et être ainsi en mesure de rembourser les frais de déplacement des étudiant.e.s et des représentant.e.s communautaires. Il est possible également que nous remboursions une partie des frais de déplacement des professeur.e.s. Nous envisageons enfin de publier un ouvrage ou un numéro thématique de revue sur le thème du colloque. Comité organisateur Président Michael Poplyansky – La Cité universitaire francophone (Université de Régina) Membres Joel Belliveau – Université Laurentienne Pierre Bherer – Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada Clint Bruce – Université Sainte-Anne Éric Chevaucherie – Association des collèges et universités de la francophonie canadienne Anne-Andrée Denault - CÉGEP de Trois-Rivières Martin Durand – Patrimoine canadien Dominique Sarny – Assemblée communautaire fransaskoise Stéphanie St-Pierre – Université Sainte-Anne Comité scientifique Président Jérôme Mélançon - La Cité universitaire francophone (Université de Régina) Membres Joel Belliveau – Université Laurentienne Janique Dubois – Université d’Ottawa Marie-France Kenny – Coopérative des Publications fransaskoises Tudi Kernalegenn – Université catholique de Louvain Serge Miville – Université Laurentienne Martin Normand – Université d’Ottawa Jimmy Thibeault – Université Sainte-Anne denise Truax - Éditions Prise de parole Le Réseau de la recherche sur la francophonie canadienne (RRF), avec l’appui du Secrétariat national de l’Association des collèges et universités de la francophonie canadienne (ACUFC) et de la Cité universitaire francophone (Université de Régina), organise un colloque annuel mettant à l’honneur la recherche sur les communautés francophones nord-américaines.
Categorías: Universidade

Appel des organisations de jeunesse: Non à la sélection à l’entrée de l’université! (France, nov. 2017)

Fabula - Mér, 15/11/2017 - 15:59
Appel des organisations de jeunesse : Non à la sélection à l’entrée de l’université ! DIDF Jeunes, Ensemble Jeunes, Jeunes Ecologistes, Jeunes socialistes, JOC, LMDE, Mouvement Jeunes Communistes de France, MRJC, NPA Jeune, Osez Le Féminisme, Réseau jeune du Parti de Gauche, Solidaires Etudiant-e-s, SGL, UEC, UNEF, UNL Depuis la rentrée nous avons été de toutes les mobilisations notamment contre les ordonnances visant à casser le code du travail et pour la défense des services publics. En plus des ordonnances et de l’austérité qui s’abat sur l’ensemble des politiques publiques, nous avons pris connaissance du Plan étudiants présenté par le gouvernement. Le « plan étudiants », contient un certain nombre de mesures qui menace le libre accès à l’enseignement supérieur de toute une génération, remettant en cause les protections collectives des jeunes. En effet, sur la base de leur dossier scolaire mais également de l’obtention de diplômes extérieurs tels que le bafa, les bachelier∙e∙s seront désormais sélectionné∙e∙s, trié∙e∙s à l’entrée de l’université. APB donnera désormais trois réponses possibles. Les bachelier∙e∙s qui pourront avoir accès directement à la filière de leur choix, se verront répondre « oui ». Les bachelier∙e∙s à qui l’on imposera des dispositifs pédagogiques tels qu’une année supplémentaire, se verront répondre « oui, si ». Enfin, dans les filières en tension, qui manquent de place, les universités pourront tout simplement répondre « non » et fermer leurs portes à des milliers de jeunes. Pour rappel, ce sont en cette rentrée plus de 160 filières qui étaient en tension, un nombre qui va s’accroitre en raison de l’augmentation continue des effectifs étudiants. A terme, c’est la majorité des filières à l’université qui pourront tout simplement barrer la route des jeunes. Au lieu de mettre en place un véritable service public de l’orientation permettant aux professionnel∙le∙s de l’orientation d’accompagner réellement les jeunes, des mesurettes sont mise en place : telles que l’instauration de deux semaines d’orientation en terminale. Au lieu de chercher à ouvrir le champ des possibles post-bac pour l’ensemble des jeunes, au lieu d’investir suffisamment dans les universités et de garantir un revenu pour permettre aux étudiant∙e∙s d’avoir les conditions d’études et de vie leur permettant de réussir, le Gouvernement veut imposer des choix d’orientation aux jeunes, ou pire, refermer les portes de l’Université. Le Gouvernement a également annoncé sa volonté de contractualiser les relations entre les étudiant∙e∙s et les établissements universitaires. Plutôt que de s’interroger sur les causes d’échec dans l’Enseignement Supérieur, en remettant en cause le manque de moyens et de pédagogie dans les formations universitaires, le Gouvernement fait peser la faute sur les étudiant∙e∙s : ce seraient eux les vrais responsables. En cas d’échec, les étudiant∙e∙s risqueront de perdre des droits aux bourses, une protection sociale essentielle pour les plus précaires. Nous exigeons l’abandon de toute forme de sélection dans la réforme du premier cycle universitaire, le maintien du cadrage national des droits étudiants que constitue l’arrêté licence et un investissement de 2 milliard d’euros par an pendant 10 ans pour l’enseignement supérieur. Dans les études ou dans le travail, les jeunes défendent une société qui leur garantisse de nouveaux droits et qui leur permette de bénéficier de conditions de vie digne. Pour lutter contre le chômage, le temps de travail doit être réparti par sa diminution sans baisse de salaire entre tou·te·s et chacun·e doit avoir droit à une protection sociale suffisante, salarié·e·s comme personnes privé·e·s d’emploi. Le CDI doit redevenir la norme, l’accès au droit commun doit être garanti pour tou·te·s. Les jeunes en formation doivent avoir droit à une véritable protection sociale avec un revenu. De plus, les années d’études doivent être prises en compte dans le calcul de la retraite et de l’assurance chômage. Face à ces attaques, nous appelons l’ensemble des jeunes – lycéen·ne·s, étudiant·e·s, privé·e·s d’emplois, travailleur∙ses – à se réunir, à se mobiliser partout, à s’organiser en assemblées générales, et à participer massivement aux manifestations du 16 novembre à l’appel des organisations syndicales. Nous y serons présent∙e∙s dans des cortèges unitaires communs. Par ailleurs, nous nous retrouverons très rapidement à la suite de cette journée pour poursuivre la mobilisation et définir les initiatives communes que nous pouvons poursuivre. DIDF Jeunes, Ensemble Jeunes, Jeunes Ecologistes, Jeunes socialistes, JOC, LMDE, Mouvement Jeunes Communistes de France, MRJC, NPA Jeune, Osez Le Féminisme, Réseau jeune du Parti de Gauche, Solidaires Etudiant-e-s, SGL, UEC, UNEF, UNL
Categorías: Universidade

Revue de presse du mercredi 15 novembre

Cahiers Pédagogiques - Mér, 15/11/2017 - 15:56

Décidément ce nouveau ministre de l'éducation fait couler beaucoup d'encre, que ce soit dans ses interventions, ses annonces et les réactions que cela engendre. On discute aussi pédagogie et enseignement supérieur aujourd'hui.

Politique et polémique

Catherine Chabrun sur son blog, s'interroge à propos de ce "ministre infatigable"arrivé en annonçant ne pas vouloir réformer mais qui ne laisse pas passer une semaine sans une nouvelle annonce. "En arrivant au ministère de l'Éducation nationale en mai 2017, monsieur Blanquer déclare qu'il ne veut pas tout réformer et souhaite « ne garder que ce qui marche ». Mais très vite, et tout l'été, des annonces de mesures innovantes se succèdent. Des articles fleurissent dans toute la presse, des interviews se multiplient sur les plateaux télévisés, il n'arrête pas. Et depuis septembre, monsieur Blanquer ne cesse d'annoncer de nouvelles mesures pour l'éducation."

Claude Lelièvre, lui, compare deux ministre libéraux, Haby et Blanquer.
"Six mois après l'élection d'Emmanuel Macron et la nomination du recteur Jean-Michel Blanquer à la tête du MEN, une comparaison s'impose avec VGE – le chantre du « libéralisme avancé » - et son ministre de l'Education nationale, René Haby, un ancien recteur lui aussi."

L'enseignement professionnel menacé "d'un recul sans précédent" selon le Snuep Fsu
"Le gouvernement vient d'ouvrir ce qu'il veut bien appeler des consultations et des concertations à propos de la réforme de l'apprentissage et de la formation professionnelle. Il apparaît d'ores et déjà que, l'enseignement professionnel public se voit de nouveau menacé", annonce le Snuep Fsu, syndicat de l'enseignement professionnel. La menace vient à la fois des propositions des Régions de France et des branches professionnelles "qui souhaitent obtenir le pilotage et la gouvernance de la formation professionnelle dont l'enseignement professionnel public".

Un exemple de collège où le dispositif Devoirs Faits a été mis en place avec succès. Ce qui est loin d'être le cas partout.
« Plus d'un collégien sur quatre participe au nouveau dispositif lancé à la Toussaint, « Devoirs faits ». Provoquant, mine de rien, une révolution pédagogique dans un climat apaisé. Exemple à Nomeny. »

Fantaisiste, mortelle, totalitaire : que n'a-t-on pas écrit sur l'écriture inclusive !
« Tout a été dit. Il est temps de se détendre. »

Education

Education : et si on arrêtait la compétition ? L'idée n'est pas nouvelle mais lire cet article est toujours intéressant pour faire avancer le débat.
« Les pays nordiques et anglo-saxons ont adopté une pédagogie fondée sur le travail collectif. L'idée émerge à peine en France ».

Education : « Le bien-être s'enseigne et se cultive »
« Selon Richard J. Davidson, chercheur en psychologie, le cerveau de l'enfant peut se former aux émotions. »

Ces lycées de banlieue qui boostent leurs élèves
« Ils sont parfois qualifiés de "lycée ghetto". Ils ont la réputation d'établissements au sein desquels les élèves n'ont pas le bac. La raison : ils sont installés dans des quartiers difficiles de banlieue parisienne, de Marseille ou de Roubaix. Or, malgré ces vents contraires, ces lycées font réussir leurs élèves. Comment font-ils ? Quelle est leur recette ? Enquête. »

Supérieur

Entrée à l'université : Nicole Ménager et Jérôme Teillard, chargés du pilotage de la réforme
“Du renfort au ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche et de l'Innovation. Deux chargés de mission ont été nommés auprès de la ministre, Frédérique Vidal, pour piloter la réforme sur l'entrée à l'université, selon les informations recueillies par EducPros.”

Pourquoi la nouvelle formule de l'APB plaît tant aux jeunes.
“Plus de 1300 jeunes ont donné leur avis sur les principales propositions formulées par dans le cadre du "Plan Étudiants : Accompagner chacun vers la réussite".” Mais une enquête réalisée auprès de 1300 étudiants seulement peut-elle être représentative ?

Blanquer face aux défis du nouveau bac
« Le ministre de l'Éducation nationale a lancé, lundi, des consultations en vue d'une réforme en profondeur du diplôme. Une tâche qui s'annonce ardue. »

Divers

L'éducation, arme de compétition massive des émirats du Golfe
« Pour préparer l'après-pétrole, Doha et Abou Dhabi misent sur le développement de « l'économie de la connaissance », une course féroce à l'excellence qui se heurte au déficit démocratique dans ces riches émirats du golfe Arabo-Persique. »

L'état de l'École 2017. Coûts, activités, résultats
« La vingt-septième édition de L'état de l'École présente la synthèse des indicateurs statistiques essentiels dans le champ de l'éducation. Cette publication rassemble 34 indicateurs qui permettent d'analyser notre système éducatif, d'en apprécier les évolutions et de mesurer l'impact des politiques mises en œuvre. »

Géraldine Duboz

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 539 - Pouvoir d'agir et autonomie de l'école au lycée

Dossier coordonné par Michèle Amiel et Gwenaël Le Guével
septembre-octobre 2017

Prendre des initiatives, engager un processus de décision, animer une équipe, mettre en place une innovation, etc. Est-ce le domaine réservé du directeur d'école, de l'IEN, du chef d'établissement ? Au bout du compte, l'augmentation du pouvoir dans un établissement autonome, c'est celle du chef ou celle des personnels.

N° 536 - Éduquer aux médias et à l'information

Dossier coordonné par Émilie Kochert
mars 2017

Nous sommes inondés d'informations. L'actualité a remplacé l'information dans une culture du buzz où souvent on ne prend pas le temps de vérifier. Est-il simple de déceler le vrai du faux ou de sélectionner l'information dans le divertissement ? Éduquer aux médias et à l'information relève des missions des enseignants.

Categorías: Educación, Universidade

"L’université Paris XIII en proie à de sérieuses difficultés financières" (AFP- Le Figaro , nov. 2017)

Fabula - Mér, 15/11/2017 - 15:53
"L’université Paris XIII en proie à de sérieuses difficultés financières" http://etudiant.lefigaro.fr/article/l-universite-paris-xiii-en-proie-a-de-serieuses-difficultes-financieres_f14642ba-c959-11e7-ac0b-8b4fc3fa242a/ AFP, 13 novembre2017 Le président de l’établissement a du envoyer une lettre au personnel afin de les rassurer sur le versement des salaires «le mois prochain ainsi que les suivants». L’université Paris XIII, au nord de Paris, rencontre de graves difficultés de trésorerie, qui ont poussé le président de l’établissement à envoyer une lettre au personnel afin de les rassurer sur le versement des salaires, a-t-on appris mardi. Dans cette lettre datée du 10 novembre, Jean-Pierre Astruc évoque «les difficultés financières que rencontre l’université Paris 13», mais précise qu’»il n’y a aucune inquiétude sur le versement des salaires des agents le mois prochain ainsi que les suivants». Les équipes «travaillent avec acharnement et bon sens à retrouver un équilibre budgétaire» et «des mesures d’économie sont en cours d’étude, mais en aucun cas celles-ci ne concernent les rémunérations du personnel de l’université», ajoute-t-il. Selon Florent Tétard, administrateur et membre élu sur la liste d’opposition au conseil d’administration (CA), «ce message qui se voulait rassurant a au contraire semé l’inquiétude». La lettre fait suite, selon lui, à une alerte de l’agent comptable au CA, en octobre. Le responsable indiquait qu’il allait falloir arbitrer entre la masse salariale et les frais de fonctionnement d’ici la fin de l’année. «Comment en est-on arrivé là?» L’université Paris XIII accueille quelque 24.000 étudiants et compte un millier d’enseignants. Son budget annuel s’élève à 180 millions d’euros, dont 140 millions de masse salariale, et sa trésorerie est «quasi-nulle» actuellement, selon M. Tétard. «Comment en est-on arrivé là?», s’interroge le membre du CA, par ailleurs enseignant-chercheur en chimie des matériaux, en réclamant notamment «de la transparence» dans les comptes. Contactée par l’AFP, la présidence de Paris XIII a indiqué ne pas souhaiter s’exprimer publiquement sur le sujet. La loi de 2007, dite loi Pécresse, a transformé la gouvernance des universités en leur conférant plus d’autonomie budgétaire et de gestion des ressources humaines. Mais les universités pointent du doigt un manque chronique de moyens, alors que les effectifs d’étudiants ne cessent d’augmenter d’une année sur l’autre. La Cour des comptes s’était alarmée il y a quelques mois de la situation «très dégradée» de plusieurs universités . Avec la loi «Responsabilités et compétences élargies», l’Etat verse aux universités une dotation globale, qui comprend la masse salariale et laisse la liberté aux universités de gérer les postes, rappelle Hervé Christofol, secrétaire général du Snesup, premier syndicat des enseignants du supérieur. Mais le budget stagne, ce transfert de responsabilités a entraîné une augmentation des frais de fonctionnement et la masse salariale augmente sous le seul effet du vieillissement des salariés, ajoute-t-il.
Categorías: Universidade

COP23: States must be more ambitious with regard to climate change education and training

Internacional de la Educación - Mér, 15/11/2017 - 15:31
The key role of education and training on sustainable development to safeguard the planet was highlighted at the 23rd Conference of the Parties to the United Nations Framework Agreement on Climate Change.
Categorías: Educación, Universidade

Ouverture du site officiel de Maurice G. Dantec

Fabula - Mér, 15/11/2017 - 14:12
En ce jour où nous fêtons saint Albert le Grand, le site officiel de Maurice G. Dantec ouvre ses portes. En partie pensé par lui et entièrement consacré à son oeuvre, autant dire le portail ultime pour découvrir ou redécouvrir Dantec. www.mauricegdantec.net Pour plus d'information, un bref entretien sur le site de L'Incorrect à l'adresse suivante: https://lincorrect.org/dantec-le-site/ En hommage à Isabelle Périer, spécialiste de l'écrivain et universitaire polyvalente disparue récemment, une citation d'elle figure en page d'accueil.
Categorías: Universidade

S. Bauer (Hg.), Unterwegs. Aufsätze zu Wandernden, Fremden und Außenseitern

Fabula - Mér, 15/11/2017 - 12:11
Référence : Sidonia Bauer (Hg.), Unterwegs. Aufsätze zu Wandernden, Fremden und Außenseitern , Herne, Gabriele Schäfer Verlag, “Studien zur Literaturwissenschaft”, Bd. 13, 2017, 302 S. 22,90 Euro ISBN 9783944487502 Unterwegs. Aufsätze zu Wandernden, Fremden und Außenseitern versammelt Beiträge zum Themenfeld der "Zigeuner"-Figur, zu Roma-Literaturen und zur Thematik des Fremden. Unterwegs sind die Figuren sowohl in geographischer als auch in existenzieller Hinsicht. Speziell untersuchen die Aufsätze den Zusammenhang zwischen italienischer Commedia dell'arte und deren Rezeption, der Gitanilla-Darstellung durch Cervantes und deren Auswirkung auf die französischen Romantiker - Mérimées Carmen, Hugos Esmeralda, Richepins Miarka, Baudelaires Bohémiens -, um schließlich zur realistischen zeitgenössischen Darstellung überzugehen, wie etwa durch Ferney und Franz. Eingebettet sind die Untersuchungen in die umfassende Beschäftigung mit den Figuren des Fremden und des Wanderers, wie sie bei de Duras,Camus, Feuchtwangerund Härtling auftreten. Inhalt: Linda Mannina und Debora Gallina, DIE COMMEDIA DELL’ARTE : EINE BÜHNE DER AUßENSEITER? Lina Thomas, BIPOLARITÄT IN PETER HÄRTLINGS GILLES Viktoria Krieger, DIE DARSTELLUNG DER GITANOS ALS „ZIGEUNER“-FIGUREN IN CERVANTES’ LA GITANILLA Sabina Basic, DER EINFLUSS VON PROSPER MÉRIMÉES SPANIENBILD UND DES „ZIGEUNER“-BILDES DES 19. JH. IN FRANKREICH AUF DIE DARSTELLUNG DER CARMEN Katharina Reim und Aileen Neumann, PROSPER MÉRIMÉES CARMEN: DARSTELLUNG ALS FRAU UND ALS BOHÉMIENNE Eva-Maria Röhrbein, DIE SELBSTBESTIMMTHEIT VON PROSPER MÉRIMÉES CARMEN UND VICTOR HUGOS ESMERALDA. EIN VERGLEICH Aurelia Poletti, L’ARCHÉTYPE DE LA FEMME FATALE DANS CARMEN , NOUVELLE ‚MYTHOLOGIQUE’ DE PROSPER MÉRIMÉE Sara Khadembashi, BAUDELAIRES BOHÉMIENS EN VOYAGE – EINE ORIENTIERUNG AN DEN STICHEN JACQUES CALLOTS Meriem Hammami, DIE ERZIEHUNG MIARKAS ZWISCHEN FIKTIONALITÄT UND FAKTUALITÄT ALS IDENTITÄTSBILDENDE KOMPONENTE Ricarda Peil, DIE FIGUR DER BOHÉMIENNE IN ALICE FERNEYS GRÂCE ET DÉNUEMENT IM VERGLEICH ZU DAS ZIGEUNERMÄDCHEN VON MIGUEL DE CERVANTES Karina Bleich, FINDET EINE ANNÄHERUNG VON ROMA UND MEHRHEITSBEVÖLKE-RUNG STATT? EINE VERGLEICH DES ROMANS GRÂCE ET DÉNUEMENT MIT AKTUELLEN STUDIEN Jan Holst, OURIKA – VERSUCH EINER IDENTITÄTSKONSTRUKTION ZWISCHEN SUBJEKTIVER IDENTITÄT UND NÉGRITUDE Lisa Wolfson, FIGURATIONEN DES FREMDEN IN LION FEUCHTWANGERS JÜDIN VON TOLEDO Florian Simonis, LE PREMIER HOMME: ALBERT CAMUS UND DAS KOLONIALE ANDERE Sidonia Bauer, POETIK DER PHILOMENA FRANZ. EIN CANTE JONDO ? Sidonia Bauer ist Wissenschaftliche Mitarbeiterin in französischer und italienischer Literaturwissenschaft an der Universität zu Köln. Ihrer Arbeitsschwerpunkte sind französische Gegenwartslyrik, das Werk Dantes, Literatur und Landschaft, Raumtheorien, Geopoetik, Text-Bild-Relationen, Roma-Literaturen und die Darstellung von „Zigeuner“-Figuren in Literatur und Kunst.
Categorías: Universidade

Les tentations encyclopédiques en littérature (Revue TRANS— , n° 23)

Fabula - Mér, 15/11/2017 - 11:55
[English version below; Versión española más abajo] Appel à communication du n° 23de la revue TRANS— Les tentations encyclopédiques en littérature Si la congruence de la littérature et du savoir reste un thème récurrent, qui traverse l’ensemble de l’histoire littéraire, la mention d’une«tentation encyclopédique» conduit à aller un peu plus loin et à imputer au texte la volonté d’une recension exhaustive du monde, ainsi qu’une mission de classification et d’élucidation de l’inconnu. Distinct de l’érudition en tant qu’il serait exempt de toute forme de spécialisation, l’encyclopédisme se caractérise par sa vocation totalisante: il pourrait à ce titre être compris comme la manifestation d’un réalisme hypertrophié ou d’un appétit de connaissances inassouvi. Plus que comme la version superlative de «l’universel reportage», les manifestations contemporaines de l’encyclopédisme apparaissent cependant comme un pas de côté, voire comme un enfouissement dans les marges aussi bien savantes que littéraires: quoique caractérisée par l’abondance et le surplus d’informations, l’encyclopédie se lit en effet comme une démarche placée sous le signe du négatif – de la tentation, de l’échec et de la déconstruction. L’étude des formes encyclopédiques ouvre dès lors la voie à plusieurs investigations, qui touchent aussi bien au champ de la littérature qu’à celui de la recherche contemporaine et aux modalités de distribution du savoir. Formes et fictions encyclopédiques S’interroger sur l’inflation encyclopédique revient à examiner une tentation qui entrave autant le déploiement linéaire de l’intrigue romanesque que la menée rigoureuse de la démonstration scientifique: l’encyclopédie et ses variations – cabinets de curiosité, bestiaires, herbiers, lapidaria et autres formes d’inventaires ou de magasins métalittéraires [i] – peuvent donc être perçues comme des zones de porosité incertaines entre la science et la fiction. Fondée selon Umberto Eco sur la cohabitation du mythe et de la formule scientifique, de «l’acide sulfurique» et de «Merlin l’Enchanteur» [ii] , l’encyclopédie se lit comme une forme de l’entre-deux, tenant autant de vulgarisation que du collage. En quoi l’actualisation contemporaine du modèle encyclopédique, patente notamment dans les démarches collaboratives du type Wikipedia, trouve-t-elle un écho en littérature? On pourra analyser ici l’interaction des formes artistiques et littéraires avec la constitution d’un espace encyclopédique réticulaire. L’encyclopédie et l’indiscipline En un temps marqué par le primat de l’expertise, l’encyclopédisme se présente comme le reliquat éventuellement nostalgique d’un fantasme de connaissance universelle, émancipée des logiques disciplinaires. À l’instar de la «cacopédie» d’Umberto Eco [iii] , l’encyclopédie peut dès lors devenir le miroir parodique d’un savoir inverse, poussant jusqu’à l’absurde les codes de l’érudition occidentale. Sans aller jusqu’au pastiche du discours savant, elle délimite l’horizon heuristique d’un savoir rétif à toute classification préétablie: elle constitue donc l’une des portes d’entrée possible pour penser des démarches pluridisciplinaires qui revendiquent une grande liberté de circulation dans le champ des savoirs. Le retour à une polymathie transversale, dont l’encyclopédisme serait l’un des modèles, contribue ainsi à éclairer la revendication contemporaine d’une pratique de «l’indiscipline» herméneutique, introduisant des points de friction entre la critique, la recherche et la création [iv] . En quoi ces propositions trouvent-elles des échos dans les recherches contemporaines en littérature comparée? La littérature et les amateurs Forte des possibilités ouvertes par les réseaux, la tentation encyclopédique se voit pourtant cantonnée à un champ marginal, qui la rapproche à certains égards de la littérature populaire : hostile à toute expertise, elle se rapproche de formes de bricolage ou d’amateurisme dont la documentation des univers fictifs et sériels constitue l’une des expressions possibles [v] . La pensée de la tentation encyclopédique pourra dès lors conduire à s’interroger sur ce que serait une littérature de l’amateurisme, et à analyser notamment la position contemporaine du fan . Les figures du polymathe L’apparition du motif encyclopédique, sur lequel les personnages flaubertiens de Bouvard et Pécuchet ont jeté un discrédit durable, connote fréquemment une ambition impossible – qu’elle soit anachronique, prométhéenne ou risible. Identifiée par Laurent Demanze [vi] , la vogue de l’encyclopédisme dans la littérature contemporaine conduit ainsi à placer au cœur du texte littéraire des figures d’encyclopédistes maniaques voués à l’échec: c’est ainsi le cas d’Athanase Kircher, placé par Jean-Marie Blas de Roblès au cœur de l’intrigue de son roman Là où les tigres sont chez eux . Quelles inquiétudes véhiculent ces personnages de collectionneurs marginaux, distincts du fou et de l’idiot ? L’éclatement du savoir peut-il devenir le reflet d’une angoisse identitaire? Penser le rôle de l’encyclopédiste dans le monde moderne et contemporain conduit aussi à examiner la position de l’individu confronté à la démesure d’un monde étendu et disproportionné. Ce sujet n’est exclusif d’aucune période ni d’aucun genre: il exige en revanche une approche comparatiste. Les propositions de communication (3000 signes) , accompagnées d’une brève bibliographie et d’une courte présentation du rédacteur doivent être envoyées avant le 15 janvier 2018 en fichier .DOC ou .RTF à l’adresse lgcrevue@gmail.com . Les articles retenus seront à envoyer pourle 15 mai 2018 . La sélection des propositions n'entraîne pas obligatoirement la publication de l'article : le comité de lecture se réunira à nouveau pour examiner les textes proposés. Nous rappelons que la revue de littérature générale et comparée TRANS- accepte les articles rédigés en français, anglais et espagnol . *** Call for papers for the 23rd issue of TRANS- Encyclopedic temptations in literature If the congruence of literature and knowledge remains a recurrent theme in literary history, the idea of «encyclopedic temptations» takes us a bit further and can lead us to attribute to a text a tendency toward the exhaustive recension of the world as well as toward a mission of classification and elucidation of the unknown. Distinct from erudition in that it remains exempt from any form of specialization, encyclopedism can be characterized by its desire to be total: it can be understood in this capacity as the manifestation of a hypertrophied realism or of an insatiable appetite for knowledge. More than a superlative version of “universal reporting”, the contemporary manifestations of encyclopedism appear however like a step sideways, or even a burrowing into the scholarly or literary margins: although characterized by abundance and surplus of information, the encyclopedia is indeed often perceived as a negative gesture – temptation, failure, deconstruction. The study of encyclopedic forms opens a passage for several types of inquiries, in the field of literature and literary studies and in the study of the modalities of the distribution of knowledge. Encyclopedic forms and fictions Investigating into the encyclopedic inflation means examining a temptation that hinders linear plot development as well as the rigor of scientific demonstration: the encyclopedia and its variations – cabinets of curiosities, bestiaries, herbariums, lapidaria and other forms of inventory or metaliterary stockrooms [vii] – can therefore be viewed as porous, uncertain zones between science and fiction. Founded, according to Umberto Eco, on the cohabitation between myth and scientific formula, between “sulfuric acid” and “Merlin” [viii] , the encyclopedia can be read as a kind of in-between space, stemming just as well from vulgarization as from collage. In what way has the current encyclopedic model, apparent especially in such collective processes as Wikipedia, found an echo in literature? We could analyze for example the interaction between artistic and literary forms and the construction of a reticular encyclopedic space. The encyclopedia and indiscipline At a time when expertise is given utmost importance, encyclopedism presents itself as a potentially nostalgic remainder of the fantasy of universal knowledge, emancipated from disciplinary logics. In the manner of Umberto Eco’s “cacopedia” [ix] , the encyclopedia can then become the parodic mirror of knowledge, driving the codes of Western erudition to the absurd. Without going as far as the pastiche of scholarly rhetoric, it delimits the heuristic horizon of a process of knowledge-acquisition recalcitrant to any pre-established classification: it constitutes one of the possible points of entry for thinking pluridisciplinary approaches that defend free movement among fields of knowledge. The return to a transversal polymathy, of which encyclopedism is one of the models, allows us to better understand the contemporary demand for a practice of hermeneutical “indiscipline”, introducing points of friction between criticism, research and creation [x] . What echoes do these proposals find in contemporary research in comparative literature? Literature and its connoisseurs Armed with possibilities created by networks, the encyclopedic temptation finds itself nonetheless confined to the margins, which brings it closer on certain levels to mainstream literature: hostile toward any form of expertise, it is closer to forms of workmanship or dilettantism of which the documentation of fictional and serial universes constitutes a potential expression [xi] . Reflecting on the encyclopedic temptation would then lead us to question what might constitute amateurist literature, and to analyze in particular the contemporary posture of the fan. Figures of the polymath The apparition of the encyclopedic motif, durably discredited by the Flaubertian characters of Bouvard and Pécuchet often implies an impossible ambition – whether it be anachronistic, promethean, or risible. Identified by Laurent Demanze [xii] , the popularity of encyclopedism in contemporary literature has led to the placement of figures of maniacal encyclopedists doomed to failure at the center of the literary text: this is the case of Athanase Kircher, placed by Jean-Marie Blas de Roblès at the heart of the plot of his novel Là où les tigres sont chez eux . What preoccupations do these marginal collector characters, distinct from the madman or the idiot, bringto the foreground? Can the shattering of knowledge come to incarnate the reflection of an identity crisis? Thinking about the role of the encyclopedist in the modern and contemporary world also leads us to examine the position of the individual confronted with the excessiveness of the vast and disproportionate world we live in. This subject is not exclusive to any period or genre. It does however require a comparative approach. Proposals (3000 characters), accompanied by a short bibliography and a short description of the author, must be sent before January 15 th 2018 in .DOC or .RTF format to lgcrevue@gmail.com . Selected articles must then be sent before May 15 th 2018 . Articles will be subjected to the peer review process. We remind you that the journal of comparative literature TRANS- accepts articles written in French, English and Spanish. *** Convocatoria para publicar en el n° 23de la revista TRANS— L as t entaciones enciclopédicas en literatura Si la congruencia entre literatura y saber sigue siendo un tema recurrente que atraviesa el conjunto de la historia literaria, la mención de una «tentación enciclopédica» nos hace ir un poco más lejos, atribuyendo al texto la voluntad de una reseña exhaustiva del mundo, así como una misión de clasificación y elucidación de lo desconocido. Diferenciado de la erudición por cuanto estaría exento de toda forma de especialización, el enciclopedismo se caracteriza por su vocación totalizante: en este sentido, podría entenderse como la manifestación de un realismo hipertrofiado o de una sed de conocimiento insaciable. Más que como la versión superlativa del «informe universal», las manifestaciones contemporáneas del enciclopedismo aparecen sin embargo como un paso al lado, incluso como un soterramiento en los márgenes, tanto eruditos como literarios: a pesar caracterizarse por la abundancia y el exceso de información, la enciclopedia se lee en realidad como un método o enfoque situado bajo el signo negativo – de la tentación, del fracaso y de la deconstrucción. Por consiguiente, el estudio de las formas enciclopédicas abre la vía a varias exploraciones, ligadas tanto al campo de la creación literatura como al de la investigación literaria contemporánea y las modalidades de distribución del saber. Formas y ficciones enciclopédicas Interrogarse sobre la inflación enciclopédica implica examinar una tentación que obstruye tanto el despliegue linear de la intriga novelesca como la demostración científica rigurosa: la enciclopedia y sus variaciones — gabinetes de curiosidad, bestiarios, herbarios, lapidaria y otras formas de inventarios o de revistas metaliterarias [xiii] — pueden percibirse por lo tanto como zonas inciertas de porosidad entre la ciencia y la ficción. Basada según Umberto Eco en la cohabitación del mito y la formula científica, del «ácido sulfúrico» y «el mago Merlin» [xiv] , la enciclopedia se lee como una forma del entre-dos, pues contiene tanto de vulgarización como de collage. ¿En qué sentido encuentra la actualización contemporánea del modelo enciclopédico, patente principalmente en proyectos colaborativos del estilo de la Wikipedia, un eco en la literatura? Aquí podremos analizar la interacción de las formas artísticas y literarias con la constitución de un espacio enciclopédico reticular. La enciclopedia y la indisciplina En una época marcada por la primacía de la pericia, el enciclopedismo se presenta como el remanente eventualmente nostálgico de un anhelo de conocimiento universal, emancipado de las lógicas disciplinarias. Del mismo modo que la «cacopedia» de Umberto Eco [xv] , la enciclopedia puede convertirse así en el espejo paródico de un saber inverso, forzando hasta el absurdo los códigos de la erudición occidental. Sin llegar a la parodia del discurso erudito, ésta delimita el horizonte heurístico de un saber que se resiste a toda clasificación preestablecida: constituye así una de las posibles puertas de entrada para pensar los enfoques pluridisciplinares que reivindican una gran libertad de circulación en el campo del saber. El regreso a una polimatía transversal, de la cual el enciclopedismo sería uno de los modelos, contribuye así a iluminar la reivindicación contemporánea de una práctica de la «indisciplina» hermenéutica, introduciendo puntos de fricción entre la crítica, la investigación y la creación [xvi] . ¿Qué consecuencias tienen estas proposiciones en las investigaciones contemporáneas en literatura comparada? La literatura y los aficionados Apoyándose en las posibilidades abiertas por las redes, la tentación enciclopédica se ve no obstante limitada a un campo marginal, lo que la acerca en algunos aspectos a la literatura popular: hostil a toda práctica experta, se acerca a unas formas de bricolage o amateurismo cuya documentación de los universos ficticios y seriales constituye una de las expresiones posibles [xvii] . El pensamiento de la tentación enciclopédica podrá hacer por consiguiente que nos interroguemos sobre la definición de la literatura aficionada, así como a analizar particularmente la posición contemporánea del fan . Las figuras del polímota La aparición del motivo enciclopédico, sobre el que los personajes flaubertianos de Bouvard y Pécuchet han arrojado un descrédito perenne, evoca frecuentemente una ambición imposible — ya sea anacrónica, prometeica o ridícula. Identificada por Laurent Demanze [xviii] , el auge del enciclopedismo en la literatura contemporánea conduce a ubicar en el centro del texto literario a figuras de enciclopedistas condenadas al fracaso: es el caso de Athanase Kircher, situado por Jean-Marie Blas de Roblès en el núcleo de la intriga de su novela Donde viven los tigres ( Là où les tigres sont chez eux ). ¿Qué inquietudes vehiculan esos personajes de coleccionistas marginales, diferentes del loco y el idiota? ¿Puede el estallido del saber convertirse en el reflejo de un angustia identitaria? Pensar el rol del enciclopedista en el mundo moderno y contemporáneo lleva también a examinar la posición del individuo confrontado al exceso de un mundo vasto y desproporcionado. Este tema no es exclusivo de ningún periodo ni género: en cambio, exige un enfoque comparatista. Las propuestas de comunicación ( 3000 signos ), acompañadas de una breve bibliografía y una pequeña presentación del redactor, deben ser enviadas antes del 15 de enero de 2018 en formato .doc o .rtf a la dirección lgcrevue@gmail.com . Los artículos seleccionados deberán ser remitidos antes del 15 de mayo de 2018 , para ser leídos por el comité de lectura antes de su aceptación definitiva. Recordamos que la revista de literatura general y comparada TRANS- acepta los artículos dirigidos en francés, inglés y español . [i] Voir notamment Hubert Haddad, Le nouveau magasin d’écriture, Paris, Zulma, 2007. [ii] Voir Umberto Eco, Écrits sur la pensée au Moyen-Âge , Paris, Grasset, 2016, p. 533. [iii] Voir Umberto Eco, Comment voyager avec un saumon, Paris, Grasset, 1997, p. 223-264. [iv] Voir notamment Anthony Mangeon (dir.), L’empire de la littérature: penser l’indiscipline francophone avec Laurent Dubreuil , Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2016, et Myriam Suchet, Indiscipline! Tentatives d’univercité à l’usage des littégraphistes, artistechniciens et autres philopraticiens, Montréal, Nota Bene, 2016. [v] Voir sur la position de l’amateur: Patrice Flichy, Le sacre de l’amateur: sociologie des passions ordinaires à l’ère numérique, Paris, Seuil, 2010. [vi] Voir Laurent Demanze, Les fictions encyclopédiques: de Gustave Flaubert à Pierre Senges, Paris, Corti, 2015. [vii] See for example Hubert Haddad, Le nouveau magasin d’écriture, Paris, Zulma, 2007. [viii] See Umberto Eco, Écrits sur la pensée au Moyen-Âge , Paris, Grasset, 2016, p. 533. [ix] See Umberto Eco, Comment voyager avec un saumon, Paris, Grasset, 1997, p. 223-264. [x] See for instance Anthony Mangeon (dir.), L’empire de la littérature: penser l’indiscipline francophone avec Laurent Dubreuil , Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2016, and Myriam Suchet, Indiscipline! Tentatives d’univercité à l’usage des littégraphistes, artistechniciens et autres philopraticiens, Montréal, Nota Bene, 2016. [xi] On the position of the connoisseur, see Patrice Flichy, Le sacre de l’amateur: sociologie des passions ordinaires à l’ère numérique, Paris, Seuil, 2010. [xii] See Laurent Demanze, Les fictions encyclopédiques: de Gustave Flaubert à Pierre Senges, Paris, Corti, 2015. [xiii] Ver entre otros Hubert Haddad, Le nouveau magasin d’écriture, Paris, Zulma, 2007. [xiv] Ver Umberto Eco, Écrits sur la pensée au Moyen-Âge , Paris, Grasset, 2016, p. 533. [xv] Ver Umberto Eco, Comment voyager avec un saumon, Paris, Grasset, 1997, p. 223-264. [xvi] Ver especialmente Anthony Mangeon (dir.), L’empire de la littérature: penser l’indiscipline francophone avec Laurent Dubreuil , Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2016, y Myriam Suchet, Indiscipline ! Tentatives d’ univercit é à l’usage des littégraphistes, artistechniciens et autres philopraticiens, Montréal, Nota Bene, 2016. [xvii] Ver sobre la posición del amateur: Patrice Flichy, Le sacre de l’amateur: sociologie des passions ordinaires à l ’è re numérique , Paris, Seuil, 2010. [xviii] Ver Laurent Demanze, Les fictions encyclopédiques : de Gustave Flaubert à Pierre Senges, Paris, Corti, 2015.
Categorías: Universidade

Cahiers Robinson n°42, Korczak, la cause des enfants

Fabula - Mér, 15/11/2017 - 09:19
Ce numéro est issu d’un colloque tenu en lien avec l’Institut de civilisation et d’études polonaises, installé à Lens dans les anciens locaux de la direction des Houillères. Si ces travaux ont apporté beaucoup d’informations sur Korczak, ils n’ont pas levé le mystère. La personne reste étrange, inattendue, toujours double, prise entre identité juive et polonaise, entre fantaisie et gravité. D’où une fragmentation de la réception. La question qui traverse les différentes communications est «Quel lien entre l’action pédagogique et le sacrifice final?» C’est aussi un homme seul et qui a toujours vécu en communauté, qui n’a pas vraiment laissé d’héritage tout en inspirant de nombreux écrivains et graphistes: une partie importante de cette livraison explore les livres sur Korczak. Mais de nombreux livres de Korczak restent aussi à découvrir par le public français, et l’ensemble ici présenté doit être vu comme une sorte de propédeutique à des recherches plus approfondies Sommaire Christian Morzewski Introduction Katia Vandenborre Janusz Korczak et la maison d’édition Mortkowicz, la matrice oubliée d’un écrivain pour la jeunesse Guillemette Tison Le Roi Mathias : des récits à double fond Éléonore Hamaide-Jager Présence et représentation de Janusz Korczak en littérature de jeunesse Béatrice Finet Éducateur ou héros, Korczak, une figure singulière au service du témoignage et de la mémoire? Zofia Bobowicz & Christophe Jallaud Traduire et éditer Korczaken France : l’exemple des éditions Fabert Monika Salmon & Magdalena Kicińska Sortir de l’ombre Stefania Wilczyńska. Autour du livre de Magdalena Kicińska, Pani Stefa [ Mademoiselle Stefa ] Irène Cohen-Janca & Myriam White-Le Goff Dialogue autour du Dernier Voyage , d’Irène Cohen-Janca Christian Morzewski Enfants et esprit d’enfance dans le Journal du ghetto de Janusz Korczak Patricia Haluska L’Association Française Janusz Korczak Varia Patrick Tourchon & Leniiw Roman De la route au canal: la loyauté selon Benjamin Isabelle-Rachel Casta Entre «désenchantement du monde» et «émerveillement»: Harry Potter , une littérature de «ma» jeunesse? Notes de lecture ++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++ Ce n° est en vente en librairie sur commande ou directement sur le site d’Artois Presses Université n°ISBN 073-2-84832-215-6 prix 16 euros
Categorías: Universidade

Europe , n° 1063-1064: César Vallejo / Jean Cassou / Pierre Lartigue

Fabula - Mér, 15/11/2017 - 08:18
Revue Europe 95 e année — n° 1063-1064 / novembre-décembre 2017 ISBN : 9782351500903 CÉSAR VALLEJO Considéré comme l’un des plus grands poètes du XX e siècle, César Vallejo est né en 1892 à Santiago de Chuco, petite ville péruvienne dans la cordillère des Andes. Dans sa jeunesse, tout en fréquentant la bohème intellectuelle, il eut l’occasion de connaître la rude condition des travailleurs dans les mines et les plantations de canne à sucre. Après avoir publié au Pérou ses premiers livres, Les Hérauts noirs (1919) et Trilce (1922), en partie écrit en prison, il embarqua pour l’Europe en 1923 et son exil s’avéra sans retour. Il mourut à Paris en 1938, épuisé par la maladie et les souffrances d’une vie précaire qu’avaient ponctuée des séjours en Espagne et trois voyages en URSS. Ses Poèmes humains furent publiés après sa mort, tout comme Espagne, écarte de moi ce calice qui demeure le chant le plus pur et le plus définitif parmi tout ce que l’on a pu écrire sur la Guerre civile espagnole. L’œuvre géniale et intrépide de Vallejo va au-delà de l’aventure des avant-gardes et tout en exprimant un inébranlable désir de solidarité humaine, elle est traversée par la force grondante de la douleur et par «une énorme tension affective qui fait ressentir chaque poème comme une poignée de neige jetée en plein visage». JEAN CASSOU Poète, critique d’art, historien, hispaniste et romancier, Jean Cassou (1897-1986) fut en toute chose un homme épris de liberté. Membre du Comité de vigilance des intellectuels antifascistes et rédacteur en chef d’ Europe , il milita pour l’intervention française dans la Guerre d’Espagne. Dès septembre 1940, il s’engagea dans la Résistance où il occupa des fonctions importantes. Il importe aujourd’hui de redécouvrir l’écrivain, le rêveur solitaire et l’homme d’action dont l’exigence éthique était travaillée par «un sombre et magnifique espoir». PIERRE LARTIGUE Pierre Lartigue (1936-2008) fut un enchanteur du verbe. Porté par un rêve d’envol où le cœur s’ajuste au souffle, son univers est régi par un principe de légèreté. Vaincre la pesanteur, c’était aussi pour lui avoir le courage de ne pas se dérober à l’inattendu. Poète, romancier, critique de danse, son œuvre admirable abrite sa profondeur sous un air de fête. CÉSAR VALLEJO Ina Salazar, Alejo Carpentier, Emilio Adolfo Westphalen, Antonio Gamoneda, César Vallejo, Saúl Yurkievich, Américo Ferrari, José Ángel Valente, Efraín Kristal, Miguel Casado, Alain Sicard, Nadine Ly, Marie-Claire Zimmermann, Alejandro Bruzual, María Ortiz Canseco, Gastón Baquero, Roberto Juarroz JEAN CASSOU Alexis Buffet, Pierre-Yves Canu, Edgar Morin, Jean-Marc Pelorson, Alexis Buffet, Olivier Bara, Marine Wisniewski, Jean Cassou PIERRE LARTIGUE Claude Adelen, Alain Lance, Florence Delay, Natacha Michel, Marie-Claire Dumas, Éric Auzoux, Denis Dabbadie, Pierre Lartigue CAHIER DE CRÉATION & CHRONIQUES Consulter le sommaire et lire la préface...
Categorías: Universidade

Six UK universities break advertising rules with pitches to students

Guardian Unlimited: Education - Mér, 15/11/2017 - 08:00

Watchdog warns higher education sector after institutions fail to back up claims with good evidence

Six universities have been forced to scrap their marketing campaigns as the UK advertising watchdog launches a crackdown on misleading students with false claims.

The Advertising Standards Authority examined a range of claims – including the University of Leicester stating that it is in the “top 1%” in the world – and found that none of them could prove the assertions to be true.

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Brexit threatens UK's reputation for scientific research, watchdog says

Guardian Unlimited: Education - Mér, 15/11/2017 - 01:01

Leadership is ‘sorely lacking’ in key areas such as robotics and climate change, parliament’s spending monitor warns

Britain risks losing its reputation as a scientific research powerhouse as a result of Brexit, the head of parliament’s spending watchdog has warned.

Related: The government wants a Brexit deal on science and research, says Jo Johnson

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

"Thélème à l’épreuve des Comue, réflexions sur l'enseignement supérieur", par Pierre Statius (Revue Skhole.fr)

Fabula - Mar, 14/11/2017 - 21:34
Thélème à l’épreuve des Comue, réflexions sur l'enseignement supérieur Par Pierre Statius Novembre 2017 sur -Skhole.fr http://skhole.fr/theleme-a-l-epreuve-des-comue-reflexions-sur-l-enseignement-superieur-par-pierre-statius "Le quinquennat qui s’ouvre semble riche de promesses. Le Président de la République a pour ambition non pas de réformer la société française mais de la transformer afin de favoriser l’entrée définitive de la France dans la modernité et dans la mondialisation. Dans cette perspective, l’enseignement supérieur et les universités seront nécessairement affectés par cette volonté transformatrice. Reste que, pour transformer, encore faut-il savoir exactement où nous en sommes, encore faut-il mesurer avec soin le chemin déjà parcouru. Nous voulons, dans cet article, apprécier les politiques publiques en matière d’enseignement supérieur telles qu’elles sont menées depuis 2007, nous voulons souligner la logique d’ensemble sans occulter les tensions, voire les contradictions, qui minent ces politiques publiques. Après ce premier moment de totalisation, nous souhaitons nous intéresser à deux questions qui sont comme des symptômes des difficultés universitaires actuelles: la recherche universitaire dans les domaines des sciences humaines et des sciences sociales; la massification de l’université et le serpent-de-mer de la sélection. Pour mener à bien cette tâche, nous nous appuierons, comme dans le texte de mars 2017 consacré à l’éducation nationale, sur un ouvrage précieux qui nous servira de viatique: «La grande course des universités» de Christine Musselin (Paris, PFNSCP, 2017)." Lire la suite .
Categorías: Universidade

Le Transfrontalier: pratiques et figurations (Mulhouse)

Fabula - Mar, 14/11/2017 - 20:52
«Le Transfrontalier: pratiques et figurations» Colloque interdisciplinaire et internationalUniversité de Haute-Alsace, Mulhouse28-29 juin 2018 Si la notion (résolument dialectique) de frontière est au centre de nombreuses études relatives aussi bien à la nature de la frontière qu’à ses fonctions et à ses mythes (voir par exemple les publications du Center for Border Studies de l’Université du Luxembourg), nous voudrions développer un programme de recherche autour de la notion de «transfrontalier». De récentes recherches en sociologie ont démontré que le transfrontalier était une nouvelle modalité de la frontière, dessinée par des pratiques sociales et professionnelles en pleine métamorphose. Mais comment, dans le champ des sciences humaines et sociales, cerner théoriquement cet objet spatial et culturel? Par quelles méthodes l’appréhender? Notre étude du transfrontalier se fondera en premier lieu sur une analyse du fonctionnement de l’espace franco-germano-suisse du Rhin Supérieur. Mais cette base de travail gagnera bien sûr à être enrichie par une analyse comparative: le transfrontalier de l’ Oberrhein n’est pas le transfrontalier luxembourgeois, le transfrontalier du Grand Est (car les frontières peuvent être régionales comme nationales) n’est pas le transfrontalier flamand. Il convient donc de préciser, par le biais d’études de cas monographiques ou comparatives, les contours des objets qui nous occupent, et ceux des concepts/notions/idées que nous manions pour les penser. Ceci est d’autant plus important que chaque science/discipline voit dans le transfrontalier (ou construit le transfrontalier comme) un objet différent. Ce colloque veut, en réunissant des chercheurs en sciences humaines et en sciences sociales, construire un réseau d’échanges et d’expérimentation autour du transfrontalier. Cette démarche interdisciplinaire (lettres et arts; sciences de l’éducation; sociologie; histoire; géographie) aura pour but de mettre à l’épreuve une hypothèse commune: le transfrontalier est une dynamique de l’espace qui naît de pratiques multiples (et parfois hétérogènes) en constant renouvellement – hypothèse qui permet de se servir du transfrontalier comme d’un outil herméneutique applicable a posteriori à des faits et à des œuvres antérieurs à la naissance de la notion. Comme le note Michel de Certeau, «l’espace est un lieu pratiqué», et cela est particulièrement vrai dans le cas des espaces transfrontaliers; dès lors, c’est un double mouvement que nous voudrions décrire: les pratiques humaines, qu’elles soient individuelles ou collectives, intimes ou publiques, construisent le transfrontalier; et le transfrontalier change en retour l’homme dans son rapport à lui-même d’une part et à son espace d’autre part. Ce sont les aspects sociaux (emploi, configurations familiales), logistiques (transports…) et médiatiques (presse/télévision/internet) du transfrontalier comme ses expressions culturelles qui nous intéresseront particulièrement. En outre, nous voudrions confronter le transfrontalier à d’autres notions, comme le «transgénérique», le «transculturel», le «transmédial», etc. Sans compter que notre réflexion sera méthodologique: le transfrontalier étant un concept en plein développement, il nous faudra nous demander quels problèmes il pose aux différentes disciplines en sciences humaines et sociales. Axes de recherche (non exclusifs):Cross-border identitie(s) : peut-on parler d’ identité(s) transfrontalière(s) ?Le transfrontalier et les discours qui le fondent (le métissage, la métamorphose, le feuilleté, la mutabilité).Quels rôles les «imaginaires» culturels occidentaux peuvent-ils jouer dans la conception de l’espace transfrontalier?The making of cross-border : comment la fabrication du transfrontalier fonctionne-t-elle?Quels sont les enjeux de la pédagogie du transfrontalier?Comment les enseignants/les étudiants apprennent-ils à être «transfrontaliers»?Framing cross-border : quels sont les traits distinctifs des représentations, des descriptions, des cartographies, des figurations et des imaginaires du transfrontalier?Existe-t-il des espace(s) constitutivement transfrontalier(s)?Cross-border narratives : quel est le rôle de la narration dans la constitution d’une zone transfrontalière ?L’expérience transfrontalière génère-t-elle des façons particulières de (ra)conter?Quels thèmes et motifs le transfrontalier génère-t-il?Cross-border poetics : le transfrontalier peut-il fonctionner comme un principe poétique et/ou esthétique ?Cross-border in contemporary culture : des poètes, des artistes, des metteurs en scène contemporains qui vivent ou créent en contexte transfrontalier seront invités à collaborer à ce projet. Comité scientifique: Johann Chalmel – LISEC/Université de Haute-Alsace Vincent Goulet – SAGE/Université de Strasbourg Grégory Hamez – LOTERR/Université de Lorraine Heiko Haumann – Université de Bâle Greta Komur-Thilloy – ILLE/Université de Haute-Alsace Julia Putsche – LiLPa/Université de Strasbourg Julia Richers – Université de Berne Nathalie Roelens – IPSE/Université du Luxembourg Benjamin Schenk – Université de Bâle Augustin Voegele – Aix-Marseille Université Christian Wille – IPSE/Université du Luxembourg Carsten Wilhelm – CRESAT/ Université de Haute-Alsace Comité d’organisation : Loïc Chalmel – LISEC/Université de Haute-Alsace Nikol Dziub – ILLE/Université de Haute-Alsace Frédérique Toudoire-Surlapierre – ILLE/Université de Haute-Alsace Bibliographie indicative: Antoine, Philippe et Nitsch, Wolfram (dir.), Le Mouvement des frontières. Déplacement, brouillage, effacement , Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise-Pascal, 2015. Augé , Marc, Non-lieux. Introduction à une anthropologie de la surmodernité , Paris, Seuil, 1992. Belkacem, Rachid et Pigeron-Piroth, Isabelle (dir.), Le Travail frontalier au sein de la Grande Région Saar-Lor-Lux , Nancy, PUN – Presses Universitaires de Lorraine, 2013. Boesen, Elisabeth et Schnuer, Gregor, European Borderlands – Living with Barriers and Bridges , New York/London, Routledge, 2017. Calle-Gruber, Mirelle (dir.), Assia Djebar, nomade entre les murs … Pour une poétique transfrontalière , Paris/Bruxelles, Maisonneuve&Larose/Académie Royale de Belgique, 2005. Certeau, Michel de, L’Invention du quotidien , 1- Arts de faire , Paris, Gallimard, coll. «Folio», 1990. Crenn, Gaëlle et Deshayes, Jean-Luc (dir.), La Construction des territoires en Europe: Luxembourg et Grande Région ; avis de recherches , avec la collaboration de Sonja Kmec, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 2010. Declercq, Elien, Kusters, Walter et Vanden Borre, Saartje , Migration, Intercultural Identities and Border Regions (19th and 20th centuries) / Migration, identités interculturelles et espaces frontaliers (XIX e et XX e siècles) , Bern, Peter Lang, coll. «Comparatism and Society», 2012. Donnan, Hastings et Wilson, Thomas M., Borders : Frontiers of Identity, Nation and State , Oxford/New York, Berg Publishers, 1999. Duchêne-Lacroix, Cédric, «Éléments de justification d’une identité transfrontalière par des étudiants avancés de cursus transfrontalier», in Koukoutsaki-Monnier, A. (dir.), Identités (trans)frontalières au sein et autour de l’espace du Rhin supérieur , Nancy, PUN – Presses Universitaires de Lorraine, 2014. Ducos, Joëlle (dir.), Frontières et seuils , Pessac, L.A.P.R.I.L, Université de Michel de Montaigne Bordeaux III (Eidôlon), 2004. Dziub, Nikol (dir.), Les Voyageurs du Rhin , Reims, ÉPURE, 2016. Faucompré, Chloé, «L’enseignement de la langue du voisin en région frontalière: quelles compétences inter- et intra-culturelles définir?», in Komur-Thilloy, G. et Djordjevic, S., L’École, ses enfants et ses langues , Paris, Orizons, coll. «Universités», 2017 (sous presse), p.181-196. Foucher, Michel, L’Obsession des frontières , Paris, Perrin, 2007. Fouques, Bernard (dir.), À propos de frontière : variations socio-critiques sur les notions de limite et de passage , Bern, Peter Lang, 2003. Goulet, Vincent et Vatter, Christoph (dir.), Champs médiatiques et frontières dans la « Grande Région » SaarLorLux et en Europe/Mediale Felder und Grenzer in der Groβregion SaarLorLux und in Europa , Saarbrücken, Presses Universitaires de la Sarre, 2013. Goulet, Vincent, «L’“identité transfrontalière” problématique de la Grande Région SaarLorLux», in Koukoutsaki-Monnier, A. (dir.), Identités (trans)frontalières au sein et autour de l’espace du Rhin supérieur , Nancy, PUN – Presses Universitaires de Lorraine, 2014. Goulet, Vincent et Vatter, Christoph (dir.), Grenzüberschreitende Informationsflüsse und Medien in der Großregion SaarLorLux /La Circulation transfrontalière des informations médiatiques dans la Grande Région SaarLorLux , Baden Baden, Éditions Nomos, 2015. Hamman, Philippe, Sociologie des espaces-frontières. Les relations transfrontalières autour des frontières françaises de l’Est , Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, coll. «Études alsaciennes et rhénanes», 2013. Harel, Simon et Russo, Adelaide (dir.), Lieux propices. L’énonciation des lieux/Le lieu de l’énonciation , Québec, Presses de l’Université Laval, coll. «InterCultures», 2005. Koukoutsaki-Monnier, Angeliki (dir.), 2011, Représentations du transfrontalier , Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 2011. Martinière, Nathalie et Le Ménahèze, Sophie (dir.), Écrire la frontière , Limoges, Presses Universitaires de Limoges, 2003. Nancy, Jean-Luc, «À la frontière, figures et couleurs», in Le Désir d’Europe , Paris, La Différence, 1992. Picouet, Patrick (dir.), Le Monde vu à la frontière , Paris, L’Harmattan, coll. «Les rendez-vous d’Archimède», 2011. Ricœur, Paul, Du texte à l’action , Paris, Seuil, 1986. Roelens, Nathalie, «Borders: conceptual framework», MIS – Working Paper 6 (2016), [en ligne]: http://orbilu.uni.lu/bitstream/10993/26025/1/2016_MIS-WP-06_Roelens.pdf Schimanski, Johan et Wolfe, Stephen, Border Poetics De-limited , Hannover, Wehrhahn, 2007. Wille, Christian, Reckinger, Rachel, Kmec, Sonja et Hesse, Markus (éd.), Spaces and Identities in Border Regions. Politics – Media – Subjects , Bielefeld, Transcript, 2016. Wille, Christian, «Les pratiques du quotidien transfrontalières», in Pauly, M. et Helfer, M. (éd.), GR-Atlas – Digitaler und multidisziplinärer Atlas für Luxemburg und die Großregion , Luxembourg, University of Luxembourg, 2017. Wolf, Werner et Bernhart, Walter (éd.), Framing Borders in Literature and Other Media , Amsterdam, Rodopi, coll. «Studies in Intermediality 1», 2006. Modalités de proposition et de publication Les propositions (1/2 page environ), accompagnées d’une brève notice bio-bibliographique, sont à envoyer à Nikol Dziub ( nikol.dziub@uha.fr ) avant le 15 décembre 2017. Sous réserve d’acceptation des articles, le colloque fera l’objet d’une publication.
Categorías: Universidade

M.-C. Lambert-Perreault, J.-O. Allard, E. Després et S. Harel (dir.), Télé en séries

Fabula - Mar, 14/11/2017 - 20:48
Marie-Christine Lambert-Perreault, Jérôme-Olivier Allard, Elaine Després et Simon Harel (dir.), Télé en séries , Montréal, XYZ éditeur, coll. «Théorie et littérature», 2017, 464p. ISBN: 9782897720636 — ISBN numérique: 9782897720643 / ePub: 9782897720650 Date de parution: 16 novembre 2017 —Prix suggéré: 34,95$ «C’est grâce aux récits que les Homo sapiens ont pu s’éparpiller sur toute la planète. […] Le récit oral, c’est ce qui nous permet non seulement de communiquer les uns avec les autres, mais aussi de transmettre […] du savoir, du savoir-faire, des émotions, des valeurs, des souvenirs, des descriptions historiques. La télésérie, c’est la forme, à l’heure actuelle, la plus aboutie de récit qui mêle toutes les notions et tous les savoirs.» — Martin Winckler, colloque Télé en séries , Université de Montréal, mai 2014. La série télévisée semble en effet être l’une des formes narratives qui raconte le mieux notre époque, en témoigne l’intérêt qu’elle suscite auprès d’un public hétérogène, dont font désormais partie les chercheurs universitaires anglophones comme francophones. La sérialité trouve une résonnance particulière dans la culture populaire: du roman-feuilleton qui enflamme les rues de Paris au XIX e siècle aux séries télévisées contemporaines écoutées en rafale, les œuvres sérielles évoluent, mais la fascination qu’elles génèrent demeure. Artéfact médiatique, produit d’une culture industrielle ou œuvre d’art, la série télévisée actuelle se veut un objet pluriel, capable d’évoluer au gré des avancées technologiques. Cette publication généraliste s’adresse autant aux téléspectateurs passionnés qui souhaitent enrichir leur réflexion qu’aux chercheurs en quête de perspectives nouvelles. Traitant de séries contemporaines américaines, québécoises, autochtones, françaises ou britanniques, les chapitres de l’ouvrage proposent des analyses formelles, génériques, politiques, culturelles et philosophiques. Préfacé par Stéphane Garneau, Télé en séries contient des textes de spécialistes reconnus, dont un rapport d’enquête inédit de Danielle Aubry, mais aussi des contributions de chercheuses et de chercheurs provenant de domaines variés qui partagent une volonté de produire un discours savant sur des œuvres riches, souvent à l’origine de discussions hebdomadaires autour de la machine à café. Notices biographiques des directeurs de publication Marie-Christine LAMBERT-PERREAULTachève un doctorat en études littéraires à l’Université du Québec à Montréal. Ses travaux portent sur les imaginaires de la table dans la littérature et les séries télévisées contemporaines. Jérôme-Olivier ALLARD est doctorant en études cinématographiques à l’Université de Montréal. Il s’intéresse dans sa thèse aux représentations animalières et au spécisme dans les jeux vidéo. Elaine DESPRÉS est coordonnatrice de Figura, le Centre de recherche sur le texte et l’imaginaire, à l’Université du Québec à Montréal. Chercheuse indépendante, elle étudie les représentations fictionnelles de la science dans une perspective sociocritique et épistémocritique. Simon HARELest professeur titulaire au Département de littératures et de langues du monde de l’Université de Montréal. Il est directeur du Laboratoire sur les récits du soi mobile, codirecteur du Centre de recherche des études littéraires et culturelles sur la planétarité et coresponsable du Catalyseur d’imaginaires urbains. Table des matières Préface Stéphane GARNEAU La série télévisée: objet de fascination, objet d’étude Elaine DESPRÉS, Marie-Christine LAMBERT-PERREAULT, Jérôme‑Olivier ALLARD et Simon HAREL Les séries et le politique Jean-Pierre ESQUENAZI La matrice comme programme esthétique de la fiction télévisuelle plurielle Stéphane BENASSI Du téléroman à la sérietélé ou comment la fiction télévisuelle québécoise transite de l’oralité à la visualité Yves PICARD Série télévisée, temps-oralité et modernité ou quand, dans 19-2 , le temps sort de ses gonds Yves PICARD et Germain LACASSE L’unité narrative des séries télévisées Florent FAVARD Cinéma, l’horizon indépassable? Le recours aux réalisateurs de films Chloé CONANT-OUAKED La sitcom entre humour et empathie. Le cas de Raising Hope Marta BONI Série noire : vers un changement de paradigme télévisuel au Québec? Sylvie-Anne BOUTIN Lecteurs et lecture dans la série policière Law & Order: Criminal Intent Katerine GAGNON «Élémentaire, mon cher Jekyll»: quand Steven Moffat revivifie deux mythes littéraires Claire CALAND De la scène de crime à la scène de procès: implications philosophiques de l’effet CSI René LEMIEUX La mort dans la balance: Walter H. White ( Breaking Bad ) et la question éthique Pierre BARRETTE Posthumains en quête d’humanité: temporalité et corporalité dans Dark Angel et Battlestar Galactica Elaine DESPRÉS Tofurkey , pâte d’amandes ou burger? Nourriture, genre, classe et ethnicité dans Gilmore Girls Marie-Christine LAMBERT-PERREAULT Les quatre merveilleuses: figures plurielles et création télévisuelle au féminin dans La galère Julie RAVARY Les mots plus que les images dans In Treatment Simon HAREL Roughing It : la frontière et le langage dans Deadwood William S. MESSIER Le «refus» dans Mohawk Girls de Tracey Deer Kester DYER In the Flesh : l’altérité du zombie réhumanisé Jérôme-Olivier ALLARD Du leitmotiv horrifique à la chanson populaire: recontextualisations musicales dans American Horror Story Andréane MORIN-SIMARD Musique originale et variations sur un thème de Nicolas Maranda dans Minuit, le soir et 19-2 : une esthétique du motif en mosaïque Annick GIRARD Webséries québécoises interactives: bref panorama d’un univers hétéroclite Aude WEBER-HOUDE Les meilleures séries télévisuelles québécoises de grande écoute (1986-2003) Danielle AUBRY (1956-2008)
Categorías: Universidade

#FreeEdNOW: Demo live blog

#FreeEdNOW demonstration live blog. London, 15 November 2017.
Blogged by @alasdair_clark

The 2017 national demonstration live blog; follow for the hottest news and pictures, straight from the streets throughout the day. To submit pictures or content from the demonstration, post on #FreeEdNOW tagging @NCAFC_UK

16:05:

Now approaching Whitehall

#FreeEdNow demo arriving at Whitehall pic.twitter.com/4jeQGIVjDe

— Students' Union (@USSU) November 15, 2017

15:16:

Our banner leading the march!

Great work all.
Crack on. Brilliant turn out.#freeednow pic.twitter.com/ROgysyEY9A

— Simon Darwen (@Darwen88) November 15, 2017

14:03:

#FreeEdNOW is opened by NUS Trans Officer, Jess Bradley

“We fight for students who don’t have the time to write essays because they work 3 jobs while rich fucks don’t even pay their tax.”

@JBPersonalBrand opening for the #FreeEdNow demo. @NCAFC_UK pic.twitter.com/qfPGYhdBWE

— u⚧m trans campaign (@UoMtrans) November 15, 2017

13:47: 

No comment needed.

Reminder to everyone on today's #FreeEdNow student demonstration: these officers in the blue bibs only want a 'friendly chat' to gather intelligence on protesters. You aren't obliged to talk to them #SayNoToPLOs pic.twitter.com/l9fJA9aGJ4

— Netpol (@policemonitor) November 15, 2017

13:44: 

Students heard chanting, “education such a mess, where the fuck is NUS”

groups of students at #freeednow demo chanting “education such a mess, where the fuck is NUS”

— amelia ❄️ (@joan0fsnark) November 15, 2017

13:30: 

We’re enjoying the fantastic sound of your music and chanting, keep it up!

#FreeEdNOW #MaletStreet pic.twitter.com/nS2ZzUYrRf

— Deborah Williams (@__DRW__) November 15, 2017

13:20:

Sarah Gillborn, a PhD student at Leeds Beckett and one of the organisers behind their protest on campus told NCAFC about the local issues they are protesting against as part of the fight for free education:

“At Leeds Beckett, the library used to be open to the community and free for everyone to use, but recently management made the decision that only students and staff would be allowed to use it.

“Universities should be a part of the community they exist in, and those who aren’t able to enrol as a student should still be able to benefit from resources like the library.

“It shouldn’t be shut off to those who can’t afford to study and take on huge levels of debt.”

13:05:

NCAFC are proud to include DemoHQ as part of our demonstration, building accessibility into all of our action is vital.

NUS Disabled Students Officer, Rachel O’Brien, says that DemoHQ is a vital part of any demonstration:

“It gives people who can’t march – be that for disability reasons or otherwise – a place to go and do essential work for the Free Education Demo. It makes our labour visible, and gives it equal value to the labour of the people who are marching.”

12:50:

Are you unable to join the march today, but keen to help out in other ways? You can join the team at DemoHQ. Get in touch for more information

At demo HQ which is my office for today with @RachelJ_OBrien, @UoNSU_Disabled and @leottsr ✨ We're here to provide social media, arrestee and press support for the demo #freeednow

Categorías: Universidade

« Débuter a toujours été difficile. »

Cahiers Pédagogiques - Mar, 14/11/2017 - 17:49

Le métier d'enseignant change et les débutants dans ce métier ont connu des parcours de plus en plus divers avant de l'exercer. Deux bonnes raisons pour proposer un hors-série numérique en téléchargement gratuit offrant des ressources nombreuses et variées répondant à l'extrême diversité des « besoins ». Présentation du dossier par ses coordonnateurs.

Yannick Mével et Dominique Seghetchian

Les Cahiers pédagogiques ont déjà publié il y a quelques mois un dossier hors-série numérique sur les débuts dans l'enseignement. En quoi celui-ci le complète-t-il ?

Ce dossier se veut résolument ancré dans le quotidien des enseignantes et enseignants débutants, les deux pieds sur terre et « les mains dans le cambouis ». Il s'agit de répondre aux premières questions voire aux premières urgences, de partager des acquis de l'expérience pour permettre aux collègues qui entrent dans le métier de trouver quelques clés pour ouvrir les premières portes. Cette démarche est complémentaire de celle du précédent dossier qui décrivait les conditions d'entrée dans le métier et traitait davantage de la formation que des débuts proprement dits. Il montrait les effets de la formation et avançait des propositions pour une formation professionnelle vraiment adaptée. De ce fait, il s'adressait sans doute davantage aux formateurs qu'aux débutants eux-mêmes.

Dans le dossier que nous venons de coordonner, nous avons choisi de donner des conseils. Nous avons voulu que ces conseils soient autant que possible au croisement de l'expérience et de la recherche, afin que la lecture du dossier puisse accompagner la prise de distance avec l'action et son contexte, prise de hauteur nécessaire à la professionnalisation. Formés en maternelle, les jeunes collègues seront peut-être affectés en enseignement élémentaire ; beaucoup, formés au lycée, seront affectés dans des collèges, peut-être en éducation prioritaire, certains entreront dans le métier sans formation initiale. Avec ce dossier, nous avons cherché à proposer à la fois des procédures qui permettent de répondre aux situations d'urgence et une ouverture aux processus qui permettront, dans la durée, la maturation de postures et de gestes professionnels, afin d'aider nos jeunes collègues à se construire comme praticiens réflexifs capables de programmer et d'accompagner les apprentissages de leurs élèves et non comme opérateurs ou opératrices de programmes échappant à leur maitrise.

Enfin, nous avons voulu que la parole des débutants, par exemple à l'issue de l'année de stage, trouve pleinement sa place et dialogue avec celle de formateurs ou d'enseignants plus chevronnés.

Pourquoi un hors-série gratuit ?
Gratuit cela ne signifie pas que ça n'a aucun coût et encore moins que ça n'est pas de qualité : rédactrices en chef, graphiste, correctrice ont consacré du temps à la mise en forme de ce dossier, sans compter le temps de travail bénévole des auteurs et autrices, du coordonnateur et de la coordinatrice pendant près de neuf mois (ça ne s'invente pas !). Nous savons cependant que les collègues débutants (et futurs débutants) ne sont pas bien riches et le CRAP-Cahiers pédagogiques est une association militante ! Nous espérons que la gratuité permettra une entrée dans la lecture des Cahiers pédagogiques et, pourquoi pas, suscitera des vocations de contributeurs et contributrices aux différentes rubriques de notre revue.

Qu'y trouveront les lecteurs ?
La lecture de ce dossier fournira quelques « bons conseils » de formateurs, d'enseignants en poste, d'anciens débutants, beaucoup d'idées pour organiser la classe, réagir aux incidents, imaginer des situations d'apprentissage. On y trouvera sans doute aussi un peu de réconfort quand les choses sont difficiles et que le travail submerge ceux et celles qui doivent tout construire en même temps, ainsi que des ressources pour aller plus loin dans nos publications, dans des livres, sur la toile… et de quoi s'intégrer à des collectifs de travail !

Un des principaux messages est que si l'enseignement est un exercice très (trop ?) souvent solitaire, chargé de responsabilités, le meilleur moyen de s'épanouir professionnellement et humainement est de rompre cet isolement, de s'appuyer sur les collectifs que sont la communauté éducative d'un établissement, les communautés numériques, les associations disciplinaires et les mouvements pédagogiques.

Un autre message essentiel, corollaire du précédent, est qu'on n'en finit jamais avec la formation. L'année de stage passée, on devient responsable de sa formation continue à travers ses recherches personnelles, ses lectures (variées), son inscription dans des espaces et groupes de réflexion.

Nous nous sommes refusés à proposer des choses tellement « parfaites » qu'elles paraitraient impossibles à mettre en œuvre, c'est pourquoi les textes de ce dossier rendent souvent compte des hésitations, des imprévus, des petits échecs et des petites réussites du quotidien. L'autre critère de choix des articles retenus est leur exigence sur les finalités de l'école. Toutes les propositions de ce dossier ont été élaborées par des enseignants, des formateurs, professionnelles et professionnels persuadés que tous les élèves peuvent apprendre, que notre mission est de lutter constamment contre la résignation, la relégation, le repli sur le travail pour les quelques élèves qui sont les mieux adaptés à l'école.

Est-il plus difficile de débuter dans l'enseignement aujourd'hui qu' « avant » ?

Non. Débuter a toujours été difficile. Lorsque nous-mêmes avons débuté (au début du dernier cinquième du siècle dernier…) on disait déjà que les élèves n'étaient plus comme « avant » ; en Mésopotamie, au 22ème siècle avant JC aussi…

Plus sérieusement, c'est vrai que l'école, comme la société, demande à chacune et chacun, qu'il apprenne ou qu'il enseigne, d'être performant le plus vite possible et que le stress de ceux et celles qui débutent en est renforcé. C'est vrai qu'aujourd'hui, nous, les pédagogues, sommes certainement plus exigeants avec nous-mêmes. C'est vrai que les tâches dévolues au personnel enseignant se sont diversifiées, que les contenus à enseigner se sont complexifiés, qu'il est plus difficile aujourd'hui qu'hier de « préparer un cours » en tenant compte de prescriptions multipliées (programmes, socle commun, « éducations à… »)

C'est pour cela que nous ne cessons dans ce dossier d'indiquer la voie de la coopération, de la bienveillance et de l'exigence.

Propos recueillis par Cécile Blanchard

Sur la librairie

Ressources pour débuter
En téléchargement gratuit

Voir le sommaire

Categorías: Educación, Universidade

Revue de presse du mardi 14 novembre 2017

Cahiers Pédagogiques - Mar, 14/11/2017 - 17:24
Pédago ou pas ?

Colloque Antibi : JM Blanquer chez les pédagogues. “Jean-Michel Blanquer s'est longuement invité au colloque organisé par le Mouvement contre la constante macabre (MCLCM), créé par André Antibi. Une présence qui n'est pas une surprise pour le Mouvement, car JM Blanquer participe à son colloque tous les ans. Mais qui pourrait l'être pour certains partisans du ministre. Jean-Michel Blanquer a notamment annoncé la création d'un conseil scientifique sur l'évaluation en lien avec une plus forte présence des évaluations internationales au ministère. Il a laissé entendre que "de grands principes nationaux" sur l'évaluation pourraient être énoncés.”

Au collège Brassens, à Paris, un enseignement « humanité » pour prévenir racisme et antisémitisme. “Une salle Gabriel et Arié Sandler, assassinés par Mohamed Merah, sera inaugurée mercredi. Cette initiative s'inscrit dans un travail à long terme engagé auprès des élèves de l'établissement pour prévenir les tensions culturelles et religieuses.” réservé aux abonnés.

Réussite scolaire : La mixité est indispensable aux garçons. “Pour tous ceux qui se demandent pourquoi les garçons réussissent aussi mal leur scolarité, la nouvelle étude de M Van Hek, G Kraaykamp et B Pelzer apporte un éclairage intéressant. Basés sur près de 300 000 élèves de 33 pays elle montre que la mixité est un facteur de réussite scolaire pour les garçons. Une découverte qui devrait entraîner les chefs d'établissement à tenir compte de ce paramètre dans la constitution des classes. Et surtout à se soucier des filières genrées comme celles de l'enseignement professionnel.”

Prime en ZEP : « Les délais posent question aux enseignants ». “Marc Douaire, président de l'Observatoire des zones prioritaires, réagit aux annonces du ministre de l'éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, sur l'éducation prioritaire, lundi.” Propos recueillis par Mattea Battaglia

Réforme du bac : avant Blanquer, Fillon et Darcos avaient tenté d'imposer le contrôle continu. “Avant Jean-Michel Blanquer, deux autres ministres de l'Education avaient tenté, en vain, de réformer le bac avec une logique de matières majeures et de contrôle continu.” “Mais en 2005, cette proposition provoque un tollé et envoie des lycéens dans la rue, soucieux de conserver l'anonymat de leurs examens. Le ministre de Jean-Pierre Raffarin doit alors abandonner cette partie pour pouvoir faire passer sa loi globale, avant d'être remercié.” Mémoire un peu tronquée…

Tout et n'importe quoi sur l'orientation. Par Denis FRANCK sur son blog. “Qui sait précisément ce que le terme d'orientation recouvre ? Les réalités du système d'orientation scolaire qui n'a que rarement les moyens de pratiquer l'orientation, celles de l'orientation professionnelle où se côtoient le meilleur et le pire, n'aident pas à se faire une représentation claire et cela aide encore moins à ce que l'on parle tous de la même chose !

Mais heureusement, on trouvera sur Eduscol : L'orientation du lycée à l'enseignement supérieur. “L'orientation au lycée est renforcée et s'intègre dans le Plan Étudiants composé de 20 mesures pour aider l'élève à construire son projet d'études.” Avec le vademecum des PP de terminale.

Et puis après certaines déclarations de notre ministre ça réagit.
Ecole primaire : y a-t-il de faux dyslexiques ? par CHRISTEL BRIGAUDEAU. “Dans un entretien au « Parisien », le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer a évoqué une « surmédicalisation » de la difficulté scolaire. Le débat est lancé.”

L'appel des anti-écriture inclusive à Jean- Michel Blanquer. “Une pétition lancée vendredi par une enseignante s'insurge « contre ces combats féministes qui abîment la langue ». Un collectif de professeurs adresse une lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer.”

Supérieur

L'enseignement supérieur peut-il accueillir les enfants du « baby-boom » de 2000 ?Face au choc démographique que subira l'enseignement supérieur jusqu'en 2025, le think tank Terra Nova appelle à ne pas faire de l'université la seule variable d'ajustement.”

Comment doivent évoluer les écoles d'ingénieurs ? par Olivier Rollot. “L'ancien directeur des Arts et Métiers ParisTech, Laurent Carraro, a été missionné cette année par le ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation pour s'interroger sur l'avenir des formations en ingénierie. Il vient de remettre son rapport et revient avec nous sur ses principales conclusions

Comment améliorer l'enseignement de l'économie ?

Apprentissage

Muriel Pénicaud lance la concertation sur la transformation de l'apprentissage. “Entourée de Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation nationale et de Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, Muriel Pénicaud a annoncé vendredi 10 novembre 2017, au ministère du Travail, l'ouverture de la concertation sur la « transformation de l'apprentissage » en insistant sur le caractère systémique de la réforme qui « doit placer au centre de l'apprentissage les jeunes et les entreprises ».”

L'apprentissage, une clef de la réussite depuis des siècles par Jean-Marc Vittori. “L'apprentissage est un formidable levier de progrès. Pour développer l'activité en Europe au Moyen Age, pour lutter aujourd'hui contre le chômage des jeunes, pour préparer le monde de demain.” Des éléments d'histoire un peu édulcorés...

Bernard Desclaux

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 539 - Pouvoir d'agir et autonomie de l'école au lycée

Dossier coordonné par Michèle Amiel et Gwenaël Le Guével
septembre-octobre 2017

Prendre des initiatives, engager un processus de décision, animer une équipe, mettre en place une innovation, etc. Est-ce le domaine réservé du directeur d'école, de l'IEN, du chef d'établissement ? Au bout du compte, l'augmentation du pouvoir dans un établissement autonome, c'est celle du chef ou celle des personnels.

N° 536 - Éduquer aux médias et à l'information

Dossier coordonné par Émilie Kochert
mars 2017

Nous sommes inondés d'informations. L'actualité a remplacé l'information dans une culture du buzz où souvent on ne prend pas le temps de vérifier. Est-il simple de déceler le vrai du faux ou de sélectionner l'information dans le divertissement ? Éduquer aux médias et à l'information relève des missions des enseignants.

Categorías: Educación, Universidade

'We are a force to be reckoned with': voices of newly qualified nurses

Guardian Unlimited: Education - Mar, 14/11/2017 - 16:05

Those entering nursing now are faced with increased responsibility in a challenging NHS environment. Here’s what they think

Nursing isn’t what I expected it to be, there’s never enough time for patient contact which really saddens me. Nurses are now mainly office-based and have to delegate the patient contact to healthcare workers. I often class a good shift as one where I have managed to sit down and talk to someone who needed me. I finish most shifts feeling guilty and wake up in the middle of the night and remember things I didn’t have time to do. The stress of the job is unbelievable.

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade
Distribuir contido