Agregador de novas

Lento parto en Colombia

Jaque al neoliberalismo - Lun, 18/06/2018 - 19:00
Atilio Borón, Rebelión

El resultado de la segunda vuelta en las elecciones presidenciales de Colombia sentenció la victoria del candidato de la derecha, Iván Duque, que obtuvo10.362.080 sufragios contra los 8.028.033 de su rival, Gustavo Petro, candidato de la coalición Colombia Humana. Amenazadas como nunca antes las fuerzas del vetusto orden social colombiano se reagruparon y prevalecieron por una diferencia de unos doce puntos porcentuales. Terminado el recuento el uribista se alzó con el 54 por ciento de los sufragios mientras que el ex alcalde de Bogotá cosechó un 42 por ciento. La tasa de participación electoral superó levemente el 51 por ciento, un dato promisorio ante el persistente ausentismo en las urnas de un país en donde el voto no es obligatorio.

El título de esta nota refleja cabalmente lo que está sucediendo en Colombia. Si un significado tiene esta elección es que por primera vez en su historia se rompe el tradicional bipartidismo de la derecha, que se presentaba a elecciones enmascarada bajo diferentes fórmulas y personajes que en el fondo representaban a los intereses del establishment dominante. La irrupción de una candidatura de centroizquierda como la de Gustavo Petro es un auténtico y promisorio parteaguas en la historia colombiana, y no sería aventurado arriesgar que marca el comienzo del fin de una época. Un parto lento y difícil, doloroso como pocos, pero cuyo resultado más pronto que tarde será la construcción de una nueva hegemonía política que desplace a las fuerzas que, por dos siglos, ejercieron su dominación en ese país. Nunca antes una fuerza contestaría había emergido con esta enjundia, que la posiciona muy favorablemente con vistas a las próximas elecciones regionales de Octubre del 2019 en donde Colombia Humana podría recuperar la alcaldía de Bogotá y conquistar la de Cali y preparar sus cuadros y su militancia para las elecciones presidenciales del 2022. Mientras tanto Iván Duque deberá librar una tremenda batalla para cumplir con lo que le prometiera a su jefe, Álvaro Uribe: avanzar sobre el poder judicial, poner fin a la justicia transicional diseñada en los Acuerdos de Paz y sobre todo para evitar que el ex presidente, el verdadero poder detrás del trono, vaya a dar con sus huesos en la cárcel debido a las numerosas denuncias en su contra por su responsabilidad en crímenes de lesa humanidad –entre ellos la de los “falsos positivos”-y sus probados vínculos con el narco.

En suma: algo nuevo ha comenzado a nacer en Colombia. Todavía el proceso no ha concluido pero los indicios son alentadores. Nadie soñaba hace apenas tres meses en ese país que una fuerza de centroizquierda con un ex guerrillero como candidato a presidente pudiera obtener más de ocho millones de votos. Sucedió y nada autoriza a pensar que el tramposo bipartidismo de la derecha podrá resucitarse después de esta debacle; o que la euforia despertada en millones de colombianas y colombianas que con su militancia construyeron la más importante innovación política desde el asesinato de Jorge Eliecer Gaitán en 1948 se disolverá en el aire y todo volverá a ser como antes. No. Estamos seguros que no habrá marcha atrás en Colombia. A veces hay derrotas que anticipan futuras victorias. Como las que sufrió Salvador Allende en Chile en la elección de 1964; o Lula en Brasil en 1998. ¿Por qué descartar que algo semejante pudiera ocurrir en Colombia? Sólo tropieza quien camina, y el pueblo de Colombia se ha puesto en marcha. Tropezó, pero se levantará y más pronto que tarde parirá un nuevo país. Una mirada no convencional al neoliberalismo y la globalización
Categorías: Alterglobalización

Testing children gives a poor measure of ability | Letters

Guardian Unlimited: Education - Lun, 18/06/2018 - 17:50
Readers respond to Simon Jenkins’s piece on how ‘the cult of tests is ruining our schools’

“Simon Jenkins (The cult of tests is ruining our schools, 15 June) doesn’t mention the most recent proposals from the Department for Education, to introduce “baseline tests” when children enter primary school reception classes. The stated purpose of these tests is to provide measures of “progress” between reception and year 6 when children take the key stage 2 tests. Yet the overwhelming evidence is that quick and simple tests at around four years of age are very unreliable. This makes them particularly unsuitable for use as instruments for “accountability”, which, as Jenkins points out, means league tables of schools.

There is already ample evidence that the use of tests at secondary school level to create similar “value added” measures does not lead to scientifically meaningful distinctions between schools and is of very little use for parental choice of schools. In the case of primary schools, the fundamental measurement problem will be even more problematic because of the longer seven-year time lag between reception baseline and key stage 2 outcomes; and because of the much smaller number of children in each primary school in comparison to secondary schools. We urge the government to think again about this policy before it becomes a pointless and wasteful exercise.
Professor Gemma Moss UCL Institute of Education, Professor Harvey Goldstein University of Bristol, Professor Pam Sammons University of Oxford, Professor Gemma Moss Director, International Literacy Centre, professor of literacy and past president of the British Educational Research Association (Bera). Members of the British Educational Research Association expert panel on assessment

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Poor countries subsidise the NHS by training doctors – compensate them | Letters

Guardian Unlimited: Education - Lun, 18/06/2018 - 17:50
The UK is home to over 4,700 doctors who trained in Nigeria, providing a substantial subsidy from the African country to the UK, says this multi-signatory letter from experts, and Parry Mitchell suggests ways to tempt back medics who have moved abroad

The scrapping of the immigration cap is a rare victory for freedom of movement (Immigration cap on doctors to be lifted, 15 June), but the global health inequalities underlying the issue need to be part of the debate. The shortage of health workers is a global problem, particularly acute in parts of Africa and Asia, fuelled by global health inequalities. Nigeria has one doctor for every 2,660 people, compared to one doctor for every 354 in the UK. The UK is home to over 4,700 doctors who trained in Nigeria, providing a substantial subsidy from Nigeria to the UK.

In order to meet its commitment to increase NHS England funding by £8bn, the government cut “non-NHS England” funding (which includes funding for training health workers) by £4bn – a cut of 24% in real terms. If it intends to rely on some of the world’s poorest countries to fill the gap, it must put in place a mechanism to adequately compensate them.
Martin Drewry Director, Health Poverty Action
Prof David Sanders Global Co-chair, People’s Health Movement
Dr Titilola Banjoko Co-chair, Better Health for Africa
Thomas Schwarz Executive secretary, Medicus Mundi International Network
Marielle Bemelmans Director, Wemos
David McCoy Professor of Global Public Health, Queen Mary University of London
Remco van de Pas Academic coordinator, Maastricht Centre for Global Health
Dr Fran Baum Director, Southgate Institute for Health, Flinders University
Professor Ronald Labonté School of Epidemiology and Public Health, University of Ottawa

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

St. Bertrand, André Gide et l'aphorisme. Du style des idées

Fabula - Lun, 18/06/2018 - 17:32
Référence bibliographique : St. Bertrand, André Gide et l'aphorisme. Du style des idées , Classiques Garnier, collection "Investigations stylistiques", 2018. EAN13 : 9782406064893. Stéphanie Bertrand, André Gide et l'aphorisme. Du style des idées Paris : Classiques Garnier, coll. "Investigations stylistiques", 2018 EAN 9782406064893. Comment comprendre l’omniprésence du style aphoristiquechez un auteur soucieux de tenir à distance touteposture de moraliste et, plus encore, toute intention moralisante? L’étude de l’oeuvre d’André Gide (fictionnelle,critique et personnelle), considérée dans sa spécificité,mais représentative, aussi, d’un style d’époque, permet dedépasser, de trois manières complémentaires, cet apparentparadoxe. Parangon d’un idéal stylistique défini par laconcision, la fermeté et la précision, l’aphorisme contribueaussi, comme mise en scène d’une idée générale, à renouvelerles genres ; enfin, il reflète et questionne la problématiquequestion du rapport de l’écrivain à la constructiond’une position et d’une autorité en littérature. Ce travail a obtenulePprix de thèse de l’École doctorale Fernand Braudel de l’Université de Lorraine en 2016, ainsi que le prix de l’Académie nationale de Metz, section « Littérature », en 2016. Voir le site de l'éditeur…
Categorías: Universidade

Théâtre et recherche. Histoire et expérimentations (Revue thaêtre , Chantier #3 )

Fabula - Lun, 18/06/2018 - 17:29
Revue thaêtre [en ligne], Chantier #3 : Théâtre et recherche. Histoire et expérimentations, Géraldine Prévot et Quentin Rioual dir., 2018. La revue électronique thaêtre fait paraître son troisièmechantier: Théâtre et recherche. Histoire et expérimentations, coordonné par Géraldine Prévotet Quentin Rioual. Ce chantier croise trois angles d'approche : un retour sur l’histoire des études théâtrales et sur les frottements disciplinaires qu'elles favorisent ; la chronique d’expérimentations artistiques qui prennent la recherche scientifique comme méthode ou comme objet ; le recueil de la parole d’artistes, de chercheur·se·s et de représentant·e·s institutionnel·le·s impliqué·e·s dans des projets de recherche-création. Il s’agit ainsi de mettre en perspective certaines pratiques universitaires et artistiques actuelles, leur richesse comme leurs tâtonnements, en les inscrivant dans une histoire attentive à la pluralité des rapports susceptibles de lier la recherche et les arts de la scène. SOMMAIRE Avant-propos Géraldine Prévot et Quentin Rioual I. Histoire disciplinaire et extraversions méthodologiques L’invention d’une discipline hybride: les études théâtrales en France et en Allemagne Quentin Fondu Les prémisses des études théâtrales en France: un performative turn manqué? Gabrielle Girot Pluridisciplinarité structurelle, transdisciplinarités ponctuelles. L’apport des recherches théâtrologiques à la réflexion disciplinaire moderne Marie-Madeleine Mervant-Roux Être chercheur «en danse» : la transdisciplinarité en question Aude Thuries De faux amis? Les concepts de rituel et de performance à l’épreuve d’une ethnographie du mariage au Tadjikistan Juliette Cleuziou II. La recherche comme méthode et comme objet «L’invisible en jeu » Claire Besuelle et Martin Givors Notes sur un projet documentaire avec texte de théâtre comme prétexte Adeline Rosenstein Détournement théâtral d’une thèse pour la réappropriation d’une histoire: à propos d’ Envoûtements, Spectacle, Proférations par la compagnie Public Chéri Cristina de Simone Jean-François Peyret: menace de la recherche et petites expériences Victor Thimonier III. 9 x 9 questions sur la recherche-création Marcus Borja Catherine Courtet Keti Irubetagoyena Mireille Losco-Lena Catherine Naugrette Frédéric Plazy Jean-Loup Rivière SPEAP | Jean-Michel Frodon, Donato Ricci Klaas Tindemans
Categorías: Universidade

De noticias falsas a muerte falsa en Ucrania

IPS - Lun, 18/06/2018 - 17:19

El periodista Arkady Babchenko, quien montó un simulacro de su asesinato en connivencia con el servicio de seguridad de Ucrania. Crédito: Wikimedia Commons

Por Ed Holt
KIEV, Jun 18 2018 (IPS)

Cuando el 29 de mayo se supo que habían asesinado al periodista Arkady Babchenko en Ucrania, se criticó la falta de seguridad que padecen los profesionales de la prensa en este país.

Pero cuando menos de 24 horas después, se supo que había sido un montaje del servicio de seguridad ucraniano (SBU), surgieron dudas sobre la credibilidad de los periodistas en este país del este de Europa.

El director de la Reporteros Sin Fronteras (RSF) para Asia central y Europa oriental, Johann Bihr, dijo a IPS: “Eso desacredita a los periodistas y dificulta los esfuerzos para protegerlos con eficacia”.

Babchenko, un exsoldado ruso que luchó en Chechenia, critica al Kremlin desde hace años. Huyó de Rusia el año pasado porque temía por su vida y finalmente se mudó a Kiev, donde trabaja para el canal de televisión tártaro ATR.

En cuanto se supo de su muerte surgieron especulaciones sobre la participación rusa, una teoría que las autoridades ucranianas rápidamente confirmaron.

Pero Moscú enseguida negó su vinculación con el hecho y, cuando Babchenko apareció vivo, arguyeron que el episodio era una prueba de la propaganda antirusa de Kiev.

Y cuando Babchenko apareció en una conferencia de prensa organizada por los servicios de seguridad ucranianos al día siguiente de su presunta muerte, dejando al descubierto su cooperación con el SBU en una operación para exponer a quienes supuestamente planeaban su asesinato, motivó el enfado de las organizaciones defensoras de la libertad de prensa.

“Un circo total”, criticó Philippe Leruth, de la Federación Internacional de Periodistas (FIJ), quien dijo a las autoridades ucranianas que era “intolerable mentir a los periodistas del mundo y confundir a millones de ciudadanos”.

Por su parte, el secretario general de RSF, Christophe Deloire, opinó: “No hay argumentos a favor de montar la muerte de un periodista”.

La estrategia “no ayudará a la causa de la libertad de prensa”, apuntó. “Es patético y lamentable que la policía ucraniana haya jugado con la verdad, cualquiera sean sus motivos para el truco”, agregó en un tuit.

El Comité para la Protección de los Periodistas (CPJ) alertó que eso podría “socavar la confianza pública en los periodistas y silenciar el malestar cuando efectivamente haya un asesinato”.

El SBU y Babchenko siguieron defendiendo la operación, y el periodista incluso agradeció que la misma le hubiera salvado la vida.

Por su parte, RSF, CPJ y FIP señalaron: “Estamos felices de que Babchenko esté vivo y no hay dudas de que las amenazas que recibió fueron reales. Pero esperamos que el gobierno de Ucrania presente pruebas contundentes que le hayan permitido sacar conclusiones. Hasta ahora no lo han hecho”, precisaron.

La situación de la prensa no es buena en Ucrania. Los periodistas sufren acoso de forma regular y agresiones físicas, así como “doxing”, la publicación de información privada.

Siete periodistas fueron asesinados en los últimos cuatro años en Ucrania, el último fue un ruso nacido en Belarús, Pavel Sheremet, quien perdió la vida en un atentado con coche bomba en julio de 2016.

La investigación está estancada por la falta de esfuerzo de los investigadores y por la participación ucraniana en el hecho, criticaron defensores de la libertad de prensa.

Tras el montaje del asesinato de Babchenko, Larysa Sargan, portavoz del fiscal ucraniano, Yuriy Lutsenko, publicó en Facebook una lista de periodistas que, según ella, eran “traidores” por criticar la operación.

Por su parte, los periodistas tuvieron opiniones divididas, algunos la elogiaron como la mejor forma de salvarles la vida y exponer la conspiración rusa, pero muchos otros criticaron la operación y hasta hubo quienes la vincularon con la grave falencia de las instituciones de poder para garantizar la seguridad y la libertad de prensa.

Olga Rudenko, jefa de edición del diario Kyiv Post, dijo a RFE/RL: “Los periodistas ucranianos se sienten menos seguros de lo que se sentían antes. Para que sea un lugar más seguro, las autoridades deben investigar los delitos contra los periodistas”.

“Todo el complot para asesinar a Babchenko, si presumimos que existió, solo fue posible porque hubo tantos asesinatos antes y porque siguen sin investigarse los ataques contra los periodistas, lo que crea un ambiente de impunidad”, arguyó.

“¿Quién se anotaría para matar a un periodista conocido si supieran que se encontró a otros asesinos y se los castigó?”, planteó.

Anna Babinec, fundadora de la agencia de periodismo de investigación, Slidstvo.Info, dijo que el incidente hizo que muchos periodistas perdieran lo que les quedaba de confianza en las autoridades ucranianas.

“Como periodista de investigación, que trabajó toda la noche en la escena del ‘crimen’, fue una gran prueba a mis capacidades. Ahora sabemos que tenemos que chequear todo lo que dicen las autoridades no dos veces, sino tres o cuatro”, observó.

“Tenemos que chequear no solo si la policía hace su trabajo adecuadamente, sino si mienten sobre los crímenes”, apuntó.

“Como periodista y ser humano, estoy feliz de que mi colega esté vivo, pero todavía hay muchas preguntas que el servicio de seguridad y Arkady deben responder sobre la operación especial”, añadió.

La desconfianza creció desde la operación, pues el SBU se niega a dar más detalles y tanto el presunto asesino como el que lo contrató sostienen que vienen trabajando con el servicio secreto.

Una lista con unas 47 personas “blanco de ataque”, supuestamente descubierta por el SBU durante la operación, agranda la confusión.

La lista, que incluye periodistas y activistas, contiene a muchos críticos del gobierno ucraniano, entre otros, pero es llamativo que no figura Babchenko.

Y nuevamente, hay visiones encontradas sobre su veracidad.

Al hablar sobre RFE/RL, tres periodistas de la lista dijeron que el SBU los había contactado y les había mostrado una lista con sus nombres que, al parecer, es similar a la que se filtró a los medios, pero con distinto orden y, en algunos casos, distinta ortografía.

Uno de los periodistas incluso dijo que lo habían interrogado sobre sus opiniones políticas.

Mientras, la periodista rusa Tanya Felgenhauer declaró al diario británico The Independent: “Esa historia ha sido un triunfo del mundo posfactual y dificulta todavía más nuestro trabajo”.

“Una de las pocas ventajas que tenemos sobre las redes sociales y los medios estatales es la exactitud y la comprobación de los hechos. En este caso, el modelo de comprobación de hechos no fue suficiente, y nuestra credibilidad se vio muy afectada”, se lamentó.

Por su parte, Bihr, de RSF, dijo a IPS: “Ayuda a las organizaciones que siembran dudas y propagan información errónea y que desdibujan las líneas entre la verdad y la ficción. Aviva a los gobiernos represivos y a los medios que hacen propaganda con el fin de coartar la libertad de expresión”.

Traducción: Verónica Firme

Artículos relacionados

El artículo De noticias falsas a muerte falsa en Ucrania fue publicado originalmente en IPS Agencia de Noticias.

Did you solve it? Mirror, mirror on the wall

Guardian Unlimited: Education - Lun, 18/06/2018 - 17:00

The solution to today’s puzzle

Earlier today I set you a puzzle about a mirror:

A man is facing a mirror hanging on a wall 1m in front of him.

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Hands off the jam roly-poly: why banning puddings in school is a bad idea

Guardian Unlimited: Education - Lun, 18/06/2018 - 16:45

Write out 100 times: the rise of obesity is about food poverty – a sponge pudding with custard is not the issue

I love the restaurant Caravan, notably its jalapeño corn bread, yet the owner, Laura Harper-Hinton, has said something with which I violently disagree: “I think schools should ban puddings. We have to tackle children’s attitude to sugar and we need a joined-up approach … Giving pudding after a main course is a travesty. I don’t know why anyone would think that was a good idea.”

It is true that one in three British children leave primary school overweight, and true that they consume too much sugar, with Public Health England announcing that, as of last Friday, they had already consumed all the sugar they ought to have eaten this year. It is true, of course, that if you were to light on one single ingredient in a child’s life that made them gain weight, it would likely be sugar. But it does not follow that you can turn sugar into a verboten substance in institutional life and that will make all the difference.

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

D. Perrot-Corpet et J. Sarfati-Lanter, Littérature contre storytelling avant l'ère néolibérale (revue Raison publique )

Fabula - Lun, 18/06/2018 - 16:30
Danielle Perrot-Corpet et Judith Sarfati-Lanter, Littérature contre storytelling avant l'ère néolibérale, Pour une autre histoire des engagements littéraires au XXe siècle Raison publique ( http://www.raison-publique.fr/article877.html ) Le colloque international et interdisciplinaire dont sont issus les articles qui composent le dossiers’est tenu en juin 2015 dans le cadre du programme de recherche «Fiction littéraire contre storytelling: un nouveau critère de définition et de valorisation de la littérature?»[ 1 ]. Mené de 2013 à 2016, celui-ci se donnait pour tâche d’examiner les questions nouvelles que pose le détournement des formes et des usages littéraires du récit par un phénomène d’ampleur planétaire, que le public français a découvert en 2007 avec le livre polémique de Christian Salmon: Storytelling: la machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits . La nouveauté du concept de «storytelling» analysé par Christian Salmon a été remise en cause par certains lecteurs[ 9 ], tandis que son appel à une «contre-narration» en résistance au storytelling était compris par d’autres comme un nouvel épisode de la vieille répulsion de l’élite littéraire (française) vis-à-vis du «récit» (estampillé délice populaire), sur fond de théorie du complot[ 10 ]. Peut-être ces polémiques ont-elles trouvé un aliment dans certains flottements qui, dans l’ouvrage de Christian Salmon, accompagnent moins la définition du storytelling lui-même que l’appel à y résister: alors que le storytelling est analysé comme un ensemble de techniques nouvelles, mises au point dans les années 1990, les figures tutélaires de la résistance intellectuelle et existentielle selon C. Salmon demeurent celles du Centre universitaire expérimental de Vincennes (Deleuze et Foucault en particulier), tandis que les écrivains qui incarnent le mieux à ses yeux la «contre-narration» qu’il appelle de ses vœux sont des précurseurs (Melville, Gogol) ou des fondateurs (Kafka) du modernisme européen, ou encore des analystes des totalitarismes (Danilo Kiš, Hermann Broch, Witold Gombrowicz[ 11 ]). Les travaux présentés ici partent de l’hypothèse que ces flottements temporels sont l’indice de la persistance – dans la longue durée de l’histoire littéraire depuis le tournant de la Révolution française – d’un engagemen t politique «contre-narratif» de la littérature: on sait par les recherches de Gisèle Sapiro[ 12 ] que l’autonomisation progressive du champ littéraire, du XIXe siècle à nos jours, est inséparable d’une histoire éthico-juridique: celle qui lie fermement les transformations historiques de l’engagement littéraire à l’évolution de la notion de responsabilité de l’écrivain, dans les aléas judiciaires de sa confrontation à la morale publique. Une caractéristique de la «littérature» (définie par Jacques Rancière comme ce «mode historique de visibilité des œuvres de l’art d’écrire[ 13 ]» né dans le sillage de la révolution romantique) pourrait être, dès lors, la résistance multiforme qu’elle oppose aux récits mythiques qui structurent l’idéologie dominante et la morale publique d’une société, à un moment donné de son histoire. Tenter de baliser les grandes étapes des changements qui affectent les récits dominants, de l’orée du XXe siècle à nos jours, permet de dessiner les linéaments, esquissés dans la première partie – chronologique – de ce dossier, d’une histoire alternative des engagements littéraires, attentive aux variations – éthiques, politiques, formelles – qui affectent les modalités contre-narratives de la création littéraire, d’un lieu à l’autre, d’une époque à l’autre, en fonction des récits dominants qu’elle prend en charge pour les mettre en jeu. D’autre part, la réflexion sur la notion de storytelling – sur ses modalités de définition et son champ de pertinence historique – aura contribué, comme en témoignent les études rassemblées dans la seconde partie – théorique – du dossier, à dissiper le malentendu, tenace en particulier dans les recherches sur la littérature française, qui tend à identifier la «contre-narration» littéraire avec un rejet pur et simple du récit: la littérature a partie liée avec le récit au sens où, selon notre hypothèse, elle naît dans le regard réflexif (et ce regard oscille de l’identification mimétique à la dénonciation la plus sarcastique) porté par un sujet individuel sur les récits sociaux dominants qui l’entourent – et dont les récits produits par une certaine Histoire officielle, en tel temps et en tel lieu, sont exemplaires. C’est aussi pour cette raison que l’attribution de la valeur littéraire à telle ou telle œuvre – ou son dénigrement comme produit avant tout commercial ou artefact «réactionnaire», par exemple – varie en fonction d’effets de lecture eux-mêmes tributaires de lignes de partage idéologiques et socio-culturelles dont on peut retracer l’histoire. SOMMAIRE I- CONTRE-HISTOIRES LITTÉRAIRES, OU LE «RAISONNEMENT HISTORIQUE» DE LA LITTÉRATURE Écrire face aux discours partisans, de la Première à la Seconde guerre mondiale «Une poétique du malaise: les anciens combattants face aux «mythes» de l’arrière (L.-F. Céline, L. Guilloux, E. M.Remarque, L. Werth)» par Alexandre SEURAT «La littérature prolétarienne américaine: Écrire la dissidence dans la terre du consensus» par Alice BÉJA «Le roman moderne, un moyen d’expression privilégié du tragique de l’homme (Malraux, Bernanos)» par Joseph JURT «Le Troisième Reich et le roman policier, des écrivains allemands des années 1930 à Roberto Bolaño: Le récit d’enquête contre le récit politique» par Clélie MILNER Contre-Histoires romanesques depuis 1960 «Des voix sans maître: déconstruire de grands récits par la dystopie (Pierre Pelot» par Simon BRÉAN «Parler contre dans la littérature postcoloniale: procédés de déconstruction des stéréotypes sexistes et racistes dans l’œuvre de Michelle Cliff» par Alexandra BOURSE « Moi, Tituba sorcière...Noire de Salem : le récit fictionnel magico-réaliste comme contre-récit historique chez Maryse Condé» par Marion LABOUREY «Contre-histoires kafkaïennes. Le point de vue du coupable dans Disgrace de J.M.Coetzee, The Human Stain de Ph. Roth et Mon cœur à l’étroit de M.NDiaye» par Jean-Paul ENGELIBERT II- ÉCRIRE CONTRE QUOI? LES CRITÈRES DE LA VALEUR LITTÉRAIRE EN QUESTION Le contre-récit: un anti-récit? « Telling storytelling : la métafiction moderne et postmoderne, négation et/ou affirmation du récit?» par Erika FÜLÖP « Récits d’Ellis Island : Georges Perec face au “ storytelling de la mémoire”» par Maryline HECK «Surréalisme contre storytelling» par Wolfgang ASHOLT «“Ce discours s’autodétruira dans quelques secondes” – exposition, contre-narration et montage documentaire» par Marie-Jeanne ZENETTI Qu’est-ce que la littérature? Effets de lecture «”Et pourtant”. Hugo, Kafka: le bond hors du mythe» par Jacques-David EBGUY «Poésie et propagande dans la France occupée: de la vérité des métaphores à la poétique des noms propres» par Gisèle SAPIRO «Le contre-récit comme effet de lecture: Aragon lecteur de Lampedusa» par Sylvie SERVOISE «Littérature et “brand storytelling”. Le récit publicitaire dans le roman ultra-contemporain» par Gianluigi SIMONETTI «Le gentil récit littéraire et le grand méchant storytelling: anatomie d’un conte contemporain» par Raphaëlle GUIDÉE
Categorías: Universidade

Daudet et les langues. 150e anniversaire des Lettres de mon moulin (Nancy)

Fabula - Lun, 18/06/2018 - 16:24
Daudet et les langues. 150e anniversaire des Lettres de mon moulin ATILF à Nancy les 25 et 26 avril 2019 . Selon Mistral, il n’y a que Daudet qui ait su recueillir le suc vierge de la langue provençale pour en sortir la fleur au sein de la langue française. Cet hommage à propos de la publication du Trésor d’Arlatan en 1897 se vérifiait déjà en 1869 lors de la publication chez Hetzel des Lettres de mon moulin . Aussi le félibre écrivait-il à son ami : « Ton nouveau livre […] a toutes les exquises qualités de tes précédentes œuvres de plus, il est tout à fait provençal. Tu as réussi avec un merveilleux talent ce problème difficile : écrire le français en provençal. Aussi tu pourrais désormais t’abstenir de signer tes livres: tout le monde les reconnaîtrait à la frappe, comme ces admirables monnaies grecques qui portent la tête de Massilia. Veux-tu connaître mes préférences ? Maître Cornille et La Mule du Pape . Maître Cornille surtout est une de tes créations les plus vraies, les plus touchantes » (12 décembre 1869). À l’occasion du 150eanniversaire de la publication en recueil des Lettres de mon moulin , il s’agit de revenir sur l’une des œuvres les plus populaires de Daudet, constamment rééditée, traduite et adaptée, en réévaluant notamment l’impact que cette œuvre a pu avoir dans l’inconscient collectif pour des générations d’élèves. Le recueil tel que nous le lisons aujourd’hui comprend 24 contes et nouvelles, pour la plupart publiés dans la presse à des époques très différentes. Déjà, la première édition, publiée chez Hetzel en 1869, réunissait trois séries de Lettres de mon moulin , qui avaient paru respectivement dans L’Événement en 1866, dans Le Figaro en 1868, et dans le même journal en 1869 ; en 1878, lors de la préparation d’une nouvelle édition (datée de 1879) chez Lemerre, ont été ajoutés cinq récits qui avaient figuré en 1874 dans Robert Helmont : « Les Étoiles », « Les Douaniers », « Les Oranges », « Les Sauterelles », « En Camargue » ainsi qu’un conte qui avait paru dans l’édition de 1875 des Contes du lundi : « Les Trois Messes basses ». Plusieurs manifestations seront organisées à l’occasion de cet anniversaire, inscrit au rang des commémorations nationales de l’année 2019 . Nous souhaitons en particulier que ce colloque, centré sur la langue des Lettres de mon moulin , combine diverses approches critiques, permettant de mesurer la place occupée par ce fameux recueil depuis sa première publication. Différents angles sont proposés :Analyse linguistique et stylistique (oralisation des livres sonores, langue française et provençale, francophonie, étude pour le FLE…)Langue des images (éditions illustrées, illustrateurs célèbres…)Adaptations (cinématographiques, musicales, théâtrales, BD, réécritures…)Traductions (toutes langues envisagées, problèmes spécifiques posés par le recueil : onomastique, termes provençaux…)Réception (en France comme à l’étranger, de 1869 à nos jours, fortune de certains contes par rapport à d’autres, accueil dans la presse…) Ce ne sont là que quelques pistes d’exploration en espérant que cette relecture des Lettres de mon moulin renouvelle la connaissance souvent traditionnelle de l’œuvre. Les propositions de communication pourront porter sur tout ou partie du recueil. Elles seront à adresser pour le 30 novembre 2018 à Gabrielle Melison( gabrielle.melison@univ-lorraine.fr ). Le colloque aura lieu à l’ATILF à Nancy les 25 et 26 avril 2019 .
Categorías: Universidade

El fantasma de Brasil 2014

Paquidermo - Lun, 18/06/2018 - 16:16

La memoria puede ser despiadada. Es por eso que Nietzsche insistía en considerar el olvido como un ejercicio necesario para la sobrevivencia, y Borges en que vivir como Funes el memorioso impide la ensoñación y la risa. El recuerdo de Brasil 2014, ese periodo extraordinario que nos llevó a un carnaval nacional, a una fantasía que asaltó los días disolviendo las horas y los lugares, ha mostrado ya su condición paralizante.

Cuando tras caer derrotados en el partido que determinaba la clasificación o no de la Selección, Borges (ahora Celso) afirma que “no tienen nada que reprocharse”, cabe la conjetura de que este grupo de jugadores lograron lo imposible hace cuatro años sin ninguna intención de considerar repetirlo, de crear otro imposible.

Cuidado. Miedo. ¡Ya viene! Aburrimiento. Cautela. Pronto. No juegan nada esos Serbios. Diplomacia. Quizás. Equilibrio. Yugoslavia. Cuidado… cuidado… Equilibrio. Esas eran las palabras que me asaltaban frente al televisor mientras me hacía acompañar de mi fe laica y el pesimismo racional que le barre las ilusiones. Al filo de las 8 a. m. ni siquiera el consuelo de la Saprihora quedaba en pie. Mi mamá empezó a disparar a máxima cadencia comentarios pesimistas y avergonzados, y en la cara de mi papá aparecía Brasil 2014 para recordarnos que no somos eso, que eso fue “una guaba”. Al terminar el partido, otra seguidilla: la ausencia de atrevimiento, la confinación a una idea única, “no cagarla”, hacerlo bien, sin fantasía, sin ensoñación, sin reproches, negando la “esencia” latinoamericana de bailar jugando. Todas esas eran justificaciones con las que me hablaba en un monologo delirante y desordenado.

El postpartido quedó resumido para la posteridad por el “Macho” Ramírez, cuando al ser consultado sobre lo sucedido respondió con ojos repletos de angustia: “Es que con ese bendito VAR queda uno como confundido”. En los comentarios posteriores aparecería con más fuerza el fantasma que ronda desde hace cuatro años y que amamos, como los niños aman jugar a esconderse de los suyos. Everardo Herrera insistía en decir a cada momento “Estamos lejos del nivel de la cita de Brasil 2014”, y Mario Segura, quien había afirmado que este domingo sería el día más familiar de la historia de Costa Rica, sonreía de manera postiza mientras fantaseaba con aquella recepción de pecho que Joel hiciera un segundo antes de poner a Muslera a intentar atrapar la “bola” con la mirada ¡Joel, Campbell, Campbell! ¡Gol!

Juan Villoro escribió hace dos días que “El fútbol es una actividad incalculable donde la imaginación justifica resultados”. Ayer, trayendo lo imaginado a la cancha, su natal México, ligero y con la página en blanco, ha derrotado a Alemania. Lo de la Selección en cambio está en un lugar contrario. Jugaron como si estuvieran vaciados de fantasía y repletos de memoria, aburridos, cumpliendo, sin percatarse de que después del minuto 90 se acaban los partidos. Haciendo uso de la fe laica el viernes tendremos que convocar la aparición de lo imponderable, al toparnos de frente contra la selección que lleva por nombre el del fantasma que nos paraliza, Brasil.

La entrada El fantasma de Brasil 2014 se publicó primero en Revista Paquidermo.

Penser ensemble, dès l'enfance, la condition humaine

Cahiers Pédagogiques - Lun, 18/06/2018 - 16:09

L'AGSAS (Association des groupes de soutien au soutien) organise son prochain colloque sur le thème :

Penser ensemble, dès l'enfance, la condition humaine

Le samedi 6 et le dimanche 7 octobre prochain à l'auberge de jeunesse Yves Robert, à Paris XVIIIe.

Il s'agira, pour les participants, de revisiter les fondements théoriques et éthiques de ce dispositif, de découvrir son évolution, d'analyser son inscription dans une tradition philosophique et de voir comment l'école, mais aussi d'autres institutions dans la cité s'en sont emparées.

Télécharger le programme
Télécharger le bulletin d'inscription

Categorías: Educación, Universidade

Phraséologie et stylistique de la langue littéraire

Fabula - Lun, 18/06/2018 - 13:54
Erlangen, 13 – 15 mars 2019 Ce colloque international, dédié à la Phraséologie et à la Stylistique de la langue littéraire, est organisé dans le cadre du projet de recherche franco-allemand PhraseoRom , soutenu par l’ANR et la DFG. Il se veut un lieu d’échange sur les nouvelles approches dans le domaine de la phraséologie de la langue littéraire. Une attention particulière sera accordée aux analyses linguistiques et discursives des expressions polylexicales statistiquement pertinentes dans des textes littéraires, aux approches d’identification des genres littéraires sur la base de méthodes statistiques ainsi qu’à la stylistique littéraire. Les études porteront essentiellement mais non exclusivement sur les romans allemands, anglais et français contemporains (après 1950). Des travaux sur des œuvres littéraires appartenant à d’autres périodes seront également les bienvenus. Le colloque comprendra trois voletsthématiques : Phraséologie et stylistique de la langue littéraireAnalyses linguistiques et discursives des unités polylexicales dans les textes littéraires (collocations, colligations, motifs)Application des méthodes statistiques et de la linguistique de corpus aux textes littérairesStylistique des genres littéraires: dans une langue donnée ou dans une perspective contrastive (allemand/anglais/français) et selon une approche quantitative. Seront également bienvenues des propositions transversales et thématiquement connexes. Le colloque comprendra deux sections: Section 1: recherches statistiques appliquées aux grands corpus littéraires Section 2: analyses linguistiques et stylistiques des genres littéraires, stylistique empirique des corpus Conférenciers invités: Michaela Mahlberg (University of Birmingham) Dan McIntyre (University of Huddersfield) Christoph Schöch (Universität Trier) Kathrin Steyer (Institut für Deutsche Sprache Mannheim) Les langues du colloque sont l’allemand, l’anglais et le français. Une sélection d’articles, issue de l’expertise par le comité scientifique, sera publiée dans un ouvrage collectif.Les propositions de communication (1 page maximum, références comprises; DOC et PDF) en allemand, en anglais ou en français sont à envoyer à l’adresse suivante: conference-phraseorom@fau.de . Calendrier: Date limite de l’envoi des propositions: 30 septembre 2018 Date limite de notification d’acceptation/refus: 31 octobre 2018 Date du colloque: 13-15 mars 2019 Frais d’inscription: 60€ (20€ pour les doctorants) Lieu du colloque: Friedrich-Alexander-Universität Erlangen-Nürnberg, Institut für Romanistik, Bismarckstraße 1, 91054 Erlangen, Allemagne Organisation et contact: Ludwig Fesenmeier (FAU Erlangen-Nürnberg) Stefan Koch (FAU Erlangen-Nürnberg) Courriel: conference-phraseorom@fau.de WWW: https://www.romanistik.phil.fau.de/phraseorom Comité Scientifique: Peter Blumenthal (Universität zu Köln) Sascha Diwersy (Université Paul Valéry Montpellier 3) Stefan Evert (Universität Erlangen-Nürnberg) Ludwig Fesenmeier (Universität Erlangen-Nürnberg) Laetitia Gonon (Université Grenoble-Alpes) Francis Grossmann (Université Grenoble-Alpes) Marion Gymnich (Universität Bonn) Thomas Herbst (Universität Erlangen-Nürnberg) Fotis Jannidis (Universität Würzburg) Olivier Kraif (Université Grenoble-Alpes) Dominique Legallois (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3) Anke Lüdeling (Humboldt-Universität Berlin) Dan McIntyre (University of Huddersfield) Teresa Muryn (Université Pédagogique de Cracovie) Michaela Mahlberg (University of Birmingham) Malgorzata Niziolek (Université Pédagogique de Cracovie) Iva Novakova (Université Grenoble-Alpes) Gilles Philippe (Universität Lausanne) Christoph Schöch (Universität Trier) Dirk Siepmann (Universität Osnabrück) Julie Sorba (Université Grenoble-Alpes) Kathrin Steyer (Institut für Deutsche Sprache Mannheim) Agnès Tutin (Université Grenoble-Alpes) Avec le soutien de: PhraseoRom ANR –Agence Nationale de la Recherche DFG FAU – Friedrich-Alexander-Universität-Erlangen-Nürnberg Université Grenoble Alpes Universität Osnabrück Universität Bonn
Categorías: Universidade

Carnegie medal winner slams children’s book publishers for ‘accessible’ prose

Guardian Unlimited: Education - Lun, 18/06/2018 - 13:41

Geraldine McCaughrean, accepting award for Where the World Ends, warned that restricting the language children read risks creating a future underclass who are ‘easy to manipulate’

Carnegie medal winner Geraldine McCaughrean has castigated the books industry for dumbing down language in children’s literature, warning that a new focus on “accessible” prose for younger readers will lead to “an underclass of citizens with a small but functional vocabulary: easy to manipulate and lacking in the means to reason their way out of subjugation”.

McCaughrean was named winner on Wednesday of this year’s CILIP Carnegie medal for her historical adventure novel Where the World Ends, 30 years after she first took the prize, the UK’s most esteemed children’s literature award. She used her winner’s speech to attack publishers’ fixation on accessible language, which she called “a euphemism for something desperate”.

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Du rire aux larmes, et retour

Cahiers Pédagogiques - Lun, 18/06/2018 - 13:08

Léger et souriant, le dessin de presse ? Oui sans doute, dans ses versions Bellus et apparentées, inoffensifs crayonnages juste destinés à empêcher le lecteur d'un journal de se sentir trop concerné par les affaires du monde. Mais depuis le XVIIIe siècle, et bien sûr depuis Daumier, le grand ancêtre, cet art engagé porte au contraire le poids des dénonciations et combats les plus virulents. Et, plus près de nous, depuis l'attentat contre Charlie Hebdo en janvier 2015, à jamais nous hantent les images de ces dessinateurs « morts de rire » qu'accompagnent tristement, dans le monde, ceux qui sont persécutés ou tués pour la même liberté de dire et de dénoncer, avec pour seule arme un crayon.

Mais lire un dessin de presse, le comprendre et en partager ou non le message, cela s'apprend. De nombreuses publications pédagogiques très bien faites sont disponibles (nous en citons quelques-unes en bibliographie) pour travailler en classe, à tous les niveaux, ce langage que tout citoyen doit savoir décrypter. Plus encore, depuis les attentats de 2015, la question des caricatures, du « jusqu'où peut-on aller ? » a beaucoup fait parler et a suscité, dans les classes, des débats aussi passionnants que difficiles à mener.

Dans l'esprit des Cahiers, nous proposons ici non pas un guide pédagogique, mais un ensemble de récits de pratiques et témoignages, de l'école au lycée, du regard occasionnel sur le dessin de presse aux séquences plus élaborées, du thème brulant d'actualité à la méditation philosophique. Et comme les Cahiers eux-mêmes font largement place à cette forme d'humour en contrepoint des textes, nous avons demandé à quelques formateurs s'ils utilisaient nos dessins, et d'autres, en formation. Les réponses sont variées, et témoignent des nombreuses vertus d'un trait de crayon bien pensé pour faire réfléchir sur le métier. On rencontrera aussi dans ce dossier des dessinateurs de presse qui interviennent fréquemment en milieu scolaire et, ma foi, qui y prennent gout !

Ce dossier se veut aussi un hommage à Charb, qui a longtemps offert aux Cahiers son humour ravageur. Puisse l'école transmettre cette liberté de pensée que des dessinateurs du monde entier font vivre au quotidien, avec les risques et le courage que l'on connait. Et si vous ne connaissez pas bien les dessins des Cahiers et leurs auteurs, ou si vous ne les avez pas engrangés méthodiquement, nous vous en offrons, dans ce numéro, un florilège forcément subjectif, mais si savoureux ! Pour transmettre, en dépit de tout, le pouvoir du rire.

Florence Castincaud
Coordinatrice du dossier

Sur la librairie

Travailler avec le dessin de presse
Faire entrer le dessin de presse dans la classe : pourquoi ? Comment ? Parce que le trait de crayon est un outil alternatif pour faire entrer dans l'analyse et la réflexion, parce que le dessin génère des pratiques nouvelles, parce qu'il ne laisse personne indifférent, parce qu'il offre un vrai espace à la liberté de pensée. Mais lire et comprendre un dessin de presse, cela s'apprend ! Témoignages de professeurs, de dessinateurs, récits de pratiques et bien sûr florilège de dessins !

Categorías: Educación, Universidade

Ucrania: La “marcha de la igualdad” otro triunfo para los derechos humanos

Amnistía Internacional - Lun, 18/06/2018 - 12:49
Marcha del Orgullo Gay en Kiev, 17 de junio de 2018. © AI La manifestación del Orgullo este año en Kiev, que congregó a miles de personas en un despliegue de solidaridad con la comunidad de lesbianas, gays, bisexuales, transgénero e intersexuales (LGBTI) de Ucrania, es un importante logro en materia de derechos humanos para el país; así lo ha manifestado hoy Amnistía Internacional.“En un país donde las actitudes homófobas se mantienen firmes, y donde activistas de los derechos LGBTI sufren cada vez más la intimidación, el acoso y la violencia de grupos ultraderechistas, la marcha del Orgullo en Kiev ha sido todo un logro y una celebración de importancia nacional”, ha manifestado Oksana Pokalchuk, directora de Amnistía Internacional Ucrania. No cabe sino alegrarse de que este año la 'marcha de la igualdad' haya reunido a un número récord de participantes Oksana Pokalchuk, Amnistía Internacional “El respeto de la igualdad, la libertad y la dignidad humanas es la piedra angular de una sociedad sana. No cabe sino alegrarse de que este año la ‘marcha de la igualdad’ haya reunido a un número récord de participantes.”“Las autoridades —Policía Nacional, Policía de Patrullas, Guardia Nacional, Ayuntamiento y Metro de Kiev— crearon un espacio seguro para que la gente pudiera ejercer su derecho de reunión pacífica.”Hasta 5.000 personas de la comunidad LGBTI y simpatizantes de su causa participaron en la concentración de la “marcha por la igualdad”, que partió de la Ópera Nacional y terminó en la céntrica plaza de León Tolstoi de Kiev.En las pancartas y carteles exhibidos por participantes de la marcha del Orgullo de Kiev podía leerse, entre otros mensajes positivos: “¡Derechos humanos ante todo!”, “¡Los derechos humanos son mi orgullo!” y “Todos diferentes, todos iguales”.
Categorías: Información xeral

La LittéraTube, une nouvelle écriture?

Fabula - Lun, 18/06/2018 - 12:42
Journée d’étude/ 15 novembre 2018 / Université Lyon 3 La LittéraTube: une nouvelle écriture? Gilles Bonnet (MARGE, Université Jean Moulin-Lyon 3) & Florence Thérond (RIRRA21, Université Paul Valéry-Montpellier 3) Un corpus nouveau est en train d’apparaître sur Internet, constitué de capsules vidéo, qui entrecroisent divers systèmes sémiotiques et médiatiques, pour donner naissance à de nouvelles formes d’expression littéraire. La page Facebook du groupe «Vidéo-écriture» le revendique avec fermeté: «La littérature s’écrit aussi en vidéo sur des chaînes YouTube» [1] . Nommons LittéraTube un tel corpus qui constitue un écosystème littéraire évolutif et inédit [2] . Y figurent des contenus nativement numériques et «YouTubéens», c’est-à-dire pensés et créés pour être mis à disposition d’un public d’internautes usagers du site [3] , ou des contenus provenant d’autres médias (TV, radio, captations [4] ) et désormais remédiatisés sur cette plateforme hégémonique. La LittéraTube revendique une littérarité non logocentrée qui la place au cœur des enjeux contemporains de redéfinition en acte du littéraire par la littérature numérique et l’inscrit dans le mouvement d’une littérature contextuelle ou exposée, qui «débord[e] le cadre du livre et le geste d’écriture» [5] . Au royaume de l’image, la littérature se fait donc entendre et voir, avec une intensité surprenante. Des bibliothèques réinventent les clubs de lecture sous forme de série vidéo (comme la bibliothèque de Montreuil avec la série «Dans Ma Poche» [6] ), des libraires, par exemple Mollat à Bordeaux [7] , proposent des capsules vidéo dans lesquelles écrivains et artistes parlent de leurs livres, des web-séries, par exemple «Miroirs» [8] , s’attachent à saisir sur la vif la rencontre des écrivains avec leur public. Les témoignages abondent, proches du journal filmé, du sketch ou du tutoriel, qui décrivent l’importance de la lecture et des livres pour de nombreux YouTubeurs. La communauté des Booktubeurs s’étend constamment, constituant une réelle force de prescription et d’influence, en partie reconnue d’ailleurs par les éditeurs qui incluent certain.e.s d’entre eux/elles dans leur service de presse. La lecture semble d’ailleurs constituer un relais puissant vers la création. Sur YouTube la littérature entre en action, s’inspirant des méthodes de l’improvisation à haute voix devant caméra, empruntant les voies de la performance. YouTube s’affirme en effet comme un nouvel espace de création littéraire, héritier par exemple du vidéopoème, et qui s’étoile désormais en une pluralité de genres, au sein de laquelle le vlog, prolongement audiovisuel du blog, occupe une place centrale. Cette journée d’étude sera l’occasion d’interroger ces dernières pratiques créatives sous l’angle de leur poétique. Parmi les questions qui pourront être abordées, figurent les suivantes: - Quels dispositifs issus de la photographie et du cinéma la LittéraTube retravaille-t-elle? - Quels déplacements propose-t-elle au texte littéraire? au récit? - Quels nouveaux rapports iconotextuels met-elle au jour? - Comment les captations (de performances et de lectures, tout particulièrement [9] ) contribuent-elles à faire de la plateforme une archive littéraire du XXI e siècle? Quels usages peut-on discerner? - Quelles figures et postures de l’auteur se construisent dans ce rapport frontal mais différé à un public d’internautes [10] ? Merci d’envoyer avant le 10 septembre 2018 une proposition de communication de 2500 signes maximum, accompagnée de quelques lignes de bio-bibliographie, à: bonnetgilles@wanadoo.fr et therond.florence@wanadoo.fr [1] https://www.facebook.com/Vid%C3%A9o-%C3%89criture-497590833965794/ . [2] Voir la notice «LittéraTube» sur Fabula: http://www.fabula.org/atelier.php?LitteraTube . [3] Par exemple: Chaîne François Bon : https://www.youtube.com/user/tierslivre Chaîne Gwen Denieul : https://www.youtube.com/user/Gwendenieul/featured Chaîne Arnaud de la Cotte : https://www.youtube.com/user/arnauddelaCotte Chaîne Stewen Corvez : https://www.youtube.com/channel/UCaih8LRpsQRrJ2iRyKN0pVw Chaîne Laura Vazquez : https://www.youtube.com/user/MrLanuitdoctobre Chaîne Canan Marasligil : https://www.youtube.com/user/missaysec Chaîne Gracia Bejjani : https://www.youtube.com/channel/UCm12jtFIXEi9ZAMsSzQCESg Chaîne Anh Mat : https://www.youtube.com/channel/UCM4McLjl3nmSy-CYyE_YUAw Chaîne Stephen Urani : https://www.youtube.com/channel/UCHxP-f2fWpbddyCAmE60k6A Chaîne Claude Enuset : https://www.youtube.com/user/claudeenuset Chaîne Philippe Castelneau : https://www.youtube.com/channel/UCg4Ry-t_5oOXveA-BCNDpsw Chaîne Lea Toto : https://www.youtube.com/channel/UCcN5G0jyEgoDNh67RCYMjpg Chaîne Studio Doitsu : https://www.youtube.com/channel/UCN7CGDAM-80_McRjjcf6Fsw Chaîne Dernier Endormi : https://www.youtube.com/channel/UC-VvT87K5WW5-1xbHyH3QQw Chaîne Christophe Sanchez : https://www.youtube.com/user/arfzik [4] Par exemple les captations vidéo de la Maison de la poésie de Paris: https://www.youtube.com/channel/UCOEvfVqVc0wBWkqaoqlnxag [5] David Ruffel, «Une littérature contextuelle», in Littérature , n o 160, 2010, «La littérature exposée. Les écritures contemporaines hors du livre», p. 62. Une salle d’exposition du deuxième festival «Extra!» à Beaubourg sera d’ailleurs consacrée à la LittéraTube (Erika Fülöp, Gaëlle Théval, Gilles Bonnet) [6] https://www.youtube.com/watch?v=Ua7S7-NNPB8&list=PLPWXvik2JaF9npIFcjNXpPUC0AnW7CxUi&index=3 [7] https://www.youtube.com/user/LibrairieMollat/videos [8] Sous forme de face-à-face chacun des treize épisodes de la série, réalisée par Andrès Jarach et produite par le salon du livre jeunesse de Montreuil, offre une rencontre entre un auteur et l’un de ses lecteurs adolescents. [9] Un exemple, entre mille: https://www.youtube.com/watch?v=FXHkQElskBE . [10] On pourra penser aux présentations, par leurs auteurs, de leurs propres œuvres dans les séries filmées pour P.O.L par J.-P. Hirsch.
Categorías: Universidade

Travailler avec le dessin de presse

Cahiers Pédagogiques - Lun, 18/06/2018 - 11:10

Faire entrer le dessin de presse dans la classe : pourquoi ? Comment ? Parce que le trait de crayon est un outil alternatif pour faire entrer dans l'analyse et la réflexion, parce que le dessin génère des pratiques nouvelles, parce qu'il ne laisse personne indifférent, parce qu'il offre un vrai espace à la liberté de pensée. Mais lire et comprendre un dessin de presse, cela s'apprend ! Témoignages de professeurs, de dessinateurs, récits de pratiques et bien sûr florilège de dessins !

AVANT-PROPOS

Du rire aux larmes, et retour Florence Castincaud

QUAND LE DESSIN RÉVEILLE LA CLASSE

Un train d'enfer Chantal Dulibine
Jeux de mots Dominique Natanson
Du poids des mots au choc des images Sylvain Connac
Un vent de liberté Sylvie Druart

UN LANGAGE À DÉCOUVRIR

Cuisine et (in)dépendance Joël Auvin, dit Nono
Décryptages Nicole Bouin
Doser l'implicite Alexandra Rayzal
Quelle violence autrefois Cécile De Joie
Les mots à la bouche Didier Guise

UNE PORTE D'ENTRÉE SUR LES QUESTIONS VIVES

Question(s) de morale Corinne Vézirian Lefeuvre
Pourquoi le vieux monsieur incendie sa maison ? Véronique Voiron
Et Dieu, que c'est difficile... Jean-Pierre Fournier
Comment sais-tu si c'est vrai ? Jean-Charles Pettier
Tout ce qui se passe dans notre monde Anne Lefort
Peut-on rire de tout ? Wingz

DÉSTABILISER POUR FORMER

Tout en légèreté grâce à un éléphant Cyril Lascassies
Best of thématique Jean-Michel Zakhartchouk
On ne peut pas rire avec tout le monde Florence Castincaud
Questions en tous sens pour arpenter un document Chantal Dulibine
Égalité ou équité Bénédicte Dubois
L'affaire Chourouk, première partie Yannick Mével
L'affaire Chourouk, deuxième partie Yannick Mével
Les dessins servent mes desseins Philippe Watrelot

DES CAHIERS ET DES DESSINS

À l'école de Charb Cécile Blanchard
Droits d'auteur Cécile Blanchard
Cahier de dessins
Ressources

Voir en ligne : Commander ce numéro Sur la librairie

Travailler avec le dessin de presse
Faire entrer le dessin de presse dans la classe : pourquoi ? Comment ? Parce que le trait de crayon est un outil alternatif pour faire entrer dans l'analyse et la réflexion, parce que le dessin génère des pratiques nouvelles, parce qu'il ne laisse personne indifférent, parce qu'il offre un vrai espace à la liberté de pensée. Mais lire et comprendre un dessin de presse, cela s'apprend ! Témoignages de professeurs, de dessinateurs, récits de pratiques et bien sûr florilège de dessins !

Categorías: Educación, Universidade

Trump intensifica la guerra comercial con una nueva amenaza arancelaria contra China

Jaque al neoliberalismo - Lun, 18/06/2018 - 10:00
Nick Beams, wsws

El presidente Trump volvió a intensificar la guerra comercial con China y amenazó con imponer aranceles a bienes adicionales por valor de 200 mil millones de dólares, tras la decisión china de tomar represalias contra la imposición de aranceles del 25 por ciento que cubren 50 mil millones de dólares de exportaciones chinas el viernes pasado.

En un comunicado emitido el lunes por la noche, Trump dijo que había ordenado al Representante de Comercio de los Estados Unidos, Robert Lighthizer, que elaborara una lista de artículos valorados en $200 mil millones para imponerles un arancel del 10 por ciento.

Trump también indicó que estaba dispuesto a imponer aranceles sobre un valor adicional de $200 mil millones a otros bienes. En otras palabras, si todas las medidas siguieran adelante, cubrirían prácticamente todas las exportaciones chinas a los EEUU.

La nueva medida, que este martes tuvo un efecto negativo a la baja de las bolsas de valores, responde a la amenaza de Trump de buscar "tarifas adicionales" si China toma medidas de represalia contra exportadores estadounidenses o compañías estadounidenses que operan en China.

China ha dicho que impondrá aranceles a una gama de productos, incluidos los agrícolas y los automóviles, y que los compromisos para aumentar el flujo de exportaciones estadounidenses, acordados en las negociaciones durante las últimas semanas, están fuera de discusión.

"China aparentemente no tiene intención de cambiar sus prácticas desleales relacionadas con la adquisición de propiedad intelectual y tecnología estadounidenses", dijo Trump en una declaración desde la Casa Blanca. Las medidas estadounidenses seguirían adelante "si China se niega a cambiar sus prácticas, y también si insiste en seguir adelante con las nuevas tarifas que ha anunciado recientemente".

El Ministerio de Comercio de China respondió con una declaración de que la amenaza de aranceles adicionales era "presión extrema y chantaje".

"Si EEUU sufre una pérdida de racionalidad y publica una lista (de tarifas), China tendrá que adoptar fuertes contramedidas, que serán medidas integrales que combinan cantidad y calidad", dijo el comunicado publicado en su sitio web.

En su anuncio de la aprobación de las tarifas el viernes pasado, Trump dejó en claro que el objetivo central de los EEUU no es principalmente la reducción del déficit comercial de EEUU con China. Más bien está impidiendo el desarrollo de la capacidad china en el desarrollo de alta tecnología que considera una amenaza tanto para su supremacía económica como para su supremacía militar.

El arancel del 25 por ciento se ha impuesto a los productos chinos que contienen "tecnologías industrialmente significativas". Incluye "bienes relacionados con el plan estratégico de Hecho en China en 2025 para dominar las industrias emergentes de alta tecnología que impulsarán el crecimiento futuro de China, pero afectarán el crecimiento económico para los Estados Unidos y muchos otros países. Estados Unidos ya no puede tolerar perder nuestra tecnología y nuestra propiedad intelectual a través de prácticas económicas injustas”.

El Senado también votó en contra de levantar una prohibición sobre la venta de componentes estadounidenses a la firma china de telecomunicaciones ZTE, una indicación de que los demócratas están de acuerdo con las medidas de Trump e incluso pueden querer ir más allá.

Mientras se ofrece a tomar más exportaciones estadounidenses en un intento por reducir su superávit comercial, Beijing se ha negado a abandonar su plan de desarrollo tecnológico, una demanda que considera que reduce a China al estatus económico semicolonial.

El secretario de Estado, Mike Pompeo, pronunció una advertencia sobre las últimas medidas el lunes en un discurso ante el Club Económico de Detroit.

"Los líderes chinos en las últimas semanas han estado reclamando apertura y globalización, pero es una broma", dijo. "Seamos claros. Es el gobierno económico más predatorio que opera contra el resto del mundo hoy en día. Este es un problema que hace tiempo que deberíamos abordar”.

Pompeo declaró que el supuesto robo chino de propiedad intelectual estadounidense era "un nivel de hurto sin precedentes".

En un intento de ganar apoyo para el impulso contra China, luego del amargo conflicto en la reunión del G7, particularmente con Canadá, Pompeo adoptó un tono más conciliatorio con los aliados de Estados Unidos. Dijo que estaba "convencido" de que cuando se completaran las negociaciones habría "más volumen, más dólares y una mayor libertad de comercio entre Estados Unidos y Canadá".

Las últimas acciones de la administración de Estados Unidos provocaron una caída en los mercados bursátiles en medio de las crecientes preocupaciones de que la guerra comercial tendrá un impacto significativo en la inversión y las cadenas de suministro mundiales. Los mercados cayeron en Asia con el anuncio de aranceles adicionales propuestos con un descenso del índice de Hong Kong de más del 2 por ciento. Wall Street luego siguió con una caída de casi 300 puntos en el índice Dow Jones.

En los Estados Unidos, tanto la Cámara de Comercio de EEUU como la Business Roundtable, dos importantes grupos de presión empresarial han indicado que si bien acuerdan que es necesario tomar medidas contra las "prácticas comerciales discriminatorias" de China, la imposición de aranceles no es el enfoque correcto.

El exjefe del Consejo Económico Nacional, Gary Cohn, que renunció al cargo en abril debido a las diferencias en la política comercial, advirtió que una guerra comercial podría eliminar el impulso recibido por las empresas debido a los recortes tributarios corporativos del gobierno de Trump.

Otra advertencia ha venido del presidente del comité de derecho aduanero de la American Bar Association [de abogados], Peter Quinter, quien describió la escalada de los conflictos comerciales como "aterradora".

"La retórica por primera vez ha alcanzado un nivel en el que es real. Llevo 30 años haciendo leyes de comercio internacional y nunca había visto algo tan potencialmente peligroso para lo que llamo el estado de derecho", dijo Quinter al Financial Times. Las disputas comerciales sucedieron, dijo, pero este era un conflicto entre las dos mayores potencias económicas del mundo.

Tales puntos de vista se están extendiendo en los círculos financieros y comerciales internacionales. Antes del anuncio de las últimas medidas de Trump, el jefe del grupo global de servicios financieros suizos, UBS, Sergio Ermotti, dijo el al canal comercial estadounidense CNBC que le preocupaba que el conflicto comercial entre ellos y China pudiera "descontrolarse".

Advirtió que algo podría pasar "que va a un territorio donde la escalada de las medidas que se toman comienza a afectar el sentimiento empresarial".

"Estoy realmente preocupado de que... estas cosas se salgan de control. Alguien va a anunciar algo que luego desencadenará un problema más serio", dijo, y agregó que el riesgo comercial podría "venir de cualquier lado, Europa, EEUU, China, o de donde sea”.

El proteccionismo se convertiría en un problema importante si se combinara con otros eventos inesperados, como una aceleración por parte de la Reserva Federal de los Estados Unidos para levantar las tasas de interés.

"Las clases de activos tienen un precio bastante alto en todos los ámbitos. Las expectativas de rentabilidad comercial son bastante altas. Los mercados financieros no están listos para ninguna discontinuidad importante... en los lazos comerciales entre países", dijo Ermotti.

Queda por ver cuál será la respuesta china a las últimas medidas. Pero dado que EEUU presagia aranceles sobre productos chinos por valor de 200 mil millones de dólares, Beijing tendrá que mirar más allá de represalias ojo a ojo, ya que solo importa alrededor de 137 mil millones de dólares en bienes estadounidenses. Otra acción podría incluir medidas contra el valor de $200 mil millones de inversiones estadounidenses en China.

Señalando el peligro de tales medidas, un informe de Bloomberg señaló: "En el peor de los casos, a largo plazo, también hay acciones como vender sus acumulaciones masivas de tesorería [de China] o devaluar el yuan, movimientos que enviaría ondas de choque a través de los mercados globales”.

Una mirada no convencional al neoliberalismo y la globalización
Categorías: Alterglobalización

Parcoursup : le bêtisier - mai-juin 2018

Sauvons l'université - Lun, 18/06/2018 - 09:00

Et un chapitre spécial réservé au "mensongier'' MàJ le 18 juin.

Parcoursup, c'est comme le jeu des osselets

Billet de Nicole Ferroni, France-Inter, 6 juin

Où Nicole Ferroni explique tout à son neveu Julien.

Trottoir parisien, 6 juin

Répertoire de bugs (oups, couacs, malfonctionnements ?)
  • Ne pas utiliser l'app. pour valider un vœu : tous les autres vœux se font écraser !

« On l'a déjà répété plusieurs fois et on continue de le dire, s'agace-t-on à l'académie de Versailles, jointe par l'hebdomadaire [1]. Il ne faut surtout pas valider les vœux sur l'application mobile ! Les consignes ont été communiquées et serinées par tous les professeurs principaux depuis plusieurs semaines. »

Le ministère de l'Enseignement supérieur, lui, reste droit dans ses bottes et défend l'appli qu'il a mise au point : "Il n'y a pas de bug avec Parcoursup. Il n'y a pas de problème avec l'application mobile, nous assure-ton, un brin tendu. Lorsqu'il y a des bugs, le plus souvent, se sont des élèves qui font les erreurs". "Tout va bien, insiste-t-on. [2]

Parcoursup : les bugs, c'est « normal » selon le recteur [3]

Le site internet parcoursup.fr était saturé hier soir, alors que tombaient les premières réponses aux vœux formulés par les candidats aux études supérieures. Pas de quoi inquiéter Vêlayoudom Marimoutou, recteur de l'académie de La Réunion.

  • Une anomalie pénalise les élèves d'une section internationale [4]
  • "Pas de réponse tout de suite" pour les 29 000 recalés des filières sélectives [5]

    Un couac sur le chemin de parcoursup apparaît pour les lycéens qui n'ont essuyé que des refus, en filières sélectives. Les commissions dans les rectorats chargées de les aiguiller ne sont pas en mesure de leur donner rapidement une réponse.

  • Les premiers seront les derniers ?

    Mon fils a eu plusieurs réponses positives et en attente...
    Je lui ai conseillé de valider la réponse positive la plus proche de ses attentes [6]. et de conserver les réponses en attente les plus proches de ce qu'il veut...
    Forcément une des deux réponses en attente correspond à ce qu'il désire "le plus"... Il était 40ème.. au bout de 2 jours il passe 35 et puis stagnation jusqu'à ce matin...
    Et là... il est 89ème...

  • "l'année de césure" dévoilée par erreur aux formations. [7]
  • 1ers résultats mardi 22 mai, à 18 h. Ou presque. Face à l'afflux de connexions, la plateforme d'admission post-bac a crashé. Un site de débordement, mis en place par le ministère, a permis aux candidats de consulter les propositions des établissements.Des mensonges ? non, juste des vérités alternatives

Artifice, baiser de Judas, bateau, bidon, blague, bobard, boniment, bourde, bourrage, calomnie, canular, carotte, comédie, conte, contrevérité, craque, duplicité, erreur, euphémisme, fable, fabulation, fanfaronnade, farce, fard, fausseté, faux, feinte, fiction, flatterie, fourberie, frime, fumée, galéjade, gausse, hâblerie, histoire, hypocrisie, illusion, imagination, imposture, inexactitude, invention, menterie, mirage, momerie, mystification, mythe, mythomanie, néant, postiche, rodomontade, roman, salade, simulacre, simulation, sournoiserie, tartuferie, tromperie, vanité, vanterie…

Commission Potemkine d'examens des "non"

Libération,10 juin, dénonce l'enfumage.

Le ministère de l'Enseignement supérieur semblait jouer enfin la transparence sur Parcoursup. En fait, il jouait la comédie.[…]
L'occasion aussi de nous faire bien comprendre que c'est un travail de fond remarquable qui est conduit, de l'accompagnement individualisé, minutieux, du cousu main qui rassemble largement sur le terrain. Un monde merveilleux où aucun jeune ne sera oublié.
[…]C'est vraiment super quand le hasard fait bien les choses.[…] Sophie Béjean [la rectrice] doit y passer un temps fou, à éplucher les bulletins scolaires de ces ados qui, s'ils n'avaient pas rempli Parcoursup avec leurs pieds, n'en seraient pas là.

Mon ministre ne manque pas de poumons

Parcoursup : « Vous avez des gens qui mentent pour créer de l'angoisse », dénonce Jean-Michel Blanquer sur BFM TV (28 mai 2018).

Il avait dû écouter Frédérique Vidal ou Benjamin Griveau ! (voir ci-après).

Détourner le sens des mots, est-ce mentir ? Je ramasse les copies dans 3 heures.

« Il n'existe pas d'algorithmes locaux », affirme Gilles Roussel, à la tête de la conférence des présidents d'université (CPU) [8]. […]. Même son de cloche du côté du président de la commission juridique de la CPU, Emmanuel Roux, pour qui on ne peut pas parler d'algorithme mais d'« outil d'aide à la décision ».

Mon autre ministre non plus, d'ailleurs, ne manque pas de souffle [9]

À ce jour, 73.5% des candidats ont eu une proposition, soit environ 589.000 candidats. A cette époque l'année dernière, aucun candidat n'avait encore de réponse sur APB.


F. Vidal dans #LaMatinaleLCI, 08:21 - 4 juin 2018.
APB n'avait pas encore ouvert le 4 juin l'an dernier, alors forcément…

Comparer des choux et des carottes est-ce aussi mentir ?

Interview à 20mn le 18 juin sur twitter

Plus c'est gros, plus ça passe ?

Elle a dit aussi [10] que 65.000 étudiants ont été tirés au sort l'an dernier sur APB… aucun journaliste pour reprendre ses chiffres (3500 en réalité, soit moins d'1% des candidats dans les 169 filières en tension en 2017 —sur plus de 10.000 tout de même)

Le gazouillis de la ministre [11]. (4 avril)


Voir la réponse de SLU « La ministre et le milliard ».

« "Oui si" ? oui si quoi ? finis ta phrase mon frère ! »

Le ministère assure que 135 000 filières de remise à niveau sont mises en place dans le cadre de cette réforme [12]

Le flyer de pinocchio


Celui-là, il est vraiment splendide : il condense tous les mensonges repassés en boucle depuis 6 mois (tirage au sort, échec en licence, remédiation…)

Mon porte-parole dit n'importe nawak

France-Culture (citant Europe 1), au journal de 12H30 du 24 mai (à 3'10)
Benjamin Griveau, porte-parole du gouvernement :

Ça suffit de jouer avec les peurs et des lycéens et de leurs parents…

Journaliste : « qui joue avec les peurs ? »
Griveau : …

Les oppositions, plutôt celle(s) de gauche. La différence avec APB c'est que la sélection, elle se faisait par l'échec. On avait 2/3 des étudiants qui à la fin de la licence se retrouvaient sans rien, et là on offre le choix à des étudiants de se déterminer AUSSI en fonction des filières et des taux d'insertion dans l'emploi des jobs qu'ils trouveront à la sortie et pas uniquement heu… d'autres éléments.


Question d'une élève à sa ministre

(en visite le 23 mai au lycée Buffon, Paris XVe, pas Maurice Utrillo à Stains, hein !)

Une copine n'a eu que des réponses « en attente », elle est très loin dans les classements des listes d'attente, est-ce qu'il vaudrait mieux qu'elle redouble [et qu'elle rate le bac] pour avoir un meilleur dossier l'année prochaine ?


« Mauvaise idée, ma grande : tu les connais, toi, les coefficients négatifs affectés aux dossiers de redoublants dans les algorithmes locaux ? » [13]

Palme d'or du syndicalisme engagé

Loi ORE : des revendications entendues pour les personnels, 21 mai

  • Une indemnité spécifique pour les personnels investis dans la mise en œuvre de la réforme ⇒ obtenue
  • La création de postes ⇒ obtenue
  • Une hausse du budget de l'enseignement supérieur et de la recherche ⇒ obtenue Les premières annonces vont dans le bon sens. Mais le Sgen-CFDT attend un chiffrage précis pour se prononcer définitivement [14].
Mon algorithme est devenu fou

En Histoire à Strasbourg, le test de l'algorithme de tri à partir d'un fichier excel fait apparaître les bacs S, public inhabituel dans la formation, en haut du classement. En physique à Lyon, ce sont les bacs L qui se retrouvaient trop bien classés grâce aux lettres de motivation (trop) bien rédigées ! En STAPS à Grenoble, après 5 essais, avec le 6ème algorithme, le niveau des étudiants ne correspond toujours pas "aux attendus" [15].

Tu veux la voir mon année de césure ?

Début avril 2018, quelque 3.000 formations ont eu accès à une information censée demeurer secrète jusqu'aux inscriptions administratives : l'éventuelle demande d'année de césure par les candidats lors de la saisie de leurs vœux sur Parcoursup. Un bug informatique corrigé dans les trois jours, mais qui pose la question de l'équité du traitement des candidats. [16]

Excellents membres de commission d'examens des vœux. Aix-Marseille-Université

La fac de Sciences a complètement cessé de communiquer sur le traitement des dossiers ; elle n'a pas révélé la composition des commissions aux personnels. Et dans ces commissions, certains membres ont poussé le délire paranoïaque au point de penser que leurs critères de classement relevaient uniquement de leur expertise et que non seulement ils n'avaient pas à les communiquer aux étudiants, mais que même les personnels enseignant dans les formations concernées n'avaient pas à les connaître.


À Paris 7 en biologie, idem : refus de communiquer l'algo maison aux enseignants du département.

Étudiants en réorientation

Ils ont dû s'inscrire sur Parcoursup, comme leurs petits frères. Mais, contrairement aux bacheliers de l'année, leurs notes de 1ère, terminale et bac n'ont pas été transmises par les lycées, ils les ont remplies eux-mêmes !
À Lyon, un étudiant [trop couillon, mais très motivé] s'est mis 19 partout !
Ça s'est vu… il a été écarté.
Mais de plus malins qui ont panaché des 14, 12, 17 sont passés sans problème dans la moulinette de l'algorithme. Il faut reprendre "à la main" tous ces dossiers…

Proposition d'un EC de PACES pour la définition de l'algorithme :

Mettre comme note de dossier dans l'algorithme : 01 aux bacs pros, 20 aux bacs S [17].
C'est pas gentil, ça ?

Sectorisation :

L'autonomie des universités mise en avant est très relative, les éléments les plus importants nous ont échappé. Par exemple, Nous avons appris le taux de sectorisation seulement le 14 mai [18] : ce qui veut dire que beaucoup de dossiers que nous avons épluchés et pris soin de classer seront écartés automatiquement car ils sont hors secteur… Les élèves ignoraient ce critère au moment de faire leurs vœux. C'est honteux !

LLCE : Algorithme maison avec bonus pour les notes de 1ère langue

Problème : la 1ère langue n'est pas prise en compte automatiquement, il faut ouvrir le dossier.

Vous avez demandé le comité d'éthique ? Ne quittez pas…

Le comité d'éthique et scientifique sous patronage du MESR prévu par la loi n'a pu être contacté…

Et la privacy ?

Un élève de terminale est sélectionné pour passer les entretiens d'admission au collège de droit de Paris I, filière très sélective qui ne retient que 60 étudiant.e.s chaque année.
Parmi les 120 candidat.e.s croisés ce jour là, aucun noir et aucun arabe ; la plupart des candidat.e.s semblent venir de Louis Le Grand et Henri IV. Jusque là rien d'inhabituel.…
Mais, pendant l'entretien, les deux directeurs de la formation ont évoqué avec lui de façon très précise et renseignée ses 9 autres vœux de parcourSup.
Il semblerait aussi que la lettre destinée au Rectorat en cas de non satisfaction des vœux, qui indique la « préférence » du candidat, soit aussi connue des établissements. [19]
C'est normal docteur ?

La gruge du côté enseignant ? Impossible !

On peut changer le rang en changeant la note globale du dossier des candidats, qui ne sont pas anonymes ! on peut très bien décider de remonter un candidat au vu de tel ou tel élément (son lieu de formation ou... son nom...). La commission est (ou paraît, du moins) souveraine sur le classement indépendamment des paramètres modélisés. Elle pourrait très bien changer le classement des candidats une fois ceux-ci classés selon les critères entrés dans la machine. C'est sans doute cela le fameux "retour de l'humain", qui ressemble furieusement à la possibilité d'introduire un total arbitraire (sinon du favoritisme) !

Prise en compte du lycée d'origine ?
  • « Oh ! ben non… ça serait discriminant socialement » (Paris6, Sciences)
  • « Oh que oui ! Y'a des lycées qui notent plus "dur" que d'autres » (Médecine ParisV —cité par Le Monde)
Capacités d'accueil

Décidées par le rectorat [20], elles augmentent généralement de 10% par rapport à celles de l'année dernière —au doigt mouillé ?
Celles qui sont affichées sur la plateforme Parcoursup ne reflètent que peu la réalité : exemple à Sorbonne-Université (Paris 6) : les capacités réelles sont inférieures de 12 à 20% à celles annoncées —il faut garder la place aux réorientation de PACES (ah ! l'échec en 1ère année de médecine, elle connaît notre bonne ministre !), et surtout aux élèves de CPGE qui ont maintenant l'obligation de s'inscrire à l'université.

À la question « Comment font les départements/UFR lorsque le millième ne suffit pas pour départager les ex-æquo ? », voici quelques réponses [21]
  • « en cas d'ex-æquo, il faut départager les dossiers "à la main" et là on peut faire ce qu'on veut, comme changer le rang en changeant la note globale du dossier, etc… cela ouvre tout de même un espace d'arbitraire énorme. »
  • « les parents procéduriers ne pourront pas 1) demander à voir l'algorithme 2) faire des recours car le jury est souverain donc vous l'avez dans l'os. Donc on ne s'emmerde pas avec des histoires de millième »
  • « Les notes d'hist-géo ont servi à départager les ex-æquo. »
  • « beaucoup de candidats ont la même note c'est le retour de la fonction aléatoire pour classer ou du "au pif". »
  • « On départage à la main les dossiers. »
  • « Au pifomètre [22] »
  • « départagés par les fiches avenir »
Rustines

Les étudiants qui postulent aussi à des formations hors ParcourSup ne sont pas obligés de renoncer à leur vœux sur Parcoursup.
Ils peuvent donc rester inscrits dans une formation qui découvrira au mois de septembre qu'elle a des "places" vacantes... une aubaine tardive pour les étudiants les moins bien classés, un cauchemar pour les universités d'excellence qui voulaient concurrencer les écoles.
Le ministère a donc créé une nouvelle obligation, sans base légale (oder ?), en demandant aux écoles privées de subordonner l'inscription à la production d'un "certificat de désinscription de Parcoursup".
Le problème n'est que partiellement réglé, il faut compter avec le calendrier des admissions : fin juin pour Sciences Po, début ou mi-juillet pour Écoles de commerce et BCE (selon les écoles). Avec Parcoursup les filières universitaires d'excellence vont jouer les voitures balais…
[merci Yann Bisiou]

[1] Le Point, 2 juin

[2] Pour une définition du déni, lire Marianne, 1er juin.

[3] France-Info

[4] Libération, 1er juin 2018

[5] France-Info, 3 juin

[6] En CPGE, source ici

[7] Educpros

[8] Le Monde, 31 mai

[9] C'est peut-être à ça qu'on les reconnaît ?

[10] Ici à 19'15

[11] On lui pardonne le français approximatif, elle avait l'air vénère

[12] Tweet retiré de la circulation

[13] Réponse de SLU qui n'a pas mis la main sur celle de la ministre… Notons aussi que ce n'est pas la question qui est à classer dans les « bêtises », mais bien la possibilité qu'elle se pose !

[14] Et toc !

[15] Le classement des candidats sous forme de points (150 points max) révèle qu'aucun candidat ne semble correspondre aux ATTENDUS !
• le meilleur candidat à la version 6 obtient en effet 60 points sur 150, soit 8/20 !
• 1138 candidats sur 2992 ont 0 pts en attendus scientifiques = 38 % des candidatures (car leurs notes en maths...<10/20)
• dans le fond du tableau : les 89 derniers candidats ont 0 pts dans TOUS les attendus (sauf 8 pts en compétences sportives). Surprise, ils sont bacheliers Pro ou techno

[16] À lire dans Educpros ici : Premier bug Parcoursup : "l'année de césure" dévoilée par erreur aux formations

[17] heureusement, les étudiants élus l'ont arrêté dans ses œuvres

[18] C'est-à-dire 2 jours avant la "remise des copies" du classement des dossiers (Libération)

[19] « Parcoursup précise que « cette information confidentielle, non transmise aux établissements, a pour seul objet d'éclairer la commission d'accès à l'enseignement supérieur, qui pourrait être amenée à vous faire des propositions si vous ne recevez aucune proposition sur l'un de vos vœux confirmés ». Une commission qui se réunira pendant la phase complémentaire »

[20] En dernier lieu, et complètement démocratiquement, bien sûr

[21] De membres de commissions d'examen des vœux — comme toutes les autres citations de cette page.

[22] C'est tout de même plus "humain" que le tirage au sort, non ?

Categorías: Universidade
Distribuir contido