Agregador de novas

Y en eso volvió Lula candidato

Rebelión - Sáb, 14/01/2017 - 00:00
"Nosotros volveremos a gobernar a pesar de que quieren criminalizar al PT", dijo el histórico dirigente en Salvador de Bahía en un encuentro de los campesinos sin tierra. Lula habló de la injerencia de EE.UU. en la investigación sobre Petrobras.
Categorías: Alterglobalización

El mensaje secreto

Rebelión - Sáb, 14/01/2017 - 00:00
Categorías: Alterglobalización

Hacia el triunfo de Lenin Moreno

Rebelión - Sáb, 14/01/2017 - 00:00
Categorías: Alterglobalización

¿Antisemitismo o ética colonial?

Rebelión - Sáb, 14/01/2017 - 00:00
Categorías: Alterglobalización

Venezuela: Aumentan detenciones de opositores en nueva cacería de brujas

Amnistía Internacional - Ven, 13/01/2017 - 22:51
Manifestación de la oposición en Caracas el 27 de julio de 2016. JUAN BARRETO/AFP/Getty Images) Las más recientes detenciones de líderes y miembros de un partido de la oposición apuntan a un patrón sistemático de abusos contra quienes se atreven a expresar una opinión contraria a la del gobierno, dijo hoy Amnistía Internacional. Entre el 11 y 12 de enero, el Diputado Gilber Caro, del partido político de oposición Voluntad Popular, junto con los concejales Roniel Farias, Jorge González y los activistas políticos Stacy Escalona e Irwin Roca, fueron privados de libertad bajo acusaciones públicas de altas autoridades quienes vinculan a estos líderes junto a Lilian Tintori, esposa del prisionero de conciencia Leopoldo López, de llevar a cabo “actividades terroristas”.  El gobierno de Maduro continúa con su cacería de brujas contra quien se atreva a emitir una opinión contraria a sus políticas Erika Guevara-Rosas, Directora para las Américas de Amnistía Internacional "Al parecer el gobierno del Presidente Maduro continúa con su cacería de brujas contra cualquiera que se atreva a emitir una opinión contraria a sus políticas. La utilización de absurdos argumentos conspirativos para justificar detenciones irregulares demuestran la falta de compromiso de Venezuela con la promoción y  protección de los derechos humanos básicos de todas las personas en el país,”  dijo Erika Guevara-Rosas, Directora para las Américas de Amnistía Internacional. “Las autoridades venezolanas deben garantizar los derechos procesales de las personas detenidas, en particular la presentación ante jueces civiles con cargos y pruebas fehacientes en un tiempo expedito, así como el acceso inmediato a sus familiares y representantes legales. “En vez de perseguir a quienes opinan distinto, el gobierno de Venezuela debe enfocar sus esfuerzos en la búsqueda de soluciones efectivas y justas para superar la grave crisis humanitaria y de derechos humanos que afecta a la población”.Amnistía Internacional exige a las autoridades venezolanas garantizar el derecho a la libertad de expresión y reunión pública y pacífica, sin discriminación de ninguna índole.
Categorías: Información xeral

Más de un millón de personas piden al presidente Obama que indulte a Edward Snowden

Amnistía Internacional - Ven, 13/01/2017 - 22:19
Campaña Write for Rights © Amnesty International La campaña para lograr el indulto de Snowden (Pardon Snowden) ha entregado más de un millón de firmas al presidente Barack Obama, pidiéndole que indulte al denunciante de irregularidades Edward Snowden antes de dejar su cargo el 20 de enero. Las firmas entregadas a la Casa Blanca –en total 1.101.252– fueron recogidas por la campaña, la Unión Estadounidense para la Defensa de las Libertades Civiles (ACLU), Amnistía Internacional, Human Rights Watch, Demand Progress y CREDO Action.“Personas de todo el mundo se han unido para demostrar su apoyo a Edward Snowden y agradecerle el servicio público que ha prestado al defender sus derechos humanos. Edward Snowden es un héroe, no un traidor, y el hecho de que siga estando en un limbo años después de desencadenar un debate global tan importante sobre la vigilancia y la privacidad es una grave injusticia. Merece algo mejor que vivir en el exilio”, ha dicho Salil Shetty, secretario general de Amnistía Internacional.“Al indultar a Snowden, el presidente Obama se colocaría del lado correcto de la Historia y demostraría que apoya a todas las personas que luchan por lo que es justo, aun a costa de un gran coste personal.”Anunciada en septiembre por la ACLU, Amnistía Internacional y Human Rights Watch, la campaña Pardon Snowden (Indultar a Snowden) ha contado con el apoyo de prominentes juristas, personas expertas en temas de inteligencia y tecnología, artistas y defensores y defensoras. Entre los firmantes están George Soros, fundador y presidente de la Open Society Foundations; Steve Wozniak, cofundador de Apple; Jack Dorsey, presidente de Twitter; Timothy Edgar, ex director de personal de seguridad nacional de la Casa Blanca, Daniel Ellsberg, denunciante de irregularidades con los Papeles del Pentágono, los actores Maggie Gyllenhaal, Danny Glover y Mark Ruffalo y los escritores Cheryl Strayed, Joyce Carol Oates y Teju Cole.La campaña argumenta que: Las revelaciones de Snowden desencadenaron un debate global crítico sobre la vigilancia gubernamental y generaron una mayor supervisión por parte de los tres poderes del Estado, así como importantes reformas del Congreso y el poder ejecutivo; Snowden tuvo mucho cuidado de desvelar la información de forma responsable y únicamente a periodistas de confianza y con una sólida trayectoria, a condición de que permitieran al gobierno de EE. UU. rebatir la publicación; Las personas que denuncian irregularidades actúan como control sobre el poder del Estado y no deben ser juzgadas aplicándoles la Ley de Espionaje, que data de la primera Guerra Mundial y no distingue entre vender secretos a gobiernos extranjeros y filtrarlos a periodistas que trabajan en pro del interés público. “Cuando apareció Internet, pensamos que iba a ser un modelo de libertad, aprendizaje y participación. Edward Snowden nos demostró que en realidad los gobiernos y las empresas la están utilizando para controlarnos e invadir nuestra intimidad”, ha afirmado Wozniak. “Snowden ha renunciado a su vida para oponerse al espionaje secreto y defender la Constitución. Por eso es un héroe y por eso merece el indulto.”Las firmas de la petición se entregaron a la Casa Blanca acompañadas de una carta del director ejecutivo de la ACLU, Anthony Romero, el director ejecutivo de Human Rights Watch, Kenneth Roth, y el secretario general de Amnistía Internacional, Salil Shetty.“Usted mismo dijo en 2014 que el debate desencadenado por Snowden 'nos haría más fuertes'. Se ha demostrado que estaba en lo cierto”, afirma la carta. Estamos seguros de que Snowden será recordado como un héroe de los derechos humanos. Salil Shetty, secretario general de Amnistía Internacional. “Estamos seguros de que Edward Snowden será recordado como un héroe de los derechos humanos y uno de los más importantes denunciantes de irregularidades de la Historia. El indulto presidencial de Snowden sería una valiente afirmación del derecho de la ciudadanía a exigir cuentas a sus gobiernos cuando abusan del poder.”Ellsberg, famoso denunciante de irregularidades con los Papeles del Pentágono, el informe del Departamento de Defensa en el que se exponía en detalle la participación del gobierno estadounidense en el conflicto de Vietnam, pidió al presidente Obama que actúe:“No hay nadie en el mundo con quien me identifique más que con Edward Snowden. Vio políticas peligrosas, ilegales e inconstitucionales que amenazaban radicalmente nuestra democracia y, en lugar de mirar para otro lado, lo sacrificó todo para terminar con ellas. Espero que los funcionarios y empleados gubernamentales que observen irregularidades sigan su ejemplo y cumplan con su juramento de defender la Constitución. El presidente Obama debe reconocer el valor de Snowden y permitirle volver a casa.”En noviembre del pasado año, más de una docena de ex integrantes del Comité Selecto de Inteligencia del Senado, que supervisó una investigación bipartidista sobre las actividades de inteligencia del gobierno estadounidense en la década de 1970, pidieron al presidente Obama y a la fiscal general Loretta Lynch que fueran indulgentes con Snowden. Argumentando que la actuación de Snowden benefició a la democracia, recordaron cómo trató el gobierno al asesor de seguridad nacional Sandy Berger y a los ex directores de la CIA John Deutch y David Petraeus, todos los cuales desvelaron información clasificada.El presidente Obama ha conmutado las penas de cárcel de 1.176 personas, y ha concedido 78 indultos, incluidos los indultos previos al juicio de tres iranoestadounidenses en el marco del acuerdo nuclear con Irán de 2015.“Casos como el de Edward Snowden son precisamente la razón por la que existe la prerrogativa de indulto”, ha manifestado Ben Wizner, abogado de Snowden, de la ACLU. “El presidente Obama tiene la oportunidad de utilizar esta prerrogativa para reconocer uno de los actos más importantes de denuncia de irregularidades de la Historia moderna. Actuar cuando aún puede hacerse enviaría una poderoso mensaje al mundo en estos tiempos difíciles: que muchos estadounidenses siguen comprometidos con los derechos humanos y los principios democráticos.”
Categorías: Información xeral

La féminité dans les arts hellénistiques: voix, genre, représentations (ENS Lyon)

Fabula - Ven, 13/01/2017 - 18:29
ENS de Lyon – UMR 5189 Hisoma Colloque international: La féminité dans les arts hellénistiques: voix, genre, représentations. Appel à contribution L’essor des mouvements féministes aux Etats-Unis, puis dans l’ensemble du monde occidental, a suscité, ces quarante dernières années, un intérêt particulier pour les questions relatives aux «voix féminines» dans les textes antiques : la poésie épique archaïque, la poésie lyrique et le théâtre classique ont été étudiés par des philologues, mais aussi des historiens et des anthropologues, à travers cette optique nouvelle. Ces travaux, notamment la synthèse de S.B. Pomeroy (1975), ont fait de la «féminité» un objet d’étude à part entière dans tous les domaines de la philologie classique: y sont comprises les questions du corps féminin, de la sexualité et de l’identité féminine, ainsi que celle de l’accès à la parole. En France, de nombreux travaux ont également été produits sur le sujet. Les plus novateurs et les plus marquants furent ceux de Nicole Loraux, qui développe dans Les enfants d’Athéna (1981) et Les expériences de Tirésias (1989) une lecture «sexuée» de la démocratie athénienne. Assez curieusement, cependant, ces études ont pour une bonne part laissé de côté l’ensemble de la production hellénistique, alors même que l’approche de la femme et de la voix féminine connaissent à cette époque des transformations et des évolutions importantes. Si le statut de la femme évolue de manière très sensible entre l'époque classique et l'époque hellénistique, si certaines femmes, comme Arsinoé ou Bérénice, jouent un rôle politique de premier plan dans l'Égypte lagide, peut-on dire pour autant que dans l'univers poétique alexandrin la place de la femme connaît une transformation importante ? Cette place de la femme dans la poésie alexandrine concerne essentiellement les modalités de la prise de parole féminine et des conditions dans lesquelles un discours est proféré par une instance locutrice féminine. Plus généralement, les femmes bénéficient dans la littérature hellénistique d’un traitement relativement favorable. Cela est vrai aussi bien à propos des individus «réels» — et l’on pense ici aux poétesses Anytè et Nossis —, que concernant les personnages fictifs. Dans de nombreuses œuvres, en effet, le poète-narrateur, s’il est souvent de sexe masculin, délègue sa voix à des locutrices secondaires. C’est le cas des Syracusaines de l' Idylle XV , de la magicienne Simaitha de l' Idylle II de Théocrite, mais aussi des figures d’Hypsipylé, d’Arété ou de Médée dans les Argonautiques d'Apollonios de Rhodes, ou encore Cassandre dans l' Alexandra de Lycophron. Entre ces deux sortes de discours féminins, existe certes une certaine asymétrie: lorsque l’auteur est une femme, dans le cas des épigrammatistes, la voix de la poétesse et celles des locutrices fictives sont de même genre. Lorsque l'auteur est un homme, une frontière nette sépare toujours la voix du poète de celles des locutrices secondaires. Cette différence ne doit toutefois pas conduire à envisager séparément ces deux modes de prise de parole féminine: au contraire, étudier les caractéristiques attribuées à la parole féminine peut être le moyen de mettre en lumière les représentations auxquelles les poétesses réelles étaient confrontées, de comprendre quel rapport entretient leur œuvre avec ces représentations et quelle est l’originalité de leur positionnement poétique ou du traitement qu’elles réservent à certaines thématiques. Au-delà de cette problématique particulière, nous aimerions, dans ce colloque, interroger l’évolution de la parole féminine, tant dans son contenu que dans sa mise en scène littéraire, à une époque où, aussi bien en politique qu’en art et en science, les femmes sont plus présentes que par le passé aux côtés des hommes. On pourra ainsi s’interroger sur le type de questions suivantes, sans que cette liste soit exhaustive : - La dimension politique du discours féminin - La divinisation de la femme de pouvoir - La femme comme figure de l'altérité - Les intertextualités du discours féminin - Les occupations et fonctions féminines - Les modalités discursives de la voix féminines - L’influence du statut familial des femmes (filles, mères, épouses, concubines…) sur leur prise de parole - L’influence dustatut social de la femme sur son discours et sa représentation - La question du féminin en face de la féminité -L’utilisation du bi-culturalisme gréco-égyptien dans les représentations hellénistiques Vous voudrez bien retourner votre proposition de communication pour le 15 février 2017 aux adresses suivantes : christophe.cusset@ens-lyon.fr , nadege.wolff@ens-lyon.fr , claireemmanuelle.nardone@ens-lyon.fr , pierre.belenfant@ens-lyon.fr Votre proposition doit être composée d’un titre, d’un résumé et d’un bref CV.
Categorías: Universidade

E. Terray, Mes anges gardiens

Fabula - Ven, 13/01/2017 - 18:26
Mes anges gardiens Emmanuel Terray Françoise Héritier (Préfacier) Date de parution : 05/01/2017 Editeur : Seuil Collection : La Librairie du XXIe siècle ISBN : 978-2-02-132146-3 EAN : 9782021321463 Format : Grand Format Présentation : Broché Nb. de pages : 256 p. "En ouverture de son livre, Emmanuel Terray nous fait une confidence : « La croyance chrétienne assigne à chacun de nous un ange gardien qui, tout au long de notre vie, nous prodigue assistance et conseil ; pour l’incroyant que je suis, quelques écrivains ont été comme autant d’anges gardiens ». Ces Anges gardiens, on pourrait les considérer comme des garde-fous. À la seule condition d’entendre par cette expression, à l’envers du sens commun, la protection de ce qu’il y a en nous de folie, cette folie qui permet d’imaginer, de s’insurger, de rêver et d’agir. Emmanuel Terray a choisi de nous montrer comment se fabrique une vie façonnée par des lectures. Son point de départ : l’insurrection. Insoumis, Terray est toujours un insurgé. C’est aussi ce qui anime chaque page de son livre : un message tonique, voire d’un pessimisme tonique, en ce début de xxie siècle où tant de discours se complaisent dans la « réaction » plutôt que dans « l’action ». Arrivée à ce point, dans ma propre existence, je m’interroge : s’il n’y a pas cet enthousiasme de la jeunesse, de la vie, à quoi bon vivre ? Ce que montre, à sa manière, le livre de Terray, c’est que la vérité de la vie n’est pas dans un quotidien monstrueux et désespérant. C’est dans la solidarité, la fraternité, l’action, et l’enthousiasme qu’on peut arriver à quelque chose. Même si, en fin de compte, on n’obtient pas tout ce à quoi on pourrait aspirer." — F. Héritier Directeur d'études à l'Ecole des hautes études en sciences sociales, Emmanuel Terray a notamment publié aux Editions du Seuil, dans "La Librairie du XXIe siècle", La Politique dans la caverne (1990) et Une passion allemande. Luther, Kant, Schiller, Naderlin, Kleist (1994).
Categorías: Universidade

S. Audoin-Rouzeau, Une initiation. Rwanda 1994-2016

Fabula - Ven, 13/01/2017 - 18:21
Une initiation. Rwanda 1994-2016 Stéphane Audoin-Rouzeau Date de parution : 19/01/2017 Editeur : Seuil ISBN : 978-2-02-130851-8 EAN : 9782021308518. Mais que s’est-il passé ? Après trois décennies d’un parcours de recherche entièrement consacré, dès l’origine, à la violence de guerre, un « objet » imprévu a coupé ma route. On aura compris qu’il s’agit du génocide perpétré contre les Tutsi rwandais entre avril et juillet 1994, au cours duquel huit cent mille victimes au moins ont été tuées, en trois mois. Ce qui se joue ou peut se jouer chez un chercheur, dans l’instant tout d’abord, dans l’après-coup ensuite, constitue l’axe du livre qui va suivre. Car l’objet qui a croisé ma route ne s’est pas contenté de m’arrêter pour un moment : il a subverti, rétroactivement en quelque sorte, toute la gamme de mes intérêts antérieurs. Stéphane Audoin-Rouzeau est directeur d’études à l’EHESS et président du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre (Péronne-Somme). Il est notamment l’auteur au Seuil de Quelle histoire. Un récit de filiation (1914-2014) (2013 et « Points Histoire », 2015, avec l’ajout d’un texte inédit « Du côté des femmes ») et de Combattre. Une anthropologie historique de la guerre moderne (xixe-xxie siècle) (2008).
Categorías: Universidade

Revue de presse du vendredi 13 janvier 2017

Cahiers Pédagogiques - Ven, 13/01/2017 - 18:19

Pas grand chose en cette veille de week-end si ce n'est que la polémique à propos du prédicat se poursuit tandis que les candidats à la présidentielle font des propositions concernant l'éducation. Le Sénat bloque sur le financement de l'enseignement supérieur pendant que l'on s'interroge sur les évolutions des métiers.

Polémique

Jean-Rémi Girard : « Le risque est d'aboutir à un enseignement très hétérogène ». Il est vice-président du SNALC-FGAF. “Changer la terminologie de manière incessante est en outre une catastrophe pour la continuité de l'enseignement, y compris entre générations. Selon les chiffres du ministère, 45 % des élèves qui sortent du primaire ne savent pas écrire « le soir tombait » : il y donc a urgence à renforcer les outils et la formation, très insuffisante, des instituteurs dans ce domaine.” Admirer l'insistance sur la tradition ! Il est toujours question “d'instituteurs” !

Et le Monde s'en amuse, Grammaire : polémique sur la disparition du COD à l'école primaire. “Prenez l'enseignement de la langue – un domaine qui passionne les Français, même quand ils ne fréquentent plus les bancs de l'école. Ajoutez-y un changement de formulation dans les programmes scolaires, qui ont fait peau neuve en cette rentrée ; peut-être même une inflexion dans les objectifs qui leur sont assignés. Une bonne dose d'inquiétude partagée par les parents et les enseignants, à l'heure où toutes les enquêtes – nationales comme internationales – pointent les résultats décevants de notre système éducatif.”

Présidentielles

Le Café pédagogique résume L'éducation dans le débat de la primaire. “Finalement l'éducation aura été peu abordée dans le premier débat de la primaire de la gauche le 12 janvier. Seulement 4 candidats ont été interrogés à ce sujet. B Hamon a estimé que "la priorité c'est l'Ecole". Il veut "remettre en cause les ghettos scolaires et tordre le cou à la fatalité où l'école française est la plus inégalitaire". Pur lui la clé c'est la mixité sociale à l'école. Manuel Valls oppose à "l'apartheid scolaire" la "nation éducative", une formule de son programme. "Il y a une mesure qui marche c'est le plus de maitres que de classes", a déclaré l'ancien premier ministre. La formule du "plus de maitres que de classes" a été reprise au vol par Jean Luc Benhamias qui l'a situé au collège... Enfin Sylvia Pinel a estimé qu'il faut "coupler cette priorité (la mixité sociale à l'école) avec la politique de la ville" en proposant des logements sociaux. Vincent Peillon n'a pas été interrogé sur l'Ecole. Il est intervenu sur la laïcité en regrettant que l'on ait mis fin aux ABCD de l'égalité après son départ du ministère.”

Et Emmanuel Macron invite les socialistes à le rejoindre. Vous y trouvez son programme pour l'éducation.

Enseignement supérieur

Le Sénat rejette la proposition de résolution européenne sur l'enseignement supérieur. “Prenant appui sur la Stranes (Stratégie nationale de l'enseignement supérieur), qui plaidait déjà en faveur d'un engagement fort de l'État, la proposition a fait l'objet d'un amendement gouvernemental, portant sur le point dédié aux dépenses publiques. L'amendement comme le texte ont été rejetés. "Cette proposition de résolution européenne pose des questions fondamentales", a estimé Jacques Grosperrin, sénateur du Doubs (Les Républicains) et rapporteur de la commission de la culture, avant de rappeler que "l'objectif paraît lointain : la France en est à 1,5 %, l'Union européenne en moyenne à 1,3 %, quand les États-Unis et le Canada ont dépassé 2,5 %". "Quant à l'idée de couvrir l'essentiel des dépenses de l'enseignement supérieur par des fonds publics, elle me semble irréaliste", a-t-il ajouté.”

Mais par contre, il y a Un plan de revalorisation des salaires dans l'enseignement supérieur et la recherche qui est lancé. "La ministre de l'éducation nationale a annoncé, jeudi 12 janvier, le déblocage, d'ici à 2020, de 130 millions d'euros pour l'ensemble des personnels."

Avenir

La révolution numérique menace 10% des emplois, lesquels ?Selon un rapport du Conseil d'orientation pour l'emploi, les évolutions technologiques détruiraient moins d'un emploi sur dix (1,49 million de postes), dans des catégories "très exposées" : les métiers manuels peu qualifiés. Mais un emploi sur deux va devoir évoluer.”

Mais .... « Trouve le verbe de ta vie, pas le métier mais le verbe. » Une lettre bouleversante… "Qu'est-ce que vous voulez faire plus tard ? Voilà des années qu'on te pose cette question. Et pour celui qui te la pose, cela ne se réduit qu'à une seule chose : ton métier. On te demande quel métier tu veux faire sans même t'avoir présenté toutes les possibilités, puisque voilà dix ans qu'on t'enseigne les mêmes matières à l'école. Moi j'aurais une autre question à te poser.

Quel est le verbe de ta vie ? Pas le métier, non, le verbe. C'est lui qui va tracer les chemins de ta vie. Oui je dis bien les chemins, car dans le monde de demain, avoir plusieurs chemins de vie, de carrière, de métier, ne sera pas réservé aux atypiques."

Je vous souhaite un bon week-end pas trop perturbé par les intempéries.
Bernard Desclaux

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

Enseigner les langues aujourd'hui
N° 534 - Enseigner les langues aujourd'hui
Dossier coordonné par Soizic Guérin-Cauet et Hélène Eveleigh
janvier 2017
Apprendre une langue étrangère, c'est à la fois une évidence pour tous et une difficulté pour chacun. Et les études internationales ne font que confirmer que les Français seraient mauvais en langues. Quelles sont les pratiques qui permettent à l'apprentissage des langues vivantes d'être bénéfique pour nos élèves ?

N° 533 - Créer et expérimenter en sciences et technologie

Dossier coordonné par Évelyne Chevigny et Roseline Ndiaye
décembre 2016
L'enseignement des sciences expérimentales s'est considérablement renouvelé. Ces changements ont visé à mettre l'élève au centre, en prenant en compte les travaux de la didactique ainsi que les réflexions sur le bagage intellectuel de base pour tout citoyen du XXIe siècle, au cœur d'une société basée sur les sciences et les technologies.

Categorías: Educación, Universidade

P. Boucheron (dir.), Histoire mondiale de la France

Fabula - Ven, 13/01/2017 - 18:17
Histoire mondiale de la France Patrick Boucheron Nicolas Delalande (Directeur de publication), Florian Mazel (Directeur de publication), Yann Potin (Directeur de publication), Collectif Date de parution : 12/01/2017 Editeur : Seuil ISBN : 978-2-02-133629-0 EAN : 9782021336290 Format : Grand Format Présentation : Broché Nb. de pages : 790 p. « Ce ne serait pas trop de l’histoire du monde pour expliquer la France » Jules Michelet, Introduction à l’histoire universelle (1831) Voici une histoire de France, de toute la France, en très longue durée qui mène de la grotte Chauvet aux événements de 2015. Une histoire qui ne s’embarrasse pas plus de la question des origines que de celle de l’identité, mais prend au large le destin d’un pays qui n’existe pas séparément du monde, même si parfois il prétend l’incarner tout entier. Une histoire qui n’abandonne pas pour autant la chronologie ni le plaisir du récit, puisque c’est par dates qu’elle s’organise et que chaque date est traitée comme une petite intrigue. Réconciliant démarche critique et narration entraînante, l’ouvrage réunit, sous la direction de Patrick Boucheron, un collectif d’historiennes et d’historiens, tous attachés à rendre accessible un discours engagé et savant. Son enjeu est clair : il s’agit de prendre la mesure d’une histoire mondiale de la France, c’est-à-dire de raconter la même histoire – nul contre-récit ici – qui revisite tous les lieux de mémoire du récit national, mais pour la déplacer, la dépayser et l’élargir. Lire un extrait…
Categorías: Universidade

How strikes have disrupted the UK in recent years – in data

Guardian Unlimited: Education - Ven, 13/01/2017 - 18:12

The new year saw yet another round of tube and rail strikes, and figures show millions of working days lost to UK industrial action – but in historical terms, this is small beer

For many people, this was the first full working week after the Christmas break, and for Londoners who faced separate tube and rail strikes, it was even more trying.

It’s too early to say how many days of work were lost as a result of these strikes, but it is possible to look at the sectors that have experienced the most disruption in recent years.

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

El agua incita la disputa por tierras en el Nordeste de Brasil

IPS - Ven, 13/01/2017 - 18:02

Luis Alves Maia en el puesto de la feria agroecológica donde vende cada sábado sus frutas y verduras en Apodi. Él forma parte de los campesinos afortunados, que no se han visto afectados por la pertinaz sequía en el Nordeste de Brasil, gracias a la disponibilidad de agua. Crédito: Mario Osava/IPS

Por Mario Osava
APODI, Brasil, Jan 13 2017 (IPS)

El uso de las aguas del embalse Santa Cruz intensificó en el municipio de Apodi la disputa por tierras irrigables, que se ha ido diseminado por muchas partes del Nordeste de Brasil y que contrapone dos visiones del desarrollo y dos modos de vida.

El conflicto se contuvo porque el gran Proyecto de Irrigación Santa Cruz de Apodi, aprobado por el gobierno brasileño en 2011 para establecer un polo de fruticultura de exportación, aprovechando las aguas del reservorio, avanzó poco y se paralizó desde fines de 2014.

Pero sigue como una amenaza contra exitosas experiencias de agricultura familiar, desarrolladas  en la región las últimas décadas. El proyecto afectaría directa o indirectamente a más de 1.600 familias de 55 comunidades campesinas del municipio, aseguraron a IPS los responsables locales del Sindicato de Trabajadores y Trabajadoras Rurales (STTR).

“Al caballo lo bañamos con agua mineral”, se jactó Luis Alves Maia, para subrayar su privilegio de vivir en el valle del río Apodi, hasta ahora eximido de la escasez hídrica que hace cinco años agobia al semiárido interior del Nordeste por una pertinaz sequía.

Un pozo a 30 metros del río y una bomba le permiten irrigar su huerto y sus frutales, cuya producción vende cada sábado en la feria agroecológica de la ciudad de Apodi, cabeza del municipio, junto con una treintena de agricultores familiares. “Con el pie puedo excavar un pozo”, bromeó, para destacar que el agua está casi en la superficie.

Con 62 años y dos hijos ya adultos que trabajan con él, Maia exhibe su entusiasmo entre  grandes papayas, batatas (boniatos) y bananos que vende a la mitad o un tercio de su precio en ciudades al sur, como Río de Janeiro. “Alcanza para vivir y sobra”, aseguró a IPS en su puesto.

“Vendemos todo temprano, a las nueve de la mañana ya vendimos casi todo, porque la gente prefiere nuestras verduras sin agroquímicos, ya que duran más, una semana dentro del refrigerador sin deteriorarse”, sostuvo su vecina en la feria, Aldivana Marinho, con 40 años y cuatro hijos.

“El veneno agrícola enferma”, sentenció el profesor de primaria Raimundo Neto, de 51 años, un asiduo comprador en ese mercado desde hace siete años.

El embalse de Santa Cruz, reducido de agua tras cinco años de sequía, con parte del valle de Apodi, a la izquierda, donde se concentra la actividad agrícola del municipio. El uso de las aguas del reservorio enfrentan dos modelos productivos y dos formas de vida en el Nordeste de Brasil. Crédito: Mario Osava/IPS

El  embalse, inaugurado en 2002, evitó que el río Apodi quedase seco durante la sequía de cinco años actual, como ocurrió en 1983, cuando otra situación similar azotó la ecorregión del Semiárido, comparan los campesinos de más edad.

Pero el control del caudal río abajo beneficia una minoría de las familias que viven en el valle. Aelza Neves, con 53 años y cuatro hijos, vive lejos del río y depende del pozo de un vecino, en un poblado a 13 kilómetros de Apodi. Sin poder sembrar, sobrevive haciendo jalea y dulces de papaya, coco y otras frutas.

El embalse Santa Cruz, el segundo mayor reservorio del estado de Río Grande do Norte, podría ofrecer agua por gravedad, por lo tanto a bajo costo, a miles de campesinos en el valle, fortaleciendo más aún la agricultura familiar, propone Agnaldo Fernandes, presidente del STTR de Apodi.

Modelos enfrentados

Pero el plan del gobierno es destinar su agua a un llamado “perímetro (módulo) irrigado” para monocultivos de frutas, un modelo que se extendió en el Nordeste desde fines de los años 60 en la cuenca del río São Francisco, principal recurso hídrico de la región, que cruza su parte meridional.

Antonia de Souza Oliveira en medio de un campo de algodón irrigado con agua tratada en Asentamiento Milagre, donde los campesinos experimentan en forma comunitaria diferentes métodos para mejorar su productividad agrícola en la región semiarida del Nordeste de Brasil. Crédito: Mario Osava/IPS

La fruticultura por irrigación tiene su polo más productivo más al sur, en Juazeiro y Petrolina, municipios separados tan solo por ese río, fomentado por la estatal Compañía de Desarrollo de los Valles del São Francisco y del Parnaíba. La uva y el mango son sus principales productos de exportación.

En otras áreas los perímetros están a cargo del Departamento Nacional de Obras contra las Sequías (DNOCS), agencia pública fundada en 1909 para construir embalses, carreteras y otros proyectos destinados a atender a los castigados por las sequías, como los 37 perímetros de irrigación ya establecidos.Manejos ejemplares

Los campesinos de la meseta de Apodi no esperan por el agua del embalse.

Un ejemplo es el del Asentamiento Milagre, donde además de excavar pozos se reutiliza el agua. Un alcantarillado recoge el agua servida de sus 28 familias y la lleva a un sistema de tratamiento.

Con el agua tratada, se irrigan siembras experimentales de algodón y palma forrajera en frecuencias y mezclas variadas con desechos, para estudiar la mejor forma de reaprovechar el agua en la agricultura, explicó Antonia de Souza Oliveira, tesorera de la asociación comunitaria local.

El de Apodi sería el número 38, con irrigación de 9.000 hectáreas. Las tierras se ubican en una meseta, a cerca de 80 metros de altura sobre el punto de captación de las aguas del embalse de Santa Cruz, río abajo.

Una pequeña presa en el río, canales de captación y distribución de agua, el esqueleto de una estación de bombeo y tuberías abandonadas recuerdan el gran proyecto frustrado del DNOCS.

El embalse, de todas formas, sería insuficiente para irrigar las más de 3.000 hectáreas planteadas, según un dosier elaborado por 20 investigadores de siete universidades.

Además de la inviabilidad hídrica, el proyecto podría destruir avances singulares de la agricultura familiar local, su producción diversificada y sin los llamados agrotóxicos, técnicas de convivencia con el clima semiárido, incluso de irrigación, y organización comunitaria, destacó el estudio.

Gracias a ello, el municipio de Apodi mantiene en su área rural la mitad de su población, de 34.763 habitantes según el censo de 2010. De sus 55 comunidades rurales amenazadas, 20 son asentamientos de la reforma agraria, sumando más de 700 familias, según datos del STTR.

El perímetro irrigado invertiría esa lógica, con monocultivos, explotación empresarial y abuso de agrotóxicos, en desmedro del ambiente, la salud y el agua, según sus críticos.

Esqueleto abandonado de la estación de bombeo del agua del paralizado proyecto de irrigación del embalse de Santa Cruz, que iba a dirigir las aguas del río Apodi a 9.000 hectáreas dedicadas a la producción intensiva de frutas para la exportación, en el estado de Rio Grande do Norte, en Brasil. Crédito: Mario Osava/IPS

El DNOCS, sin embargo, anunció que solo 30 por ciento del área se destinará a las empresas y que estas solo tendrán 60 hectáreas de tierra irrigada. La mayor parte se destinaría a parcelas de ocho hectáreas para pequeños agricultores.

Sea como sea, el espíritu difiere. Se habla de generar de 12.000 a 13.000 empleos directos, de exportar frutas por los puertos ubicados a pocos centenares de kilómetros. Nada sobre una producción diversificada de alimentos, la seguridad alimentaria o la participación femenina.

La suprema contradicción es expulsar campesinos para incorporar otros en el perímetro irrigado.

Vicente de Freitas Neto, 58 años, se queja de que le expropiaron 133 hectáreas para el perímetro, con la promesa de pagarle 700 reales (217 dólares) por cada hectárea. “Es muy poco, el japonés paga tres veces más”, comentó a IPS sobre un hacendado vecino que produce melones.

“Además no recibí aún el pago ni sé cuándo lo tendré”, con el proyecto paralizado, lamentó. “Me quedé con solo 24 hectáreas para 25 herederos”, acotó.

Freitas no es contrario al monocultivo de frutas a gran escala. Dos de sus cuatro hijos trabajan en Agrícola Famosa, la mayor empresa exportadora de frutas en Brasil, que en parte produce en una hacienda de 1.700 hectáreas incrustada entre comunidades campesinas de la meseta de Apodi.

La empresa, fundada en 1995, cultiva 27.000 hectáreas en 19 haciendas en dos estados del Nordeste, donde produce principalmente melones y sandias, de las que exporta 75 por ciento. Llegó a Apodi en 2015, atraída por sus acuíferos como solución para la sequía.

Su irrigación se hace con agua de pozos que llegan a tener centenares de metros de profundidad.

Genival da Silva, viudo de 50 años y con tres hijos, también trabaja en Agrícola Famosa  hace 16 meses y defiende el uso de pesticidas. “Solo se aplican venenos de noche y con el trabajador protegido”, arguyó a IPS.

Pero “si vuelven las lluvias, volveré a cultivar mi tierra”, dijo determinado.

Editado por Estrella Gutiérrez

Artículos relacionados

De l'impossibilité de l'école du mérite

Cahiers Pédagogiques - Ven, 13/01/2017 - 18:00

« À chacun selon ses mérites », et les vaches (ou les intérêts de la société) seront bien gardées. L'école est chargée d'évaluer puis de répartir les enfants sur la base de leur mérite, tandis que l'égalité des chances, pour peu qu'on s'en saisisse, viendrait redresser les inégalités de naissance. Mais ce n'est pas si simple, ni si efficace, que cela.

« Il naît des hommes, il naît des femmes, il naît des filles uniques et des familles de dix enfants, il nait des enfants doués pour les études et d'autres doués pour les travaux manuels… Ce sont des disparités, des différences neutres par rapport à tout sentiment de justice ou d'injustice »

(Valéry Giscard d'Estaing, discours de 1970, cité par D. Merllié [1]).

ou encore…

« Les enfants, à partir du moment où ils naissent, sont différents, et il faut à un moment donné les confronter à cette réalité. Il y en a qui travaillent plus que d'autres, et d'autres qui travaillent moins, certains ont des difficultés et d'autres n'en ont pas, eh bien il faut leur faire vivre cette réalité ! »

Stéphanie Pernod-Baudon, vice-présidente en charge de la formation continue et de l'apprentissage en Auvergne-Rhône-Alpes, en séance du conseil régional en juin 2016.

Cette rhétorique de la naissance ou du mérite est omniprésente dans les sociétés où les personnes sont a priori considérées comme égales, dès lors qu'il faut dans le même temps justifier les inégalités qui existent en leur sein. Les inégalités, à l'école ou dans la vie, vont être jugées acceptables si on peut les considérer comme découlant du mérite, sans qu'il soit d'ailleurs nécessaire de définir précisément ce terme : si on admet plus ou moins implicitement qu'il y a des enfants qui ont plus ou moins de chance (ils sont nés « doués » dit Valéry Giscard d'Estaing), on souligne aussi que certains « travaillent plus que d'autres ». Certes, on admet que pour que les mérites s'expriment, l'égalité des chances doit être réalisée : si la société doit permettre aux personnes de satisfaire leurs aspirations et de déployer leurs talents, encore faut-il qu'elles ne soient ni entravées ni favorisées indûment par des caractéristiques sans rapport avec leurs mérites personnels (leur milieu d'origine, leurs caractéristiques physiques).

« Le mérite est une fiction. On sait que ça ne fonctionne pas. Dans la pratique, certains disposent d'avantages. En soi, le mérite est d'ailleurs une notion discutable (est-ce un mérite que d'aimer les maths ?), d'une cruauté sans nom, parce qu'il fait porter aux individus la responsabilité de situations qu'ils ne contrôlent pas entièrement. La victime du système n'est pas habilitée à le critiquer, puisqu'elle a “échoué”. »

François Dubet, « Qu'est-ce que récompense le mérite scolaire ? », Alternatives économiques, n° 228, septembre 2004.

Si personne ne soutiendrait que l'égalité des chances est parfaitement réalisée, l'invocation du mérite résiste pour deux types de très bonnes raisons. D'une part, invoquer le mérite permet de justifier les inégalités puisque, d'après la Déclaration des droits de l'Homme, celles-ci « ne peuvent être fondées que sur l'utilité commune », c'est-à-dire sur les services que les individus se montrent capables de rendre à la collectivité, quelles qu'en soient les raisons. D'autre part, et tout aussi important (notamment pour les éducateurs, parents ou enseignants), invoquer le mérite est psychologiquement utile. Car comment pourrait-on encourager les enfants à s'investir dans le monde (notamment dans leur travail scolaire) sans leur laisser espérer qu'ils en seront récompensés ? Nous avons tous besoin de croire dans le fait que nos efforts « paient » ou paieront… De plus, toute coopération sociale serait impossible si l'on ne croyait pas que les autres se comporteront de manière juste. On a donc besoin de croire que la vie est juste (pas toujours, certes, mais raisonnablement), que ce que nous faisons aura une sanction ; le mérite est alors, comme le dit François Dubet, une « fiction nécessaire »

Comment l'école pourrait-elle détecter les mérites ?

C'est particulièrement important à l'école, instance chargée de détecter les mérites et de classer, par les diplômes qu'elle délivre, les élèves en fonction de leur mérite. Or, on le sait, cette tâche est de fait difficile, et le constat récurrent de fortes inégalités sociales de carrières scolaires est là pour le rappeler.

Car quand on étudie les scolarités, on observe non seulement que les difficultés des enfants sont très précoces, mais qu'elles se concentrent avec tellement de netteté dans certains groupes sociaux qu'il est exclu qu'elles puissent résulter du jeu du mérite. Qui dirait que les jeunes enfants de milieu défavorisés qui peinent à apprendre à lire manquent de mérite ? En outre, les inégalités de carrières scolaires découlent d'inégalités de « choix » qui se manifestent, à réussite comparable. Ces inégalités de choix (d'options, d'établissement) n'ont évidemment aucun rapport avec le mérite.

De plus, l'école elle-même n'est pas neutre. On s'attendrait à ce qu'elle soit la garante d'une juste compétition, et, de manière encore plus évidente, à qu'elle ne vienne pas apporter sa pierre aux inégalités sociales. Or, la recherche montre que le maître, la classe ou l'école fréquentés pèsent parfois d'un poids de fait aussi lourd que les caractéristiques personnelles de l'élève. L'école apparaît donc en partie responsable des résultats des élèves, quels que soient leurs efforts.

Faire des efforts

Que certains enfants fassent « plus d'efforts » que d'autres, c'est clair. Mais c'est plus facile pour certains que pour d'autres. Car comment pourraient-ils se montrer également performants dans une société inégale où, la première heure, ils sont plongés dans un environnement social dont les psychologues démontrent le caractère inégalement stimulant ? La distribution des aptitudes et des motivations risque donc d'être inégale, sans que l'on puisse en la matière invoquer le mérite.

Dire cela ne revient pas à entériner ces inégalités : elles sont éminemment sociales. Mais la priorité doit être d'égaliser les environnements où grandissent les enfants, ce qui est bien plus exigeant que de se caler sur des inégalités de performances observées à un moment donné pour organiser une sélection drastique et irréversible.

On sait aujourd'hui que les êtres humains sont capables d'apprendre tout au long de la vie et il n'y a pas de raison de se résigner face à l'échec de certains enfants ; il faut s'arc-bouter pour leur permettre d'acquérir au moins ce qui leur sera nécessaire pour évoluer ensuite, et nous en sommes sans aucun doute capables, autant que les nombreux pays dont les enquêtes PISA montrent qu'ils comptent à 15 ans un très faible pourcentage d'élèves faibles. Outre le fait d'entériner ainsi une injustice – puisqu'on ne choisit pas sa famille-, on risquerait, à baisser les bras, de se priver à terme de « ressources humaines » dont on a besoin !

Mais il n'est pas question de renoncer au mérite, seulement, et c'est essentiel, à son caractère hégémonique qui conduit à hypertrophier ce qui n'est qu'une définition des fonctions de l'école, classer les élèves. Parce que l'école doit former et plus largement éduquer, elle ne peut être seulement un vaste espace de compétition, en se désintéressant du sort de ceux qui restent à la traîne. Une école du pur mérite n'est donc pas seulement impossible dès lors que les enfants grandissent dans des environnements inégaux, elle compromettrait sérieusement des pans entiers de ses missions éducatives et engendrerait des gaspillages et des « coûts » spécifiques.

Marie Duru-Bellat
Professeur émérite à Sciences po et chercheuse à l'IREDU

À lire également :

De sérieuses inquiétudes Par Cécile Blanchard

Les sociétés et leur école. Emprise du diplôme et cohésion sociale Recension de l'ouvrage de François Dubet, Marie Duru-Bellat et Antoine Vérétout, Seuil, 2010.

Le mérite contre la justice Recension de l'ouvrage de Marie Duru-Bellat, Les Presses de Sciences Po, 2009, 166 pages.

L'inflation scolaire. Les désillusions de la méritocratie Recension de l'ouvrage de Marie Duru-Bellat, Éditions du Seuil, 2006.

L'école, l'égalité des chances, la gauche et la droite Par Denis Meuret

[1] Dominique Merllié, « Psychologie et mobilité sociale », Actes de la recherche en sciences sociales, 1975, n°3, p.87-97 (p.96).

Ce qu'en dit Yves Michaud

« En fait, la sélection au mérite est inévitablement remise en question par la nature des activités sociales et professionnelles contemporaines. Dès lors que le diplôme ne garantit pas la compétence ou pas la totalité de la compétence, on doit faire intervenir des normes subsidiaires ou complémentaires propres à la profession, ou au métier, ou à la situation sociale. L'évaluation du mérite tend alors à se dissoudre jusqu'à ne plus être qu'un principe de couverture morale des actions signifiant… qu'on ne pratique pas l'arbitraire.
Au bout du compte, le poids des héritages sociaux l'emporte de nouveau. »

Yves Michaud, « Qu'est-ce que le mérite scolaire ? », Regards croisés sur l'économie, 2/2012 (n° 12), p. 189-202.
http://www.cairn.info/revue-regards-croises-sur-l-economie-2012-2-page-189.htm

Categorías: Educación, Universidade

C. Lucas Fiorato et P. Dubus (dir.), La Réception des Vite de Giorgio Vasaridans l’Europe des XVIe-XVIIIe s.

Fabula - Ven, 13/01/2017 - 17:32
C. Lucas Fiorato et P. Dubus (dir.), La Réception des Vite de Giorgio Vasaridans l’Europe des XVIe-XVIIIe siècles , Librairie Droz, collection "Cahiers d'Humanisme et Renaissance", 2017. EAN13 : 9782600047050. « Ce sont vos écrits qui m’ont donné envie d’apprendre cette langue ». La langue est l’italien, les écrits sont la première édition des V ite de Vasari et l’auteur de cette lettre est un Flamand, Lambert Lombard, artiste et lettré renommé. La diffusion européenne des Vite fut immédiate, mais leur réception ne fut pas toujours aussi élogieuse. Les deux éditions du texte (1550 et 1568) déclenchèrent des réactions en tous genres ;elles suscitèrent des discours ekphrastiques, théoriques, historiographiques et critiques sur les arts figuratifs en Europe qui n’ont rien perdu de leur actualité. Les contributions rassemblées ici mettent en évidence la variété et la dynamique de la réception, entre les XVIeet XVIIIesiècles, de cette œuvre hybride, source d’imitations, d’adaptations, de plagiat, de traductions et, bien sûr, d’inspiration. On reçut encore les Vite comme une œuvre à la gloire de Florence, un recueil d’histoires romanesques et même la matrice d’un nouveau vocabulaire artistique. Le lecteur découvrira tout au long des chapitres les voies empruntées par ceux qui contribuèrent à construire l’histoire des arts européens en référence à ce monument fondateur. The Dutch artist and writer Lambert Lombard claimed Giorgio Vasari’s Vite as his inspiration for learning Italian. As Vasari’s text spread across sixteenth-century Europe, it provoked ekphrastic, theoretical, historiographical, and art historical debates and reactions that remain pertinent even today. The various articles of this collected volume examine these Early Modern reactions to this hybrid work of Florentine glory, tracing the paths of those who built European Art History in reference to this foundational work. Table des matières Introduction de Corinne LUCAS FIORATO et Pascale DUBUS L’héritage de Giorgio Vasari Mario POZZI, Giorgio Vasari de la Torrentiniana à la Giuntina Giorgio PATRIZI, Les Vite entre la première et la seconde rédaction : Vasari et ses Renaissances Enrico MATTIODA, Pietro Aretino in Vasari Antonella FENECH KROKE, La réception des Vite de 1550 : le cas de Baccio Bandinelli Carlo VECCE, La vita di Leonardo, da Vasari a Lomazzo Pascale DUBUS, Voir avec les yeux de Vasari. Le Trattato dell’arte della pittura de Gian Paolo Lomazzo (1584) Ismène COTENSIN, Les Vite de Giovanni Pietro Bellori (1672) : entre valorisation et dispersion du patrimoine vasarien Frédérique DUBARD DE GAILLARBOIS, Vasari selon Malvasia ou la critique du «troppo tirannico giogo dell’ ipse dixit » Daniela GALLO, Le Michel-Ange de Lanzi : le récit vasarien revisité au XVIIIesiècle Margherita MELANI, Padre Resta e Vasari : postille edite e inedite a confronto Maria Giulia AURIGEMMA, Ricezione europea delle Vite (van Mander et von Sandrart) e fonti antiche Aline MAGNIEN, Giorgio Vasari chez Blaise de Vigenère René DÉMORIS, De Vasari à Félibien : fins et objectifs d’une histoire critique de la peinture Elisabeth LAVEZZI, Vengeance, dialogisme et théorie : réécritures dans la France du XVIIe siècle d’une anecdote rapportée par Vasari à propos du Jugement dernier de Michel-Ange Anna SCONZA, Polysémie et vicissitudes du terme « giudizio / jugement» : de Vasari aux théoriciens de l’artfrançais Etienne JOLLET, Entre exemplarité et singularité : biographie de l’artiste, préceptes théoriques et jugementde l’œuvre d’art des Vies de Vasari aux Vies anciennes de Watteau Florence FERRAN, Diderot et la Vie de Michel-Ange: aléas et fantaisies d’un cas deréception vasarienne enFrance au XVIIIesiècle Pierre CIVIL, Sur les commentaires, traductions et adaptations des Vite de Vasari en Espagne (fi XVIe-XVIIesiècles) Stefania TULLIO CATALDO, Vasari et Lampson : nouveaux aspects de la réception de Vasari dans les Flandres NICOLAS GALLEY, Entre fascination et exaspération, la réception des Vite chez Karel van Mander Lorenzo CARLETTI, Vasari in prospettiva : le Vite come modello della Geschichte der zeichnenden Künste di Johann Dominicus Fiorillo Cecilia HURLEY, “Englishing Vasari” Luciano CHELES, La redécouverte de Piero della Francesca à travers le regard vasarien Résumés des articles Bio-bibliographies des auteurs Bibliographie Index des noms propres Table des illustrations La réception des Vite de Giorgio Vasari. Dans l’Europe des XVI e -XVIII e siècles , études réunies et présentées par Corinne Lucas Fiorato et Pascale Dubus, Genève, Librairie Droz, 2016,520 p., 22 illustrations en noir et blanc,54.80 €. Langues :Français, Italien, Anglais
Categorías: Universidade
Distribuir contido